Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 619228 messages dans 13154 sujets

Nous avons 15229 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Paul29

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [HISTOIRES HISTOIRE] Anecdote de la vie à bord
par Francis17 Aujourd'hui à 12:37

» Qu'est devenu le centre Sirocco ?
par balit Aujourd'hui à 12:31

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par J-L-14 Aujourd'hui à 11:02

» FOCH (PA)
par J-L-14 Aujourd'hui à 10:55

» CFM HOURTIN. volume 4
par papy25 Aujourd'hui à 08:26

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par Bureaumachine busset Hier à 21:56

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par JACQUEZ Hier à 20:38

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DALIOLI Hier à 15:40

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Jean-Léon Hier à 13:08

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Jean-Léon Hier à 00:43

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Bureaumachine busset Lun 26 Juin 2017, 22:26

» LA SPÉCIALITÉ DE TRANSMETTEUR
par Roli64 Lun 26 Juin 2017, 17:04

» DUMONT D'URVILLE (BATRAL)
par marsouin Lun 26 Juin 2017, 07:04

» BSM TOULON
par bernard35 Dim 25 Juin 2017, 21:55

» LES INSIGNES DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE...
par douzef Dim 25 Juin 2017, 21:08

» [ Associations anciens Marins ] Nouvelle Nuit de la Marine de l'AMMAC d'ANGERS
par Jo Dim 25 Juin 2017, 19:49

» INSIGNES
par PAUGAM herve Dim 25 Juin 2017, 19:05

» [Votre passage au C.F.M.] Mon arrivée à Hourtin
par Charly Dim 25 Juin 2017, 16:43

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Dim 25 Juin 2017, 10:51

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Joël Chandelier Dim 25 Juin 2017, 10:18

» [ Marins des Ports ] Dépôt des équipages
par kerneve Dim 25 Juin 2017, 07:12

» FLOTTILLE 33 F
par coyoteduvar Sam 24 Juin 2017, 15:27

» ARROMANCHES (PA)
par sendrané Sam 24 Juin 2017, 14:36

» [ Blog visiteurs ] Cours du BE secrétaire 15 novembre 1965 - 15 mars 1966
par davy Ven 23 Juin 2017, 10:29

» [Les traditions dans la Marine] Mariage en tenue
par alain EGUERRE Ven 23 Juin 2017, 09:52

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par PAUGAM herve Jeu 22 Juin 2017, 21:22

» [VOS ESCALES ] Brésil Rio de Janeiro
par loulou06000 Jeu 22 Juin 2017, 13:49

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Christian DIGUE Jeu 22 Juin 2017, 13:12

» FLOTTILLE 11 F
par COLLEMANT Dominique Mer 21 Juin 2017, 21:48

» DIXMUDE (BPC)
par Momo Mer 21 Juin 2017, 21:35

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par COLLEMANT Dominique Mer 21 Juin 2017, 21:28

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Mer 21 Juin 2017, 08:53

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par Charly Mar 20 Juin 2017, 19:20

» RECHERCHE CAMARADE EV HENRY (04/12/1970 - 30/12/1972)
par COPY Mar 20 Juin 2017, 17:50

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par Jean-Léon Lun 19 Juin 2017, 17:48

» [ Recherches de camarades ] DC Coquelicot M 673 année 1969-1960
par Dulong Jean-Claude Lun 19 Juin 2017, 11:21

» [ VOS ESCALES ] SAINT PIERRE ET MIQUELON
par BIGOT Lun 19 Juin 2017, 11:18

» [ Blog visiteurs ] Ala recherche du parcours d'un des ancêtres de ma femme Albert TITI, médecin de 1ère classe
par Invité Dim 18 Juin 2017, 23:43

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] Les caricatures dans la Marine
par pinçon michel Dim 18 Juin 2017, 19:22

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Sam 17 Juin 2017, 21:55

» [ Blog visiteurs ] Mon père Dunand Jean-Paul 5481 T 55 QM2 élec à bord du Champenois en 1959
par Didier Moreaux Ven 16 Juin 2017, 17:54

» [Activité des ports] Le Guilvinec
par Jacques l'A Ven 16 Juin 2017, 17:44

» [Bâtiments de ligne] RICHELIEU et JEAN BART
par COLLEMANT Dominique Jeu 15 Juin 2017, 23:22

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par L.P.(Pedro)Rodriguez Jeu 15 Juin 2017, 23:15

» [Papeete] Le permis de conduire à Papeete durant nos campagnes
par Jean-Marie41 Jeu 15 Juin 2017, 18:33

» [Logos-Tapes-Insignes] ECUSSONS
par COLLEMANT Dominique Mer 14 Juin 2017, 23:08

» [ Blog visiteurs ] J'étais un adolescent sauvé par le Balny en 1978
par Invité Mer 14 Juin 2017, 20:04

» LANDIVISIAU (B.A.N.)
par montroulez Mer 14 Juin 2017, 19:13

» LANVÉOC POULMIC (B.A.N.)
par latrubesse jean claude Mer 14 Juin 2017, 16:27

» [ Blog visiteurs ] S603 L'ARTEMIS
par Invité Mer 14 Juin 2017, 11:15

» SNSM BEG MEIL
par Joël Chandelier Mar 13 Juin 2017, 13:15

» [Opérations de guerre] GUERRE DE CORÉE - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Mar 13 Juin 2017, 08:10

» ÉCOLE DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE
par jveissier Lun 12 Juin 2017, 22:07

» [ Aéronavale divers ] Les Drones arrivent
par Gérard Duffond Lun 12 Juin 2017, 19:50

» [ Campagne ] LA RÉUNION - TOME 003
par TUR2 Lun 12 Juin 2017, 16:01

» [Vieilles paperasses] Anciennes photos de marins
par TUR2 Lun 12 Juin 2017, 15:44

» [ Divers bâtiments de servitudes ] Chalands multi missions
par marsouin Dim 11 Juin 2017, 22:10

» [HISTOIRES HISTOIRE] LE DÉBARQUEMENT EN NORMANDIE
par Van de Zande Sam 10 Juin 2017, 07:54

» [ Divers frégates ] Frégate (FREMM) Provence D652
par Joël Chandelier Ven 09 Juin 2017, 12:11

» COMMANDANT DE PIMODAN [AVISO]
par Peet Ven 09 Juin 2017, 11:04

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires
par jobic Ven 09 Juin 2017, 09:51

» [ Blog visiteurs ] Campagne 43/45 de l'aviso colonial La Grandière
par Invité Ven 09 Juin 2017, 07:41

» MORVAN (BB - MURUROA)
par Jean-Léon Jeu 08 Juin 2017, 19:39

» [ Recherches de camarades ] Recherche anciens du BLM DU CHAYLA des années 64/65/66
par HENRYJACQUES Jeu 08 Juin 2017, 18:18

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE DES ANCIENS MARINS DE GUEBWILLER ET ENVIRONS
par Keller Charles Jeu 08 Juin 2017, 18:18

» LA CAPRICIEUSE (PR)
par jobic Jeu 08 Juin 2017, 18:05

» [Divers escorteurs cotiers] Les Escorteurs Cotiers
par Menis Christian Jeu 08 Juin 2017, 11:27

