Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 627232 messages dans 13258 sujets

Nous avons 15248 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est titusvial

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» INSIGNES
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 18:58

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par takeo Aujourd'hui à 18:19

» D.E.T. PORQUEROLLES
par connan Aujourd'hui à 18:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par COLLEMANT Dominique Aujourd'hui à 17:10

» Hommages à nos anciens plongeurs démineurs.
par MILLET Jean Claude Aujourd'hui à 16:45

» STATION D'ESSAIS DES COMBUSTIBLES ET LUBRIFIANTS DE LA FLOTTE
par MILLET Jean Claude Aujourd'hui à 15:08

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par Roger Tanguy Hier à 22:55

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Jean-Marie41 Hier à 21:34

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Jean-Marie41 Hier à 18:02

» [ VOS ESCALES ] SAINT PIERRE ET MIQUELON
par Jean-Léon Hier à 17:33

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par Joël Chandelier Hier à 13:29

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par Tamatea Hier à 11:01

» MARINE CHERBOURG
par kerneve Hier à 9:07

» [Marine à voile] L'Hermione
par VENDEEN69 Lun 14 Aoû 2017 - 20:21

» [Campagne C.E.P. - Mururoa] Photos inédites de Mururoa
par GYURISS Lun 14 Aoû 2017 - 17:12

» BAN SAINT RAPHAEL ET CEPA/10S
par yrudnoiv Lun 14 Aoû 2017 - 10:45

» ORAGE (TCD)
par webtcdorage Lun 14 Aoû 2017 - 10:03

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par alain EGUERRE Lun 14 Aoû 2017 - 9:07

» [ Histoire et histoires ] Canulars
par kerneve Lun 14 Aoû 2017 - 7:30

» [ Blog visiteurs ] Ouvrage "Les Commandos De Ponchardier"
par Invité Dim 13 Aoû 2017 - 6:23

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par Tinto Dim 13 Aoû 2017 - 1:33

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par Charly Sam 12 Aoû 2017 - 23:18

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Mono Sam 12 Aoû 2017 - 22:06

» [Aéronavale divers] Breguet Alizé BR 1050
par GRAFF Gérard Ven 11 Aoû 2017 - 21:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche "Photographes "
par PAUGAM herve Ven 11 Aoû 2017 - 18:43

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par COLLEMANT Dominique Ven 11 Aoû 2017 - 14:55

» [ Recherches de camarades ] écoles d'infirmiers Hopital St ANNE à Toulon fin 74 , début 75
par Bernard Gaillard 48 Ven 11 Aoû 2017 - 10:14

» [ Recherches de camarades ] BDC LE TRIEUX 1975 /1976
par Bernard Gaillard 48 Ven 11 Aoû 2017 - 10:11

» [ Recherches de camarades ] BH1 LA RECHERCHE , de 1976 à 1977
par Bernard Gaillard 48 Ven 11 Aoû 2017 - 10:09

» [HISTOIRES HISTOIRE] Anecdote de la vie à bord
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 11 Aoû 2017 - 9:04

» [ Blog visiteurs ] Présentation de mon ouvrage sur Les Commandos De Ponchardier
par Invité Ven 11 Aoû 2017 - 8:03

» [ LES ÉCOLES DE SPÉCIALITÉS] P.E.M. "Pôle Ecoles Méditerranée"
par Jean-Marie41 Jeu 10 Aoû 2017 - 20:03

» [Vieilles paperasses] Anciennes photos de marins
par Jean-Marie41 Jeu 10 Aoû 2017 - 19:07

» [ Blog visiteurs ] Donation contre "bons soins"
par Lebas Jeu 10 Aoû 2017 - 17:13

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires
par PAUGAM herve Jeu 10 Aoû 2017 - 10:22

» [ Blog visiteurs ] Infos navire Jean Pierre Calloc'h Madagascar
par Invité Jeu 10 Aoû 2017 - 0:19

» JAUREGUIBERRY (EE)
par DUFFOND Serge Mer 9 Aoû 2017 - 23:45

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Charly Mer 9 Aoû 2017 - 23:03

» [Vie des ports] LE PORT D'AUDIERNE
par Roger Tanguy Mer 9 Aoû 2017 - 21:31

» LE NORMAND (ER)
par Bureaumachine busset Mer 9 Aoû 2017 - 20:41

» NORMANDIE D651 (FREGATE)
par pinçon michel Mer 9 Aoû 2017 - 13:24

» [Les traditions dans la Marine] Les hamacs.
par MILLET Jean Claude Mer 9 Aoû 2017 - 11:20

» [HISTOIRES HISTOIRE] LE DÉBARQUEMENT EN NORMANDIE
par J.Revert Mer 9 Aoû 2017 - 8:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche copains BELLE POULE 07/76 à 10/81
par Fanfan Mar 8 Aoû 2017 - 21:27

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par MARTIN Jean-Pierre Mar 8 Aoû 2017 - 18:44

» LA PAIMPOLAISE (PC)
par christian dupuy Mar 8 Aoû 2017 - 13:56

» [ Blog visiteurs ] P2V7 Neptune N°147 571 - Jaquemard
par Invité Lun 7 Aoû 2017 - 22:44

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] VISITE DE LA RADE DE TOULON
par centime44 Lun 7 Aoû 2017 - 19:45

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par corre claude Lun 7 Aoû 2017 - 9:52

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Noël Gauquelin Dim 6 Aoû 2017 - 11:57

» [Aéro divers] Le GHAN-1 (31F, 32F et 33F) en Algérie...
par COLLEMANT Dominique Dim 6 Aoû 2017 - 10:18

» CDT BOURDAIS (AE)
par COLLEMANT Dominique Sam 5 Aoû 2017 - 21:01

» [ Recherches de camarades ] RECHERCHE MÉCANOS P.A. ARROMANCHES 72
par BERTIN Sam 5 Aoû 2017 - 19:30

» FLOTTILLE 33 F
par DALIOLI Sam 5 Aoû 2017 - 19:16

» [ Recherches de camarades ] SNLE Terrible 1970 - 1971
par Kohler Jean Marie(Hans) Sam 5 Aoû 2017 - 16:58

