Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 635303 messages dans 13337 sujets

Nous avons 15614 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est ROCHEFORT

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par loulou06000 Aujourd'hui à 0:15

» DUPERRE (EE)
par Jean Veillon Hier à 23:53

» [ Associations anciens Marins ] AGASM - SECTION NARVAL
par COLLEMANT Dominique Hier à 21:20

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par Bureaumachine busset Hier à 21:16

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par PAUGAM herve Hier à 21:04

» LE NORMAND (ER)
par Bureaumachine busset Hier à 20:56

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par DELATTRE Hier à 19:50

» [ Marine à voile ] Les grandes voiles au Havre
par PAUGAM herve Hier à 18:26

» TONNERRE (BPC)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 17:49

» [Tahiti] VOTRE PREMIÈRE ARRIVÉE À TAHITI
par Max Péron Hier à 17:06

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par COLLEMANT Dominique Dim 24 Sep 2017 - 23:08

» MARINE PAPEETE, ET QUE MARINE PAPEETE !
par Joël Chandelier Dim 24 Sep 2017 - 22:10

» [Vieilles paperasses] Anciennes photos de marins
par PAUGAM herve Dim 24 Sep 2017 - 21:18

» [Aéronavale divers] Breguet Alizé BR 1050
par marsouin Dim 24 Sep 2017 - 20:07

» [ Associations anciens Marins ] A.G.A.S.M. Le Havre section "ESPADON"
par COLLEMANT Dominique Dim 24 Sep 2017 - 19:09

» [Papeete] PAPEETE - LES BARS DURANT VOS CAMPAGNES - TOME 2
par Jean-Marie41 Dim 24 Sep 2017 - 18:17

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Jean-Marie41 Dim 24 Sep 2017 - 18:07

» UTILISATION DU FORUM : "RECHERCHES DE CAMARADES"
par Charly Dim 24 Sep 2017 - 16:56

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades mécano Jeanne d'Arc campagnes 1969-1971
par JACQUES SOUVAY ou BILL Dim 24 Sep 2017 - 16:44

» [Aéronautique divers] Le RAFALE
par Jean-Marie41 Dim 24 Sep 2017 - 16:04

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par veillon christophe Dim 24 Sep 2017 - 14:03

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par PAUGAM herve Dim 24 Sep 2017 - 13:42

» [Campagnes C.E.P.] L'ADIEU A PAPEETE
par marsouin Sam 23 Sep 2017 - 23:38

» [Les traditions dans la Marine] Tenue dans la Marine- Tome 02
par L.P.(Pedro)Rodriguez Sam 23 Sep 2017 - 23:11

» BERRY (TRANSPORT-RAVITAILLEUR)
par DUFFOND Serge Sam 23 Sep 2017 - 21:51

» [ Recherches de camarades ] RECHERCHE MÉCANOS P.A. ARROMANCHES 72
par nouilhan Sam 23 Sep 2017 - 21:49

» [Traditions] LES RUBANS LÉGENDÉS
par douzef Ven 22 Sep 2017 - 21:09

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Bureaumachine busset Ven 22 Sep 2017 - 21:02

» Vieilles paperasses
par L.P.(Pedro)Rodriguez Ven 22 Sep 2017 - 20:17

» [ Histoire et histoires ] Musée de la résistance et du combattant à Montauban
par centime44 Ven 22 Sep 2017 - 13:40

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Charly Jeu 21 Sep 2017 - 16:38

» LE PICARD (ER)
par duvet Jeu 21 Sep 2017 - 15:51

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par Rousier Jeu 21 Sep 2017 - 15:48

» Recherche de camarades CFM Hourtin décembre 65
par duvet Jeu 21 Sep 2017 - 15:32

» [Ports] LE VIEUX BREST
par loulou06000 Jeu 21 Sep 2017 - 14:22

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par COLLEMANT Dominique Jeu 21 Sep 2017 - 13:16

» [ Les Musées en rapport avec la Marine ] Musée de l'Aeronautique Navale de Rochefort
par Bureaumachine busset Mer 20 Sep 2017 - 21:18

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Jean-Marie41 Mar 19 Sep 2017 - 19:41

» [ Recherches de camarades ] Recherche de camarades de l'aviso LA CAPRICIEUSE 18/07/59 - 01/09/61
par Serge BAVOUX Mar 19 Sep 2017 - 19:23

» Les classiques ] MORSE (SM)
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Sep 2017 - 10:11

» ALBUM PHOTOS DE COURS - E.M.E.S. CHERBOURG
par Kohler Jean Marie(Hans) Lun 18 Sep 2017 - 11:49

