Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

L'équipe ACB vous souhaite une bonne année 2018

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 661796 messages dans 13564 sujets

Nous avons 15579 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Louaizil Jean-Luc

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» SUFFREN (FLM )
par pinçon michel Aujourd'hui à 7:53

» [Escale] Sydney
par loulou06000 Aujourd'hui à 0:06

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 23:07

» MINERVE (SM)
par aretuse Hier à 22:50

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Hier à 22:06

» CASABIANCA (SNA)
par PAUGAM herve Hier à 21:39

» Flottille 35 F
par Joël Chandelier Hier à 21:25

» LA GALISSONNIÈRE (EE)
par wielingen1991 Hier à 21:20

» [Tahiti] VOTRE PREMIÈRE ARRIVÉE À TAHITI
par Joël Chandelier Hier à 20:23

» LATOUCHE TREVILLE (FREGATE)
par Raymond L Hier à 18:22

» Recherche camarades de promo Maistrance machine 1969-1970
par Patrick DEMONT Hier à 17:36

» PRIMAUGUET (FRÉGATE)
par matricule66 Hier à 17:08

» D.E.T. PORQUEROLLES
par DQN78 Hier à 16:13

» Le Conquet
par COLLEMANT Dominique Hier à 15:26

» Sous-marin LE VERRIER
par COLLEMANT Dominique Hier à 15:23

» École des pupilles 45/46
par Joël Chandelier Hier à 15:20

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par DTL Hier à 10:43

» AQUITAINE D650 (FREGATE)
par pinçon michel Hier à 7:24

» ACHERNAR (DC)
par Tragin Hier à 0:37

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par L.P.(Pedro)Rodriguez Lun 22 Jan 2018 - 23:59

» LA FAYETTE F710 (FREGATE)
par Charly Lun 22 Jan 2018 - 21:54

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par jobic Lun 22 Jan 2018 - 19:52

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Marins du Ciel
par coco038 Lun 22 Jan 2018 - 19:28

» [Le cimetière des bâteaux et du patrimoine national] Connaissez- vous la fin de vos bâtiments où vous avez servis
par oge yves Lun 22 Jan 2018 - 18:18

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par LES BORMETTES Lun 22 Jan 2018 - 17:39

» KETCH ZELÉE (HYDRO)
par PICCOLO Lun 22 Jan 2018 - 16:54

» [ Blog visiteurs ] Sticker 14F Marine Nationale
par Invité Lun 22 Jan 2018 - 16:49

» HIPPOPOTAME (RHM )
par PICCOLO Lun 22 Jan 2018 - 16:33

» FOCH (PA)
par GYURISS Lun 22 Jan 2018 - 15:57

» Sous-Marin Dupuy-de-Lôme
par Marco-56 Lun 22 Jan 2018 - 12:03

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Lun 22 Jan 2018 - 11:38

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par DTL Lun 22 Jan 2018 - 10:21

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par VENDEEN69 Lun 22 Jan 2018 - 6:37

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos de groupe ou individuelles concernant mon père
par Invité Lun 22 Jan 2018 - 2:02

» Sous-marin PAPIN
par COLLEMANT Dominique Dim 21 Jan 2018 - 23:18

» COLBERT (1956) (Croiseur)
par Joël Chandelier Dim 21 Jan 2018 - 23:13

» DIXMUDE ( PA )
par MARTIN Jean-Pierre Dim 21 Jan 2018 - 17:51

» [ Recherches de camarades ] Recherche anciens du TCD Ouragan de 86 à 88
par LECONTE Dim 21 Jan 2018 - 17:30

» [LOGOS - TAPES - INSIGNES] Une nouvelle médaille "medaille de la protection militaire du territoire"
par Charly Dim 21 Jan 2018 - 16:48

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par loulou06000 Dim 21 Jan 2018 - 16:25

» [Divers E.A.M.F.] Figures de l'EAMF
par najpet Dim 21 Jan 2018 - 15:40

» AMYOT D'INVILLE [AVISO]
par COLLEMANT Dominique Dim 21 Jan 2018 - 14:40

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par BEBERT 49 Dim 21 Jan 2018 - 12:34

» [Divers B.A.N.] Formation des Navigateurs Aeriens à Winnipeg
par douzef Dim 21 Jan 2018 - 12:32

» ÉCOLE DES MAÎTRES D'HÔTEL
par Roger Tanguy Sam 20 Jan 2018 - 20:13

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Jean-Marie41 Sam 20 Jan 2018 - 19:09

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par patoch91 Sam 20 Jan 2018 - 18:04

» ECOLE DES MAÎTRES D'HÔTEL
par kerneve Sam 20 Jan 2018 - 15:00

» La spécialité de Radio
par Noël Gauquelin Sam 20 Jan 2018 - 14:10

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Sam 20 Jan 2018 - 13:19

» DIXMUDE (BPC)
par loulou06000 Sam 20 Jan 2018 - 11:05

» FORBIN D620 (fregate)
par pinçon michel Sam 20 Jan 2018 - 9:26

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par BOUBOU 56/50 Sam 20 Jan 2018 - 9:19

» [ Les stations radio de télécommunications] Station radio La Régine
par corre claude Ven 19 Jan 2018 - 19:59

» MOSELLE (BB - MURUROA)
par DTL Ven 19 Jan 2018 - 18:51

» [ Recherches de camarades ] Jaureguiberry années 1966 -1968
par ulysse76 Ven 19 Jan 2018 - 18:42

