Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

L'équipe ACB vous souhaite une bonne année 2018

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 661825 messages dans 13564 sujets

Nous avons 15581 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est lecuyer

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» SÉMAPHORE ET MISSIONS
par corre claude Aujourd'hui à 9:17

» CASABIANCA (SNA)
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 9:13

» SUFFREN (FLM )
par pinçon michel Aujourd'hui à 6:53

» [Escale] Sydney
par loulou06000 Hier à 23:06

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 22:07

» MINERVE (SM)
par aretuse Hier à 21:50

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Hier à 21:06

» Flottille 35 F
par Joël Chandelier Hier à 20:25

» LA GALISSONNIÈRE (EE)
par wielingen1991 Hier à 20:20

» [Tahiti] VOTRE PREMIÈRE ARRIVÉE À TAHITI
par Joël Chandelier Hier à 19:23

» LATOUCHE TREVILLE (FREGATE)
par Raymond L Hier à 17:22

» Recherche camarades de promo Maistrance machine 1969-1970
par Patrick DEMONT Hier à 16:36

» PRIMAUGUET (FRÉGATE)
par matricule66 Hier à 16:08

» D.E.T. PORQUEROLLES
par DQN78 Hier à 15:13

» Le Conquet
par COLLEMANT Dominique Hier à 14:26

» Sous-marin LE VERRIER
par COLLEMANT Dominique Hier à 14:23

» École des pupilles 45/46
par Joël Chandelier Hier à 14:20

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par DTL Hier à 9:43

» AQUITAINE D650 (FREGATE)
par pinçon michel Hier à 6:24

» ACHERNAR (DC)
par Tragin Lun 22 Jan - 23:37

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par L.P.(Pedro)Rodriguez Lun 22 Jan - 22:59

» LA FAYETTE F710 (FREGATE)
par Charly Lun 22 Jan - 20:54

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par jobic Lun 22 Jan - 18:52

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Marins du Ciel
par coco038 Lun 22 Jan - 18:28

» [Le cimetière des bâteaux et du patrimoine national] Connaissez- vous la fin de vos bâtiments où vous avez servis
par oge yves Lun 22 Jan - 17:18

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par LES BORMETTES Lun 22 Jan - 16:39

» KETCH ZELÉE (HYDRO)
par PICCOLO Lun 22 Jan - 15:54

» [ Blog visiteurs ] Sticker 14F Marine Nationale
par Invité Lun 22 Jan - 15:49

» HIPPOPOTAME (RHM )
par PICCOLO Lun 22 Jan - 15:33

» FOCH (PA)
par GYURISS Lun 22 Jan - 14:57

» Sous-Marin Dupuy-de-Lôme
par Marco-56 Lun 22 Jan - 11:03

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Lun 22 Jan - 10:38

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par DTL Lun 22 Jan - 9:21

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par VENDEEN69 Lun 22 Jan - 5:37

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos de groupe ou individuelles concernant mon père
par Invité Lun 22 Jan - 1:02

» Sous-marin PAPIN
par COLLEMANT Dominique Dim 21 Jan - 22:18

» COLBERT (1956) (Croiseur)
par Joël Chandelier Dim 21 Jan - 22:13

» DIXMUDE ( PA )
par MARTIN Jean-Pierre Dim 21 Jan - 16:51

» [ Recherches de camarades ] Recherche anciens du TCD Ouragan de 86 à 88
par LECONTE Dim 21 Jan - 16:30

» [LOGOS - TAPES - INSIGNES] Une nouvelle médaille "medaille de la protection militaire du territoire"
par Charly Dim 21 Jan - 15:48

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par loulou06000 Dim 21 Jan - 15:25

» [Divers E.A.M.F.] Figures de l'EAMF
par najpet Dim 21 Jan - 14:40

» AMYOT D'INVILLE [AVISO]
par COLLEMANT Dominique Dim 21 Jan - 13:40

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par BEBERT 49 Dim 21 Jan - 11:34

» [Divers B.A.N.] Formation des Navigateurs Aeriens à Winnipeg
par douzef Dim 21 Jan - 11:32

» ÉCOLE DES MAÎTRES D'HÔTEL
par Roger Tanguy Sam 20 Jan - 19:13

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Jean-Marie41 Sam 20 Jan - 18:09

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par patoch91 Sam 20 Jan - 17:04