» [Aéronavale divers] Hélico NH90
par Bureaumachine busset Lun 18 Sep 2017 - 11:25

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par COLLEMANT Dominique Lun 18 Sep 2017 - 9:43

» [Campagne C.E.P. - Mururoa] Photos inédites de Mururoa
par marsouin Dim 17 Sep 2017 - 15:36

» LANVÉOC POULMIC (B.A.N.)
par Jean-Paul Bargain Dim 17 Sep 2017 - 15:26

» [Votre passage au C.F.M.] Photos de groupe
par Serge BAVOUX Ven 15 Sep 2017 - 18:59

» ILE LONGUE
par papyserge Ven 15 Sep 2017 - 11:55

» FULMAR P740
par Olif' Jeu 14 Sep 2017 - 22:01

» ÉCOLE DES DÉTECTEURS - ST MANDRIER
par LeNormand59 Jeu 14 Sep 2017 - 16:40

» LE MUTIN (BE)
par gilbert kerisit Jeu 14 Sep 2017 - 12:21

» INSIGNES
par Lagier Michel Mar 12 Sep 2017 - 14:19

» SUFFREN (FLM )
par loulou06000 Lun 11 Sep 2017 - 18:34

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Lun 11 Sep 2017 - 18:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du CFM Hourtin et du Sous-Marin Doris année 1972
par JONCQUET Lun 11 Sep 2017 - 16:38

» [ Recherches de camarades ] Celo Marcel Bosco il était sur le Du chayla en 72:73 S/mtre BS et ensuite sur le Tourville?
par KLETKE Lun 11 Sep 2017 - 7:35

» [Divers EAMF] Cours du BS mécanicien du service général à Saint Mandrier
par Jean-Marie41 Dim 10 Sep 2017 - 20:36

» VERSEAU (DC)
par BRINDEJONT Dim 10 Sep 2017 - 17:01

» ÉCOLE DES FOURRIERS CHERBOURG
par armorique Dim 10 Sep 2017 - 15:40

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par Joël Chandelier Dim 10 Sep 2017 - 11:37

» [ Recherches de camarades ] A bord du dragueur Verseau 1974
par BRINDEJONT Dim 10 Sep 2017 - 9:56

» ROCHEFORT (B.A.N.)
par takeo Sam 9 Sep 2017 - 21:01

» AGADIR (B.A.N.)
par J-C Laffrat Sam 9 Sep 2017 - 19:11

» DUGUAY TROUIN (FRÉGATE)
par Pierre Manceau Sam 9 Sep 2017 - 19:06

» BSM LA PALLICE
par BEBERT 49 Sam 9 Sep 2017 - 17:23

» DÉTROYAT (AVISO)
par jurissacage Sam 9 Sep 2017 - 17:02

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par armorique Sam 9 Sep 2017 - 15:47

» ENGAGEZ VOUS !!! RENGAGEZ VOUS,OU LES CAMPAGNES D'INFORMATION DE LA MARINE DEPUIS L'AN 2000
par Roger Tanguy Ven 8 Sep 2017 - 22:51

» JAUREGUIBERRY (EE)
par Vieuxchange Jeu 7 Sep 2017 - 21:55

» FLOTTILLE 6 F
par J-C Laffrat Jeu 7 Sep 2017 - 19:54

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par Michel Roux Jeu 7 Sep 2017 - 10:26

» [ Recherches de camarades ] anciens du Totor campagne Kerguelen 79/80
par Philippe GENDRON Mer 6 Sep 2017 - 21:58

» [ Blog visiteurs ] Recherche de documents photographiques
par Invité Mer 6 Sep 2017 - 17:11

» CHELIFF (LST)
par Jean-Marie41 Mar 5 Sep 2017 - 21:00

» Achat de tapes de bouches...
par christetsoaz Mar 5 Sep 2017 - 18:03

» ÉCOLE DES FUSILIERS
par alain EGUERRE Lun 4 Sep 2017 - 16:58

» [Papeete] PIRAE-ARUE, hier et aujourd'hui
par Didier Moreaux Lun 4 Sep 2017 - 15:00

» [ Logos - Tapes - Insignes ]
par matricule66 Lun 4 Sep 2017 - 11:21

» [ Recherches de camarades ] Escorteur Côtier "Spahi" Algérie1958-1959 (jusqu'au désarmement à Toulon)
par Tragin Lun 4 Sep 2017 - 0:02

