Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre à Grenoble les 8, 9 et 10 juin 2019 Projet de programme Pour les inscriptions

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 732500 messages dans 14158 sujets

Nous avons 14551 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est BAFFY

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» EMILE BERTIN (Croiseur)
par devouleme Aujourd'hui à 16:25

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Kohler Jean Marie(Hans) Aujourd'hui à 14:35

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 13:48

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par Kohler Jean Marie(Hans) Aujourd'hui à 11:45

» A.M.F
par Papynano Aujourd'hui à 9:24

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par Max Péron Hier à 22:52

» Marine Marseille
par Max Péron Hier à 12:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par rogertriton Hier à 11:12

» AMIRAL CHARNER (AE)
par Gouillard Alain Hier à 3:35

» [ Blog visiteurs ] Recherche Claude Cadis - marin Cherbourg 1960
par Invité Lun 17 Déc 2018 - 19:57

» COLBERT - 1928 (CROISEUR)
par Jean-Léon Lun 17 Déc 2018 - 19:41

» VICTOR HUGO - 1903 (CROISEUR)
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Déc 2018 - 15:41

» [ Blog visiteurs ] Largage de mine par sous-marin
par Invité Lun 17 Déc 2018 - 15:20

» UNITÉ MARINE DAKAR
par Noël Gauquelin Lun 17 Déc 2018 - 11:30

» ANDROMEDE
par COLLEMANT Dominique Dim 16 Déc 2018 - 18:09

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Bureaumachine busset Dim 16 Déc 2018 - 16:05

» [ Blog visiteurs ] Croisière AR France Thaïlande en 70 ?
par facilelavie Dim 16 Déc 2018 - 15:57

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par BEBERT 49 Dim 16 Déc 2018 - 11:48

» La spécialité infirmier Marine
par Max Péron Dim 16 Déc 2018 - 11:42

» [Marine à voile] L'Hermione
par Christian DIGUE Dim 16 Déc 2018 - 11:22

» [ Blog visiteurs ] L’aviso « Francis Garnier » à Manille en 1961
par Momo Dim 16 Déc 2018 - 10:24

» FRANCIS GARNIER (AVISO)
par Momo Dim 16 Déc 2018 - 10:20

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par loulou06000 Dim 16 Déc 2018 - 10:13

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES INSPECTIONS DE SACS
par LEMONNIER Sam 15 Déc 2018 - 18:01

» RÈGLEMENT DU BLOG VISITEURS A LIRE AVANT DE POSTER
par Charly Ven 14 Déc 2018 - 21:02

» BÉARN (PA)
par coutil Ven 14 Déc 2018 - 16:43

» [Les traditions dans la Marine] Chouf au dessus de dix
par Jean-Pierre DAFFNIET Ven 14 Déc 2018 - 12:26

» ARROMANCHES (PA)
par PAUGAM herve Ven 14 Déc 2018 - 10:37

» MALABAR (RHM)
par LANNUZEL Dédé Ven 14 Déc 2018 - 9:51

» L'ÉTOURDI (E.C.)
par BOBOSSE Ven 14 Déc 2018 - 0:16

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par L.P.(Pedro)Rodriguez Jeu 13 Déc 2018 - 17:05

» LCT - L9061
par gerardsin59 Jeu 13 Déc 2018 - 15:56

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par gerardsin59 Jeu 13 Déc 2018 - 15:55

» RHIN (BSL)
par Joël Chandelier Mer 12 Déc 2018 - 20:30

» [ Blog visiteurs ] Madagascar Diego Suarez
par Invité Mar 11 Déc 2018 - 22:33

» [ Les stations radio et télécommunications ] Station de Rambouillet.
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mar 11 Déc 2018 - 15:37

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Mar 11 Déc 2018 - 13:42

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Max Péron Mar 11 Déc 2018 - 10:48

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par LA TOULINE Mar 11 Déc 2018 - 9:12

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par Roli64 Lun 10 Déc 2018 - 18:48

» [Ports] LE VIEUX BREST
par Jean-Marie41 Lun 10 Déc 2018 - 18:08

» Gabare Luciole
par Invité Lun 10 Déc 2018 - 17:10

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par pinçon michel Lun 10 Déc 2018 - 8:07

» [ Histoire et histoires ] Le Blockaus de Plougonvelin (29)
par COLLEMANT Dominique Dim 9 Déc 2018 - 17:39

