Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre à Grenoble les 8, 9 et 10 juin 2019 Projet de programme Pour les inscriptions

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 732438 messages dans 14158 sujets

Nous avons 14550 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est MEZIERE

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par boboss Aujourd'hui à 10:08

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Pylone76 Aujourd'hui à 9:56

» A.M.F
par Papynano Aujourd'hui à 9:24

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par Max Péron Hier à 22:52

» Marine Marseille
par Max Péron Hier à 12:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par rogertriton Hier à 11:12

» EMILE BERTIN (Croiseur)
par coutil Hier à 10:32

» AMIRAL CHARNER (AE)
par Gouillard Alain Hier à 3:35

» [ Blog visiteurs ] Recherche Claude Cadis - marin Cherbourg 1960
par Invité Lun 17 Déc 2018 - 19:57

» COLBERT - 1928 (CROISEUR)
par Jean-Léon Lun 17 Déc 2018 - 19:41

» VICTOR HUGO - 1903 (CROISEUR)
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Déc 2018 - 15:41

» [ Blog visiteurs ] Largage de mine par sous-marin
par Invité Lun 17 Déc 2018 - 15:20

» UNITÉ MARINE DAKAR
par Noël Gauquelin Lun 17 Déc 2018 - 11:30

» ANDROMEDE
par COLLEMANT Dominique Dim 16 Déc 2018 - 18:09

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Bureaumachine busset Dim 16 Déc 2018 - 16:05

» [ Blog visiteurs ] Croisière AR France Thaïlande en 70 ?
par facilelavie Dim 16 Déc 2018 - 15:57

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par BEBERT 49 Dim 16 Déc 2018 - 11:48

» La spécialité infirmier Marine
par Max Péron Dim 16 Déc 2018 - 11:42

» [Marine à voile] L'Hermione
par Christian DIGUE Dim 16 Déc 2018 - 11:22

» [ Blog visiteurs ] L’aviso « Francis Garnier » à Manille en 1961
par Momo Dim 16 Déc 2018 - 10:24

» FRANCIS GARNIER (AVISO)
par Momo Dim 16 Déc 2018 - 10:20

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par loulou06000 Dim 16 Déc 2018 - 10:13

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES INSPECTIONS DE SACS
par LEMONNIER Sam 15 Déc 2018 - 18:01

» RÈGLEMENT DU BLOG VISITEURS A LIRE AVANT DE POSTER
par Charly Ven 14 Déc 2018 - 21:02

» BÉARN (PA)
par coutil Ven 14 Déc 2018 - 16:43

» [Les traditions dans la Marine] Chouf au dessus de dix
par Jean-Pierre DAFFNIET Ven 14 Déc 2018 - 12:26

» ARROMANCHES (PA)
par PAUGAM herve Ven 14 Déc 2018 - 10:37

» MALABAR (RHM)
par LANNUZEL Dédé Ven 14 Déc 2018 - 9:51

» L'ÉTOURDI (E.C.)
par BOBOSSE Ven 14 Déc 2018 - 0:16

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par L.P.(Pedro)Rodriguez Jeu 13 Déc 2018 - 17:05

» LCT - L9061
par gerardsin59 Jeu 13 Déc 2018 - 15:56

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par gerardsin59 Jeu 13 Déc 2018 - 15:55

» RHIN (BSL)
par Joël Chandelier Mer 12 Déc 2018 - 20:30

» [ Blog visiteurs ] Madagascar Diego Suarez
par Invité Mar 11 Déc 2018 - 22:33

» [ Les stations radio et télécommunications ] Station de Rambouillet.
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mar 11 Déc 2018 - 15:37

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Mar 11 Déc 2018 - 13:42

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Max Péron Mar 11 Déc 2018 - 10:48

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par LA TOULINE Mar 11 Déc 2018 - 9:12

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par Roli64 Lun 10 Déc 2018 - 18:48

» [Ports] LE VIEUX BREST
par Jean-Marie41 Lun 10 Déc 2018 - 18:08

» Gabare Luciole
par Invité Lun 10 Déc 2018 - 17:10

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par pinçon michel Lun 10 Déc 2018 - 8:07

» [ Histoire et histoires ] Le Blockaus de Plougonvelin (29)
par COLLEMANT Dominique Dim 9 Déc 2018 - 17:39

» DIXMUDE (BPC)
par Bureaumachine busset Dim 9 Déc 2018 - 15:29

» [Catastrophes...] PREMIAN ... LE SOUVENIR
par Joël Chandelier Dim 9 Déc 2018 - 13:43

» COMMANDANT DUCUING (AVISO)
par Laurent Dim 9 Déc 2018 - 12:04

» [ Divers - Les classiques ] Sous-marin La Minerve 1941
par loulou06000 Sam 8 Déc 2018 - 22:30

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Bureaumachine busset Sam 8 Déc 2018 - 20:23

» [Aéronavale divers] Le LYNX WG13
par marsouin Sam 8 Déc 2018 - 18:59

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par guedon Ven 7 Déc 2018 - 17:18

» BOUVET (EE)
par gégé Ven 7 Déc 2018 - 15:52

» FLOTTILLE 34 F
par montroulez Jeu 6 Déc 2018 - 20:59

» RHÔNE (BSAH)
par gilbert kerisit Jeu 6 Déc 2018 - 14:11

» [Divers EAMF] Cours du BS mécanicien du service général à Saint Mandrier
par ftaviot Jeu 6 Déc 2018 - 11:55

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc 2018 - 11:37

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Les insignes redessinés
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc 2018 - 10:07

» [Service à terre] STATION RADIO ROCHANOU à PLOUGASTEL DAOULAS (C R A X BREST).
par reneelyo Jeu 6 Déc 2018 - 8:06

