Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre à Grenoble les 8, 9 et 10 juin 2019 Projet de programme Pour les inscriptions

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 732500 messages dans 14158 sujets

Nous avons 14551 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est BAFFY

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» EMILE BERTIN (Croiseur)
par devouleme Aujourd'hui à 16:25

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Kohler Jean Marie(Hans) Aujourd'hui à 14:35

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 13:48

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par Kohler Jean Marie(Hans) Aujourd'hui à 11:45

» A.M.F
par Papynano Aujourd'hui à 9:24

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par Max Péron Hier à 22:52

» Marine Marseille
par Max Péron Hier à 12:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par rogertriton Hier à 11:12

» AMIRAL CHARNER (AE)
par Gouillard Alain Hier à 3:35

» [ Blog visiteurs ] Recherche Claude Cadis - marin Cherbourg 1960
par Invité Lun 17 Déc 2018 - 19:57

» COLBERT - 1928 (CROISEUR)
par Jean-Léon Lun 17 Déc 2018 - 19:41

» VICTOR HUGO - 1903 (CROISEUR)
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Déc 2018 - 15:41

» [ Blog visiteurs ] Largage de mine par sous-marin
par Invité Lun 17 Déc 2018 - 15:20

» UNITÉ MARINE DAKAR
par Noël Gauquelin Lun 17 Déc 2018 - 11:30

» ANDROMEDE
par COLLEMANT Dominique Dim 16 Déc 2018 - 18:09

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Bureaumachine busset Dim 16 Déc 2018 - 16:05

» [ Blog visiteurs ] Croisière AR France Thaïlande en 70 ?
par facilelavie Dim 16 Déc 2018 - 15:57

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par BEBERT 49 Dim 16 Déc 2018 - 11:48

» La spécialité infirmier Marine
par Max Péron Dim 16 Déc 2018 - 11:42

» [Marine à voile] L'Hermione
par Christian DIGUE Dim 16 Déc 2018 - 11:22

» [ Blog visiteurs ] L’aviso « Francis Garnier » à Manille en 1961
par Momo Dim 16 Déc 2018 - 10:24

» FRANCIS GARNIER (AVISO)
par Momo Dim 16 Déc 2018 - 10:20

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par loulou06000 Dim 16 Déc 2018 - 10:13

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES INSPECTIONS DE SACS
par LEMONNIER Sam 15 Déc 2018 - 18:01

» RÈGLEMENT DU BLOG VISITEURS A LIRE AVANT DE POSTER
par Charly Ven 14 Déc 2018 - 21:02

» BÉARN (PA)
par coutil Ven 14 Déc 2018 - 16:43

» [Les traditions dans la Marine] Chouf au dessus de dix
par Jean-Pierre DAFFNIET Ven 14 Déc 2018 - 12:26

» ARROMANCHES (PA)
par PAUGAM herve Ven 14 Déc 2018 - 10:37

» MALABAR (RHM)
par LANNUZEL Dédé Ven 14 Déc 2018 - 9:51

» L'ÉTOURDI (E.C.)
par BOBOSSE Ven 14 Déc 2018 - 0:16

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par L.P.(Pedro)Rodriguez Jeu 13 Déc 2018 - 17:05

» LCT - L9061
par gerardsin59 Jeu 13 Déc 2018 - 15:56

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par gerardsin59 Jeu 13 Déc 2018 - 15:55

» RHIN (BSL)
par Joël Chandelier Mer 12 Déc 2018 - 20:30

» [ Blog visiteurs ] Madagascar Diego Suarez
par Invité Mar 11 Déc 2018 - 22:33

» [ Les stations radio et télécommunications ] Station de Rambouillet.
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mar 11 Déc 2018 - 15:37

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Mar 11 Déc 2018 - 13:42

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Max Péron Mar 11 Déc 2018 - 10:48

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par LA TOULINE Mar 11 Déc 2018 - 9:12

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par Roli64 Lun 10 Déc 2018 - 18:48