» CFM BREST
par GRAFF Gérard Dim 3 Sep 2017 - 21:51

» [Logos-Tapes-Insignes] ECUSSONS
par douzef Dim 3 Sep 2017 - 20:34

» FLOTTILLE 27 F
par J-C Laffrat Dim 3 Sep 2017 - 13:47

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par JACQUES SOUVAY ou BILL Dim 3 Sep 2017 - 10:51

» ÉCOLE DES PUPILLES 50/51.
par sendrané Sam 2 Sep 2017 - 16:19

» [Aéronavale divers] ÉTENDARD...
par douzef Sam 2 Sep 2017 - 9:53

» LE BOURGUIGNON (ER)
par Xavier MONEL Ven 1 Sep 2017 - 15:49

» [ Recherches de camarades ] Recherche VENANCIE Jean-Marie
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 1 Sep 2017 - 14:34

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par COLLEMANT Dominique Jeu 31 Aoû 2017 - 22:49

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par rogertriton Jeu 31 Aoû 2017 - 21:51

» FORBIN D620 (fregate)
par VENDEEN69 Jeu 31 Aoû 2017 - 7:08

» BALNY (AE)
par Charly Mer 30 Aoû 2017 - 23:22

» ACONIT F713 (FREGATE)
par COLLEMANT Dominique Mer 30 Aoû 2017 - 20:56

» DAKAR BEL-AIR et OUAKAM (B.A.N.)
par Serge BAVOUX Mer 30 Aoû 2017 - 17:42

» LCT L 9099
par J.Revert Mer 30 Aoû 2017 - 17:27

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par Jean-Léon Mer 30 Aoû 2017 - 11:50

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par didiboy31 Mar 29 Aoû 2017 - 23:56

» [ Blog visiteurs ] Marin sur le Lafayette 53/54
par Invité Mar 29 Aoû 2017 - 20:11

» LES INSIGNES DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE...
par douzef Mar 29 Aoû 2017 - 18:42

» [Marine à voile] L'Hermione
par pinçon michel Mar 29 Aoû 2017 - 5:52

» BÉVÉZIERS (SM)
par COLLEMANT Dominique Lun 28 Aoû 2017 - 23:22

DERNIERS SUJETS


Les mutineries.

Partagez
avatar
Invité
Invité

Re: Les mutineries.

Message par Invité le Ven 21 Juil 2006 - 8:01

oui Daniel et avec beaucoup d'humour. Facile à lire. Vite la prochaine :cheers:


Dernière édition par le Ven 21 Juil 2006 - 11:21, édité 1 fois
avatar
tabletop83
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 55
Radio NON

Re: Les mutineries.

Message par tabletop83 le Ven 21 Juil 2006 - 11:04

encore encore encore!!!!



avatar
Laurent
MATELOT
MATELOT

Age : 71
Radio équipage NON

Re: Les mutineries.

Message par Laurent le Ven 21 Juil 2006 - 14:37

bravo yturuban
tout y était : suspence jusqu'au bout.
On en redemande.





Va petit mousse, ou le vent te pousse.
Bon vent matelot
avatar
Bernard ( nanar )
MATELOT
MATELOT

Age : 68
Missilier équipage NON

Re: Les mutineries.

Message par Bernard ( nanar ) le Ven 21 Juil 2006 - 17:06

tu va nous faire le Bounty aussi ...





Amitiés Bernard GEORGE
avatar
yturuban
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Les mutineries.

Message par yturuban le Ven 21 Juil 2006 - 23:17

Bernard ( nanar ) a écrit:tu va nous faire le Bounty aussi ...

Pourquoi pas ? nanar !



A la mer, trop fort n'a jamais manqué.
avatar
yturuban
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Les mutineries.

Message par yturuban le Mer 31 Jan 2007 - 14:13

Bien !, hé bien me voilà enfin de retour sur le chapitre des mutineries, avec mes excuses pour cet entracte un peu long, dû à une sur-occupation durant ces derniers mois, avec un déménagement en plus, durant lequel d'ailleurs, j'avais égaré mes notes,.
Mais, tout est revenu dans l'ordre, et me revoilà.