» CDT BOURDAIS (AE)
par Jean-Léon Ven 19 Jan 2018 - 17:36

» ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET (AVISO)
par Franjacq Ven 19 Jan 2018 - 14:01

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par DTL Ven 19 Jan 2018 - 11:11

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Hourtin 67
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 5:12

» [Tous les CFM] LES PERMANENTS DU CFM HOURTIN
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 4:24

» ARROMANCHES (PA)
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 3:31

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 3:21

» ÉLAN - A768 (BSR)
par marsouin Jeu 18 Jan 2018 - 21:33

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Tinto Jeu 18 Jan 2018 - 19:36

» [Aéronavale divers] NOS AILES SUR LA MER DANS LES ANNÉES 1970
par Jean-Marie41 Jeu 18 Jan 2018 - 19:20

» FLOTTILLE 24 F
par Jean-Marie41 Jeu 18 Jan 2018 - 19:11

» LE BOURGUIGNON (ER)
par BRAS Jeu 18 Jan 2018 - 18:23

» SÉMAPHORE ET LA RÉSERVE
par superguet Jeu 18 Jan 2018 - 18:16

» [ Recherche de camarades ] camarade sur le porte-avions Foch entre 1963 et 1964
par TARO Jeu 18 Jan 2018 - 18:09

» CHELIFF (LST)
par marsouin Jeu 18 Jan 2018 - 17:58

» FLOTTILLE 23 F
par Joël Chandelier Jeu 18 Jan 2018 - 13:47

» SOUFFLEUR
par COLLEMANT Dominique Jeu 18 Jan 2018 - 11:55

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Patrick FUCHS Jeu 18 Jan 2018 - 9:24

» ÉCOLE DES PUPILLES DE LOCTUDY 1952-1953
par Titi1982 Jeu 18 Jan 2018 - 8:44

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par LEMONNIER Mer 17 Jan 2018 - 23:31

» BLAISON
par COLLEMANT Dominique Mer 17 Jan 2018 - 22:06

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades "catapulteurs" du FOCH de 63 à 64
par Georges du 14 Mer 17 Jan 2018 - 21:50

» [ Blog visiteurs ] Mon père ancien de l'école Courbet
par Charly Mer 17 Jan 2018 - 20:54

» [Les différentes écoles] Ecole Courbet à Marseille
par dansie Mer 17 Jan 2018 - 20:53

» LANN-BIHOUÉ (B.A.N.)
par FRIEH Gérard Mer 17 Jan 2018 - 19:52

» [CAMPAGNES C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par loulou06000 Mer 17 Jan 2018 - 18:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Mer 17 Jan 2018 - 10:55

» BÉARN (PA)
par prenat jean-claude Mar 16 Jan 2018 - 19:45

» TOUSSUS LE NOBLE (B.A.N)
par NEHOU Mar 16 Jan 2018 - 18:10

» [ Blog visiteurs ] En quoi consistait l'exercice semi-colonne ?
par Invité Mar 16 Jan 2018 - 16:42

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du FUSCO NAVARRO Jean-Luc dit l'INDIEN
par navarrolindien Mar 16 Jan 2018 - 15:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades corvette Aconit de 75 à 79
par Marc RAYNAUD Mar 16 Jan 2018 - 14:10

» [ Divers frégates ] F 712 COURBET
par Charly Mar 16 Jan 2018 - 13:35

» LE PICARD (ER)
par duvet Mar 16 Jan 2018 - 7:28

» ARCHIMEDE
par COLLEMANT Dominique Lun 15 Jan 2018 - 23:36

» ARGONAUTE
par COLLEMANT Dominique Lun 15 Jan 2018 - 23:17

» SULTANE
par Marco-56 Lun 15 Jan 2018 - 19:14

» [ Blog visiteurs ] LE Bâtiment HYDROGRAPHE LE LAPEROUSE
par Charly Lun 15 Jan 2018 - 18:23

» VAUQUELIN (EE)
par DSM 57 Lun 15 Jan 2018 - 17:21

» LE VENDÉEN (ER)
par Tinto Lun 15 Jan 2018 - 16:20

» ÉCOLE D'INFIRMIERS
par Naphtaki Lun 15 Jan 2018 - 15:26

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE MAILLÉ BREZÉ
par Daniel DION Lun 15 Jan 2018 - 12:38

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 15 Jan 2018 - 10:15

DERNIERS SUJETS


CHELIFF (LST)

Partagez
avatar
loulou06000
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 63
Électronicien d'armes NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par loulou06000 le Sam 11 Nov 2017 - 22:50

bon retablissement Naphtaki, nous sommes toujours preneurs des bonnes anecdotes de notre jeunesse
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Dim 12 Nov 2017 - 18:16

Bonjour à tous.

