Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Téléthon 2017 - 36 37 le numéro de téléphone pour faire un don

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 652240 messages dans 13493 sujets

Nous avons 15677 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Tanguy

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» FOCH (PA)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 23:59

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par momo 1957 Hier à 23:27

» [ Blog visiteurs ] Sikorski Jean
par 3eme ligne Hier à 23:26

» [Les ports militaires de métropole] TOULON au début des années 60
par Bureaumachine busset Hier à 22:36

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Bureaumachine busset Hier à 22:04

» [Marine à voile] L'Hermione
par COLLEMANT Dominique Hier à 21:40

» HYERES (B.A.N.)
par harfang Hier à 21:21

» FLOTTILLE 24 F
par COLLEMANT Dominique Hier à 21:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades École Mécae de Rochefort-sur-Mer 06/75 à 02/76
par VIVIER Hier à 19:33

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par Jean-Marie41 Hier à 19:30

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Jean-Léon Hier à 19:19

» POINCARÉ (BEM)
par Mr Phil Hier à 19:19

» LIBERTÉ - 1906 (BATIMENT DE LIGNE)
par bernard pierre Hier à 18:34

» LA SPÉCIALITÉ DE SECRÉTAIRE MILITAIRE
par Max Péron Hier à 18:23

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par Paulo Hier à 18:13

» JEAN BART (FRÉGATE)
par noelcaruso Hier à 18:10

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Fred1961 Hier à 17:05

» Histoires de QUIMPER
par LEBRIS Hier à 16:50

» Saint-Mandrier (B.A.N.)
par Roli64 Hier à 16:37

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Joël Chandelier Hier à 16:30

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par gerardsin59 Hier à 16:27

» [ Blog visiteurs ] A J P DEPREZ TCD Foudre de 57 à 59
par TARO Hier à 14:05

» TOUS LES ESCORTEURS D'ESCADRE - DIVERS
par Thierry MORGADO Hier à 13:05

» DU CHAYLA (EE)
par Raymond L Hier à 12:49

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Hier à 11:36

» AMIRAL CHARNER (AE)
par Joël Chandelier Hier à 10:38

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par sarrosquy Hier à 10:03

» SUFFREN (FLM )
par sarrosquy Hier à 9:47

» [ Recherches de camarades ] Jacques Thibaud Mécanicien/Atomicien (Sous-Mariniers Lorient-Brest)
par Marc Taraud Hier à 9:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades École des Mousses Brest 09/65 à 06/66
par Jean-Luc Bastin Hier à 0:44

» [CAMPAGNE] NOUMÉA Tome 1
par joyault Dim 10 Déc 2017 - 22:11

» [Histoire et histoires] [Sujet unique] Le Centenaire de la Grande Guerre
par Bureaumachine busset Dim 10 Déc 2017 - 21:22

» [ Recherches de camarades ] Recherches de camarades DC GIROFLEE 77 et DC ACANTHE 78
par VALET Michel Dim 10 Déc 2017 - 19:20

» LE NORMAND (ER)
par Xavier MONEL Dim 10 Déc 2017 - 19:13

» [Divers les classiques] La vie à bord d'un sous-marin classique (Sujet unique)
par rebouh Dim 10 Déc 2017 - 15:28

» ÉCOLE DES FOURRIERS DE ROCHEFORT
par Roger Tanguy Dim 10 Déc 2017 - 13:42

» SNSM BEG MEIL
par centime44 Sam 9 Déc 2017 - 22:09

» MÉCANICIENS, ÉLECTRICIENS, SÉCURITARDS
par COLLEMANT Dominique Sam 9 Déc 2017 - 16:26

» Recherche infos, photos concernant mon père BENOIT Maurice Cuirassé "Courbet" période 1936 à 1941
par Invité Ven 8 Déc 2017 - 18:57

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Ven 8 Déc 2017 - 18:36

» La spécialité de Radio
par Max Péron Ven 8 Déc 2017 - 18:23

» L'ÉFFRONTÉ (E.C.)
par skagerrac Ven 8 Déc 2017 - 14:47

» [ Blog visiteurs ] recherche livre d'or de la BAN saint mandrier ]
par Invité Ven 8 Déc 2017 - 13:38

» [Divers les nucs] Féminisation des SNLE à l'essai
par Nenesse Ven 8 Déc 2017 - 11:28

