Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre à Grenoble les 8, 9 et 10 juin 2019 Projet de programme Pour les inscriptions

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 731034 messages dans 14146 sujets

Nous avons 14535 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est JAYOL

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 20:05

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 19:55

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par Bureaumachine busset Aujourd'hui à 19:34

» LCT - L9061
par alain EGUERRE Aujourd'hui à 18:56

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par corre claude Aujourd'hui à 18:38

» [ Les stations radio et télécommunications ] Station de Rambouillet.
par L.P.(Pedro)Rodriguez Aujourd'hui à 14:37

» EMILE BERTIN (Croiseur)
par coutil Aujourd'hui à 12:43

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Aujourd'hui à 12:42

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Max Péron Aujourd'hui à 9:48

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par LA TOULINE Aujourd'hui à 8:12

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par Roli64 Hier à 17:48

» [Ports] LE VIEUX BREST
par Jean-Marie41 Hier à 17:08

» Gabare Luciole
par Invité Hier à 16:10

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par pinçon michel Hier à 7:07

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par byu30 Dim 9 Déc - 21:18

» [ Histoire et histoires ] Le Blockaus de Plougonvelin (29)
par COLLEMANT Dominique Dim 9 Déc - 16:39

» DIXMUDE (BPC)
par Bureaumachine busset Dim 9 Déc - 14:29

» [Catastrophes...] PREMIAN ... LE SOUVENIR
par Joël Chandelier Dim 9 Déc - 12:43

» COMMANDANT DUCUING (AVISO)
par Laurent Dim 9 Déc - 11:04

» [ Divers - Les classiques ] Sous-marin La Minerve 1941
par loulou06000 Sam 8 Déc - 21:30

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Bureaumachine busset Sam 8 Déc - 19:23

» [Aéronavale divers] Le LYNX WG13
par marsouin Sam 8 Déc - 17:59

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par guedon Ven 7 Déc - 16:18

» BOUVET (EE)
par gégé Ven 7 Déc - 14:52

» FLOTTILLE 34 F
par montroulez Jeu 6 Déc - 19:59

» RHÔNE (BSAH)
par gilbert kerisit Jeu 6 Déc - 13:11

» [Divers EAMF] Cours du BS mécanicien du service général à Saint Mandrier
par ftaviot Jeu 6 Déc - 10:55

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc - 10:37

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Les insignes redessinés
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc - 9:07

» [Service à terre] STATION RADIO ROCHANOU à PLOUGASTEL DAOULAS (C R A X BREST).
par reneelyo Jeu 6 Déc - 7:06

» LES AVISOS EX COLONIAUX BISSON ET CDT DE PIMODAN
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc - 2:56

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc - 2:47

» [ Bâtiments de ligne ] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par PAUGAM herve Mer 5 Déc - 20:28

» [DIVERS - DRAGUEURS ET CHASSEURS DE MINES] DRAGUEURS DE MINES EX ALLEMANDS
par Joël Chandelier Mer 5 Déc - 19:42

» MAURIENNE (BB - MURUROA)
par DAN Mer 5 Déc - 18:53

» L'Expédition d'Egypte 1956
par Bureaumachine busset Mer 5 Déc - 16:36

» TARTU (EE)
par lefrancois Mer 5 Déc - 11:22

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES
par loulou06000 Mar 4 Déc - 22:11

» [Divers les Nuc] Le BARRACUDA
par COLLEMANT Dominique Mar 4 Déc - 20:28

» AGOSTA (SM)
par Jean-Marie41 Mar 4 Déc - 17:58

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG - VOLUME 001
par Joël Chandelier Mar 4 Déc - 13:43

» LE NORMAND (ER)
par t.neveux Mar 4 Déc - 11:11

» [ École des Mousses ] 2ème compagnie mars 72 - mars 73
par DTL Mar 4 Déc - 10:26

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 3]
par Michel Roux Mar 4 Déc - 9:16

» DÉTROYAT (AVISO)
par mysterioustef Mar 4 Déc - 9:03

» [Fusiliers Marins] AMIRAL RONARC'H
par PINGOUIN NOSTALGIQUE Mar 4 Déc - 7:46

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par tsarrax Lun 3 Déc - 20:12

» [ Blog visiteurs ] Charles Perrot.
par Invité Dim 2 Déc - 22:12

» [ Blog visiteurs ] PAPOUIN Allain
par Invité Dim 2 Déc - 21:47

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Jean-Marie41 Dim 2 Déc - 18:50

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par pinçon michel Dim 2 Déc - 6:55

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par Pele70 Sam 1 Déc - 13:24

» MISTRAL (BPC)
par Michel Roux Sam 1 Déc - 10:40

» LOCUSTE (GABARE)
par Pascal 57 Sam 1 Déc - 10:09

» [ Blog visiteurs ] BAN Dakar 1952 à 1956
par Brand Robert Ven 30 Nov - 21:25

» SEINE (BSAH)
par Jean-Marie41 Ven 30 Nov - 17:59

» [Les anciens avions de l'aéro] F4 U7 Corsair
par matelot joe Ven 30 Nov - 10:35

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par DTL Ven 30 Nov - 10:17

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Bureaumachine busset Jeu 29 Nov - 21:39

» TAAPE (Remorqueur-Ravitailleur)
par Jean-Marie41 Jeu 29 Nov - 18:03

» [Les Musées en rapport avec la Marine] CEUX QUI VISITENT LA FLORE
par espadon44 Jeu 29 Nov - 16:46

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Jean-Léon Jeu 29 Nov - 12:06

» MINERVE (SM)
par Jean-Léon Jeu 29 Nov - 11:15

» [Campagnes] DAKAR
par gerard reboux Jeu 29 Nov - 9:39

» ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par boboss Jeu 29 Nov - 8:48

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par VERNEYGérard84 Mer 28 Nov - 17:32

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par hetet a Mer 28 Nov - 15:59

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov - 18:23

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par loulou06000 Mar 27 Nov - 17:48

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Michel Roux Mar 27 Nov - 17:38

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE DES ANCIENS MARINS DES AEROPORTS DE L'ILE DE FRANCE
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov - 17:11

» [ Recherches de camarades ] du ER Le Corse 73/74
par cajun Mar 27 Nov - 9:27

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Bureaumachine busset Lun 26 Nov - 17:36

» [ VOS ESCALES ] Alexandrie - Égypte
par Bureaumachine busset Lun 26 Nov - 17:32