Cette seconde histoire que je vais vous raconter maintenant, est bien moins connue que celle du Potemkine, mais non moins importante sur le plan historique.
Plusieurs années se sont écoulées, et nous voici en 1918, dans un pays en guerre, l'Allemagne.
Depuis la bataille du Jutland de juin 1916, qui n'a pas laissé un glorieux souvenir dans les mémoires, les gros bâtiments de la flotte Allemande n'ont guère pris la mer et l'inaction mine le moral des équipages.
Hé oui, ces grands bâtiments, jugés trop vulnérables, sont bloqués dans les ports de la Baltique et de la mer de Nord.
Par contre, les unités plus légères, comme les destroyers, torpilleurs et autres sous-marins, continuent de se battrent.
Les sous-marins en particulier, prennent une importance considérable.
Ces unités combattantes, de surface comme sous-marine, se voient affectés les meilleurs éléments parmi les hommes d'équipages, par contre, les unités qui ne naviguent plus, reçoivent des hommes dont personne ne veut, ils y a même parmi eux, d'anciens "disciplinaires", excusez du peu !
çà promet !
2videmment, ces hommes s'ennuient " à cent sous de l'heure" comme on dit, sur ces grand navires, et comme oisiveté est mère de tous les vices, ce qui devait arrivé, arriva !
Nous sommes à la fin du mois d'octobre 1918, ç va mal pour l'Allemagne ! certains laissent déjà entendre qu'un armistice pourrait être demandé par celle-ci, mais ce n'est pas encore fait, et tel le phoenix, la bête pourrait renaître de ses cendres !
Par contre, dans les ports et les arsenaux, çà bouillonne !
des agitateurs "révolutionnaires" travaillent les équipages au corps.
Évidemment, comme ceux-ci n'ont rien à foutre, ils ont le temps d'écouter et de cogiter !
La révolution bolchévique en Russie vient de se terminer par la chute du tzar et la mise en place d'un gouvernement populaire, ce qui laisse entrevoir des espoirs fous aux "masses laborieuses" des pays européen, Allemagne compris.
Bon, très bien !
tout le monde dit que la guerre va se terminer dans les jours qui viennent,
'super !, on va pouvoir rentrer à la maison ! se disent les matelots, qui s'emm....de sur ces " reines des quais" ' !
Hé non ! pas de pot !
Le commandement allemand a décidé de frapper un grand coup !
perdu pour perdu, afin de pouvoir négocier les conditions de paix dans de meilleures conditions, ils veulent faire sortir ces grand bâtiments afin de livrer une dernière bataille et ainsi tenter d'infliger de lourdes pertes à l'ennemi.
Le dernier soubresaut de la bête à l'agonie, en quelque sorte !
Bon, l'ordre est donné et la flotte se rassemble en rade de Schillig.
Mais, c'était sans compter avec les agitateurs, ceux-ci, aidés par des "tire-au-cul" qui n'ont pas la fibre très patriotique, protestent et font croire aux hommes que le seul but de cette offensive est de satisfaire la vanité des officiers !
En effet, une rumeur circule comme quoi les Anglais auraient lancé un défi à la marine allemande et que celui-ci aurait été relevé par les officiers.
Pure invention, bien sûr ! mais plus c'est gros et mieux ça marche !
Nous sommes le 29 octobre 1918, la flotte reçoit l'ordre d'appareiller !

voilà, le décor est en place !
Que va t' il se passer ?
Hé bien vous le saurez demain !
A suivre !!



A la mer, trop fort n'a jamais manqué.
avatar
yturuban
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Les mutineries.

