Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Bonne et heureuse année 2017 à vous et à tous ceux qui vous sont chers. L'équipe d'administrateurs: Charly, Monique, Dominique, Bruno, Francis, José, Xavier et Alain

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 593819 messages dans 12897 sujets

Nous avons 15088 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est cem

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 7
par Tinto Aujourd'hui à 19:22

» ÉCOLE DES APPRENTIS MÉCANICIENS DE LA FLOTTE - TOME 3
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 19:07

» Villefranche-sur-Mer (06230)
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 18:59

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 18:21

» JAUREGUIBERRY (EE)
par Charly Aujourd'hui à 18:03

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Nenesse Aujourd'hui à 17:53

» ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET (AVISO)
par timoniersoum Aujourd'hui à 16:36

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 15:59

» LA COMBATTANTE (PC)
par HèmBé43 Aujourd'hui à 15:58

» [ Recherches de camarades ] BE infirmier à l'HIA Sainte Anne à Toulon en 1972.
par framery Aujourd'hui à 13:21

» LA PRAYA (SM)
par framery Aujourd'hui à 13:19

» Beautemps-Beaupré BHO - A 758
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 12:54

» CONSTRUCTION DU MÉMORIAL NATIONAL DÉDIÉ AUX VÉTÉRANS DES ESSAIS NUCLÉAIRES A Saint-Bonnet-de-Mure (RHÔNE)
par Charly Aujourd'hui à 11:36

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par boucanier Hier à 19:49

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Serge BAVOUX Hier à 16:08

» D.E.T. PORQUEROLLES
par Jean TRIKI Hier à 12:57

» [Opérations de guerre] GUERRE DE CORÉE - Tome 2
par framery Hier à 12:41

» DAPHNÉ (SM)
par guena29 Hier à 9:06

» [Bâtiments de ligne] RICHELIEU et JEAN BART
par COLLEMANT Dominique Jeu 19 Jan 2017 - 21:54

» MAISTRANCE PONT
par Joël Chandelier Jeu 19 Jan 2017 - 17:18

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par centime44 Jeu 19 Jan 2017 - 12:27

» FOCH (PA)
par GYURISS Jeu 19 Jan 2017 - 9:51

» CDT BORY (AE)
par Togo Jeu 19 Jan 2017 - 8:41

» [Les Musées en rapport avec la Marine] CEUX QUI VISITENT LA FLORE
par COLLEMANT Dominique Mer 18 Jan 2017 - 20:07

» ÉLAN - A768 (BSR)
par Joël Chandelier Mer 18 Jan 2017 - 19:42

» [ VOS ESCALES ] Escale à Zanzibar
par alain EGUERRE Mer 18 Jan 2017 - 15:21

» [ Recherches de camarades ] Du Scorpion 07/71 - 07/72
par ROUSSEL Michel Mer 18 Jan 2017 - 13:24

» [ Blog visiteurs ] POSTE THERIZOL DBFM Algérie Photos ?
par Invité Mer 18 Jan 2017 - 13:14

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par COLLEMANT Dominique Mar 17 Jan 2017 - 21:53

» LA PERLE (SNA)
par chapellier Mar 17 Jan 2017 - 15:24

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG
par NEHOU Mar 17 Jan 2017 - 11:17

» L'Expédition d'Egypte 1956
par Jacques Mar 17 Jan 2017 - 10:13

» MINERVE (SM)
par KRINTZ Mar 17 Jan 2017 - 5:52

» [Histoire et histoires] [Sujet unique] Le Centenaire de la Grande Guerre
par pinçon michel Mar 17 Jan 2017 - 4:53

» [Logos-Tapes-Insignes] ECUSSONS
par BEBERT 49 Lun 16 Jan 2017 - 18:06

» [Autres sujets marine] Les cloches de nos bâtiments (Armés et désarmés)
par BEBERT 49 Lun 16 Jan 2017 - 18:01

» ROLAND MORILLOT (SM)
par COLLEMANT Dominique Lun 16 Jan 2017 - 17:16

» La spécialité de Radio
par J-C Laffrat Lun 16 Jan 2017 - 14:26

» [ Blog visiteurs ] Mon Père Marcel Paoletti Gendarme Maritime
par Invité Lun 16 Jan 2017 - 11:51