( Dans mon premier post, j'ai oublié de vous dire que j'habite à 15 mn de voiture de l'ancien CFM Hourtin et que je fais souvent de la voile dans ce coin. Je repense alors à tous ces jeunes bleusailles, dont j'ai fait partie, qui ont vécu là et qui seraient tristes de voir dans quel état il est maintenant, "vieux navire" échoué au bout du lac!)
Spoiler:
Avant d'embarquer sur le CHELIFF.
Nous étions trois, un Maître et deux QM, à descendre du DC8 d'UTA à Faa très tôt le matin en ce début Mai 1967 après un voyage mouvementé et compliqué à cause du Boeing 707 d'Air France qui est tombé en panne d'hydraulique et a été dépressurisé au dessus du Canada...Masques à oxygène le temps de la descente et déroutement vers Seattle où la piste avait été (heureusement) rallongée pour faire les essais des nouveaux 747, atterrissage au milieu des camions de pompiers et roulage interminable par manque de freins jusqu'au bout de la piste...Pulsations cardiaques à 180, en position de sécurité, pieds calés à fond contre le siège de devant (pour freiner bien sûr) !!.
C'était mon baptême de l'air, j'ai été servi ! En première classe, il y avait Orson Welles, çà nous aurait fait une belle jambe si on s'étaient crashés, il n'y en aurait eu que pour lui dans les journaux !!
Après passage à la douane où les agents ne devaient pas aimer les "Frenchies" tellement ils étaient désagréables, nous avons subi une longue attente. On nous a mis ensuite dans un avion Américain pour Los Angeles. Nous n'avons donc pas pu visiter Disneyland comme l'ont fait d'autres camarades avant de rejoindre Papeete.
Ma première impression de Tahiti a été de sentir l'odeur des fleurs qui flottait dans l'air chaud du matin et la pancarte "A Tahiti le vouvoiement et le pourboire n'ont pas cours". (Je me demande si elle est toujours là...).
Ma première corvée à Papeete en attendant d'avoir mon affectation a été d'aider à mettre le cercueil d'un suicidé dans une caisse plombée pour envoi en métropole. Comme tout le monde, je pensais être arrivé au "paradis sous les cocotiers", aussi j'ai été un peu troublé...
Enfin, j'ai embarqué sur le BDC ARGENS à Papeete comme QM2 infirmier. J'ai tout de suite été mis au parfum, je n'étais qu'un "bras cassé". Mon séjour sur le CHELIFF me prouvera que c'était en partie faux.
N'ayant pas grand chose à faire sur l'ARGENS, j'ai été nommé "tenancier" de la coopérative. J'en ai été moi-même étonné et je suis sûr que peu de marins le savent, l'homme de la coop touchait officiellement un petit pourcentage sur les ventes. Peut-être est-ce toujours le cas, je ne sais pas. L'administrateur en était un aspirant mais je ne sais pas s'il touchait aussi. Toujours est-il qu'à l'infirmerie je poussais à l'achat de préservatifs tous les blessés aux doigts pour protéger leur pansement des salissures, c'était plus efficace que le sparadrap et çà me rapportait. (Je suis en train de penser qu'en faisant çà, je me préparais déjà à ma vie future sur le CHELIFF, vous verrez pourquoi plus tard !).
L'ARGENS a vite quitté Papeete pour Muru d'où il ne sortait que pendant les tests nucléaires. Lors d'un de ces tirs, j'ai été employé en tant que "bras cassé" à la transcription sur un grand plexiglass de la position du nuage et des retombées. C'est ainsi que j'ai su que nous étions passés par erreur sous les retombées. Le chien du bord était resté dehors, il a été décontaminé en même temps que le bateau. Il n'est pas mort de çà mais d'une pneumonie après avoir sauté en plein hiver dans le port de Cherbourg quand le bateau est rentré en métropole. Le pauvre se croyait à Papeete et son eau chaude...
Après les tirs, nous rentrions à Muru où nous étions autorisés à nous baigner et à faire du ski nautique avec le canot du pacha...du grand n'importe quoi dont nous n'avions même pas conscience !
Je suis sûr que c'est sur l'ARGENS que j'ai dû être exposé car le CHELIFF ne restait jamais longtemps à Muru et naviguait loin de là.
A la mi-Juillet 67, le bateau devant rentrer en métropole, j'ai été débarqué et remplacé par un QM2 infirmier que j'avais connu à l'hôpital de Rochefort. (c'est toujours un ami qui vit à La Rochelle et qui a développé il y a 10 ans une tumeur très dangereuse qui a bien failli le tuer et qui est sur la liste des maladies radio-induites...).
J'ai alors rejoint le LST CHELIFF à Papeete dans un avion très particulier et même spécial !
Vous saurez très bientôt pourquoi.
A plus tard.
Michel GUE


Dernière édition par Naphtaki le Dim 12 Nov 2017 - 19:54, édité 1 fois
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 72
Radio NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Noël Gauquelin le Dim 12 Nov 2017 - 18:42

Toutes ces anecdotes sur la marine du Pacifique sont très instructives et intéressantes !
Sur le De Grasse, nous étions bien loin de tout ça mais quand j'étais affecté au contrôle TER et que je faisais le contrôle des installations radio de tous les navires de la zone, j'en profitais pour en apprendre beaucoup sur leur travail .



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par marsouin le Dim 12 Nov 2017 - 19:23

Eh bien Naphtaki... Que d'aventures et mésaventures
J'aime bien le préservatif à l'index lol!
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Dim 12 Nov 2017 - 19:52

Le préservatif sur le doigt était quand même fixé à la base par un sparadrap, il ne faut pas croire qu'ils étaient de taille Ouistiti !!!
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Mar 14 Nov 2017 - 18:15

