Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 714523 messages dans 14027 sujets

Nous avons 14391 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Ninou56

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [ Histoire et histoires ] HISTOIRE DE MES NAVIRES
par Noël Gauquelin Aujourd'hui à 22:41

» ÉCOLE DES FUSILIERS
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 19:38

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par Serge BAVOUX Aujourd'hui à 19:23

» LA CHARENTE (PRE)
par Bernard83 Aujourd'hui à 16:46

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 2]
par CREUSOT Etienne Aujourd'hui à 15:27

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 13:51

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par pluton69 Aujourd'hui à 13:37

» JAUREGUIBERRY (EE)
par LEGRAND Gilles Aujourd'hui à 13:35

» LE BOURGUIGNON (ER)
par KAROLL Aujourd'hui à 13:32

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades A.E Cdt RIVIERE 74/75 et Frégate TOURVILLE 77
par toutouss085 Aujourd'hui à 11:50

» LE BASQUE (ER)
par Michel Roux Aujourd'hui à 11:29

» LE VENDÉEN (ER)
par Gérard Bodo Aujourd'hui à 9:49

» [ Histoire et histoires ] LODUSKY MCCOWEN
par VENDEEN69 Aujourd'hui à 8:52

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par COLLEMANT Dominique Hier à 22:28

» [LES BÂTIMENTS DE SERVITUDES ] BSAH RHÔNE
par Jean-Marie41 Hier à 19:08

» LE NORMAND (ER)
par t.neveux Hier à 19:05

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Jean-Marie41 Hier à 19:04

» TONNERRE (BPC)
par passe plat Hier à 14:59

» CDT BOURDAIS (AE)
par Jean-Léon Hier à 11:58

» [Logos-Tapes-Insignes] RUBANS LEGENDÉS DE LA MARINE
par GALAUD CLAUDE Hier à 11:28

» [ LOGOS - TAPES - INSIGNES ] TAPE DE BOUCHE
par COLLEMANT Dominique Jeu 20 Sep 2018 - 22:18

» CASSARD (EE)
par COLLEMANT Dominique Jeu 20 Sep 2018 - 22:07

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par doubleloire Jeu 20 Sep 2018 - 20:56

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par VENDEEN69 Jeu 20 Sep 2018 - 20:29

» La spécialité de Radio
par larcher Jeu 20 Sep 2018 - 19:58

» FORBIN (EE)
par JJMM Jeu 20 Sep 2018 - 17:59

» SÉMAPHORE - LA CHIAPPA (CORSE DU SUD)
par Xavier MONEL Jeu 20 Sep 2018 - 17:26

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mer 19 Sep 2018 - 22:31

» RUBIS (SNA)
par BEBERT 49 Mer 19 Sep 2018 - 19:30

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par timoniersoum Mer 19 Sep 2018 - 19:04

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par marsouin Mer 19 Sep 2018 - 19:03

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par douzef Mer 19 Sep 2018 - 18:03

» ÉCOLE DES TRANSFILISTES - LA CRAU
par séité Mer 19 Sep 2018 - 17:27

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par JACQUES SOUVAY ou BILL Mer 19 Sep 2018 - 8:34

» [ Blog visiteurs ] Recherche d'anecdotes CC VIDON qui a commandé l’école des Transfilistes
par BACHELIER Mar 18 Sep 2018 - 22:47

» [ Divers - Les classiques ] Accident du Sous-marin FLORE
par CLOCLO 66 Mar 18 Sep 2018 - 21:39

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Mar 18 Sep 2018 - 13:47

» FORCES MARITIMES DU RHIN
par FLN-IA5 Mar 18 Sep 2018 - 6:29

» DIRECTION DU PORT TOULON
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Sep 2018 - 22:03

» [ Blog visiteurs ] recherche d'un ancien marin
par Invité Lun 17 Sep 2018 - 14:52

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par Pétunia Lun 17 Sep 2018 - 13:58

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Xavier MONEL Lun 17 Sep 2018 - 10:47