» [ Blog visiteurs - Répondez au message pour voir l'email ] Recherche personnes embarqués sur le Clemenceau et le Foch octobre 1967 à septembre 1970
par Pierre 83 Lun 26 Nov - 11:20

» [ VOS ESCALES ] Hong Kong
par Bureaumachine busset Dim 25 Nov - 16:00

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par Charly Dim 25 Nov - 8:05

» [Vie des ports] Les ports de la Réunion
par COLLEMANT Dominique Sam 24 Nov - 22:21

» RHIN (BSL)
par Bagadoo Sam 24 Nov - 14:51

» [ Blog visiteurs ] Recherche anciens camarades de mon père, 2 campagnes Jeanne D'Arc 73/74 et 74/75
par Invité Sam 24 Nov - 13:38

» SÉMAPHORE - LE TOULINGUET - PRESQU'ÎLE DE CROZON (FINISTÈRE)
par Joël Chandelier Sam 24 Nov - 12:55

» [ Les sémaphores - divers ] Réorganisation pour les Sémaphores de la façade Atlantique
par Joël Chandelier Sam 24 Nov - 12:52

» [ Recherches de camarades ] Jeanne d'Arc campagne 78 79 flotille 35F
par Claude Eas Sam 24 Nov - 8:29

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Charly Ven 23 Nov - 19:10

» [ Associations anciens Marins ] ADOSM TOULON 2018
par takeo Ven 23 Nov - 17:49

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par jobic Ven 23 Nov - 16:23

» GEORGES LEYGUES (CORVETTE)
par René Riu Ven 23 Nov - 15:12

» [ DIVERS - ÉCOLE DE MAISTRANCE] École de Maistrance à Saint-Mandrier
par BONNERUE Daniel Ven 23 Nov - 13:44

» [ Recherches de camarades ] EE SURCOUF entre 1955 et 1957
par LA TOULINE Ven 23 Nov - 10:55

» [ HISTOIRE ET HISTOIRES ] LA TRANSMISSION DE LA MÉMOIRE À TRAVERS LA DÉCOUVERTE DE LIEUX ANCRÉS DANS L'HISTOIRE
par VENDEEN69 Ven 23 Nov - 7:59

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Ven 23 Nov - 7:53

» [ Recherches de camarades ] Recherche Gaillardon qui était sur l'escorteur cotier le fougueux en 1963
par granjac Jeu 22 Nov - 18:59

» [ Recherches de camarades ] GEM ST MANDRIER 1982 à 1985
par liteon03 Jeu 22 Nov - 17:42

» [LES B.A.N.] Saint-Mandrier
par berflo Jeu 22 Nov - 17:34

» SUFFREN (FLM )
par framery Jeu 22 Nov - 12:47

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par Franjacq Jeu 22 Nov - 10:18

» LA SEINE (PRE)
par GROUSSEAU Jeu 22 Nov - 9:47

» [ Blog visiteurs ] Pointe des Blagueurs Saigon
par Invité Jeu 22 Nov - 3:47

» [HISTOIRES ET HISTOIRE] [SUJET UNIQUE] LE CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE
par TUR2 Mer 21 Nov - 16:30

DERNIERS SUJETS


Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

[Divers Navires amphibies] Les LST

Partagez
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Mar 5 Fév - 13:48

les LST / LANDING SHIP TANK

Il serait bon d'ouvrir une page pour ces bateaux, d'origine américaine, qui ont servi la France à onze exemplaires, principalement pendant notre guerre d'Indochine, et en Algérie et qui sont un peu, voire pas mal, oubliés.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 7 Fév - 13:51

Au sujet des LST

Voici les noms de ces onze bateaux à fonds plats, d’une longueur de cent mètres, que nous cédèrent les Etats-Unis d’Amérique entre 1946 et 1951 :

LST 177 Laita
LST 223 Rance
LST 326 Liamone
LST 347 Vire
LST 382 Paillote
LST 490 Vulcain
LST 508 Orne
LST 815 Odet
LST 860 Adour
LST 874 Chéliff
LST 973 Golo

Excepté la Paillote, qui ne fonctionnait déjà plus quand on leur attribua un nom, et le Vulcain, qui était un LST navire atelier au service des flottilles ou autres bâtiments qui œuvraient en Indochine, ces navires eurent tous un nom de fleuve côtier français, ou algérien pour le 874
A la fin de ce conflit, le Vulcain fut remis à la Chine de Taiwan en 1957 et prit le nom de Wu Tai ;

A PILON


Dernière édition par le Sam 9 Fév - 2:53, édité 2 fois
avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 80
Mécanicien NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Jean Veillon le Jeu 7 Fév - 16:55

L S T, n'est-ce pas plutôt "Landing Ship Transport" ?
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 7 Fév - 18:02

Négatif, c'est bien Landing Ship Tank ou encore Tank Landing Ship

tu peux voir l'immense site marine us : www.navsource.org , partie Amphibious.

A PILON


Dernière édition par PILON le Mar 11 Mar - 19:23, édité 1 fois
avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 80
Mécanicien NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Jean Veillon le Jeu 7 Fév - 21:14

Oui Pilon, tu as raison, il s'agit bien de Tank Landing Ship. J'ai retrouvé ça sur ma doc perso.
I'm sorry
Jean
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 7 Fév - 23:51

Landing Ship TANK
je ne suis pas très fort en Anglais, mais je crois que le mot tank ne doit pas être pris dans le sens « char d’assaut », ce que nous avons fait, il me semble, en construisant nos cinq BDC : Trieux etc…
Je pense que ce mot doit être pris dans le sens de TANK = réservoir
On sait que ces bâtiments construits à près de 1200 exemplaires débarquaient de tout : Chars, trains, véhicules de toutes sortes, canons, régiments entiers. Un LCT type US, de 33 mètres environ pouvait être casé sur son pont plat. Posé sur des espèces de galets, il était mis à l’eau avec de la gite ; il y a des photos sur www.navsource.org

Ils étaient donc des réservoirs de « Tout »

ET sais-tu que plusieurs d’entre eux ont été » gréés en porte-avions ? avions légers bien sûr.

Une petite question qui n’a rien à voir STP
Que veux dire le M de ton grade ? OSM / officier spécialisé Mécanicien ?
C’est un oubli de ma part.