» [Ports] LE VIEUX BREST
par Jean-Marie41 Lun 10 Déc 2018 - 18:08

» Gabare Luciole
par Invité Lun 10 Déc 2018 - 17:10

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par pinçon michel Lun 10 Déc 2018 - 8:07

» [ Histoire et histoires ] Le Blockaus de Plougonvelin (29)
par COLLEMANT Dominique Dim 9 Déc 2018 - 17:39

» DIXMUDE (BPC)
par Bureaumachine busset Dim 9 Déc 2018 - 15:29

» [Catastrophes...] PREMIAN ... LE SOUVENIR
par Joël Chandelier Dim 9 Déc 2018 - 13:43

» COMMANDANT DUCUING (AVISO)
par Laurent Dim 9 Déc 2018 - 12:04

» [ Divers - Les classiques ] Sous-marin La Minerve 1941
par loulou06000 Sam 8 Déc 2018 - 22:30

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Bureaumachine busset Sam 8 Déc 2018 - 20:23

» [Aéronavale divers] Le LYNX WG13
par marsouin Sam 8 Déc 2018 - 18:59

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par guedon Ven 7 Déc 2018 - 17:18

» BOUVET (EE)
par gégé Ven 7 Déc 2018 - 15:52

» FLOTTILLE 34 F
par montroulez Jeu 6 Déc 2018 - 20:59

» RHÔNE (BSAH)
par gilbert kerisit Jeu 6 Déc 2018 - 14:11

» [Divers EAMF] Cours du BS mécanicien du service général à Saint Mandrier
par ftaviot Jeu 6 Déc 2018 - 11:55

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc 2018 - 11:37

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Les insignes redessinés
par COLLEMANT Dominique Jeu 6 Déc 2018 - 10:07

» [Service à terre] STATION RADIO ROCHANOU à PLOUGASTEL DAOULAS (C R A X BREST).
par reneelyo Jeu 6 Déc 2018 - 8:06

» LES AVISOS EX COLONIAUX BISSON ET CDT DE PIMODAN
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc 2018 - 3:56

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par alain EGUERRE Jeu 6 Déc 2018 - 3:47

» [ Bâtiments de ligne ] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par PAUGAM herve Mer 5 Déc 2018 - 21:28

» [DIVERS - DRAGUEURS ET CHASSEURS DE MINES] DRAGUEURS DE MINES EX ALLEMANDS
par Joël Chandelier Mer 5 Déc 2018 - 20:42

» MAURIENNE (BB - MURUROA)
par DAN Mer 5 Déc 2018 - 19:53

» L'Expédition d'Egypte 1956
par Bureaumachine busset Mer 5 Déc 2018 - 17:36

» TARTU (EE)
par lefrancois Mer 5 Déc 2018 - 12:22

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES
par loulou06000 Mar 4 Déc 2018 - 23:11

» [Divers les Nuc] Le BARRACUDA
par COLLEMANT Dominique Mar 4 Déc 2018 - 21:28

» AGOSTA (SM)
par Jean-Marie41 Mar 4 Déc 2018 - 18:58

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG - VOLUME 001
par Joël Chandelier Mar 4 Déc 2018 - 14:43

» LE NORMAND (ER)
par t.neveux Mar 4 Déc 2018 - 12:11

» [ École des Mousses ] 2ème compagnie mars 72 - mars 73
par DTL Mar 4 Déc 2018 - 11:26

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 3]
par Michel Roux Mar 4 Déc 2018 - 10:16

» DÉTROYAT (AVISO)
par mysterioustef Mar 4 Déc 2018 - 10:03

» [Fusiliers Marins] AMIRAL RONARC'H
par PINGOUIN NOSTALGIQUE Mar 4 Déc 2018 - 8:46

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par tsarrax Lun 3 Déc 2018 - 21:12