» [Campagne] Iles éparses du canal du Mozambique
par Domi83 Mer 07 Juin 2017, 22:33

» [ Histoire et histoires ] La goutte à mille-balles
par Jean-Marie BONOMELLI Mer 07 Juin 2017, 16:39

» [ Histoire et histoires ] Canulars
par kerneve Mer 07 Juin 2017, 15:02

» [ Blog visiteurs ] Recherche de plan PSP GREBE
par Invité Mer 07 Juin 2017, 14:01

» [Marine à voile] L'Hermione
par salonais Mer 07 Juin 2017, 07:30

» Juin 1971/2013 42ème Anniversaire du Nauffrage de E.E SURCOUF
par Bernard Janvier Mar 06 Juin 2017, 19:16

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de la LIBELLULE 09/75 - 11/76
par fusible Mar 06 Juin 2017, 17:28

» MYTHO (CM)
par mytho Mar 06 Juin 2017, 14:15

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par Didier Moreaux Mar 06 Juin 2017, 12:15

» [ Recherches de camarades ] Recherche MICKAEL BLIN Transmetteur Radio instructeur aux BORMETTES en 1972
par mataf73 Lun 05 Juin 2017, 15:59

» [ Blog visiteurs ] Joël Delbaere, mécanicien sur le Médoc 1971/72
par ftaviot Lun 05 Juin 2017, 15:40

» [Divers écoles de spécialités] Caserne Martrou Rochefort
par Jean-Léon Dim 04 Juin 2017, 19:45

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Didier Moreaux Dim 04 Juin 2017, 17:12

» DUQUESNE (FRÉGATE)
par MARECHAL Dim 04 Juin 2017, 16:19

» [ Les armements dans la Marine ] Les tirs en tous genres du missiles aux grenades via les mitrailleuses
par mashpro Sam 03 Juin 2017, 19:17

» [Associations anciens marins] FNOM
par chapellier Sam 03 Juin 2017, 16:59

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DES NAVIGATEURS AÉRIENS
par Didier Loizon Sam 03 Juin 2017, 14:56

» Navires de ligne et cuirassés
par Cuiguillere Sam 03 Juin 2017, 11:17

» [ Blog visiteurs ]
par Invité Ven 02 Juin 2017, 19:38

» FLOTTILLE 25 F
par Didier Loizon Ven 02 Juin 2017, 18:23

» Brevets personnels navigants et pilotes de l'Aeronavale
par Didier Loizon Ven 02 Juin 2017, 10:30

» DORIS (SM)
par Joël Chandelier Ven 02 Juin 2017, 10:03

» [Campagne] LES COMORES - TOME 001
par Jean-Marie41 Jeu 01 Juin 2017, 19:35

» FLOTTILLE 6 F
par J-C Laffrat Jeu 01 Juin 2017, 14:23

» [Les anciens avions de l'aéro] Douglas C-47D Dakota
par gabelou44 Jeu 01 Juin 2017, 11:21

» MARINE CHERBOURG
par Tragin Jeu 01 Juin 2017, 10:43

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par COLLEMANT Dominique Mer 31 Mai 2017, 21:27

» [ Recherches de camarades ] Sur le Clemenceau 80 à 83 Spé de TRAFI
par MASSON Didier Mer 31 Mai 2017, 19:24

» [ Recherches de camarades ] Recherches de camarades du PH Jeanne d'Arc 74/75
par MASSON Didier Mer 31 Mai 2017, 19:17

» [ Recherches de camarades ] du Berneval en 1977
par claude29850 Mer 31 Mai 2017, 19:00

» ESCADRILLE 56 S
par Didier Loizon Mer 31 Mai 2017, 16:25

» [Papeete] PIRAE-ARUE, hier et aujourd'hui
par criard Mar 30 Mai 2017, 18:39

DERNIERS SUJETS


AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Partagez
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Dim 14 Nov 2010, 18:42

Chers amis,
Comme promis je veux vous parler de l'aviso garde pêche "Ailette" : Ancien dragueur de mines M.24, pris aux Allemands à la base de Saint-Nazaire, en 1945, sous pavillon Français, la moitié de l'équipage était Allemand (prisonniers de guerre) ; lors du grand carénage du 15 Décembre au 8 Mars 1948 il fut baptisé "Ailette" et sacré garde-pêche, destiné "Aux Œuvres Sociales de la Mer" et voué à la protection des pêcheurs Français, car des fusillades de bord à bord avaient lieu avec les Anglais, mais l'Ailette était aussi là pour des interventions médicales, il y avait à son bord un médecin et un infirmier, elle avait également pour rôle de réparer ou remplacer le matériel mécanique et radioélectrique des chalutiers.
Le Pacha secondé par le LV Delage, un Officier de Pêche De Robien, un Lieutenant officier des transmissions Giret, un Gambi Officier de détails De Moineville et un Ingénieur Hydrographe, sans oublier un curé à galons "aumônier", l'équipage était constitué de 80 hommes dont 60 bretons (beaucoup d'inscrits maritimes) et 20 d'autres régions de France.
Le champ d'opération de l' "Ailette" était étendu, il partait de Cherbourg, passant par les ports de pêche Normands, Bretons et Nordistes jusqu'à ceux de Belgique, Hollande, les deux Irlande, la Grande-Bretagne, Allemagne et Scandinavie.
L' "Ailette" avait un frère, l' "Aventure" FBTU qui patrouillait au Canada...
A suivre...

Suite :
APPAREILLAGE :
Spoiler:
Les pleins de carburant et de lubrifiants avaient été faits, ainsi que ceux de la cambuse, cela va de soi, liqueurs, vin, bière et autres boissons, les vivres sans oublier la farine car il y avait un boulanger à bord, le moral de l'équipage était au plus beau fixe et l'ambiance joviale.
Le jour du départ tant attendu arriva, la Manche était calme et son gris sombre s'étalait comme une immense coulée de plomb ; je me sentais en cage derrière mon hublot, j'étais amarré à la table de travail par mon écouteur, j’essayais de voir à l’extérieur mais il n'y avait que du gris, il me semblait que le soleil avait vieilli et, que fatigué il sommeillait, car non seulement il ne perçait plus la grisaille mais il en faisait son édredon comme si "Ô comble" il recherchait un peu de chaleur ; la nuit vint vite, la mer toujours bonne s'enveloppait dans son voile d'hypocrisie et par ce semblant de calme elle cachait son vrai visage ; à l'horizon que du noir, puis la nuit s’effaçait comme à regret devant le jour, en une clarté blafarde...
Nous passons le Cap de La Hague à 16km plus loin par le détroit Raz-Blanchard, c'est l'île du Cotentin, en contournant l'île de Jersey, une pensée pour Victor Hugo.
Maintenant l' "Ailette" quittera la Manche pour écumer l'Atlantique où des escales l'attendent, elle doit visiter les ports de pêche, elle file vers Saint-Malo et Brest où des pièces de matériels divers lui seront fournies par l'arsenal, puis elle vogue sur Douarnenez, Concarneau ; dans tous ces ports la campagne de pêche débutait et les départs des chalutiers se faisaient toujours après les cérémonies très chères aux Bretons, la religion s'y réservant la part du lion, les pardons (pèlerinages) se déroulaient sur les quais, de grandes tables en bois rustique étaient garnies de corbeilles remplies de fars, crêpes et beignets du pays, des carafes et même des bonbonnes de cidre étaient présentes ainsi que des bouteilles d'hydromel.