» [ MOYENS NAUTIQUES DE LA GENDARMERIE MARITIME ] A 789 MELIA
par PAUGAM herve Lun 17 Sep 2018 - 8:56

» [ Associations anciens Marins ] Parrainage de l'AMMAC d'Angers amiral Yann Bordier
par 3eme ligne Dim 16 Sep 2018 - 20:12

» LE BORDELAIS (ER)
par Bureaumachine busset Dim 16 Sep 2018 - 20:04

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 16 Sep 2018 - 17:55

» [ Histoire et histoires ] UN PARI STUPIDE
par garrigues gilbert Dim 16 Sep 2018 - 10:55

» [ Recherches de camarades ] Avis de recherche mousses promo 78]
par etchemaite Dim 16 Sep 2018 - 10:49

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Bureaumachine busset Ven 14 Sep 2018 - 23:18

» [Aéronavale divers] DC8 COTAM
par marsouin Ven 14 Sep 2018 - 21:15

» ALINDIEN
par Jean-Marie41 Ven 14 Sep 2018 - 19:51

» [LES B.A.N.] BERRE
par JJMM Ven 14 Sep 2018 - 18:11

» Charles de Gaulle Mission Héraclès 2001-2002
par Laurent Ven 14 Sep 2018 - 14:06

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos de l'Ajonc
par centime44 Ven 14 Sep 2018 - 13:32

» [ Divers bâtiments de servitudes ] BAA L9081
par salonais Ven 14 Sep 2018 - 8:55

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par VENDEEN69 Ven 14 Sep 2018 - 8:50

» CASSARD (FRÉGATE)
par dan83143 Jeu 13 Sep 2018 - 22:44

» [ Recherches de camarades ] BDC/PH TRIEUX campagne Tahiti 1981/1982
par PPIERRE Jeu 13 Sep 2018 - 21:03

» PAPA BOSCO par Joëlle sa fille
par Roger Tanguy Jeu 13 Sep 2018 - 20:22

» BATIMENTS ÉCOLE TYPE LÉOPARD
par Joël Chandelier Jeu 13 Sep 2018 - 18:52

» FLOTTILLE 22 F
par ranchet Jeu 13 Sep 2018 - 18:32

» MÉCANICIENS, ÉLECTRICIENS, SÉCURITARDS
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:26

» [Aéronavale divers] ÉTENDARD...
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:15

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par titagramme Mer 12 Sep 2018 - 17:30

» L'AGENAIS (ER)
par POMIE Mer 12 Sep 2018 - 16:03

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos du daphné 1929 1930
par Invité Mer 12 Sep 2018 - 15:29

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Mer 12 Sep 2018 - 13:53

» [ Recherches de camarades ] Recherche DELAFOSSE CFM Mimizan mai à juillet 1950
par Sealex83 Mer 12 Sep 2018 - 12:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Argens 67/68
par joel.ollivier Mer 12 Sep 2018 - 12:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du SNLE Foudroyant rouge 2P11 à2P19
par cucujean88 Mar 11 Sep 2018 - 21:51

» MEUSE (PR)
par COLLEMANT Dominique Mar 11 Sep 2018 - 21:41

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades BH La Boussole 64/65
par Momo Mar 11 Sep 2018 - 18:46

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par BEBERT 49 Mar 11 Sep 2018 - 16:54

» [ Blog visiteurs ] recherche photos de mon père
par centime44 Mar 11 Sep 2018 - 13:18

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Dives de 65/66
par joel.ollivier Mar 11 Sep 2018 - 10:27

» Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40
par LEBRIS Mar 11 Sep 2018 - 10:07

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades AE CDT BORY campagne Djibouti 86/87
par PPIERRE Mar 11 Sep 2018 - 9:56

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM Brest mai 68
par Sylvain Mar 11 Sep 2018 - 0:31

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par Jean-Léon Lun 10 Sep 2018 - 12:22

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DESTENABES Lun 10 Sep 2018 - 9:21

