Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 667422 messages dans 13601 sujets

Nous avons 15643 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est aldebaran04

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par Jean-Léon Aujourd'hui à 0:41

» MALABAR (RHM)
par COLLEMANT Dominique Hier à 23:11

» ESCADRILLE 22 S
par J-C Laffrat Hier à 23:09

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par TECTAM Hier à 22:49

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG
par corre claude Hier à 22:48

» [Divers École de maistrance] La nouvelle École de Maistrance
par loulou06000 Hier à 22:47

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par NEHOU Hier à 22:20

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par doubleloire Hier à 21:40

» [Divers les classiques] La vie à bord d'un sous-marin classique (Sujet unique)
par Jean-Marie41 Hier à 20:39

» LE BRESTOIS (ER)
par Charly Hier à 20:16

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par didiboy31 Hier à 19:12

» La spécialité de Radio
par 3eme ligne Hier à 19:10

» CASABIANCA (SM)
par J-L-14 Hier à 18:50

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par Houllé Hier à 17:42

» GIBOULEE (NAVIRE CITERNE)
par Le Paulois Hier à 16:25

» ARIEL (BA)
par MARCHAND Michel Hier à 15:51

» HIPPOPOTAME (RHM )
par GYURISS Hier à 15:17

» FLOTTILLE 22 F
par Moulinier Alain Hier à 14:27

» CASABIANCA (SNA)
par Charly Hier à 13:40

» [Divers sous-marins classiques] Le sous-marin mouilleur de mines FNFL
par Charly Hier à 12:45

» [ Recherches de camarades ] Briançon
par takeo Hier à 12:08

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par cioni Hier à 11:56

» PONCELET (SM)
par Charly Hier à 10:05

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Charly Ven 16 Fév 2018 - 22:22

» LANVÉOC POULMIC (B.A.N.)
par gilbert kerisit Ven 16 Fév 2018 - 21:07

» LE MUTIN (BE)
par Joël Chandelier Ven 16 Fév 2018 - 21:00

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Médailles opex
par Pépé 974 Ven 16 Fév 2018 - 20:49

» AGADIR (B.A.N.)
par guedon Ven 16 Fév 2018 - 20:07

» [ LOGOS - TAPES - INSIGNES ] TAPE DE BOUCHE
par Jean-Marie41 Ven 16 Fév 2018 - 19:38

» FLOTTILLE 33 F
par Jean-Marie41 Ven 16 Fév 2018 - 18:54

» PÉGASE
par corre claude Ven 16 Fév 2018 - 17:26

» ORPHÉE (SM)
par COLLEMANT Dominique Ven 16 Fév 2018 - 15:45

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Bureaumachine busset Jeu 15 Fév 2018 - 22:09

» Centre Entrainement à la Survie et au Sauvetage de l'Aéronautique Navale
par Jean-Marie41 Jeu 15 Fév 2018 - 21:01

» École des pupilles 45/46
par Charly Jeu 15 Fév 2018 - 20:59

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par JJMM Jeu 15 Fév 2018 - 17:31

» CHELIFF (LST)
par boboss Jeu 15 Fév 2018 - 16:43

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Charly Jeu 15 Fév 2018 - 9:09

» VIOLETTE - P788
par alain EGUERRE Jeu 15 Fév 2018 - 5:52

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par lecuyer Jeu 15 Fév 2018 - 4:26

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par VENDEEN69 Jeu 15 Fév 2018 - 4:12

» MINERVE (SM)
par gene Mer 14 Fév 2018 - 19:10

» GUEPRATTE (EE)
par PAUGAM herve Mer 14 Fév 2018 - 16:41

» TONNERRE (BPC)
par Xavier MONEL Mer 14 Fév 2018 - 10:24

» [Marine à voile] L'Hermione
par COLLEMANT Dominique Mar 13 Fév 2018 - 18:25

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par Joël Chandelier Mar 13 Fév 2018 - 17:25

» Karachi
par loulou06000 Mar 13 Fév 2018 - 11:38

» SIRÈNE (SM)
par Micky Mousse Mar 13 Fév 2018 - 10:52

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par Paulo Mar 13 Fév 2018 - 9:43

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE MAILLÉ BREZÉ
par ERIC THIEBAUT Mar 13 Fév 2018 - 8:48