» LES AVISOS EX COLONIAUX BISSON ET CDT DE PIMODAN
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc 2018 - 3:56

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc 2018 - 3:47

» [ Bâtiments de ligne ] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par PAUGAM herve Mer 5 Déc 2018 - 21:28

» [DIVERS - DRAGUEURS ET CHASSEURS DE MINES] DRAGUEURS DE MINES EX ALLEMANDS
par Joël Chandelier Mer 5 Déc 2018 - 20:42

» MAURIENNE (BB - MURUROA)
par DAN Mer 5 Déc 2018 - 19:53

» L'Expédition d'Egypte 1956
par Bureaumachine busset Mer 5 Déc 2018 - 17:36

» TARTU (EE)
par lefrancois Mer 5 Déc 2018 - 12:22

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES
par loulou06000 Mar 4 Déc 2018 - 23:11

» [Divers les Nuc] Le BARRACUDA
par COLLEMANT Dominique Mar 4 Déc 2018 - 21:28

» AGOSTA (SM)
par Jean-Marie41 Mar 4 Déc 2018 - 18:58

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG - VOLUME 001
par Joël Chandelier Mar 4 Déc 2018 - 14:43

» LE NORMAND (ER)
par t.neveux Mar 4 Déc 2018 - 12:11

» [ École des Mousses ] 2ème compagnie mars 72 - mars 73
par DTL Mar 4 Déc 2018 - 11:26

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 3]
par Michel Roux Mar 4 Déc 2018 - 10:16

» DÉTROYAT (AVISO)
par mysterioustef Mar 4 Déc 2018 - 10:03

» [Fusiliers Marins] AMIRAL RONARC'H
par PINGOUIN NOSTALGIQUE Mar 4 Déc 2018 - 8:46

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par tsarrax Lun 3 Déc 2018 - 21:12

» [ Blog visiteurs ] Charles Perrot.
par Invité Dim 2 Déc 2018 - 23:12

» [ Blog visiteurs ] PAPOUIN Allain
par Invité Dim 2 Déc 2018 - 22:47

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par pinçon michel Dim 2 Déc 2018 - 7:55

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par Pele70 Sam 1 Déc 2018 - 14:24

» MISTRAL (BPC)
par Michel Roux Sam 1 Déc 2018 - 11:40

» LOCUSTE (GABARE)
par Pascal 57 Sam 1 Déc 2018 - 11:09

» [ Blog visiteurs ] BAN Dakar 1952 à 1956
par Brand Robert Ven 30 Nov 2018 - 22:25

» SEINE (BSAH)
par Jean-Marie41 Ven 30 Nov 2018 - 18:59

» [Les anciens avions de l'aéro] F4 U7 Corsair
par matelot joe Ven 30 Nov 2018 - 11:35

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par DTL Ven 30 Nov 2018 - 11:17

» TAAPE (Remorqueur-Ravitailleur)
par Jean-Marie41 Jeu 29 Nov 2018 - 19:03

» [Les Musées en rapport avec la Marine] CEUX QUI VISITENT LA FLORE
par espadon44 Jeu 29 Nov 2018 - 17:46

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Jean-Léon Jeu 29 Nov 2018 - 13:06

» MINERVE (SM)
par Jean-Léon Jeu 29 Nov 2018 - 12:15

» [Campagnes] DAKAR
par gerard reboux Jeu 29 Nov 2018 - 10:39

» ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par boboss Jeu 29 Nov 2018 - 9:48

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par VERNEYGérard84 Mer 28 Nov 2018 - 18:32

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par hetet a Mer 28 Nov 2018 - 16:59

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov 2018 - 19:23

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par loulou06000 Mar 27 Nov 2018 - 18:48

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Michel Roux Mar 27 Nov 2018 - 18:38

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE DES ANCIENS MARINS DES AEROPORTS DE L'ILE DE FRANCE
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov 2018 - 18:11

» [ Recherches de camarades ] du ER Le Corse 73/74
par cajun Mar 27 Nov 2018 - 10:27

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Bureaumachine busset Lun 26 Nov 2018 - 18:36

» [ VOS ESCALES ] Alexandrie - Égypte
par Bureaumachine busset Lun 26 Nov 2018 - 18:32

DERNIERS SUJETS



ESCADRILLE 53 S

Partagez
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Jeu 18 Juil 2013 - 17:36

Le dernier Noroit  
Le Nord 1402 Noroît fut conçu en     alors que l'industrie aéronautique française renaissait de ses cendres. La 53 S de la BAN  de Karouba utilisait alors  des hydravions de divers types et nationalités Walrus , Scan 20 , Dornier 24 alors que nous arrivions de la 26 eme flottille des Mureaux après avoir assuré diverses missions   en vol  ,  missions photo , le plateau des Minquiers ,les côtes normandes et bretonnes etc …
Sommairement  les résultats de cet avion amphibie Noroit    ne furent   pas à la hauteur des espérances du commandement et ses déboires s’accumulerent avec le temps ,criques dues à l air salin , problémes moteur , incendie à bord et  abandon de l avion après l emission  d un sos par le radio de bord et  la recherche de notre aéronef par  tous les bateaux disponibles de la côte
. La carrière du  Nord 1402 ou Noroit fut donc très courte aprés la  mise en service de 25 exemplaires
  En  1953  je retiendrai  inévitablement sous ce ciel tunisien  ,  où heureusement les accidents aériens étaient peu fréquents,  la dramatique disparition  de l un de ces  hydravions   Ce sera donc …le dernier vol  d un hydravion de ce type    
Le dernier Noroit …Sa disparition  le 2 novembre  1954