Bonjour à tous,

Bienvenue sur le CHELIFF

Le 15 Juillet 67, je suis donc débarqué du BDC ARGENS à Muru et je dois rejoindre le CHELIFF qui se trouve à Papeete.
Pour faire le voyage, je suis embarqué sur un DC 6 qui vient d'arriver.
Jusque là, rien d'anormal.
Je monte à bord après avoir donné mon sac à quelqu'un qui me le demande et je m'installe dans la cabine, à ce moment entièrement vide.
Alors que je suis encore tout seul, un homme en tenue de vol arrive de l'avant de l'avion en passant un rideau de séparation.
Il m'explique que nous ne sommes que deux passagers et que le deuxième est un amiral, qu'il se trouve derrière le rideau que je ne dois pas passer...
Vous imaginez ma surprise, 80% d'un avion uniquement pour moi, petit QM2, avec plus de place qu'un amiral !
Spoiler:
Les moteurs sont mis en route et nous décollons.
Je ne sais plus par quel hublot regarder, ils sont tous à moi !
Nous faisons une courte escale à Hao sans que je sache pourquoi, personne ne vient me voir...!
Je peux à loisirs admirer les atolls que nous survolons et l'atterrissage à Papeete.
Super vol !
Une Jeep et son chauffeur m'attendent à Faa et me conduisent à Fare Ute où je vois le CHELIFF pour la première fois.
Vu de l'extérieur, il me semble âgé mais en bon état, mais le choc est pour moi quand je pénètre à l'intérieur et que je découvre les aménagements...
L'état des lieux a été très bien décrit par Roger Tanguy, je ne vais donc pas en remettre une couche, il vous suffit de remonter à ses posts.
A ce moment, je suis devenu le Xème "toubib" ou "Taote" du CHELIFF.
Je n'ai pas rencontré mon prédécesseur, pas plus ensuite que mon successeur 10 mois après.
S'ils se reconnaissent sur ce forum, je serais heureux de les connaître.
Curieusement je n'ai aucun souvenir du "poste équipage" que Roger décrit, sauf qu'il était à l'arrière bâbord et pourtant j'ai dû y vivre pendant deux mois et demi jusqu'au 1er Octobre 67, date à laquelle j'ai été promu QM1.
Mais je me souviens parfaitement des chiottes à la turque ouvertes sur la coursive qu'utilisaient aussi les QM1 puisqu'il n'y avait rien d'autre.
Je rajouterai au commentaire de Roger que les clapets anti-retour de certaines des cuvettes de WC étaient morts et que par grosse mer, l'eau salée remontait de temps en temps brusquement à chaque lame qui cognait la coque...
Il y avait alors de l'eau salée plein la coursive et je ne me souviens plus par où elle était évacuée.
Au début, comme l'a bien expliqué Roger, les nouveaux étaient choqués mais l'être humain s'habitue à tout et nous ne faisions assez vite plus attention à cet inconfort.
Inimaginable de nos jours...!
Par contre, je me souviens bien du poste des QM1.
Il était situé à l'arrière tribord mais ne devait pas être aussi en arrière que le poste équipage car je n'ai jamais souffert du bruit de l'ancre arrière en mer que signale Roger.
Mais il devait se trouver au dessus d'un des deux arbres d'hélice car, par gros temps, quand celle-ci battait trop en surface entre les lames, nous ressentions de fortes vibrations.
Quand nous naviguions face à la forte houle, l'étrave cognait et tout le bateau se mettait à osciller comme un métronome, nous faisant bouger dans le poste comme en avion dans les perturbations.
Pendant un coup de vent et mer forte, il m'est arrivé de penser qu'il allait se casser en deux et j'ai mis mon appareil photo et mon porte- feuilles dans un sac étanche...
Le poste des QM1 était beaucoup plus petit que celui dit "de l'équipage" mais il était équipé des mêmes bannettes qu'a décrites Roger, sur trois niveaux, avec une table au milieu.
Il n'y avait évidemment pas de climatisation et pas de hublots aussi il faisait une chaleur terrible même la nuit.
Je me souviens d'un camembert, qui, stimulé par cette atmosphère, se sauvait de sa boîte...!
Il y avait encore à cette période des QM1 avec plus de 10 ans de service, 2 chevrons rouges et 1 jaune et une casquette à la place du bachi.
Nous en avions un dans le poste qui buvait du rouge au petit déjeuner dans sa moque à la place du café...
Assis à la table, on avait les pieds de ceux qui étaient dans la bannette du milieu à hauteur de figure.
Un soir, j'étais assis à la table avec des camarades et j'avais les pieds du chouf en question derrière ma tête.
Comme il avait l'air de roupiller fort, quelqu'un a demandé s'il n'était pas dans le coma.
Pour le savoir, il suffit de prendre le manche d'une cuillère par exemple, et de le passer sur la plante d'un pied de bas en haut.
C'est ce que j'ai fait... le chouf s'est levé d'un coup, a chopé un couteau et a commencé à me courser dans le poste en gueulant.
J'étais plus agile que lui et les camarades l'ont calmé, mais j'ai toujours eu l'impression qu'il m'en a voulu longtemps.
A plus tard.
Michel GUE


Dernière édition par Naphtaki le Jeu 18 Jan 2018 - 17:03, édité 2 fois (Raison : Erreur détail)
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par marsouin le Mar 14 Nov 2017 - 18:35

Quelles aventures
Et l'amiral, il avait combien d'étoiles
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Mar 14 Nov 2017 - 18:38

Je ne l'ai jamais vu !
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par marsouin le Mar 14 Nov 2017 - 18:57

Amiral incognito... Normal, c'était le second passager après le QM2
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Ven 17 Nov 2017 - 18:30