» [Opérations de guerre] GUERRE DE CORÉE - Tome 2
par MILLET Jean Claude Ven 4 Aoû 2017 - 14:15

» DÉTROYAT (AVISO)
par G SCHWARTZEL Ven 4 Aoû 2017 - 13:32

» [Les traditions dans la Marine] Tenue dans la Marine- Tome 02
par BEBERT 49 Jeu 3 Aoû 2017 - 20:27

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] Recherche de photos
par Ouin Ouin Jeu 3 Aoû 2017 - 10:37

» [ Recherches de camarades ] Recherche de camarades de l'ecole ELAER de Rochefort 1978 a 1980
par Ouin Ouin Jeu 3 Aoû 2017 - 10:13

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par VENDEEN69 Jeu 3 Aoû 2017 - 9:26

» [Activité des ports] Le Guilvinec
par PAUGAM herve Mer 2 Aoû 2017 - 23:23

» ESCADRILLE 50 S
par Serge BAVOUX Mer 2 Aoû 2017 - 19:53

» [Logos-Tapes-Insignes] ECUSSONS
par timoniersoum Mer 2 Aoû 2017 - 18:21

» VAUQUELIN (EE)
par Joël Chandelier Mer 2 Aoû 2017 - 11:56

» [ Blog visiteurs ] MP PATTINGRE CLAUDE - NAVIS - 1972 - 2002 - RECHERCHES PHOTOS / ECHANGES
par chamois Mer 2 Aoû 2017 - 9:37

» [ École des Mousses ] Promotion 60/61 1ère Compagnie
par armorique Mar 1 Aoû 2017 - 16:21

» L'abordage du Terrible et du Malin
par mashpro Mar 1 Aoû 2017 - 12:50

» BSM LORIENT - KEROMAN
par Max Péron Lun 31 Juil 2017 - 16:52

» Demande de contact de GG 83
par VENDEEN69 Lun 31 Juil 2017 - 11:01

» [Vie des ports] Les ports de la Réunion
par Roger Tanguy Dim 30 Juil 2017 - 22:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche VENANCIE Jean-Marie
par JACQUES SOUVAY ou BILL Dim 30 Juil 2017 - 16:31

» [ Logos - Tapes - Insignes ]
par groufumaco Dim 30 Juil 2017 - 16:02

» [ Blog visiteurs ] STATION CAMELEON 1971/1973
par † ALAIN 43 Dim 30 Juil 2017 - 10:15

» CONSTRUCTION DU MÉMORIAL NATIONAL DÉDIÉ AUX VÉTÉRANS DES ESSAIS NUCLÉAIRES A Saint-Bonnet-de-Mure (RHÔNE)
par Charly Sam 29 Juil 2017 - 18:54

» BSM TOULON
par loulou06000 Ven 28 Juil 2017 - 23:33

» [ Histoire et histoires ] LE BRETON Louis, témoin des marines du XIXème siècle
par BELLENGE Daniel Ven 28 Juil 2017 - 20:25

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE DES ANCIENS MARINS DE GUEBWILLER ET ENVIRONS
par latrubesse jean claude Jeu 27 Juil 2017 - 17:25

» [ Histoire et histoires ] Une ordonnance de Napoléon 1er
par TUR2 Jeu 27 Juil 2017 - 16:32

» [Foyers et cercles] LES FOYERS DU MARIN ! ! !
par PAUGAM herve Mer 26 Juil 2017 - 22:16

» LE BRETON (ER)
par LE BRETON Jean-Yves Mer 26 Juil 2017 - 19:08

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT
par christian dupuy Mer 26 Juil 2017 - 17:58

» [ Associations anciens Marins ] Amicale des anciens du TCD Orage
par Momo Mer 26 Juil 2017 - 16:29

» ORIGNY (BO)
par JEFF 30 Mer 26 Juil 2017 - 10:39

» DUMONT D'URVILLE (BATRAL)
par LEMONNIER Mar 25 Juil 2017 - 19:54

» [ Recherches de camarades ] Recherche Jean-Louis ou Louis CABANES ou CABANNES
par VEHILS Mar 25 Juil 2017 - 16:04

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades D621 Surcouf 64/65
par maweb Lun 24 Juil 2017 - 18:00

» [ DIVERS - LES NUCS ] Retour à quai pour ce SNA
par COLLEMANT Dominique Dim 23 Juil 2017 - 21:00

» [Papeete] Le permis de conduire à Papeete durant nos campagnes
par christian dupuy Dim 23 Juil 2017 - 11:48

» [ Blog visiteurs ] Station deRadionavigation Omega de La Réunion
par Invité Dim 23 Juil 2017 - 2:07

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par JACQUEZ Sam 22 Juil 2017 - 21:33

» [ Blog visiteurs ] ANCIEN DE LA MARINE : Robert Le Guen (1920-2008)
par Invité Sam 22 Juil 2017 - 13:48

» La spécialité de Radio
par pat Ven 21 Juil 2017 - 22:21

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par montcalm Ven 21 Juil 2017 - 6:49

» MARINE PAPEETE, ET QUE MARINE PAPEETE !
par marsouin Jeu 20 Juil 2017 - 23:33

» [Associations] Anciens Marins de Réserve de la Polynésie française
par matricule66 Jeu 20 Juil 2017 - 20:22

» [ Blog visiteurs ] Cuirassier Jean Bart
par L.P.(Pedro)Rodriguez Jeu 20 Juil 2017 - 14:04

» [ Recherches de camarades ] Recherche Mécano du Schoelcher de 1972 à 1974 originaire de Kaysersberg
par Rousier Jeu 20 Juil 2017 - 9:04

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par Charly Mer 19 Juil 2017 - 8:58

DERNIERS SUJETS


[Divers Navires amphibies] Les LST

Partagez
avatar
† REY
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par † REY le Mar 29 Nov 2011 - 9:39

OK et merci pour vos renseignements intéressants et très judicieux!
Bien cordialement.
A.REY
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Sam 11 Fév 2012 - 22:50

Voici une photo du LST 1041 chargé en pontée de quatre vedettes lance-torpilles, à quelque chose près, les mêmes que la PT 109 sur laquelle John F. Kennedy était le commandant. Des vedettes on en fabrique à tour de bras à cette époque aux USA et celles-là, la guerre n’étant pas terminée, sont destinées à l’URSS pour sa lutte contre le nazisme.