Message par yturuban le Sam 3 Fév 2007 - 21:44

Bien, dans le chapitre précédent nous en étions resté au moment où la flotte reçoit l'ordre d'appareiller.
Les sous-marins, toujours fidèles au poste, sont déjà au large, près à bondir !
Mais, maintenant il est déjà minuit, et les gros navires de ligne sont toujours à quai !
mais pourquoi ?
hé bien, ce sont les " bouchon gras" qui font de la résistance ! en effet, les chauffeurs menacent d'éteindre les feux si les navires appareillent ! on ce demande d'ailleurs pourquoi ils les avaient allumés alors ! mais enfin, cherchons pas !
Par contre, c'est très ennuyeux çà ! l'amiral Hipper décide alors de retarder l'appareillage de 24 heures, le temps de laisser aux officiers une reprise en main des équipages.
le lendemain, 30 octobre, les chose ne s'arrangent pas ! je dirais même que la situation se dégrade à vitesse "Grand V".
Figurez -vous que sur 2 cuirassés, les feux sont éteints avec des manches à eau (bonjour les chaudières !) et tant qu'à faire, les gars du pont, pour ne pas passer pour des dégonflés sans doute, détruisent les guindeaux !
Une fois de plus, l'appareillage est retardé, mais là, trop c'est trop ! l'amiral Hipper prend un coup de sang !
On est en guerre quand même ! b****l !!
et une mutinerie en présence de l'ennemi, c'est impardonnable !
Dans ce cas, le règlement est formel ! ON FLINGUE !!
Le lendemain, 31 octobre, à l'aube, le sous-marin U 135 se place en position de tir par le travers d'un des batiments. celui qui a été choisi pour toucher le gros lôt est le Thüringen.
De plus, trois destroyers abordent le cuirassé et une compagnie de débarquement saute à bord ! fini la rigolade !
Mais là, surprise ! ils avaient compté sans les matelots mutinés du bateau voisin, le "Helgoland", ces derniers dans un élan de solidarité ne trouvent pas mieux que de pointer leurs canons sur le sous-marin et les destroyers !
C'est craignos là ! parce-que recevoir des prûneaux comme çà, au petit matin, çà se digère assez mal !
Mais sur le Thuringen, les officiers ne perdent pas leur sang froid et aidés par quelques marins restés fidèles à l'autorité, ils pointent leurs tourelles sur le Helgoland !
C'est le Western ! Duel à OK corral !
qui va dégainer le premier !
Après quelques instants de tension extrême, durant lesquels quelques pantalons ont sûrement été souillés, le Helgoland cède enfin !
Ouf, on a échappé au pire ! pour l'instant du moins !
mais maintenant, il va falloir rendre des comptes et l'amiral n'est pas content du tout !
pour commencer, cinq cent mutins sont débarqués et interné illico presto !
Il faut aussi enrayer la contamination, pour celà, l'amiral décide de disperser la flotte (les bateaux quoi ! pas des bouteilles d'eau minérales, hein !)dans les ports voisins.
Cinq cuirassés rallient le port de Kiel, dont le Markgraf, et sur celui-ci, aussitot, 180 mutins sont débarqués et incarcérés à la prison maritime.
Et vous croyez que ces mesures ont découragé les meneurs ?
Pas du tout !
Ils y vont de plus belle ! et continuent leur travail de propagande sur les autre Batiments !
Bon, il faut pourtant éviter que la tension ne monte de trop, alors, les officiers autorisent quand même les hommes d'équipage à descendre à terre.
Nous sommes maintenant le 2 novembre, cinq cents marins, à terre, se rassemble sur une place, harangués par un certain "Karlt Altelt", qui est marin également, mais aidé par un socialiste extrémiste nommé Arthur Popp.
le susnommé Altelt est déjà bien connu des autorités maritimes et de la police, il est fiché comme un révolutionnaire passionné ! c'est à se demander ce qu'il faisait dans la marine du Kaiser !
Mais bon, on est en guerre, et il faut de la chair à canon ! pas vrai !
Par contre, le gaillard est un excellent orateur, à la voix puissante, inlassablement il répète qu'il faut passer aux actes !
bien sûr, petit à petit les matelots sont rejoint par des ouvriers de l'arsenal, et la tension monte ! monte ! monte ! , l'effet de foule remplit son office !
Une manifestation est décidée pour le lendemain, au même endroit.
Le commandant du port de Kiel, l'amiral Souchon, homme énergique s'il en est, et qui a déjà maté des rebellions avec une certaine habileté, laisse se tenir la manifestation.
Mais il a un plan ! le bougre .
le voici:
Dès le début des festivités, il fera sonner le rappel à bord, les marins disciplinés rentreront et les autres seront arrêtés par les patrouilles formées par les équipages des destroyers.
façon de séparer le grain de l'ivraie, en quelque sorte.
Faut avouer que l'idée n'est pas con.
Bon, nous sommes donc le dimanche 3 novembre, il est 17 heures, vingt milles manifestants, et oui, rien que çà !, ça fait du populo ! ,sont réunis sur la place.
A ce moment, comme prévu, retenti la sonnerie du rappel à bord !
Mais là, ho ! surprise ! (surtout pour l'amiral) une formidable huée s'élève et personne ne bouge !
Le dénommé Altelt, toujours lui ! grimpe sur une tribune improvisée et prend la parole.
Je cite:
"Le gouvernement veut faire la paix et nous l'approuvons , avec la majorité écrasante des marins, des soldats et des prolétaires allemands !
Alors ? je vous le demande ! où sont les rebelles ? sont-ils ici ?
parmis ceux qui soutiennent la politique du gouvernement ? ou bien chez les officiers qui veulent pousuivre leur guerre ! qui n'est pas la notre ! et qui n'est pas celle du peuple allemand !"
Alors là ! la foule, entrainée par des agitateurs infiltrés (comme toujours), scande:
Officiers rebelles ! officiers rebelles !
L'orateur, très martial, étend lentement les bras et le silence revient.
Il en rajoute une couche:
"Il faut en finir avec la folie meutrièredes junkers !
suivons le grand exemple de nos camarades russes !
Ils ont chassé leurs officiers ! ils ont créé des soviets de soldats et d'ouvriers !
ils ont donné la paix et du pain au peuple russe !
A notre tour camarades !
Pour mettre au pas les officiers, pour rabattre leur morgue, pour faire la paix !
Constituons un soviet des matelots et des ouvriers, le premier soviet des matelots et des ouvriers !
le premier soviet de l'Allemagne !
Allons délivrer nos camarades injustement emprisonnés !"
fin de citation
Et voilà, comment on fait marcher une foule, il suffit de dire bien fort et avec beaucoup d'assurance, un peu tout et n'importe quoi .
Evidemment, l'orateur est copieusement ovationné, la foule se dirige alors vers la prison maritime, sans oublier d'entonner "l'internationale", mais en marchant au pas cadencé, la force de l'habitude, sans doute ?
Il fait nuit maintenant et la foule avance à la lumière des torches, mais attention,la mort rode, les patrouilles disposées par l'amiral Souchon s'évanouissent dans l'obscurité, le drame va se jouer plus loin, au bout de la rue appelée "Feldstrasse".
Que va il arriver ?
Vous le saurez au prochain épisode !
bonsoir !