» [ Blog visiteurs ] Charles Perrot.
par Invité Dim 2 Déc 2018 - 23:12

» [ Blog visiteurs ] PAPOUIN Allain
par Invité Dim 2 Déc 2018 - 22:47

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par pinçon michel Dim 2 Déc 2018 - 7:55

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par Pele70 Sam 1 Déc 2018 - 14:24

» MISTRAL (BPC)
par Michel Roux Sam 1 Déc 2018 - 11:40

» LOCUSTE (GABARE)
par Pascal 57 Sam 1 Déc 2018 - 11:09

» [ Blog visiteurs ] BAN Dakar 1952 à 1956
par Brand Robert Ven 30 Nov 2018 - 22:25

» SEINE (BSAH)
par Jean-Marie41 Ven 30 Nov 2018 - 18:59

» [Les anciens avions de l'aéro] F4 U7 Corsair
par matelot joe Ven 30 Nov 2018 - 11:35

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par DTL Ven 30 Nov 2018 - 11:17

» TAAPE (Remorqueur-Ravitailleur)
par Jean-Marie41 Jeu 29 Nov 2018 - 19:03

» [Les Musées en rapport avec la Marine] CEUX QUI VISITENT LA FLORE
par espadon44 Jeu 29 Nov 2018 - 17:46

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Jean-Léon Jeu 29 Nov 2018 - 13:06

» MINERVE (SM)
par Jean-Léon Jeu 29 Nov 2018 - 12:15

» [Campagnes] DAKAR
par gerard reboux Jeu 29 Nov 2018 - 10:39

» ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par boboss Jeu 29 Nov 2018 - 9:48

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par VERNEYGérard84 Mer 28 Nov 2018 - 18:32

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par hetet a Mer 28 Nov 2018 - 16:59

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov 2018 - 19:23

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par loulou06000 Mar 27 Nov 2018 - 18:48

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Michel Roux Mar 27 Nov 2018 - 18:38

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE DES ANCIENS MARINS DES AEROPORTS DE L'ILE DE FRANCE
par Jean-Marie41 Mar 27 Nov 2018 - 18:11

» [ Recherches de camarades ] du ER Le Corse 73/74
par cajun Mar 27 Nov 2018 - 10:27

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Bureaumachine busset Lun 26 Nov 2018 - 18:36

DERNIERS SUJETS



Georges Leygues - Dakar 1940

Partagez
avatar
jaouen
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 63
NON

Georges Leygues - Dakar 1940

Message par jaouen le Ven 19 Fév 2010 - 16:48

Mon grand pére était sur le Georges Leygues de 1936 à 1941,le bateau et chacun des membres de l'équipage a reçu la Croix de Guerre"Etoile sur Argent"pour les combats de Dakar les 23,24 et 25 septembre 1940 de Dakar lors de l'opération Menace lancée par les Britanniques
avatar
prenat jean-claude
QM 2
QM 2

Age : 83
Mécanicien équipage NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par prenat jean-claude le Ven 19 Fév 2010 - 17:40

Bonjour Jaouen

Je ne connaissait pas ces faits de guerre du vieux Georges,mais est-ce que le Georges n'aurait pas pu avoir la fourragère,il me semble que le Montcalm ou le Gloire l'avait,je n'en connais pas la raison .
Amitiés JC Prenat



avatar
jaouen
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 63
NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par jaouen le Jeu 15 Avr 2010 - 10:08

Voici un extrait des évènements de Dakar en septembre 1940

Spoiler:
le 9 septembre 1940

Le "Georges Leygues" quitte le port Varois avc les croiseurs " Gloire"et "Montcalm" et passe Gibraltar sans être inquiété(Ce qui vaudra à l'amiral Norh ;commandant la place navale Britannique d'être relevé de ses fonctions) La flottille s'arrête à Casablanca pour faire le plein et continue jusqu'à Dakar.