» ECOLE DES MAÎTRES D'HÔTEL
par kerneve Sam 20 Jan - 14:00

» La spécialité de Radio
par Noël Gauquelin Sam 20 Jan - 13:10

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Sam 20 Jan - 12:19

» DIXMUDE (BPC)
par loulou06000 Sam 20 Jan - 10:05

» FORBIN D620 (fregate)
par pinçon michel Sam 20 Jan - 8:26

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par BOUBOU 56/50 Sam 20 Jan - 8:19

» [ Les stations radio de télécommunications] Station radio La Régine
par corre claude Ven 19 Jan - 18:59

» MOSELLE (BB - MURUROA)
par DTL Ven 19 Jan - 17:51

» [ Recherches de camarades ] Jaureguiberry années 1966 -1968
par ulysse76 Ven 19 Jan - 17:42

» CDT BOURDAIS (AE)
par Jean-Léon Ven 19 Jan - 16:36

» ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET (AVISO)
par Franjacq Ven 19 Jan - 13:01

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par DTL Ven 19 Jan - 10:11

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Hourtin 67
par skagerrac Ven 19 Jan - 4:12

» [Tous les CFM] LES PERMANENTS DU CFM HOURTIN
par skagerrac Ven 19 Jan - 3:24

» ARROMANCHES (PA)
par skagerrac Ven 19 Jan - 2:31

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par skagerrac Ven 19 Jan - 2:21

» ÉLAN - A768 (BSR)
par marsouin Jeu 18 Jan - 20:33

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Tinto Jeu 18 Jan - 18:36

» [Aéronavale divers] NOS AILES SUR LA MER DANS LES ANNÉES 1970
par Jean-Marie41 Jeu 18 Jan - 18:20

» FLOTTILLE 24 F
par Jean-Marie41 Jeu 18 Jan - 18:11

» LE BOURGUIGNON (ER)
par BRAS Jeu 18 Jan - 17:23

» SÉMAPHORE ET LA RÉSERVE
par superguet Jeu 18 Jan - 17:16

» [ Recherche de camarades ] camarade sur le porte-avions Foch entre 1963 et 1964
par TARO Jeu 18 Jan - 17:09

» CHELIFF (LST)
par marsouin Jeu 18 Jan - 16:58

» FLOTTILLE 23 F
par Joël Chandelier Jeu 18 Jan - 12:47

» SOUFFLEUR
par COLLEMANT Dominique Jeu 18 Jan - 10:55

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Patrick FUCHS Jeu 18 Jan - 8:24

» ÉCOLE DES PUPILLES DE LOCTUDY 1952-1953
par Titi1982 Jeu 18 Jan - 7:44

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par LEMONNIER Mer 17 Jan - 22:31

» BLAISON
par COLLEMANT Dominique Mer 17 Jan - 21:06

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades "catapulteurs" du FOCH de 63 à 64
par Georges du 14 Mer 17 Jan - 20:50

» [ Blog visiteurs ] Mon père ancien de l'école Courbet
par Charly Mer 17 Jan - 19:54

» [Les différentes écoles] Ecole Courbet à Marseille
par dansie Mer 17 Jan - 19:53

» LANN-BIHOUÉ (B.A.N.)
par FRIEH Gérard Mer 17 Jan - 18:52

» [CAMPAGNES C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par loulou06000 Mer 17 Jan - 17:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Mer 17 Jan - 9:55

» BÉARN (PA)
par prenat jean-claude Mar 16 Jan - 18:45

» TOUSSUS LE NOBLE (B.A.N)
par NEHOU Mar 16 Jan - 17:10

» [ Blog visiteurs ] En quoi consistait l'exercice semi-colonne ?
par Invité Mar 16 Jan - 15:42

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du FUSCO NAVARRO Jean-Luc dit l'INDIEN
par navarrolindien Mar 16 Jan - 14:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades corvette Aconit de 75 à 79
par Marc RAYNAUD Mar 16 Jan - 13:10

» [ Divers frégates ] F 712 COURBET
par Charly Mar 16 Jan - 12:35

» LE PICARD (ER)
par duvet Mar 16 Jan - 6:28

» ARCHIMEDE
par COLLEMANT Dominique Lun 15 Jan - 22:36

» ARGONAUTE
par COLLEMANT Dominique Lun 15 Jan - 22:17

» SULTANE
par Marco-56 Lun 15 Jan - 18:14

» [ Blog visiteurs ] LE Bâtiment HYDROGRAPHE LE LAPEROUSE
par Charly Lun 15 Jan - 17:23

» VAUQUELIN (EE)
par DSM 57 Lun 15 Jan - 16:21

» LE VENDÉEN (ER)
par Tinto Lun 15 Jan - 15:20

» ÉCOLE D'INFIRMIERS
par Naphtaki Lun 15 Jan - 14:26

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE MAILLÉ BREZÉ
par Daniel DION Lun 15 Jan - 11:38