A la mer, trop fort n'a jamais manqué.
avatar
Invité
Invité

Re: Les mutineries.

Message par Invité le Dim 4 Fév 2007 - 8:54

narration toujours excellente. J'ai hâte d'être à demain pour la suite...
avatar
yturuban
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Les mutineries.

Message par yturuban le Dim 4 Fév 2007 - 22:59

Bon, hier nous en étions resté au moment où la foule des manifestants s'ébranlait pour se diriger vers la prison maritime.
et comme je vous disais, le drame allait se dérouler au bout de la rue "Feldstrasse".
Hé oui, car à cet endroit, les attend une compagnie de fusiliers marins !
Ceux-ci reviennent de l'enfer des Flandres, ils ont connu l'horreur des combats, la misère et la cruauté, ils ont combattu avec courage mais sans haine l'ennemi du front, mais par contre, ils vomissent ceux qu'ils appellent les "planqués" ceux-là qui, sans avoir rien connu de la guerre se proposent de dicter leur conduite à ceux qui en ont payé le prix fort !
Ha non alors ! pas question !
Ils attendent !
le martèlement des milliers de pas résonne dans la nuit humide et froide, il se rapproche, lancinant, angoissant.
Tout à coup, un ordre bref.
et une salve de semonce s'élève vers le ciel.
Deuxième ordre !
les "mauser" s'abaissent à l'horizontale .
Devant eux, une masse hurlante, immense, impressionnante ! et maintenant si proche !
si proche que la lueur des torches fait scintiller l'acier des casques !
Mais ces hommes ne tremblent pas, ils attendent, impassibles, l'ordre libérateur.
Et tout à coup !
Feuer ! Feuer !
Tous les fusils crachent en même temps leur venin mortel ! dans un fracas assourdissant !
çà sent la poudre, la fumée et le sang !
Le silence revient, rompu seulement par les gémissements des blessés.
Les mutins ont disparus, terrorisés, ils se sont évanouis dans l'obscurité.
Ici, c'est l'horreur, sur cette place immense, gisent les morts et les blessés.
Victoire brutale de l'ordre, mais qui sera sans lendemain.
En effet, voyez-vous, le mouvement qui se développe dépasse maintenant le stade de la simple mutinerie qui pourrait se régler par des moyens strictement militaires.
C'est toute une société qui est en train de changer, mais personne ne s'en doute encore.
Nous sommes le 4 novembre et les nouvelles sont mauvaises, surtout pour l'amiral Souchon.
En effet, les matelots de l'école navale sont entrés en rebellion, ils se sont emparé des armes à l'armurerie et rallient les autres inutés insurgées !
ça craint vraiment là !
Bon, le gouverneur fait appareiller les destroyers et les cuirassés, ces derniers sont manoeuvrés par les officiers, vu que l'équipage à déserté !
Maintenant, le port est aux mains des mutins qui en profitent pour piller les dépôts d'armes.
La situation est très grave, dans toutes les casernes la rebellion triomphe.
Les officiers ont perdu toute autorité sur les hommes !
On envoie bien des patrouilles pour rétablir l'ordre, mais, manque de pot, elles passent toutes du côté des mutins !
C'est l'impasse !
l'amiral Souchon, commence à se gratter la tête, il se rend bien compte qu'il n'a plus les moyens pour mater la rebellion apr les armes;
Alors ? que faire ?
Hé bien, il ne reste plus qu'une solution, il faut négocier, et espérer qu'ainsi les marins reviendrons à la raison.
Il est 14 h, il fait dire aux mutins qu'il est d'accord pour négocier.
Vingt dieux ! le dénommé Altelt, qui est à la tête de tout ce fatras sent que sont heure de gloire est arrivée !
Il monte sur une auto, réquisitionnée pour la circonstance.
Celle-ci bardée de drapeaux rouges fonce vers la résidence du gouverneur.
Il savoure déjà son triomphe, le bougre !
comment il va le mettre au pas ! ce suppôt du capitalisme, exploiteur des masses populaires !