Les hommes en costume de velours et petit chapeau noirs buvaient sec et parlaient fort, les binious ne restant pas muets ; les femmes vêtues de broderies fines arboraient non sans fierté leurs coiffes blanches, de véritables œuvres d'art qui selon la coupe et la façon, l'origine de la porteuse pouvait être décelée.
Beaucoup de ces personnes parlaient Breton et je les approuvais...
CAMPAGNE DE PÊCHE :
Ce jour de Juin l' "Ailette" quitte Concarneau pour Lorient, puis nous entrons à Boulogne premier port de pêche Français pour le hareng et la morue, la station radio côtière FFB installée à Ostrohove était très importante, elle était pour les chalutiers ce qu'étaient les aiguilleurs du ciel et leurs tours de contrôle pour les avions, les quais fortement bombardés avaient été provisoirement été refaits en bois provisoire qui dura pas mal d'années ; en passant le Pas-De-Calais, pas âme qui vive des six bourgeois, les révolutions successives les ont peut-être relégués à la serrurerie ?
Désormais nous filons vers l'étranger, au large de la côte Bretonne, nous mettons le cap sur Penzance au S.W de la Grande-Bretagne, les Cornouailles par la baie de Mount ; à travers mon hublot ovale quand je faisais l'écoute sans avoir à transmettre j'accordais à mes yeux quelques regards sur le large, les phares brillaient et clignant de l’œil semblaient dire aux navires : "Allez tranquilles ! Nous sommes là" !
Les phares ne sont pas destinés qu'a porter un feu la nuit, le jour ils servent d'amer ou de repère ; au fur et à mesure que les milles défilaient je faisais leur connaissance : Ar-Men sur une roche au large de l'île de Sein séparée du continent par le Raz-De-Sein, les druides ayant leur cimetière sur elle laissent peut-être errer leurs âmes, la pointe Saint-Matthieu près du Conquet où se trouve une puissante station radio FFU, La Jument au large d'Ouessant (autre station radio FFO, la passe est très dangereuse, les anciens disaient : "Qui voit Ouessant, voit son sang" !.
Le phare de l'Île Vierge au Nord du Finistère avait 80 m de haut, celui d'Edystone fut reconstruit trois fois à cause de tempêtes et incendie.
Il serait injustifié de penser que regarder par dessus-bord serait préjudiciable au déroulement de mon travail, car j'assurais la veille de Sécurité 500 kcs sur haut-parleur (mes deux collègues radios le matelot Emery et le Crab-Chef Pelletier dont je n'ai jamais eu de nouvelles, pensaient peut-être autres choses que moi mais agissaient de la même façon).
L'Officier de pêche dont le but était de "pêcher" des chalutiers entrait au P.C.Radio, se courbant vu sa grande taille, la pipe à la bouche ; je connaissais ses habitudes, je demandais aux chalutiers qui étaient susceptible de l’intéresser de passer en liaison phonie sur 2670 kilocycles, je mettais alors à sa disposition un émetteur Telefunken et il écoutait sur un récepteur Marconi, ainsi il pouvait confortablement écouter leurs doléances et là il me déifiait.
Les radios des chalutiers utilisaient de préférence le Morse, ce moyen étant plus pratique et plus discret que la phonie, ils ne se servaient pas de manipulateurs dits PTT, mais d'engins fabriqués avec des lames de scie appelés "double contact ", pour améliorer leur salaire beaucoup de radios participaient au tri du poisson, ce qui leur attribuait une part de pêche supplémentaire ; par des installations astucieuses ils pouvaient faire l'écoute sur haut-parleur et aussitôt qu'ils entendaient un appel ils couraient à leur cabine radio et pour ne pas perdre de temps restaient les mains gantées, les doubles contact supportaient très bien ce traitement ; chaque armateur utilisait un code chiffré propre à sa compagnie afin de donner des directives à ses chalutiers et être au courant du tour de pêche (tonnage, qualité du poisson) arrivées prévues etc...
Quand l' "Ailette" FATD appelait un chalutier avec son 400 w à la note très musicale, si ce dernier était sur un banc de pêche il ne répondait que par de très brefs signaux morse, ne voulant pas en se signalant se laisser voler sa proie, le radio du garde-pêche devait alors faire preuve de dextérité et d’extrême adresse, le repérage étant très difficile à réaliser dans de telles conditions ce repérage s'appelle "Relèvement Radiogoniométrique", il se fait à l'aide d'un récepteur radio mis en circuit avec une antenne rotative qui tournée à l'aide d'un volant gradué de 0 à 360 degrés permet de rechercher le minimum de force du signal reçu sur un cadran gradué.
Exemple :
Il indique 120 degrés, le bâtiment recherché se trouve dans cette direction.
J'avais aussi à effectuer des relèvements sur radiophares, ce système permettait de déterminer ma position toujours à l'aide de la radiogoniométrie en faisant un relèvement sur deux radiophares grâce à leur indicatif emis en morse.
Exemple :
Bergen transmet BR et l'Île De Sein SN.
Une tâche dure à assumer était le relèvement au sonar de divers échos d'engins à identifier, le Sonar était installé au fond de la cale où l'air était vicié et les relents de mazout épais, il fallait avoir les tripes solides pour tenir le coup... nous avions aussi un Loran, sondeur muni d'un oscilloscope il fonctionnait en permanence et demandait une attention particulière sur papier millimétrique, il indiquait la profondeur, la distance, la vitesse et même la variété des différents bancs de poissons.
Avec ce matériel l' "Ailette" ne pouvait que mener à bien sa mission.

Ne voulant pas monopoliser la rubrique, ni voulant lasser les amis, je vais marquer une pause et reprendrais la campagne à l'étranger.
Merci à tous.

TOM U ROSSU
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
† Fanch 56
FONDATEUR
FONDATEUR

Age : 68
Timonier équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † Fanch 56 le Lun 15 Nov 2010, 20:34

Au contraire, continue tes récits, ce forum est fait pour cela.






LINUX MINT
On ne dit jamais assez à ceux qu'on aime...........qu'on les aime. (Louis Chédid)
Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
guytus3
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

l'aventure

Message par guytus3 le Mar 16 Nov 2010, 09:02

Bonjour,
A Tom u rossu,
Tu parles de "l'Ailette" dans ton message, ça me dit quelque chose étant donné que j'ai fait une mission de quelques semaines sur "l'Aventure" en 1958 en mer de Norvège et je me demande si "l'Ailette" n'était pas en Indochine vers 1955.
Évidemment tout ça est bien loin, mais ça fait plaisir de se remémorer cette époque de notre jeunesse !
Amicalement
guytus3
avatar
jaques 26
QM 1
QM 1

Age : 79
Radio                      NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par jaques 26 le Mar 16 Nov 2010, 09:52

Bonjour,
Étant présent en 1955, je confirme AILETTE n'était pas en Indochine en 1955.
Le Commandant Duboc = oui
En service en : 1955
Ancre - Oise - Somme - Yser - Vimy - Laffaux - Belfort - Ailette
classés dragueur océaniques.
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

RE à GUYTUS

Message par † tom u rossu le Lun 22 Nov 2010, 11:07

Cher Guytus,
Merci de m'avoir répondu, ça fait plaisir de la part d'un collègue garde-pêche, je ne saurais te dire si en 55 c'était encore la même AILETTE car j'ai quitté la Marine en 52.
En 49 j'avais eu à choisir entre l'AVENTURE et l'AILETTE.
Amitiés de Tom u Rossu.