» [ Blog visiteurs ] Recherche photo commis aux vivres école des fourriers mars à juillet 83
par Invité Ven 8 Déc 2017 - 10:00

» FLOTTILLE 4 F
par J-C Laffrat Ven 8 Déc 2017 - 8:54

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par corre claude Jeu 7 Déc 2017 - 19:56

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par dan83143 Jeu 7 Déc 2017 - 18:53

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par JACQUES SOUVAY ou BILL Jeu 7 Déc 2017 - 17:43

» [ Blog visiteurs ] Recherche informations sur Louis Le Goff
par Invité Jeu 7 Déc 2017 - 17:42

» LA SPÉCIALITÉ DE TRANSMETTEUR
par Roli64 Jeu 7 Déc 2017 - 17:20

» JULES VERNE (BA)
par GENESLAY Jeu 7 Déc 2017 - 11:44

» [Divers les Nuc] Le BARRACUDA
par Joël Chandelier Jeu 7 Déc 2017 - 9:40

» [ Divers escorteurs côtiers ] EC Spahi
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:20

» [Divers escorteurs côtiers] Les Escorteurs Côtiers
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:19

» RUSÉ (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:19

» PNOM PENH (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:18

» LE VOLTIGEUR (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:18

» LE HARDI (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:18

» LE FRONDEUR (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:17

» LE FRINGANT (EC)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:17

» LE FOUGUEUX (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:15

» LANCIER (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:14

» L'OPINIATRE (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:14

» L'INTRÉPIDE (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:14

» L'ÉTOURDI (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:13

» L'ENJOUÉ (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:13

» L'EMPORTÉ (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:13

» L'ATTENTIF (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:12

» L'ARDENT (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:11

» L'ALERTE (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:11

» L'AGILE (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:10

» L'ADROIT (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:10

» ESCADRILLE 23 S
par COLLEMANT Dominique Mer 6 Déc 2017 - 21:35

» FLOTTILLE 17 F
par COLLEMANT Dominique Mer 6 Déc 2017 - 21:32

» [Les batiments auxiliaires] L'ESTAFETTE
par H2O Mer 6 Déc 2017 - 20:02

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par JACQUES SOUVAY ou BILL Mer 6 Déc 2017 - 9:18

» [Les Bâtiments de servitudes ] BSAH LOIRE
par Nenesse Mar 5 Déc 2017 - 12:55

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par Jean-Marie41 Lun 4 Déc 2017 - 19:17

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par salonais Lun 4 Déc 2017 - 19:00

» RHIN (BSL)
par Jean-Marie41 Lun 4 Déc 2017 - 18:32

» CHELIFF (LST)
par laurent jean-louis Dim 3 Déc 2017 - 22:48

» VENUS (SM)
par guena29 Dim 3 Déc 2017 - 18:32

» FORBIN D620 (fregate)
par COLLEMANT Dominique Dim 3 Déc 2017 - 17:10

» FLOTTILLE 33 F
par grillere Dim 3 Déc 2017 - 14:46

» FRÉGATES FURTIVES ANTI-NAVIRE (FLF) SURCOUF, ACONIT, COURBET
par Joël Chandelier Dim 3 Déc 2017 - 14:42

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Joël Chandelier Dim 3 Déc 2017 - 14:27

» [Le cimetière des bateaux et du patrimoine de la Marine] Le cimetière de LANDEVENNEC
par pmjaja Dim 3 Déc 2017 - 12:25

» [Aéronavale divers] Les radios volants formés pendant la Guerre 1939-1945
par Jean-Marie41 Sam 2 Déc 2017 - 20:47

» ISÈRE (PR)
par Charly Sam 2 Déc 2017 - 18:57

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par douzef Ven 1 Déc 2017 - 20:54

» Vos tee-shirts et vos casquettes souvenirs Marine
par Jean-Léon Ven 1 Déc 2017 - 19:30

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par christian dupuy Ven 1 Déc 2017 - 19:17

» STATION RADIO SUPER MAHINA "FUM"
par GILOU971 Ven 1 Déc 2017 - 17:08

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par COLLEMANT Dominique Ven 1 Déc 2017 - 8:31

» SÉMAPHORE - SAINT MATHIEU (FINISTÈRE)
par jobic Jeu 30 Nov 2017 - 22:10

» RANCE (BSL)
par Noël Gauquelin Jeu 30 Nov 2017 - 20:17

» [ Les musées en rapport avec la Marine ] Conservatoire des tenues à Toulon
par Jean-Marie41 Jeu 30 Nov 2017 - 19:13