Le 18 septembre 1940

Départ de Dakar en direction de Libreville au Gabon mais est bloquée par des navires britanniques dont le H.M.S. Austalia . Le Georges Leygues accompagné du Montcalm retourne alors vers Dakar.Ils aideront à la défense du port contre l'attaque des Britanniques et des Forces Françaises Libres pour prendre la ville .Le Georges Leygues touche 2 fois le H.M.S. Australia et évite les attaques par torpilles de l'aéro-navale Britannique.



Les 23-24-25 septembre 1940



A 5 h, le sous-marin Bévéziers sort de son bassin et appareille afin de prendre position à 10 milles dans le sud de Gorée. Un quart d'heure plus tard le contre torpilleur Fantasque, qui était indisponible depuis le 21 suite à une avarie, ainsi que le torpilleur Hardi sortent du port et rallient l'escadre de l'amiral Lacroix. Le sous-marin Ajax, qui était en mer depuis la veille, plonge à 5 h 40.

Vers 7 h, 3 à 4 monoplans de type SKUA tentent d'attaquer le Richelieu. La DCA des navires réussit à les repousser. Une bombe tombe malgré tout à faible distance entre le Richelieu et le croiseur Georges Leygues.

A 8 h, le sous-marin Ajax aperçoit au périscope 3 torpilleurs à 800 mètres et les 2 cuirassés Barham et Résolution. En essayant d'attaquer les cuirassés celui ci est repéré. Les cuirassés se dérobent et il est pris en chasse par les torpilleurs. Alors qu'il atteint 25 mètres de profondeur, 3 grenades du Fortune provoquent de graves avaries qui précipitent l'Ajax sur le fond. Le sous-marin n'a plus aucun moyen de combattre ni de se mouvoir. En effet, la moitié de ses accumulateurs sont détruits. Après ce constat, le commandant donne l'ordre de remonter. N'ayant pas réussit à lancer ses diesels, l'ordre d'évacuation est donné. L'équipage est récupéré par le Fortune. L'Ajax est coulé à 10 h 15.

L'aviation britannique ne renonce pas et vers 9 h 10 une vague de six swordfishs tente à nouveau d'attaquer le Richelieu avec des bombes de 250 livres. Les britanniques se scindent en deux groupes, le premier continue son attaque malgré un intense barrage de DCA. Leurs bombes tombent à moins de vingt mètres et détruisent des canalisations à mazout. Le second groupe de swordfish largue ses bombes au moment où il est rejoint par des chasseurs français. Durant cette attaque 4 des 6 swordfishs sont abattus. 5 aviateurs britanniques sont capturés.







En ce début de matinée, la batterie côtière du cap Manuel est également visée par les bombardements, mais malgré son toit en toile, elle ne subit que très peu de dégâts.

A 9 h 30, les cuirassés Barham et Resolution ouvrent le feu au 380 mm sur le Richelieu et le cap Manuel à 14000 mètres.

Au même moment, le torpilleur Hardi et les contres torpilleurs reçoivent l'ordre de tendre un rideau de fumée pour dissimuler les croiseurs qui évoluent en zigzag à 25 noeuds.

A 9 h 40 l'ordre d'ouvrir le feu est donné par l'amiral. La tourelle II de 380 mm du Richelieu tire sur le Barham et tombe en avarie juste après. Mais heureusement pour le cuirassé français, les batteries côtières et les croiseurs prennent pour cible les deux cuirassés britanniques.

A 10 h, la tourelle de 152 mm du richelieu tombe également en avarie. Tous les canons du navire sont muets. Un quart d'heure plus tard, le torpilleur Hardi est mis sous les ordres du commandant Marzin par l'amiral Lacroix afin qu'il protège le Richelieu par des émissions de fumée en cas de nouvelle attaque des cuirassés britanniques.

Vers 10 h50, les deux navires anglais prennent, maintenant pour cible les croiseurs et les contres torpilleurs qui évoluent a l'intérieur du filet par-torpille. La puissance des moteurs ainsi que la manoeuvrabilité des navires français rend difficile le réglage des tirs britanniques qui malgré tout les encadrent plusieurs fois. Mais le combat est quelque peu inégal, puisque les croiseurs et les contres torpilleurs français ne peuvent répliquer qu'avec respectivement du 152 mm et du 138mm aux coups de 380 mm.



