Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 668353 messages dans 13610 sujets

Nous avons 15655 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est MARTIN

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» MINERVE (SM)
par lecuyer Aujourd'hui à 0:11

» [Marine à voile] L'Hermione
par Tragin Hier à 23:45

» AMIRAL CHARNER (AE)
par loulou06000 Hier à 23:29

» [Les traditions dans la Marine] Tenue dans la Marine- Tome 02
par Nenesse Hier à 23:28

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par loulou06000 Hier à 23:23

» AGADIR (B.A.N.)
par CARRET Hier à 22:50

» [HISTOIRES HISTOIRE] Anecdote de la vie à bord
par Domi83 Hier à 22:43

» ARROMANCHES (PA)
par Joël Chandelier Hier à 22:30

» [Divers les classiques] La vie à bord d'un sous-marin classique (Sujet unique)
par JBY Hier à 21:58

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG
par douzef Hier à 20:58

» LE BOURGUIGNON (ER)
par JUMPER Hier à 19:54

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par LEMONNIER Hier à 18:53

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par Serge BAVOUX Hier à 18:06

» LCT - L9061
par gerardsin59 Hier à 17:38

» Saphir
par COLLEMANT Dominique Hier à 14:06

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Hier à 14:05

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par didiboy31 Hier à 13:37

» Recherche renseignements sur navires Archimède et Centaure (1944-1946)
par Marco-56 Hier à 11:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Hourtin 67
par skagerrac Hier à 10:51

» CFM HOURTIN. VOLUME 4
par skagerrac Hier à 10:47

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par bielo Hier à 10:34

» [ Recherches de camarades ] Sur le Maillé Brézé entre novembre 58 et juillet 60
par cioni Hier à 9:18

» LE HARDI (E.C.)
par ledaron Hier à 9:09

» GIBOULEE (NAVIRE CITERNE)
par PICCOLO Mar 20 Fév 2018 - 22:41

» CASABIANCA (SM)
par Marco-56 Mar 20 Fév 2018 - 21:59

» RANCE (BSL)
par PASQUETTE ERIC Mar 20 Fév 2018 - 20:34

» Criquet (gabare)
par Christian Apruzzese Mar 20 Fév 2018 - 20:13

» CDT BORY (AE)
par Jean-Léon Mar 20 Fév 2018 - 19:41

» L'INFLEXIBLE (SNLE)
par tabletop83 Mar 20 Fév 2018 - 19:16

» MARINE LA PALLICE - ROCHEFORT
par BOUBOU 56/50 Mar 20 Fév 2018 - 18:56

» ESCADRILLE 22 S
par COLLEMANT Dominique Mar 20 Fév 2018 - 15:53

» [ Associations anciens Marins ] ADOSM Brest 2016
par cornaly Mar 20 Fév 2018 - 1:00

» [ Histoire et histoires ] Le Sanatorium de Briançon (Le Grand Hôtel des Neiges)
par noelcaruso Lun 19 Fév 2018 - 23:23

» LE MUTIN (BE)
par Jean-Marie41 Lun 19 Fév 2018 - 20:56

» COLBERT (1956) (Croiseur)
par Roli64 Lun 19 Fév 2018 - 17:05

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par Matelot Lun 19 Fév 2018 - 17:00

» FLOTTILLE 24 F
par Joël Chandelier Lun 19 Fév 2018 - 15:41

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par BONNERUE Daniel Lun 19 Fév 2018 - 15:09

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 19 Fév 2018 - 14:15

» Le Bachi
par PAUGAM herve Lun 19 Fév 2018 - 11:45

» [ Recherches de camarades ] Embarqués sur sous-marin Espadon de août 79 à février 82
par julita Dim 18 Fév 2018 - 23:08

» MALABAR (RHM)
par marsouin Dim 18 Fév 2018 - 21:14

» D.E.T. PORQUEROLLES
par corre claude Dim 18 Fév 2018 - 21:10

» ESCADRILLE 55 S
par J-C Laffrat Dim 18 Fév 2018 - 20:59

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Joël Chandelier Dim 18 Fév 2018 - 20:47

» FLOTTILLE 9 F
par André TORTAY Dim 18 Fév 2018 - 19:26

» CIFUSIL de la BAN Lanvéoc Poulmic
par byu30 Dim 18 Fév 2018 - 19:12

» FLOTTILLE 23 F
par Joël Chandelier Dim 18 Fév 2018 - 18:35

» LE BRESTOIS (ER)
par Jean-Michel Gaiffe Dim 18 Fév 2018 - 14:13

» [ Recherches de camarades ] Recherche SM Trans Graziani Patrick
par Eric B Dim 18 Fév 2018 - 12:55

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par jean claude monzie Dim 18 Fév 2018 - 10:29

» [Divers École de maistrance] La nouvelle École de Maistrance
par loulou06000 Sam 17 Fév 2018 - 22:47

» La spécialité de Radio
par 3eme ligne Sam 17 Fév 2018 - 19:10

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par Houllé Sam 17 Fév 2018 - 17:42

» ARIEL (BA)
par MARCHAND Michel Sam 17 Fév 2018 - 15:51

» HIPPOPOTAME (RHM )
par GYURISS Sam 17 Fév 2018 - 15:17

» FLOTTILLE 22 F
par Moulinier Alain Sam 17 Fév 2018 - 14:27

» CASABIANCA (SNA)
par Charly Sam 17 Fév 2018 - 13:40

» [Divers sous-marins classiques] Le sous-marin mouilleur de mines FNFL
par Charly Sam 17 Fév 2018 - 12:45

» [ Recherches de camarades ] Briançon
par takeo Sam 17 Fév 2018 - 12:08

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par cioni Sam 17 Fév 2018 - 11:56

» PONCELET (SM)
par Charly Sam 17 Fév 2018 - 10:05

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Charly Ven 16 Fév 2018 - 22:22

» LANVÉOC POULMIC (B.A.N.)
par gilbert kerisit Ven 16 Fév 2018 - 21:07

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Médailles opex
par Pépé 974 Ven 16 Fév 2018 - 20:49

» [ LOGOS - TAPES - INSIGNES ] TAPE DE BOUCHE
par Jean-Marie41 Ven 16 Fév 2018 - 19:38

» FLOTTILLE 33 F
par Jean-Marie41 Ven 16 Fév 2018 - 18:54

» PÉGASE
par corre claude Ven 16 Fév 2018 - 17:26

» ORPHÉE (SM)
par COLLEMANT Dominique Ven 16 Fév 2018 - 15:45

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Bureaumachine busset Jeu 15 Fév 2018 - 22:09

» Centre Entrainement à la Survie et au Sauvetage de l'Aéronautique Navale
par Jean-Marie41 Jeu 15 Fév 2018 - 21:01

» École des pupilles 45/46
par Charly Jeu 15 Fév 2018 - 20:59

» CHELIFF (LST)
par boboss Jeu 15 Fév 2018 - 16:43

» VIOLETTE - P788
par alain EGUERRE Jeu 15 Fév 2018 - 5:52

» GUEPRATTE (EE)
par PAUGAM herve Mer 14 Fév 2018 - 16:41

» TONNERRE (BPC)
par Xavier MONEL Mer 14 Fév 2018 - 10:24

» Karachi
par loulou06000 Mar 13 Fév 2018 - 11:38

» SIRÈNE (SM)
par Micky Mousse Mar 13 Fév 2018 - 10:52

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par Paulo Mar 13 Fév 2018 - 9:43