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Dim 9 Sep 2018 - 19:52

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Roger Tanguy Dim 9 Sep 2018 - 18:50

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par Franjacq Dim 9 Sep 2018 - 14:32

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Joël Chandelier Dim 9 Sep 2018 - 11:49

» [ Blog visiteurs ] Je recherche mon oncle RAYMOND NENERT
par Momo Dim 9 Sep 2018 - 10:13

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par Jean-Léon Sam 8 Sep 2018 - 0:34

» VAR (BCR)
par COLLEMANT Dominique Ven 7 Sep 2018 - 23:37

» [Les anciens avions de l'aéro] Le Vickers Supermarine Sea Otter
par Bureaumachine busset Ven 7 Sep 2018 - 21:32

» LA COMBATTANTE (PC)
par marsouin Ven 7 Sep 2018 - 17:25

» [ Recherches de camarades ] Recherche PM DELIGNE atelier 57mm du 1Colbert
par THOMAS HENRY Ven 7 Sep 2018 - 16:50

» LCT L9098
par GYURISS Ven 7 Sep 2018 - 10:17

» FLORE (SM) - Tome 2
par guena29 Ven 7 Sep 2018 - 9:21

» ESCADRILLE 4 S
par ranchet Jeu 6 Sep 2018 - 19:42

» [Associations anciens marins] C.H.A.N.-Nîmes (Conservatoire Historique de l'Aéronavale-Nîmes)
par guilloux Mer 5 Sep 2018 - 18:19

» AMIRAL CHARNER (AE)
par TRIGRAMME VDB Mar 4 Sep 2018 - 19:36

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mar 4 Sep 2018 - 0:42

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par TUR2 Lun 3 Sep 2018 - 21:38

» DUPERRE (EE)
par Bureaumachine busset Lun 3 Sep 2018 - 20:26

» [LES B.A.N.] LARTIGUE (ALGÉRIE)
par J-C Laffrat Lun 3 Sep 2018 - 15:44

DERNIERS SUJETS


Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Partagez
avatar
Jo
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 85
Infirmier NON

Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Jo le Dim 10 Oct 2010 - 9:21

Hier j'ai rédigé un message privé sur ce sujet mais il me semble bien qu'il ne soit pas parvenu à Robert. Puisque ces échanges nous permettent de rappeler nos souvenirs, j'en fait un nouveau sujet. Le Quinquina était en fait un apéritif ou un fortifiant pour les malades. Je me rappelle de la formule pour l'avoir pratiquée à la Pharmacie de l'Hôpital Maritime de ROCHEFORT : Vin (bon de préférence), teinture de quinquina, teinture d'écorce d'oranges amères, eau de fleur d'oranger et sirop de sucre, peut-être également un autre produit contenant du calcium ! Il y avait aussi le lait de poule et le jus de viande pour remettre en forme. Mine de rien tout cela était très efficace. C'est vrai comme il est dit dans les échanges que les infirmiers en profitaient bien[/justify.L'infirmier-major et ses adjoints étaient présents. Les adjoints pouvaient-être un Q/Mtre de 1ère classe de plus de 15 années de service. L'avancement était très lent pour les infirmiers de cette époque. Je peux citer quelques noms de Q/M : LE NENAN, RAT, MONTI, DAMANY, PRIGENT, MALEC ou MALBEC, AUTRAN ...
Les OMS et OM : SALLENAVE, BEAUREGARD, SOULARD, LE MEUR, LE PAPE, CAUVAIN, BOSSER, QUEMENEUR..L'OE1 DUCOS. Les Médecins : PERRUCHIO, TORRENTI, DELETRAZ, NICOL, SERRANNE, CAMPENON, CHABRILLAT en chirugie ; MARC, GOURMELON et LE GUIFFANT en radiologie ; ROTUREAU, LARROQUE et BERTRAC en Pneumo-phtisiologie ; MAHE et .. en Médecine ; AUTRIC et CARLI en ORL ; MENANTAUD en Bactériologie, RISGALLAH en Pharmacie; QUERMEUR Médecin Chef ou Directeur du Service de santé de l'Arrondissement. Un souvenir marquant en tant que jeune breveté : J'ai du sortir du local où je me rendais avec un document appelé : la situation des malades de mon service pour ne pas avoir salué le QM 1ère classe responsable de ce Bureau. On ne rigolait avec les jeunes de ce temps là mais je garde malgré tout de bons souvenirs et cela faisait partie de mon éducation sans doute ! Je me souviens aussi du père Petit coiffeur avec son accent charentais "e'fant' putain mon couillon" son drôle et sa drôlesse et ses cagouilles !!!
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par robert dupond le Mar 12 Oct 2010 - 9:52