Bonjour à tous,

L'infirmerie du CHELIFF

L'infirmerie se trouvait dans la coursive tribord, dans la coque, en avant du poste des QM1 si ma mémoire est bonne, approximativement derrière le 6 du numéro de coque.
On pouvait la repérer facilement car elle était équipée d'un climatiseur dont la partie arrière donnait dans la coursive et y répandait de l'eau de condensation, ce qui fait que le coin était toujours mouillé.
Son local avait la taille de trois grands placards mais comprenait beaucoup de rangements, suffisants pour stocker les produits et le matériel et pour y installer un patient couché.
Elle était donc équipée d'un climatiseur car il faisait très chaud derrière la muraille de la coque sans hublots, et les produits stockés se seraient détériorés sans air frais.
Je pense que c'était aussi pour protéger les malades ou les blessés pendant leurs soins.
En fait, je ne sais pas s'il y avait un autre climatiseur dans le bateau, je pense que j'avais le seul.
Les officiers avaient leur logement dans le château avec des hublots et je ne me souviens plus si les OM qui logeaient dans la coque tribord en avaient un.
Le matériel était très complet, j'avais même des daviers pour arracher les dents, ce que je n'aurais jamais pu faire, n'étant pas formé à ce geste et ne disposant pas d'anesthésique local, réservé à l'usage des seuls médecins...
J'avais un stérilisateur Poupinel car le matériel médical n'était pas encore à usage unique comme maintenant, un lavabo et une table d'examen.
Ce local avait une particularité, il était infesté de blattes de 15 mm de long que l'on ne voyait jamais quand la lumière était allumée.
Je faisais régulièrement une désinsectisation avec un appareil spécial et à chaque fois, je ramassais des centaines de blattes mortes.
Je n'exagère pas, mon souvenir est très précis, on ne voyait plus le sol tellement il y en avait...!
Je pense que certaines autres parties du bateau étaient aussi envahies mais que cela se voyait moins en l'absence de désinsectisation.
Je pense à la boulangerie ou aux cuisines, c'est impossible qu'il n'y en ait pas eu aussi dans ces locaux où il y avait de quoi manger pour ces petites bêtes...

L'infirmerie du LST CHELIFF.



A plus tard.
Michel GUE
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par marsouin le Ven 17 Nov 2017 - 19:12

Oh ! là là ! Quelle infirmerie
Mais oui, ces blattes grillées sont comestibles et protéinées
Au moins avec la clim le patient était au frais
Tant qu'il ne passe pas au frigo
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Ven 17 Nov 2017 - 19:44

Au sujet du patient au frigo, ça a failli arriver...à suivre prochainement.
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par marsouin le Ven 17 Nov 2017 - 20:21

Cheliff fait moi peur
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Dim 19 Nov 2017 - 11:47

Comme je suis très curieux, j'ai cherché à savoir qui est caché derrière le pseudo "marsouin" et j'ai trouvé en fouillant sur le forum.
Marsouin, çà me fait drôle de te tutoyer mais tout le monde est assis sur la même partie de son corps et la radioactivité ne tenait pas compte de la couleur des épaulettes...la maladie non plus. Nous étions tous dans le "même bateau". J'apprécie ton sens de l'humour, aussi je te serre la pince avec émotion et amitié.
Michel GUE
avatar
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Charly le Dim 19 Nov 2017 - 12:52

Merci à tous pour vos photos et témoignages ,
un vrai plaisir ces sujets "Marine" qui sont un des
1ers objectifs du forum ACB notre chère "Marine Nationale".




OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Dim 19 Nov 2017 - 17:57

Les activités du "Toubib" sur le CHELIFF

Ce passage intéressera les infirmiers qui n'ont jamais été embarqués sur ce type de navire.
Les BDC et LST ayant moins de 100 membres d'équipage étaient dépourvus de médecin au CEP. Ce n'était pas un problème quand ces navires stationnaient longtemps sur les sites tels que Papeete, Muruora ou Hao pourvus d'un hôpital ou d'une infirmerie avec un médecin qui pouvait être consulté.
Spoiler:
Mais dès qu'une de ces unités s'éloignait de ces centres médicaux, l'infirmier du bord était seul pour soigner l'équipage. Certains de ces bateaux ne faisaient que des traversées de port à port et ne restaient pas très longtemps en mer. Ce n'était pas le cas du CHELIFF qui partait de Papeete pour de longues campagnes d'acheminement et de débarquement de matériel sur des atolls ou des îles éloignées de plus de trente heures de navigation par beau temps. Trente heures, c'est beaucoup dans certaines situations d'urgence. De plus, les hélicoptères ne pouvaient pas survoler l'océan sur de telles distances. Pire, en plus des +/- 70 membres d'équipage, nous transportions souvent des légionnaires, ce qui augmentait considérablement le nombre de personnes à bord et le risque d'avoir un gros problème de santé ou d'accident.
Le chef direct de l'infirmier était l'officier en second qui, la plupart du temps, n'avait aucune compétence en matière de médecine.
Si je ne me trompe pas, il me semble bien que le CHELIFF a navigué ou était ailleurs que sur un site disposant d'une unité de soins pendant 7 mois sur 10. C'est donc avec une certaine appréhension que je vivais chaque départ.
La plupart du temps j'avais des "bobos" à traiter, les plus graves étant des plaies des arcades sourcilières (chez les nouveaux qui passaient mal les portes étanches) que je recousais sans anesthésie locale puisque je n'étais pas médecin et donc n'en disposais pas.
Après 2 années passées au bloc opératoire de l'HM Rochefort, je n'avais pas de problèmes pour le faire bien. Mais un jour, j'ai eu à recoudre un camarade qui s'était ouvert tout le dessous de la verge sur une aspérité métallique en descendant à poil de sa bannette! Celà va en faire rigoler certains mais pas moi car il s'agissait de faire une suture en plusieurs plans sans provoquer de tensions qui l'auraient gêné en érection et aurait nécessité une intervention chirurgicale postérieure. Il va sans dire que le gars ne bandait pas pendant l'opération !! Il m'a confirmé ensuite que tout fonctionnait très bien! Comme c'est un cas vraiment très spécial, il pourra se reconnaître sur ce forum s'il le lit.
N'étant pas contrôlé en mer par un médecin, je devais rendre des comptes pour les cas les plus graves dès que nous arrivions sur un site médicalisé. J'appelais çà "passer au rapport" et je ne savais pas à l'avance si on serait content de moi ou pas...