» DIXMUDE (BPC)
par Bureaumachine busset Dim 9 Déc 2018 - 15:29

» [Catastrophes...] PREMIAN ... LE SOUVENIR
par Joël Chandelier Dim 9 Déc 2018 - 13:43

» COMMANDANT DUCUING (AVISO)
par Laurent Dim 9 Déc 2018 - 12:04

» [ Divers - Les classiques ] Sous-marin La Minerve 1941
par loulou06000 Sam 8 Déc 2018 - 22:30

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Bureaumachine busset Sam 8 Déc 2018 - 20:23

» [Aéronavale divers] Le LYNX WG13
par marsouin Sam 8 Déc 2018 - 18:59

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par guedon Ven 7 Déc 2018 - 17:18

» BOUVET (EE)
par gégé Ven 7 Déc 2018 - 15:52

» FLOTTILLE 34 F
par montroulez Jeu 6 Déc 2018 - 20:59

» RHÔNE (BSAH)
par gilbert kerisit Jeu 6 Déc 2018 - 14:11

» [Divers EAMF] Cours du BS mécanicien du service général à Saint Mandrier
par ftaviot Jeu 6 Déc 2018 - 11:55

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc 2018 - 11:37

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Les insignes redessinés
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc 2018 - 10:07

» [Service à terre] STATION RADIO ROCHANOU à PLOUGASTEL DAOULAS (C R A X BREST).
par reneelyo Jeu 6 Déc 2018 - 8:06

» LES AVISOS EX COLONIAUX BISSON ET CDT DE PIMODAN
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc 2018 - 3:56

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc 2018 - 3:47

» [ Bâtiments de ligne ] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par PAUGAM herve Mer 5 Déc 2018 - 21:28

» [DIVERS - DRAGUEURS ET CHASSEURS DE MINES] DRAGUEURS DE MINES EX ALLEMANDS
par Joël Chandelier Mer 5 Déc 2018 - 20:42

» MAURIENNE (BB - MURUROA)
par DAN Mer 5 Déc 2018 - 19:53

» L'Expédition d'Egypte 1956
par Bureaumachine busset Mer 5 Déc 2018 - 17:36

» TARTU (EE)
par lefrancois Mer 5 Déc 2018 - 12:22

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES
par loulou06000 Mar 4 Déc 2018 - 23:11

» [Divers les Nuc] Le BARRACUDA
par COLLEMANT Dominique Mar 4 Déc 2018 - 21:28

» AGOSTA (SM)
par Jean-Marie41 Mar 4 Déc 2018 - 18:58

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG - VOLUME 001
par Joël Chandelier Mar 4 Déc 2018 - 14:43

» LE NORMAND (ER)
par t.neveux Mar 4 Déc 2018 - 12:11

» [ École des Mousses ] 2ème compagnie mars 72 - mars 73
par DTL Mar 4 Déc 2018 - 11:26

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 3]
par Michel Roux Mar 4 Déc 2018 - 10:16

» DÉTROYAT (AVISO)
par mysterioustef Mar 4 Déc 2018 - 10:03

» [Fusiliers Marins] AMIRAL RONARC'H
par PINGOUIN NOSTALGIQUE Mar 4 Déc 2018 - 8:46

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par tsarrax Lun 3 Déc 2018 - 21:12

» [ Blog visiteurs ] Charles Perrot.
par Invité Dim 2 Déc 2018 - 23:12

» [ Blog visiteurs ] PAPOUIN Allain
par Invité Dim 2 Déc 2018 - 22:47

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par pinçon michel Dim 2 Déc 2018 - 7:55

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par Pele70 Sam 1 Déc 2018 - 14:24

» MISTRAL (BPC)
par Michel Roux Sam 1 Déc 2018 - 11:40

» LOCUSTE (GABARE)
par Pascal 57 Sam 1 Déc 2018 - 11:09

» [ Blog visiteurs ] BAN Dakar 1952 à 1956
par Brand Robert Ven 30 Nov 2018 - 22:25

» SEINE (BSAH)
par Jean-Marie41 Ven 30 Nov 2018 - 18:59

» [Les anciens avions de l'aéro] F4 U7 Corsair
par matelot joe Ven 30 Nov 2018 - 11:35

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par DTL Ven 30 Nov 2018 - 11:17

» TAAPE (Remorqueur-Ravitailleur)
par Jean-Marie41 Jeu 29 Nov 2018 - 19:03

» [Les Musées en rapport avec la Marine] CEUX QUI VISITENT LA FLORE
par espadon44 Jeu 29 Nov 2018 - 17:46