DERNIERS SUJETS


Le Soldat Inconnu

Partagez
avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 79
Mécanicien NON

Le Soldat Inconnu

Message par Jean Veillon le Mer 9 Nov - 10:54

En cette veille du 11 Novembre, il me paraît utile de vous faire connaître (si vous en ignorez l'existence) un document que j'ai récupéré sur le Net il y a déjà quelques temps. Je ne sais pas s'il est possible de mettre un PPS entier sur ACB, (de toutes façon je ne saurais pas faire.....) Ce ne sont donc que des "captures d'images". Il doit y en avoir une bonne vingtaine. Je pense que beaucoup d'entre-nous seront interessés par la façon dont a été choisi le "poilu" qui repose aujourd'hui sous l'Arc de Triomphe et à qui nous rendons hommage.













A Suivre


Dernière édition par PAILLETTE le Mer 9 Nov - 13:41, édité 1 fois (Raison : 1 double supprimé)
avatar
Jean-Marie41
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Jean-Marie41 le Mer 9 Nov - 17:08



Je ne savais pas qu'a l'origine,le soldat inconnu devait reposé au Phathéon.
J'attend la suite si cela est possible.

J.M




La solidarité et le travail de chacun au profit de tous.

[Charles Hébrard]
avatar
Joël Chandelier
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 74
Electrotechnicien NON Clairon

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Joël Chandelier le Mer 9 Nov - 20:07

Excellente initiative Jean que de retranscrire ici sur ACB l'histoire du soldat inconnu le 11/11/11 étant pour après demain. Ce 11/11/11 à Fouesnant une partie des enfants d'une classe de CM2 viendra chanter la Marseillaise en hommage a nos soldats disparus.
J'attends comme surement beaucoup la suite de tes copies d'écran (c'est du travail car le PPS est long) alors en attendant voici une vidéo qui complétera tes posts à venir. Ce qyui suit est la 1ère vidéo mais il y en a 4 autres
Jean







 

La "langue" est la meilleure et la pire des choses. [Ésope]
avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 79
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Jean Veillon le Mer 9 Nov - 22:18

avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 79
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Jean Veillon le Mer 9 Nov - 22:52

A Joel Chandelier

Merci pour la vidéo que tu as mis en ligne. Poignante évocation de ce que fût la vie de mon grand père et de mes oncles (2 disparus). Nul doute que ce document ira droit au coeur de ceux qui vont le lire.



avatar
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 79
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Jean Veillon le Jeu 10 Nov - 7:55

La suite




Spoiler:












FIN
avatar
COLLEMANT Dominique
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par COLLEMANT Dominique le Jeu 10 Nov - 8:08

Merci Jean pour ce rappel très intéressant



   
Maître Principal mécanicien Collemant , dit "Bill" dans la sous-marinade / Membre de la section A.G.A.S.M. "Espadon" du Havre / Membre du M.E.S.M.A.T. de Lorient .
avatar
latrubesse jean claude
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 70
Électricien

Re: Le Soldat Inconnu

Message par latrubesse jean claude le Jeu 10 Nov - 9:14

oui bravo vous deux



avatar
PRIOL Yves
MAJOR
MAJOR

Age : 87
Manœuvrier NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par PRIOL Yves le Jeu 10 Nov - 9:44

Habitant Verdun, beaucoup d'articles parraissent : le nom de l'auteur apparait en fin d'article.

NB : il est difficile d'admettre que cette guerre puisse créer des "polémiques politiciennes"

Note personnelle de mon Biffinic : si les combats se déroulaient à quelques kilomètres de VERDUN, la ville n’a pas été épargnée par les bombardements. Dissocier de cette manière VERDUN et les CHAMPS DE BATAILLE est une contre vérité.

Spoiler:


Novembre 2011 - La citadelle souterraine
Les visiteurs du site de Verdun sont parfois étonnés qu’on leur désigne la citadelle souterraine, au centre de Verdun, comme un lieu incontournable. Au fait des grandes lignes de la bataille, ils savent pertinemment qu’elle s’est déroulée à plusieurs kilomètres en dehors de l’agglomération. Si l’intérêt dans la bataille de cette construction de la fin du XIXe siècle ne fut pas négligeable, c’est, toutefois, la cérémonie de désignation du Soldat Inconnu du 10 novembre 1920, qui la rendit internationalement célèbre.
I) Les raisons du choix du lieu :