Ce LST qui, après la guerre, prendra le nom de Montgomery County, a été mis en service le 19 février 1945. Il y a alors encore quelques mois de guerre à supporter et c’est peut-être à sa première mission qu’il transportera ces vedettes qui portent les numéros PT 625, 626, 627 et 628. Il est remarquable que tout l’ensemble est camouflé avec le système de camouflage razzle dazzle.

Ce LST sera présent à la fin de la guerre, il prendra son nom de Montgomery County en 1955. Il deviendra allemand en 1960 et terminera sa carrière, ferraillé, en 1968. Notez le LST 1085 à l'arrière.

Crédit photo : Joe Radigan, Navsource.
André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Détecteur NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par jean-claude BAUD le Sam 11 Fév 2012 - 23:11

Ils avaient déjà des monte palettes à l'époque !!!Pratique pour les corvées ..




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Dim 12 Fév 2012 - 11:26

A moins, Jean-Claude, que l’on put mettre les quatre vedettes ensemble sur la même palette, elles étaient chargées une à une avec une grue. Elle pesait 56 tonnes nous dit leur post dans Navsource.

Ce n’est rien à côté du poids d’un LCT MK 5 qui faisait 286 Tonnes et qui était ainsi chargé à la grue sur le pont du LST. Il y a des photos de chargement de LCT dans ce post.

André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Détecteur NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par jean-claude BAUD le Dim 12 Fév 2012 - 19:43

André, je parlais du monte palettes qui est sur le quai au niveau de l'étrave de la 1ère vedette ...




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Lun 13 Fév 2012 - 17:21

Quand nous sommes arrivés aux Etats-Unis, l’équipage du Golo, en 1951, nous avons découvert plein de choses nouvelles et dans l’arsenal de San Diégo, nous avons pu voir des monte-palettes élévateur, comme celui que tu remarques sur le quai, Jean-Claude, au bas du LST ci-dessus, il n’y en avait pas en France, tout au moins, ce n’était pas du tout répandu. Mais j’en ai déjà parlé dans un message de nos découvertes dans ce pays : des autoroutes, les matelots qui possédaient de grosses Buick ou Chrysler (des chars à bancs disaient ceux de la Louisiane que nous fréquentions principalement, vu la langue), des jukes-box, des flippers, des distributeurs de casse-croûtes (déjà genre mac’do), de canettes, de timbres ; des machines à laver, à repasser et à cirer les chaussures, la télévision partout etc…
André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Dim 19 Fév 2012 - 22:52

Trois photos en forme de reportage
Voici trois photos du LST américain 658 qui ont été placées dans le site navsource lors de la mise à jour de vendredi 17 février. Comme elles se suivent, je vais vous les commenter en forme de reportage. Ce LST se prépare pour la bataille de Peleliu, une île du sud des îles Palaos, en septembre -octobre 1944 ; Il fait partie de toute une armada comme on l’observe sur la ligne d’horizon, à la seconde photo.



La légende de la première dit : Le LST se trouve à l’île Peleliu, aux Palaos, aux environs du 15 septembre 1944, il est chargé du LCT 773 sur le pont et dont la cuve contient des engins amphibies ; de plus, dans le hangar, cinq LVT lance flammes, 15 LVT et deux Dukws. Il transporte aussi des munitions, de l’essence, des rations et de l’équipement ainsi que 419 marines et d’autres passagers de la marine. C’est donc dire qu’il est bourré à bloc ! Nous savons ce que l’on peut y en fourrer dans un LST.



La seconde photo : Le 15 septembre 1944, à Peleliu island, mise à l’eau des engins amphibies à deux milles et demi environ de la plage « Orange Beach ». Après avoir terminé la mise à la mer des amphibies, le bâtiment se retire et se prépare à mettre à la mer le LCT 773. La cuve étant donc vide, on remarque sur ce cliché que les engins qui étaient dans le LCT l’ont quitté par sa rampe puis par la rampe intermédiaire du LST et ensuite la rampe de descente à la mer. Nous n’avons jamais fait une telle opération sur les nôtres.




La troisième photo, c’est la mise à l’eau du LCT 773. Le LST s’incline sur tribord et les 280 tonnes glissent à l’eau sur des rampes prévues dans ce but, que l’on distingue bien, et amerrit dans une grande gerbe d’écume. Comme il est vide, une fois son équipage à bord, ses moteurs mis en route, c’est lui qui embarquera les marines et autres passagers. Le LCT va rejoindre toute la batellerie et d’autres LST exécutant les mêmes manœuvres ce sera bientôt le débarquement sur « Orange Beach ». C’est impressionnant, et nous, marins français des LST n’avons pas, non plus participé à une telle opération de mise à l’eau d’un LCT à partir d’un LST.

Les trois photos sont de John de Noma.

André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 62
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par marsouin le Lun 20 Fév 2012 - 8:20

Impressionnantes ses photos historiques à quelques heures de la bataille.
La mise à l'eau par travers est en effet une spécialité américaine. la mise à flot des nouveaux navires se faisait aussi de cette manière.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Lun 20 Fév 2012 - 9:36

Effectivement, comme j'ai visionné toutes les photos des mille et quelques LST, certains ont été mis à l'eau dans le sens longitudinal et d'autres par le travers. Comme beaucoup de ces chantiers occasionnels installés pour les besoins de la guerre se trouvaient implantés au bord de fleuves, la largeur de celui-ci imposait le système traversier.

Profitons-en pour regarder (photo Nr 1) à l'agrandissement le LVT lance-flammes (flam throwers), je n'en avais jamais vu, on remarque bien son gros bidon de napalm. Une remarque, on a découvert, depuis, que l'huile de coprah des ïles Tuamotu est la meilleure pour la confection de cette huile incendiaire.