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE MAILLÉ BREZÉ
par ERIC THIEBAUT Mar 13 Fév 2018 - 8:48

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC de Paris
par Cabestan Mar 13 Fév 2018 - 1:07

» LE NORMAND (ER)
par Bureaumachine busset Lun 12 Fév 2018 - 20:31

» DIVES (BDC)
par gégé Lun 12 Fév 2018 - 19:58

» [Campagne] ANTILLES
par Noël Gauquelin Lun 12 Fév 2018 - 19:21

» [La musique dans la Marine] LA MUSIQUE DE LA FLOTTE
par Christian DIGUE Lun 12 Fév 2018 - 19:20

» [Opérations diverses] Opération Prométhée
par bruno360 Lun 12 Fév 2018 - 18:31

» [Vieilles paperasses] Vieilles paperasses
par JJMM Lun 12 Fév 2018 - 18:00

» [Campagne C.E.P. - Mururoa] Photos inédites de Mururoa
par NEHOU Lun 12 Fév 2018 - 17:24

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par marsouin Lun 12 Fév 2018 - 15:44

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 21:16

» Beautemps-Beaupré BHO - A 758
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 20:29

» ESCADRILLE 27 S
par NEHOU Dim 11 Fév 2018 - 19:39

» [Divers campagne C.E.P] Les Marquises
par Noël Gauquelin Dim 11 Fév 2018 - 19:17

» [Campagnes C.E.P.] ATOLL DE HAO - Tome 2
par NEHOU Dim 11 Fév 2018 - 19:14

» [Votre passage au CFM) Vos chansons au CFM
par gene Dim 11 Fév 2018 - 19:08

» [Divers - École de maistrance] Le grade à la sortie de Maistrance
par GYURISS Dim 11 Fév 2018 - 18:32

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 18:12

» DUPETIT-THOUARS (EE)
par Michel SALVY Dim 11 Fév 2018 - 17:09

» [ Blog visiteurs ] Recherche renseignements généalogiques
par Invité Sam 10 Fév 2018 - 22:48

DERNIERS SUJETS


REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Partagez
avatar
TUR2
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 60
Radio NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par TUR2 le Mer 23 Oct 2013 - 19:09

Rapidité, efficacité, encore faut il être là avec les moyens de le faire.

Merci pour l'info de cet "evasan"
Amicalement TUR2



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ia orana ite matahiti api
avatar
Gérard Duffond
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 72
Timonier NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par Gérard Duffond le Mer 23 Oct 2013 - 21:38

Nous n'avions pas la chance d'avoir à notre époque, une piste aviation pour une éventuelle EVASAN qui se faisait uniquement par bateau (civil ou militaire).
Fallait pas que ce soit urgent.
Il valait mieux avoir en ces temps là, une santé de fer car ce n'était pas idyllique tous les jours malgré la présence plus tard d'un infirmier tout juste sorti du BE.
C'était quand même le "bon temps".



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Occitania
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 28 Oct 2013 - 19:02

Voilà une belle photo du soleil se levant sur le lagon de Reao.
Chaque jour c’est le même incendie dans l’est mais en général dans un ciel d’alizé presque clair. Aujourd’hui le ciel est couvert par des Altocumulus et Altostratus, ce qui n’est pas courant et qui donne ce fort contraste. C’est une perturbation venue de l’ouest et qui se désagrège presque sur place.
Cette photo est prise au bout de la rue abuttant au lagon en venant du bourg 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Crédit photo : Roland Ipu

André Pilon


Dernière édition par PILON le Lun 28 Oct 2013 - 21:25, édité 1 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par marsouin le Lun 28 Oct 2013 - 20:25

Très belle image contrastée en effet André, qu'une hygrométrie moins importante qu'à l'accoutumé explique sans doute  

Avec un lagon aussi calme qu'un lac de haute montagne  
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 28 Oct 2013 - 21:44

Sur cette photo, Marsouin, le soleil est sur le point d’apparaître au-dessus des cocotiers dans la direction de Gake, mais il est encore au-dessous de la ligne d’horizon, invisible avec ces arbres, et si le photographe avait attendu une minute peut-être, alors tous ces nuages, éclairés par en dessous, auraient été rouges comme ceux que l’on aperçoit dans le lointain, cette rougeur gagnant vers l’ouest, rapidement, à mesure que le soleil s’élève.
André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Mar 5 Nov 2013 - 21:43

La météo des atolls de l'Est Tuamotu
Spoiler:

 L'est des îles Tuamotu est soumis presque en permanence à un régime de vents alizés.
Ces vents réguliers qui soufflent sur la région sont provoqués par les hautes pressions de l'anticyclone dit : de l'île de Pâques.
Celui-ci se prolonge en direction de l'archipel par une dorsale qui est, peut-on dire, un appendice de cette vaste zone de pressions élevées.
Les vents qui en résultent soufflent sur ces îles de Polynésie française de secteur Est en moyenne, en oscillant entre les directions est-nord-est et est sud-est.
L'anticyclone de l'île de Pâques est un anticyclone permanent qui s'installe sur l'Océan Pacifique Sud ; il est dynamique, nous disent les météorologues, car il découle de phénomènes engendrés par la rotation terrestre.
Si les pressions sont donc très élevées dans sa partie Est, par contre, elles y sont moindres dans l’Ouest du Grand Océan.
Cet anticyclone est formé de masses d'air chaud, il se renforce avec l'altitude par rapport au champ de pressions moyennes.
La terre, qui fait un tour sur elle-même en vingt-quatre heures, induit une force centrifuge puissante à l’Équateur où la vitesse d'un point fixe est considérable et atteint presque mille sept cents kilomètres à l'heure.
Cette force centrifuge diminue avec la latitude, elle devient nulle au pôle.
Elle est donc proportionnelle au cosinus de la latitude : cosinus zéro degré = un ; cosinus quatre-vingt-dix degrés = zéro.
Ce rapide déplacement du globe tournant sur lui-même est insensible pour l'homme puisque tout corps qui se trouve sur un mobile acquiert l'accélération qu'a prise ce mobile.
[page]Un homme situé à l’Équateur se déplace donc à cette vitesse importante sans en ressentir le moindre effet.
Par contre, le mouvement d’une personne qui stationnerait debout, aux pôles Nord ou Sud, se bornerait à exécuter une rotation sur place, lentement, un tour complet en vingt-quatre heures.
Dans les deux cas, on ne s’en rend compte qu’uniquement en observant le mouvement des astres qui semblent tourner autour du globe.
La puissante force centrifuge qui existe de part et d'autre de l’Équateur à pour effet permanent de projeter vers l'espace les masses d'air qui enveloppent le globe terrestre, amenant une diminution marquante de la pression atmosphérique dans ces régions, en créant ainsi une ceinture dépressionnaire tout autour de la terre.
Mais, ces masses d'air soulevées, qui vont devenir très nuageuses, ne peuvent pas échapper à l'attraction terrestre, elles s'en vont retomber aux latitudes tropicales où la force centrifuge a déjà moins de puissance : c'est le phénomène de l'affaissement.
En ces lieux, les pressions vont donc augmenter, la compression des masses d'air qui redescendent amène un réchauffement et on assiste alors à la disparition des nuages et à la formation des anticyclones subtropicaux.
Ces masses d'air anticyclonique donnent naissance à des vents réguliers : les alizés ; elles s'en retournent alors vers les régions instables ou elles seront bientôt reprises dans le circuit généré par la force centrifuge et projetées de nouveau en altitude.
Si la zone dépressionnaire équatoriale entoure parfaitement le globe, il en est loin d'être de même pour la zone des hautes pressions subtropicales qui n'est parfaite que pour les valeurs moyennées.
[page]D'un jour à l'autre, d'une semaine à l'autre, d’une saison à l’autre, des changements importants apparaissent dans leur valeur, elles peuvent même passer au-dessous de la moyenne, qui est de mille treize hectopascals -  l’unité de pression que l'on appelait encore il y a peu de temps le millibar.
De ce fait, et aussi du fait de certaines influences continentales, elles sont fractionnées en puissantes masses d'air chaud appelées anticyclones ou encore cellules anticycloniques.
Dans l'hémisphère Nord, le plus connu de ces anticyclones est celui des Açores. 
Dans l'Océan Pacifique, aux latitudes identiques, se forme l'anticyclone des îles Hawaii.
Si nous passons dans l'hémisphère Sud, nous rencontrerons le symétrique de celui des Açores qui est l'anticyclone de Sainte-Hélène et symétriquement à Hawaï se présentera l'anticyclone de l'île de Pâques ; celui-ci est relié à une zone de hautes pressions de stabilité moindre située entre les îles Cook et la Nouvelle-Zélande.
Des hautes pressions dynamiques sont également présentes sur l'Océan Indien : c'est l'anticyclone des Mascareignes ; il n'a pas de correspondant dans l'hémisphère Nord car il se trouve en phase avec le continent asiatique, qui est recouvert l'hiver par un puissant anticyclone froid provoqué par l’intense refroidissement hivernal et, qui fait place l'été, à une immense zone dépressionnaire thermique engendrant la mousson d'été.
Les vastes cellules anticycloniques chaudes ont donc une origine totalement différente de celle des anticyclones froids qui trouvent la leur dans le refroidissement des masses d'air par la base.
Ces derniers subsistent dans les régions très froides et presque toujours continentales ; ils s'affaiblissent puis disparaissent bientôt avec l'altitude, pour faire place à une dépression.
[page]L'exemple nous en est donné par les hautes pressions présentes au-dessus de chaque pôle et par l'anticyclone russo-sibérien pendant l'hiver boréal.
Plus haut en latitude que les anticyclones chauds dynamiques, dans l'un comme dans l'autre hémisphère, se trouvent de vastes dépressions permanentes et dynamiques également, dépressions froides qui se renforcent en altitude.
Elles sont engendrées par les conflits provoqués par la rencontre entre les masses d'air chaud décrites ci-dessus et les masses d'air froid polaire.
Dans l'hémisphère Nord, nous rencontrons ainsi la dépression d'Islande qui est responsable des hivers doux ou bien des étés pourris que nous pouvons parfois supporter sur la France et sur l'Europe occidentale ; dans le Pacifique, la dépression des Aléoutiennes est sa correspondante aux mêmes latitudes.
Dans la moitié Sud sévissent les dépressions de Nouvelle-Zélande, des Kerguelen, des Falklands ou Malouines.
Ces zones de hautes et de basses pressions, qui recouvrent des aires géographiques considérables, et qui découlent comme nous l'avons signalé de la rotation du globe sont appelées : centres d'actions.
La direction des courants atmosphériques qu'ils provoquent, des perturbations qu'ils engendrent, selon l'emplacement de leur centre, sont responsables du temps qu'il peut faire en divers lieux de la terre.
Les contacts qui existent entre les masses d'air de caractère si différent créent de violents conflits sur leurs limites : ceux-ci sont matérialisés par des surfaces de discontinuités mobiles s'étendant du sol en altitude et appelées surface frontale.
L'intersection de l'une de ces surfaces avec le sol est appelée front.
On a affaire à un front froid s'il s'agit du déplacement d'une masse d'air froid vers l'air chaud ; on a affaire à un front chaud dans le cas inverse.
[page]Ces limites permanentes sont appelées fronts polaires par les météorologistes.
Elles font, elles aussi, le tour de la terre.
Elles se brisent en plusieurs tronçons et oscillent beaucoup en latitude.
Elles sont toujours accompagnées de perturbations très actives qui se déplacent, dirigées le plus souvent par les courants d'altitude.
Sur ces limites se déclenchent tous les phénomènes atmosphériques possibles : nuages de tout genre, de la pluie, de la neige, des orages de grêle, des vents violents, etc.
Dans les régions tropicales et équatoriales, les contacts qui existent entre les masses d'air constituant les anticyclones chauds circulant sous forme de vents alizés et l'air équatorial encore plus chaud et très humide peuvent provoquer la formation d'une surface frontale appelée front des alizés.
C'est sur le front des alizés que se développent le pot au noir et les cyclones tropicaux, ces derniers étant les phénomènes atmosphériques les plus dangereux et les plus catastrophiques et meurtriers qui se produisent sur la terre.
D'une façon générale, les îles Tuamotu restent en dehors de l'action de ces terribles phénomènes qui naissent dans la zone équatoriale, vers le dixième degré de latitude Sud, pour ce qui est de la région concernée dans ce chapitre. 
Normalement, ces cyclones, sauf exception dont nous parlerons, ne se forment pas dans le secteur qui s'étend de l'Amérique du Sud jusqu'à une longitude avoisinant les dix degrés au-delà des îles Marquises, c'est-à-dire vers le cent cinquantième méridien à l'Ouest de Greenwich ; la dorsale émanant de l'anticyclone de Pâques - une dorsale étant une crête de hautes pressions - et qui recouvre toute cette région empêche leur naissance et interdit le passage de ceux qui se forment en d'autres lieux.
[page]Je pense qu’il n’en a pas toujours été ainsi au cours de l’histoire de la Terre.