La citadelle souterraine de Verdun fut aménagée entre 1887 et 1893, sous la direction du commandant du Génie Guinot. L’objectif était de fournir des abris à l’épreuve de l’artillerie adverse. Les travaux consistèrent en un percement, à seize mètres de profondeur, de cinq galeries orientées, ouest-est et d’une largeur de quatre à six mètres. Ces galeries principales sont coupées perpendiculairement par quatre galeries plus petites, deux mètres cinquante de largeur, dites « d’écoute ». D’un développement total de quatre kilomètres 1914, la citadelle souterraine, également désignée citadelle « basse », était le lieu d’implantation de nombreux équipements : magasins, boulangerie, TSF, central téléphonique, cuisines,… Elle joua un rôle de premier plan avec le déclenchement de la guerre et surtout de la bataille de Verdun, en février 1916. Elle devint un élément crucial de l’intendance de l’armée française. Seul lieu d’une totale sécurité dans Verdun, les hommes qui montaient ou descendaient du front y faisaient halte. Elle hébergea de nombreux services administratifs et du ravitaillement. Alors qu’initialement prévue pour abriter une garnison de 2 000 hommes, jusqu’à 10 000 y cantonnèrent simultanément. Une partie de la population de Verdun, mais aussi quelques services municipaux, trouvèrent également refuge, de manière provisoire, en son sein. Riche de ce rôle, il est logique que l’autorité militaire de Verdun ait choisit ce lieu, bien desservi par les voies de communication, pour y organiser la cérémonie de choix du Soldat Inconnu. Quant au choix de la ville de Verdun par les autorités parisiennes, il s’explique par l’aura qui entoure dans les années vingt, la plus grande victoire française de la guerre.
II) 8 novembre 1920 : La citadelle accueille des soldats d’identités inconnus, mais de nationalité française garantie :
Le 11 novembre 1920, date de l’inhumation sous l’Arc de Triomphe d’un Soldat Inconnu, est l’aboutissement d’une idée dont les origines remontent à 1916. Pour que chaque famille d’un disparu de la Grande Guerre puisse imaginer que le soldat honoré à Paris, soit le leur, une opération minutieuse est montée. Huit corps de soldats français inconnus sont donc prélevés dans les secteurs suivants : Flandre, Artois, Somme, Ile-de-France, Chemin des Dames, Champagne, Verdun et Lorraine. Initialement, neuf secteurs avaient été retenus. Néanmoins, dans l’un d’eux, aucun des corps exhumés n’offrait la garantie d’être français.
Le récit de la recherche du corps du secteur de Verdun, illustre la peur de rendre les honneurs à un allemand ou même à un membre des troupes coloniales. L’opération s’effectue au sud-ouest de l’ancien village de Douaumont, à l’ouest du fort, sous les ordres du colonel Bel. Les terrassiers commencent par écarter les nombreux débris métalliques qui jonchent le sol. La terre est ensuite creusée et les premiers corps sont retirés. Cependant, ce sont des tirailleurs, ils ne sont donc pas sélectionnés. Ce n’est qu’à la onzième exhumation, qu’un français peut sans contexte être identifié. Il porte encore des fragments d’uniforme, dans les poches duquel un briquet et quelques pièces sont découvertes. Rapidement il est mis en bière puis transporté vers la citadelle souterraine, en camion.
Dans la journée du 8 novembre, les huit corps font leur entrée officielle dans la Citadelle souterraine, par l’écoute n°1. Une compagnie du 132e R.I., dotée d’uniformes neufs rend les honneurs militaires. A chaque franchissement de l’entrée par un cercueil, revêtu du drapeau tricolore et porté à bras par huit hommes, le commandant Lespinas, mutilé de guerre, donne le commandement : « Au nom de ce soldat inconnu, au nom de tous ceux non identifiés qui dorment dans tous les champs de batailles de France, ouvrez le ban… » Les cercueils sont ensuite conduits jusqu’à la casemate dite « salle des fêtes », transformée en chapelle ardente. Cette casemate est particulièrement chargée d’émotion puisque c’est dans celle-ci que pendant la terrible bataille de 1916, les soldats venaient chercher un peu de joie et de réconfort. En effet, elle disposait d’une estrade pour de petites représentations théâtrales et également d’un écran de cinéma. En outre, dans l’enceinte de ses murs, furent reçus de hautes personnalités : la reine de Roumanie, le roi d’Espagne, le roi de Grèce, Raymond Poincaré ou encore le Maréchal Pétain.
III) L’autorité militaire transforme l’une de ses casemates en chapelle ardente :