Parmi d'autres, trois exemples:

- J'ai eu à faire des injections intramusculaires journalières à un officier subalterne pour un traitement qui lui avait été prescrit. Il refusait de descendre à l'infirmerie et j'étais obligé de monter au "château" pour lui faire. J'ai fait l'erreur de préparer mon matériel dans l'infirmerie et de me balader avec dans les coursives. Fatalement la seringue a été souillée un jour malgré mes précautions et a provoqué un abcès important, aggravé par la chaleur et il a dû être hospitalisé... J'ai été convoqué à l'hôpital de Papeete par le médecin chef pour m'expliquer et je peux vous dire que je n'en menais pas large, c'était quand même une faute grave...! Hé bien, j'ai été blanchi car l'officier devait accepter de descendre à l'infirmerie. Incroyable ! C'est le seul abcès que j'ai provoqué en 45 ans de carrière militaire et civile avec des milliers d'injections, mais quand même un de trop pour ma fierté personnelle...

- Nous sommes en mer, peu de temps après avoir quitté les îles Gambier avec un contingent de légionnaires, la diffusion du bord appelle d'urgence le "QM infirmier chez l'officier en second". L'officier m'explique qu'il y a un blessé grave chez nos passagers et qu'il faut que je me débrouille pour le maintenir jusqu'à notre arrivée à Muru...
Montée de stress pour moi... Le blessé est un légionnaire que je trouve allongé dans la coursive bâbord, entouré des ses camarades, et qui présente une belle tache de sang sur sa chemise au niveau de l'abdomen.
Visiblement, il est bourré et dès que je m'approche de lui, il me menace méchamment. Sans doute que pour lui, un légionnaire est mort ou vivant mais jamais malade! Appelé, le bidel (super sympa) et quelques hommes l'immobilisent pour que je puisse l'examiner.
Je constate qu'il a une plaie qui saigne au milieu d'un gros hématome au niveau de l'abdomen... Pas rassurant, il peut avoir une hémorragie interne par la même occasion! J'apprends vite qu'il a reçu un coup de couteau et je me fous de savoir par qui et pourquoi, c'est l'affaire de la PM...Moi, ce qui me fout la trouille, c'est que nous sommes à au moins 24 heures de mer de Muru où il y a un bloc opératoire. De plus, le bateau roule pas mal et il fait chaud dans ce poste. Comme tous mes collègues infirmiers de cette période, je n'ai aucun protocole, il faut que j'improvise avec ce que j'ai appris à l'école (un peu), au bloc opératoire (beaucoup). Donc je vous passe les détails: patient à jeun strict, voie veineuse pour hydratation, antibiotiques, antalgiques, glace sur l'abdomen etc...Le saignement s'étant tari et le patient (dégrisé) semblant aller bien, je reprends confiance et nous revenons à Muru où le gaillard est hospitalisé. Je suis invité à assister à l'intervention pendant laquelle le chirurgien se retourne soudain vers moi et m'interpelle pour que je m'approche: "tu vois, voici la rate, la lame est passée très près, si elle avait été touchée, tu mettais ton bonhomme au frigo !". En même temps il me confirme que j'ai bien travaillé.
Je suis rentré à bord heureux. (Et maintenant, je me dis "bras cassé oui, mais pas que...!")

- Le CHELIFF est à son poste à Fare Ute à Papeete. Un matelot mécanicien vient me montrer son oeil. Il travaillait sur un tour (ou une autre machine, je ne me souviens plus) quand il a reçu un éclat de métal dans l'oeil. En effet il a un commencement de conjonctivite et il souffre. Je l'amène, comme prévu quand nous sommes près d'un médecin, à la consultation de Fare Ute. Là, le médecin (de mauvais poil...) l'examine vite et nous renvoie avec une prescription de collyre. Le lendemain matin, le patient revient me voir, il souffre terriblement et son oeil est fermé. Je ne veux pas revoir le toubib d'hier qui avait l'air de ne pas prendre au sérieux ce problème. Je demande une jeep et un chauffeur et nous partons à l'hôpital militaire, service ophtalmo. Là, le spécialiste examine mon gars et le fait hospitaliser d'urgence car il risque de perdre son oeil à cause d'une grosse plaie de la cornée.
Après quelques jours, il revient à bord, il va bien. Par contre, le toubib de Fare Ute a dû se faire souffler dans les bronches par l'ophtalmo car je suis convoqué chez le médecin chef de l'hosto qui me sermonne parce que je n'ai pas suivi la voie hiérarchique pour la deuxième consultation...mais qui me félicite aussitôt pour avoir sauvé l'oeil de mon patient !
Je suis rentré à bord heureux ! ("bras cassé oui, mais pas que...!")

A plus tard.