Par contre, ces violentes tempêtes sévissent souvent des îles de la Société à l'archipel des Australes.
De leur lieu d'origine, aux environs des Fidji, ils font lentement route en se creusant et atteignant leur intensité maximum entre le dixième et le vingt-cinquième degré de latitude Sud.
Ils trouvent leur chemin dans les zones de faiblesse des hautes pressions et au-dessus des plages d'eau les plus chaudes, donc les plus aptes à les approvisionner en humidité à cause de l'importante évaporation qui existe sous les tropiques.
Ils se dirigent vers le sud-ouest, puis vers le sud-est, et souvent avec assez de caprices, zigzaguant, pouvant rebrousser chemin pendant quelques heures, ravageant, et même à plusieurs reprises, les îles rencontrées, en submergeant avec violence les terres basses.
En fait, comme expliqué dans le chapitre précédent, les atolls existent parce que dans cette région se forment des cyclones.
Ce sont les grandes houles cycloniques qui entassent les matériaux de démolition sur la circonférence de l'île en cours d'enfoncement qui en sont la cause.
S'il est bien vrai qu'à l'époque historique les cyclones sont rares dans les Tuamotu et que leur fréquence décroît de l'Ouest vers l'Est.
Il est impossible de dire si dans le passé ces phénomènes étaient monnaie courante.
Fréquents ou rares, ils ont toujours été suffisamment puissants pour construire les atolls.
Mais, il y a des exceptions, et leur fréquence est inconnue et imprévisible, nous avons pu le voir pendant l’été austral 1982-1983 où la Polynésie française a essuyé sept cyclones et dépressions tropicales, une période pendant laquelle les îles Tuamotu ont été ravagées.
Plusieurs atolls ont été totalement détruits et même doublement détruits, le terrible tourbillon cyclonique ayant fait demi-tour [page]!
La cause de ces exceptions, la formation de cyclones qui dévastent les îles Tuamotu, s'explique par un affaiblissement de l'anticyclone de l'île de Pâques dans sa partie Nord, appelé la « Southern Oscillation ».
Ce phénomène commence à être connu mais pour le moment il n'est pas encore prévisible ; un signe précurseur est la naissance du courant marin chaud qui se dirige d'ouest en est, aux latitudes tropicales, vers les côtes du Pérou, appelé « el Nino », car il se forme dans les moments de Noël ; c'est donc le courant de l'Enfant-Jésus.
Sa formation, son arrivée, c'est la ruine des pêcheries d'anchois, des poissons dont les côtes péruviennes sont si riches, et qui foisonnent dans les eaux fraîches du courant de Humbolt, un courant froid, qui longe les côtes du Chili du Sud au Nord, et qui va alors disparaître dans son cours tropical pendant la durée du phénomène.
Comme nous l'avons dit, en l'absence de toute anomalie, les hautes pressions de Pâques dirigent vers la Polynésie un flux d'alizé de secteur est permanent ; en effet, si dans un anticyclone de l'hémisphère Nord, les vents tournent dans le sens des aiguilles d'une montre, c'est l'inverse qui se produit pour les hautes pressions du Sud du globe.
Ces vents réguliers exercent sur l'océan une force qui engendre le courant équatorial de même direction, qui s'établit dans le prolongement du courant froid de Humbolt et qui acquiert une vitesse modérée.
Mais, comme tout corps mobile à la surface de la terre, les masses liquides en mouvement sont soumises à la force de Coriolis, cette force qui dévie  tout mobile vers la droite dans l'hémisphère Nord et vers la gauche dans l'hémisphère Sud.
[page]Ainsi, les eaux de ce courant équatorial, dans leur lent mouvement vers l'ouest, sont donc déviées vers leur gauche.
Une compensation de volume se fait par la remontée, au niveau de l'équateur, des eaux venues des profondeurs et plus fraîches qui prennent la place de celles qui sont déviées : c'est le phénomène d'upwelling.
Il se trouve de ce fait, que dans la zone équatoriale soumise aux vents levés par ces hautes pressions, les eaux sont plus fraîches qu'un peu plus au Sud, dans la direction du tropique.
En effet, entre l’Équateur et les îles Marquises, la température des eaux de surface ne dépasse pas 24 degrés.
Les masses océaniques qui baignent les îles de la Société dont fait partie Tahiti, ainsi que l'archipel des Tuamotu se trouvent élevées à des températures de 27 à 28 degrés, parfois plus.
Comme les cyclones puisent leur énergie dans les eaux très chaudes de l'océan, ils ne pourront donc pas se former du côté des Marquises, et ils ne se dirigent pas vers ces eaux fraîches.
Mais, quand se manifeste la « Southern Oscillation », le courant alizé disparaît dans les régions proches de l’Équateur, depuis l'Amérique du Sud vers les Marquises ; le courant équatorial qu'il provoque s’efface, lui aussi, ainsi que la remontée des eaux froides, l'upwelling qui lui est associé.
Alors, la mer commence à emmagasiner, comme partout ailleurs, les calories dispensées généreusement par le soleil tropical et équatorial ; elle va se réchauffer en surface comme en profondeur, jusqu'à atteindre 30 degrés en surface autour de cet archipel.
Les cyclones pourront donc se former.
C'est bien ce phénomène qui s'est produit pendant la saison 1982-1983 : cyclone Lisa en décembre 1982, Nano en janvier 1983, Orama en février, Reva en mars etc.
Il s'est sûrement produit le même phénomène en 1903, quand plusieurs cyclones ont ravagé les îles Tuamotu.
Nous avons suivi dans un autre texte, Faumea, qui racontait au personnel de la station météorologique ce que lui avait appris son grand-père sur le passage de l'un d'eux à Reao, un phénomène qui détruisit tout sur l'atoll les 12 et 13 février 1903.
[page]Vingt-cinq ans plus tôt, 1878 fut une année également catastrophique et probablement pour la même raison : ce phénomène d'échelle planétaire qu'est la Southern Oscillation.
Les cyclones reviendront sur les Tuamotu c'est sûr, mais pour le moment c'est imprévisible, on ne peut que faire face à leur arrivée.
Actuellement les services météorologiques ne disposent d'aucun modèle de calcul permettant de les prévoir.
Du reste ce n'est peut-être pas tellement utile puisque maintenant, grâce au satellite géostationnaire on voit venir ces tempêtes.
De là-haut, aux environs de 36.000 kilomètres, cette merveille de technique veille.
Lors de la saison cyclonique polynésienne des années 80, on vit très bien sur les îles Marquises, avec ces procédés nouveaux, le pot au noir qui chauffait et qui chauffait, donnant sur ces régions plus de pluies en un mois qu'il en tombait habituellement en un an ! avec toutes les calamités qui survenaient, liées aux torrents de montagnes, aux éboulements et aux glissements de terrain.
Ces amoncellements de nuages, lieu de confrontations entre des masses d'air possédant des caractéristiques très différenciées et bien sûr antagonistes, allaient bientôt donner naissance à une dépression tropicale puis à un cyclone, matérialisé à ce moment-là par l'apparition de son œil : un point noir et inquiétant vu de là-haut, bien distinct sur les photos transmises régulièrement et reçues au centre météo (1).
Aidés par ces clichés, les services de la météorologie peuvent donc suivre le déplacement du terrible tourbillon qui est généralement lent : son déplacement est de deux à dix kilomètres heures environ, mais en tournant sur lui-même jusqu'à dépasser trois cents kilomètres heures pour les plus violents.
Les autorités civiles ont le temps de prendre les mesures qui s'imposent pour la protection des populations et des biens.
Mais en dehors de ces très rares moments, qu'il fait bon vivre à Reao ! et d'ailleurs, comme sur tous les autres atolls de l'Est.
[page]Le jour se lève aux environs de six heures d'un bout à l'autre de l'année.
Il naît rapidement sous les tropiques ; en quelques minutes la nuit lui cède sa place ; le soleil s'élance presque verticalement dans le ciel.
En France, pour effectuer une comparaison : à une latitude d'environ quarante-cinq degrés, l'astre diurne s'élève en oblique, et de plus en plus en oblique si l'on se déplace vers le nord.
Le jour y est donc bien plus long à paraître et d'autant plus long que le ciel est nuageux ; par ciel clair, il faut plus d'une heure pour passer des premières lueurs du jour naissant au lever du soleil.
A la latitude des Tuamotu, la durée de la journée ne varie guère ; le soir, la nuit tombe vers dix-huit heures.
Le phénomène inverse de celui du matin se reproduit ; quelques minutes après la plongée de l'astre derrière la ligne d'horizon et après avoir admiré le fugitif rayon vert, la nuit est là.
Aux îles Tuamotu, les nuits sont très longues, l'éclairage, qui n'est le plus souvent que la seule lampe à pétrole qui éloigne les fantômes, fonctionne pendant onze à douze heures toute l'année.
(Maintenant, ils ont l’électricité, mais la nuit, il garde à poste le mori tei tei, la lampe à pétrole).