Merci d’avance

André PILON


Dernière édition par le Sam 9 Fév - 2:55, édité 1 fois
avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 80
Mécanicien NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Jean Veillon le Ven 8 Fév - 7:35

pour A; Pilon
Merci de tes infos sur les LST. Je savais que "tank" signifiait reservoir,et je n'imaginais pas que ce terme pouvait s'appliquer à ce genre de baille plutôt voué au transport de matériel lourd et de personnel qu'à des capacités de liquides.

Le M de OSM signifie simplement "Marine" -"Officiers Spécialisés de la Marine."- (personnellement, je tiens au "la". Si tu veux je t'expliquerai pourquoi....)
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Ven 8 Fév - 9:01

bien le bonjour

oui, jean, tu pourras me l'expliquer, quand tu auras un moment.


A PILON
avatar
CIPAL 83
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Le LST Golo et ses ancètres

Message par CIPAL 83 le Dim 24 Fév - 22:29

Le LST Golo et ses ancètres.

Je ne vais pas vous parler de la vie du Golo quand il est devenu français, A Pilon l'a déjà fait ni vous montrer la photo de ce bateau quand il est arrivé à Toulon, Papoupalme l'a fait aussi.
Je vais vous parler des bateaux qui ont porté ce nom, d'où il vient, et vous monter des photos à différentes époque de sa vie.
Tout le monde sait que tous les ravitailleurs de la marine porte des noms de rivières françaises.
Le Golo est le plus grand fleuve de la Corse, (75kms) prend sa source au dessus d'Albertaccia, traverse le barrage de Calacuccia, les villes de Francardo, Ponte Leccia et Ponte Novo, haut lieu de la résistance des Corses contre les troupes françaises au XVIIIème siècle.
On dit que les eaux du Golo avait la couleur du sang des combattants.
Il finit sa course au sud de Casamozza.
Lorsque je me suis marié avec ma corsoise et que nous sommes allés en Corse, j'ai voulu voir ce fleuve dont j'avais porté le nom sur mon bachi pendant plus de deux ans, j'ai été déçu, je m'attendais à voir une fleuve aussi grand que la Seine ou la Loire mais ce n'était qu'un oued.
Un oued qui peut être dangereux à cause de ses crues et dont les truites sont bonnes.
Maintenant les bateaux ayant portés ce nom : il aurai été construit vers 1843 et aurait assuré le courrier entre Corse et continent.
Spoiler:


Ensuite, celui là, de la Cie Fraissinet certainement entre les deux guerres vue en sortant de Marseille, le premier appartenait à la Cie Valéry.


Puis vint certainement le premier navire de guerre, c'était un ravitailleur construit en 1933, le seul construit par la marine entre les deux guerre, seule particularité, sa propulsion diesel.


Je vais vous montrer la couleur qu'avait le bateau de nos rêves lorsque les américains nous l'on donné. C'est sur la plage de Nhatrang, seule plage où on beachait au sec, plage où l'Adour a sauté et où ma petite Rita fut tuée, (voir les mascottes du golo au chapitre Indochine).


Pour terminer une de ces dernière photos prise en 1958 au port de Médéa par le QM Leroux guy du club de modélisme de Sanary et que j'espère faire venir au forum, il a énormément de belles photos du Golo.
Sur celle ci on voit qu'il a bien vieilli et il ne lui restait plus qu'un à naviguer.


Je vais terminer pour ce soir.
Amicalement à tous en particulier à Pilon et Papou pour les faire rêver ce soir.
Guy

avatar
3eme ligne
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
Radio NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par 3eme ligne le Dim 24 Fév - 22:45

Papou devrait nous parler d'un de ses premiers embarquements sur ce LST, il a navigué dessus semble t'il.





"Give blood, play rugby !"
avatar
3eme ligne
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
Radio NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par 3eme ligne le Lun 25 Fév - 21:41

Next, to follow !





"Give blood, play rugby !"
avatar
cuny
MAJOR
MAJOR

Age : 70
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par cuny le Lun 25 Fév - 22:00

Merci PAPOU. , :D :D :D
Je me régale quant tu racontes :cheers: :cheers: :cheers: : les dates, les noms, et tout et tous, comment fait tu pour te rappeler de tout ?
Tu devrais écrire un livre. :cheers: :cheers: :cheers:
J'attends la suite. :D :D :D
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

le Golo et ses ancêtres

Message par PILON le Mar 26 Fév - 23:20

Saga du Golo, suite.

Un beau voyage, à la suite de quoi, les Américains vont nous remettre un navire.
Spoiler:

Le premier novembre 1951, à vingt heures, un Boeing Stratocruiser quadrimoteur deux ponts quitte Paris pour Shannon en Irlande.
Dans cet appareil se trouve 75 personnes, c’est moins les cinq officiers qui prendront un autre avion, l’équipage d’un bateau, un LST, que vont nous remettre dans quelques jours les Américains.
Le contingent est sous les ordres du maître canonnier, le maître A.
Mais, au-dessus de Rouen, le moteur extérieur de droite ne marche plus.
On dévie et nous volons maintenant vers Londres.
Une heure et demie de vol et nous sommes posés.
Nous coucherons ce soir à l’hôtel et nous repartirons demain dans un autre appareil car le moteur sera très long à réparer, apprend-on.

2 novembre :
A huit heures nous quittons le Seldson Park Hôtel, là où nous avons couché.
A 11 heures départ pour Shannon où nous arrivons à 12 heures 30.
Il est bon de dire que volant dans un avion pour millionnaires les Anglais nous ont traité comme tel.
Les deux matelots timoniers, G. B et moi avons eu droit a un appartement deux pièces avec salle de bain, une cheminée avec du feu.
Et tout l’équipage fut ainsi traité.
Au matin nous avons pris chacun un bain, ce qui fait que je suis arrivé en retard pour le déjeuner et je me suis bien fait avoiner par le bidel, une façon de parfaire la connaissance mutuelle, puisque je l’ai vu il y a trois jours pour la première fois.
Je n’avais jamais entendu sa charmante voix.
Je n’allais quand même pas rater cette possibilité de prendre un bain, bien chaud et moussant… c’était le premier bain de ma vie.
Jusqu’à ce jour je n’avais pris que des douches ; mais je m’y suis un peu éternisé, j’en conviens.
Nous avons volé au-dessus de la mer de nuages, de temps en temps nous apercevons la terre ou la mer au travers de quelques lacunes dans la couche nuageuse
Deux heures d’escale à Shannon, et nous appareillons pour l’Islande.
Il doit faire froid là-bas il paraît qu’un cyclone qui rôde quelque part sur l’océan Atlantique nous empêche de faire directement route de Shannon sur New York comme prévu.
Nous volons encore au-dessus des nuages et parfois le bleu de la mer se laisse entrevoir.
Ce parcours aérien se fait sans incident.
Vers dix-neuf heures, le quadrimoteur se pose à Keflavik.
Aussitôt le nez dehors, chacun se serre dans son caban pour se réchauffer, et se cavale à la gare en grande vitesse.
Il fait un vent fou et il est très froid, il pleut aussi ; une sorte de neige fondue.
Nous reprenons l’air après deux heures d’escale.