Bonjour

j'ai bien reçu ton message ,j'ai répondu par M.P en te donnant mon adresse mail.(pour correspondre en direct)

Je suis heureux de savoir qu'en 1952 il y avait encore la distribution du Quinquina pour les malades et pour le soutien des Infirmiers !!

j'ai quitté Rochefort en Octobre 1948 pour l'Indochine ,nous n'avons pas pu nous connaitre .j'étais au service Dermato- Vénèro avec Monsieur Jean Durieux aussi patron du laboratoire.
Je me souviens de Monsieur Le Guiffant que j'avais rencontré sur le Cheliff à Saigon

l'officier des Équipages (3 galons )c' était son nom : TOUS.Je me souviens d'un homme sympa.

J'ai oublié les noms des autres, je le regrette,surtout du chef responsable du service dermato avec qui je m'entendais très bien ,il était originaire de Ile de Groix.

Merci pour ton message .
Amicalement





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
Nenesse
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 72
Manœuvrier NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Nenesse le Mar 12 Oct 2010 - 12:04

C'est vrai que le quinquina (infect au demeurant) était un "fortifiant" à l'honneur après guerre
dans les années 50/55 mon grand père Ouvrier de l'arsenal, ceci explique peût être cela, nous faisait faire une cure au printemp chaque année. Une bouteille de vin d'algérie , du Seneclause, il s'en servait un verre, comblait le vide par une fiole de quinquina acheté à la pharmacie, et dégustation obligatoire pour tous......
J'avais 8/10 ans....papa, disait ma mère tu ne vas pas donner ça au pitit, quand même' (a lire avec l'accent Brestois)...... Bah ça ne peut lui faire que du bien !
Total 65 balais, un tonnage !!!!, et un taux de Gamas GT j'vous dis que ça, mais jamais d'anémie.....



avatar
† Electron
QM 2
QM 2

Age : 80
NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par † Electron le Mar 12 Oct 2010 - 15:24

Et ne pas oublier le proverbe:
Bois ton quinquina t'auras pas de tracas !




"Le bon marin est celui qui connait les qualités et les défauts de son navire,ses réactions dans la tempête, et qui sait quel effort limite il peut lui demander"
                                              Alain Gerbault.
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par robert dupond le Mar 12 Oct 2010 - 16:18

Nenesse

Il est difficile de comparer le vin quinquina des hôpitaux de la Marine avec l'extrait de quinquina vendu dans les officines des pharmaciens ,je pense que tu veux parler de
"la Quintonine"? .Effectivement ça n'a rien à voir.

Tu sais bien que la quinine est extrait de l'écorce du quinquina le nom véritable de l 'arbre est
"cinchona " La quinine découverte en 1820 par Mrs.Pelletier et Caventon.

Pour soigner les fièvres il était reconnu que le quinquina avait des vertus thérapeutiques remarquables,il suffit de lire le traité thérapeutique du QUINQUINA par P. BRIQUET.édité par Victor Masson en 1853.(Peut-être possibilité d'avoir des photocopies par le musée de la médecine à Rochefort)
Je dispose de quelques formules pour fabriquer du vin de quinquina provenant du CODEX MEDICAMENTARIUS - Pharmacopée Française - de1884-
ausi et c'est le plus important du formulaire pharmaceutique des Hôpitaux de la Marine de 1914.
(Ministère de la Marine "service de santé "

En tout cas ,j'ai bu du Quinquina ...j'ai tenu le coup et encore maintenant à 81 ans ça va ..
j'oubliais aussi l'huile de foie de morue comme beaucoup à l'époque.