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE ( sur nos côtes Françaises )
par Roger Tanguy Dim 15 Jan 2017 - 22:21

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par caraibe711 Dim 15 Jan 2017 - 4:13

» [ Blog visiteurs ] Tape de bouche ou pas ?
par Didier Moreaux Sam 14 Jan 2017 - 22:55

» LE FRINGANT (EC)
par Noël Gauquelin Sam 14 Jan 2017 - 12:12

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par VENDEEN69 Sam 14 Jan 2017 - 3:50

» [Associations anciens marins] FNOM
par Joël Chandelier Ven 13 Jan 2017 - 21:06

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par MARCHAND Michel Ven 13 Jan 2017 - 18:41

» Film sur Djibouti années 1975-77
par loulou06000 Ven 13 Jan 2017 - 14:23

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par framery Ven 13 Jan 2017 - 12:28

» AGADIR (B.A.N.)
par LEBRIS Ven 13 Jan 2017 - 8:44

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC Nîmes-Costières
par DRIMARACCI Ven 13 Jan 2017 - 8:01

» INDOMPTABLE (SNLE)
par kerneve Ven 13 Jan 2017 - 6:18

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Jean-Marie41 Jeu 12 Jan 2017 - 18:59

» [Votre passage au C.F.M.] Mon arrivée à Hourtin
par BEAUDU Jeu 12 Jan 2017 - 8:38

» [ DIVERS - LES NUCS ] Retour à quai pour ce SNA
par centime44 Mer 11 Jan 2017 - 21:37

» MARINE LA PALLICE - ROCHEFORT
par Roger Tanguy Mer 11 Jan 2017 - 17:51

» [Activité des ports] Le Guilvinec
par Jacques l'A Mer 11 Jan 2017 - 17:37

» BOUVET (EE)
par philippe PAILLET Mer 11 Jan 2017 - 16:26

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par formose jacques Mer 11 Jan 2017 - 14:49

» [Les traditions dans la Marine] Tenue dans la Marine- Tome 02
par J.Revert Mer 11 Jan 2017 - 14:09

» LE CORSE (ER)
par FBRIONNAUD Mer 11 Jan 2017 - 12:57

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par Nenesse Mer 11 Jan 2017 - 11:17

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades UM Diego-Suarez Cie de Protection 1968
par Gasmya Mer 11 Jan 2017 - 10:10

» [ Blog visiteurs ] JUNKER 52 - AAC1 Toucan - Recherche photos
par Invité Mar 10 Jan 2017 - 21:13

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par Jean-Marie41 Mar 10 Jan 2017 - 19:49

» [Campagnes C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par Joël Chandelier Mar 10 Jan 2017 - 19:22

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par Jean-Léon Mar 10 Jan 2017 - 18:50

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par Jean-Marie41 Mar 10 Jan 2017 - 18:01

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Bernard BROCHEN UM Diego-Suarez 68/69
par Gasmya Mar 10 Jan 2017 - 16:37

» [ Blog visiteurs ] L'Aconit au Quebec en mai 1972
par Jean-Léon Mar 10 Jan 2017 - 12:45

» UTILISATION DU FORUM : "RECHERCHES DE CAMARADES"
par Charly Mar 10 Jan 2017 - 12:35

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de la 21F 09/69 au 02/74
par GALLO Bernard Mar 10 Jan 2017 - 12:25

» [ Blog visiteurs ] Décès de Yannick LE ROUX Croix Du Sud et Le Savoyard
par Charly Mar 10 Jan 2017 - 10:55

» [ Recherches de camarades ] Recherche infos sur secrétaire militaire Roger Cachelièvre (dcd)
par Momo Lun 9 Jan 2017 - 20:47

» ESCADRILLE 2 S
par Bibi67C Lun 9 Jan 2017 - 10:48

» [ Recherches de camarades ] PA Foch tranche sierra 2eme sous pont
par jean Tisseyre Lun 9 Jan 2017 - 9:18

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par timoniersoum Lun 9 Jan 2017 - 7:55

» LE SAVOYARD (ER)
par Quifille Dim 8 Jan 2017 - 16:18

» [ Blog visiteurs ] Ancien chronographe de porte-avions.
par Invité Dim 8 Jan 2017 - 11:57