Chaque matin donc, quand le soleil apparaît, il embrase l'Est et illumine bientôt tout l'espace.
Un beau ciel bleu se présente dans lequel filent, poussés par l'alizé, quelques petits cumulus peu développés verticalement.
Le soir, l'astre disparaît en incendiant l'Ouest et le sommet des cumulus qui, le plus souvent, sont un peu plus nombreux et plus massifs que ceux du matin ; dans cette direction sont parfois présents quelques bancs d'alto cumulus, ce sont les restes de mauvais temps lointains qui n’est pas venu jusqu’ici ; ces nuages élevés qui se meuvent vers le nord-est sont en voie de désagrégation.
Pendant tout le jour, l'alizé bien établi a soufflé de secteur est, à une vitesse comprise entre quinze et trente kilomètres heures.
[page]Avec la nuit qui tombe, le temps ne va pas changer, le vent va diminuer un peu en force et les cumulus invisibles vont continuer leur course dans le ciel. 
Les nuits éclairées par la lune seront très lumineuses, les cumulus réfléchissent sa lumière mais parfois ils la masquent s'ils sont épais ; les palmes des cocotiers agitées par le vent et qui bruissent d'un léger bruit métallique renvoient parfois quelques éclats.
Un trouble indéfinissable frisant l'émoi saisit l'européen qui peut se trouver à flâner seul dans le sous-bois.
Ce vent est doux, très supportable à terre ; c’est avec étonnement que l’on constate, bien que nous soyons en plein milieu de l’océan, que la masse d'air est peu humide ; l'humidité relative s'abaisse parfois jusqu'à cinquante pour cent.
Les eaux évaporées sont rapidement projetées en altitude, cette vapeur se condense bientôt, formant les cumulus dont la base se mesure vers 500 à 800 mètres.
Du fait de l'humidité relative faible oscillant entre 50 et 75 pour cent, le climat de ces îles est très salubre.
Quand souffle l'alizé et qu’il y est exposé, l'homme n'est jamais en sueur, hormis par efforts violents ; à cette occasion, la sueur dégagée est bientôt évaporée.
En mer ce vent régulier lève une houle parfois importante, il peut générer des creux atteignant trois mètres, ce qui correspond pour les marins à état de la mer force cinq.
Les goélettes qui effectuent les liaisons inter insulaires souffrent de l’état de la mer quand elles font cap à l'est. Les capitaines doivent assez souvent en limiter la vitesse s'ils ne veulent par avoir de casse à bord, car les vagues levées sont courtes et brutales.
Par ce type de temps, la visibilité est excellente, les mâts d'un bâtiment qui peut se trouver derrière la ligne d'horizon sont nettement visibles.
Il n'y a pas de saisons marquées sur les atolls de l'Est : brouillard, neige, givre, verglas, grêle, tous ces hydrométéores qui, en d’autres lieux, compliquent l'existence humaine, sont inconnus, et d'une façon générale il en est de même dans toute la Polynésie française.
Du brouillard a été signalé aux environ de Mururoa en 1973, je crois ; c'est un cas exceptionnel et Mururoa est déjà bien au [page]Sud.
De la grêle tombe parfois sur les îles Gambier, mais là, nous sommes juste sur le tropique du Capricorne qui frôle le Sud de ce petit archipel.
La météorologie journalière frise la monotonie ; aussi, les nostalgiques des couleurs automnales et des frimas, les adeptes des champs de neige, du patinage ou du ski, sont bien malheureux dans les îles polynésiennes. A Reao, pendant tout le cours de l'année, la température matinale est comprise entre 15 et 21 degrés, on constate que l'amplitude est bien faible.
La température maximum atteinte dans la journée sera comprise entre 33 et 28 degrés ; là encore, l'écart est peu important.
Cette température étant mesurée réglementairement sous abri ventilé par des persiennes.
Les quarante ou cinquante degrés à l'ombre que nous signalait dernièrement feu le comédien Carlos à Rangiroa, dans son spot publicitaire pour « Orangina », n'existent pas aux îles Tuamotu ; et le grand atoll Rangiroa fait partie de cet archipel.
Parfois dans le flux d'alizé, quelques cumulus ont un développement plus important sous l'effet de masses d'air convergentes, ils donnent quelques averses soudaines, brèves et passagères puisqu'elles se déplacent à la même vitesse que le vent, elles sont accompagnées de rafales pouvant dépasser soixante kilomètres heures.
Comme l'eau est rare, si l'une de ces précipitations survient pendant la journée, elle est la bienvenue et l'on en profite pour prendre une douche, en se savonnant et en se rinçant sous les gouttières qui peuvent ne pas être reliées aux citernes.
Ces averses, qui sont formées de grosses gouttes, provoquent un tintamarre soudain sur les toitures en tôles des bâtiments ; un bruit qui, la nuit, réveille tous les dormeurs.
Ce vacarme s'arrête aussi brusquement qu'il s'est manifesté, l'averse étant terminée, le nuage poursuivant sa course ; il suffit alors de se retourner sur l’autre côté pour se rendormir.
[page]Le lendemain matin, le sol est aussi sec que s'il ne s'était rien passé.
Les tsunamis sont des raz-de-marée provoqués par des tremblements de terre sous-marins, les eaux montent apparemment sans raison, puisque le séisme peut avoir eu lieu à des milliers de kilomètres de là, mais elles peuvent tout submerger avec brutalité.
Il existe de nos jours des réseaux de surveillance et des systèmes d'alertes permettant de protéger les populations et leurs biens.
Il arrive parfois - et cela se produit quatre à cinq fois dans l'année - qu'une perturbation venant du sud-ouest se fasse sentir jusqu'à Reao et donne d'importantes pluies ; il est vrai qu'à cette occasion il est possible de récolter exceptionnellement 200 à 300 millimètres d'eau lors du passage de l'une d'entre elles.
La venue d'une perturbation, qui peut atteindre l’atoll principalement pendant les mois frais, vient rompre la monotonie du régime des alizés.
Les météorologistes du Centre d'expérimentation appellent ces lignes frontales : limites pseudo polaires intertropicales
(2). Quand elles s'approchent, on peut y voir, de nuit et de loin, de nombreuses manifestations orageuses.
Quelques heures plus tard, en abordant notre l'atoll Reao, l'activité orageuse à considérablement diminué ; et même si la pluie est encore importante, toute la vigueur de cette perturbation est en cours d'atténuation dans son mouvement vers le nord-est, car elle vient buter sur les hautes pressions de la dorsale de l’anticyclone de Pâques qui la font se désagréger.
Ce qui fait que les orages sont rares à Reao, on y entend le tonnerre une dizaine de jour par an au grand maximum.
(Dans la photo ci-dessus, message 653, le ciel est couvert par les restes d’une de ces perturbations en voie de désagrégation).
Mais ce phénomène pluvieux est exceptionnel et la population a alors la chance de voir se remplir les citernes du village.
Elles sont couvertes en tôles et reliées par des tuyaux aux quelques toitures formées du même matériau.
Il en est de même à la station météorologique ; les jours de pluie deviennent des jours fastes sur un atoll.
La moyenne des eaux de pluies récoltées en une année à Reao est d'environ un mètre vingt de hauteur.
Ces eaux s'en vont dans le sol, et au contact du platier bétonné, forment la nappe phréatique appelée la lentille de Ghyben-Hertzburg.
C'est de cette nappe que les fillettes prélèvent l'eau pour les besoins ménagers, excepté pour ceux de la cuisine et pour la boisson.
Par régime d'alizé fort la mer est agitée, quelquefois très agitée, nous avons dit mer force 5.
Les vagues levées viennent se briser brutalement sur la bordure exposée de l'atoll.
Dans l'action, elles s'amortissent sur le platier en provoquant toutefois des nuages d'embruns importants qui parfois saturent totalement l'atmosphère environnante.
[page]A Puka Puka, la station météo est construite au bord de l'océan exposée à l'alizé.
L'un des bâtiments était situé en plein vent et directement soumis aux effets des embruns.
L'avantage en résultant était qu'aucun moustique ne pouvait venir jusque là chahuter les dormeurs.
Le lagon de Reao subit lui aussi les effets du vent fort et en fonction du secteur d'où il souffle.
Quand il est établi dans l'axe du plan d'eau, après quelques dix à douze kilomètres de course sur sa surface, des vagues d'un mètre sont monnaie courante ; elles atteignent plus de deux mètres de hauteur par fort alizé après une course de 18 à 20 km.
A Gake, son rivage étant situé à l'abri de ce courant d'est, c’est un lieu édénique où les eaux sont très claires et le soleil généreux.
Il fait bien bon s'y prélasser, bercé par le bruissement des palmes agitées par le flux de vent qui, venant du large buter sur le faible obstacle que forme la bordure rocheuse extérieure de l'atoll, après avoir « enjambé » la cocoteraie, s'en va retomber quelques vingt mètres plus loin pour reprendre sa course au travers de cette petite mer intérieure et la peupler de moutons blancs.
 