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par timoniersoum Jeu 30 Nov 2017 - 17:53

DERNIERS SUJETS


LA MARINE A BAYONNE

Partagez
avatar
Invité
Invité

LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 18:20

Il y a longtemps que je n'avais pas alimenté le sujet concernant notre PSS ATHOS, qui est toujours en carénage à Bayonne.
Sur la photo que je vais essayer de joindre, vous constaterez que même les OMS sont de corvée de coque...
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 18:24

Bon à priori ça marche Je continue.
Regardez maintenat cette photo. Il y a du boulot sur la plage arriére. Il déponte même les "bites".
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 18:29

Allez pour les nostalgiques de la passerelle. Enfin encore une vrai barre. Bon en effet elle n'est pas en bois mais c'est mieux que les joys
Pour mieux voire les photos de ce poste cliquez dessus.
Ces photos proviennent du magasine col bleu du 18/03/06
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 18:45

Tout d'abord ce que je vais relater a été relevé dans le Cols Bleus du 18/03/2006.
Les PSS (Patrouilleurs de Surveillance des Sites) baptisés des noms de mousquetaires ARAMIS et ATHOS sont plus connus dans la marine sous l'appellation de "Vedettes de l'Adour". Opérant depuis la base navale de Bayonne, ols ont pour mission principale de soutenir le centre d'essai des Landes (CEL) qui les emploie principalement à la surveillance et la police dans le champ de tir. Les PSS participent également à toutes les missions de sauvegarde maritime dans la zone.
La ville d'AUCH (Gers) parraine l'ATHOS et l'ARAMIS depuis 1987.
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 18:48

Pour votre info, notre ami Haddock, connais bien la base navale de l'Adour y étant affecté pendant son activité.
Je lui dédie donc ce sujet.
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 19:01

Pour ceux qui ne connaissent pas notre belle région (je suis chauvin je sais), je vais essayer de la faire connaître par le biais de ce petit reportage. Je rappelle que tout ce que j'écris a été relevé dans le cols bleus du 18/03/06.
Brest, Toulon, Cherbourg....La base navale de Bayonne est des plus méconnues. Elle a pourtant Mazarin, LouisXIV, Julien VIAUD (alias Pierre LOTI) et plus d'un mousquetaire dans son sillage.
Pour commancer je vais vous donner cinq dates, concernant notre BIDASSOA,(riviére qui sépare la France de l'Espagne) et non porté par un BDC.
Tout d'abord le 07 Novembre 1659 sur l'ile des faisants.
Signature du traité des Pyrenées. Le cardinal Mazarin et Don Luiz de Haro mettent fin à vingt ans d'hostilités entre la France et l'Espagne.
07 Juin 1660, sur l'Ile des faisant.
Négociation du mariage de Louis le quatorziéme, avec l'Infante Marie Thérése d'Espagne. Les futurs époux s'y rencontrent pour la premiére fois et se marient en l'église de Saint Jean De Luz.
1872 Le congre est pêché à hendaye. La station navale de la Bidassoa est née.
Décembre 1891 et Juin 1896, Julien VIAUD alias Pierre LOTI, commande la station navale
1983: la station navale de la Bidassoa est transferée aux abords de Bayonne.La base navale compte actuellement 31 militaires er 11 civils.
Voici une photo d'époque de Pierre Loti (Photo relevée sur le même cols bleus.
avatar
jym
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Résident à l'étranger : Belgique
Age : 61
NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par jym le Dim 26 Mar 2006 - 20:39

C'est vrai que les basques ont toujours donné beaucoup de marins à la France comme Jauréguiberry né à Bayonne en 1812 et qui s'est distingué en Chine lors de la prise des forts autour de Pékin en 1860, il a aussi été ministre de la marine. Il ne faut pas non plus oublier tous les pêcheurs du grand banc ou de la chasse à la baleine.
avatar
LE BERRE PAUL
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 69
Manœuvrier NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par LE BERRE PAUL le Dim 26 Mar 2006 - 21:24

Quand j'étais sur le BSR ELAN, il n'y avait qu'un chouf cuistot, donc les OM et OMS devaient prendre le pinceau.
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 21:38