TOM U ROSSU
avatar
Chevreuil
QM 2
QM 2

Age : 80
Electricien d armes équipage NON

Ailette

Message par Chevreuil le Lun 22 Nov 2010, 22:50

Salut l'ancien !
Ça te rappelles quelques choses ?



avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Réponse à Chevreuil sur aviso Ailette.

Message par † tom u rossu le Lun 22 Nov 2010, 23:50

Salut Chevreuil,

Mais dis moi donc ?
Aurais tu le don de rajeunir les vieux ?
En tout cas mon cœur en a pris un coup en voyant cette photo, je me représente encore en mer, un jour ou ni en mer ni aux cieux les éléments n'étaient cléments, où il fallut grimper raccrocher l'antenne située prés de la cloche radar, il ne fallait pas être sujet au vertige.
Oh que de belles aventures sur ce bateau, même dangereuses elles étaient merveilleuses ; j'aurais l'occasion de t'en parler.
Merci infiniment pour m'avoir rappelé un peu de ma jeunesse.

Mes amitiés et hommages à ta chère Famille.
Tom u Rossu.



TOM U ROSSU
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Lun 13 Déc 2010, 18:29

Chers amis,
Je suis désolé mais il me semble avoir oublié la suite, la cause en serait-elle déjà la cause ?...
Mais reprenons le bord : Le 1er Nov 48
J'embarquais sur l'ailette, l'équipage menait une lutte acharnée contre la rouille, marteaux et burins dans leur haine pour cette matière se souciaient peu de ce qu'enduraient nos jeunes muscles, avec un radariste, un Basque nous étions perchés au mât avant et en talentueux artiste nous étendions notre talent à l'aide d'un pinceau et d'une moque de peinture suspendue à des crochets fixés au mât, nous faisions la toilette de la cloche Radar et à tout ce qui pouvait être support d'antennes... l'aviso était paré à l'appareillage ; les pleins de carburant et lubrifiant avaient été faits, ainsi que ceux de la cambuse, cela va de soi, liqueurs, bières et autres boissons ; les vivres sans oublier la farine car l'équipage comportait un boulanger.

Spoiler:
Le moral était au plus beau fixe et l'ambiance joviale, le jour du départ tant attendu étai là, la Manche était calme et son gris sombre s'étendait comme une immense coulée de plomb, je me sentais en cage derrière mon hublot, j'étais amarré à la table de travail par mon écouteur, j'essayais de voir à l’extérieur mais il n'y avait que du gris, il me semblait que le soleil avait vieilli et que fatigué il sommeillait, car non seulement il ne perçait plus la grisaille mais en faisait son édredon comme si "o comble" il recherchât un peu de chaleur, la nuit vint vite la mer toujours bonne s'enveloppait dans son masque d'hypocrisie, par ce faux calme elle cachait son vrai visage ; à l'horizon du noir puis la nuit s’effaçait comme à regret devant le jour, en une clarté blafarde.
Nous passons le Cap de La Hague, à 16km plus loin par le détroit Raz-Blanchard c'est l'île du Cotentin en contournant l'île de Jersey une pensée me vint pour Victor Hugo ; maintenant l'Ailette quittera la Manche pour écumer l'Atlantique où des escales l'attendent, elle doit visiter les ports de pêche elle file vers St Malo et Brest puis elle vogue sur Douarnenez, Concarneau ; dans tous ces ports la campagne de pêche débutait et les départs des chalutiers se faisaient toujours après les cérémonies très chères aux Bretons, la religion s'y réservait la part du lion.
Les pardons se déroulaient sur les quais, de grandes tables en bois rustique étaient garnies de corbeilles remplie de fars, crêpes et beignets du pays, des carafes et même des bombonnes de cidre étaient présentes ainsi que des bouteilles d'hydromel, les hommes en costume de velours et petit chapeau noir buvaient sec et parlaient fort, les binious ne restant pas muets, les femmes vêtues de broderies fines arboraient non sans fierté leurs coiffes blanches, de véritables œuvres d'art qui selon la coupe et la façon l'origine de la porteuse pouvait être décelée ; beaucoup de ces personnes parlaient Breton et je les approuvai...
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 72
Radio NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par Noël Gauquelin le Lun 13 Déc 2010, 18:37

tom u rossu, tes récits sont passionnants.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Lun 13 Déc 2010, 23:31

Suite :
CAMPAGNE DE PÊCHE
Ce jour de Juin l'Ailette quitte Concarneau pour Lorient, puis nous entrons à Boulogne premier port Français pour le hareng et
la morue, la station côtière installée à Ostrohove, très importante était pour les chalutiers ce que sont les aiguilleurs du ciel pour les avions, les quais fortement bombardés avaient été refaits provisoirement en bois, provisoire qui dura plusieurs années.
En passant le Pas-De-Calais pas une ombre des Bourgeois de Calais, les révolutions successives ont peut être relégué ces six âmes à la serrurerie ?

Spoiler:
Nous allions vers l'étranger, au large de la côte Bretonne, nous mettons le cap sur Penzance au Sud-Ouest de la Grande Bretagne, les Cornouailles par la Baie de Mount.
A travers mon hublot ovale quand je faisais l'écoute sans avoir à transmettre j'accordais à mes yeux quelques regards sur le large, les phares brillaient et clignant de l’œil semblaient dire aux bateaux : "Allez tranquilles ! Nous sommes là " !.
Les phares ne sont pas que destinés à porter un feu la nuit ils servent aussi d'amer et de repère le jour ; au fur et à mesure que les milles défilaient je faisais la connaissance des phares : Ar-Men sur une roche au large de l’Ile de Sein séparée du continent par le Raz-De-Sein, les Druides ayant leur cimetière sur elle laissent, peut-être roder leur âme ?
La Pointe Saint Matthieu près du Conquet où se trouve une puissante station radio, La Jument au large d'Ouessant où se tient aussi une station radio très importante, la passe est très dangereuse, les anciens disaient : "Qui voit Ouessant voit son sang", le phare de l'Île vierge au nord du Finistère avait plus de 80 mètres de hauteur, au large de Plymouth un phare qui eut une histoire peu banale, le phare d'Eddystone le premier disparut dans la tempête avec son constructeur et le personnel en 1708, le deuxième construit en bois brûla en 1755, le troisième fut démonté car le roc sur lequel il avait été construit trop vite peut-être (?) donnait des signes de faiblesse et l'actuel fut construit de 1879 à 1882.
Il serait faux de penser que le fait de regarder par dessus-bord porterait préjudice au déroulement de mon travail car j'assurais la veille sécurité en permanence et dans ce cas sur haut-parleur.
L'E.V. De Robien Officier de pêche entrait à la station radio en se courbant à cause de sa grande taille et pipe à la bouche ; il venait écouter les doléances des chalutiers et prendre en compte leurs demandes en besoins médicaux, pièces de matériel divers, ou demandes de réparations, connaissant ses habitudes je demandais aux chalutiers qui l’intéressaient de se mettre en liaison phonie et là le Lieutenant me déifiait car il ne connaissait pas le morse.
Les radios des chalutiers utilisaient de préférence le morse, car ce moyen était plus pratique et plus discret, ils ne se servaient pas de manipulateurs dits P.T.T. mais d'engins fabriqués par eux même avec une demi lame de scie et appelés manipulateurs double contact.
Pour améliorer leur salaire, plusieurs radios participaient au tri du poisson ils avaient une part de pêche en plus et pour ce ils faisaient une installation astucieuse qui leur permettait de faire l'écoute sur haut-parleur et aussitôt qu'ils entendaient un appel ils couraient à leur cabine radio, et pour ne pas perdre de temps restaient mains gantées ; le manipulateurs faits par eux supportaient bien cela.
Chaque armateur utilisait un code chiffré pour donner des ordres à ses chalutiers et être tenu au courant du tour de pêche, arrivées prévues etc...
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
J-L-14
QM 1
QM 1