L’aménagement de la chapelle ardente est l’œuvre de la main militaire. On rapporte une anecdote rappelant que la décoration intérieure n’est pas la spécialiste des combattants de France. Un sergent des chasseurs aurait été obligé de faire appel à une jeune fille pour fixer des palmes à l’aide d’épingles. Des efforts sont réalisés pour atténuer l’effet quelque peu sinistre de la caserne, dépourvue d’éclairage naturel. Si les pierres du cintre, blanchies à la chaux, sont apparentes, un voile tricolore recouvre tout le tour des murs de la pièce De nombreuses lampes électriques, supportées par des guirlandes de feuillage illuminent la pièce. Des baïonnettes croisées et des cuirasses du second Empire sont suspendues aux murs. Les huit cercueils sont disposés sur trois catafalques. Ils forment donc deux groupes de trois cercueils. L’une des bières est disposée au centre et en élévation par rapport aux deux autres, situées au même niveau. Le troisième groupe ne compte que deux cercueils installés au même niveau. Cette mise en place correspond au projet initial de neuf cercueils. L’annonce tardive de l’absence du neuvième, n’a pas permis de réviser la disposition. De grands voiles bleu, blanc et rouge tombant jusqu’au sol, couvrent chacun des trois catafalques. Au bout de chaque catafalque, se consument deux cierges fichés dans des douilles d’obus. Les corps sont veillés par d’anciens combattants, au nombre de deux par catafalque.
Au fond de la pièce, derrière les cercueils, est placé un autel fleuri de primevères et de chrysanthèmes, sur lequel reposent les distinctions obtenues par Verdun, ville la plus décorée de France. Au dessus, est fixé au mur une grande plaque portant l’inscription « On ne passe pas ». Une Légion d’Honneur et une Médaille Militaire de grandes dimensions sont accrochées de part et d’autre. La garde du lieu est assurée par un sous-officier et deux poilus.
Toute la journée du 9 novembre, les visiteurs sont évalués à 8000. Ils pénètrent dans la citadelle souterraine par l’entrée de l’écoute n°1. Cette dernière est embellie d’une double rangée de canons et de mitrailleuses allemandes, garnis de branches de sapins et de palmes. A la nuit, la chapelle est fermée au public. La veillée funèbre est assurée par des sentinelles, relevées toutes les heures.
IV) 10 novembre 1920 : 1 + 2 + 3 …. ce sera le sixième cercueil !


Le matin du 10 novembre, le flot des visiteurs reprend. Il est tel que de strictes mesures de sécurité doivent être prises pour éviter de possibles bousculades. La file d’attente est très longue, étant donné la faible capacité d’accueil de la chapelle et l’étroite entrée de l’écoute n°1. A 8 heures, les enfants de toutes les écoles publiques et libres de filles et de garçons conduits par leurs maîtres, sont venus rendre hommage aux huit héros. A 9 heures, Monseigneur Ginisty et ses vicaires sont venus se recueillir pendant une demi-heure devant les trois catafalques.
Vers midi, le train spécial des officiels arrive en gare de Verdun. Immédiatement, André Maginot, ministre des anciens combattants, émet le désir de se recueillir devant les huit inconnus. Sur le chemin de la gare à la citadelle souterraine, la ville est pavoisée de drapeaux tricolores. Il effectue une inspection des lieux avant la cérémonie de 15 heures. La disposition en trois groupes alors que les cercueils ne sont que huit ne lui paraît pas judicieuse. Il prescrit donc l’installation des cercueils, deux par deux, sur quatre catafalques, placés à la file dans l’axe de la galerie. Le défilé des visiteurs est interrompu le temps du réaménagement de la chapelle. De son côté André Maginot regagne le centre ville pour déjeuner au bord de la Meuse.
Peu avant 15 heures, la salle est évacuée. Les derniers à la quitter, dans un ordre parfait, sont des scolaires. Une section du 132e R.I. s’ordonne en deux rangs serrés, le long des parois. A leur suite, les officiels prennent place, en avant des catafalques : des officiers supérieurs, Monseigneur Ginisty et ses vicaires, le conseil municipal et quelques autres représentants. Toutes ces personnes sont confinées dans un espace étroit mais respectent de manière impressionnante le silence du recueillement. Bientôt, le « garde à vous », résonne dans la pièce. André Maginot pénètre dans la chapelle ardente, suivi du général Boichut, commandant de la place de Verdun, du général Duport, commandant de la 6e région et des délégations parisiennes des députés mutilés, des veuves, des orphelins et des vétérans de 1870. Parmi les membres de la première délégation, on compte le sous-secrétaire d’état au ravitaillement Thoumyre, amputé d’un bras.