  photos roger Cornevin-Hayton

Ces premieres cinq années  dans l aéro navale , j ignorais inévitablement que j allais ressentir une grosse émotion ….dans cette base située ..à l entrée du canal  de Bizerte
Par un heureux concours de circonstances ..ce jour de novembre 1954 je ne volais pas ……Au sommet de la vigie ,  seul dans ma tour… mon  rôle …se réduisait  à  communiquer aux pilotes en cours de formation  les paramétres au sol , pression atmosphérique , vitesse , orientation du vent   et en particulier surveiller    la zone d’amerrissage du Noroit souvent perturbée par les barques des pêcheurs
Ce jour , plein ciel bleu , faible brise …un vol qui se prépare sous les meilleurs auspices ,Au loin le massif  et les agglomerations toutes blanches de Menzel Djemil ,les contours de la montagne d’Ischkeul  noyés dans la brume … et enfin le Noroit qui  décolle pour entamer une mission de routine avec huit hommes d équipage ….., la formation et  l entrainement des futurs pilotes d hydravions
Oubliés les missions  partant de la base des Mureaux , les iles anglo normandes  , le plateau  des Minquiers les survols de la côte normande
Là nous étions à Karouba   sur le lac  de Bizerte ….et moi dans ma tour surveillant le déroulement des opérations  ..    

 Rien ne pouvait annoncer le drame    ….Soudain l’avion ,lourd hydravion  de  20  tonnes en approche finale  peut être , 300 pieds d’altitude , en  dernier virage se cabre et part dans une vrille impressionnante avant de s’écraser sur le plan d’eau dans une énorme gerbe d’écume  pour disparaitre ensuite sans laisser de  traces      à la surface
Incrédule je surgis au local Operations et je déclenche  l’alarme  alors que les  visages montrent un certain étonnement lors de   mon intrusion précipitée
 La vedette de sauvetage s’elançe…vers un point très approximatif   du crash et à une distance de plusieurs mille nautiques
Plus rien à la surface  , agitée par la  houle du large et le vent qui se léve      Le doute m’envahit …J alerte le service opérations et le commandant Kervella capitaine  de frégate   alors commandant de la base  seul dans son bureau …Grande inquiétude et quelques  minutes angoissantes causées par l’incertitude ou le sentiment de m’être trompé , N’avais je pas été victime d’une  hallucination ?
Mais non… après quelques minutes interminables plusieurs morceaux métalliques impossibles à identifier à cette distance remontent à la surface… 4 ou 5 mille nautiques au large Un soulagement ,non ! mais le sentiment de ne pas avoir rêvé !
Très vite sur les lieux la vedette  récupére finalement un blessé grave soutenu par son gilet de sauvetage
Désigné pour guider les  recherches  ,  je suis accompagné de 3 scaphandriers ou «  pieds lourds  .et  suis alors  surpris de découvrir la faible profondeur  des fonds marins particulierement sablonneux  et  couverts d’algues et de hautes  herbes diverses ralentissant la recherche et la progression des chercheurs   … peut être une   vingtaine de métres


Huit membres d’équipage sont alors alors victimes de ce drame   …et leur nom et leur visage resteront   dans ma mémoire pour la postérité
L a cérémonie organisée dans un hangar de l’escadrille soulignera l’amitié , la solidarité , qui unissaient les différents membres de l’escadrille dont les noms seront gravés sur la pierre du monument qui surplombe   la baie d’Hyeres Je pense avoir été le seul témoin visuel  de ce drame à moins que ….




















SUITE JOURNAL

Décollage de la base de  Karouba dans une gerbe d’écume …un dernier salut à Bizerte ,sa plage bordée de palmiers,et  sa medina . Une pensée pour Bourguiba chevauchant en juin 55 un fringant cheval noir    et franchissant  au galop les remparts de la ville comme tous les grands heros de l’histoire
  suite journal ,,,
                                                                                                                                                                               Pic nic improvisé….                                                          


Destination Port Etienne  26 octobre 1955        Karouba  Port Lyautey   7 heures de vol sur sunderland

.Cap sur Alger et Port Lyautey ( aujourd’hui Kenitra) Un regard en passant sur Tabarka et ses fonds transparents. Dans le lointain les eaux vertes du lac  d'El Mellah brillent au soleil . Un souvenir de vol ..un amerrissage en douceur  sur ce lac nous avait conduit tout droit  ,dans l’épaisseur des feuillages  d’ un  village  blotti  dans la verdure ... Les habitants stupéfaits vinrent nous prêter main forte en nous aidant à hâler notre hydravion vers le rivage . Dans le calme de cette nature ,  un   pique-nique  consistant auquel participent quelques habitants est  improvisé dans une totale allégresse  .
 C'est enfin  Constantine ,et le tumultueux fleuve du  Rummel , mais aussi Alger étalée à flanc de montagne ,dans la lumiére  .
Au nord de Tanger, les côtes d’Espagne et la ville forte de Tarifa ….et au loin ,à travers les brumes, le profil sévére du rocher de Gibraltar  

Une fuite d'huile inattendue …..et c’est l’escale     à Port Lyautey sur l'Oued Sebou . Descente acrobatique dans un brouillard tenace  .
Les plans de l'hydravion sont terriblement glissants ,un faux mouvement... et c'est le plongeon dans l'oued ..
             

27 octobre 1955   Port  Lyautey        
                                                                                                                                Pleins d essence …..
       

Extrait de mon journal Décollage d
avatar
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89
Mécanicien

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Serge BAVOUX le Jeu 18 Juil 2013 - 18:21

Salut Roger cornavin hayton !Nous nous sommes crosés de peu à la 27F à dakar où je suis passé du 16/02/52 au 05/02/55
J'ai bien connu certains de l"équipage du Noroit qui s'est "crasché" à Karouba. C'étaient des copains: Robert Mignot, Dorion qui était passé OE3, et Michel Chosserie le seul survivant je crois.
Dans le sujet "Les anciens avions de l'aéro" tu trouveras des messages sur le Norôit.
Il n'y a plus que les anciens comme nous pour raconter ces hidstoires sur les "zincs" de notre époque.C'est à Hourtin, au CFM, en novembre 1946, que j'ai connu les Walrus de la 53S.