André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Mar 21 Fév 2012 - 19:12

Voici un texte de Rober Badier qu'il m'avait envoyé peu avant sa mort survenue il y a quelques semaines. Robert, officier de la Marine Marchande a fait son service militaire comme officier canonnier du LST Chéliff




Un carénage mouvementé.
Nous sommes à la fin janvier, ou en février 1958. Le CHÉLIFF est sorti de la cale sèche depuis pas mal de temps déjà, et le personnel de l’Arsenal de Dakar s’active avec une énergie toute tropicale à poursuivre le grand carénage pour lequel nous sommes venus spécialement de Toulon à la fin de l’été précédent.

Et voila qu’un beau jour, tous les travaux sont suspendus car nous recevons instruction d’effectuer une mission « urgente » vers PORT-ÉTIENNE (aujourd’hui NOUHADIBOU), en Mauritanie. Certes notre LST est en mesure de prendre la mer malgré ce qu’il reste à faire, le plus visible étant la peinture pour couvrir la rouille et le minium qui décorent le bâtiment. Mais cela n’empêche pas de naviguer, et nous appareillons donc quelques jours plus tard après avoir chargé une cargaison hétéroclite de caisses ou autres matériaux, avec quand même quelque camions et automobiles, le tout destiné à diverses unités stationnées là-bas, et apparemment sans intérêt opérationnel.

Notre État-major est au grand complet ! Il se compose, en plus de notre Commandant :
le C.C Georges SANDRÉ qui a pris son commandement à l’arrivée du Chéliff à Dakar,
de l’EV1 Claude COMBALIER (Officier en Second et chargé de la machine) qui étrenne ses galons dans cette 1ère affectation, de l’OE3 Jean DESPLATS (Officier Transmissions et de détail) un vieux briscard qui a connu tous les rouages de la Marine comme Maître Principal timonier, et enfin de moi-même Robert BADIER Aspirant provenant de la Marine Marchande, sorti de l’école des EAR fin juillet 57, à qui reviennent les autres fonctions (canon, corps de débarquement…..et la coopérative du bord). Le Premier Maître timonier BIENBOIRE assurant également le quart à la passerelle.


Après une traversée sans histoire, nous « beachons » devant Port Etienne et son port de pêche où les chalutiers sont nombreux, au mouillage comme à quai. Les véhicules que nous avons transportés débarquent aussitôt et une noria de camions venus de terre nous débarrasse ensuite rapidement du reste de notre cargaison.

Mais en appareillant le lendemain ou le surlendemain un filin d’acier, sans doute abandonné par un chalutier vient se prendre dans notre hélice tribord. Pour tenter de nous débarrasser de ce
« fil à la patte » le Commandant fait intervenir le QM1 fusilier ROLLAND (plongeur de bord) que je suis autorisé à assister pour la circonstance. Malgré nos efforts conjugués, nous ne parvenons pas à un résultat utile. Nos quatre bras et notre équipement élémentaire fait de burins et de marteaux, est par trop insuffisants, et les tours que fait le câble sur le moyeu et les pales d’hélice sont trop nombreux et trop serrés. Heureusement, un scaphandrier « pieds lourds » est disponible sur place. Il vient à notre secours le lendemain, et en quelques heures, avec son chalumeau, il nous libère enfin.


Nous quittons Port-Etienne pour regagner le Sénégal, du moins le pensons-nous, quand le Commandant nous annonce le véritable but de notre mission. Nous devons maintenant faire route vers
VILLA CISNEROS, port et capitale du RIO DE ORO, au Sahara Espagnol. Et ceci pour y récupérer des troupes françaises et les ramener à Dakar.


Située pratiquement sur le Tropique du Cancer, la baie de VILLA CISNÉROS est une petite échancrure dans la côte rectiligne qui borde le désert du RIO DE ORO (à l’époque colonie espagnole). Cela fait moins de 200 milles nautiques à parcourir et donc moins d’une journée pour nous y rendre. Au petit matin du jour suivant, nous nous présentons à l’entrée de la baie et nous y embarquons un pilote espagnol qui ne parle ni français ni anglais, et personne parmi nous ne parle un espagnol convenable. Plus habitué sans doute aussi à guider des chalutiers qu’un bateau de la taille du CHÉLIFF, le pilote nous conduit néanmoins, en communiquant surtout par gestes, jusqu’au mouillage devant VILLA CISNÉROS. La ville ne comporte que quelques bâtisses blanches, et basses pour la plupart, le tout dans un décor désertique et minéral. Je pense alors tout de suite à MERMOZ et à ses compagnons de l’Aéropostale qui venaient dans ces coins perdus : CAP JUBY, VILLA CISNÉROS, SAINT LOUIS, porter, avec leurs petits coucous, le courrier destiné à l’Amérique du Sud….
Nous sommes mouillés devant les bâtiments de la Marine Espagnole, à coté d’une vieille frégate : la « DESCUBIERTA ». Tiens : la « Découverte », comme la frégate ex-anglaise, à bord de laquelle nous embarquions lors du cours des EAR, à Brest !


Nous rendons visite aux espagnols qui, courtoisement nous remettent des cartes de détails des lieux et nous indiquent où se trouve EL ARGUB, l’endroit où nous devons nous rendre, situé tout au fond de la baie. Pour y arriver, il nous faut zigzaguer entre les bancs de sable, en composant avec des courants puissants et imprévisibles. L’emplacement où nous devrons beacher est une petite plage située au pied d’une colline, pelée bien entendu. Une route en terre y débouche, venant de derrière la colline. Nous mouillons juste devant, en attente de nos passagers et d’une marée favorable pour aller les accueillir. Un fortin sur la colline voisine abrite une unité de la Légion étrangère espagnole et nous entendons régulièrement les sonneries de clairon qui rythment leur activité. Pour passer le temps, des matelots jettent des lignes à l’eau, et aussitôt c’est la pêche miraculeuse. Un hameçon donne instantanément un poisson, deux hameçons en donnent deux, trois hameçons en donnent trois …etc. Et c’est bientôt tout le personnel ou presque qui se retrouve avec une ligne à la main, moi y compris bien que n’ayant pas habituellement d’affinité avec ce sport. D’abord ravis de pouvoir améliorer l’ordinaire à bon compte, le cuisinier et le commis aux vivres sont rapidement débordés et demandent à l’Officier de détail de désigner une corvée de volontaires pour aider en cuisine à la préparation de cette manne non pas céleste mais marine.