Age : 72
Mécanicien équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par J-L-14 le Lun 13 Déc 2010, 23:39

Superbes tes récits L'Ancien...
Amitiés
J-L



 
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Mar 14 Déc 2010, 20:39

Salut les copains,
Étant très occupé par ailleurs, je ne pourrais assurer la suite de l'aviso Ailette, je ne pourrais le faire que la semaine prochaine.
En tous cas, je vous souhaite à tous un Joyeux Noël.
Amitiés.
Tom U Rossu.



TOM U ROSSU
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 72
Radio NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par Noël Gauquelin le Mar 14 Déc 2010, 20:53

Merci et à bientôt.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Dim 19 Déc 2010, 18:21

Salut la jeunesse,
Suite :
Quand l'Ailette appelait un chalutier se trouvant sur un banc de pêche rentable qui ne répondait que par de brefs signaux morse sans donner sa position, ne voulant pas laisser piller sa proie par d'autres "prédateurs", il fallait alors que le radio du garde-pêche se montrât apte à jouer de dextérité et aussi d'extrême adresse, le repérage étant difficile à réaliser dans de telles conditions, ce repérage s'appelle relèvement radiogoniométrique, il se fait à l'aide d'un récepteur radio avec une antenne rotative qui tournée à l'aide d'un volant gradué de 0 à 360 degrés permet de rechercher le minimum de force du signal reçu sur un cadran gradué (extinction) EX : Il indique 120 degrés, l’émetteur recherché se trouve dans cette direction ; des relèvements étaient aussi sur radiophares ce système permettait de déterminer la position du garde-pêche en faisant le relèvement sur deux radiophares grâce à leur indicatif transmis en morse.
Exemple : Bergen transmet BR et l'Île de Sein SN.
Une tâche pénible à assurer était celle du relèvement au Sonar de différents échos à identifier, le sonar étant installé au fond de la cale où l'air était vicié et les relents de mazout épais...
Il fallait avoir les tripes solides pour tenir le coup...
Nous avions à bord un "Loran", un sondeur muni d'un oscilloscope, il fonctionnait en permanence et ses messages sur papier millimétrique consommaient une grande quantité de ce papier, cet appareil indiquait la profondeur, la vitesse, la distance et après de savants calculs même la variété des différents bancs de poissons ; avec ce matériel l'Ailette ne pouvait que mener à bien sa mission.

IRLANDE
Nous faisions route sur Penzance dans Les Cornouailles, la mer était calme, entre le sillage des deux hélices trainait le Loch appareil relié au bord par un câble il se compose d'un petit flotteur doté d'une hélice et est appelé "barquette" ce flotteur permet de définir la vitesse en nœuds, le câble ou arbre flexible retransmet à bord le nombre de tours minute et le nombre de tours effectués par l'hélice, ce qui donne la vitesse linéaire.
L'Ailette filait ce jour là à 20 nœuds.
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Dim 19 Déc 2010, 19:56

Suite :
Cap sur la Mer d'Irlande, nous entrons à Cobh, courte escale et nous filons sur Cork tout proche, un port de l’État Libre d'Irlande (Munster) sur la Lee, il possède de évêchés Anglicans et Catholiques, des fabriques de toiles à voile, d'emblée ce port ne m'a pas plu car trop triste dans son manteau gris ardoise, il semblait encore porter les couleurs tudesques de la dernière guerre, ce port abritait des sous-marin allemands pour lesquels les habitants manifesté beaucoup plus de sympathie qu'à notre égard...

Spoiler:
Nous empruntons le Canal Saint-George puis accostons à Dublin capitale de l'Éire (Leinster) ville de marchés agricoles, laine, beurre, bêtes à cornes, eau de vie.
En ville les catholiques nous demandaient quelle était notre religion, je répondais tout à fait à l'aise "aucune", j'avais ainsi sinon la paix de l'âme celle des oreilles, nous rasons l'Île de Man, Belfast nous ouvre ses bras, ville protestante de l'Irlande du Nord, les constructions nouvelles y sont nombreuses, en commerce elle est rivalisé par Dublin.
Du quai de nombreux curieux nous observaient et tentaient la conversation avec nous, il m'est arrivé au moment ou je revenais de la cambuse avec ma gamelle bien garnie, la marée avait mis de niveau le bastingage et le quai, je me sentais gêné de passer sous le regard de gens chez qui les tickets de ravitaillement étaient encore en cours et les restrictions alimentaires sévères, le lendemain étant encore à ce port, je demandais au cambusier deux pains en plus, il ne me fit aucun problème, il n'en manquait pas à bord, ces pains je les lançais à nos visiteurs qui sans une seule bousculade avec le calme et la dignité qui caractérisent les sujets de sa majesté en faisaient le partage, nous avions à bord des cigarettes et du tabac en abondance, et pas bien cher, ces articles achetés à bord étant dédouanés, les Anglais étaient encore rationnés et pour eux c'était le comble de recevoir d'un marin français des Players en boîte et en paquet ainsi que du tabac blond de leur pays...
Il faut reconnaître que là les Anglais ne tiraient pas les premiers.

