Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 713846 messages dans 14024 sujets

Nous avons 14387 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est MAYDAY16

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Jean-Léon Aujourd'hui à 12:37

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Jean-Léon Aujourd'hui à 12:33

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Aujourd'hui à 11:37

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par timoniersoum Aujourd'hui à 10:32

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 8:34

» [ Histoire et histoires ] LODUSKY MCCOWEN
par GUILLO Aujourd'hui à 7:59

» LA CHARENTE (PRE)
par laurent jean-louis Aujourd'hui à 6:16

» [ Blog visiteurs ] Recherche d'anecdotes CC VIDON qui a commandé l’école des Transfilistes
par BACHELIER Hier à 22:47

» [ Divers - Les classiques ] Accident du Sous-marin FLORE
par CLOCLO 66 Hier à 21:39

» RUBIS (SNA)
par Bureaumachine busset Hier à 21:13

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Hier à 13:47

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par mjrl83 Hier à 10:42

» ÉCOLE DES TRANSFILISTES - LA CRAU
par séité Hier à 8:07

» FORCES MARITIMES DU RHIN
par FLN-IA5 Hier à 6:29

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par PAUGAM herve Lun 17 Sep 2018 - 22:04

» DIRECTION DU PORT TOULON
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Sep 2018 - 22:03

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par marsouin Lun 17 Sep 2018 - 21:35

» [LES BÂTIMENTS DE SERVITUDES ] BSAH RHÔNE
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Sep 2018 - 17:51

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 2]
par Smpacha Lun 17 Sep 2018 - 17:26

» [ Blog visiteurs ] recherche d'un ancien marin
par Invité Lun 17 Sep 2018 - 14:52

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par POMIE Lun 17 Sep 2018 - 14:14

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par Pétunia Lun 17 Sep 2018 - 13:58

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Xavier MONEL Lun 17 Sep 2018 - 10:47

» [ MOYENS NAUTIQUES DE LA GENDARMERIE MARITIME ] A 789 MELIA
par PAUGAM herve Lun 17 Sep 2018 - 8:56

» [ Associations anciens Marins ] Parrainage de l'AMMAC d'Angers amiral Yann Bordier
par 3eme ligne Dim 16 Sep 2018 - 20:12

» LE BORDELAIS (ER)
par Bureaumachine busset Dim 16 Sep 2018 - 20:04

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 16 Sep 2018 - 17:55

» La spécialité de Radio
par J-C Laffrat Dim 16 Sep 2018 - 14:15

» [ Histoire et histoires ] UN PARI STUPIDE
par garrigues gilbert Dim 16 Sep 2018 - 10:55

» [ Recherches de camarades ] Avis de recherche mousses promo 78]
par etchemaite Dim 16 Sep 2018 - 10:49

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Bureaumachine busset Ven 14 Sep 2018 - 23:18

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Ven 14 Sep 2018 - 22:32

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Sealex83 Ven 14 Sep 2018 - 21:37

» [Aéronavale divers] DC8 COTAM
par marsouin Ven 14 Sep 2018 - 21:15

» ALINDIEN
par Jean-Marie41 Ven 14 Sep 2018 - 19:51

» [LES B.A.N.] BERRE
par JJMM Ven 14 Sep 2018 - 18:11

» Charles de Gaulle Mission Héraclès 2001-2002
par Laurent Ven 14 Sep 2018 - 14:06

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos de l'Ajonc
par centime44 Ven 14 Sep 2018 - 13:32

» [ Divers bâtiments de servitudes ] BAA L9081
par salonais Ven 14 Sep 2018 - 8:55

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par VENDEEN69 Ven 14 Sep 2018 - 8:50

» CASSARD (FRÉGATE)
par dan83143 Jeu 13 Sep 2018 - 22:44

» [ Recherches de camarades ] BDC/PH TRIEUX campagne Tahiti 1981/1982
par PPIERRE Jeu 13 Sep 2018 - 21:03

» PAPA BOSCO par Joëlle sa fille
par Roger Tanguy Jeu 13 Sep 2018 - 20:22

» BATIMENTS ÉCOLE TYPE LÉOPARD
par Joël Chandelier Jeu 13 Sep 2018 - 18:52

» FLOTTILLE 22 F
par ranchet Jeu 13 Sep 2018 - 18:32

» MÉCANICIENS, ÉLECTRICIENS, SÉCURITARDS
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:26

» [Aéronavale divers] ÉTENDARD...
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:15

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par titagramme Mer 12 Sep 2018 - 17:30