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Jean-Léon Jeu 29 Nov 2018 - 13:06

» MINERVE (SM)
par Jean-Léon Jeu 29 Nov 2018 - 12:15

» [Campagnes] DAKAR
par gerard reboux Jeu 29 Nov 2018 - 10:39

» ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par boboss Jeu 29 Nov 2018 - 9:48

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par VERNEYGérard84 Mer 28 Nov 2018 - 18:32

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par hetet a Mer 28 Nov 2018 - 16:59

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov 2018 - 19:23

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par loulou06000 Mar 27 Nov 2018 - 18:48

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Michel Roux Mar 27 Nov 2018 - 18:38

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE DES ANCIENS MARINS DES AEROPORTS DE L'ILE DE FRANCE
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov 2018 - 18:11

» [ Recherches de camarades ] du ER Le Corse 73/74
par cajun Mar 27 Nov 2018 - 10:27

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Bureaumachine busset Lun 26 Nov 2018 - 18:36

DERNIERS SUJETS



La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Partagez
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 82
NON

La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par BONNERUE Daniel le Mer 4 Fév 2009 - 22:17

Beaucoup de nos camarades « bouchons gras » ont fait le quart devant un «bouilleur» pour produire de l’eau douce à bord. Certains ont rappelé, que sur des bâtiments en «fin de vie», la manque d’eau dû au mauvais fonctionnement du bouilleur était particulièrement pénalisant sur le plan du confort. Dans ce post, je vais tenter d’expliquer ce qu’était le bouilleur et son principe de fonctionnement.

Tout navire à besoin d’eau douce, soit pour la boisson et la toilette de l’équipage, soit pour le dessalement des appareils et peintures par lavage. Lorsque la propulsion du bâtiment fait appel à la vapeur d’eau, il y a nécessité d’alimenter la (ou les) chaudière(s) avec de l’eau distillée.

Les quantités d’eau douce embarquées au départ sont limitées, notamment lorsqu’il s’agit de navires militaires. En effet, ces bâtiments sont armés par des équipages comportant un plus grand nombre de marins que ceux du commerce, mais la place à bord est aussi plus restreinte, compte tenu des matériels et munitions embarqués. D’où la nécessité de produire de l’eau douce à partir de l’eau de mer distillée. Ceci est particulièrement nécessaire pour les bateaux à vapeur, qui doivent compenser en permanence les pertes dues aux purges destinées à maintenir une très faible salinité de l’eau des chaudières (4 mg/l de sel maximum), ainsi qu’aux inévitables fuites le long des très longs réseaux de tuyauteries. Ne serait-ce que pour la toilette de nombreux membres d’équipage, la consommation est loin d’être négligeable. C’est la raison pour laquelle les navires ont une installation de distillation de l’eau de mer dont l’élément principal est le «bouilleur».

Schéma simplifié d'une installation de propulsion par turbines à vapeur



Schéma d'une installation embarquée de production d'eau douce



Le principe du bouilleur est identique à celui d'un alambic, mais très perfectionné de manière à être le plus productif possible, en quantité comme en qualité. Il doit également fonctionner en consommant le moins d’énergie possible, puisque la quantité de combustible embarquée, limitée elle aussi, doit être prioritairement réservée à la propulsion du navire. C’est la raison pour laquelle toutes les solutions permettant de récupérer de l’énergie en cours de fonctionnement, doivent être prises en compte dès la conception. Il existe plusieurs systèmes de bouilleurs, notamment dans le moyen utilisé pour le chauffage destiné à l’évaporation de l’eau de mer, mais nous nous en tiendrons ici au simple principe de fonctionnement de celui utilisant la vapeur d’eau.

Schéma de principe d'un bouilleur fonctionnant à la vapeur



Le corps du bouilleur est composé d’un réservoir fermé, dont la partie inférieure sert de cuve d’évaporation. La cuve contient de l’eau de mer, dont l’évaporation est générée par un échangeur à haute température ayant une grande surface d’échange, alimenté par de la vapeur d’eau saturée en provenance de la chaudière.

La partie haute du corps constitue le «dôme de condensation», traversé par un autre échangeur, mais cette fois à basse température, alimenté par de l’eau pompée dans la mer, sous la coque.