ÉCOSSE
Nous voguons maintenant vers l’Écosse, nous nous faufilons dans le Canal du Nord, puis le Canal Calédonien creusé sous George III, ce canal fait communiquer l'Atlantique avec la Mer du Nord par loe loc Locky, le lac Ness et le Moray Firth ; que de discussions à bord à propos du Ness, que d'espoirs déçus, que de pellicules restées vierges, le monstre tant attendu ne daignant pas se manifester, nous jetons les amarres à Aberdeen où l'on fabrique des cotonnades, toiles, lainages et papiers des navires y sont construits, Aberdeen est la capitale du compté d'Aberdeen.
Dundee, port de Mer du Nord sur le Tay industriellement important par ses fonderies de fer et de cuivre, ses chantiers de constructions navales, ses fabriques de toiles à voile, ses cordages.
Après avoir effectué le ravitaillement en mazout, eau et vivres c'est Édimbourg qui nous sourit, capitale de l’Écosse sur le Leith, elle est située sur deux collines, celle du Sud qui porte la vieille ville aux rues étroites et maisons vulgaires alors que la colline Nord est peuplée de somptueux hôtels, de beaux monuments et de squares, dans l'un d'entre eux j'y ai vu par hasard la statue d'un nommé Nelson, sa compagnie ne me fut pas agréable, heureusement que les habitants d’Édimbourg ne me laissaient
pas la même impression, Walter Scott auteur d'Ivanhoé était aussi un enfant d’Édimbourg, dans cette ville la nature m'était agréable, beaucoup de verdure et c'est là que je fis la connaissance de Madeleine et John, lui avait participé au débarquement en France, il avait épousé Madeleine une demoiselle du Nord de la France.
Quand la marée mettait mon hublot à la portée du regard des badauds on m'adressait des bonjours et des sourires auxquels bien sur je répondais ; John entama timidement la conversation et me fit savoir que son poste de T.S.F. était en panne et que les pièces se trouvaient difficilement, cela le gênait beaucoup car il écoutait régulièrement les radios Françaises...
Étant donné qu'il n'habitait pas loin du port, le soir même je me rendis chez lui avec une mallette de dépannage, je changeais deux lampes de son poste qui en avait quatre et lui installais une antenne intérieure, après quelques réglages tout allait très bien.
Cela m'a fait deux amis de plus, la correspondance par lettres que nous eûmes dura plusieurs années.
J'ai bien aimé l’Écosse par ses montagnes, ses nombreuses iles, ses fjords, ses côtes découpées et bien entendu les petits rendez-vous avec les jeunes Écossaises, dans les environs du château de sa seigneurie le Duc.
En plein Édimbourg un temple en pierre rose, en face un trottoir de même couleur sur lequel était gravé au burin sans doute, un grand cœur, chaque passant crachait dedans, je n'ai jamais su pourquoi !
Ça devait être encore une fantaisie de la religion... mais certainement pas de l'hygiène.
J'avais remarqué un grand nombre de savonneries à Édimbourg, il y a peut-être un lien avec les Écossais qui pour montrer leurs jambes en arc bien blanches et propres portent le kilt...
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Lun 20 Déc 2010, 16:03

Suite :
A Lowestoft, une escale d'un jour permet de refaire des retouches de peinture et une révision du matériel, le soir nous sortons faire honneur au Gin, dans un Pub je vis fixé au mur un flacon carré en verre muni d'un petit robinet et contenant un liquide rouge vendu comme liqueur dans des petits verres, je goûtais la chose, les petits verres disparurent vite ils laissèrent leur place à des grands frères, le liquide fut "liquidé" avec vélocité, c'était du vin !
Un autre bocal en verre portant l'inscription "fruits", il s'agissait de petits oignons blancs, peut-être venant de Saint Paul-de-Léon ?

Spoiler:
Désormais l'Ailette va rentrer pleinement dans son rôle, la voici sur le Dogger Bank, nom Hollandais qui signifie "banc des bateaux de pêche" c'est un banc de pêche de 300 mètres de long et 120 de large en Mer du Nord sous 7 à 30 brasses d'eau (1 brasse = 1m83) où sont pêchés morues et harengs.
Une flotte Russe partant pour l'Extrême-Orient pendant la guerre Russo-Japonaise en 1904 coula par méprise des barques Anglaises lors de la dernière guerre les escadres Anglaises et Allemande se rencontrèrent, l’escadre Allemande se retira après la perte du Blutcher le 24/01/1915.
Ce banc avec ses proches environs fut souvent le théâtre de tentative d'abordage et de fusillades entre chalutiers Anglais et Français...
Le garde-pêche fend la mer sur Esjberg quand la veille de sécurité disparait, après contrôle on se rend compte que l'antenne avait craqué, il fallait réparer d'urgence et je dus grimper au mât avant où vertige et mal de mer n'étaient point de mise, le haut du mât n'étant pas un nid de tourterelles ça secouait dur malgré le siège de cordage bien amarré au mât...
Nous entrons sur le Skagerrak, grand détroit entre la côte Sud Norvégienne et le Nord du Jutland, le Skagerrak a 250 m de long sur 115 de large, il a de grandes profondeurs (jusqu'à 809 mètres), c'est le début de la Mer Baltique, les Allemands y livrèrent bataille aux Anglais en Mai/Juin 1916, les Anglais eurent de lourdes pertes mais les Allemands perdirent le goût de s'y frotter.
Mais pourquoi morues et harengs ont choisi de tels lieux pour y pulluler autant ?...
Le sondeur Loran se régalait et nous le prouvait par sa forte consommation de papier millimétrique.
La mer se démonte, forte tempête sur le Kattegat, nous passons ce bras de mer qui sépare la Suède du Jutland Danois et qui avec le Skagerrak et le Sund, le grand Belt et le petit Belt fait communiquer Mer du Nord et Mer Baltique.
Il est peu profond (75 mètres maximum) et est traversé par divers courants, il est très poissonneux.
La Suède est maintenant devant nous, nous allons sur Gôteborg en mer Baltique, la côte très découpée bordée de nombreuses îles telles Gotland et Oeland, les forêts et les prairies y sont nombreuses, le sous-sol constitué de minerai de fer désespère les jeunes radios encore inexpérimentés, lorsqu'ils voient leurs liaisons coupées, à ce sujet voici ce qui m'advint :
Nous longions la côte, j'avais des messages à transmettre à Paris FUB, aucune réponse malgré mes nombreux appels, craignant une panne, je vérifiais toutes les prises d'antennes et les circuits à ma portée ; le silence est de mort alors que je n'ai rien trouvé d'anormal, mes postes demeuraient muets, puis subitement le silence est rompu et c'est avec joie que j'accueillis la voix de Marine Alger FUG même si la note de son émetteur était piaulé, il me propose de servir de relais entre FUB et moi...
A bord pour l'équipage étaient diffusées les émissions de Paris-Inter, Luxembourg et Monte-Carlo mais dans ce secteur seule était perçue Radio Andorre, j'avais compris ce qu'étaient les zones de silence, le minerai par aimantation avait avalé les ondes dont il était friand.
Maintenant, vent en poupe vers le Danemark nous entrons dans le Kattegat, le port d'Elsinger (Elseneur) cher à Shakespeare où son Hamlet avait déployé son action dans le château de Kronborg, ce port est doté de chantiers navals, puis c'est l'entrée triomphale à Copenhague avec réception officielle, ce port sur le Sund a de nombreux et beaux monuments ; le Palais Royal, la statue équestre du roi Christian V, cette capitale est en même temps ville de luxe et industrielle, le port est très fréquenté comme point de passage et de ravitaillement.
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Lun 20 Déc 2010, 21:30