Salut et fraternité !
avatar
Paul GIROUX
LV OSM
LV OSM

Age : 85
Fourrier NON

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Paul GIROUX le Jeu 18 Juil 2013 - 19:21

Merci à vous ROGER et SERGE pour ce vrai régal de vous lire. Amicalement.
avatar
Paul GIROUX
LV OSM
LV OSM

Age : 85
Fourrier NON

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Paul GIROUX le Ven 19 Juil 2013 - 15:53

Salut ROGER! En te relisant, il est possible d'écrire que ton vol du 30.12.53 a été, quand même, fort heureusement, ton jour de fête...
Cependant j'ai vécu, lors du crash du DORNIER, le même "protocole accident" avec 1 grand dinghy circulaire + un moyen que nous avons gonflé au pied afin de préserver la cartouche de gaz dans le cas où nous aurions pu rester longtemps en mer (très calme) sur laquelle nous avons aussi dérivés au gré du vent. Il était 10h.20 et, tout comme pour toi, le radio avait aussi pu émettre un SOS. Nous avions en vue les côtes corses, mais encore lointaines. Vers 15h.00 un LEO45(?) de l'armée de l'air ayant suivi notre trace fluo a pu ainsi nous positionner, et un cargo de la NAVIGATION MIXTE, le TELL, nous a récupérés vers 18h.00.
Inutile de préciser que nous étions 12 avec le sourire!...et, parmi nous le MP JONCOUR, maître chargé à la base du matériel de survie...Même avec le temps les souvenirs sont intacts. Amicalement
avatar
Paul GIROUX
LV OSM
LV OSM

Age : 85
Fourrier NON

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Paul GIROUX le Sam 20 Juil 2013 - 14:57

ROGER: un petit plus à mon mail précédent.Parmi le matériel de survie, il y avait aussi un pavillon de détresse et son mat. Ce pavillon de 1m. sur 0,50 était de couleur rouge vif avec en son centre un cercle fluorescent et réflechissant de couleur blanche. Nous l'avons laissé aux membres de l'équipage du cargo TELL avec nos signatures et remerciements
AMITIES.
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Dim 21 Juil 2013 - 15:19

Je tente d apporter quelques simples éléments d information sur la période d utilisation des Noroit  aux Mureaux et  Karouba

26 eme  Flottille    les Mureaux     Juin à  Aout  1953    
 LV Turc         Off eq Boubet      
Endurance  navigation entrainement  radar     Missions  plateau des Minquiers   photos mission  st Malo etc…
Vols perso   env 100 heures  Vols en terrestre

 Sept 53   à avril  1954      53 S Karouba       Lv  Pestel  EV  Sauvage
Premiers vols à la 53 S
Vols divers Exercices « sans atout »   « shield  ok »   photos etc

30  dec 1953   moteur gauche en feu  evacuation de l avion  ( voir récit

1954    Crash  ( voir récit )
Vols perso env 170 heures

Interdiction de vol mes 5083   21 4  1954

Victimes du vol  

Ev Sauvage , Oe Dorion , Sm Mignot , Sm Chosserie
Pmtre Le Berre  mecanicien,
Mtre Menager  radio  ,
Sm le Barbenchon mecanicien ,
Sm Laot  radio


Les Sm   Laot  , Habaut  , Cornevin-hayton   Nous nous partagions la surveillance de  la zone d amerrissage et la communication  aux équipages en vol  des paramétres  nécessaires au déroulement du vol
mtre Menager  smtre Laot et moi-même travaillions en commun à l atelier radio   hangar 53 s

Remarque personnelle  

En service à la vigie de Karouba le jour du crash comme je l ai énonçé dans  un ( texte relatif au  crash du dernier Noroit)le doute m envahit lorsque le Noroit en fin de virage  disparut dans les flots  après avoir amorçé un brutal décrochage encore  inexpliqué )
Les  morceaux issus de la coque complétement désintégrée ne remontérent à la surface qu’après plusieurs minutes d attente et je me suis retrouvé envahi par le doute
   N avais je pas rêver ? ….. d autant plus que le commandant Kervella affichait  un certain scepticisme  Malgré ses jumelles il ne distinguait  rien …rien en surface ……  seule une mer agitée par le vent ..    
je songe encore que cette attente dans l incertitude la plus totale  fut l un de mes plus  
mauvais moment vécus à l escadrille    

Je n ai jamais trouvé d autres témoins visuels de ce drame J ai pu prendre les photos des recherches , de l épave et de l’émouvante cérémonie
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Sam 19 Juil 2014 - 11:22

port etienne 26 JUILLET 1957 vent violent sur le plan d eau Port Etienne (Nouadhibou)
A l abordage ML877 53S1