» L'AGENAIS (ER)
par POMIE Mer 12 Sep 2018 - 16:03

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos du daphné 1929 1930
par Invité Mer 12 Sep 2018 - 15:29

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Mer 12 Sep 2018 - 13:53

» [ Recherches de camarades ] Recherche DELAFOSSE CFM Mimizan mai à juillet 1950
par Sealex83 Mer 12 Sep 2018 - 12:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Argens 67/68
par joel.ollivier Mer 12 Sep 2018 - 12:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du SNLE Foudroyant rouge 2P11 à2P19
par cucujean88 Mar 11 Sep 2018 - 21:51

» MEUSE (PR)
par COLLEMANT Dominique Mar 11 Sep 2018 - 21:41

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades BH La Boussole 64/65
par Momo Mar 11 Sep 2018 - 18:46

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par BEBERT 49 Mar 11 Sep 2018 - 16:54

» [ Blog visiteurs ] recherche photos de mon père
par centime44 Mar 11 Sep 2018 - 13:18

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades A.E Cdt RIVIERE 74/75 et Frégate TOURVILLE 77
par toutouss085 Mar 11 Sep 2018 - 13:01

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Dives de 65/66
par joel.ollivier Mar 11 Sep 2018 - 10:27

» Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40
par LEBRIS Mar 11 Sep 2018 - 10:07

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades AE CDT BORY campagne Djibouti 86/87
par PPIERRE Mar 11 Sep 2018 - 9:56

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM Brest mai 68
par Sylvain Mar 11 Sep 2018 - 0:31

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par Jean-Léon Lun 10 Sep 2018 - 12:22

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DESTENABES Lun 10 Sep 2018 - 9:21

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Dim 9 Sep 2018 - 19:52

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Roger Tanguy Dim 9 Sep 2018 - 18:50

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par Franjacq Dim 9 Sep 2018 - 14:32

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Joël Chandelier Dim 9 Sep 2018 - 11:49

» [ Blog visiteurs ] Je recherche mon oncle RAYMOND NENERT
par Momo Dim 9 Sep 2018 - 10:13

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par Jean-Léon Sam 8 Sep 2018 - 0:34

» VAR (BCR)
par COLLEMANT Dominique Ven 7 Sep 2018 - 23:37

» [Les anciens avions de l'aéro] Le Vickers Supermarine Sea Otter
par Bureaumachine busset Ven 7 Sep 2018 - 21:32

» LA COMBATTANTE (PC)
par marsouin Ven 7 Sep 2018 - 17:25

» [ Recherches de camarades ] Recherche PM DELIGNE atelier 57mm du 1Colbert
par THOMAS HENRY Ven 7 Sep 2018 - 16:50

» LCT L9098
par GYURISS Ven 7 Sep 2018 - 10:17

» FLORE (SM) - Tome 2
par guena29 Ven 7 Sep 2018 - 9:21

» ESCADRILLE 4 S
par ranchet Jeu 6 Sep 2018 - 19:42

» [Associations anciens marins] C.H.A.N.-Nîmes (Conservatoire Historique de l'Aéronavale-Nîmes)
par guilloux Mer 5 Sep 2018 - 18:19

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Mar 4 Sep 2018 - 22:00

» AMIRAL CHARNER (AE)
par TRIGRAMME VDB Mar 4 Sep 2018 - 19:36

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mar 4 Sep 2018 - 0:42

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par TUR2 Lun 3 Sep 2018 - 21:38

» DUPERRE (EE)
par Bureaumachine busset Lun 3 Sep 2018 - 20:26

» [LES B.A.N.] LARTIGUE (ALGÉRIE)
par J-C Laffrat Lun 3 Sep 2018 - 15:44

» [Divers E.A.M.F.] Promotion Guepratte (Sept 1973)
par RIERA Joel Lun 3 Sep 2018 - 6:55

» [ Recherches de camarades ]recherche les camarades dans la photo jointe
par Jacques Dim 2 Sep 2018 - 17:55

» FULMAR P740
par TECTAM Sam 1 Sep 2018 - 20:41

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par LES BORMETTES Sam 1 Sep 2018 - 18:10

» Pétrolier ravitailleur la baïse
par douzef Sam 1 Sep 2018 - 16:46

» [ Recherches de camarades ] Recherches de camarades sur l'escorteur EE D'Estrée de 12/81 à 11/82
par christian31 Ven 31 Aoû 2018 - 22:49

» ASTROLABE (Patrouilleur et Navire Logistique Polaire)
par Jean-Marie41 Ven 31 Aoû 2018 - 20:00

» [Aéronavale divers] Hélico NH90
par Bureaumachine busset Ven 31 Aoû 2018 - 19:32