Notes :
1- Le phénomène « El Nino » est reparu pendant l'hiver boréal 1997-1998.
Des catastrophes ont eu lieu en divers points du Globe dans les zones équatoriales et tropicales : incendies de forêts, inondations, cyclones, coulées de boue.
Parmi les pays les plus touchés, il faut noter : le Nicaragua, le Honduras et le Guatemala.
 
2- Cauchard et Inchauspé ; dans : « La Météorologie », numéro spécial « Météorologie tropicale » du 6 septembre 1976.

André Pilon



Dernière édition par PILON le Mer 6 Nov 2013 - 17:37, édité 1 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par marsouin le Mar 5 Nov 2013 - 23:54

Pour André et les autres spécialistes MTO des atolls et autres îles polynésiennes,
Météo France Polynésie va éditer en début d'année prochaine un livre sur l'histoire météorologique du Fenua avec un chapitre consacré aux cyclones, ceux du début du XXe siècle et ceux de 1983.
On attendra le compte rendu de lecture des spécialistes.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Jeu 14 Nov 2013 - 23:08

Voici une vue parfaite de l’ensemble du poste de Reao qui se trouvait à l’extrêmité nord ouest de cet atoll, le village se trouvant à gauche  mais non visible.
On voit le poste se divise en deux parties, l’une d’elles ce sont les bâtiment divers, de servitudes et techniques.
L’autre moitié, le vaste abri Pantz et l’aire de poser pour hélicoptères.
Le boulevard, formé par le récif qui entoure ainsi tout l’atoll est parfaitement visible et une vague s’y déferle à ce moment précis.
L’abri tortue, anti retombées, qui a été installé pour la seconde rafale de tirs en 1966 était placée là où se trouve le Pantz.
On peut dater cette photo d’après 1970, quand je quittai l’atoll, un peu avant la mi-70, ce vaste abri Pantz était en construction.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Photo : Crédit Roland Ipu

André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 2 Déc 2013 - 22:35

Le progrès avance à grand pas à Reao.
Que de chemin parcouru depuis notre passage lointain sur cet atoll, vers 1967, année où j’y débarquai pour la première fois, il y a donc 46 ans !
Que de chemin parcouru depuis 1865, date d’arrivée du premier missionnaire le père Roussel.
Les Reao sont passés en cent ans de L’Âge de la Pierre polie à l’ère atomique et qui plus est, on peut le dire, en participant à la construction de nos engins, étant employés sur les divers chantiers.
Ils ont bien mérité, bien gagné, le développement de leur atoll.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Photo : Heliocenter Technopro Tahiti.
André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Détecteur NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par jean-claude BAUD le Mar 3 Déc 2013 - 17:06

Pas mal les panneaux pour faire sécher le poisson !! lol! 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 30 Déc 2013 - 17:56

Comme ça à changé en Quarante années ! 

Paru dernièrement dans Tahiti Info.

Voir les deux photos ci-dessus, message 659.

L’atoll de Reao se situe à environ 1 350 kilomètres de Tahiti, en plein Tuamotu du Nord.
Comme dans l’ensemble des atolls polynésiens, le soleil illumine le quotidien de janvier à décembre.
Les conditions y sont idéales pour l’aménagement d’un grand réseau en site isolé.
Depuis 3 ans, l’énergie solaire est exploitée le plus largement possible.

Chaque jour, les 324 habitants de Reao ont besoin de 250 litres de diesel pour la production de courant.
L’énergie sert en premier lieu à la transformation du coprah : la chair séchée de la noix de coco est transformée en noix de coco râpée ou en huile de coco.
Les groupes électrogènes utilisés pour cette activité sont bruyants, le carburant est cher et les particules émises extrêmement polluantes. 

L’énergie consommée devait à tout prix se transformer en énergie économisée.
Après une longue réflexion, la commune, en partenariat avec la subdivision administrative d’État et le Syndicat de la Promotion des Communes ont travaillé en synergie pour permettre à cette île lointaine de bénéficier d’un système d’exploitation basé sur les capteurs solaires. 

Depuis 2010, un réseau en site isolé SMA avec technologie Multi cluster alimente les habitants en énergie solaire, sans bruit et sans émissions.
Ce détail pourrait sembler anodin pour le plus grand nombre, mais pour les résidents locaux, la quiétude à laquelle ils sont habitués depuis toujours, revient après l’utilisation (incontournable) des groupes électrogènes. 

Aujourd’hui, ces derniers sont désormais utilisés uniquement en cas d’urgence.
Depuis, les insulaires sont visiblement plus détendus.
Ils s’étonnent de voir à quel point l’alimentation en énergie peut être silencieuse.
Pour le médecin de l’île, l’adoption des énergies renouvelables a considérablement amélioré les soins, notamment pour les femmes enceintes.
En effet, au lieu du martèlement des moteurs, il peut maintenant entendre distinctement les battements de cœur dans le ventre des futures mamans. 