A bord du Richelieu, les spécialistes d'artillerie navale travaillent sur les pièces de gros et moyen calibre. A midi les tourelles de 380 et 152 mm sont à nouveau prêtes à faire feu.

C'est à ce moment que le Richelieu aperçoit un point noir sur l'eau à tribord arrière dans la direction où la D.C.A. du cuirassé a abattu un avion en matinée. C'est une petite embarcation en caoutchouc. Le commandant Marzin donne l'ordre au Hardi d'aller récupérer les rescapés.

Vers 12h30, le Hardi est encadré par des gerbes de 203 alors qu'il hisse à son bord un aviateur anglais blessé. Il met cap, à toute vitesse, sur l'entrée du port.

Enfin vers 13h30,les navires Anglais disparaissent derriere la pointe de Dakar et le feu cesse.



A 15h30, le malin donne l'alerte. 8 swordfish de l'Ark Royal, qui volaient haut, ont piqué moteurs réduits. Ils sont accueillis par la D.C.A des croiseurs Montcalm et Georges Leygues. Le Fantasque, le Malin, le Hardi, l'Air France IV, la Gazelle ainsi que le Commandant Riviére ouvrent également le feu. Ce mur de D.C.A gène fortement les avions anglais, ce qui désorganise leur attaque. Deux d'entre eux sont abattus, quatre se débarrassent rapidement de leurs torpilles. Par contre les deux derniers sont en palier au ras de l'eau et lancent leurs torpilles sur le Montcalm et le Georges Leygues. Cette attaque a complètement surpris le Georges Leygues, le croiseur est stoppé. Le commandant ordonne "37 noeuds à gauche toute". Cette manoeuvre, qui demande quelques heures, est exécuté en un temps record. Le croiseur réussit inextremiste à éviter les torpilles. Le Montcalm en fait de même.

Pour les Anglais cette fin de journée n'est pas concluante. Aucun de leur tir n'a atteint son objectif. Par contre le pont du Résolution a été plusieurs fois balayé par des éclats d'obus et le Barham a été atteint quatre fois sans que les dégâts ne soient importants. Du coté Français, on a à déplorer la perte de l'Ajax et le Malin a été confronté à une fuite de vapeur, d'une de ses chaudières, dû à des chocs causés par des bombardements proches. Tout a été remis en ordre dans l'aprés midi. Quant au cuirassé Richelieu, le commandant Marzin décide d'armer la tourelle I de 380 en plus de la tourelle II qui a 3 des 4 canons inutilisables. En effet, le cuirassé a quitté Brest en Juin 1940 sans avoir la totalité de son artillerie de terminée. Seule la tourelle II de 380 et 2 tourelles de 152 sont prêtes à combattre. Dans la nuit, grâce au travail des canonniers, des armuriers et des ouvriers, la tourelle I est mise au point.

En soirée les navires prennent leurs postes de mouillage pour la nuit. Ci ce n'est le Hardi qui s'escrime à couler le Tacoma. En effet, ce cargo chargé d'huile a pris feu aprés avoir été atteint par un obus anglais. Dans l'aprés midi le remorqueur Buffle réussit à le sortir du port mais l'aussière casse et le cargo commence à dériver. Ses futs surchauffés explosent dans le ciel et il est impossible de le reprendre en remorque. En dérivant le Tacoma menace d'aborder d'autres corgos qui se trouvent au mouillage. En début de soirée l'ordre est donné au Hardi de le couler. Aprés quelques coups de canon Le Tacoma s'enfonce un peu mais refuse de couler. Le courant arrange les choses puisque le cargo s'échoue au nord de l'île de Gorée par petits fonds. La nuit va être éclairée par deux épaves, celle du Tacoma et celle de l'Audacieux qui continuent de brûler depuis le 23.