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
Nenesse
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 72
Manœuvrier NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Nenesse le Mar 12 Oct 2010 - 16:21

Bien sur Robert, c'était de la "Quintonine" le nom me revient maintenant.......boaf, c'était déguelasse quand même..



avatar
CHAMOT Marcel
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 90
Fusilier NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par CHAMOT Marcel le Mar 12 Oct 2010 - 18:26

Mais oui Robert nous avions le droit à l'huile de foie de morue, BBBBe, heureusement après il y avait le sucre.
Maintenant c'est du bon souvenir pour nous




avatar
Bagadoo
QM 2
QM 2

Age : 68
Commis équipage NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Bagadoo le Mar 12 Oct 2010 - 18:45

Je me rappelle bien de la quintonine, non pas pour en avoir bu dans la royale mais bien avant. Mon père faisait une cure après l'hiver et procédait comme indiquer plus haut. Achat d'un bon rouge d'Algérie, prélèvement d'un bon verre puis ajout de la fameuse quintonine. J'ai eu droit à quelques petits coups malgré mon jeune âge et cela ne m'a jamais nuit.

La pub de l'époque était " la quintonine donne bonne mine" : : :




  Le mieux est l'ennemi du bien.  
avatar
Jo
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 85
Infirmier NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Jo le Mar 12 Oct 2010 - 23:46

Il me semble qu'il n'est plus possible d'envoyer un message privé ou bien je ne me rappelle plus de la procédure pour l'exécution. Nous nous perdons quelquefois dans les méandres de ce site pourtant très bien, par ailleurs, et apprécié par beaucoup. Nous le voyons bien dans les commentaires et les observations de chacuns. Je voudrais dire à Robert que je n'ai pas vu pour l'instant son message privé.Donnez-moi le fil que j'ai peut-être perdu si quelqu'un comprend ma faille. J'ai vu les photos sur l'Ecole du service de santé de Bordeaux (les Navalais) et il me semble si j'ai bien compris que c'est encore à l'initiative de Robert. Je le félicite encore une fois pour cette excellente présentation ainsi que pour ses références sur le codex des médicaments très ancien et sur le formulaire pharmaceutique des hôpitaux de la marine.
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par robert dupond le Mer 13 Oct 2010 - 4:52

Si vous passez par Rochefort,il ne s'agit pas du Musée de la Marine ,il s'agit de la :

Bibliothèque et Musée de l'École de Médecine Navale de Rochefort
25 rue Amiral Meyer
17300 -Rochefort sur Mer

Face à l'hôpital Maritime c'est le bâtiment de gauche.

Profitez en aussi pour visiter le cimetière Marin (derrière l'hôpital,par l'Avenue de la gare)
Il faut prendre la clef au S.I de Rochefort (derrière la poste.)





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
jeanmarie83
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 68
Transfiliste NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par jeanmarie83 le Mer 13 Oct 2010 - 15:07

la legende raconte que se serai les jesuites qui aurait introduit la quinine tirée de l'ecorse d'un abre d'amerique latine
appelé a l'epoque "la poudre des jesuites" 15 ou 16 siecle


Dernière édition par jeanmarie83 le Sam 16 Oct 2010 - 14:34, édité 1 fois




avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par robert dupond le Mer 13 Oct 2010 - 17:30

Voila ou un verre de quinquina peut nous entrainer !!...
il suffit de taper sur google. j'ignorais le terme de "poudre des Jésuites"
comme quoi :vive internet ..