Le général Boichut annonce l’ouverture de la cérémonie en ces termes « En l’honneur du Soldat Inconnu mort pour la France… Présentez…Armes…Ouvrez le ban » Quelques secondes plus tard, le ministre des anciens combattants, s’adresse à un membre du 132e R.I. : « Soldat, voici un bouquet de fleurs cueillies sur le champ de bataille de Verdun, parmi les tombes de tant de héros inconnus. Ce bouquet, vous allez le déposer sur un des cercueils… Ce cercueil sera celui du soldat que le peuple accompagnera demain, du Panthéon à l’Arc de Triomphe, suprême hommage que la France ait jamais rendu à un de ses enfants, mais hommage pas trop grand pour celui qui symbolisera et immortalisera la vaillance française et dont le sacrifice anonyme a sauvé la patrie, le Droit, la Liberté.

Le destinataire de ces mots est le soldat Auguste Thin. Né à Caen, il fait partie de la classe 1919 et a passé cinq mois au front. Le colonel du 132e R.I. justifia son choix par la bravoure dont fit preuve au feu Auguste Thin et du fait que son père était lui-même un disparu. Le bouquet d’œillets rouge et blanc en main, il se fraye un passage à travers la nombreuse assistance et est suivi par André Maginot et les généraux. La démarche d’Auguste Thin est raide, l’émotion l’envahit et le poids de la responsabilité lui incombant l’écrase. Lentement, Auguste Thin fait un premier tour de l’ensemble des quatre catafalques. Il s’engage une nouvelle fois dans la longueur de la galerie. Il marque une hésitation mais finit par dépasser le dernier cercueil et se retrouve au fond de la galerie. Il fait alors demi-tour et revient poser le bouquet sur la bière gauche du
troisième catafalque. Il se met au garde à vous et salue, la main au casque. Bien des années plus tard, il confia la raison de son choix à son fils : « Il me vint une pensée simple : j’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. La décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai ». Le général Boichut clôt la cérémonie : « fermez le ban ». La Marseillaise retentit et un soldat fixe une plaque de bronze portant la simple inscription « Le soldat français », sur le cercueil de chêne, peint en blanc. A cet instant, une femme en pleurs mais gardant toute sa dignité, se penche et embrasse le cercueil. Ensuite, quatre hommes s’approchent avec un brancard sur lequel est déposé un drapeau français. Ils extraient la bière de la casemate, puis de la citadelle souterraine.

A l’extérieur la foule des pèlerins, venus de toute la France, se massent dans l’attente de son apparition. A sa vue, les réactions sont diverses, les anciens combattants saluent alors que les femmes tombent en pleurs. Le cercueil est déposé sur un canon de 75, et prend le chemin de la mairie, au son de la marche funèbre de Chopin. Là, le maire de Verdun, Schleister, prononce un discours, remet la médaille de Verdun au Soldat Inconnu et plusieurs couronnes sont déposées. Enfin, le Soldat Inconnu atteint la gare, direction Paris. Quant-aux sept autres disparus, ils sont transférés, le 11 novembre 1920, de la citadelle souterraine au cimetière du faubourg Pavé.
De nos jours, l’une des salles d’exposition de la citadelle souterraine de Verdun, reconstitue la scène du choix du Soldat Inconnu.
 

Par Romain SERTELET



Auguste Thin et André Maginot, dans la citadelle souterraine de Verdun le 10 novembre 1920

J'avais d'autres clichés mais impossible de les ajouter. Désolée....




Joëlle, la fille du Bosco.
L'amitié est comme une terre que l'on sème.
avatar
parriaux christian
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 69
Électricien d armes   NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par parriaux christian le Jeu 10 Nov - 12:04

le 10 11 1920 a 15h citadelle de verdun dessin de l'envoye de l'illustration


c'etait aussi le cinquantieme anniversaire de la 3e republique ,le 2octobre1921 le general pershing deposa la plus haute distinction mericaine,on transfera aussi le coeur de gambetta au pantheon, le soldat britannique fut tranfere le 10 novembre 1920 par le contre torpilleur anglais verdun, le 2 et 3 novembre 1921 ce fut le soldat italien , le 11 novembre 1921 ce fut le sodat americain ,le 11 novembre 1922 ce fut le soldat belge ,tire de l'album de la guerre 14 ,19 de l'illustration parut en 1929



Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges jeter l'ancre un seul jour ?
avatar
† Ettori
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Secrétaire militaire équipage NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par † Ettori le Jeu 10 Nov - 12:44

Émouvant reportage , et on ne peux que songer que si nous vivons en paix à l'heure actuelle sur notre territoire c'est grâce à tous ces hommes , ces jeunes qui sont tombés sur tous les champs d'honneur

Bravo à nos deux amis pour ces témoignages et images



Cordiale amitié

jean-pierre



Ma devise :
Je ne tends pas la main pour recevoir de l'autre.
La plus belle des richesses sur terre c'est la santé avant toute chose.
avatar
PRIOL Yves
MAJOR
MAJOR

Age : 87
Manœuvrier NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par PRIOL Yves le Jeu 10 Nov - 13:11

Merci, cela enrichit mon post car ce sont les mêmes photos.