» Flottille 35 F
par Jean-Marie41 Ven 31 Aoû 2018 - 18:48

» PRAIRIAL (FS)
par Michel Roux Ven 31 Aoû 2018 - 10:00

» [ Marine à voile ] LA RECOUVRANCE A BARFLEUR
par COLLEMANT Dominique Jeu 30 Aoû 2018 - 23:29

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par Jean-Léon Mer 29 Aoû 2018 - 23:09

» [Histoire et histoires] LES HISTOIRES DE BONNERUE
par PAUGAM herve Mer 29 Aoû 2018 - 8:49

» [Divers École de maistrance] La nouvelle École de Maistrance
par Nenesse Mar 28 Aoû 2018 - 23:48

DERNIERS SUJETS


Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Partagez
avatar
MICHAUX
QM 1
QM 1

Age : 67
Missilier équipage              NON

Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par MICHAUX le Ven 5 Déc 2008 - 12:11

Dans le passé, au court des longues navigations, les équipages des navires étaient parfois décimés par des maladies et en particulier par le scorbut. C’était une maladie liée à une déficience alimentaire en vitamine C qui se traduit dans sa forme grave par le déchaussement des dents, la purulence des gencives, des hémorragies, puis la mort.

A partir du récit de Jacques Henry Bernardin de Saint-Pierre [1] lors de son voyage à l’île de France en 1768 [2] , nous allons analyser les conséquences du scorbut sur l’équipage d’un navire.
Par Jean-Yves Le Lan
Pour la Gazette Web Histoire-Généalogie.
La vie et la mémoire des Hommes
http://www.histoire-genealogie.com

Bernardin de Saint-Pierre embarque à Lorient le 3 mars 1768 en qualité de « Capitaine d’Infanterie, Ingénieur des Colonies aux frais du Roy » sur le navire de la Compagnie des Indes Le Marquis de Castries.
Il prend ses repas comme l’indique le rôle d’équipage à la table du capitaine du navire, le sieur Jean Pallièrre Christy de Saint-Malo. C’est un navire de 800 tonneaux [3] , avec 146 hommes d’équipages, qui transporte des mâtures pour le Bengale.


Extrait du rôle d’équipage du Marquis de Castries où est noté Jacques Henry Bernardin de Saint-Pierre
– Service historique de la Défense – département Marine à Lorient – Microfilm 2 P 43

Bernardin de Saint-Pierre notera au jour le jour les évènements survenus sur le navire et fera aussi des observations précises sur l’environnement : état de la mer, animaux rencontrés, évolution de la santé des hommes embarqués.
Il relate, pour la première fois que le scorbut a touché l’équipage, le 4 avril 1768 par la mort du premier bosseman : Olivier Saillant de Dinan (fils de Jacques et âgé de 47 ans) et il précise que plusieurs autres matelots sont aussi touchés [4] .
Le navire n’a quitté Lorient que depuis 32 jours et il écrit :
« cette maladie, qui se manifeste de si bonne heure, répand la terreur dans l’équipage ».


Lire la suite de cet article




"Parmi les rochers sans nombre qui couronnent les Vosges et parsèment leurs flancs, il y a, comme en Bretagne, des pierres qui parlent".
[Édouard Schuré]
avatar
MICHAUX
QM 1
QM 1

Age : 67
Missilier équipage              NON

Re: Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par MICHAUX le Ven 5 Déc 2008 - 12:18

Mais, la majorité des cas est apparue sensiblement après trois mois de navigation, il signale le 6 juin, 15 scorbutiques à bord et ceci après 94 jours de mer.
Quelques jours après, le 9 juin, ce mal occasionne le décès d’un contre-maître (François Thibault fils de François, de Saint-Malo, âgé de 41 ans).

Le 27 juin, il y aura un autre décès, le matelot Yves Huleau (fils de Jean, âgé de 45 ans) et à cette date, on compte « vingt et un malades hors de service ».

Au début du mois suivant, ce sont 36 marins qui sont touchés par le scorbut, nous sommes à 120 jours de mer. A partir de cette date, la maladie va accélérer sa propagation, à 122 jours de mer se sont 40 marins qui ont le scorbut et il y a un décès, le matelot Guillaume Paulo de Botoha. Bernardin de Saint-Pierre indique alors : « Ce mal fait des progrès à vue d’œil.
On l’attribue aux exhalations qui sortent de la cale, remplie de mâts qui ont longtemps séjourné dans la vase ».