Puisque nous parlons des basques.
Connaissez-vous la différence entre un chien berger des Pyrénnées et chien de Terre-neuve, dit Terreneuvas?
Le berger Pyrénnéen est le grand père du Terreneuvas! "Diantre, comment ce peusse?" me direz vous, les basques auraient dit" Mordious cape de dious!"
Et bien voilà:
Au XIX ème siècle, quand les grandes pêches à la morue se sont développées, les bergers basques embarquaient comme pêcheurs après leur saison d'estivage. Ils ne partaient pas seuls, leurs chiens les accompagnaient.
Mais ensuite???
Nous y voilà! comment ce passait cette pêche? Une vois la goëlette sur un ban, les doris étaient mises à l'eau. Les bergers basques faisaient parti de ces pêcheurs et partaient pour la journée sur leurs frêles esquifs, avec leur chien. Ils avaient des lignes à plusieurs hameçons. Dès que la doris était pleine, ils retournaient vers le bord, déchargeaient leur pêche et retournaient au taf. Pendant ce temps, un équipage dépeceait, nettoyait, vidait et salait la morue à bord.
Cette pêche était très périlleuse, les doris sont à font plat et basses sur l'eau. Souvent, l'une d'entre elle se retournait et son pêcheur se débattait comme un diable pour rejoindre sa barcasse, la retourner et réemabarquer. Mais son chien était là. Fidèle à son maître il veillait sur lui et le secourait. Au fil des saisons, celui-ci est devenu un excellent nageur, son pelage vira du blanc immaculé au noir et ses pattes se palmèrent. Bien sur, ça ne c'est pas fait en une saison, mais au fil du temps.
Pour les interessés, je recommande l'excellent livre "le shangaïé" qui relate ces aventures tirées de faits réels. Je dois retrouver le nom de l'auteur.

Jakez
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Dim 26 Mar 2006 - 22:21

Jaquez de Bidel>.
Juste une petite précision. Les Basques n'ont jamais eu de chiens Pynéréens.
Ces chiens là sont natif des hautes Pyrénées. D'ailleurs leur cousin germain se nomme le Saint Bernard qui est natif des Alpes, c'est bien lui qui est de couleur Fauve dominante avec du blanc, alors que le pyrénéen est complétement blanc.
Par contre je pense qu'il y a une difference de taille entre les deux.
Une chose est sûre c'est que le pyrénéen ne porte pas le tonneau à son coup. :drunken:
avatar
MARCOT Daniel
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 73
Missilier ASM NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par MARCOT Daniel le Dim 26 Mar 2006 - 23:35

Banfi, le chien des bergers du pays basque est " Le Labrie à poils longs "

avatar
PEPE 79
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 69
Détecteur ASM NON

marine B ayonne

Message par PEPE 79 le Dim 26 Mar 2006 - 23:53

:pirat: :pirat: :pirat: :pirat:

les souvenirs que je garde de Bayonne , ce sont 3 escales sur sous marins avec hébergement à l'hotel et les fêtes de Bayonne en prime..no coment....
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Lun 27 Mar 2006 - 7:54

A Pépé79, elle sont dures ces fêtes de Bayonne hein :?: :drunken:
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Lun 27 Mar 2006 - 19:10

Bien aprés cette pose je continue l'historique de notre base maritime de l'Adour.
L'Ile des Faisans est la limite sud du territoire alloué au Comar Bayonne. Plus au nord la vigilance s'étend jusqu'à l'embouchure de la Garonne et , sur terre, dans tout le sud ouest.Des affrontements entre pêcheurs d'Hendaye et de Fontarabie en 1872, sont à l'origine de la présence de la Marine nationale aux abords de la zone frontaliére.
Initialement stationnée à Hendaye, l'antenne Sud-Ouest s'est définitivement établie sur la rive gauche de l'Adour en 1983.
Texte repris sur le cols bleux du18/03/2006
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Lun 27 Mar 2006 - 19:26

Pour clôturer le sujet voici une photo du Sémaphore de Socoa (64), article et photo, cols bleus du 18/03/2006.
avatar
jym
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Résident à l'étranger : Belgique
Age : 61
NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par jym le Lun 27 Mar 2006 - 21:17