Notre vaillant Sunderland quitte la bouée , vent de sable pénétrant , mer agitée Au loin les maisons blanches de Port Etienne Un chalutier canarien nous observe... Peut être l'équipage n' a t il jamais vu d 'aussi prés un hydravion ?,Curieux... le chalutier s' approche à nous toucher et les deux pêcheurs manifestent leur enthousiasme
Soudain un violent coup de vent Le pilote inquiet et vigilant me demande …où est passé le chalutier ?
Plus de chalutier ! Seul un océan de vagues agité par un vent
Quelques minutes d attente Avec surprise je découvre que le mât du chalutier s’est encastré à demi immergé sous la derive arriere de notre avion Enfin il chavire et disparait ! Un chapeau remonte la surface Mais ou sont les deux pécheurs ?
Suffocants et se débattant dans les vagues ,ils poussent des cris de détresse
Visiblement ils ne savent pas nager et disparaissent dans le creux d un énorme rouleau d’écume Enfin je les aperçois .....
Du sabord de l hydravion je leur jette deux bouées ils s accrochent avalant l eau de mer a profusion
Nous les hissons a bord a demi noyés Conclusion vol annulé et retour à la bouée !
Pleins de reconnaissance malgré la perte de leur outil de travail ils nous apportent aux cuisines un magnifique turbo,que le cuisinier préparera avec amour…

avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Sam 19 Juil 2014 - 18:41

Cap sur la future capitale Nouakshott Vol sur Sunderland 1957(extrait carnet de vol juillet 1957 )BASE Dakar Bel air 53S

Une mission nous est destinée… localiser l emplacement de la future capitale de la Mauritanie
Fort vent de sable ce jour ;;; et notre navigateur en sueur et très affairé se débat avec ses cartes ,ses instruments ,dérivométre et sextant La visibilité et très mauvaise et le sol parcouru par des tourbillons de sable Nous volons à mille pieds au dessus d un océan de dunes Le navigateur. annonce enfin" vertical Nouakshott "
Curieux nous nous précipitons vers le hublot et apercevons une palmeraie et quelques tentes
Voilà donc Nouakshott perdue dans les sables…dont le .premier point d’eau est situé à 70 km mais désignée comme la future capitale

Aujourd hui Nouakchott née de rien,est un pôle d’attraction et une ville champignon dynamique de 850 000habitants , toujours en cours de développement
avatar
jean claude monzie
QM 1
QM 1

Age : 72

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par jean claude monzie le Sam 19 Juil 2014 - 19:41

Nouakchott voila une capitale curieuse vieille de 50 ans et son développement aujourd'hui sur le plan population
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Ven 25 Juil 2014 - 15:13

de roger cornevin-hayton 53 S Karouba et Bel air
telergma le 21 Mai 1957 Vers 16 Heures crash d’ un Privateer sept victimes trois blessés deux disparus

La disparition du SM Josse lors du crash du Privateer 27 F ( flottille basée à Karouba )‘m’avait particulierement frappée! Ensemble à la BAN karouba dirigée par l’officier des equipages Tinés officier radariste , sa disparition laissait planer un certain mystére qui d ailleurs na jamais été éclairçi Je soupçonnais toutefois une issue fatale en opération apres sa disparition
EV Suret autre malheureux disparu de cette operation je l’ai connu lors de différents vols sur les avions quadrimoteurs de l époque

Tous deux furent frappés par le même destin ;;…Soupçonnant les causes de leur disparition dans l’ Aurés j’ai découvert dans l’ouvrage ci-dessous les élements apportant un début d explication

Extrait de « aviateurs en guerre « auteur Patrick-Charles Renaud

Me reférant à cet ouvrage je me suis interessé aux raisons et aux circonstances de la disparition de ce Privateer basé à karouba et tombé dans la région de Biskra ( 70 km au nord)

je rappelle les noms des membres de l’ équipage lors de cette mission

Victimes EV Kervella ,SM navigateur Gourmellon SM Roux de Vence SM radio Granet les seconds maitre mecanicien Cariou et Maton le matelot armurier Delepine

Blessés récupérés le SM pilote Monteleon , le Mtre armurier Bornet,et le SM armurier Grolleau

Disparus EV Suret et le SM radariste Josse

Recit simplifié du crash ( reference ouvrage ci dessus )

L’enseigne de vaisseau Suret a reçu son ordre de mission pour une reconnaissance armée au dessus des zones interdites des Aurés Alors que le ciel s est dégagé le Privateer décolle et met cap au sud Apres deux heures de vol le Privateer s’ engage dans une vallée en altitude afin d’éviter la barriére montagneuse qui leur fait face et bien trop haute pour pouvoir être franchie Le pilote amorce un virage à gauche au cours duquel l extremité de l aile gauche touche un rocher L avion prend feu avec prés de 8000 litres d essence dans les réservoirs d ailes Quatre membres de l équipage se retrouvent projetés ? à une dizaine de métres de l’avion devenu la proie des flammes Seuls Suret et Josse sont indemnes
Des voix étrangéres ponctuées de cris et de coups de feu,les font sortir de leur abri Une horde de fellagas entoure l avion Prudemment les trois survivants rampent vers la partie la plus sombre d ;une grotte
A l extérieur après avoir aidé les blessés Suret et Josse tombent aux mains des rebelles qui donnent le coup de grâce à deux blessés extraits du brasier
La nuit sera longue et froide , les trois marins entendront des coups de feu et les hurlements des rebelles qui passeront plusieurs fois devant la grotte
A l’aube plusieurs patrouilles de T6 décollent pour rechercher l épave … les trois survivants n osent pas sortir de la grotte
Les minutes paraissent interminables avant l’arrivée d’un hélicoptére parti à leur secours

Capturés ,l’ EV Suret et le SM josse seront les prisonniers d’un certain Oussifi Ahmed qui compte parmi ses membres un déserteur du 1er REP
Le bilan définitif du crash du privateer 28 F4 s élevera à 7 morts , 2 disparus et 3 blessés rescapés
Ce jour nous n’avons plus entendu parler de ces deux disparus …

Le commandant Turc ( ex commandant de la 26 F ex flottille de noroit ) enquêta sans obtenir( a ma connaissance ) de resultats concrets

avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Mer 30 Juil 2014 - 18:50

Sunderland 53 S 1 24 Fevrier 1957 Dakar bel air Bathurst ref carnet de vol extraits de mon journal