dans l'entrée, il bouscule tout le monde, et suivi du "premier conseil de matelots et soldats" ,de la révolution allemende, il gravit quatre à quatre les escaliers et surgit avec fracas dans le bureau de son supérieur.
Il est volontairement en tenue débraillée et prêt à en découdre !
Mais là, surprises !
L'amiral, qui est un finaud, l'accueille très aimablement et avec beaucoup de courtoisie.
Il lui dit qu'il est très satisfait que la délégation ait bien voulu répondre à son invitation et tout et tout .
L'autre, qui est arrivé là comme un ouragan, croyant avoir affaire à un officier arrogant qui allait le prendre de haut, est complètement décontenancé.
Il s'était préparé pour répondre à des menaces, voir des insultes, mais là, rien de tout çà !
du coup, il est un peu perdu là, et l'amiral lui demande très poliment quelles sont ses revendications.
l'amiral demande je cite:
"quel sont vos désir ?"
Alors là, çà commence sérieusement à s'embrouiller dans sa tête, il ne sait plus trè bien où il habite là !
Pourtant, il faut bien répondre, dire quelque chose, bon dieu !
Alors, dans une totale confusion cérébrale, il dit ce qui lui passe par la tête !
" euh ?? nous voulons davantage de permissions, la suppression du salut obligatoire et des allègements de service "
L'amiral répond:
" je suis prêt à accéder à ces revendications, dans la limite de mon pouvoir"
Altelt hésite un peu, il se sent un peu léger là, ses revendications ne lui semble pas à la hauteur, il tente alors une revendication politique qui pour le compte est disproportionnée, mais dans l'autre sens !
Il demande l'abdication de l'empereur !
rien que çà !
ce qui montre le désarroi du bonhomme !
Evidemment, l'amiral d'un ton coupant, refuse toute allusion à une telle éventualité.
Le matelot s'en sort en demandant que l'on pourrait remettre cet entretien jusqu'à l'arrivée du ministre, annoncée pour le soir même.
Bon, il fait une dernière demande, qui consiste en la libération des prisonniers.
l'amiral, toujours aussi futé, s'en sort par une pirouette, il botte en touche en lui signifiant qu'il n'est pas contre, mais après la réunion d'un conseil de guerre pour que les choses soient faites dans les règles.
C'est assez cocasse comme réponse, vu le b****l ambiant !
l'entretien est terminé, Altelt se lève, claque des talons et regagne son auto, l'air important.
pourtant, au fond, il n'est pas très content de lui, il a l'impression de n'avoir pas été à la hauteur et quelque part, de s'être fait berner.
C'est pas faux, il faut l'avouer !
Nous somme aujourd'hui le 5 novembre, un soviet vient de se constituer à bord du cuirassé König, qui est au bassin.
Il demande au commandant de hisser le drapeau rouge !
Bien sur, celui-ci refuse catégoriquement !
Le soviet lui donne jusqu'à midi pour s'exécuter, sinon il utilisera la force !
Le commandant et plusieurs officiers viennent se placer près du pavillon pour éviter ce qu'ils considèrent comme un déshonneur.
Du quai, des invectives sont lancées, et tout à coup, des coups de feu !
le commandant et ses officiers tombent sous les balles.
Le drapeau rouge flotte maintenant sur le König.
Mais ce drame jette la confusion à Berlin, d'un côté, certain veulent une riposte par la force, mais d'autre souhaitent plustôt que l'on ne fasse pa sverser le sang.
Le gouvernement se rallie à la seconde opinion.
Mais du côté des mutins ont est inquiet, très inquiets même !
Hé oui ! il craignent l'arrivée des troupes en provenance des premières lignes !
Ceux-là, ceux sont des féroces !
s'ils arrivent, çà risque de saigner un max !
Alors ? comment vont ils s'en sortir ?
S'il s'en sorte !

suite au prochain numéro !
bonne nuit.



A la mer, trop fort n'a jamais manqué.
avatar
yturuban
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 67
Mécanicien NON

Re: Les mutineries.