Après deux ou trois jours d’attente, je ne me souviens plus, nos invités sont annoncés et nous allons beacher pour les recevoir.




Le Mais le profil de la plage n’est pas favorable, et il reste de l’eau devant la rampe d’étrave quand nous l’abaissons Les camions, pour la plupart, pourront néanmoins monter la rampe par leurs propres moyens, par contre les jeeps devront être tirées au treuil et les fantassins se mouilleront les pieds.
Tout ce beau monde constitue une unité de troupes coloniales (les tirailleurs sénégalais) que l’on commence à dénommer « de marine » à cette époque. Selon ce que nous apprenons de leur opération et bien qu’ils ne se montrent pas très loquaces à ce sujet, ils arrivent de quelque part dans le sud de l’Algérie où ils auraient ratissés des « rebelles » comme on disait alors, en les poussant vers la mer où des troupes espagnoles étaient là pour les accueillir. Les « rebelles » étaient-ils algériens, marocains espagnols ou des deux origines ? Cela me dépasse…
Toujours est-il que nous ramenons hommes, camions, et jeeps (il n’y avait pas de blindés) à Dakar sans autre problème, et nous reprenons le cours de notre carénage. L’histoire aurait pu en rester là quand voila que peu de temps après notre retour une « nouvelle » fait la une de toutes les discussions, dans tous les carrés de la place : Un LST français, certains le désignant même comme étant l’ORNE, se trouverait en réparations à LAS PALMAS, aux Canaries, après avoir été endommagé en opérations au Sahara, et alors qu’il aurait été prêté à la Marine Espagnole. S’agit-t-il d’une simple rumeur ? Là encore cela me dépasse ! Et voila que quelques temps après, « radio coursives » diffuse largement encore une autre information : c’est cette fois un autre LST français qui se trouve là-bas, opérant avec les espagnols, et je pense comme d’autres, qu’il peut s’agir de l’ODET ou de la RANCE qui ont été sur la zone de Dakar dans les semaines précédentes. Un autre fait troublant intervient aussi : un camarade, Aspirant mécanicien affecté à l’Unité Navale, disparaît de l’arsenal. Il se raconte qu’il campe là-bas sur la plage avec quelques hommes et du matériel pour réparer les bobos de petits engins : LCVP, LCM… Quand mon camarade réapparait à Dakar quelques temps après, il est précédé d’une citation parlant de quelque chose comme : « mission dangereuse sur une côte inhospitalière ». Mais je n’aurai pas l’occasion de le rencontrer et d’entendre de sa bouche ce qu’il s’est passé.

En effet, il a été décidé en haut lieu que notre carénage est maintenant terminé !

Nous sommes arrivés à fin mars ou début avril, et il faut nous préparer à appareiller et à quitter Dakar où, en définitive, nous avons passé un séjour agréable. La peinture générale n’étant toujours pas faite nous appareillerons donc une nouvelle fois sous les couleurs rouille et minium.

Mais nous avons gagné dans ce carénage un quatrième LCVP et son bossoir, sur tribord.
Je m’étais d’ailleurs toujours demandé pourquoi nous n’avions jusque là que trois bossoirs et trois LCVP, cela choquait mon sens de la symétrie en matière de marine.


Maintenant l’Algérie nous attend, et nous pourrons, entre autre chose, y faire la peinture générale par les moyens du bord.

Mais ceci est une autre histoire, comme aurait dit Kipling.

Feu Robert Badier

André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 15 Mar 2012 - 10:18

Pour Raymond Stephan

Voici la belle ville de San Francisco, là où nous nous trouvions il y a soixante ans passés. Tu repères facilement dans l’axe, Market street, la rue au bas de laquelle notre Golo était amarré, aux environs du pont sur la droite. A gauche, la prison d’Alcatraz que l’on ne voit pas et plus à gauche encore la sortie du Golden Gate vers la mer. Soixante ans plus tard c’est mon petit fils, qui bosse à Las Vegas, et sa copine, qui met ses pas dans ceux de son grand’père sur la petite colline du Sud de la ville.

André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
STEPHAN Raymond
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par STEPHAN Raymond le Jeu 15 Mar 2012 - 23:45

Merci André pour cette superbe vue de Market Street qui doit faire si mes souvenirs sont exacts environ 8 kms de long, souvenir de mon premier passage dans cette avenue en 1950 avec le Dixmude lors de notre tour du monde. La principale distraction que nous avions était d'y faire de la marche car nous ne touchions que 80 cents de paie (300F) sous durée légale, donc même pas de quoi boire un pot. De toute manière nous étions mineurs, donc pas d'alcool. Nous y étions restés une qinzaine de jours pour charger du matériel pour l'Indo: le hangar plein de Helcats, le pont d'envol plein de GMC avec dedans des 4x4 ou des jeeps comme la pontée du Golo.... et 600 tonnes de bombes, tout ce matériel chargé et arrimé par les soins du bord. Les matelots gabiers que nous étions devenaient dokers et l'on travaillait par bordées sans arrêter. C'était le bon temps.

Kénavo
avatar
Carraz Dany
QM 2
QM 2

Age : 81
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Carraz Dany le Dim 18 Mar 2012 - 15:23

Bonjour à tous, bonjour André,



Après l'épopée du « Chelif » à port Etienne...

Voici celle de l'orne :

Dans l’été 1957 (Chaque LST est un roman), un transport entre port Lyautey et Conaekry pris fin à Dakar.

Un vaccin défectueux contre la fièvre jaune mis l’équipage au repos forcé.

Par la suite, un exercice de Beachtching avec les élèves officiers du la Jeanne D’Arc a été programmé à Port Etienne.