En route pour Bathurst( Gambie anglaise ) ;;;aujourd hui Banjul
La Gambie ;;; Petit État continental d'Afrique. enclavé dans le Sénégal, s'étend de part et d'autre du cours inférieur et de l'estuaire du fleuve Gambie, Voilà notre objectif …Nous allons rendre visite au consul de France
Vol tranquille Notre vaisseau se pose sur un plan d’eau encombré de bateaux les plus diversArrivée au port en hydroplanant ….port trés fréquenté Mais ou est donc la bouée d amarrage , ?L’eau défile de part et d autre à grande vitesse et les trainards( elements de toile en forme d entonnoirs utilisés sur les plans d eau par vent faible )
) sont rapidement largués à la demande du pilote par les hublots arriére du pont inférieur Cette approche précéde la prise de bouée d’amarrage délicate sur ce plan d’eau sans une ride
Le risque pour le radio ou le radariste chargé de cette corvée est de passer par-dessus bord Ce risque n est pas inexistant particulierement lorsque le plan d’eau véritable miroir ne laisse aucune liberté au pilote de controler la vitesse da l’appareil Ce jour par exemple nous avons failli emboutir un cargo amarré sur le port
A l arrivée nous sommes attendus par le consul … et une nuée de représentantes du sexe féminin impatientes de visiter notre vaisseau Le pilote ne peut refuser et nos charmantes invitées envahissent le Sunderland interméde qui n’est pas pour déplaire à l’équipage ;;;; Echanges chaleureux et gracieux sourires ...quelques photos pour la postérité…..
__________________________________________________________________________________________________________________________
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Sam 2 Aoû 2014 - 21:34



Recherches de l épave du Noroit aprés le crash du mardi 2 novembre 1953 10 heures 30
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Dim 3 Aoû 2014 - 12:28


karouba ( tunisie ) ravitaillement carburant sur sunderland


Dernière édition par cornevin-hayton le Dim 3 Aoû 2014 - 14:13, édité 1 fois
avatar
J.Revert
QM 2
QM 2

Age : 74
Commis équipage NON

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par J.Revert le Dim 3 Aoû 2014 - 12:44

Merci a vous CORNEVIN-HAYTON de faire connaitre par ces photos ce fameux ( et dangereux..!) Sunderland. Tel qu'il est présenté a quai, l'appellation aéronavale prend tout son sens.
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Dim 3 Aoû 2014 - 15:44



Dernière édition par cornevin-hayton le Dim 3 Aoû 2014 - 15:50, édité 1 fois
avatar
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89
Mécanicien

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Serge BAVOUX le Dim 3 Aoû 2014 - 15:48

Il ne s'agit pas de "Sunderland" mais de "Noroît."





Salut et fraternité !
avatar
J.Revert
QM 2
QM 2

Age : 74
Commis équipage NON

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par J.Revert le Dim 3 Aoû 2014 - 16:37

A l'attention de Serge Bavoux.
Un jeunot de commis qui a pour sa seule référence son grand frère noble aéro ( 27F) a une petite remarque a faire ,sauf erreur de ma part et avec tout le respect que je dois a un ancien et mécanicien de surcroît . Sur la photo de l'hydravion au mouillage l'on voit bien deux moteurs sur une aile . C'était bien un Sunderland quadrimoteur. Si je ne me trompe pas ,le Noroit était un hydravion bimoteur. Qui a tort, qui a raison  ? 
Cordialement
avatar
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89
Mécanicien

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Serge BAVOUX le Dim 3 Aoû 2014 - 20:29

à J.Revert.
Je parle de la photo par transmise par cornevin hayton, msg N 25 dont seul le lien de la photo apparaît soit



On y voit une cérémonie avec des gens en uniforme et des fleurs entre les avants de deux "Noroît"
Peut être ne l'as tu pas vue?

PS; Veux tu nous la retransmettre cornevin hayton?





Salut et fraternité !
avatar
J.Revert
QM 2
QM 2

Age : 74
Commis équipage NON

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par J.Revert le Lun 4 Aoû 2014 - 9:08

Avec toutes mes excuses Serge. Effectivement je n'avais pas vu la photo suivante    ( que je n'ai pas pu ouvrir..!) Bonne journée
Cordialement
  
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Lun 4 Aoû 2014 - 10:48

Je voulais mettre en ligne la photo de la cérémonie mais le lien n a pas fonctionné je vais revoir le probléme On voit bien sûr 2 noroit au second plan d ou la confusion avec la photo du sunderland
je me trouvais donc seul à la tour de contrôle lors du crash et ordinairement nous partagions la veille avec Laot ( radio)et Habault ( navigateur )Ma grande inquietude fut d avoir déclenché l alerte au pc ops et de ne rien voir remonter à la surface mais aussi le scepticisme du Cdt Kervella scrutant le lac avec ses jumelles Cette attente pleine d incertitude fut vraiment une épreuve dont je me souviendrai
Je posséde d autres photos concernant ce crash
notre atelier radio était composé de Ménager ,laot ,Duchet et moi m^me
amitiés à tous roger cornevin-hayton
Aux mureaux à ma connaissance nous n avions pas eu de problémes majeurs avec le noroit ( commandant Turc et oe Boubet )
avatar
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89
Mécanicien

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Serge BAVOUX le Lun 4 Aoû 2014 - 14:29

Merci cornevin hayton pour les photos que tu te proposes de nous envoyer.
Tu sais déjà , voir mes messages précédents, que je connaissait personnellement Dorion,Mignot et Chosserie. C’étaient des copains, tous seconds maîtres à la 27F à Dakar vers 1953 1954. Dorion état passé OE1 juste avant de quitter la 27F. Je me souviens comme il était heureux et fier d'être devenu officier On appelait Mignot " l'américain" Il avait fait l'école de pilotage aux USA et en avait gardé certaines habitudes. je ne sais pas ce qu'est devenu Maxime, seul rescapé.