A 126 jours de mer, le nombre passe à 45, à 129 jours à 60 et à 130 jours à 70.
Deux nouveaux morts seront jetés à la mer, le 9 juillet, le matelot Silvestre Gourvrin de Saint-Malo (âgé de 48 ans) et le 11 juillet le novice Mathurin Coutté aussi de Saint-Malo (fils de Mathurin, âgé de 17 ans).

Ces chiffres, sur l’évolution du scorbut à bord du navire, donnés par Bernardin de Saint-Pierre, permettent de tracer une courbe très parlante qui montre l’évolution rapide de la maladie à bord du Marquis de Castries à la fin du 3e mois de navigation.



Le navire arrive à l’île de France le 14 juillet 1768, soit après 132 jours de mer sans toucher la terre.
Cette arrivée, à Port-Louis, est heureuse car sans son arrivée au port la grande majorité de l’équipage aurait été atteinte par le scorbut en rendant pratiquement impossible l’exécution des manœuvres sur le navire et la poursuite de la navigation de ce dernier très dangereuse.
Bernardin de Saint-Pierre précise que, dès le 12 juillet, les officiers et les passagers encore valides suppléent au manque de matelots et participent aux manœuvres lors des changements de voilures sur le navire.

Le constat de Bernardin de Saint-Pierre est :
les officiers et les passagers qui n’ont pas la même nourriture que le reste de l’équipage fait qu’ils sont atteints par la maladie bien après les matelots.
En arrivant, à l’île de France, les malades sont soignés à partir de bouillon de tortue. Bernardin de Saint-Pierre, lui aussi atteint par le scorbut, n’en ayant pas à sa disposition mangera surtout des végétaux frais et guérira parmi les premiers.

Lire la suite de cet article




"Parmi les rochers sans nombre qui couronnent les Vosges et parsèment leurs flancs, il y a, comme en Bretagne, des pierres qui parlent".
[Édouard Schuré]
avatar
MICHAUX
QM 1
QM 1

Age : 67
Missilier équipage              NON

Re: Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par MICHAUX le Ven 5 Déc 2008 - 12:21

Il notera toutes ses réflexions sur le scorbut dans son journal et nous les retranscrivons ci-après :

« Le scorbut est occasionné par la mauvaise qualité de l’air et des aliments. Les officiers, qui sont mieux nourris et mieux logés que les matelots, sont les derniers attaqués de cette maladie, qui s’étend jusqu’ aux animaux. Mon chien en fut très incommodé.

Il n’y a point d’autre remède que l’air de la terre et l’usage des végétaux frais. Il y a quelques palliatifs qui peuvent modérer le progrès de ce mal, comme l’usage du riz, des liqueurs acides, du café, et l’abstinence de tout ce qui est salé.
On attribue de grandes vertus à l’usage de la tortue : mais c’est un préjugé, comme tant d’autres que les marins adoptent si légèrement. Au cap de Bonne-Espérance, où il n’ y a point de tortues, les scorbutiques guérissent au moins aussi promptement que dans l’hôpital de l’île de France, où on les traite avec les bouillons de cet animal.
À notre arrivée, presque tout le monde fit usage de ce remède ; je ne m’en servis point, parce que je n’en avais pas à ma disposition ; je fus le premier guéri : je n’avais usé que des végétaux frais.

Le scorbut commence par une lassitude universelle : on désire le repos ; l’esprit est chagrin ; on est dégoûté de tout ; on souffre le jour ; on ne sent de soulagement que la nuit ; il se manifeste ensuite par des taches rouges aux jambes et à la poitrine, et par des ulcères sanglants aux gencives. Souvent il n’ y a point de symptômes extérieurs, mais s’il survient la plus légère blessure, elle devient incurable tant qu’on est sur mer, et elle fait des progrès très rapides. J’avais eu une légère blessure au bout du doigt ; en trois semaines la plaie l’avait dépouillé tout entier, et s’étendait déjà sur la main, malgré tous les remèdes qu’on y put faire. Quelques jours après mon arrivée, elle se guérit d’elle-même.
Avant de débarquer les malades, on eut soin de les laisser un jour entier dans le vaisseau, respirer peu à peu l’air de la terre.
Malgré ces précautions, il en coûta la vie à un homme qui ne put supporter cette révolution. Je ne saurais vous dépeindre le triste état dans lequel nous sommes arrivés.
Figurez-vous ce grand mât foudroyé, ce vaisseau avec son pavillon en berne, tirant du canon toutes les minutes ; quelques matelots semblables à des spectres, assis sur le pont ; nos écoutilles ouvertes, d’où s’exhalait une vapeur infecte ; les entreponts pleins de mourants, les gaillards couverts de malades qu’on exposait au soleil, et qui mouraient en nous parlant.
Je n’oublierai jamais un jeune homme de dix-huit ans à qui j’avais promis la veille un peu de limonade. Je le cherchais sur le pont parmi les autres ; on me le montra sur la planche ; il était mort pendant la nuit. »