Le réseau en site isolé avec la Multi cluster Box est idéal pour l’atoll : facile à installer grâce à un système de distribution pré-configurée, modulaire et extensible en cas d’augmentation du besoin en énergie, lequel est également facile à entretenir par le personnel local, un gain pour les hommes et l’économie de l’île.
Autre élément non négligeable, qui contribue directement à la sauvegarde de notre planète, la réduction des émissions de CO2.
Celle-ci représente une baisse de 365 tonnes, entraînant par la même occasion une réduction de la consommation de carburant d’environ 80% (équivalent à 73 000 litres de fuel). 

Enfin, au vu des résultats probants et de l’aspect pratique de l’installation des premières plates-formes datant de 2010, un nouveau site a été inauguré récemment par l’ancien Haut-Commissaire, Jean-Pierre Laflaquière lors de sa tournée d’adieu aux Tuamotu.
Les îles voisines de Tatakoto, Fakahina, Tureia, Ahe et Fangatau miseraient elles aussi sur l’énergie du soleil.

André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Dim 5 Jan 2014 - 23:17

De bien tristes souvenirs.
Dans le courant de l’année 1966, à Reao, un quartier-maître météo est décédé.
Quelques jours plus tard, il fut exhumé et envoyé vers Papeete par un bâtiment du CEP.

Voici quelques photos de ce lugubre jour, pour les gens de la station et pour toute la population de Reao.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Spoiler:
La levée du corps par les villageois, les militaires rendent les honneurs.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Transfert du cercueil dans le 4X4 faisant fonction de corbillard, ce genre de carrosse n'existant pas ici.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
On se met en route vers le récif qui est l'embarcadère, il n'y a pas de port à Reao.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Procession, toute la population est là.
La dame aux cheveux longs, a gauche, est l'institutrice, Apolina Arakino, avec ses élèves.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les autorités locales : Au centre le tavana Martial Takararo, à gauche le Premier maître Lecomte, chef de station météo ; à gauche, l’adjudant chef légion Haberstroh et le commandant du bateau qui fait des ronds devant l'atoll.
A droite avec les autres enfants, Mathias Mamatui, l'instituteur directeur de l'école.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Dernier instant de recueillement devant le corps qui est sur le récif.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
On attend la baleinière qui va conduire le cercueil à bord.

Crédit Photos : Pierre Lecomte
André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par marsouin le Lun 6 Jan 2014 - 8:57

Bien triste mais belle cérémonie digne d'un chef de corps. Quelle est ce fanion présenté par le personnel en tenue de dos (dernière photo de P. Lecomte) ?
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 6 Jan 2014 - 19:49

Non, je ne sais pas du tout ce que c’est ce fanion qui est, apparemment, tenu par quelqu’un du village, le mutoi peut-être, puisque sa tenue kaki comportait ce couvre-chef, une casquette.
Il y avait, originaire de l’atoll, un ancien marin des FNFL : Pou Teaka, il avait appris aux Reao à honorer un petit fanion de couleur verte ou bleue, je ne me souviens plus, comportant une croix de Lorraine jaune. Il était hissé avec le drapeau national aux commémoratives et aux fêtes nationales et patriotiques. C’est peut-être lui qui est à l’honneur ce jour-là.
De plus,  j’ai appris, aujourd’hui, suite à mes photos, que l’affaire s’est déroulée en 1965 et non en 1966, alors que la station était implantée au lieudit : motu Onu, alors que la légion construisait la nouvelle station. Moi je suis arrivé sur l’atoll qu’en février 1967.

André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par marsouin le Lun 6 Jan 2014 - 20:39

Merci André de tes intéressants éléments concernant ce fanion... Si le vert avait un rapport avec la Seconde Guerre mondiale c'est la couleur de l'ordre de la Libération et non des FNFL.
Le bleu lui pourrait correspondre à la couleur officiel du ministère de l'Outre-mer, toujours en vigueur. C'est d'ailleurs le drapeau ou la marque du ministre ou secrétaire d'Etat.
Concernant l'accident du marin en 65, que c'était-il passé ?
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 6 Jan 2014 - 23:44

Marsouin, je te réponds par message privé
A. P.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
philjosse
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 63
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par philjosse le Mar 7 Jan 2014 - 8:31

BRAVO & MERCI pour les reportages.
Un réel plaisir !!
avatar
Gérard Duffond
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 72
Timonier NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par Gérard Duffond le Mar 7 Jan 2014 - 20:53

Bonsoir à tous,
André, peux tu me dire par MP ce qui est arrivé à notre collègue en 65 ?
Merci
Amicalement.
Gérard



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Occitania
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Lun 27 Jan 2014 - 17:31

A la bourse d’échange.
Ce jour-là, un dimanche, pour le repas de midi, Mathias Mamatui l’instituteur, le directeur d’école mangarévien à Reao, avait invité ses amis à manger des maoa, cuisinés avec du riz. ; les maoa sont ces gros escargots de mer que l’on trouve sur le tombant du récif, principalement sur la crête algale.
Ces escargots, gros comme la moitié d’un point humain sont délicieux et on peut les manger crus ou cuits.
Toujours est-il qu’une fois sortis de leurs coquilles, il ne reste plus qu’a jeter celles-ci, il y en avait environ 150, plus ou moins grosses, et Mathias, que tous les anciens de Reao ont connu, les jeta derrière la baraque fillod qui hébergeaient la station radio.
Et puis Mathias, qui était surnommé Titata popo, par les demoiselles de l’atoll, après le cinéma, me dit ainsi :
- Va donc regarder derrière la radio, le tas de coquilles vides, tu vas voir quelque chose d’intéressant.
Muni d’une lampe torche je me rendis alors derrière la fillod, il se déroulait là quelque chose d’étrange : c’était la bourse d’échange aux coquilles pour les uga, les gros Bernard l'hermite.
Le nombre de coquilles avait considérablement augmenté, doublé presque, car il y avait autour de ce tas pas mal éparpillé autant de nanards que de coquillages vides.
Avec ma lampe torche qui les troubla, je les surpris en pleine action, leurs petits yeux noirs sortis de leurs logettes et l’air intrigué ; certains, apeurés, rentrèrent dans leurs coquilles mais les autres continuèrent leur activité.
Comme je restais là sans bouger, la lumière ne les dérangea pas plus, bientôt ils reprirent tous leurs recherches.
J’assistais alors à cette curiosité : une bourse d’échange de logements des Bernard l'hermite.
Probablement que le nanard doit changer assez souvent de logis puisque, comme tout animal, où presque, il grandit.
Le Bernard approche d’une coquille, ses yeux noirs largement sortis, il tourne autour ; avec ses grosses pinces, il la bouscule, la roule un peu, il semble la flairer, et puis si elle lui convient, il se range tout à côté et peut-être après avoir regardé à droite, en face et à gauche, il sort son thorax mou, gros comme le bout de mon pouce, du domicile à abandonner et rapidement, Hop ! il s’introduit aussi vite dans son nouveau logis.
Le uga essaye sa maison neuve comme nous on essaye un pantalon ou des chaussures.
Et de temps à autre, un uga, servi et satisfait, s’éloignait sans se tromper de chemin vers l’intérieur de la cocoteraie.
André Pilon


Dernière édition par PILON le Mer 29 Jan 2014 - 16:13, édité 1 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
philjosse
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 63
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par philjosse le Mer 29 Jan 2014 - 0:31