Salut et fraternité !
avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Jeu 7 Aoû 2014 - 16:07

avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Jeu 7 Aoû 2014 - 21:06

Ce ne sont que des Reflexions très personnelles Qui mieux que nous qui sommes la mémoire vivante de la Royale, peut relater, par des souvenirs personnels, tout ce qui a fait cette Marine Moderne et Technologique (au détriment des relations humaines) ? FANCH

Le crash du Noroit Témoin direct de ce drame j ai donc gardé pour moi seul durant durant 61 ANS mes observations et mes impressions …. ce qui me semble paradoxal dans un monde ou tout le monde veut tout connaitre et tout savoir Pourquoi ?parce qu’il n’existe pas à ma connaissance de service adapté permettant aux témoins souvent impliqués dans un évenement quelconque de s’exprimer et c’est en cette occasion qu un site web démontre tous ses avantages et ses qualités

On ne peut exiger des témoins qu’ils aient l’envie de se souvenir et de s’exprimer Dans le cas qui nous interesse l’emotion ,la reflexion des individus témoins concernés passe au second plan « On honore les victimes chose normale mais il manque l’element essentiel… l’histoire de ‘l’événement «
(extrait article Stephane Grimaldi Directeur general du memorial de Caen )

Grâce a l’existence du site « cols bleus et pompons rouge « l’occasion m’est donnée d exprimer mon propre témoignage pour la premiére fois pour résumer ce drame j ai pu y apporter quelques éléments permettant non pas de faire avancer l enquête( je nai jamais eu cette prétention) mais d avoir une vue plus réaliste de
l évenement
61 années se sont donc écoulées depuis l’arrivée de ce drame et je n’ ai découvert aujourd’hui aucun autre témoin ) qui vit disparaitre… _7 membres de notre petite escadrille ordinairement composée d une vingtaine de pilotes et techniciens de diverses spécialités Ce drame j avais pu y assister seul en direct du sommet de la vigie . situation privilégiée qui me permit de déclencher l alerte et de faire intervenir la vedette de sauvetage dans les meilleurs délais permettant peut être de sauver l’un des membres de l’équipage comme on le sait seul survivant
.je n’ai jamais été interrogé sur le sujet et j’ai donc gardé photos réflexions et observations dans ma mémoire et archives personnelles jusqu’a ce jour où je puis enfin m’exprimer

Lors du crash mais conscient de l’évenement je descendais l’échelle de la vigie en trombe et surgissais au PC ops de la base ,perturbant le personnel administratif concentré sur sa propre activité Impressionné, sortant de son bureau le commandant me suivait Mais malgré ses jumelles et son escalade précipitée de l’échelle de la vigie il ne distinguait rien à l’ horizon Plan d eau totalement désert …Seule l’écume des vagues… Etes vous sûr me repetait il . !. Le doute ‘m’envahit et en complément un plan d’eau agité mais complétement désert .Impression que je n’ai jamais oubliée malgré le temps passé Je craignais en fait que mon imagination prenne le dessus …
Plusieurs minutes s’écoulent Quelques morceaux remontent lentement à la surface Soulagement ou constat effectif du naufrage ? Ma pensée était surtout dominée par la volonté de retrouver des rescapés Par radio j’apprenais enfin la récupération d un rescapé grievement blessé

Le commandant me confiait alors dés le lendemain les recherches sur le lac

Deux scaphandriers, deux hommes d’équipage ,un bateau atelier destiné aux scaphandriers ( voir photo )

Observations d’un scaphandrier « la profondeur varie de 7 à 10 métres et le fond est couvert d algues qui nous empéchent d’avancer ..De plus notre déplacement sur ce fond souléve des masses de sable rendant la visibilité très limitée «
En effet les « pieds lourds » se déplacaient très lentement et la fatigue apparut rapidement Chacun leur tour ils venaient prendre un bol d air sur le pont du bateau atelier et communiquer les résultats de leurs recherches
J’éviterai de parler de la récupération de l’épave et des victimes après une semaine de recherches et en particulier de l’aspect du poste mécanicien ( voir photo )

Il est évident que nos moyens étaient très limités si on considére les progrés réalisés dans ce domaine de la recherche d’objets immergés Ce qui me fait songer au mystére de la disparition de la Méduse echouée sur les bancs d Arguin en 1816 au large de la baie du Lévrier que nous survolions pratiquement à chaque séjour à Port Etienne et qui disposera lors des recherches en1980 ( soit 27 ans plus tard )de moyens techniques inconnus jusqu alors ;;;;soit l’utilisation de Detecteurs à protons sous l’autorité et le contrôle de Theodore Monod et de Yves Blot Malheureusement le trésor composé de pieces dor avait disparu mais ceci est une autre histoire … !

avatar
cornevin-hayton
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par cornevin-hayton le Lun 11 Aoû 2014 - 21:54

J ’ai eu recours à mon carnet de vol jauni par le temps et bien rangé dans le fond d’un tiroir …je lis 20 séjours à Port Etienne et autant de survols de l’ile Tidra et des bancs d Arguin
Au cours de nos missions sur Port Etienne de 1955 à 1957 J’ai donc survolé comme beaucoup d autres la Mauritanie ,ses plages désertes , ses dunes , ses massifs rocheux et enfin les bancs d Arguin …Il m’était donc difficile de rester indifférent à la tragédie de cette frégate disparue dans la région au siécle dernier …..la Méduse Et pourtant chaque jour en cours de vol ‘ aucun membre de l équipage ne se posait la question ignorant le drame qui s était déroulé le siecle précédent au large de cette région désertique !