Histoire de la quinine dans la lutte contre le paludisme
Globules rouges parasités par le paludisme dans le placenta.
© IRD Photothèque / Cot, Michel
Anopheles gambiae : moustique vecteur du paludisme
Public Health Image Library
Gravure de quinquina
Quinquina à la station d'essais du mont Tonkoui, près de Man. (Côte d'Ivoire)
© IRD Photothèque / Boulvert, Yves

Le paludisme (ou malaria) est transmis à l'espèce humaine par un parasite, le Plasmodium, par le biais de moustiques (les Anophèles).

Le premier produit utilisé avec succès pour traiter les fièvres engendrées par le paludisme (ou malaria) est le quinquina, conséquence de la conquête espagnole de l'Amérique du Sud. En effet, les quinquinas sont un groupe d'une trentaine d'espèces d'arbres de la famille des Rubiaceae qui poussent sur le versant humide de la Cordillère des Andes, entre 1500 et 3500 mètres d'altitude, à l'état sauvage. A l'origine, ces régions montagneuses sont explorées par les missionnaires jésuites. Ceux-ci observent les traditions locales et constatent que les indiens absorbent contre les fièvres palustres une poudre de l'écorce d'un arbre, le quinquina.
Cette poudre sera exportée en Europe vers la fin du 16e siècle, sous le nom de poudre des jésuites. Son succès est dans un premier temps mitigé. L'assainissement des marais de Versailles, lors de la construction du château, déclenche des crises de paludisme. Quand le fils de Louis XIV, le grand dauphin de France, est guéri grâce à la poudre des jésuites, le roi fait publier un document concernant ce traitement par l'apothicaire royal. Malgré tout, les provenances, ainsi que les teneurs en principes actifs de cette poudre, sont encore inconnues.

C'est au 18e siècle que diverses expéditions se préparent, où Joseph de Jussieu récupèrera des échantillons de quinquina. Il fera décrire cette plante par Linné, qui créera le genre Cinchona. La description du genre lui même est le fruit du travail de deux botanistes, Ruiz et Pavon, partis pour le Chili à la fin du 18e siècle.

Cinchona officinalis, variété surtout utilisée pour les boissons, est très aromatique mais pauvre en principes actifs. Cinchona succirubra (quinquina rouge), à l'origine de la quinine, sera beaucoup plus largement exploité.

C'est en 1817 que Pelletier et Caventou, deux pharmaciens français, isoleront pour la première fois la quinine, à partir des écorces de Cinchona succirubra (quinquina rouge), ce qui permettra de peser la quantité exacte de médicament à donner aux malades par rapport à leur poids. Ce sera un succès commercial immédiat.

La quinine sera fabriquée et vendue vers 1830. La matière première provient de la côte ouest de l'Amérique du Sud, où les Indiens locaux sont employés par les Occidentaux lors d'expéditions de récolte des écorces. Cependant, l'exploitation de cette plante va vite poser des problèmes d'approvisionnement et causer d'importants impacts écologiques. Suite à une production accrue de quinine et donc à une cueillette excessive du quinquina, la raréfaction des ses populations commence à se faire sentir.

C'est un Français, Wedell, qui rapportera en 1837 des graines de quinquina rouge en France au Muséum national d'histoire naturelle, et les fera germer. Le Muséum distribuera ensuite des plants à diverses institutions botaniques européennes. Les problèmes de mise en culture du quinquina seront nombreux. En effet, il s'agit d'une espèce poussant en zones intertropicales humides et montagneuses (1000-3000 m). Les quinquinas poussant en dessous de ces altitudes sont dépourvus de quinine. Ceci est en relation sans doute avec la nécessité pour la synthèse par la plante de la quinine d'une forte exposition aux rayons UV (la quinine serait une forme de protection synthétisée par la plante à l'action des UV).