Nous sommes en l’air depuis trois heures.
Comme il fait bon dormir dans un avion, c’est vraiment mieux que dans un train, il n’y pas le tam-tam bruyant des roues, juste un bourdonnement des moteurs qui endort.
A quatre heures, nous sommes réveillés : fasten belt, " Attachez vos ceintures " s’affiche dans la cabine.
Nous sommes arrivés à Gander, aéroport de Terre-Neuve.
Encore deux heurs d’escale technique puis nous reprenons la direction de New York.
Dans la matinée, nous sommes arrivés.
Il parait que nous sommes à New-York.
Quel sale temps, il pleut fortement et d’en haut on ne voit rien du tout, donc pas de gratte-ciel en vue, ce sera pour la prochaine visite, le prochain passage.
Sur le terrain il y a plein d’eau, et il est remarquable que nous y voyons des canards sauvages.
Normalement, notre voyage est terminé, puisque nous devons traverser les États-Unis en train.
Nos montres ont déjà six heures de retard sur l’heure de Paris.
Mais il y a contre-ordre ; comme nous avons été retardé avec la panne et le détour vers le grand Nord, nous prendrons l’avion pour nous rendre à San Diégo, en Californie.
C’est fort dommage, la traversée de ce pays aurait été formidable, pour moi, tout au moins.
Un matelot électricien, rajouté sur la liste d’équipage in extrémis, aura la chance de rallier ainsi San Diégo quelques jours plus tard.
A onze heures trente, alors que nous embarquons dans l’avion, il pleut toujours et un quart d’heure plus tard l’appareil est tout là-haut, dans la brume, nous montons pour traverser l’épaisse couche de nuage ; il y a en a très épais.
Enfin le soleil apparaît, qu'il fait beau au-dessus de cet épaisse masse nuageuse !
C’est blanc, c’est gelé, c’est éblouissant !
L’avion - je pense que c’est un DC6 - a mis le cap vers San-Diégo, on n’aperçoit toujours pas la terre, les nuages sont trop épais.
Nous volons au-dessus le la Pennsylvanie, et, quand les nuages s’éclaircissent nous apercevons le sol couvert de neige, il doit faire froid extérieurement, car il y a de la glace sur mon hublot, aussitôt que je l’enlève elle se reforme.
Pendant tout l’après- midi nous volerons au-dessus des champs de neige, quel merveilleux spectacle, quelle vue nous avons alors qu’il n’y a plus un seul nuage.
Mais la fête ne durera pas longtemps car au loin on aperçoit une bande grisâtre qui grossit et noircit à vue d’œil en devenant des plus noirâtres.
Dans l’avion, le signal falsten belt, " Attachez vos ceintures ", s’allume et s’affiche de nouveau.
Encore une escale pensons-nous, mais tout-à-coup, c’est la branlée qui commence, l’avion tombe dans un trou d’air (1) puis aussitôt dans un autre, l’appareil se trouve secoué comme un fétu de paille.
Nous sommes dans un cyclone nous dit-on et la carlingue craque et gémit ; plusieurs types commencent déjà à ne pas être à leur aise.
Heureusement que nous avons des ceintures, car quand l’avion tombe dans les trous nous sommes décollés des fauteuils.
Je commence ne pas me sentir bien, j’essaye de lire.
Nous avons plein de livres, le chef du détachement a donné à chacun d’entre nous deux ouvrages, ce qui constitueras la bibliothèque du bord.
J’ai en main un polar de la série verte d’Ellery Quenn, mais il ne passe pas ; je fais la connaissances avec le mal de l’air.
Et puis je m’endors un certain temps.
Soudain, je me réveille en catastrophe, je décroche ma ceinture et me voilà parti à toute vitesse dans le fond, direction les cabinets.
Dans le fond, il y avait l’hôtesse qui se met à me réprimander parce que j’allais me casser les pattes ; je devais être attaché, il y a danger…
Je n’y comprenais rien.
Elle n’a pas insisté, elle m’a laissé passer, car elle a vu que je lui aurait dégobillé tout mon déjeuner à moitié digéré dans son corsage ou dans ses poches.
Et puis, voici maintenant un moteur qui est en panne, givré dit-on et en plein dans la tornade ! l’avion penche, toujours secoué il tient quand même ; malade, je m’endors encore, je me réveille plus tard, il est maintenant sept heurs et l’avion se prépare à atterrir.
Nous avons fait demi-tour et nous atterrissons à Oklahoma-City, l'aérodrome s'appelle Villerogers.
Il fait nuit on ne voit pas grand chose du pays, à part quelques avions au parking.
Je reprend assez vite mes esprits ainsi que plusieurs autres qui ont pu comme moi constater que le mal de l'air est pire que le mal de mer ; heureusement il dure moins longtemps ; une zone perturbée est vite traversée, tandis qu'en bateau…
Je suis impressionné, car pour la seconde fois, après New-York, je pose les pieds sur le sol américain ; mais ce qui est remarquable, c’est que je me trouve dans les grandes plaines, objet de mes lectures enfantines, au temps ou je cavalais avec « Cavalier rouge » et « Petit castor », deux de mes héros, après les indiens qui s'opposaient à l'arrivée des pionniers sur leur sol.
A cette époque-là, j'avais 12 à 13 ans, m'identifiant avec mes héros, je me retrouvais parfois fiancé avec une indienne aux longs cheveux noirs, la fille du chef bien sûr, et j'avais la chance de ne jamais être prisonnier ni attaché au poteau de torture.
J'ai beau écarquiller les yeux, aujourd'hui, le 4 novembre 1951, des indiens, des indiennes je n’en vois pas, ceux qui restent dans l'Oklahoma sont en réserves probablement.
Après deux heures d'escale, il nous faut rembarquer et nous allons prendre le chemin de la côte de l'Océan Pacifique.
Dans l'avion, qui vole maintenant dans une atmosphère totalement calme, il nous sera remis une petite collation et sitôt arrivé, vers les minuit, nous passerons à la rampe de l’immense cafétéria de la base de San Diégo.
Notre voyage est terminé.
Demain matin je découvrirai l’Amérique, et sans tarder la ville frontière de Tijuana, au Mexique, où nous irons faire la fête avec les matelots américains trop jeunes pour avoir droit à l'alcool qui n'est servi qu'à 21 ans en Californie.
Dans trois jours, le LST 973 prendra le nom de Golo (un fleuve Corse), probablement parce que le ministre de la Marine était Jacques Gavini.