"Parmi les rochers sans nombre qui couronnent les Vosges et parsèment leurs flancs, il y a, comme en Bretagne, des pierres qui parlent".
[Édouard Schuré]
avatar
MICHAUX
QM 1
QM 1

Age : 67
Missilier équipage              NON

Re: Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par MICHAUX le Ven 5 Déc 2008 - 12:25

En conclusion, nous pouvons dire que sur Le Marquis de Castries, les premiers cas de scorbut sont apparus après approximativement un mois de mer.

Les premiers marins atteints avaient déjà probablement des carences alimentaires à l’embarquement, les rendant plus fragiles.
Au bout de quatre mois de mer, c’est la moitié de l’équipage qui est touchée par le scorbut et le reste est très affaibli.

Cinq marins en décéderont avant d’arriver au port et probablement plusieurs une fois à l’hôpital de Port-Louis car sur le rôle il est précisé que plusieurs débarquent malades.

Sur le navire, aucun officier et passager n’ont eu le scorbut.
La nourriture différente en est très certainement la raison.

La cause du scorbut est ignorée par l’équipage qui croit que c’est la cargaison qui occasionne ce mal.

Le remède de type « bouillon de tortue » ne semble pas très efficace et Bernardin de Saint-Pierre constate qu’en mangeant des légumes, il guérit plus vite.

Une autre époque aussi pas facile pour nos ancêtres qui naviguaient en ce temps là :cheers:




"Parmi les rochers sans nombre qui couronnent les Vosges et parsèment leurs flancs, il y a, comme en Bretagne, des pierres qui parlent".
[Édouard Schuré]
avatar
MICHAUX
QM 1
QM 1

Age : 67
Missilier équipage              NON

Re: Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par MICHAUX le Ven 5 Déc 2008 - 12:26

:study:
Note bibliographique :
Cette étude a été réalisée sur la base des informations contenues dans l’ouvrage de Bernardin de Saint-Pierre intitulé Voyage à l’île de France, édité par Merlin à Paris en 1773.
Des précisions sur les noms des membres d’équipage décédés ont été apportées par les mentions contenues dans le rôle d’équipage du Marquis de Castries détenu au Service historique de la Défense – département Marine à Lorient à la cote 2 P 43.

Notes et renvois
[1] Nous le désignerons par Bernardin de Saint-Pierre pour la suite du texte, car c’est sous ce prénom et nom qu’il est connu.

[2] de Saint-Pierre (Jacques Henry Bernardin) - Voyage à l’île de France - Merlin - Paris - 1773.

[3] Noté 700 tx sur le rôle d’équipage avec 20 canons.

[4] Hypothèse pour tracer la courbe de six marins atteints du scorbut.




"Parmi les rochers sans nombre qui couronnent les Vosges et parsèment leurs flancs, il y a, comme en Bretagne, des pierres qui parlent".
[Édouard Schuré]
avatar
bertrand robert fils
INVITÉ
INVITÉ

Age : 67
NON

Le citron encore du citron et toujours du citron...

Message par bertrand robert fils le Ven 5 Déc 2008 - 17:12

Cher Michaux,

Sur la table, dans le jardin on a toujours eu de magnifiques citronniers.

Mon père nous répétait sans cesse de manger du citron
surtout après les conserves, tu devines pourquoi?

Si bien que j'en boulotais même avec du sel.

bravo pour "Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes" et si j'ose longue vie...
avatar
Pierrot
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 60
Électrotechnicien NON

Re: Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par Pierrot le Ven 5 Déc 2008 - 17:27

bravo, beau sujet



avatar
Hatoup
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Gendarmerie maritime NON

Re: Le scorbut sur un navire de la Compagnie des Indes

Message par Hatoup le Ven 5 Déc 2008 - 17:40

C'est si vrai, que les marins Anglais ont été longtemps surnommés les citrons (lemon). :D
Ayant découvert assez tôt les bienfaits du jus de citron pour lutter contre le scorbut l'amirauté en avait imposé sous contrôle des médecins de bord la consommation sur les navires. C'est ce qui explique en partie une certaine grande défaite de notre royale les équipages de Nelson était en bien meilleure forme physique que ceux des navires Français effectivement très atteints par la maladie du scorbut
HATOUP




Modélisme - Voile.

    La date/heure actuelle est Mer 19 Sep 2018 - 12:51