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC de Paris
par Cabestan Mar 13 Fév 2018 - 1:07

» LE NORMAND (ER)
par Bureaumachine busset Lun 12 Fév 2018 - 20:31

» DIVES (BDC)
par gégé Lun 12 Fév 2018 - 19:58

» [Campagne] ANTILLES
par Noël Gauquelin Lun 12 Fév 2018 - 19:21

» [La musique dans la Marine] LA MUSIQUE DE LA FLOTTE
par Christian DIGUE Lun 12 Fév 2018 - 19:20

» [Opérations diverses] Opération Prométhée
par bruno360 Lun 12 Fév 2018 - 18:31

» LCT - L9061
par gilfan Lun 12 Fév 2018 - 18:02

» [Vieilles paperasses] Vieilles paperasses
par JJMM Lun 12 Fév 2018 - 18:00

» [Campagne C.E.P. - Mururoa] Photos inédites de Mururoa
par NEHOU Lun 12 Fév 2018 - 17:24

» AMIRAL CHARNER (AE)
par Max Péron Lun 12 Fév 2018 - 16:15

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par marsouin Lun 12 Fév 2018 - 15:44

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 21:16

» Beautemps-Beaupré BHO - A 758
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 20:29

» ESCADRILLE 27 S
par NEHOU Dim 11 Fév 2018 - 19:39

» [Divers campagne C.E.P] Les Marquises
par Noël Gauquelin Dim 11 Fév 2018 - 19:17

» [Campagnes C.E.P.] ATOLL DE HAO - Tome 2
par NEHOU Dim 11 Fév 2018 - 19:14

» [Votre passage au CFM) Vos chansons au CFM
par gene Dim 11 Fév 2018 - 19:08

» [Divers - École de maistrance] Le grade à la sortie de Maistrance
par GYURISS Dim 11 Fév 2018 - 18:32

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 18:12

» DUPETIT-THOUARS (EE)
par Michel SALVY Dim 11 Fév 2018 - 17:09

» [ Blog visiteurs ] Recherche renseignements généalogiques
par Invité Sam 10 Fév 2018 - 22:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche des camarades de sana les neiges (Briançon 64-65)
par corre claude Sam 10 Fév 2018 - 22:34

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par BEBERT 49 Sam 10 Fév 2018 - 15:45

» CFM HOURTIN. VOLUME 4
par JACQUES SOUVAY ou BILL Sam 10 Fév 2018 - 9:14

» MONGE
par COLLEMANT Dominique Ven 9 Fév 2018 - 22:48

» Loulou de MOLENE
par latrubesse jean claude Ven 9 Fév 2018 - 21:16

» [ Recherches de camarades ] Foch 1981 - 1982
par cops21 Ven 9 Fév 2018 - 18:20

» CFM - NOS PHOTOS DES CLASSES ET UNIQUEMENT
par Jean-Michel Gaiffe Ven 9 Fév 2018 - 18:17

» Sous-Marin Le TONNANT
par centime44 Ven 9 Fév 2018 - 13:52

» DE GRASSE (CROISEUR)
par JJMM Ven 9 Fév 2018 - 7:40

» FLORE (SM) - Tome 2
par jimyvar Ven 9 Fév 2018 - 0:51

» Sous-Marin OREADE
par COLLEMANT Dominique Jeu 8 Fév 2018 - 21:58

» ARROMANCHES (PA)
par Raymond MALHERBE Jeu 8 Fév 2018 - 20:21

» MARINE PARIS
par Jean-Marie41 Jeu 8 Fév 2018 - 19:34

» [ Blog visiteurs ]
par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 16:33

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par takeo Jeu 8 Fév 2018 - 7:52

» [Associations anciens marins] FNOM
par boboss Mer 7 Fév 2018 - 19:08

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par Jean-Léon Mer 7 Fév 2018 - 18:58

» DUPERRE (EE)
par jp.lambert Mer 7 Fév 2018 - 18:29

» [Les traditions dans la Marine] Le salut militaire
par LEBRIS Mer 7 Fév 2018 - 9:38

» CIRCÉ (CM)
par bouffon Mar 6 Fév 2018 - 20:09

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Nenesse Mar 6 Fév 2018 - 13:45