Joëlle, la fille du Bosco.
L'amitié est comme une terre que l'on sème.
avatar
larcher
QM 1
QM 1

Age : 71
Transfiliste équipage NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par larcher le Jeu 10 Nov - 14:58

Sans le faste entourant le choix du soldat inconnu et son transfert à l'arc de triomphe, ne pas oublier non plus que des soldats inconnus ont été inhumés au cimetière de Notre-Dame de Lorette (62), ceux-ci victimes de la 2nde guerre mondiale, de la guerre d'Indochine et de la guerre d'Algérie, mais les médias n'en parlent jamais (ou rarement). Il est vrai que 14-18, c'était (le croyait-on) la Der des Der.



Pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même.
avatar
Jean-Marie41
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Jean-Marie41 le Jeu 10 Nov - 17:19



et merci à vous tous pour ces recits.
Demain,comme chaque 11 novembre,je vais à Blois pour cette cérémonie et comme d'ab,le sang va me glacer à la
sonerie aux morts.

J.M




La solidarité et le travail de chacun au profit de tous.

[Charles Hébrard]
avatar
parriaux christian
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 69
Électricien d armes   NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par parriaux christian le Jeu 10 Nov - 18:31





Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges jeter l'ancre un seul jour ?
avatar
jipy 6568
QM 1
QM 1

Age : 70
Mécanicien NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par jipy 6568 le Jeu 10 Nov - 18:51

Merci à Jean VEILLON et à Joël CHANDELIER.

Le "PPS" sur le Soldat inconnu désigné par Auguste THIN est BEAU et très explicatif de cette guerre



Ne perdons rien du passé, ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir.
Ne dites pas à la bière je ne boirai pas de tonneaux.
Si fortune vient en dormant... les emmerdements arrivent au réveil.

Dans la vie il y a trois routes
1 - L'estime : l'idéal que l'on poursuit
2 - La route vraie : la vie réelle de tous les jours
3 - La route sur le fond : c'est le destin

La liberté est un combat... d'abord avec soi-même.
avatar
PRIOL Yves
MAJOR
MAJOR

Age : 87
Manœuvrier NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par PRIOL Yves le Jeu 10 Nov - 19:59

Demain, comme depuis longtemps, j'irai quéter pour le Bleuet de France.

Ensuite messe et cérémonies toujours très émouvantes. D'ailleurs, ici à Verdun nous avons des cérémonies tous les jours depuis le 1er novembre pour le ravivage de la Flamme à la crypte prélevée à l'Arc de Triomphe le dernier dimanche d'octobre et qui est ramenée à Verdun par des marcheurs.

L'année dernière à cette occasion, Biffinic a eu l'insigne honneur de porter le drapeau de l'Arc de Triomphe



Cette année indisponible pour cause des deux bras dans le platre


[

les marcheurs



Prélèvement de la Flamme par le Général COMBETTE qui est maintenant remplacé par le Général CUCHE (j'espère ne pas me tromper...)




Joëlle, la fille du Bosco.
L'amitié est comme une terre que l'on sème.
avatar
Joël Chandelier
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 74
Electrotechnicien NON Clairon

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Joël Chandelier le Jeu 10 Nov - 20:01

La cérémonie du 11 novembre va devenir la cérémonie de tous nos soldats (ou militaires d'autres Armée) morts pour la France quelque soit la date et le lieu.
Vendredi, TF1 retransmettra la cérémonie nationale du 11 Novembre
qui rendra hommage cette année à l'ensemble des soldats morts pour la
France, ceux des deux guerres mondiales mais aussi, et pour la première
fois, ceux des conflits plus récents.





 

La "langue" est la meilleure et la pire des choses. [Ésope]
avatar
Tinto
QM 1
QM 1

Age : 66
NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par Tinto le Ven 11 Nov - 0:50

Merci pour vos photos et reportages.
Espérons que le temps soit clément pour les cérémonies du 11 novembre.