Sous l’échangeur froid destiné à la condensation de la vapeur d’eau en provenance de la cuve d’évaporation, se trouve le «condenseur». Ce dernier est un réservoir destiné à récupérer l’eau distillée qui tombe par gravité en provenance de la condensation qui s’est faite dans l’échangeur froid. La pression dans le corps du bouilleur est abaissée par un pompage effectué à l’aide d’un «éjecteur à vapeur» composé d’une tuyère. La prise de pompage est située dans le condenseur, à un endroit où la vapeur est déjà condensée et transformée en liquide. Plus on abaisse la pression, plus basse est la température d’ébullition de l’eau. L’abaissement de la pression interne permet également d’abaisser la température autour de l’orifice de pompage, ce qui favorise la condensation de la vapeur.

Principe de fonctionnement d'un éjecteur d'air (éjectair)



Le schéma du bouilleur est très simplifié, mais il permet toutefois de repérer des dispositifs d’économie d’énergie :

• au niveau de l’échangeur froid destiné à la condensation, on voit que l’eau qui l’a traversé en sort à une température plus élevée que celle qu’elle avait en y est pénétrant. Elle a récupéré des calories prélevées à la vapeur chaude. Elle va maintenant aller alimenter la cuve d’évaporation en économisant de l’énergie de chauffage.

• c’est la vapeur utilisée pour abaisser la pression interne du bouilleur par l’intermédiaire de l’éjecteur, qui va être utilisée pour provoquer l’évaporation de l’eau de mer en traversant l’échangeur à haute température.

La production d’eau douce

Sur les bâtiments propulsés par la vapeur, l’eau distillée la plus pure produite par le bouilleur est destinée à la chaufferie et est dirigée vers la(les) bâches(s). Une «bâche» est un réservoir de stockage de l’eau destinée à la chaudière pour produire de la vapeur. Une eau trop salée, trop oxygénée et trop minéralisée aurait des effets corrosifs, provoquerait une perte d’efficacité dans l’échange de chaleur à l’intérieur des tubes des faisceaux évaporateurs et surchauffeurs.

L’eau dont le taux de salinité est incompatible avec les exigences de la production de vapeur est dirigée vers les réservoirs de stockage de l’eau de boisson et de lavage. Cependant, il est nécessaire de la remineraliser. En effet, l’eau distillée trop pure est une véritable purge et n’est pas recommandée pour les organismes vivants.

J’espère que cette description permettra au plus grand nombre d’entre nous de comprendre la raison pour laquelle ils n’ont pratiquement jamais manqué d’eau douce à bord




avatar
LEMONNIER
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 61
DÉTECTEUR NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par LEMONNIER le Mer 4 Fév 2009 - 23:24

Merci pour ce petit cours du soir , qui j'espère va engendrer des réactions de nos  " bouchons gras " , anecdotes et souvenirs divers .
avatar
Joël Chandelier
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 74
Electrotechnicien NON Clairon

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Joël Chandelier le Mer 4 Fév 2009 - 23:35

Merci Daniel ne serait ce que pour rendre hommage à nos camarades mécaniciens qui suivant les escales non content aux "AUX" de faire du quart GE avait aussi à surveiller les bouilleurs.
A la mer c'était autre chose et combien ont passé d'heures pour réparer sur de vieux ,pardon, anciens bâtiments cette merveilleuse "machine" à fabriquer de l'eau douce. Eau, source de vie





 

La "langue" est la meilleure et la pire des choses. [Ésope]
avatar
Marc Taland
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 74
Mécanicien NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Marc Taland le Jeu 5 Fév 2009 - 0:29

Bonjour,

C'est certainement le quart le plus pénible que les macanos pouvaient faire sur les avisos.

Par contre c'était aux auxiliaires un des trés rares endroits où nous pouvions avoir de l'eau fraiche à volonté jusqu'au jour ou le Patron mécano a pris une grosse crise de colére.

Amicalement.


Dernière édition par Marc Taland le Jeu 5 Fév 2009 - 8:32, édité 1 fois
avatar
Bagadoo
QM 2
QM 2

Age : 68
Commis équipage NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Bagadoo le Jeu 5 Fév 2009 - 8:23

Merci Daniel pour toutes ces explications et ces shémas qui font mieux qu'un long discours comme dit le proverbe.

Bien que connaissant les principes de cet équipement, j'en sais maintenant un peu plus sur la production d'eau douce à, bord.