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par jacques95 Sam 7 Jan 2017 - 23:12

» [ Blog visiteurs ] Cours du BE secrétaire 15 novembre 1965 - 15 mars 1966
par Roger Tanguy Sam 7 Jan 2017 - 21:57

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Sam 7 Jan 2017 - 19:47

» [La spécialité de...] Mécanicien aéronautique (Sujet unique)
par Brand Robert Sam 7 Jan 2017 - 18:21

» [ Recherches de camarades ] Ancien de la VP 761
par Poncelet56 Sam 7 Jan 2017 - 18:04

» [Marine à voile] L'Hermione
par Bagadoo Sam 7 Jan 2017 - 15:10

» [ Recherches de camarades ] RECHERCHE COPAINS DU BSL GARONNE
par bielo Sam 7 Jan 2017 - 8:23

» [Campagnes] DAKAR
par Noël Gauquelin Ven 6 Jan 2017 - 23:28

» [Vie des ports] Port de Saint Nazaire
par COLLEMANT Dominique Ven 6 Jan 2017 - 20:31

» [Papeete] Le permis de conduire à Papeete durant nos campagnes
par Didier Moreaux Ven 6 Jan 2017 - 20:01

» [ Blog visiteurs ]
par Invité Ven 6 Jan 2017 - 17:19

» BOIS BELLEAU (PA)
par Keller Charles Ven 6 Jan 2017 - 17:19

» ÉCOLE DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE
par Perrin Claude Ven 6 Jan 2017 - 16:50

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires
par corre claude Ven 6 Jan 2017 - 12:45

» Dien Bien Phu - Triste anniversaire
par Quifille Ven 6 Jan 2017 - 8:56

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades BAN LANN BIHOUE année 87
par Stratman Jeu 5 Jan 2017 - 19:42

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade qm2 meca Durieux
par denoizay Jeu 5 Jan 2017 - 14:20

» LE BOURGUIGNON (ER)
par BIGOT Jeu 5 Jan 2017 - 10:48

» [Aéronavale divers] Historique des Etendard IVM et Fouga Zéphyr
par Christian DAGORN Jeu 5 Jan 2017 - 6:01

» RÈGLEMENT ET CHARTE DU FORUM
par Charly Mer 4 Jan 2017 - 22:56

» [ Blog visiteurs ] Aide à la connexion
par Momo Mer 4 Jan 2017 - 20:15

DERNIERS SUJETS


[Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Partagez

LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

[Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Sam 5 Avr 2014 - 14:13

.

(Sillage, 2éme trimestre 1997). Photo:..."Avec mon père à Bolbec, avant son départ pour la guerre".


Dernière édition par LEPILLER Christian le Sam 5 Avr 2014 - 17:10, édité 1 fois

† Fanch 56
FONDATEUR
FONDATEUR

Age : 68
Timonier équipage NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par † Fanch 56 le Sam 5 Avr 2014 - 15:13

On ne met pas une image, sans donner d'explications. Faire EDITER, et donner une légende. Merci






LINUX MINT
On ne dit jamais assez à ceux qu'on aime...........qu'on les aime. (Louis Chédid)
Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum

andrem
MATELOT
MATELOT

Age : 82

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par andrem le Sam 5 Avr 2014 - 15:21

Merci Christian pour ce témoignage qui me rappelle tant de souvenirs.
En effet à cette époque j'habitais rue Paganini dans le 20ème et de la fenêtre de ma chambre je pouvais voir tous ces réfugiés qui en charrette à bras ou à cheval (rare), qui à pied, qui luxe inouï en automobile, défiler sur le boulevard Davout en direction de la porte de Vincennes pour une direction inconnue parfois d'eux-même.

Quelques jours après ce sont les Allemands (Les Haricots Verts) qui empruntaient le même chemin avec il faut bien l'avouer un air beaucoup plus martial.