» [ École des Mousses ] École des Mousses
par Joël Chandelier Mar 6 Fév 2018 - 13:15

» FORCES MARITIMES DU RHIN
par VALLAT Mar 6 Fév 2018 - 9:44

» [Tahiti] VOTRE PREMIÈRE ARRIVÉE À TAHITI
par gégé Lun 5 Fév 2018 - 20:12

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par Charly Lun 5 Fév 2018 - 12:46

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Hourtin 67
par thevelin gerard Lun 5 Fév 2018 - 11:10

» [Les traditions dans la Marine] LE CAMBUSARD ET LE VIN DE PRÉCISION (Sujet unique)
par Micky Mousse Dim 4 Fév 2018 - 21:38

» FLOTTILLE 9 F
par rafale92 Dim 4 Fév 2018 - 19:18

DERNIERS SUJETS


[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Partagez
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par PILON le Mer 5 Jan 2011 - 22:29

Bonsoir Tinto
Voila une carte récente sur laquelle tu vois Tien Yen, ton pays natal.
La carte date de L’an 2000.
Un oncle à moi, qui était légionnaire au 5ème y a cantonné longtemps, mais avant Mai 1946, mois de sa mort.
Tu remarqueras aussi comme je l’ai signalé dans un autre message, que les îles Norway ont repris leur nom Tonkinois. Maintenant c’est Cong Chau.



André Pilon




"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par PILON le Jeu 13 Jan 2011 - 18:51

Suite du récit anecdotique de Christian le Piller (message 921 et 923) qui passa du groupe des bâtiments de réserve du Nord, la guerre terminée, à Cantho, sur le LCM 9137.

Spoiler:
Ancienne base aéronavale et de la dinassaut n°8, le poste fluvial de Cantho comprend une flottille amphibie d’une quinzaine d’engins, en majorité : L.C.M., L.C.V.P. et V.P. (1).
Vient s’y ajouter une poussine de petites embarcations dites : Mythos.
Elle dispose encore en 1955, de hangars pouvant recevoir des hydravions : Gruman Goose, Sea Otter et Catalina.
Un « slip »(3) d’amerrissage est aménagé sur le Bassac.
Depuis sa passation à la marine vietnamienne en 1953, la flottille amphibie exerce ses missions sous les deux pavillons. Cependant certains équipages peuvent êtres encore mixtes.
Jusqu’au retrait de la marine française, fin 1955, la Base était encore commandée par le Capitaine de Corvette Rapin (lequel avait autorité sur les deux Etat Majors), lui- même rendait compte à l’E.M. « C.o.f.l.u.s.i.c. »(2) .

(1) Landing Craft Materiel

- Landing Craft Vehicule Personal

- Vedette de Patrouille

(2) Commandement Fluvial Sud Indo-Chine

(3) de l' anglais : to slip = glisser

- Les installations comprenant : Magasins, locaux administratifs, cuisines, infirmerie, dortoir et hangars, constituaient la presque totalité de la superficie de la base.
Un appontement en bois assemblé d’un rail pour wagonnets, desservait les engins.

Une plage piquée d’un mât aux couleurs des deux flottilles rassemblait les deux personnels.
Les dortoirs au sol carrelé, équipés de ventilateurs, donnaient une impression de discipline et de confort.

L’équipe du L.C.M. de commandement 9. 137, que dirigeait un second-maître canonnier était composée : d’un quartier-maître « boum » (1)- lequel faisait office de second – de deux mécanos, un radio, un cuistot (aidé par un bêp) et deux canonniers, dont je remplaçais l’un, arrivé en fin de campagne .

( 1) qui désigne un canonnier

Le « bêp » cuisinier en vietnamien, encore appelé « boy » terme plus péjoratif, avait un statut particulier à bord.
Il était intégré dans l’effectif du bord et chaque unité en possédait un.
Son rôle de suppléant cuistot le désignait, fort à propos, à l’approvisionnement, auprès des marchés locaux, aux cours des missions sur les fleuves. Il s’occupait également de la propreté du linge de l’équipage.
C’est dire la place qu’il tenait à bord ! Le nôtre ; Lê Van Kuat (1), cambodgien d’origine, y tenait beaucoup.

(1) Après plus de cinquante ans passés, au cours de recherches aux archives de Vincennes je redécouvrais son nom dans un dossier des forces fluviales de Cantho.