  Le mieux est l'ennemi du bien.  
avatar
bousy didier
QM 2
QM 2

Résident à l'étranger : Belgique
Age : 62
Mécanicien NON

bouilleur

Message par bousy didier le Jeu 5 Fév 2009 - 13:18

[bonjour ici un bouchon gras et oui les schemas me rapelle eamf moi d quart a la chaufferie av sur le cdf cassard ensuite chaufferie ar sur tartu mais jamais au bouilleur amities
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 82
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par BONNERUE Daniel le Jeu 5 Fév 2009 - 15:21

Nous le savons tous, mais il faut le rappeler, le forum et particulièrement ce qui y est écrit, est observé et «critiqué», surtout lorsqu’y sont données des explications techniques. On a tout intérêt à ne pas raconter de bêtises !...

J’ai donc reçu un courriel me précisant que, tel que je l’avais dessiné, le bouilleur ne pouvait fonctionner. J’avais pourtant pris la précaution de préciser qu’il s’agissait du «principe de fonctionnement».

Bien qu’ayant conduit le bouilleur sur l’ER «le Boulonnais», je n’ai jamais eu de plan précis montrant la manière dont il était construit. Je me souviens seulement qu’il s’agissait d’un bouilleur dit à «thermo-compression et à recyclage».

Pour répondre au «reproche» reçu, j’ai redessiné un bouilleur dont le fonctionnement ne peut être contesté. Il s’agit encore d’un schéma de principe, mais j’ai effectué deux modifications majeures que je vais expliquer :

• dans la partie supérieure de la cuve d’évaporation sont installés des écrans formant chicanes, de manière à éviter que des gouttelettes d’eau de mer projetées par l’ébullition soient entraînées par la vapeur jusque dans le condenseur.

• La «contestation» précisant que tel qu’il était représenté, le condenseur perdait de son efficacité car réchauffé par la vapeur qui léchait ses parois. La cuve d’évaporation est maintenant séparée de la cloche de condensation qui devient le condenseur. Les deux éléments sont mis en communication par une couronne de tuyauteries dont je n’ai représenté que deux éléments. Pour augmenter encore l’efficacité de la condensation, on pourrait aussi envisager le refroidissement des parois du condenseur par un serpentin extérieur dans lequel circulerait de l’eau de mer.

Sur le schéma ne figure pas le calorifuge qui contient les déperditions de chaleur, notamment en ce qui concerne la cuve d’évaporation, ou les apports de chaleur extérieurs sur le condenseur.

Schéma de principe modifié du fonctionnement d’un bouilleur à vapeur






avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Sam 7 Fév 2009 - 10:22

Mon cher Daniel, encore une fois tu as l'art et la manière de b ien expliquer les choses. Comme je l'ai eu dit par le passé, tu es notre Michel Chevalet, roi de la vulgarisation. Je dirai aussi, avec toi "C'est pas sorcier"!

Je retrouve tous de mon bon bouilleur de la machine arrière du Kersaint! Tu as été "bouilleuriste" à bord d'un ER, c'est pas d'aujourd'hui, toutes mes félicitations pour ta mémoire.

Les deux modes de fonctionnement:

-Thermocompression quand on utilisait la vapeur du collecteur 2bis (vapeur surchauffée, 35 bars, alimentant les différents turbo-pompes et turbo-ventilateurs ainsi que les turbo-alternateurs) Ce mode de fonctionnement n'était utilisé que dans des situations extrèmes: PMP par exemple.

-Recyclage: on utilisait la vapeur du collecteur d'échappement: vapeur détendue à la sortie des différents turbo-auxilliaires cités plus haut.

Sur le Kersaint, en tout cas, c'était comme ça.
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 82
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par BONNERUE Daniel le Sam 7 Fév 2009 - 12:38

Merci pour ces précisions cher camarade JAKEZ, je ne me rappelais pas de ces détails, j'avais juste retenu la dénomination. Je me rappelle pourtant avoir effectué le premier "détartrage" sur "le Boulonnais". Il fallait modifier certains circuits en remplaçant des tuyauteries de service par d'autres stockées en magasin. A l'intention de ceux qui devaient me succéder, j'avais dessiné le processus avec les modifications temporaires de circuits ; en fait, une "gamme de montage" (et de démontage). Cependant, il serait inutile de me demander de le refaire, la mémoire s'est évaporée...




avatar
criard
QM 1
QM 1

Age : 67
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par criard le Sam 7 Fév 2009 - 13:37

Bonjour à tous,

Un bouilleur particulier,

En TERRE ADELIE en 1977 nous utilisions l'eau de refroidissement des diessels
(quatres POYAU de 90 kva).