JPB46
MATELOT
MATELOT

Age : 72
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par JPB46 le Dim 6 Avr 2014 - 11:20

Bonjour à tous,
"andrem" a écrit : "pour une direction inconnue..."
Pas toujours, car malheureusement l'histoire ce renouvelant
mes grands-parents ont hébergé en 1940 une famille du nord de la France qu'ils avaient déjà hébergée en 1914.
Simple anecdote.

andrem
MATELOT
MATELOT

Age : 82

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par andrem le Dim 6 Avr 2014 - 15:56

Oui Michel, je me souviens très bien de ces "Bruits" qui circulaient et de celui des bonbons empoisonnés, mais je peux te dire qu'à cette époque on ne se posait pas trop de questions et si quelque chose qui se mangeait trainait dans la rue, on prenait.
Pour adoucir un peu notre vie, avec d'autres gamins comme moi nous avions été généreusement envoyés par l’administration de la ville de Paris en "Colonie" pendant toute l'année scolaire au château de Bellefontaine (près de Fontainebleau) et le parc était occupé par les soldats Allemands qui nous donnaient parfois à manger.
Malgré les conseils qui nous étaient donnés par les moniteurs, on prenait et on mangeait.




LEBRIS
QM 2
QM 2

Age : 77
Commis équipage NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEBRIS le Lun 7 Avr 2014 - 8:09

Mes beaux-parents ont aussi subi l'exode, mais dans le sens contraire, habitant sur la côte normande au moment du débarquement ils ont rejoint la région parisienne.

LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Sam 12 Avr 2014 - 9:09

Exode 1940…
Merci pour vos témoignages.
Oui Michel Guilloteau.
À la déclaration de la guerre, le 03 septembre 39, à quelques jours près, j’allais avoir 4 ans.
Mon père, sur les genoux duquel je pose (photo), en permission à Bolbec, près du Havre, se préparait à rejoindre son régiment à Soissons.
Je ne devais le revoir que 6 ans plus tard à la libération de son stalag, par les russes, à Königsberg en Prusse Orientale.
En juin 40, sa compagnie ou plutôt ce qu’il en restait ; sans ravitaillement, sans munitions ni commandement à l’échelon régimentaire, fut encerclée dans les Vosges et déportée en Prusse Orientale.

Spoiler:
De retour à la vie civil il parlait assez facilement de cette captivité.
Ces longues années de séparation l’avaient profondément marqué. Curieusement il ne gardait pas de rancœur aux allemands, mais plutôt à l’incompétence du commandement français.
Durant ces années de captivités il apprit l’allemand, ce qui lui permit de travailler, par la suite, comme serveur de restaurant, profession qu’il exerçait à Paris avant la guerre, au Grand Hôtel de Königsberg, de là il put envoyer des marks à ma famille.
Dans le courant des années 42/43, sous la pression du commandement allemand et du service du travaille obligatoire (S.T.O.) une propagande de Vichy encouragea les femmes de prisonniers à se rendre en Allemagne, où promesse serait faite d’y rencontrer leur conjoint prisonnier…
Un « leurre » dont beaucoup y crurent…
Ma mère la première... mais elle n’alla jamais plus loin que Berlin.
Très loin de la Prusse Orientale.
Cet exode fut, à quelques semaines d’avoir 5 ans, mon premier baptême du feu.
Survolant les longues files de fuyards, les avions allemands piquaient et mitraillaient, en rase-motte, sans distinction ; civils et militaires.
Plus tard, en 42/43, ce fut les alertes suivies de bombardements.
Ces alertes survenaient souvent la nuit nous surprenant dans notre sommeil.
Mais parfois aussi lorsque nous étions en pleine séance de cinéma, de quartier.
Dans les deux cas c’était la panique.
Je me suis jamais posé la question de savoir si « la soirée » était remboursée ?
Avant de nous rendre à une de ces séances, nous nous munissions de couvertures (les salles n’étaient pas chauffées…) et de lampes électriques pour gagner les abris.
Dehors c’était le couvre-feu.
À cette période, avec ma mère, nous habitions à Issy-les-Moulineaux à mi chemin entre Villacoubley et Boulogne-Billancourt où se tiennent encore les usines Renault.
Nous étions aux premières loges lors de ces bombardements.
Je me rappelle, enfant, avoir vu un véhicule « soufflé » sur le toit d’un bâtiment rue Jean Pierre Timbaud près de la place de la Ferme.
Ces déflagrations étaient impressionnantes.
En juin 44, quelques jours après le débarquement, j’étais chez une tante à Bolbec en Normandie, encore bien placé et témoin des attaques et bombardements des avions alliés.
Je nous revois les habitants des pavillons de la rue Eugène Lemaistre affalés contre un remblai le nez dans le terre-plein et les avions qui canardaient au dessus de nos têtes. 
 