Message par yturuban le Ven 9 Fév 2007 - 23:32

Bon, voici le dernier chapitre de l'histoire.
Comme je vous le disais, les mutins craignent comme la vérole, l'arrivée des troupes en provenance du front .
Et ils se disent que leur seule chance pour s'en sortir, c'est que le mouvement se généralise dans tout le pays !
OK, c'est parti !
Ils montent dans tout ce qui bouge ! , bateaux, trains, automobiles !
direction les ports, les villes, partout où il y a quelqu'un à convertir !
Nous sommes le cinq novembre, à Lübeck, plusieurs centaines de matelots descendent à terre,courent vers les casernes et désarment les officiers, envahissent la ville qui est le soir même sous leur contrôle.
La mutinerie, telle une gangrène gallopante, a envahie pratiquement tout le pays !
A hambourg, la garnison est passée du côté des mutins, les officiers sont agressés, galons et décorations arrachées !
J'en passe et des meilleures !
C'est le grand bazard !!
Nous sommes le 6 novembre, le centre névralgique du pays est maintenant atteint, Berlin ! la Capitale !
Un premier détachement de mutins arrive dans les faubourgs, il est conduit par un simple matelot , son nom ? Dorrenbach !
Le 7 novembre, deux cents matelots pénètrent dans la ville !
Ils désarment la garnison, qui passe de leur côté.
toutes les autorités sont dépassées par les événements !
Il n'y a plus d'armée ! plus d'autorités ! plus rien !!
Ho ! , il y a bien encore quelques tentatives pour mater cette rebellion, mais c'est trop tard.
Le dénommé Karl Liebknech, principal dirigeant du mouvement "spartakus", mouvement bolchevique allemand, est porté en triomphe !
Le gouvernement, encore en place, ne sait plus que faire, ordres et contre-ordres se succèdent ! dans l'incohérence totale !
C'est la panique !
Nous sommes le 9 novembre.
Aujourd'hui, va survenir un événement capital !
extrêmement important ! il va avoir un retentissement mondial !
Guillaume II , le Kaiser, abdique !!
Oui messieurs ! ces petits marins ont réussi à faire capituler ce puissant monarque à l'autorité hier encore incontestée !
C'est incroyable non ?
Voilà, la messe est dite !
Berlin appartient aux émeutiers !
Les matelots, conduits par Dorrenbach, vous vous rappelez ? , le matelot qui est entré dans la ville le 6 novembre, s'emparent du palais impérial !
Un drapeau est hissé, enfin, ce n'est pas vraiment un drapeau, c'est une couverture ! et même pas rouge ! mais brune, en guise de drapeau révolutionnaire.
Les matelots décident de constituer une "division navale populaire"
Ils occupent la quartier général de la police !
Et là ! , preuve que derrière tout ça les bolchéviques n'étaient pas loins, c'est un agent de l'ambassade soviétique, hé oui !, qui se proclame préfet de police !
Pas mal non ?, dans un pays qui est toujours souverain quand même !
Au soir du 9 novembre, tout ce qui faisait l'appareil administratif, militaire et civil de ce pays si parfaitement organisé, a disparu, balayé ! nettoyé !
Hiers encore tout fonctionnait, aujourd'hui, c'est fini !
Alors, voyez-vous, nous sommes le 9 novembre 1918 !
L'armistice sera signé dans deux jours ! , le 11 novembre !
Et c'est là que je souhaite attirer votre attention !
D'après vous ? que pouvait faire le gouvernement allemand ?
Sans armée, sans administration, sans dirigeant !
Seul un arrêt rapide des hostilités pouvait apporter une solution au problème.
Et si cette armistice aurait de toute manière été signée tôt ou tard, il est certain que cette mutinerie des marins allemands à précipité les choses !
Il me semble que ce fait est peu relaté dans nos livres d'histoires !
Une fois de plus, les marins en colère ont été les déclencheurs d'un événement majeur qui aura marqué l'histoire !
A bientôt ! pour une nouvelle aventure !



A la mer, trop fort n'a jamais manqué.
avatar
Invité
Invité

Re: Les mutineries.

Message par Invité le Sam 10 Fév 2007 - 9:15

ben le Bidel est sur le c...Grace aux "matafs" Allemands la boucherie de 14/18, a pu se terminer. Effectivement, tu as raison , ce passage de l'histoire, qui est en fait la clef de la victoire des alliers, n'est même pas relaté dans nos livres d'histoire, et pourtant cela fait parti de notre patrimoine intellectuel.
Merci Yturuban pour cette page d'histoire, encore une fois si bien écrite (par ta personne). Vivement la prochaine.:cheers:

    La date/heure actuelle est Mar 26 Sep 2017 - 5:40