Toujours d'actualité ce magnifique poème de Pascal Bonetti :





   
André RODRIGUEZ, Chouf toujours (1967-73).
avatar
† JCC29
QM 2
QM 2

Age : 70
NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par † JCC29 le Ven 11 Nov - 7:38

Très émouvantes évocations, lectures, et témoignages pour honorer nos anciens
merci pour eux
plus jamais ça



Le 1er qui sera le dernier sera foutu dedans signé (un Bidel)
avatar
LEBRIS
QM 2
QM 2

Age : 78
Commis équipage NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par LEBRIS le Ven 11 Nov - 10:40

dans notre commune la ceremonie au monument est le dimanche
qui suit le 11 novembre depot de gerbe lecture du message du secretaire d'etat
puis le verre de l'amitie à la mairie ou onretrouve les camarades de l'association
avatar
takeo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 56
Mécanicien équipage

Re: Le Soldat Inconnu

Message par takeo le Ven 11 Nov - 11:02

Merci Jean et Joël

pour cette émouvante présentation sur le soldat inconnu , vous venez de m'apporter beaucoup de choses que je ne connaissais pas.

Amicalement .




*De temps à autre, un retour aux sources ou à nos racines s'impose pour retrouver ce qui jadis fut familier et siège pour toujours dans notre cœur *
[Loreena McKennitt]
avatar
larcher
QM 1
QM 1

Age : 71
Transfiliste équipage NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par larcher le Jeu 17 Nov - 14:58

Comme le disait plus haut la fille du bosco, à Verdun les cérémonies patriotiques ne manquent pas et parfois avec des grosses têtes, comme en 1978 venue du président de la République pour le 11 novembre sur les champs de bataille, en septembre 1984 cérémonie à Douaumont avec le président de la République et le Chancelier allemand (le fameux main dans la main) et le 15 juin 1986 pour le 70ème anniversaire des combats, toujours à Douaumont avec le président de la République ; ce jour-là m'a marqué, parce qu'en service d'ordre au bas de la Côte de la Valtoline, route menant à Douaumont, nous avons malheureusement dû bloquer et fait faire demi-tour à trois cars amenant des anciens de la Der des Der aux cérémonies, tout celà pour arrivée après l'heure de fermeture de la route ; crève-coeur, mais les ordres étant les ordres... J'imagine le désappointement sinon la colère de ces anciens. D'accord, Verdun on ne passe pas, mais quand même.



Pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même.
avatar
PRIOL Yves
MAJOR
MAJOR

Age : 87
Manœuvrier NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par PRIOL Yves le Jeu 17 Nov - 16:13

Sécurité oblige....

Nous même qui sommes sur le terrain toute l'année, devons montrer pate blanche et laissez-passé quand une "grosse tête" est présente (tous les 5 ans le 1er ministre, tous les dix ans le Président de la République) et même avec cela, il nous est arrivé de rester en rade ou de ne pas être invité (par la préfecture tout va bien, par le conseil général : il faut être notable.....)

Les porte-drapeaux doivent même dérouler leur drapeau si par hasard un fusil n'y serait pas caché....

Et nous restons des heures sous tous les temps à attendre l'autorisation de monter dans les bus. Voiture interdite. Je pense à ces moments là aux Anciens qui doivent rester debout sans boisson adaptée au temps...

Donc si l'un ou plusieurs d'entre vous désirent venir pour les cérémonies (avec grosses têtes), vous pouvez me contacter pour obtenir le précieux sésame....

le gros des manifestations sera 2016 (bataille de Verdun) mais à partir de 2014 jusqu'en 2018, ce sera chaud.

sinon vous pouvez venir sans cérémonie particulière et nous nous ferons un plaisir de vous guider et plus si affinités.....




Joëlle, la fille du Bosco.
L'amitié est comme une terre que l'on sème.
avatar
lacointe.michel
QM 1
QM 1

Age : 84
Mécanicien équipage NON

Re: Le Soldat Inconnu

Message par lacointe.michel le Jeu 17 Nov - 16:37

Merci pour les belles photos et les commentaires.

J'ai eu l'honneur par 2 fois de déposer une gerbe et de raviver la flamme.La première fois avec un détachement de la marine et la deuxième avec un détachement de l'armée de l'air, et une dizaine de fois en étant président de l'amicale des anciens marins de stains.
La première fois au mois d'août en représentant la fammac.
La deuxième fois pour les 60 ans de mon amicale et aussi 20 èleves et les professeurs d'histoire du lycée Sainte Marie de Stains.

michel

    La date/heure actuelle est Mer 24 Jan - 9:34