Van de Zande
QM 2
QM 2

Age : 65
Mécanicien équipage

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par Van de Zande le Sam 12 Avr 2014 - 20:19

Un grand respect à tous ceux qui ont défendu notre patrie.
Un grand respect à tous ceux qui l'ont vécu et qui peuvent aujourd'hui témoigner, du sacrifice de beaucoup, pour notre Liberté.
  



Ch'ti-Breton   Van de Zande

garrigues gilbert
QM 1
QM 1

Age : 85
Radio équipage NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par garrigues gilbert le Lun 14 Avr 2014 - 4:25

Exode 1940. J'avais 9 ans quand nous avons fuit vers l'ouest ma famille et mes freres et soeurs , devant l'avance de la Wehrmacht. Nous avons échoué sur l'Ile d'Yeu.
De retour apres l'armistice,nous avons retrouvé notre bonne ville d'Elbeuf dévasté par un incendie qui dura 1 semaine en l'absence des pompiers.

Cet épisode m'a profondement marqué et je suis toujours étonné qu'une catastrophe aussi importante n'aie pas provoqué le proces des responsables politiques qui ont déclaré la guerre alors que l'armée francaise n'était pas prete à combattre (sauf la marine nationale).Mon Pere mobilisé en 1940, m'a raconté sa guerre : une tragique déficience à tous les niveaux.

Le chef de gouvernement en 1939 , Edouard Daladier ,en porte la responsabilité écrasante : curieusement , en 1946, il a le culot de se faire élire député par des Francais à la mémoire courte!
Avec juste raison , le proces de Riom tant décrié , l'avait bien identifié comme principal responsable. Mais ce proces fut interrompu par l'occupant nazi.
Les principaux responsables du désastre le plus important de l'histoire de France coulerent des jours heureux apres la guerre.... Pauvre France!





andrem
MATELOT
MATELOT

Age : 82

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par andrem le Lun 14 Avr 2014 - 10:27

Drôle d'époque pour des gamins de 4 à 8 ou 9 ans qui ne saisissaient pas toujours la gravité de la situation.

Pour ma part je ne me souviens pas d'avoir eu peur des bombardements, la première fois en 1940 la bombe est tombée à 30m de l'appartement où j'étais, et le réflexe fut d'aller voir à la fenêtre le "spectacle".
De même deux ans plus tard, habitant sur les hauteurs de Bagnolet, j'assistais encore au "spectacle" du bombardement des usines Renault.

De même il est curieux de constater avec quelle rapidité la pénurie des produits de première nécessité a été organisée.
En un rien de temps tout vint à manquer, et chacun y mit du sien. certains pour faire des profits importants, d'autres, c'est à dire presque tout le monde, en stockant au maximum.
Ainsi chez nous ce fut le savon de Marseille, parce que c'était facile à faire et que ça ne s'usait pas vite (il faut dire que nous n'avions pas une réelle frénésie de propreté).

Curieusement tous les chats disparurent du quartier (avaient-ils suivi aussi l'exode ?) ou alors était-ce vraiment le forgeron du coin que tout le monde accusait car il avait le défaut d'avoir un faciès peu encourageant (entretenu en plus par un métier qui ne lui permettait pas d'être tous les jours tiré à quatre épingles).
Je lui demande pardon !




LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Mar 15 Avr 2014 - 17:18

Une photo de mon père au stalag 1B et du Kommando de prisonniers, du côté de Pilksen près de Königsberg (Prusse Orientale).



LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Ven 2 Mai 2014 - 7:29

Papi ce héro… (suite anecdotique).

J’ai souvent pensé que mon grand-père, que je tenais pour un héro, aurait pu, d’une part, être cité pour résistance envers l’ennemi, et d’autre part être déporté pour rébellion et outrage à l’envahisseur.
Vieux soldat de la guerre 14, Lorrain, blessé à Verdun, il ne pouvait pas blairer les fritz.
À l’époque mes grands-parents habitaient rue des Monts, à Clamart, en face de l’hôpital Percy lequel était réquisitionné par la Kommandantur.