Michel GUE





Dernière édition par Charly le Dim 19 Nov 2017 - 20:31, édité 1 fois (Raison : Mise en place du spoiler - La fonction SPOILER permet de mettre un texte très long dans un post, sans que cela allonge le déroulé des pages.)
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 72
Radio NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Noël Gauquelin le Dim 19 Nov 2017 - 18:42

Naphatki, on n'est pas loin de "la bite et le couteau" ! En tout cas, bravo pour ton sang froid et ton professionnalisme.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
COLLEMANT Dominique
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
Mécanicien NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par COLLEMANT Dominique le Dim 19 Nov 2017 - 19:01

Grande responsabilité des infirmiers dans ces moments là .....
CHAPEAU.....



   
Maître Principal mécanicien Collemant , dit "Bill" dans la sous-marinade / Membre de la section A.G.A.S.M. "Espadon" du Havre / Membre du M.E.S.M.A.T. de Lorient .
avatar
jean claude monzie
QM 1
QM 1

Age : 71

Re: CHELIFF (LST)

Message par jean claude monzie le Dim 19 Nov 2017 - 19:57

salut bravo l'infirmier chouf et non médecin il faut le faire
respect
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par marsouin le Dim 19 Nov 2017 - 20:28

Oui, le Chouf du Cheliff
On pourrait en faire une série télé du genre MASH Mobile Army Surgical Hospital
avatar
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 63
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Charly le Dim 19 Nov 2017 - 20:36

Super, bravo et merci Naphtaki.




OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 69
Secrétaire NON Interprète

Re: CHELIFF (LST)

Message par Roger Tanguy le Dim 19 Nov 2017 - 22:12

Salut Michel. Je me régale à te lire, me voilà à nouveau à bord du CHELIFF. C'était le bon temps, celui où nous n'avions pas encore 20 ans. Je me demandais quel grade tu avais, QM2, QM1 ? Je me souviens bien de toi (et de ton harpon - Desachy et toi étiez quand même deux fêlés !) mais je n'avais pas le souvenir de t'avoir vu dans notre poste équipage. QM1, voila l'explication. J'ai ici un voisin, ex-qm2 électricien du Chéliff. Par le plus grand des hasards, originaires de coins différents, nous sommes tous les deux mariés à une fille du même patelin. Les deux filles étaient à l'école ensemble. Fatalement, nous devions nous revoir. J'attends avec impatience la suite de tes récits. Dans ton domaine, il y a celui qui avait les roupettes comme un ballon de handball après avoir pris un coup de pied dans les joyeuses (à Raiatea ?), ou le baleiner qui avait reçu un lot de tôles ondulées sur la jambe (et là nous étions une fois de plus bien loin d'un centre hospitalier).
Souvent, lorsque l'on me parle des médecins d'aujourd'hui, pensant particulièrement à toi, je cite les infirmiers de la marine, seuls sur un bateau au milieu de nulle part, pas bacheliers ++, qui étaient tout aussi capables, bien plus capables même dans bien des circonstances.
Vite, la suite !



avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Lun 20 Nov 2017 - 12:05

Infirmiers dans la "Royale"
(Je fais une petite diversion par rapport au sujet LST CHELIFF, j'espère que l'officier en second ne m'en voudra pas, je reviendrai vite dans le droit chemin au prochain post, c'est juré.)

Bonjour à tous,

Je suis très étonné, ému et ravi, parce que le récit (parcellaire) de mon expérience des activités d'un infirmier embarqué sans médecin sur un navire de la "Royale" a déclenché de nombreuses réponses de votre part. Je vous en remercie. Mon expérience est celle de nombreux collègues dans la même situation qui ont sûrement vécu des situations similaires, peut-être même pires...
Vous devez savoir que notre BE Infirmier n'a pas été aussi facile à obtenir que ce que l'on pourrait croire ou ce que nous en disons. J'ai retrouvé mes cahiers de cours de L'HMI Ste Anne à Toulon et je suis étonné de ce que nous avons appris en 6 mois, j'avais oublié.
Nous étions très jeunes, 18 ans pour moi, et nous étions dès le début mis en situation dans les services mais nous ne pouvions toucher aux patients que quand nous avions fait la preuve que nous étions prêts. En attendant, nous faisions le travail d'aide soignants, les lits, les pots de pisse, j'en passe et des meilleures...! Nous étions avertis par nos instructeurs "Un infirmier dans la marine doit savoir tout faire, sinon il s'en va piquer la rouille !".
J'ai le souvenir très clair d'un camarade élève d'origine africaine qui nous a dit un jour, très sérieusement: " Avec le BE, vous serez toujours infirmiers, moi quand je rentrerai au pays, je serai ministre de la santé"...! J'espère qu'il n'a pas été fusillé depuis...!!
Après le BE, nous étions envoyés en priorité dans les hôpitaux pour acquérir de l'expérience dans diverses spécialités. On ne pouvait pas choisir mais j'ai eu la chance de rentrer au bloc opératoire de l'HM Rochefort.
C'est dommage, je n'ai pas trouvé de page de ce forum sur cet hôpital et pourtant il y a de quoi raconter.
A la fin de mes souvenirs, je vous raconterai pourquoi je n'ai pas rempilé (à regrets) après mes 5 ans qui se sont mal terminés, selon moi, "victime" de certains (vieux) membres du Bureau militaire de cet hôpital, à cause d'un contentieux entre eux et les membres du bloc opératoire. Regardez la fin de mes états de service et vous pourrez deviner ce qui m'est arrivé !! C'est ce qui s'appelle "tomber de charybde en scylla!!" ou comment me dégoûter à jamais de l'armée...Cà m'a passé un peu ensuite mais c'était trop tard. En attendant, la marine a payé ma formation qui a surtout bénéficié à d'autres institutions qui n'attendaient que çà...!
A bientôt.
Michel GUE

avatar
Naphtaki
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: CHELIFF (LST)