Notre Survol journalier du Cap Blanc, promontoire rocheux et désolé sur fond de brume la baie du Lévrier Plus désolé ,.plus stérile encore que le reste de la côte ... Pas le moindre buisson sur la côte sablonneuse ,pas le moindre relief ou rocher que l'homme est en droit d'attendre du plus aride des paysages ..et pourtant c'est le plus surprenant refuge d'oiseaux marins de la planète ....mais c’est là aussi que nous réalisons entre deux vols les plus belles pêches en espérant que les requins ne viendront pas troubler notre quiétude de pêcheur amateur

Distinguer en dessous de nous l’emplacement approximatif du naufrage c ‘était rechercher une aiguille dans une botte de foin…
L'écran radar fourmille d'une multitude de points brillants.. image PPI ;;; ce sont des flottilles de chalutiers canariens et des bancs de poissons.. masses compactes et phosphorescentes qui se déplacent à fleur d'eau prés de la surface .... au milieu d’un « retour de mer »qui noie véritablement l’écran
En survolant ce lieu désertique ,de notre couche de nuages il nous est facile de distinguer sans efforts cette eau d'un vert profond qui s'éclairçit lors de la présence d'un banc de sable effleurant la surface de l'eau C'est en effet le fameux banc d'Arguin, un immense banc immergé ,une plate forme sous marine située bien au large constamment recouverte d'eau... Une immensité d'eau de faible profondeur à différents endroits cachant comme on le sait … un gigantesque piége aux marins non informés ..ce sont les bancs de sable ….’C est là que la Méduse s’échoua un beau jour de 1816

Le privilége de survoler cette région et de découvrir sous un ciel limpide les bancs d’Arguin ,incite inévitablement à vouloir évoquer et comprendre les causes de ce drame
Inexpérience du capitaine ou cartes mal renseignées ? Le sujet a été largement traité !
Nous tentons quand même quelques approches radar ;;; Ne serait ce que pour évaluer le point de ce naufrage célébre ,mais rien ce jour ,ne dissipera la part de mystere qui enveloppe cette disparition Face a cette terre aride la frégate s'est choisie la plus austere des tombes , « les bancs d’Arguin » un immense plateau à fleur d'eau ,vaste banc de sable ….qui émerge à marée basse ... quelque part au sud du cap Blanc par le travers de l'ile Tidra
Curieux j’étudie le sujet et je constate que la derniére expédition permettant d identifier l’emplacement du naufrage doit remonter aux environs de 1930 ?je quitterai donc la Mauritanie sans avoir eu le privilége exceptionnel de survoler l endroit précis du naufrage
Donc il ne reste plus qu’ à rever ! et de songer aux faibles moyens dont nous disposions pour détecter l’épave du Noroit disparu dans le lac de Bizerte ,deux années auparavant …

Une seconde campagne en 1961 1963 permet de compléter les connaissances du banc d’Arguin … mais pas de trace de l’épave
Dix ans plus tard ,nouvelle déception …
La réponse je la trouverai 50 années plus tard ….lors de la lecture de l’ouvrage d un remarquable explorateur des fonds marins jean yves Blot

Découverte de l’épave en 1980 .donc 25 ans aprés notre séjour à Port etienne
Toutefois l’intérêt et la curiosité persistent grâce à un homme qui se passionne depuis de longues années pour la frégate disparue , le professeur Théodore
Monod dont les travaux lui valent une renommée mondiale dans la connaissance du grand désert saharien
La solution définitive va finalement resulter de sa rencontre avec un jeune archéologue plein d’énergie et d’enthousiasme Jean –Yves Blot
Je fais reference à son ouvrage « Chronique d’un naufrage ordinaire «publié en 1980
Dans le cadre des moyens de recherches, l’exploration aérienne , le sonar que l on utilise dans nos escadrilles ,les sondeur à sediments , le scanner à infra rouges apparaissent d’emblée inutilisables
Reste le magnetometre à protons mis au point pendant la seconde guerre mondiale lors de la recherche d’un moyen de détection des sous marins en
plongée et qui devrait permettre de déceler les parties metalliques issues de l’épave et réparties sur une centaine de metres carrés

La chance sourit à l’expedition , une anomalie magnetique de 1000 gammas est repéree puis confirmée ( reference faite à l ouvrage de jean yves Blot) Deux plongeurs confirment la présence d’une épave et revenus la surface annoncent la présence sur le fond de canons de fer et de clous de cuivre L’enthousiame est grand …. ce ne peut être que la Méduse
Jean yves Blot plonge à son tour dans une eau opaque et glauque La visibilité ne dépasse pas 1 metre 50 et la profondeur est limitée à 5 ou 6 metres
« Quelques herbes épaisses poussent ça et là …. une épave ancienne surgit….rongée par plus d’un siecle de séjour sous marin Des poissons hantent le
fond ….. une tige de fer , un canon enrobé dans une épaisse gangue de calcaire puis un autre ,des feuilles de plomb , des chevilles de cuivre «
A la mi janvier , l’exploration se disloque .Une identification plus approfondiepermet de dire qu’il s’agit bien de la Méduse Mais la solution de cette énigme
entraine une interrogation Que sont devenus les fameux barils de pieces de monnaie ?
L’une des expeditions précédentes s’est elle approprié ces pieces d’or ….en toute discrétion
Une autre hypothese inattendue …. les barils n’auraient pas quitté le royaume le commandant du bateau aurait mis en lieu sûr les 90000 francs or avant le départ
Le mystere reste donc entier






avatar
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 89
Mécanicien

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Serge BAVOUX le Mar 12 Aoû 2014 - 20:37

merci pour ces intéressantes informations sur la Méduse...





Salut et fraternité !

Contenu sponsorisé

Re: ESCADRILLE 53 S

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 19 Déc 2018 - 11:16