Les premiers à se lancer dans la culture du quinquina sont les Britanniques, vers 1850, dans une petite zone himalayenne chaude et humide (région de Darjeeling). Mais les surfaces cultivées sont trop réduites pour permettre une exportation des écorces. Ils introduisent alors des cultures de Cinchona succirubra à Ceylan, avec succès, jusqu'en 1885 environ. L'Angleterre a alors le monopole de la culture et de l'exportation du quinquina. Mais la Hollande a également des colonies en zone intertropicale, en particulier sur l'île de Java. Elle supplantera l'Angleterre après avoir importé d'Amérique du Sud, des graines de plusieurs espèces de quinquina, et avoir réalisé de nombreuses hybridations. On passera alors d'une culture de quinquinas du groupe " succirubra " à des espèces du groupe " ledgeriana " ; les quinquinas jaunes, dont les écorces sont très riches en quinine (12% environ, au lieu de 5% pour le groupe succirubra). En trois années, la Hollande ruine la culture des planteurs de Ceylan. L'Angleterre palliera cette catastrophe économique en remplaçant la culture du quinquina par celle du thé. La Hollande gardera le monopole de l'exploitation du quinquina jusqu'en 1939. L'exportation est centralisée sur Amsterdam.

Dans le même temps, les quinquinas aromatiques mais pauvres en quinine (Cinchona officinalis), permettent le développement de nombreuses boissons amères qui sont des vins aromatiques.

En 1940, l'Allemagne nazie détruit les stocks lors du bombardement d'Amsterdam et les Japonais envahissent l'île de Java. Les troupes alliées, australiennes et américaines, combattant dans la zone du Pacifique sud n'ont plus les produits nécessaires pour traiter leurs soldats atteints de paludisme. C'est alors que les choses évoluent dans deux directions.

* l'obtention d'antipaludéens de synthèse, avec le même noyau de base : création de la Nivaquine® par les Américains, qui copient les produits de synthèse fabriqués par les Allemands pendant la guerre. Dans les années 1950-1960, ces produits de synthèse, dont le coût de fabrication est très faible, tendent à remplacer la quinine d'extraction, plus chère ;
* l'introduction de cultures de quinquina en Afrique de l'Ouest (Guinée, Cameroun, Côte d'Ivoire, Congo belge). Cela explique qu'à l'heure actuelle les principaux producteurs et exportateurs de quinquinas sont l'Indonésie et la République démocratique du Congo.

Les antipaludéens de synthèse supplantant l'extraction de quinine, de nombreuses boissons gazeuses avec de la quinine sont lancées sur le marché (Schweppes). L'usage de la quinine déclinera ensuite jusque dans les années 1970. C'est à cette époque qu'apparaissent des souches de Plasmodium résistant aux antipaludéens de synthèse mais encore sensibles à la quinine. Les années 1980 voient alors le grand retour de l'utilisation de la quinine, utilisée en traitement curatif.





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
† Electron
QM 2
QM 2

Age : 80
NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par † Electron le Mer 13 Oct 2010 - 17:49

A noter que la transmition du palu se fait uniquement par l'Anophèle femelle, il en est ainsi depuis l'origine des temps, c'est toujours les femelles qui fichent le bazard, voir l'histoire d'Adam et Eve...




"Le bon marin est celui qui connait les qualités et les défauts de son navire,ses réactions dans la tempête, et qui sait quel effort limite il peut lui demander"
                                              Alain Gerbault.
avatar
Jo
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 85
Infirmier NON

Paludisme et quinine

Message par Jo le Mar 19 Oct 2010 - 22:39

Oui, merci encore Robert pour ton message sur la paludisme et la quinine, très intéressant et instructif.
Le parasite du sang c'est-à-dire l'hématozoaire du sang ou plasmodium (4 sortes de plasmodium) comme il est dit dans le texte a été découvert par un médecin militaire, encore un (probablement de l'armée de Terre puisqu'il a fait ses études de médecine à STRASBOURG.
Il s'appelait LAVERAN Charles, Louis, Alphonse, il découvrit l'hématozoaire le 6 novembre 1880 à CONSTANTINE et dans les environs en Algérie.
Ce médecin militaire reçut le prix Nobel de Médecine et fut reconnu comme un grand savant.
En effet grâce à sa découverte qui permit de voir comment nous étions infectés par l'intermédiaire de ce moustique appelé Anophèle (moustique femelle qui transporte le parasite dans ses glandes salivaires en piquant l'homme pour se nourrir de son sang.
Avec la découverte de la quinine (Nivaquine ensuite) des millions d'hommes, de femmes et d'enfants ont été sauvés depuis dans le monde.
A sa mort c'est un autre Médecin formé à santé navale : le Docteur CALMETTE qui prononça l'éloge funèbre pour honorer le Docteur LAVERAN.
Nous connaissons tous le vaccin contre la tuberculose le B.C.G. (Bacille de CALMETTE et GUERIN).
Celui-là aussi a sauvé de nombreux humains.
Robert je n'ai pas reçu ton adresse personnelle de messagerie.
Je souhaiterai la recevoir si tu le veux bien évidemment.
Merci
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par robert dupond le Mar 19 Oct 2010 - 23:02