A l’embarquement le contact est spontané ! Nous fraternisons vite…

« Bienvenue à la Base et à bord du 9.137 matelot !... » m’apostrophe le quartier-maître Scelles, un normand, lequel avec le reste de l’équipage a déjà en tête la bouteille que je vais devoir payer, c’est la tradition !..., à la prochaine permission.
La visite de tous les coins mal famés de Cantho, avec présentation au resto-bar « Chez Jacqueline » le fief de équipe du 9.137.
Cette jeune femme annamite poussait la compétence de barmaid, à nous faire Quê-Bout (1) quand, dans le milieu du mois, on était fauché.

1) Une ardoise : une pancarte, un crédit.

A l’époque « bars et tripots » de Cantho était l’affaire des Hoa Hao, une secte mafio-religieuse ralliée à la France après être passée au vietminh de Nguyen Binh quelques années auparavant .

Ces sectes, principalement : Binh Xuyen, Caodai et Hoa Hao, étaient bien connues pour leurs versatilités, passant à l’un ou l’autre des deux camps moyennant de grosses compensations : en armes et en argent.

Pour l’heure ; l’entente était du côté français… lesquels pouvaient s’enorgueillir de la relation entretenue depuis quelques années.
Il n’en avait pas été de même avec le viêt. Nguyen Binh, trop autoritaire pas assez coulant sur le trafic de tout genre des mafias.
Bref, ensemble nous naviguions en juste noce ! nonobstant quelques petits écarts autant dire, infimes par rapport à l’épine qu’ils nous enlevaient du pied en se rendant maîtres de vastes provinces de Cochinchine.
Les viets chassés, on oublia très qu’ils furent un moment du côté de notre ennemi intime.
On passera sous silence que, quelques années en arrière, on…qui ? transféra quelques lingots d’or de la Banque d’Indochine… combien ?... à T.V.S.( Tranh van Soaï ) maître de la province de Cantho.
Ces relations, bien singulières, associées à la défaite de Dien-Bien-Phu, nous furent longtemps reprochées

Mais revenons au souvenir plus personnel que je garde de cette période :

A suivre




"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
coutil
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage            NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par coutil le Lun 14 Fév 2011 - 17:56


Certains qui patrouillaient sur le Mékong en 51 52 quand ils rentraient a Sagon empruntaient le canal de Cho Gao ,très bel endroit qui évitait de passer par le Cap St Jacques ?
Amitiés Coutil



avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par PILON le Lun 21 Fév 2011 - 19:46

Tous ceux qui ont fait « L’indo » ont entendu parler de Bacut, ce chef de la secte Hoa hao ; mystique, religieux, bandit, pillard, allié ou ennemi selon le moment. Chritian le Piller est allé à la rencontre des hommes de Bacut, un soir dans les Rachs du côté de Cantho. Voici son récit ci-dessous

Spoiler:
Croisière sur le Bassac à la rencontre des hommes de Bacut.




En avril/ mai 1955 le gouvernement vietnamien poursuivant sa politique de démantèlement des sectes mafieuses, les Hoa Hao de la région de Cantho, chassés de la ville, se réfugièrent sur une île du Bassac.

La flottille amphibie vietnamienne du poste fluvial, y participa activement en acheminant des troupes de l’Armée Populaire Vietamienne dans la mangrove. De violents combats les opposèrent à un millier d’hommes de Le Quang vinh dit Bacut. Les opérations, auxquelles nous assistâmes en toute neutralité, durèrent plus de 24 heures.

Je me souviens toujours, cinquante cinq ans après, d’une équipée nocturne dont nous avions été les auteurs. Lorsque je dis « neutralité » plus haut, le terme n’est pas tout à fait exact…En voici le récit.

Quelques jours auparavant,

La nuit est tombée sur la Base. Une de ces nuits au ciel chargé, laissant çà et là, au loin, des espaces de demi-clarté.

Nous appareillons avec un L.C.V.P. La mission est tenue secrète. Sans nous laisser le temps de nous interroger sur le but de ce brusque et mystérieux embarquement, le lieutenant qui a pris le commandement désigne au second la direction à prendre. Moteur au ralenti nous opérons un demi-tour et quittons l’appontement pour aborder la partie la plus large du Bassac. À bord de l’engin qui maintenant met les gaz, nous sommes quatre ou cinq matelots et quartiers-maitres à observer un silence lourd d’interrogation.