1- En physique nous avons appris qu'un gaz occupe de façon uniforme tout le volume qui lui est offert, il ne peut donc pas y avoir de trous d’air.
Cet impression de trou est produite par les mouvements ascendants et descendants des masses d’air ; principalement par les mouvements descendants.
C'est surtout sensible dans les nuages à développement vertical comme les cumulus.
Du reste quand les cumulus atteignent le stade de cumulonimbus, les avions ne vont pas se fourrer dedans.

André Pilon


Dernière édition par PILON le Jeu 13 Mar - 17:02, édité 3 fois
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Le LST Golo et ses ancêtres

Message par PILON le Mer 27 Fév - 14:49

Saga du Golo : suite

Une cérémonie officielle franco-américaine.


Spoiler:

Le 7 novembre 1951 fut un jour remarquable pour moi et dont je me souviendrai toute ma vie
C’est celui où les américains remettrons le Golo à la France

L’équipage est aux Etats-Unis depuis quatre jours dans la grande base de San Diégo sur la côte Pacifique et nous avons déjà décrit hier le beau voyage en avion que nous avons pu faire pour venir jusqu’ici. Si prendre l’avion est devenu courant maintenant, il n’en était pas ainsi en 1951.
Cet après-midi donc, aura lieu la cérémonie officielle de transfert. Sitôt le repas de midi nous nous préparons tous et revêtons la tenue de sortie numéro un pour nous rendre à bord ; certains y sont déjà allé ce matin, un ou deux de chaque service afin de reconnaître les lieux.
Excepté l’officier en second qui à déjà fait la Laita, ex LST 177, personne, je pense parmi nous n’a embarqué sur ce genre de bâtiment bien que notre marine en possède déjà dix dont deux qui ne naviguent plus et qui n’ont jamais reçu le numéro OTAN, et pour cause l’OTAN n’existant pas encore il y a quelques années. Ces bâtiments sont en service en Indochine.

Et les langues vont bon train… Et ça papote et ça dit n’importe quoi… de vrais commérages… Oui, nous embarquons sur un bateau à fond plat, ça ne tient pas la mer, c’est comme une caisse à savon sur l’eau… Avec la houle de travers, l’homme de barre n’arrive pas à tenir son cap, le bateau ripe… L’homme de barre écrit son nom sur l’eau… On va drôlement se faire branler…

Personnellement, j’ai « déjà » dix-neuf mois de marine et à part sur les photos du débarquement de Normandie, je n’ai jamais vu un navire de ce genre avec des portes à l’avant au lieu d’étrave. Un bateau sans quille et à fond plat. Pour moi, c’est un non-sens ; et ce d’autant plus qu’avec sept de mes camarades nous provenons du grand croiseur Georges-Leygues, un vrai bateau comme il se doit avec étrave pour fendre l’onde et créer son passage, ainsi qu’une véritable quille.
Je pense que mes camarades sont dans le même état d’esprit à la vue de ce « sabot », comme disent encore d’autres de nos loustics.

Vers quinze heures, deux cars nous amènent sur le quai, le long du bord où, sous la direction du maître canonnier et du bidel nous attendons en ordre le signal d’embarquement. Là, nous avons tout le loisir d’admirer notre « ship » (nous connaissons déjà quelques mots d’anglais). Il est tout frais peint, il doit sortir d’un chantier de peinture et tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, comme nous le remarquerons par la suite, on n’y verra pas une seule tache, pas une anomalie, que ce soit de la moindre saleté ou de rouille. Ils ont bien fait les choses ! Du reste, ici où là, à bord, on y voit encore plusieurs matelots qui manœuvrent occasionnellement le faubert ! de A à Z, la cérémonie de transfert doit-être parfaite et exemplaire, le bateau aussi.
Le numéro 973, peint à l’avant indique qu’il est le 973ème bâtiment de ce type sorti des divers chantiers américains (et d’Angleterre pour quelques-uns) pour les besoins de la Second Guerre mondiale.
Les américains ne disent pas 973, ils le nomment : LST nine, seven, three.
En attendant les autorités, nous allons nous mettre en place, l’équipage français à bâbord arrière, une partie de l’équipage américain, à tribord. Sur la photo qui sera tirée je me trouve le long de la rambarde, devant le second-maître radio.
Une musique militaire prend place sur l’avant du navire à tribord et puis arrive les autorités : tout d’abord, nos officiers, avec, en tête le capitaine de corvette Lévêque, notre commandant ; les officiers US qui quitterons leur bord sitôt le transfert effectué. Ils sont suivis par les officiels français et américains. Pour nos deux pays, il y a là des représentants du gouvernement et des armées. Il y a donc des civils et des militaires, dont deux amiraux de la Marine des Etats-Unis.
Bien entendu, ce sont les timoniers qui sont à l’honneur pour les mouvements des pavillons américains puis français qui vont avoir lieu. Le Golo compte trois timoniers ; le QM1 C. ira à l’arrière hisser le pavillon national, le matelot B. ira à l’avant hisser celui de beaupré. Et moi, qui suis le plus jeune des trois, j’irai tout simplement, sur les rangs, avec les autres membres de l'équipage.
Toute l’assistance tournée vers l’arrière, la musique jouera les couleurs pendant laquelle la bannière aux 48 étoiles (50 de nos jours) sera rentrée, ainsi que l’hymne national US, et tous nous saluerons comme on nous a ordonné de le faire.
Ensuite ce sera la cérémonie les couleurs françaises qui verra monter le pavillon tricolore simultanément à la corne et au beaupré, marins français à bas les bonnets, et bientôt recoiffés pour saluer la Marseillaise que la musique américaine aura probablement apprise pour l’occasion.
S’en suivit, par un officier supérieur français, que nous ne verrons que cette fois-là, la présentation du capitaine de corvette Lévêque à son équipage avec la formule consacrée : Officiers, officiers mariniers, QM et matelots du LST Golo, vous reconnaîtrez pour votre commandant le capitaine de corvette Lévêque… et vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera pour le bien du service et le succès des armes de la France.