Message par Naphtaki le Lun 20 Nov 2017 - 18:18

Je réponds au post de Roger.
En effet, j'aimais beaucoup la chasse sous marine et j'avais un harpon polynésien qui était extrêmement dangereux parce que très puissant, avec une longue flèche très fine et donc très pénétrante et surtout totalement dépourvu de sécurité. Je ne sais pas si c'est encore autorisé de nos jours... Le maître Desachy était un champion par rapport à moi car il descendait très profond, ce que je ne pouvais pas faire à cause des douleurs dans les oreilles. De plus il tirait les requins, ce que je n'ai jamais osé faire, c'est donc lui qui devait avoir des morsures sur son arme. J'ai des ailerons de "pointes blanches", exécutés par lui, dans ma vitrine de coquillages et coraux.
En fait nous ne chassions qu'aux Gambier quand nous étions beachés à Rikitea parce qu'il n'y avait pas encore de Ciguatera,( intoxication alimentaire liée à une toxine qui se concentre dans la chair de certains poissons qui vivent dans le monde corallien qui a été dégradé.)
Le risque a été ensuite plus important à cause des travaux de la piste de Totegegie qui ont détruit beaucoup de corail.
Le commandant nous autorisait à partir avec une baleinière jusqu'à Aukena à 6 miles, où les fonds étaient magnifiques. Mais nous étions plus de deux, il y avait d'autres camarades et aussi des dockers tahitiens du bord. Un jour, nous avons subi un coup de vent de face avec notre baleinière et nous avons dû nous réfugier sur l'île d'Aukena, (voir sur Google map) mais comme il a fallu quand même rentrer, nous avons eu beaucoup de mal à le faire. Aussi, nous avions ensuite demandé et obtenu un LCVP, plus puissant. Le pacha était quand même sympa!
Nous ramenions le poisson à bord et tout le monde pouvait en profiter. Maintenant, je me dis que c'était dommage de tuer tous ces beaux poissons, ma conscience écologique a heureusement évolué.
Roger, tu as des souvenirs que je n'ai plus (ou pas). Peut-être est-ce dû au fait que tu es arrivé sur le CHELIFF le 17/10/67 alors que j'y étais depuis le 15/7/67, promu chouf le 1/10/67.
J'ai ensuite quitté le bord le 7/5/68, tu as donc dû y rester après moi et tu as des souvenirs liés à mon successeur, que je n'ai jamais connu.


A Aukena sur le LCVP. Qui se reconnait ?
Moi je suis derrière le docker tahitien en bas. Je ne vois pas le patron Desachy, peut-être à la barre ou derrière l'appareil photo ?
A Rikitea, retour de chasse. A gauche, au pieds du camarade à la machette, le stock de poissons.
Put..., je n'étais pas gras !!

Roger, je vois que tu es connecté !
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 69
Secrétaire NON Interprète

Re: CHELIFF (LST)

Message par Roger Tanguy le Lun 20 Nov 2017 - 19:11

Effectivement je suis en ligne.

Pour ce qui est de l'hôpital militaire de Rochefort, je t'invite à lire la rubrique Rochefort ville d'art et d'histoire initiée par Francis 17. On y trouve quelques messages sur l'hôpital et peut-être que tu pourras les compléter.

Quant à la photo ci-dessus, je reconnais, de vue, 3 ou 4 pèlerins sans pouvoir remettre un nom avec certitude sur les visages. Il me semble reconnaitre le QM1 fusil Barragan.

J'ai aussi été à Aukena pêcher les 7 doigts. Nous en avions ramenés une cargaison.

Spoiler:
Les marins pêcheurs les avaient mis à pourrir dans un sac au bout d'un bout qui pendait sur la poupe. Ce bout nous a servi à rentrer à bord, après un peu de nage nocturne pour y accéder, pour échapper à un officier de garde mal léché qui ne nous voulait pas que du bien. Que faire d'ailleurs ensuite de ces coquillages ? J'en ai mis un dans la caisse maritime d'un marin pêcheur appelé qui n'avait pas grand chose à y mettre. Pendant mes congés je me suis rendu ensuite chez lui. C'est ainsi que dans une vitrine j'ai encore ce "7 doigts".

Quand je parlais de "fêlés" c'est effectivement en souvenir de la chasse aux requins et aux morsures sur le fût du fusil.
Chez les choufs, il y avait donc du poisson au menu, en supplément. Chez les OM il y avait parfois du barracuda. A l'équipage, il n'y avait rien. Il ne fallait pas compter sur ma pêche ! Ce qui semble être un petit mérou est retourné à l'eau.

Les marins pêcheurs prenaient de la bonite à la traîne et la préparaient en poisson cru. Ils la mangeaient en petit comité. Ils m'invitaient dans leur local pour la partager avec eux. Il faut dire aussi que pour accompagner le poisson il y avait des "gâteries" de provenance inavouable et qu'il valait mieux qu'il n'y ait pas trop de monde au courant.

Je suis épaté par ton infirmerie. Je ne savais pas qu'il y avait à bord un endroit aussi "rutilant". Je n'ai jamais mis les pieds à l'infirmerie et j'ai quitté le Chéliff sans même passer de visite médicale au départ.


Dernière édition par Roger Tanguy le Mar 21 Nov 2017 - 14:05, édité 1 fois (Raison : spolier)




    La date/heure actuelle est Mer 24 Jan 2018 - 8:59