Tous feux éteints depuis le départ, seule une clarté diffuse se reflétant dans les eaux limoneuses du fleuve nous permet de nous diriger. Tandis qu’une fraicheur bienfaisante amenée par la vitesse qu’a pris l’engin nous tient éveillés, je me laisse bercer par le ronronnement du moteur et les flip-flops de l’avant sur des vaguelettes.

Après avoir traversé le Bassac, nous embouquons un rach et un inextricable labyrinthe de canaux. Le moteur tourne maintenant au ralenti. Projecteur allumé nous avançons prudemment à l’aide de lampes torches pour ne pas nous prendre dans les nombreuses racines qui bordent la mangrove.

Au bout de quelques minutes, dans un enchevêtrement de lianes, il est aperçu le scintillement d’une lumière, puis les ti,ti…tites en morse d’une lampe.

« Les voilà…c’est ici !.. » désigne le lieutenant, dont la voix est en partie étouffée et couverte par la nuit et l’endroit. « Accostez là… » A bas régime puis moteur coupé nous accostons la berge.

Un, puis deux et enfin un groupe d’hommes se détache dans les faisceaux des lampes. Ils sont vêtus de noir, certains portent un bandeau autour de la tête. On pourrait les prendre pour des partisans viets, mais sans plus douter, dans cette région des mangroves du Bassac, il s’agit bien de fidèles de la secte Hoa-Hao.

Chassés de Cantho par l’Armée Nationale vietnamienne, les hommes de Bacut ont repris le maquis. Immédiatement une discussion s’engage entre nôtre officier et celui qui semble être leur chef, à laquelle nous sommes tenus à l’écart. De nôtre côté nous sommes surpris de découvrir deux européens parmi les partisans. Nous apprenons vite qu’il s’agit d’anciens légionnaires qui ont rejoint les rangs des dissidents…Ces derniers nous remettent du courrier afin de le faire acheminer par nôtre poste navale.

Passé un moment de palabres nôtre officier donne l’ordre de remettre le moteur en route et de rejoindre la Base aussi discrètement que nous sommes venus. Je n’ai pas souvenir que nous ayons réellement su de quelle mission nous étions investis cette nuit là. Renseignement, négociations, pourparlers ?

Peut-être s’est-il agit simplement, étant donné notre relation particulière avec ces bandes armées, de rallier Bacut et ses hommes à la cause gouvernementale avant une effusion de sang…sans doute, toujours est-il que quelques jours plus tard avaient lieu les combats que je cite en début de page.

De la plage de l’appontement d’où nous nous tenions, nous assistâmes aux échanges de tirs. D’épaisses fumées et explosions s’élevaient de l’endroit des mangroves. Les engins de la flottille vietnamienne ne cessèrent d’aller et venir, chargés de renforts ou ramenant ; blessés et cadavres.

Par la suite, Le Qang Vinh fut capturé et décapité quelques temps plus tard. Pour nous commençât un retrait sur l’ancienne base de Cat laï et par la suite de Cat lo près du cap-St.-jacques.

En 1954 la secte comprend dix à onze mille hommes répartis sous un commandement de

Généraux le plus souvent auto-proclamés.

Général Tan van Soai, dit Nam-lua (cinq feux) 6 à 7.000 hommes

Général Lam Than N’Guyen, environ 2. à 2.500 hommes

Général ( ?) N’Guyen Giac Ngo, environ 1.500 hommes

Colonel Le Quang Vinh, dit Bacut (doigt coupé ), environ 1.100 hommes.

Colonel Vo Van Vieu, dit Ba Ga Mo, environ 400 hommes

La secte du nom du village « Hoa Hao », région de Chaudoc, comprend des dizaines de milliers d’adeptes. Elle officie dans les secteurs de Chaudoc, Long Xuyen, Cantho, Sadec, Bac Lieu. Après être passée dans les rangs vietminh du Nam Bo de N’Guyen Binh, le Général Boyer de la Tour - un vrai ce dernier - a rallié cette bande armée à la cause du corps expéditionnaire français, moyennant : un bon pactole, de l’armement et… quelques étoiles.