La cérémonie étant terminée, les officiels quittent le bord et les marins français se répandent chez eux, dans leur nouveau bateau, avec quelques américains, tous parlant français, qui vont rester avec nous quelques jours, désignés pour nous guider, pour nous aider à assimiler selon les divers services, les particularités d’un tel bâtiment.
Je deviendrai ainsi ami avec le QM signalman (timonier) Barthélemy, un grand garçon noir de la Louisiane qui possédait une Buick Eigth (en France nous en étions encore au vélo et à la moto) et c’est, dans son « char à bancs » comme il disait, avec son parler vieux Français cajun, que nous nous rendrons le soir même, la Buick bondée, en la ville-frontière de Tijuana, au Mexique, arroser à notre façon la remise du Golo à la France .

André Pilon


Dernière édition par PILON le Mer 27 Fév - 21:33, édité 1 fois
avatar
CIPAL 83
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par CIPAL 83 le Mer 27 Fév - 21:11

L'autre soir, j'ai oublié de dire que le premier bateau de guerre ayant porté le nom du Golo avait été sabordé à Toulon le 27 novembre 1942.
Ci joint la liste des campagnes de nos 2 glorieux bateaux.


Comme vous pouvez le voir tous les deux on fait l'Indo, Madagascar et l'AFN
Ils ont bien mérités de la patrie ainsi que les gars qui ont eut leur sac à bord.
Amitiés à tous
Guy
avatar
CIPAL 83
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par CIPAL 83 le Mer 27 Fév - 22:02

Papoupalme
Pour les photos va dans vie du Forum, ensuite tu vas dans "post pour essai de mise en place".
Dernière page tu vas à répondre.
Ligne des symboles, 15ème case, clic gauche.
Ligne fichier clic G sur parcourir.
A droite appairait un fichier, cherche et sélectionne ta photo, tu l'ouvres, la ligne fichier à droite se rempli.
Sur la ligne URL tu sélectionne 640pixels TRÈS IMPORTANT et tu envoies
Là comme dans la blagues Fernand Reynaud sur le fut du canon il faut un certain temps.
Apparait enfin un autre cadre, dans la ligne image clic sur copier la ligne devient bleue, clic droit surla partie bleue et dans le cadre qui s'ouvre clic sur copier, amène le curseur dans la partie gauche et clic sur coller.

Si tout à bien marché tu dois avoir une photos de ma maquette du Golo.


Bien amicalement
A demain matin ou tout à l'heure
Guy
Ah très important j'oubliais, quand tu as collé ton image, clic sur prévisualiser comme ça tu vois si ça a marché, et tu ne passes pas pour un nul.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Détecteur NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par jean-claude BAUD le Mer 27 Fév - 22:18

CIPAL 83 :cheers: pour la maquette..
André :cheers: pour la précision de tes souvenirs..




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 28 Fév - 22:41

Les LST américains au service de la France.


Spoiler:
Onze LST ont été transférés à la France entre 1946 et 1951, principalement pour les besoins de la guerre d’Indochine, ils furent soit loués, achetés ou obtenus sous d’autres formes de transfert ou de contrats.
Excepté le Vulcain, qui était un navire atelier, on leur attribua des noms de fleuves côtiers français et l’Algérie pour le Cheliff.
Ils ne portèrent ces noms ainsi que leur numérotation OTAN qu’à partir du 4 avril 1949, date de la signature de ce traité.

LST 326, nommé Liamone, N° OTAN L 9000, construit à Philadelphie navy yard du 12 novembre 1942 au 11 févier 1943, marraine : miss Mildred E. Kelly ; transféré à la France le 5 avril 1946
Ses campagnes de guerres sont : occupation de la Sicile 1943, débarquement, d’Anzio et Nettuno, invasion de la Normandie en juin 44.

LST 177, nommé Laita : KO5, puis N° OTAN L9001. construit à Evansville Indiana du 5 février au 16 mars 1943, marraine : madame James Gibson ; transféré à la France le 13 mars 1947
En service aux USA, il a participé au : convoy UGS 36 d’avril 1944, puis à l’invasion du Sud de la France en août septembre 1944.

LST 382, ce bateau n’a jamais eu de nom, il a navigué dans la Marine Nationale en gardant son numéro américain LST 382.
Il s’est trouvé HS, avant l’attribution des numéros OTAN ; ensuite, il est resté à quai à Saigon comme magasin et atelier et prit le nom de Paillote, au vu des bâtiments couverts en palmes sèches installés sur son vaste pont.
Son magnifique insigne représente une ruche d’abeilles...
Il a été construit à Quincy dans le Massassuchet, du 10 novembre 1942 au 7 février 1943 ; sa marraine fut miss Emily F. Cass.
Loué à la France le 23 janvier 1948, puis vendu le 21 mars 1949.
Opérations américaines : occupation de la Sicile en 1943, débarquement à Salerne en 1943, invasion de la Normandie en juin 1944.

LST 508, nommé Orne, N° OTAN L 9002, construit à Jeffersonville du 18 septembre 1943 au 10 novembre 1943, sa marraine est madame Alexander Best.
Transféré à la France le 25 mars 1947.
Ses opérations de guerre sont : invasion de la Normandie du 6 au 25 juin 1944.

LST 347, nommé Vire, N° OTAN L 9003, construit à Norfolk navy yard du 10 novembre 1942 au 7 février 1943.
Sa marraine est madame J.M. Farrin.
Location vente à la France le 21 mars 1949
Opérations de guerre : occupation de la Sicile en juillet 1943, débarquement à Salerne en septembre 1943, invasion de la Normandie en juin 1944.

LST 223, nommé Rance, N° OTAN L 9004, construit aux chantiers Chicago Bridge à Seneca, Illinois du 31 mars 1943 au 24 août 1943 ; transféré à la France en 1951 sans plus de précision. Sa marraine est madame George S. Tress
Son premier commandant US : lieutenanat Thomas S. Moulton de l’US Navy réserve.
Fin de service en France : 8 Mars 1961
Opérations de guerre US :
Aux îles Marshall : prise et occupation le l’île Kwajalein et atoll Majuro janvier et février 1944
Débarquement à Leyte, octobre et novembre 1944.
Aux îles Mariannes : prise et occupation de Saipan en juin 1944.