L'eau sortait des moteurs à 70°, on faisait le vide dans deux cuves calorifugés où circulait l'eau de mer à environ 10°.grâce au vide l'eau des diessels montait en ébulition et par échange chauffait l'eau de mer et ainsi nous avions de l'eau douce .
Particularité de cette installation, le dépanage sur toute la chaine de désalinisation ne devait pas dépasser 20 à 30 minutes car comme on l'imagine tout serait gelé. Le secour était, la pelle et le bidon chauffé au chalumeau, mais là adieu les douches..............
avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Sam 7 Fév 2009 - 14:40

Là, Criard, c'est de l'info! car on parle en générale de l'importance du bouilleur sur un "vapeur", mais il est vrai que celui-ci est tout aussi important dans d'autres conditions que nous ne soupçonnerions pas. Et en Terre Adélie, c'est de l'extrème! Peux-tu nous en dire plus?
avatar
criard
QM 1
QM 1

Age : 67
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par criard le Sam 7 Fév 2009 - 15:09

c'était juste en aparté,car je risque le hors sujet, mes connaissances sont si lointaines
avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Sam 7 Fév 2009 - 15:49

Aparté des plus intéressants! mais si un jour, d'aventure, tu nous racontais la vie en Terre Adélie, je crois que plus d'un d'entre nous aimeraient te lire...dans Histoires...A ton clavier, mon bon!
avatar
Loick
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 59
Mécanicien NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Loick le Sam 7 Fév 2009 - 15:55

Bonjour,

Pour ma part je n'ai connu que le bouilleur électrique et un peu celui à eau chaude sur le RHM Malabar.Sur le Cdt BOUAN j'ai galéré avec le surpresseur cet aviso étant le dernier de la série je me suis retrouvé avec une épave étant pourtant en armement.Sur le d'Entrecasteaux j'ai eût le bonheur d'avoir un SM mécanicien qui le maitrisait à merveille, quand à celui du Cdt BORY, je l'ai complètement démonté avec mes QM, ils ont appréciés la formation et après remontage on a installé une douche particulière dans les AUX.

En prime les scans de mon cours de BS (Automne 1983)
Spoiler:









Arrière 444
avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Sam 7 Fév 2009 - 16:15

Bouilleur électrique! Il y avait un "Gégène" de ce genre à bord de la Garonne. Quand j'ai embarqué...je me suis bien tû sur ce sujet! J'avais déjà eu du mal à maîtriser celui du Kersaint et y former des mousses que je voulais m'éloigner le plus possible de ce genre de "cadeau"! lol! Bien qu'Yvon Levourch, mon ancien Patron, dans les coursives du Forum mais affublé de titre de "roi du bouilleur"! :affraid:
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 82
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par BONNERUE Daniel le Sam 7 Fév 2009 - 16:19

Je suis "aux anges" de constater que ce sujet active l'intérêt des camarades ayant conduit des bouilleurs, qu'importe leur type, les circonstances et la manière dont ils fonctionnaient. Allez-y de vos descriptions et schémas les amis !




avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Sam 7 Fév 2009 - 16:39

Mon bon Daniel, c'est un juste retour des choses! Tu as mis le doigt sur un "bidule" qui fait mal!!! lol! C'est vrai que c'était un "bidule"! mais si important...qui faisait tellement "peur" aux copains du compartiment...que lorsqu'on m'y a collé, je me suis fait un plaisir de relever le défi! Il fallait que MON bouilleur "MARCHE", il fallait que ce soit le meilleur des deux! Et c'est comme ça que je l'ai fait "MARCHER" et dans cet esprit que j'ai formé mes mousses. Et quel bonheur de découvrir, au fur et à mesure des quarts, que LE NÔTRE produisait plus que celui de la chaufferie avant!
Tout ça, c'était une question de réglages fins! Surtout sur la vanne qui, sur ton schéma, correspond au retour à la mer du corp évaporateur. Il fallait doser dessus pour maintenir une certaine concentration. Je dis ça de mémoire, plus de 30 ans après, mais on avait nos "trucs" à nous pour toujours maintenir une production moyenne de 1200l/h. Ce chiffre, j'en suis sûr. Et quelque soit la mer où nous naviguions. Rapelons nous que les conditions de fonctionnement d'un bouilleur variaient que l'on soit en Atlantique, Méditerrannée ou Mer Rouge! Du fait de la différence de concentration en sel qu'il y a en ces différents lieux.
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 82
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par BONNERUE Daniel le Sam 7 Fév 2009 - 16:48

Mon expérience à la conduite du bouilleur fut certainement beaucoup plus courte que la tienne mon cher JAKEZ, car en tant que QM Maistrancier il me fallait faire tous les postes "machine" et "chaufferie" durant les deux ans d'application avant de passer second-maître.