La femme de Tran Van Soai, Lê Thi Gam, de son côté, est à la tête d’un commando de femmes, les « Amazones », désignées pour garder et défendre le trésor de guerre de la secte.

L’emblème de la secte : lettres blanches « P.G.H.H. » sur fond lie de vin.


Note de ma part : il fallait que le lieutenant commandant l’opération connaissent sa « route » dans ce dédale de rachs et par nuit noire. A.P.


Dernière édition par PILON le Lun 21 Fév 2011 - 21:07, édité 2 fois




"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
coutil
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage            NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par coutil le Lun 21 Fév 2011 - 20:49


Bonsoir André
Bien sur que l'on a entendu parler de Bacut il devait nicher en face de Cantho fief du Général Tran Van Soy
amicalement Claude



avatar
coutil
QM 2
QM 2

Age : 87
Canonnier équipage            NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par coutil le Mar 22 Fév 2011 - 10:01


rebonjour André
J'ai lu le récit de Christian ,sur les Hoâ Hao ,très interressant .Leur fief était juste en face de marine Cantho ,et il y avait une zone de circulation limitée ,et un jour en 52 un très beau Sampang a franchi la nuit la limite et le factionnaire après les sommations d'usage a tiré ;aussitôt le sampang a été arraisonné et une femme a été mortellement touchée c'était soi-disant la femme du général.Il n'y a pas eu de réaction ; la marine a gardée le beau Sampang,et au bout de quelques jours le général l'a réclamé ,le commandant lui a rendu ,puis le général a offert un veau en remerçiement .Incroyable mais vrai ,peut-être que certains anciens en ont-ils entendu parlé ?
Amicalement Claude



avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par PILON le Mar 22 Fév 2011 - 21:52

Encore un récit de Christian Lepiller

(Épisode de gardiennage à la base de Cat Lai sur le Song Dong Naï ( oct./ nov. 1955 ).
Spoiler:
Désaffectée et abandonnée depuis plusieurs mois la Base aéronavale offre un spectacle de désolation.
De hautes herbes à éléphants ont envahi les endroits les plus reculés.
Tandis que les magasins et le casernement, livrés aux vandales, ont été saccagés.

De nombreux insectes, dont une nuée de moustiques et de reptiles, y ont élu domicile.
Dans les dortoirs de briquettes, où en partie portes et fenêtres ont été arrachées, geckos, cafards et autres agamidés font bon ménage.

Il va falloir un certain temps avant que les installations d’eau et d’électricité ne soient rétablies et que les lieux retrouvent un aspect habitable.
Pour l’heure, le soir venu, nous devons nous éclairer munis de lampes torches et de bougies.
Quelques lampes à pétrole vont nous être distribuées.
Les allées menant à la cafétéria sont défoncées et boueuses après un orage.
Habitués à nous déplacer en sandales et en tongs (claquettes), la nuit tombée, nous devons faire attention où nous mettons les pieds.
Dans ce bourbier de voies chaotiques et d’ornières il n’est pas rare d’y faire de mauvaises rencontres, toute une faune de bestioles assoiffées de sang et affamées de chair fraiche et blanche d’européens, provoquent piqures et morsures.
L’infirmerie de campagne ne va pas tarder à se remplir.

Une à deux fois par semaine une séance de cinéma est projetée en plein air.
Avant de s’y rendre, il ne faut pas manquer de dresser la moustiquaire bordée sous le matelas à boudin du lit Picot au risque, au retour, de s’y allonger avec quelques locataires indésirables.
Je me souviens qu’un soir nous avions été attirés par un nœud de petits reptiles, très dangereux, lovés sous le chambranle d’une porte détériorée alors que nous passions à cet endroit plusieurs fois par jour.

Un soir un coup de feu claqua dans la Base, un officier-marinier ouvrant un placard en bois de bambou y découvrit un python d’un beau calibre, lové dans ses affaires, en possession d’une arme il tua l’animal.

Pour ma part, de garde la nuit à une des tours, j’eus quelques hantises à traverser les hautes herbes pour me rendre au mirador, tandis que des bruissements me provoquaient de désagréables tressaillements le long de l’échine.