Redoutant une attaque par vedettes, les avisos patrouillent le long des filets. De plus, la Gazelle et la Surprise recoivent l'ordre de faire une passe avec leurs dragues à la recherche de mines magnétiques du côté de Gorée. Mais, on ne trouve que des torpilles n'ayant pas explosé.

Toujours dans la soirée, le Général de Gaulle se rend sur le Barham. Il convient avec l'amiral Cunningham et le général Irwin d'arrêter le bombardement de Dakar au vu de la surprenante résistance des troupes fidéles au maréchal Pétain. Mais dans la nuit Churchill envoie un message à la flotte anglaise leur ordonnant de poursuivre le combat.



Le lendemain ,la ténacité Britannique continua .Les navires de la force M voulurent de nouveau s'approcher afin de poursuivre leur oeuvre de destruction,mais cette fois ,ils eurent affaire à forte partie car,dans la nuit plusieurs batiments vichystes avaient pu se poster en embuscade sur le chemin de leurs mises en place et leur infliger des dégats sérieux.



C'en était trop.

DE Gaulle écrit:

"L'Amiral Cunningham décida d'arrêter les frais.Je ne pouvais que m'en accomoder et nous mîmes le cap sur Freetown"



Ces terribles journées fraticides valurent au "Georges Leygues" et à chacun de ses marins,

La Croix de Guerre "Etoile sur Argent"


Une partie de ce récit a ete faite par charles de Gaulle et ,je suis désolé ,je ne connais plus le nom de l'autre auteur

amicalement

JJJ
avatar
Joël Chandelier
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 74
Electrotechnicien NON Clairon

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par Joël Chandelier le Ven 30 Mar 2018 - 13:15

Dans une salle de l'Office de Tourisme de Chasseneuil sur Bonnieure en Charente on peut voir cette magnifique maquette

Quelques explications



La maquette



Caractéristiques.......à remarquer le nombre de marins qui servaient à bord







 

La "langue" est la meilleure et la pire des choses. [Ésope]
avatar
chauvin
QM 1
QM 1

Age : 89
Radio équipage NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par chauvin le Ven 30 Mar 2018 - 14:22

Toujours ravi quand on parle du Georges dont j'ai gardé un excellent souvenir. embarqué du 1/4/50 au 1/12/50 en tant que radio de l'Amiral Sala avec comme patron "le Rouzic" qui nous protégeait au maximum.
Bégouin-Demeau, le pacha était également très cool. J'ai appris son DC longtemps après en Indo. Je ne ne sais pas dans quelles circonstances mais c'était vraiment quelqu'un de bien et extrêmement humain.

Toute mon amitié aux anciens.



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par J-C Laffrat le Sam 31 Mar 2018 - 14:47

Bonjour à tous,

Pour jaouen, ton message n°3 . Très bonne explication de l'opération manquée par les Anglo-Gaullistes à Dakar, et la part importante jouée par le Georges et les autres contre l'aviation britannique. Quant à la détermination des forces navales restées fidèles à Vichy et des éléments à terre, Amirauté, batteries et autres, elle s'explique d'autant mieux que le souvenir de l'attaque d'Oran était alors très présent chez tous les Cols Bleus.

La phrase de de Gaulle « L’amiral Cunningham décida d’arrêter les frais. Je ne pouvais que m’en accommoder. Nous mîmes le cap sur Freetown. » est explicite, il ne pouvait rien faire d'autre. Il faut dire qu'en août 1940 le noyau que constituait alors les FNFL était dérisoire et que l'opération ne pouvait être menée que par les Anglais

La Marine française sortait vainqueur de la bataille en dépit de ses 203 morts et 393 blessés. Les 1927 morts de Mers-El-Kébir étaient en partie vengés. Cette opération constitua un tournant idéologique pour les gouvernements, bien plus qu’un affrontement important du point de vue des forces en présence, du nombre des victimes ou des pièces militaires détruites ou endommagées. L’aventure anglo-gaulliste se solda ainsi par un cuisant échec et eut des conséquences considérables.