Pour ne pas alourdir les schémas, je n'ai pas fait figurer les vannes.




avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Sam 7 Fév 2009 - 16:57

Ah ben dis donc! En effet, c'était du rapide! Mais il faut croire que ça t'a été profitable, pardon la mémoire! Pour ma part, j'ai fait tous les postes de la machine arrière...en 2 ans et demi! La consécration: le tableau de manoeuvre! Et cet allumage mémorable où j'avais comme chef de quart un SM qui venait de campagne et qui me dît: "Deschenaux, je ne connais rien aux "vapeurs", dirige l'allumage"! J'étais QM2...et un peu fier ce jour là!
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 82
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par BONNERUE Daniel le Dim 8 Fév 2009 - 18:29

Une représentation animée du bouilleur en fonctionnement avec le schéma de l'installation de distillation d'eau de mer modifiée :

fonctionnement (simplifié) du bouilleur



Installation de distillation avec le nouveau bouilleur





avatar
jym
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Résident à l'étranger : Belgique
Age : 62
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par jym le Dim 8 Fév 2009 - 19:41

Bonsoir à tous,
Je ne peux pas m'empêcher de remercier Daniel (il commence à en avoir l'habitude), car j'ai enfin compris comment fonctionne le "bidule", comme le dit Jakez, aussi indispensable que délicat, dans ma mémoire de fourrier, il avait un fonctionnement pour le moins "personnel" sur le Provencal.
Mais bon, on lui pardonnait beaucoup, une bonne douche c'est tellement agréable. :D :D





Jean-yves Mages dans la Royale de 1972 à 1980.
avatar
Invité
Invité

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Invité le Dim 8 Fév 2009 - 21:43

Mazette! et "avé" l'animation! Bravo Daniel! Mais, j'ai une question: est-ce par passion du bouilleur? ou de l'animation? lol!

En tout cas, c'est très clair, encore bravo, et merci de me rappeler ces souvenirs!
avatar
CLOCLO 66
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 74
Détecteur ASM NON

LA PRODUCTION D'EAU DOUCE A BORD : LE BOUILLEUR

Message par CLOCLO 66 le Dim 8 Fév 2009 - 22:32

Merci beaucoup Daniel !
Grâce à tes explications et tes schémas ,j'irais dormir un peu moins c... ce soir !!
Pour beaucoup de sous-mariniers des classiques qui n'ont fait que les "bateaux noirs" le bouilleur est un illustre inconnu !
Vu la petite quantité d'eau douce que nous pouvions embarquer , celle-ci nous était distribuée avec parcimonie et la distribution rigoureusement contrôlée par l'O2 . Quant à la petite allocation personnelle qui nous était accordée , devinez à quoi elle servait ? ?
- 5 volumes d'eau pour 1 volume de ......???
avatar
COLLEMANT Dominique
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 72
Mécanicien NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par COLLEMANT Dominique le Dim 8 Fév 2009 - 22:47

MERCI Daniel , cela me fait revoir mes cours lointains de Maistrance Machines , car nous les soumama ,comme dit "Cloclo" : les bouilleurs ne faisaient pas parti de notre environnement.
Félicitations pour tes schémas animés !
Bien amicalement .
Bill



   
Maître Principal mécanicien Collemant , dit "Bill" dans la sous-marinade / Membre de la section A.G.A.S.M. "Espadon" du Havre / Membre du M.E.S.M.A.T. de Lorient .
avatar
LE VOURCH
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 68
NON

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par LE VOURCH le Lun 9 Fév 2009 - 8:07

Hello Jakez ! tu es aux anges sur un tel sujet...Bravo Daniel ,quel talent !




Fais de ta vie un rêve et de ce rêve une réalité.
St Ex.

Contenu sponsorisé

Re: La production d'eau douce à bord : le "bouilleur"

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 19 Déc 2018 - 16:40