La B.A.N. avait sans nulle doute connu de meilleurs jours !
Reprise aux japonais, à leur capitulation, elle fut équipée pour recevoir une nouvelle flottille d’hydravions, la plupart américains.
Quelques « Aïchis », (avions bombardiers japonais) furent récupérés dans les derniers mois de 1945, en mauvais état.
Seuls deux, passés entre les mains des mécanos, purent reprendre du service, pas pour très longtemps.
Utilisés dans des missions d’observations ils furent vite abandonnés.

Deux grues élévatrices de mise à l’eau se dressent à l’appontement sur le Song Dong Naï.
La Base, d’une large superficie est entourée d’un grillage et d’un mur de renfort avec miradors.
On relève 4 tours de garde :
La tour Ouest, la tour du Bac (appontement sur le fleuve), la tour du parc à essence, la 4° recoin sud-est.

Cat Laï est situé dans un méandre où serpente le fleuve, à l’Est, à la séparation du Song Soirap et la Rivière de Saigon.
Une dizaine de kilomètres par la route, sépare la base de Saigon (tu ne le dis pas, Christian, mais il faut prendre un bac, pour aller à Saigon ?).

Outre les pingouins (personnel de l’aéronavale) et un effectif d’une flottille amphibie, la base hébergeait une à deux compagnies de légionnaires du 2° R.E.I. (Régiment Étranger d’Infanterie).
Elle employait périodiquement un groupe de 40 à 50 coolies (main d’œuvre vietnamienne) appelés « coupeurs d’herbe », ce nombre s’expliquerait par l’étendue de la base et le manque de tondeuses motorisées.
André Pilon




"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.
avatar
timonier
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 45
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par timonier le Mar 22 Fév 2011 - 22:28

Bonsoir à tous

Je suis à la recherche d'une carte détaillée (époque Indochine) de l'ile de Phu Quoc.
Je suis en train d'essayer de comprendre le rapport d'une opération de nettoyage faite sur place en mai 1947 et ce n'est pas évident tant l'orthographe des lieux a changé.
J'essaye sur google earth ou en faisant des recherches sur internet mais je ne trouve pas toujours les réponses à mes questions, loin s'en faut.
Alors si quelqu'un peut m'aider je lui serai infiniment reconnaissant.

Amicalement

Franck




Sempre endavant mai morirem
avatar
lulupam 29
QM 2
QM 2

Age : 83
Secrétaire militaire équipage   NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 3

Message par lulupam 29 le Mer 23 Fév 2011 - 17:54

Bonjour André,
A propos du message de christian le piller, je suis surpris par ses propos.
Affecté à l'état-major Aéro Indo 3éme bureau opération jusqu'en en avril 1956, je suis allé à la BAN Cat Lai car j'avais des collègues qui m'invitaient le dimanche, j'y suis allé plusieurs fois en 1955 entre autre en septembre (photo prise avec le chien "le cuite" en avril 1956 pour la dernière fois photo aussi), je n'ai jamais entendu parlé de dégradations de portes et fenêtres ainsi que des installations électriques, il y avait bien sur des chemin non goudronnés et quand il pleuvait ça gadouiller un peu sans plus, il y avait bien 2 ou 3 miradors mais le poste Nord n'en possédait pas.
Par contre il y avait 2 canons de 75 mm fixes, une casemate semi-enterrée et une protection avec des futs de 200 litres remplis de terre, je connais le coin ayant fait plusieurs garde de nuit pendant mon affectation, des herbes à éléphants il y a toujours eu, il y avait des carrées de terrains recouverts, les plus culottés allaient chercher des serpents pour les mettre dans le formol.
Les Grumman Goose de la 8 s ont je crois quittés la base en fin décembre 55, si mes souvenirs sont exacts, cela fait quand même un bon bout de temps, 56 ans.
Je pense qu'étant à l'état-major nous aurions été les premiers à connaitre ces faits, mais par qui ils auraient été commis ?
Il y avait un camp de quelques prisonniers Viet-Minh et quand nous avions besoin de main d’œuvre nous allions chercher les PIM, voilà ce que je peux dire.
Tiens moi au courant si cela est possible, merci et bien cordialement
Lucien

-------

http://www.anciens-cols-bleus.net/viewtopic.forum?t=17958

    La date/heure actuelle est Dim 18 Fév 2018 - 6:15