Bonjour Jo

Bien lu ton message ,c'est toujours intéressant de recycler les connaissances ,il y a des choses qui disparaissent de la mémoire .

Si tu veux me joindre ,tu peux m'envoyer un mail en passant par le forum.
Tu cliques membres- à coté de mon nom tu as une petite flèche ,pointe en bas ,tu cliques tu as le choix soit MP soit Mail.

Après nous pourrons passer en ligne directe si tu veux .

Amicalement






44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
ROZO
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 88
Électricien NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par ROZO le Sam 23 Oct 2010 - 12:14

de Rozo
à: robert Dupond,Electron,Jo,Jeanmari83.
a/s quinquina.
A mon retour d'INDOCHINE en avril 1952 , j'ai été en soins pendant 50 jours à l'Hopital Maritime de Cherbourg.Nous étions peu nombreux dans une grande salle,environ une demie douzaine.Un des infirmiers, avant le repas, nous servait un grand verre de ce fameux quinquina, naturellement, il trinquait avec nous.Je me souviens qu,il était Q/M 1, cela se passait incognito .
Amitiées à tous




"Et si c'était à refaire, je referais ce chemin".
avatar
Jo
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 85
Infirmier NON

Le quinquina dans les hôpitaux maritimes

Message par Jo le Ven 28 Jan 2011 - 17:35

Réponse à ROZO,
Cet apéritif était destiné aux malades dans les hôpitaux maritimes mais aussi aux infirmiers affectés dans les services à risques pour eux, par exemple (les services des contagieux et dans certains laboratoires manipulant des matières organiques ou substances à risques). C'est un sujet que je connais très bien pour avoir moi-même préparé cette boisson que nous appelions le quinquina. A l'Hôpital Maritime de ROCHEFORT Sur Mer dans les années 1952 - 1955 : il fallait du bon vin vin si possible, de la teinture de quinquina, de la teinture d'écorce d'oranges amères, de l'eau de fleurs d'orangers, du sirop de sucre et encore je crois un produit à base de calcium. Nous préparions ce produit en respectant à la règle le bouquin mis à notre disposition : Le CODEX. Chacun avait droit à un verre. Chaque service faisait sa commande sur son cahier de pharmacie avec les noms des malades et le nombre total de verres à servir. Ce cahier était signé par le Chef du Service et par le Pharmacien Chef de la Pharmacie. Jo
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Détecteur NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par jean-claude BAUD le Ven 28 Jan 2011 - 19:43

Et pendant ce temps là, Mendès France imposait le lait dans les écoles... :




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
Tinto
QM 1
QM 1

Age : 67
NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Tinto le Ven 28 Jan 2011 - 22:21

Et oui j'ai connu ça Jean-Claude à l'école, ça ne m'a pas empêché de devenir un beau bb par la suite... :




   
André RODRIGUEZ, Chouf toujours (1967-73).
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 73
Radio NON

Re: Le quinquina dans les Hôpitaux de la Marine dans les années 1951/1957

Message par Noël Gauquelin le Ven 28 Jan 2011 - 22:35

C'était la recette du Saint Raphaël ?

faché



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).

    La date/heure actuelle est Sam 22 Sep 2018 - 23:04