Une arrivée un peu brutale se solda par un échouage, une hélice tordue, et quelques semaines de bassin à Dakar.



Embarqué sur « l’Orne » à Saïgon début 1954 comme BP électricien, mon histoire rejoint celle de Pierre Pradet, jusqu’au retour de l’Orne à Cherbourg, en début juin 1956.

Se terminant par le bal de l’Orne et une élection de notre Miss Orne (Jacqueline Lelong).



Amitiés à Pierre et aux anciens des LST



Dany CARRAZ (Marie Lou)




avatar
morbihannais
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 77
Radio

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par morbihannais le Dim 18 Mar 2012 - 17:24

Bravo les hommes des LST, vos récits sont très intéressants sur tous leurs thèmes,

pour moi c'est une question, et si quelqu'un a la réponse je le remercie par avance :

j'ai quitté mon affectation à la 5S, Karouba, Bizerte, en LST vers Toulon, mais j'ai un énorme doute sur le nom de ce LST (je crois Odet mais ????) c'était le 22 juin 1963, le hasard fera t'il qu'un membre ACB faisait alors partie de l'équipage de ce LST !

en tout cas super souvenir de cette traversée, temps de curé, mer d'huile, et comme second pas de corvée ...!! du tourisme !

amicalement jc/ vendéen



Deux sous-marins, puis deux escadrilles aéro, en huit petites années de Marine Nationale !
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Dim 18 Mar 2012 - 18:23

Des LST, Vendéen, nous en avons eu onze qui sont : La Paillotte (numéro US 382), le Liamone (326), la Laita (177), l’Orne (508), la Vire (347), la Rance (223), l’Odet (815), le Vulcain lst atelier (490), le Cheliff (874), l’Adour (860), le Golo (973).

A l’époque où tu te situes, je pense qu’il n’y avait plus que l’Odet et le Chéliff en état de naviguer et le Chéliff était en route pour la Polynésie ; tu as donc pris l’Odet.

André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
morbihannais
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 77
Radio

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par morbihannais le Dim 18 Mar 2012 - 19:39

merci Pilon, tu es un "vrai" connaisseur, çà voudrait dire que mon unique neurone est encore en service ! bonne soirée



Deux sous-marins, puis deux escadrilles aéro, en huit petites années de Marine Nationale !
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Mar 20 Mar 2012 - 21:55

Voici un récit historique de Bernard Gouhier, du Golo, pendant son embarquement à bord ; c'est de l'Histoire.

Spoiler:


Embarquement sur le GOLO

Souvenirs de Bernard Gouhier



Désigné pour le Golo, je débarque du LSIL 9033 le 9 mars 1953, je passe trois jours á la compagnie des passagers de la F.A.I.S. (Flottille amphibie Indochine Sud). Le 12 au soir nous partons pour Saigon vers l'U.M.S. (Unité marine Saigon), ou je reste encore pour deux jours. Le 15 au matin, nous sommes plusieurs á prendre la direction du terrain d'aviation (Tan Son Nhut) et, á huit heures, l'avion décolle pour Haiphong qui fut en vue après quatre heures de vol ; á midi nous touchons sol.

Sur le terrain nous attendons deux heures, il n'y a personne pour nous récupèrer, enfin á deux heures dix, un 4x4 de la marine arrive ; manque de chance le Golo est parti, apprend-on ; donc il fallut attendre trois jours á la B.N.H.(Base Navale Haiphong. Enfin le 19 au soir embarquement sur le LST 9008 ; le Golo.

Entre le 20 mars et la fin du mois nous avons fait un voyage pour Saigon en transportant du vieux matériel et une compagnie de Légion. Le 2 avril nous sommes parés pour le retour á Haiphong avec du matériel neuf. Arrivée le 6 á Haiphong. Dans la nuit du 6 au 7 avril, nous voici en route pour Tourane afin d'y prendre des prisonniers Viet-Minh et les conduire á Haiphong. Le 10, embarquement d'hommes, d'armes, de munitions et de matériel : Crabes et L.V.T Alligators de la Légion.

Il y a 800 hommes á bord. Le 13 au matin, appareillage pour Tourane. A l'arrivée á Tourane, débarquement des crabes, des L.V.T et d'un peu des troupes. Restent á bord, des parachutistes Vietnamiens et Français ainsi que quelques Légionnaires. Le 16 dans la journée, rembarquement de ce que nous avons débarqué, et le 17 au matin en route pour l'opération Rif

Début de l'opération Rif.

Le 18 avril, le Golo reste au repos dans la baie de Cu Lao Ré. Pendant deux jours, la mer étant mauvaise, l'opération est suspendue. Le 20, départ pour la baie de Ben Coy et débarquement de deux sections montées, d'une compagnie de la légion et tous les parachutistes. Ici donc, nous aurons encore deux jours de repos. Le 22 avril embarquement de la légion et des crabes, et en route pour Nha Thang ou nous faisons les vivres les 22 et 23.

Le 23 au soir on prend la mer pour l'opération Rif á Phan Thiet. Le 24 á cinq heures trente : débarquement. Il y a lá quatre L.S.T, deux tenders avec les commandos marine, quatre P.C. L'aviso Savorgnan de Brazza, quatre escorteurs, la Charente avec 1500 hommes de troupes, un gros remorqueur, au total dix-sept bateaux.

Le débarquement fut très rapide ; l'opération est difficile, gros mouvement de troupes. L'artillerie entre en action, dont celle des LST Orne et Golo. Le 24, toute la journée et pendant la nuit, les 88 firent du bruit ainsi que les canons du Brazza. Les 25, 26, 27 et 28 avril, poursuite de l'opération sous une chaleur torride. Le 29 en voit la fin et pour nous, c'est l'appareillage pour Nha-Trang afin d'y prendre un bataillon de tirailleurs Algériens pour le transporter á Saigon.