LST 815, nommé Odet, N° OTAN L 9005, construit aux chantiers de Missouri Valley bridge à Evansville, Indiana (petit frère du LST 177 Laita) du 21 août 1944 au 7 octobre 1944.
Né trop tard pour les opérations débarquement en Europe, il se dirige vers le Pacifique et participe à l’assaut, à la prise et à l’occupation d’Okinawa.
Ce bâtiment est vendu en 1948 à une société du nom de Basalt Rock, qui le revend à la France la même année.
La marraine fut miss Elisabeth Sweet.
Son indicatif français international : FAOD

LST 490 : ce bâtiment est différent des dix autres acquis par la France car il a été conçu pour être un LST atelier.
Dans la marine des Etats-Unis, il portait le nom d’Agénor (qui est un personnage de la mythologie grecque) ; la France lui donna le nom de Vulcain (dieu du feu et de la métallurgie), son numéro OTAN fut A 656.
Il fut construit du 24 janvier 1943 au 3 avril 1943 aux chantiers Kaiser à Vancouver.
Il prit le service le 20 Août 1943 Le commandant était le lieutenant Argyle W. Markley ; sa marraine n’est pas connue.
Transféré à la France au titre de « mutual défense assistance program » le 2 mars
1951.
Dans la Marine Nationale, ce navire servira en Indochine.
En 1957, il sera transféré à la république de Chine (Taiwan) et prendra le nom de Wu Tai et le numéro de coque ARL 336.

LST 874, le Chéliff, N° OTAN L 9006 ; construit comme le Laita et l’Odet, dans l'Indiana à Evansville du 16 octobre 1944 au 25 novembre 1944 (construit en quarante jours !)
Sa marraine est madame Ernest B. Rainey.

Il fut vendu à Donald PL Loker qui le revendit à la France en 1948.

Opérations de guerre : Participa à l’assaut, la prise et l’occupation
d’Okinawa d’avril à juin 1945.

LST 860, nommé Adour, N° OTAN L 9007, après s'être appelé ingénieur général Pouyanne ; construit à Chicago bridge à Seneca, Illinois du 23 septembre 1944 au 13 décembre 1944.
Sa marraine était Madame Marjorie C. Linhdall.
Acquis par la France à une date inconnue courant 1948 peut-être.
L’Adour explosa à Nhatrang le 17 mai 1951 au cours de la préparation d’une importante opération, le bâtiment étant beaché.
Il y eut 23 tués et neuf blessés parmi l’équipage et de nombreuses victimes parmi les troupes embarquées.

Le bâtiment, fut réparé et affublé d’un fausse étrave sans portes ; il rendit encore quelques services et finit à la casse à Mers-el-Kébir, dit-on.

Voir les photos de l’Adour détruit sur la plage de Nhatrang in www.navsource.org rubrique amphibious LST 860.

LST 973, nommé Golo, N° OTAN L 9008, navire construit à Bethleem Higham ship yard, Massassuchet, du 25 novembre 1944 au 27 décembre 1944 (32 jours !). il est transféré à la France le 7 novembre 1941.
Sa marraine n'est pas connue.
Dans l’US Navy, il s’appelait Trapp.
Il n’a pas combattu pendant la guerre du Pacifique mais il a repris du service pour la Guerre de Corée (1950).
Il est de la partie les :
12 au 14 septembre 1950, agression nord coréenne
15 septembre : débarquement à Inchon, plusieurs blessés à bord.
3 au 28 décembre agression chinoise.
30 janvier au 3 avril 1951, première contre offensive des Nations Unies.

L’indicatif international du Golo était FADC.

André Pilon


Dernière édition par PILON le Ven 29 Fév - 23:06, édité 1 fois
avatar
CIPAL 83
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par CIPAL 83 le Ven 29 Fév - 11:56

Je crois me souvenir avoir vu des photos prises à Hawaï où une petite fille était la marraine du Golo.
Je ne sais pas si elles étaient de Jegou SM Radio ou de Mimile Edrich.
Dans l'article précédent du parle d'un maitre canonnier A...., ne s'agit-il pas d'André, il avait des moustaches à la Pépone.
Amicalement
Guy 😕 😕
avatar
CIPAL 83
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par CIPAL 83 le Ven 29 Fév - 12:03

@CIPAL 83 a écrit:Je crois me souvenir avoir vu des photos prises à Hawaï où une petite fille était la marraine du Golo.
Je ne sais pas si elles étaient de Jegou SM Radio ou de Mimile Edrich.
Dans l'article précédent du parle d'un maitre canonnier A...., ne s'agit-il pas d'André, il avait des moustaches à la Pépone.
Au sujet du LST paillotte n'est ce pas sur celui ci que la marine avait instalé un BMC tenu par un PM infirmiers.
Ce qui était rigolo c'est lors de la marée descendante il prenait une certaine gite.
Çà devait être pratique pour faire dégager les clients.
Je n'y ai jamais été, j'avais mes habitudes à Virgile et Galioche était marrant.
Amicalement.
Guy :
:cheers: :cheers: :cheers:
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Ven 29 Fév - 13:23

Pas de marraine pour le Golo

Je voulais parler des marraines américaines, devenues marraines lors du lancement officiel du bateau. Comme pour le Vulcain, celle du Golo n'est pas connue.
Par la suite, je n'ai pas connaissance de la fillette marraine possible dont tu parles.
Oui c'est bien le maître André avec ses moustaches à la Pepone, avec la différence marqante que celles de Pepone sont noires et celles d'André étaient tout à fait kaki réglementaires.

Tu peux voir le nom d'André, nommé chef du détachement "Fernande" lors de notre aller aux USA, la liste figure dans la page Golo sur le site des anciens des LST.

Au sujet de la Paillote devenu un BMC possible, pas connaissance non plus, mais cela m'étonne car il était amarré dans l'arsenal, il aurait fallu que les filles puissent y entrer, il y avait quand même des gendarmes maritimes à la porte.
Par contre, je sais que la Paillote a servi de prison. C'est un de ses pensionnaires qui me l'a dit.
Par la suite, la Paillote s'en est allée du côté de Cat Lai, c'est peut-être de ce côté qu'elle a été transformée en maison accueillante ? mais je n'en sais rien.