Merci Amiral,
Socoa c'est toute mon enfance, on allait y passer les vacances. :D :D
Il y avait une année un petit chalutier qui c'était échoué pas loin, j'étais tout gosse, et j'y passais le plus clair de mon temps. Ce bateau était bleu et blanc, je le vois encore couché sur tribord avec sa grosse cabine toute penchée. J'ai dû faire des milliers de miles dans ma tête avec ce bateau. Qui sait si ça n'a pas été un peu le début de mon amour pour les choses de la mer en général et les bateaux en particulier. :pirat: :pirat: :pirat:
avatar
DAN
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 61
NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par DAN le Lun 27 Mar 2006 - 22:07

on ne connait pas toute l'histoire de la francevoila un bon chapitre de fait
merci banfi
dan






Cap Haddock ACB sur virtual regatta
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Lun 27 Mar 2006 - 22:45

De rien Dan, ça m'a fais plaisir de vous raconter cette histoire par le biais du magasine Cols Bleus dont les textes et les photos ont été de l'EV1 Amélie Mallié. (Fallait le citer).
avatar
MARCOT Daniel
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 73
Missilier ASM NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par MARCOT Daniel le Lun 27 Mar 2006 - 22:50

Banfi, j'arrive seulement mais si j'ai bien suivi, les pêcheurs basques pêchent le Faisan?
avatar
Invité
Invité

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Invité le Lun 27 Mar 2006 - 22:53

eu pas tout à fait Marcot. Je te conseille de lire attentivement mes posts concernant ce sujet, aprés on en reparle.....Moi je vais à la banette suis tout épuisé :sleep: :sleep:
avatar
PEPE 79
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 69
Détecteur ASM NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par PEPE 79 le Lun 27 Mar 2006 - 23:17

Ça dépend de ta capacité d’absorption et du degré de la potion, et faut tenir dans le temps, mais ça vaut le coup d'être vécu, ou tu tombes...
avatar
decosseal
QM 1
QM 1

Age : 64
NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par decosseal le Mer 19 Avr 2006 - 22:25

source: http://perso.wanadoo.fr/Laperouse/marine1.htm
DANS LA MARINE ET LES COLONIES DU ROI 1756-1788

Ce fascicule est une création de l'Association Lapérouse Albi (France).
Rédigé par son Président Pierre BÉRARD, il décrit le parcours maritime dans le contexte guerrier et colonial de l'époque qui a conduit Lapérouse à être choisi comme l'explorateur maritime de Louis XVI.

Fascicule préfacé par : Mme Agnès De Fleurieu, M. Thierry Carcenac, Président du Conseil Général du Tarn, M. Philippe Bonnecarrère, Maire d'Albi, M. Bru, historien tarnais

Spoiler:
En Atlantique et sur les côtes de France...

Après l'humiliation du traité de Paris de 1763, et la perte des colonies, deséchouement de vaisseaux dans la Vilaine.
Raid contre St Jean de Terre Neuve et cabotage sur les côtes de France pour préparer la reconstruction de laflotte (bois des Pyrénées).