Suite :
Le Sieur Nelson était encore là, il en avait fait des siennes même ici en 1801, de peur que la flotte Danoise ne passe au service de Napoléon il la brula où coula.
Il est dommage que les jeunes filles de Copenhague au sourire charmant et spontané aient un visage rougeaud et des jambes aussi grosses.
Nous prenons le Jutland sur lequel se trouve le port de d'Alberg puis nous entamons le Cap Skaggerak ou plutôt le Cap Skagen, un des lieux les plus poissonneux du Danemark, une petite visite au royaume d'Odin s'imposant nous nous devons de prendre l'Oslofordjen, la Norvège est là, nous entrons à Oslo port exportateur de bois, poisson, pâte de bois, dans ce port l'Ailette a droit aux honneurs, l'Ambassade de France s'y appliqua en invitant à une soirée repas et bal l'équipage seul y alla, la bordée non de service ; autour d'une très grande table en bois de luxe avec nappes et napperons, j'avais à ma gauche les matelots et Officiers-mariniers, à ma droite les Officiers avec le Commandant au centre en face Ambassadeur, et Madame et leur personnel.
Il me sembla en début de repas que tous ceux qui étaient à ma gauche étaient atteints de torticolis, tous tournaient le cou à droite, heureusement il ne s'agissait que d'une mise à la page car le couvert comportant plusieurs fourchettes, cuillères ainsi que plusieurs verres, on prenait exemple sur les officiers pour l'utilisation car nous étions du peuple nous, beaucoup d'entre nous n'avaient chez eux qu'un seul de ces ustensiles et un seul verre...[page]
Vint l'ouverture du bal, je n'étais pas à l'aise du tout car j'ai toujours eu horreur de ce genre d'activité, mais ce soir là le destin m'avait marqué, il a fallu que cela tombe sur moi, il fallait que je m'avère être le benjamin de l'équipage, l'instant du supplice arriva; Madame l'Ambassadrice étendait, déployait ses tentacules, elle s'appropriait ma jeunesse, je sentis mon visage tourner au rouge vif quand elle vint vers moi, j'eus beau implorer et prouver mon ignorance en le domaine, rien n'y fit je n'avais plus de voix, l'épouse du diplomate en un large sourire mais sans pitié déclara à la cantonade : "Quand l'Ambassadrice danse tout un chacun sait danser", les flon-flons éclatèrent et je tombais dans les tourbillons d'une valse...
Le tour de chant suivit, je pris ma revanche, ma voix me revint et pus la faire apprécier dans l’interprétation de la Romance de Nadir extrait des pêcheurs de perle de Georges Bizet...[page]
Nous voguons sur Stavenger par le Bakken-Fjord, un fjord ouvert sur l'Atlantique, ses ramifications en branche sont une pure beauté, le commerce du poisson est très grand et les usines de conserves nombreuses.
Par la baie profonde du Bergen-Vaag nous pénétrons à Bergen qui possède des chantiers de constructions maritimes des fabriques de cuir, gants, etc...
Je m'offris une paire de demi-bottes en peau de phoque et une série de poignards en acier Suédois superposés en un étui en cuir.
Bergen est l'entrepôt général des pêcheries et du commerce de la Norvège.
Quand je me trouvais en présence de filles du pays j'avais l'impression de faire partie d'une équipe de rugby, quelle stature !...

ALLEMAGNE
Un petit tour chez les Germains, pas cousins, bien sur.
Hambourg aux multiples bassins reçoit les plus grands navires desservant le monde entier, elle a de nombreuses constructions aéronautiques, cette ville fut plusieurs fois dévastée par les Saxons et les Danois au XIème siècle ; de 1801 à 1813 elle fut occupée par les Français, au cours de la dernière guerre, Hambourg subit de gros bombardements, la présence des Français après guerre était humiliante pour les Allemands, mais le chocolat, sardines et autres conserves les ramenait à de meilleurs sentiments.
Hambourg était une ville à tripots, surtout dans les vieilles rues aux hôtels borgnes où nous pouvions faire le choix de certaines "femmes" à travers des sortes de vitrines, comme une simple marchandise...[page]
La moralité avait besoin d'une sévère révision, après tout ça n'était qu'une ville à matelots...

HOLLANDE
La Hollande est en vue au large de la baie de Helgoland en Mer du Nord, l'Ailette se trainait, la nuit était sombre, enveloppée d'une épaisse purée de pois, la mer était très forte, nous avions une gîte de 32/35 degrés et 10 mètres de creux ; soudain des éclats de voix mêlés aux mugissements du vent violent et au grondement de la mer me poussèrent à entr'ouvrir mon hublot, un gabier hurlait :
- "Il nous fonce dessus, il va nous couper en deux !
Je réalisais très vite, ma conscience professionnelle fut aussitôt mise à l'épreuve, ma main se porta systématiquement sur le manipulateur morse, prête en cas de choc à envoyer le S.O/S.
L'Ailette venait par des coups de sirène règlementaires de faire savoir que :
- "Nous ne sommes pas maître de notre manœuvre", le délinquant était un gros pétrolier Suédois qui continua sa route "sans même" soupçonner notre existence, peut-être était-il trop préoccupé par le "Business", mais tout de même si le drame s'était produit la télégraphie était là, je fus fier de mon métier.[page]
Éprouvé par la tempête l'aviso avait besoin d'une remise à l'ordre dans le matériel, heureusement qu'il n'y eut pas de dégâts sérieux.
L'entrée à Amsterdam était souhaitable, nous y voici, Amsterdam port de Mer à l'embouchure de Amstel, la ville est bâtie sur piloris et est traversée par de nombreux canaux qui la divisent en îles, d'où son surnom de "Venise du Nord", il y a d'importantes fabriques de tabacs, de gros commerces de diamants, ses écluses pourraient inonder tout le paysage environnant, ce moyen de défense naturel la sauva des armées de Louis XIV, cependant la gelée transforma les eaux des
fleuves en routes et Pichegru prit la ville.
Amsterdam a beaucoup d'instituts et d'écoles célèbres, Napoléon 1er en fit la capitale du royaume qu'il créa pour son frère Louis, l'esprit de famille étant vraiment développé en Corse !
Pour toucher Rotterdam nous passons devant Scheviningen près de La Haye.[page]
Scheviningen est un petit port de pêche une station balnéaire et un casino, en outre une puissante station radio PCH de renommée mondiale, ses antennes sont très hautes et se
voient de loin, je salue cette station au passage et dans la langue des télégraphistes chère à Samuel Morse...



TOM U ROSSU
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Mer 22 Déc 2010, 08:36

Suite :
Nous relâchons à Rotterdam qui sera notre dernière escale Hollandaise, ce grand port est une cité aquatique divisée par des ilots et de nombreux canaux navigables, c'est un des ports les plus actifs d'Europe, port aérien de nombreuses écoles, instituts, observatoires, une église dont le clocher est élevé de 64 mètres, en outre c'est la patrie d'Erasme, cette ville est fortement industrielle, chantiers navals, fabriques de machines à vapeur, des tissanderies ; c'est un centre commercial en particulier pour les denrées coloniales.
Pour le pays plat la croisière est terminée hélas !
J'ai pu apprécier les moulins avides de vent, les mers de tulipes multicolores bercées au gré d’Éole, j'eus un regard curieux sur les nombreux cyclistes dont les engins hauts de selle et de guidon sur lesquels pour obtenir un freinage il fallait appuyer sur une poignée située au centre du guidon qui subissant une poussée verticale donnait un bon résultat en bloquant la roue, le pays étant plat, ni côtes ni descentes, la présence d'un changement de vitesse s'avère donc inutile.
Les filles avec leurs nattes aux couleurs du beurre, serrées dans de petits nœuds de soie aux tons vifs avaient de longues jambes ressemblant à des épis de blé bien murs, je pensais que leur moisson faite, les moissonneurs étaient heureux, avec leurs beaux yeux clairs, leur visage rond et coloré, leur franc sourire, ces jeunes Hollandaises m'ont laissé l'impression d'une jeunesse saine qui par sa gaieté réussit à dissiper les brumes des côte Nordiques.