André Pilon


Dernière édition par PILON le Jeu 13 Mar - 16:43, édité 2 fois
avatar
CIPAL 83
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par CIPAL 83 le Dim 2 Mar - 18:40

André
Au sujet du BMC, tu as raison, ce n'était pas sur le LST qu'il était mais sur un ponton qui se trouvais amarré entre l'arsenal et la DNEO
Amicalement
Guy :lol: :lol: :lol:
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 88
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 6 Mar - 15:12

L'équipage du Golo, de pauvres marins sans pinard...


Spoiler:
Ah oui ! on peut dire que sur un certain point l’équipage du Golo aura «souffert» en Amérique. Heureusement cela ne dura pas trop longtemps ; comme je l’ai dit nous étions les rois en allant faire la fête le soir en la ville frontière de Tijuana, mais à bord, voyez donc, nous manquions du nécessaire !
C’est un épisode ineffaçable de la vie des petits marins français à San Diego, au mois de novembre 1951, auquel nous allons donner le Titre de : Tavola Red Wine (le vin rouge de la maison Tavola).
Je l’ai écrit un peu plus haut, pendant quelques jours des marins américains sont restés avec nous afin de parfaire la prise en main du LST par l’équipage français et, si la majeure partie des services étaient restés généralement mixte, la cuisine, elle, était restée totalement américaine, et vous voyez d'ici le tableau : déjà un peu la formule Mac Do, arrosée avec du lait, du jus de fruit ou de l’eau du charnier.
C’est maigre et ça n’a pas le goût de notre gwen ru, bien Français et livré le long du bord par camion citerne à partir de la cambuse principale de l’arsenal.
Oui, mais c’est plus grave qu’on ne le pense, car le marin de chez nous, sans pinard dans son bidon, devient rapidement inapte et exposé à toutes sortes de calamités et de maladies de la création : pas de moral, pas de force, nostalgie du dernier bidon vu ou bu, sommeil permanent la journée et bien sûr, plus de sommeil la nuit, articulations craquantes, maux de tête… enfin tout, quoi.
Mais le plus grave, à partir de quoi il n’y a plus rien qui marche, c’est quand les vieux crabes-chefs, les piliers de l'équipage, les choufs comme on dit maintenant, commencent à voir des rats en tricots rayés courir sur les chemins de câble… là, tout est foutu.
Nous avions un QM commis qui s’appelait Guy Lesaux (je lance un appel pour le retrouver) ; il avait certainement assimilé tout ça au cours de B.E. : que le pinard, le tabac et le courrier sont les trois mamelles indispensables pour garder le moral de la troupe en opérations.
Il allait à terre avec son copain R. Stephan, un gars des LCVP ; un jour, qu’ils faisaient du window shopping (lèche-vitrine) dans Market Street, celles principalement où l’on remarquait de nombreux flacons plats, faciles à caser dans les poches ; flacons de whisky, de gin, ou autre gnôle de même nature, soudain, l’attention de nos deux fouineurs fut attirée par un écriteau sur lequel était écrit : TAVOLA RED WINE. Huit jours de présence aux Etats-Unis ne leur avaient par permis d’apprendre la langue mais Red Wine, et bien, ils savaient, et ce fut tant mieux pour le Golo et son équipage.
Croyez-moi sur parole que ces deux-la sont rentrés bien vite à bord, ils sont rentrés en marchant vite et non en courant car en ville, on sait qu’un gars qui court, c’est probablement un voleur, et on sait aussi que les policemen américains ont la matraque facile.
Ils ont fait leur rapport à monsieur Surply, notre officier en second, relatant leur découverte, qui en référa illico au commandant Lévêque, la porte en face, à la suite de quoi tout le processus fut enclenché.

Bien entendu, il fallut au second et au commis faire des calculs savants afin de connaître les besoins du Golo en Tavola Red Wine ; c’est que beaucoup de facteurs devaient être pris en compte dans ce calcul.
L’équipage, la durée de la traversée jusqu’à Saigon via Haiphong, les doubles et demi-doubles (ce qui n’existe plus dans la marine).
Ce vin serait livré en Gallons, des bouteilles en verre d’environ quatre litres, alors il y en aurait probablement de cassées, il fallait aussi le «prévoir», et largement… c’est que ça bouge un bateau à fond plat sur la houle du Pacifique…
Et puis rajouter un bon pied de pilote en plus, il ne fallait surtout pas risquer de voir revenir toutes les maladies qui se pressaient à notre coupée ces jours-ci..
Il fallut même qu’ensuite, au niveau de l’ambassade, ou du consulat, un bureau qui détenait les fonds pour ce marché, planchât sur cette affaire qui conditionnait la santé et l’allant des marins français qui partaient vers l'Indochine en guerre.
Peu de temps après, arrive le long du bord un camion bâché sur laquelle était inscrit : TAVOLA RED WINE.
C’était notre commande qui arrivait.
Ah ! je puis vous certifier que la corvée fut prestement exécutée.
Même pas besoin d’appeler le tiers de corvée, à peine le moteur du camion stoppé, il étaient tous arrivés et penchés à la rambarde.
Et puis voici tous les disponibles des autres tiers qui se pointent et qui s’y mettent.
A-t-on souvent vu des volontaires pour une corvée ?
Sur le Golo, pour une corvée de vin, oui.

Les marins du Golo avaient tous retrouvé le moral avant même d’avoir goûté à cet excellent breuvage qui faisaient 14 degrés.
Et la corvée fut rondement menée car ce vin était livré en cartons de quatre gallons qui pesaient environ 20 kg, ce qui n’était pas bien lourd.

André Pilon


Dernière édition par PILON le Ven 7 Mar - 20:28, édité 1 fois
avatar
Patrick le SCOUARNEC
QM 2
QM 2

Age : 72
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Patrick le SCOUARNEC le Jeu 6 Mar - 18:28

André, j'ai eu Raymond Stephan au tel il y a quelques jours et nous avons parlé de toi (en mal naturellement... 🐷 :P ).
Il m'avait raconté cette histoire... :P :P :P
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Détecteur NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par jean-claude BAUD le Jeu 6 Mar - 19:37

Certains des doublons Américains n'ont pas dû être bien nets en quittant le Golo au dégagé :affraid:




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]

Contenu sponsorisé

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 11 Déc - 20:20