On a vu que le Garde Lapérouse avait eu l'occasion pendant le 2ème semestre 1762 d'être un collaborateur privilégié de son Commandant, le Lieutenant de Vaisseau de Ternay. Celui-ci ramènera de la Vilaine à Brest en deux opérations quatre vaisseaux dont le Robuste, en piteux état, l'Éveillé commandé par le Comte d'Hector, et d'autres navires.
Il a bénéficié d'une aide par des officiers qui n'étaient pas issus du "Grand Corps", comme Marion Dufresne.
Lapérouse participe à cette opération en compagnie de son ami Mengaud.
Ce sauvetage délicat lui donne une occasion exceptionnelle de bien connaître l'hydrographie de la Bretagne Sud, la baie de Quiberon en particulier, dans tous ses aspects, cartographie et sondes, climatologie, courants et marées.
Dès remise en état de ces navires à Brest, Lapérouse repart à Terre Neuve sur le Robuste avec Ternay, promu Capitaine de Vaisseau : son objectif est de porter préjudice au commerce et aux pêcheries britanniques.
L'opération prend fin avec le Traité de Paris de 1763, qui permet un retour à Brest pour désarmement.
Lapérouse obtient enfin un premier congé d'un mois de fin de campagne qu'il passe à Albi, quitté comme adolescent sept ans plus tôt.
Son cousin Clément lui avance alors 123 livres pour ce voyage, preuve qu'il n'est pas très riche.
Il revient en homme mûri par ses expériences, heureux de retrouver sa famille, mais avec des préoccupations à l'échelle du monde, probablement assez lointaines des soucis de ses parents.
Puis il retourne à Brest, pour finir ses derniers examens, avec des spécialisations de fusiller et de canonnier.
Il est nommé Enseigne de Vaisseau en Octobre 1964, à 23 ans, époque où un pastel très connu le représente dans son nouvel uniforme.
Auparavant il aura un court embarquement pour convoyer le vaisseau Six Corps, sous le Commandement du Capitaine de Vaisseau de Chezac, de Lorient à Brest.
Il complète une expérience maritime et militaire exceptionnelle, dans une carrière déjà très dense, commencée en temps de guerre.
Il a aussi compris que la qualité des Officiers de Marine français n'est pas en cause, mais que nos échecs résultent d'une politique maritime et d'outremer erratique.
Ceci ancre son ambition de relever le défi maritime et colonial sous de meilleurs auspices.
En attendant, faute d'argent pour armer les vaisseaux existants et en construire d'autres, il ne reste plus qu'à exercer des missions de temps de paix, avec de petits navires le long des côtes de France.
Cette expérience, non souhaitée par les officiers de la Royale, sera plus positive qu'il n'y paraît.
Il est vrai que la pre-mière intention ministérielle était particulièrement peu attrayante, dans un pays très cloisonné en classes sociales : si on supportait assez bien l'idée que les grands capitaines de la Compagnie des Indes puissent intégrer le corps des officiers de Vaisseau, il était choquant de mettre des Gardes de la Marine ou des Enseignes de Vaisseau sous les ordres de Capitaines marchands, souvent issus de la maistrance, et ayant une formation empirique de navigation côtière (sans parler de leur comportement social).
C'est pourquoi on s'orientera plutôt vers l'utilisation de flûtes et de gabares, à peine ou pas du tout armées de canons, propriété de l'État ou louées, mais placées sous le Commandement de véritables Enseignes de vaisseau, avec des équipages militaires.