Arrivée á Saigon le 4 mai. De cette date au 2 juin, réparations et passage au bassin durant trois jours. Sortie du bassin le 2 juin. Il nous faut une journée afin d'embarquer du matériel neuf pour Haiphong. Le 4 appareillage pour le (Tonkin ?) ou nous arrivons le 8. Débarquement du matériel et aussitot embarquement des nationalistes Chinois : hommes, femmes, enfants, bébés, etc... Et le 9, en route pour Cam-Pha afin d'embarquer le restant des Chinois.

Le 11 juin au matin départ pour Phu-Quoc, ile dans le golfe du Siam ou nous déposerons ces Chinois qui sont gardés á bord par vingt-cinq grands sénégalais. Le 15 au matin, nous embarquons au Cap Saint-Jacques deux cents Chinois qui arrivaient de Saigon par le LCI Hopital Médecin capitaine Le Gall. Le 16 au soir, nous mouillons dans la baie de l'ile (quelle
le ?) pour y passer la nuit. Le 17 juin au matin, nous appareillons pour Phu-Quoc ou nous devons débarquer les Chinois, mais le temps étant trop mauvais pour les LCVP, nous devons appareiller pour la baie ou nous passons la matinée.

A treize heures trente, le temps plus calme, nous sommes de nouveau á la plage, ou cette fois-ci le débarquement fut fait et très rapidement. Le soir, par sécurité, nous retournons á l'abri pour la nuit et la matinée du 18. Dans l'après-midi, nous appareillons pour Duong-Dong ou nous devons charger plusieurs cargos de nationalistes chinois. Mais une tempête arrive de nouveau et nous force á retourner á l'abri ou nous restons au calme jusqu'á l'après-midi du 19 ou cette fois ci, ce sont les Chinois qui viennent á pied á la baie, pour finir.

Dès treize heures, l'embarquement des chinois nationalistes commence et se termine á vingt-et-une heures. Le 20, appareillage pour Duong-Dong pour continuer cet embarquement et le soir en route pour Saigon. En passant nous stoppons á Poulo-Condor pour y prendre des déportés politique vietnamiens ; leur embarquement fini, départ de suite ; il est vingt heures trente. Arrivée á Saigon le 23 á midi.

Du 24 juin au 7 juillet, nous travaillons pour l'inspection qui aura lieu le mardi 7. Dans la journée du 7 nous allons au beaching pour embarquement de troupes et matériel. Le 8 á onze heures trente, appareillage pour Tourane avec arrêt au Cap saint-Jacques pour récupèrer les commandos marine. Le 9, nous appareillons á quatorze heures et nous arrivons á Tourane le 11 á quatorze heures.

Le séjour á Tourane dura 3 jours, après nous être échoué sur un banc de sable. Nous restames douze heures inactifs ; enfin le 13, direction de suite au beaching pour embarquement de matériel et de retour en rade á 15 heures. Le 14 juillet, appareillage pour Cu Lao Ré afin d'y embarquer le commando Prévaust et faire un exercice de débarquement. Le 15 juillet appareillage á vingt-deux heures trente pour débarquement á zéro heure trente sur la cote d'Annam. A trois heures, débarquement de cinq commandos sur la plage de Ton Song . Dès les premiers éléments á terre un feu nourri vietminh éclate et la riposte arrive vite avec l'appui de l'artillerie du Tender et de l'aviation.

A quatre heures un combat sanglant se déroule, nos troupes faisant face á deux bataillons Viets (3000 hommes dit-on)...á huit heures, neuf morts de notre coté ; á neuf heures quinze : deux autres, et á neuf quarante-cinq encore un autre et lá nous devons reculer ne pouvant pas traverser le fleuve ou étaient embusqués des quantités de fusils-mitrailleurs Viets.

A onze heures, rembarquement de trois commandos pour les débarquer quelque cent mètres plus loin ; le temps de dégager les morts du commando Jaubert et á quatorze heures, rembarquement de toute la troupe. Les LCVP du Golo embarquent six morts et blessés ainsi que des prisonniers, plus une petite fille viet de l'age de six mois environ, blessée d'une balle á la cuisse et d'un éclat á la jambe. A quinze heures, appareillage et une fois au large, transbordement des morts sur un PC qui se rendra á Tourane ; ensuite, nous rentrons é Cu Lao Ré.

Opération Mazagan

Le 18 juillet au soir, appareillage pour une nouvelle opération. Le débarquement a lieu á trois heures trente. Il est rapidement fait et presque aussitot des coups de feu sont échangés. Mais de suite nos troupes sont en position. Toujours quelques coups et nos troupes avancent jusqu'á un village ou bientot des rebelles sont prisonniers.

A neuf heures le 19, tout est pris et l'aviation termine son mitraillage. A onze heures, le feu est mis au village, l'aviation bombarde et le rembarquement se fait laissant sur le terrain de nombreux Viets tués. Les prisonniers sont ramenés á bord. De notre coté : six blessés légers et á quinze heures trente, nous sommes de retour á Cu Lao Ré. Dans la nuit du 20 au 21 juillet, appareillage pour Tourane, ou nous débarquons des commandos et des parachutistes.

L'opération Ifrane

Nous montons á Haiphong dans la nuit du 22 juillet pour prendre un bataillon et aussitot nous revenons á Tourane : du 25 au 1ER aout nous sommes dans opération Camargue qui dure six jours. Elle fut dure. Il y eu deux grands parachutages, un le matin á dix heures et l'autre le soir á quinze heures trente. Les raids de l'aviation furent nombreux et plusieurs bombardements par les B26 eurent lieu.

Dans la journée du 1er nous rembarquons deux bataillons, un de Sénégalais et un de la Légion, et en route pour Tourane ou nous restons une journée. Le trois nous partons á Nha-Trang pour débarquer la Légion. Nous y restons dix-huit heures et dans la nuit du 5 au 6 aout, de nouveau en route pour Tourane. Nous y arrivons dans la nuit du 6 á deux heures trente.

Au matin nous allons au beaching prendre des blindés et aussitot le chargement terminé en route vers Nha Trang pour les débarquer, Nous y sommes le 8, nous y restons quatre heures et direction de nouveau vers Tourane ou nous arrivons dans l'après midi du 10 aout.