Mais là n'est pas le sujet, pour revenir au Georges, comme l’appelle Chauvin et les vrais marins qui furent embarqués dessus. C'est sur ce glorieux croiseur que je suis parti en AFN au début 1945. Jeune engagé de septembre 1944 après la Libération, j’embarque avec une dizaine de compagnons sur le Georges Leygues au quai Cronstadt à Toulon, en face de l’arsenal presque complètement détruit. Le Georges Leygues quitte Toulon le 12 février 1945 pour une nouvelle liaison avec 585 passagers sur Alger où il reste du 13 au 15 février. Nous embarquons le 12 en fin d'après midi, l’encadrement qui nous accompagne nous rappelle qu’arrivés en haut de la coupée nous devrons saluer les couleurs au garde-à-vous tournés vers l’arrière, nous appareillons le soir vers 18 heures. Ce gros croiseur est rapide mais la traversée est assez mouvementée, à cause d’un très mauvais temps dans le Golfe du Lion et par deux alertes aux sous-marins allemands qui traînent encore en Méditerranée. Ce qui me donne l’occasion de voir ce qu’est la mise aux postes de combat sur un gros bâtiment, avec les marins qui cavalent dans les coursives au son du clairon et descendent les escaliers le dos tourné. La devise de la Marine, Honneur et Patrie-Valeur et Discipline figure en bonne place sur des plaques de l'îlot principal. Malgré ses 7500 tonnes, le Georges Leygues tangue de façon impressionnante, et quand je vois s’enfoncer la longue plage avant dans la houle et remonter au ciel dans l’écume, mon estomac se retourne ; je me rassure en pensant que j’ai bien fait d’avoir choisi l’Aéronavale. Au cours du voyage nous avons la visite de l’aumônier du bord qui au cours d’une réunion organisée pour la centaine de volontaires de toutes les armes qui partent en AFN, nous remet une effigie religieuse. Nous arrivons à Alger le lendemain dans l’après-midi.

C'est le souvenir que je garde du Georges.

JCL








«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 73
Radio NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par Noël Gauquelin le Sam 31 Mar 2018 - 15:15

Dans la fiche explicative du msg n°4 et dans les commentaire de jaouen et JC Laffrat, nous ne trouvons pas d'explication sur le fait que le Georges Leygues soit passé des forces de Vichy aux FNFL. Quelqu'un sait-il comment s'est passée cette transition ?



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par J-C Laffrat le Sam 31 Mar 2018 - 15:34

Bonjour Noël,

Sur Wikipedia on peut lire ceci

Après l'affaire de Dakar, à part le transport des lingots d'or de la Banque de France à Casablanca en août 1941, le navire restera inactif les deux années suivantes jusqu'au débarquement allié en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 et l'occupation allemande de la zone libre à partir du 11 novembre 1942. Avec d'autres bâtiments de guerre français, le croiseur rejoint alors les Alliés. Au début de 1943, il commence des patrouilles en Atlantique depuis Dakar et le 13 avril il intercepte le navire allemand Portland qui fut sabordé par son équipage. Le Georges Leygues est modernisé à Philadelphie de juillet à octobre 1943. Les installations aéronautiques sont débarquées (catapulte, mât de charge arrière, hangar et hydravion). Il est équipé d'un ASDIC et de radars SA et SF et son artillerie anti-aériennes est modernisée et renforcée par seize pièces de 20 mm Oerlikon Mk 4 et six pièces de quatre canons de 40 mm Bofors Mk 1/2.

Le Georges Leygues retourne à Dakar pour des patrouilles contre les navires allemands tentant de forcer le blocus. Il participa ensuite au débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie, en appui feu des troupes américaines d'Omaha Beach le 6 juin 1944, en canonnant la batterie de Longues-sur-Mer, puis au débarquement de Provence du 15 août 1944 ou il tire 271 coups en 2 jours !.