Finalement l'utilisation de ces navires conçus pour les transports se révélera plus intéressante que prévu.
A l'image de Cook, qui avait eu ses premières expériences maritimes sur des charbonniers anglais, les qualités de ces navires marchands étonneront les officiers de Marine qui ne les connaissaient pas.
Ils chercheront à améliorer leurs défauts, la lourdeur et la lenteur, mais utiliseront leur capacité, leur robustesse, et leur comportement à la mer doux et peu fatigant pour les hommes et le gréement.
Plus tard, même quand il ne s'agit pas de transports de marchandises, on admet aux colonies qu'une flûte plus rustique et moins coûteuse vaut bien une corvette ou une petite frégate, quand elle est armée en guerre.
Ce sera aussi le type de navire retenu pour les voyages d'exploration.
De l'été 1765 au printemps 1769 on trouve Lapérouse au cabotage, principalement entre Brest et Bayonne, d'abord sur la gabare Adour, commandée par l'E.Y. de Clugny, plus ancien que lui.
Il s'agit d'approvisionner les chantiers navals de l'Atlantique, dans lesquels Choiseul cherche à reconstruire une flotte, avec une mâture en bois des Pyrénées, qui est également la source d'approvisionnement de la flotte espagnole par son port de Pasajes.
Il est plus noueux que le bois d'importation du Nord, lequel est très cher, mais trouvé suffisamment souple après expérimentation sur les gabares.
Bayonne devient un port d'approvisionnement majeur non seulement pour le bois, mais aussi le chanvre, le bray et des pièces métalliques malgré la limitation de tirant d'eau sur la barre de l'Adour à environ 15 pieds.
Les rotations sont continuelles entre Bayonne et les arsenaux de Rochefort et de Brest, mais aussi avec les ports de commerce de Bordeaux et Lorient.
Le chêne nécessaire à la construction des coques a d'autres provenances, dans les forêts domaniales, en terrain plus plat.
Il a été conservé trace dans le pays basque d'une excursion d'Officiers de Marine en Vallée d'Aspe à l'automne 1765 vers l'exploitation forestière d'Isseaux, autorisée par Mr. de Cluny et par le Commandant de la Marine à Bayonne.
Y prenaient part le Second La Metterie, accompagné par Lapérouse, pendant la longue période de chargement des mâts, entreposés dans la "fosse aux mâts" des "allées de Boufflers" à Bayonne.
Ils remontent la rivière en coche d'eau jusqu'à Peyrehorade, puis le Gave d'Oloron jusqu'à Oloron Sainte Croix où ils sont très bien reçus par l'Ingénieur et le Maître mateur de la Marine.
Le lendemain ils montent en mulet vers Isseaux et constatent une exploitation sélective de grands sapins.
Il y a surtout de difficiles problèmes de transport de ces gros troncs avec des descentes acrobatiques guidées par "16 paires de boeufs", puis formant des radeaux sur le Gave.
Quand on a vu cette organisation, on regarde la mâture avec d'autres yeux.
Ils apprennent du Maître des eaux et forêts qu'il faut surtout éviter la coupe en temps de sève, pour la réserver à l'hiver.
Lapérouse compare la coupe des Pyrénées avec celle des bois du Nord, "résineux jusqu'au coeur," et il pense qu'il faut compenser en nourrissant le bois avec de l'huile, et le graisser souvent.
Quand aux transports fluviaux ou terrestres Lapérouse suggère qu'on pourrait rechercher d'autres sources d'approvisionnement, en ouvrant un autre chantier dans la vallée d'Ossau pour utiliser le Gave de Pau, moins tumultueux.
Enfin chacun son métier, mais il est toujours intéressant de connaître les ressources et contraintes de ses fournisseurs.
En fin d'embarquement Lapérouse, qui a pris goût à cette navigation, et qui de toute façon n'aime pas rester à terre, retrouve une place (comme sumumémire) de même nature sur la Dorade.
Non seulement il y acquiert une excellente connaissance de la côte atlantique et de ses abris, comme les perthuis, mais devient fin manœuvrier.
De plus il s'intéresse aussi aux détails des problèmes logistiques de chargement et d'approvisionnements, ce qui sera une excellente préparation pour l'avenir.
Rentré à Brest il trouve son camarade La Metterie, qui était son Second sur l'Adour, devenu Commandant du Gave, qui le prend comme Second. Il y reprend le même circuit atlantique, avec cependant une livraison à Toulon, seule incursion connue de Lapérouse en Méditerranée. Puis vient son tour d'Enseigne de Vaisseau de commander une gabare. On lui confie l'Adour, sur laquelle il avait navigué, puis la Dorothée.
Mais il retrouve Temay à Brest, qui l'embarque sur la Turquoise, une petite corvette peu digne d'un Capitaine de Vaisseau, qui fait de l'hydrographie dans les parages d'Ouessant, car les pilotes de la Marine "payés fort cher" ne font pas des cartes fiables.
C'est pour Lapérouse une nouvelle expérience, qui lui sera aussi fort utile pour la suite, nouvelle étape inconsciente de la préparation de son grand voyage.
Au désarmement Lapérouse demande un congé de six mois pour Albi pendant l'été 1769, qui lui est accordé et payé..."
avatar
† Fanch 56
FONDATEUR
FONDATEUR

Age : 69
Timonier équipage NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par † Fanch 56 le Sam 1 Déc 2007 - 18:49

UP





LINUX MINT
On ne dit jamais assez à ceux qu'on aime...........qu'on les aime. (Louis Chédid)
Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
Joël Chandelier
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 73
Electrotechnicien NON Clairon

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Joël Chandelier le Mar 29 Déc 2015 - 14:01

Voilà un sujet qui ne vit plus depuis 2007.
Peut être que les anciens de la Marine à Bayonne auront des souvenirs (et des photos) à nous narrer car en cette fin d'année 2015 la Marine à Bayonne c'est finie
Voici un article du journal Sud Ouest que mon ami (un de mes bleues aux mousses avril 61 2ème Cie) Serge Ibargaray m'a envoyé. Pour l’anecdote et pour les plus anciens d'ACB le nom de Daniel Marcot (mon camarade de mousse 1ère Cie oct 60) ancien "second" de Fanch à la création d'ACB, y est mentionné.






 

La "langue" est la meilleure et la pire des choses. [Ésope]
avatar
Laurent
MATELOT
MATELOT

Age : 71
Radio équipage NON

Re: LA MARINE A BAYONNE

Message par Laurent le Mar 29 Déc 2015 - 16:45

En tout cas la marine est finie dans bien des ports et je le déplore.
Je me souviens très bien de Daniel Marcot qui était présent lors de la rencontre à Jougne (2008 je crois)





Va petit mousse, ou le vent te pousse.
Bon vent matelot

    La date/heure actuelle est Mar 12 Déc 2017 - 0:05