BELGIQUE
En Belgique Anvers fut un régal, que de belles choses à visiter, durant deux jours je passais du Musée des Beaux Arts à l’hôtel de ville de la capitale aux peintures de Rubens et toutes ces rues animées.
Anvers fut victime d'invasions de la part des Anglais ; les Hollandais et les Français, elle fut bombardée par les fusées VI et V2 en 1944-1945.
Nous sommes maintenant à Ostende qui est un port de pêche et d'embarquement pour l'Angleterre, opulente station balnéaire appelée "Reine des Plages".
A part l'église St Pierre et Paul (gothique) il n'y a pas beaucoup de monuments, cette ville a une grande importance commerciale et une forte production huitrière, j'ai fait une cure de ces mollusques et leur fis l'honneur d'une excellente, délicieuse bière brune du pays.
A suivre...



TOM U ROSSU
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Mer 22 Déc 2010, 11:38

Suite...
RETOUR EN FRANCE
J’espère que la pêche aura profité à ceux qui en dépendent, pour moi, elle fut fructueuse car en quelques mois j'appris bien des choses et devins un jeune homme bien mur, quelle école !!!
Nous revoilà vers les côtes de France l'Ailette passe devant
Dunkerque puis Calais, le Pas est franchi elle entre dans la Manche où je reçois un message de Marine Paris FUB qui dit : "Accentuez la chasse aux pèlerins", ces requins peuvent avoir 6 à 13 mètres de taille, ils sont gris et brun sur le dos et plus clairs sur le ventre, ils paraissent insouciants et paisibles, adorent nager en surface.

Spoiler:
Malgré leur grande taille leurs dents sont très petites, ils se nourrissent de plancton et sont inoffensifs.
Leurs branchies font presque le tour de leur corps, les pèlerins vivent en groupes, une troupe peut compter 50 à 100 individus, de telles masse se trouvant dans un filet ne procède certes pas à un remaillage, les pêcheurs se plaignent des dégâts occasionnés par ces cétorhinidés et en informent sans cesse le Ministère de l'Agriculture qui lui demande l'intervention de la Marine qui elle déclenche aussitôt la guerre à ces dévastateurs de filets.
Alors, pendant qu'ils nagent en file, nageoire dorsale et caudale hors de l'eau, ils sont sans aucune pitié de l'autre dévastateur, "l'homme", pris sous le feu de fusils, fusils mitrailleurs et d'une mitrailleuse, ce qui permit à l'équipage d'effectuer un tir d'entrainement, mais la mort, elle ne s'entrainait pas elle prenait la vie de à ces pauvres animaux, les engloutissant dans les profondeurs en laissant le rouge de leur sang percer le gris de la mer que j'étais heureux de n'avoir participé à ce carnage et pensais qu’après tout, les pêcheurs en usant leurs filets en font vendre d'autres aux fabricants, ce qui fait un circuit commercial alors que les malheureux pèlerins à force d'être chassés seront mis hors du circuit de la nature, mais au fait pour éviter cela quels seront les pèlerins qui prieront pour eux ?
Après ce massacre, la Manche riche en événements nous en réservait un :
Nous n'étions plus bien loin de Cherbourg quand j'entendis une conversation en radiophonie entre le Capitaine d'un chalutier et son armateur le chalutier était Breton et si ma mémoire ne me trahit il se nommait "Paot'Khirvinic" (réserve sur l’orthographe), il avait une avarie et embarquait de l'eau, le Capitaine pressait l'Armateur de faire procéder à un remorquage, mais ce dernier marchandait avec les remorqueurs qui rodaient autour du bateau comme des oiseaux de proie autour sentant un animal blessé, pendant ce temps, je repérais la position du chalutier que je communiquais à la passerelle, le Commandant fit immédiatement demander à Paris l'autorisation de se rendre sur les lieux mais avant la réponse nous foncions vers le chalutier, cela s'appelle "Solidarité des gens de mer", j'avisais le Chalutier par :
- "Ici garde-pêche Ailette venons sur vous".
Nous entendîmes l'armateur dire :
- "Laisse tomber les faillots arrivent et c'est gratuit" !!!
Oui, cette campagne fut une belle aventure, je rentre à Cherbourg enrichi d'une belle expérience de la mer, j'avais juste un peu plus de 20 ans.
FIN

Espérant ne point vous avoir ennuyés.
A tous, Joyeux Noël et bon 2011.
Amitiés de Tom U Rossu.



TOM U ROSSU
avatar
MICHELIN
QM 2
QM 2

Age : 75
NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par MICHELIN le Lun 10 Jan 2011, 13:45

A propos de l'Ailette dragueur océanique M 605.
Mon frère ainé a servi à bord de l'ailette de 55 à 56 jusqu'à sa restitution à l’Allemagne fin 56, je crois.
A Whilemshaffen, retour de l'équipage en train, jusqu'à la caserne la Pépinière, puis ensuite Toulon, où il a embarqué sur EE FORBIN.
Il s'agissait du matelot mécanicien MICHELIN, Bernard, mle 2449 t 55.
L'officier en second s'appelait BIRDEN, lieutenant de vaisseau.



E A M F  ET ER LE BRESTOIS
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Lun 10 Jan 2011, 15:46

Cher Michelin,
Merci d'avoir pensé à l'Ailette que j'ai quittée en 1950, elle avait certainement changé depuis mon départ, le Pacha d'alors se nommait De La Loge D'AUSSON.
Je regrette de n'avoir pu connaître ton frère.
Amitiés.
Tom U Rossu.



TOM U ROSSU
avatar
† Fanch 56
FONDATEUR
FONDATEUR

Age : 68
Timonier équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † Fanch 56 le Jeu 08 Sep 2011, 10:17

Je fais remonter





LINUX MINT
On ne dit jamais assez à ceux qu'on aime...........qu'on les aime. (Louis Chédid)
Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
mjuhel
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par mjuhel le Mer 30 Juil 2014, 20:12

Saint-Malo, années 50 à couple du BISSON.
D'après la liste de la flotte en 56 de net-marine; M602 serait "OISE".
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par † tom u rossu le Jeu 31 Juil 2014, 07:41

Bonjour Mjuhel,
Sur ta photo, je ne reconnais pas l'Ailette, ou alors elle a subi de sérieuses transformations.
Amitiés.



TOM U ROSSU
avatar
Chevreuil
QM 2
QM 2

Age : 80
Electricien d armes équipage NON

Re: AVISO GARDE PÊCHE "AILETTE"

Message par Chevreuil le Jeu 31 Juil 2014, 23:50

M602,c'est bien l'Oise

Essayez cette foi ,de ne pas tronquer la photo !!
Cordialement

    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017, 12:37