Du 10 aout au 12 octobre : navette entre Saigon - Tourane - Nha Trang et Haiphong pour matériels et transport de troupe. Le 14 octobre, é Haiphong, embarquement de troupe d'artillerie et de 120 tonnes de munitions pour la grande offensive d'octobre : Le 15 débarquement Pélican : rien á signaler, le 16, Cormoran, faux débarquement pour tromper l'ennemi avec tir des canons de la marine sur les cotes.

Le 17 et 18 Pingouin encore faux débarquement, mais cette fois-ci, tous les LCVP et LCM vont á la plage en faisant un feu de barrage sur les petits villages, mais auparavant les tirs de la marine mettaient le feu en divers endroit : ainsi que sur les sampans qui étaient sur la plage. La 2ème vague d'engins fut pris sous le feu de quelques tireurs isolés Viets, mais sans perte.

Au milieu des terres nos deux groupes de blindés et l'artillerie avancent avec une grande rapidité, les Viets se repliant sur leurs lignes fortifiées. L'aéronavale de l'Arromanches bombarde, mitraille sans arrêt les convois, ainsi que l'aviation qui bombarde des centres Viets, des dépots. Les commandos marine font sauter les ponts, gares et dépots qui se trouvent sur le chemin de retraite des Viets.




Opérations

1er Rif : 24 Avril 1953
2ème Mazagan 14 Juillet 1953
3ème Ifrane 18 Juillet 1953
4ème Camargue 26 Juillet 1953
5ème Offensive Générale 13 Octobre 1953
1er Pélican 15 Octobre 1953
2
me Cormoran 16 Octobre 1953
3ème Pingouin 17,18 Octobre 1953

Quartier-maitre de 2ème Classe mécanicien Bernard Gouhier


André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
STEPHAN Raymond
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 84
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par STEPHAN Raymond le Mar 20 Mar 2012 - 23:02

Merci André pour avoir publié ce chapitre d'histoire écrite par mon ancien mécano sur LCVP. Cà me fout la chair de poule.....

Kénavo
avatar
guillemin
QM 1
QM 1

Age : 77
NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par guillemin le Dim 29 Avr 2012 - 18:27

Bonsoir Raymond .A propos de ton post de 07/2011(que je lis aujourd'hui) sur les ancrages fixés sur le pont et au sol dans le hangar on appelait ces points des ""trèfles "" régulièrement contrôlés et réparés.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Lun 30 Avr 2012 - 18:29

Mes souvenirs du Golo me font me rappeler que, au poste de manœuvre, la barre était tenue par le quartier-maître manœuvrier le plus ancien du bord, c'était Poulhazan, en l’occurrence, de notre temps Raymond Stephan ; est-ce qu’il en est ainsi sur tous les bâtiments ? Il y a un réglement à ce sujet ?
André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON le Jeu 3 Mai 2012 - 10:02



Voici une vue de l’intérieur du vaste hangar d’un LST qui permet de constater la puissance des poutrelles métalliques qui soutiennent le pont supérieur. Ce qui permettait de placer tout là-haut, montant par ascenseur sur les plus anciens modèles, et par rampe oblique sur une seconde génération dirait-on, les chars amphibies LVT alligators qui étaient très pesants. (longueur 8 mètres, largeur 3,25 mètres, poids 14 tonnes. Mais combien pouvait-on en caler, sur le pont supérieur de ces alligators ? huit peut-être, dix ? je ne m’en souviens plus.
André Pilon





"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
coutil
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage            NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par coutil le Jeu 3 Mai 2012 - 15:41

Bonjour André
Bien ta photo du LST ça me rappelle la traversé de l'atlantique sur le Laïta des grosses chaines étaient tendues tous les trois mètres
et les hamacs étaient accrochés après nous étions plus de cent a coucher la 2 équipages de destroyer et 2 de LSSL
mais nous étions très bien dans les hamacs . Quand nous sommes arrivés a l'embouchure de la Delawars river une équipe Américaine est monté a bord et l'on nous a mis a l'avant dans une petite cabine sur le coté du hangar et la on nous as bombardé de DDT
et quand nous sommes arrivés a Philadelphie les américain nous ont empèchés de sortir car nous étions en chemisettes coloniale
et nous ont dit que ce n'était pas hygienique il fesait une chaleur atroce au mois de juillet nous sommes sortis en vareuse bleue
certains avaient des vareuse blanches je passeraits une photo
Amicalement Claude



avatar
coutil
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage            NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par coutil le Jeu 3 Mai 2012 - 15:44

Philadelphie juillet 1950



avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 72
Radio NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Noël Gauquelin le Jeu 3 Mai 2012 - 16:42

Pour répondre en partie à Pilon (message 471), il en était de même sur le Colbert quand j'y étais affecté : C'était toujours le même QM1 bosco qui était à la barre au poste de manoeuvre. Il avait l'entière confiance du commandant, le CV Brasseur-Kermadec, et il n'était pas question qu'un autre, de quelque grade que se soit vienne prendre sa place.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
† REY
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage NON

Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par † REY le Ven 4 Mai 2012 - 15:29

Comme suite au message n° 471 de PILON,
Je ne sais ,si il y avait un règlement pour la tenue de la barre au poste de manoeuvre !?
Toutefois sur le D.E. Le SOMALI,et en ce qui me concerne: À la mer je prenais le quart
à la passerelle navigation,nous étions deux gars : soit à la barre soit au chadburn.
Ayant été distingué par le PACHA,il m'avait désigné "à la barre " lors du rappel au
poste de manoeuvre.
Lorsque nous,nous présentions pour entrer dans un port le commandant demandait
par le porte voix reliant la passerelle non couverte à la passerelle navigation:
"Qui est à la barre ?"car il y avait souvent des manoeuvres d'accostage très délicates
à l'intérieur de ports toujours très encombrés,et des quais difficiles d'accès tel que:
Marseille,le vieux port l'arrière quai des belges.
Ces manoeuvres s'effectuaient avec le pilote à bord.
Bien cordialement!
A.REY.

    La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû 2017 - 19:25