Tu as de beaux souvenirs PILON.
Merci de nous les donner en partage, de plus ton écriture est très agréable.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Ven 2 Mai 2014 - 22:40

Jusqu’à ce que je prenne connaissance de cette très belle photo, je ne savais pas combien l’église de Reao comptait de baie portant vitraux.
J’ai dit dans un message : huit de chaque bord ; mais je n’étais pas sûr de moi, aucune photo prise de l’extérieur ne les montrant toutes ensemble.
C’est bien huit, comme on le voit sur le cliché pris de l’intérieur de l’édifice qui a été construit au début des années 70.
On sait également qu’une partie ou la totalité des vitraux (à préciser) ont été payés par le champion coureur cycliste belge Eddy Mercks qui était le neveu du curé, le père Victor.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Crédit photo « Tahiti héritage »

André Pilon


Dernière édition par PILON le Sam 3 Mai 2014 - 18:10, édité 1 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Détecteur NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par jean-claude BAUD le Sam 3 Mai 2014 - 16:55

Ces vitraux sont de toute beauté et procurent une excellente luminosité .



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Sam 3 Mai 2014 - 21:27

Église de Reao, suite.
La photo de l’église que je vous ai présentée hier vous montre les six baies du côté nord de l’édifice puisque le bâtiment est orienté la porte vers l’ouest ; sont visibles dans les intervalles sept tableaux du Chemin de Croix.

Voici, en plus, deux des huit vitraux installés sur le coté sud.
On remarque encore bien mieux leur magnificence.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Crédit photo « Tahiti héritage »

André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par PILON le Jeu 5 Juin 2014 - 22:08

Te metua Victor à Reao en 1967.
Il a déjà été expliqué dans ce post que le curé des atolls de l’Est des Tuamotu était responsable d’une dizaine où une douzaine de ces îles basses composant sa paroisse, certains d’entre eux étant inhabités et sur lesquelles le prêtre pouvait malgré tout se rendre lorsque des travailleurs y subsistaient pour la récolte de coprah, c'est-à-dire une ou deux fois l’an.
Spoiler:
Il pouvait même y séjourner pendant tout le temps de cette récolte, arrivant donc avec la goélette conduisant ces travailleurs et repartant avec eux.
Pendant mes trois séjours à Reao, je ne vis le père Victor, qui était donc le curé de cette paroisse lointaine que deux fois.
La première fois, ce fut pendant mon premier séjour alors que j’avais la responsabilité de chef du poste ; n’ayant aucune directives, je me sentis malgré cela obligé de le contacter puisque je représentais ici l’autorité militaire du territoire.
Il resta sur l’atoll pendant trois semaines.
Quand je revins pour ma troisième affectation, n’ayant plus que la responsabilité de la station météo, ce n’étais plus mes oignons, je ne me sentis aucune obligation envers lui, il y avait un chef de poste de la Légion.
Le prêtre, alors, était là depuis assez longtemps et encore pour longtemps, en effet, c’était en 1971, on construisait la nouvelle église, celle pour laquelle Eddy Merckx (neveu du prêtre) à offert tout ou partie des vitraux et te Metua Victor était devenu chef de chantier.
Un chantier formidable, une église construite par toute la population d’un village de 300 habitants ! quelque chose de comparable à la construction des églises de France après l’an mille.
En janvier 1971, lors de mon arrivée, le bâtiment était élevé mais aucun crépi n’était appliqué, aucune boiserie n’était installée.

La première fois donc, c’est Ioane Teaka, le radio local, qui m’apprit l’arrivée du père, il me tenait au courant de tout ce qui pouvait intéresser le poste militaire parmi ce qu’il recevait comme communication de l’autorité territoriale ; ainsi, le jour de l’arrivée de la goélette, au petit matin alors que le soleil se levait tout juste, je me trouvai sur le récif avec Martial Takararo, le tavana, ainsi qu’une partie de la population, pour l’accueillir.
Alors que la baleinière avançait, propulsée par son hors-bord de 70 Cv, te metua, grand, maigre, la barbe poivre et sel, coiffé d’un chapeau de pandanus, était debout à l’avant, comme inspectant l’environnement de l’atoll qu’il avait quitté il y a quelques mois déjà.
Les présentations furent très simples, c’est Martial qui me présenta en Paumotu, puisqu’il ne parlait pas français, mais avec ma tenue (j’étais premier-maître), le père Victor savait bien qui j’étais.
On m’avait dit, non officiellement, qu’il n’aimait pas les militaires, cela n’apparut pas et il fut vite encerclé par les adultes et surtout par les enfants.
Deux ou trois jours plus tard, je me rendis au presbytère afin de le contacter d’une façon officielle et de l’inviter à prendre un repas de midi, en tête à tête au poste militaire.
Il me répondit qu’en général, il n’acceptait jamais des invitations à manger, mais qu’il ferait une dérogation et ajouta-t-il, si vous permettez, j’en profiterai pour aller faire une prière dans le cimetière de mes lépreux.
Il est bon de rappeler que le poste militaire et la station météo sont installés sur le terrain de l’ancien hôpital lépreux, un terrain d’une surface de deux hectares environ et sur lequel il reste le cimetière où l’on déposait les morts, les morts « sains » », dirait-on, ayant leur lieu de repos éternel à l’ouest du village, à cent mètres de l’église.
A l’heure dite, je l’accueillis et nous passâmes à table.
Il me prévint qu’il allait faire sa prière, ce que je fis avec lui, il fallait bien que je remplisse mon contrat.
Nous avons mangé en tête à tête servi par Rahahera, l’auxiliaire cuisinier.
Nous avons parlé à bâtons rompus, je n’étais guère connaisseur de la Polynésie à cette époque, n’ayant que quatre mois de présence, je n’avais donc guère de questions à poser.
A la suite de quoi, repas terminé, nous nous sommes dirigés vers le cimetière isolé.
Il y a là, entourées par un muret, environ une cinquantaine de tombes, qui semblaient abandonnées, beaucoup étaient matérialisées par un simple tas de gravier et surmontées d’une croix de bois pourrissant (depuis, j’ai pu voir une photo de ce cimetière, il me semble que certaines de ces tombes ont été restaurées).
Quand le père Victor était à Reao, les Paumotu locaux n’avaient plus le même comportement envers le personnel du poste.
Alors que régulièrement nous avions des visites dans la journée des uns ou des autres et pour diverses raisons, et puis le soir pratiquement toute la population pour la séance de cinéma, à partir de son arrivée, il n’y avait plus personne qui venait et surtout pas de demoiselles ; seul Mathias, l’instituteur, se pointait comme avant pour chiquer sa bière et la projection n’avait lieu que pour le personnel militaire.
Religieusement, il était donc interdit d’aller au cinéma, une interdiction que personne ne respectait avant sa venue.
Ils reviendront au cinéma le soir même de son départ.

André Pilon


Dernière édition par PILON le Ven 6 Juin 2014 - 18:38, édité 2 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
Momo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 57
NON

Re: REAO, l'écho d'un lointain lagon.

Message par Momo le Ven 6 Juin 2014 - 2:57

Merci André pour le partage de tes souvenirs.   



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La date/heure actuelle est Jeu 22 Fév 2018 - 5:54