J'ajoute que sur le site de la France libre on peu lire ceci, écrit par l'amiral Chaline :

Depuis le 3 août 1943, date de la « fusion » entre les FMA (Forces maritimes d’Afrique du Nord) et des FNFL (Forces Navales Françaises Libres), il n y a en théorie plus qu’une seule marine nationale. En fait la « fusion » ne s’est pas faite ou plutôt elle s’est mal faite, car il n’était pas possible aux marins d’Alger d’abandonner sur-le-champ les sentiments d’hostilité que la propagande de Vichy leur avait commandé, pendant trois ans, de nourrir vis-à-vis des marins de Londres, non plus que leurs sentiments de fidélité au maréchal Pétain. Le sectarisme s’est donc installé de part et d’autre ; et jusqu’à la fin de la guerre deux marines presque distinctes cohabiteront, chacune faisant son devoir au gré des circonstances et de sa situation géographique.
Les FNFL deviendront les FNGB (Forces Navales en Grande-Bretagne). Cependant, quelques unités FNFL seront rattachées progressivement aux FMA ; c’est le cas des corvettes du sud, des sous-marins côtiers et des avisos. De même un timide brassage de personnel sera entrepris.
En Grande-Bretagne, la participation des unités opérationnelles des FNGB aux opérations de débarquement en Normandie était prévue et inscrite dans les plans Overlord et Neptune depuis décembre 1943 ; l’amiral Lemonnier obtenait ultérieurement que les croiseurs Montcalm et Georges Leygues soient inclus dans le plan de bombardement et de soutien feu en zone américaine. À Milford Haven où, après les opérations d’Omaha, les croiseurs séjournaient du 16 juin au 11 juillet et où, pendant cette période les corvettes Roselys et d’Estienne d’Orves venaient périodiquement relâcher entre les incessants va-et-vient qu’elles continuaient à assurer avec les plages de débarquement, il n’y avait eu aucun contact ou signe d’amitié entre les états-majors et équipages des « frères ennemis ».
Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles seules trois modestes unités ex-FNFL seront associées au débarquement de Provence !

A la lecture de ce qui précède le GL n'a jamais porté les couleurs des FNFL, et n'est pas répertorié comme tel.




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
parriaux christian
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 70
Électricien d armes   NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par parriaux christian le Sam 31 Mar 2018 - 16:46

le 7 02 1939 le gl aborde le bison et lui tranche l'avant entre les2 pieces de 138 faisant 18 victimes



Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges jeter l'ancre un seul jour ?
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 73
Radio NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par Noël Gauquelin le Sam 31 Mar 2018 - 18:12

Merci JC Laffrat.
Il est évident que le brassage entre "les deux" marines n'a pas du être simple !
En 1962, quand je suis entré à maistrance, il y avait encore des séquelles.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par J-C Laffrat le Sam 31 Mar 2018 - 22:49

C'est tout à fait cela Noel, pour appuyer tes remarques sur ce brassage non réussi, je fais un petit hors sujet très court qui ne concerne pas le Georges mais la BAN Agadir en 1944, et qui illustre parfaitement ce qu'étaient alors les rapports entre les deux "camps" Je place donc mon message dans le sujet BAN Agadir, L'ambiance n'était pas au beau fixe, mais plutôt tendue .....








«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
BEBERT 49
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 48
Mécanicien NON

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par BEBERT 49 le Mar 3 Avr 2018 - 20:12

Je vous place ici deux photos que j' ai prise au mémorial du mont Farron à Toulon,

Le fanion du Georges Leygues.
et

Une cloche, du même bâtiment ne comportant aucune inscription, juste une ancre.



" C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases "
( Les tontons flingueurs )


Contenu sponsorisé

Re: Georges Leygues - Dakar 1940

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 19 Déc 2018 - 16:40