Spoiler:
Aussi Lorsque mon papète avait passé la soirée a écluser quelques fillettes avec les copains du coin, sorti du troquet, il repartait comme en 14 faire un remake de ce qu'ils avaient vécus à Verdun, à la porte de l'hosto.
Ma grand-mère avait beau lui dire de la fermer, qu'on risquaient la déportation pour propos anti-allemand, son ressentiment dépassait sa raison.
À Percy on le « reconnaissait » par ses breloques avec palmes et étoiles de bronze, comme brave parmi les braves, (à l’époque on savait encore s’apprécier entre combattants.
Une notion vertueuse ?…
Un code d’honneur chevaleresque !…), le colon lui-même avait participé, à ce qu’on disait, comme jeune officier, à la boucherie de la grande guerre, ce qui, plus qu’autre raison, adoucissait la sanction.
D’ailleurs qu’aurait-on eu a craindre de lui, seul qu’il était, à manifester une colère que d’autres rangeaient dans les tiroirs.
Embarqué séance tenante, le colon le faisait mettre au pain sec et à l’eau pendant 24 à 36 heures, le temps qu’il revienne de ses fumeuses prétentions, puis a astiquer les bottes du peloton en commençant par celles du colon.
Une simple mesure de salle de police en somme !
Au dessus de nôtre logis, habitait une femme polonaise que mon grand-père appelait « la polak ».
Seule, on la disait maquée avec les fridolins.
Les soirs où mon « Papi », après être passé au troquet et avoir essuyé le zinc avec les copains, il remontait à l’assaut de la côte 304… (…ou encore de la tranchée des baïonnettes) et secouait la baraque.
La polak, la feuille collé au mur, allait en croquer un morceau aux feldgendarmes.
Nous ne tardions pas à avoir les feldgraü sur le dos.
Avec ma Mémé on en menait pas large !...
À l’époque nous ne savions pas grand-chose sur Drancy, mais on se doutait bien qu’un jour ou l’autre ça se terminerait mal.
À une période mon grand-père travaillait comme terrassier sur un chantier à L’Isle-Adam, dans le nord de Paris.
À l’époque les ouvriers emportaient leurs pèles et pioches.
En fin de journée, rentrant par le métro, il fit se lever un soldat allemand, le menaçant avec sa pèle, pour qu’il laisse sa place à une personne âgée.
Ce fait fut rapporté à ma grand-mère, par le camarade qui accompagnait mon grand-père ce soir là.
J’imagine que ce collègue de chantier a du avoir la trouille de sa vie...
À des moments où ses humeurs guerrières ne le taraudaient pas, le cœur en paix, fatigué de cette guerre, évitant le troquet, j’étais fier de l’aider à s’enrouler de sa ceinture de flanelle, sur un pantalon de cotte de velours noir, ceint d’une chemise de grosse toile… tenue des terrassiers, des bougnats, des charretiers, et autres… «…tiens petit… tire bien fort !… », à six sept ans j’étais pas épais, plutôt rachot (rachitique) vu les privations, aussi quand il s’enroulait par un pas de valse, je piquais du nez.
Des moments de bonheur, …quelques parenthèses… dans ces tristes années d’occupation.
Fin 42 début 43, au vu de son comportement belliqueux et de ses nombreux passages à la kommandantur, il fut réquisitionné, contraint et forcé pour un camp de travail dans les Landes, avec, on peut l’imaginer,… une mention spéciale du colon.

( Souvenirs d’enfance et récits de proches-parents ).

LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Dim 4 Mai 2014 - 10:14

Erratum :
Deux lignes ayant disparues du 1er paragraphe, j'ai réparé l'erreur. Désolé pour celui, ou ceux qui auraient lu le texte.

LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Lun 12 Mai 2014 - 15:01

Suite anecdotique…

Ce jour là…

Courant 1943, au retour de mon grand-père des camps dans les Landes, mes grands–parents déménagèrent pour prendre une loge de concierge au 30 rue Salengro à Issy-les-Moulineaux.
Pas très loin, en remontant vers le boulevard Garibaldi, passé le viaduc, se trouvaient les entrepôts de la gare de triage d’Issy.
Dans un endroit reculé, montée sur une plateforme ferroviaire, se dressait une batterie de défense anti-aérienne.
Un jour rentrant de l’école Paul Bert avec un petit copain, par une rue qui longe la voie ferrée, alors que nous sommes à mi chemin entre l’école et la rue Salengro, nous sommes surpris par une alerte en plein jour.
L’endroit, où nous sommes à découvert, n’offre aucune possibilité d’un quelconque abri.
Dès que les bombardiers alliés apparaissent au dessus de l’Ile Seguin et de Boulogne Billancourt les D.C.A. déclenchent un tir nourrit dans un vacarme infernal.
Nous n’avons que le temps de nous plaquer contre le haut mur d’un entrepôt qui longe la rue.
Un spectacle « son et lumière » s’offre à nos yeux agrandis par un mélange de crainte et de fascination.
Dans le ciel, très haut, nous pouvons apercevoir l’explosion des projectiles.
Quelques secondes… puis s’ensuit une pluie de fragments d’obus qui frappent le sol en bondissant.
Enfin prenant nos jambes à notre cou nous déguerpissons pour gagner un endroit abrité sous le viaduc.
Plus tard, passée l’alerte, nous sommes tout fiers de vanter auprès des copains, ce que nous prenons pour une « périlleuse aventure », avec à l’appui, quelques éclats d’obus ramassés au sol.
Ce jour là cela tint du miracle que nous ne soyons pas touchés.

Le viaduc qui longe le boulevard Garibadi.

LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Mer 28 Mai 2014 - 14:49

« Dans la gueule du loup ! ».
Au printemps 44, sous le patronage du secours populaire et de la commune d’Issy-les-Moulineaux, nous sommes rassemblés, une soixantaine de gamins, afin d’êtres évacués sur une zone rurale, à la l’abri des combats qui ont lieux depuis le débarquement allié.
Une « mise au vert » qui ressemble, à en croire, à un nouvel exode !
Deux groupes sont formés pour êtres dirigés sur le Haut-Jura.
Un premier groupe est destiné pour Foncine-le-Bas, le deuxième dont je fais partie, pour Foncine-le-Haut, à quelques kilomètres de Mouthe en amont.
Le trajet va s’effectuer par cars et se déroulera sans incidents autant que je me souvienne.
A repenser à ce voyage j’imagine que notre encadrement a dû avoir quelques soucis à l’approche de postes de contrôles d’identités.
Depuis 1943, il n’existe plus de zone libre.
Toute la France est occupée.
Spoiler:
À l’arrivée à Foncine-le-Bas le premier car s’allège des enfants qui sont attendus par les familles d’accueil.
Nos petits copains en culottes courtes et galoches, les jambes et le teint pale font l’étonnement des villageois.
Puis quelques kilomètres parcourus en lacets, c’est notre tour de descendre du car et d’êtres happés, après désignation, par notre futur famille le temps d’un séjour.
Je me souviens qu’avec un autre garçon nous nous tenions la main, ne voulant pas êtres séparés, mais nos jérémiades n’y changèrent rien.
On nous assura que nous nous verrions chaque jour.
Lui, est « adopté » par le menuisier et moi par les Vuillaume, « le fromager ».
Le brave homme m’a déjà soupesé et déclare à sa femme et ses enfants qui sont venus attendre les « petits réfugiés », qu’il se fait un devoir de me faire prendre les kilos qui me font défaut, à la suite de quoi, chaque jour, je vais devoir passer sur la bascule à peser les meules de comté pour voir si j’ai pris un gramme…
Nous devons êtres dans les premiers jours de juillet.
Il fait un temps magnifique.
La campagne Franc-Comtoise bourdonne des premières chaleurs.
Chaque jour nous nous retrouvons avec mon copain et la colonie d’enfants parisiens.
Ensemble nous conjuguons nos espiègleries avec les enfants fonciniens.
À d’autres moments c’est la guerre des boutons !...
Sorti de ce cadre bucolique, la progression des troupes alliés et le retrait des allemands laissent derrière elles des milliers d’innocentes victimes.
Partout les maquis se montrent et harcèlent la Wehrmacht qui, en se repliant commet des exactions : otages fusillés, pillage et localités incendiées.
Le 30 août 1944, des bruits circulent que des troupes allemandes, en partie de divisions S.S., remontent de Dortan qu’elles auraient pillé et incendié, y fusillant 15 otages.
Dans la matinée des F.F.I. à bord de véhicules traversent Foncine en ordonnant à la population d’évacuer le village et de gagner au plus vite les bois environnants.
Le souvenir que j’en garde, est qu’à peine avoir eu le temps de prendre quelques effets et provisions, les premiers coups de feu se font entendre sur la route qui monte à Foncine.
Avec la famille Vuillaume et d’autres villageois nous gagnons les hauteurs après avoir passé à gué la Sayne, le cours d’eau qui longe le village.
Déjà les allemands déboulent le versant qui mène derrière la fromagerie des Vuillaume, à quelques centaines de mètres derrière nous.
Ils tirent sur la population.
Les balles nous sifflent aux oreilles.
Il y a déjà des blessés.
Par chance les maquisards retranchés dans quelques réduits les contiennent.
Un combat s’engage, ce qui nous laisse le temps de gagner la forêt.
Nous sommes maintenant sous un « épais couvert » de pins.
Des roches caverneuses nous offrent un abri, un tapis d’humus et d’aiguilles odorant, un lit.
La peur panique est tombée et a fait place à la fatigue et la crainte qui nous tenaille.
Les combats, tirs et canonnades, ont duré une bonne partie de la journée, puis c’est le calme à la nuit tombée.
Nous sommes là à nous demander si nous pouvons sortir de notre cachette ?
Quand, dans l’espace au dessus du rocher, un bruit de branches cassées nous fait de nouveau bondir le cœur…
Quelques sommations… en français…
Par bonheur ce sont des hommes du maquis lesquels, après nous avoir assuré que le danger est écarté et que les allemands, après de durs combats et de nouvelles exactions envers des personnes n’ayant pu fuir, en se repliant ont incendiés des fermes et sont remontés sur le Nord-est.
Le lendemain est un jour de désolation.
On dénombre dans la population de nombreuses victimes, des fermes incendiées, des cultures ravagées par les combats.
Nous sommes saufs… mais la crainte reste vive.
Des jeunes gens, armés d’armes de récupération, forment une arrière garde F.F.I. de sécurité.
Je me souviens que les enfants, nous tournons autour d’eux les pressant de nous montrer leurs pétoires et quelques maniements…
Quelques jours ont passés depuis ce dramatique évènement.
La vie a repris et le village panse encore ses blessures.
Lorsqu’un jeune homme arrive un matin en courant et signale sur son passage que de nouvelles troupes sont en vue de Foncine-le-Bas !
C’est la panique !
De nouveau nous voilà à courir sur les pentes qui mènent à la forêt.
Nous n’irons pas plus loin.
Des cris et gestes nous rappellent.
Ce que l’on a cru être des allemands, sont en fait les premiers éléments de troupes alliées.
Une indescriptible clameur de joie, une entrée triomphale les accompagne !
On sort les drapeaux…
On rit… on pleure…
C’est tout à la fois !
L’année suivante, alors que la guerre va se terminer en Allemagne, nous reviendrons à Foncine retrouver notre famille d’accueil, pour vivre cette fois de véritables et magnifiques vacances.
… Beaucoup plus tard, je suis retourné avec mes enfants dans ce coin du Jura, un pèlerinage en quelque sorte, leur en faire le récit, sur place, de cette tragique journée.

C.L. (Extrait de mes mémoires).

Foncine (867m.), dans les années 1980.

Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Radio NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par Noël Gauquelin le Ven 30 Mai 2014 - 15:44

Merci encore Christian pour ce témoignage aussi bouleversant qu'authentique.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).

Momo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 56
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par Momo le Sam 31 Mai 2014 - 23:33

Bonjour LEPILLER Christian,
A peine 9 ans !
Merci pour tes "Extrait de mes mémoires".
As tu des contacts avec des gens de ton âges du village de Foncine ?
Amicalement


LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEPILLER Christian le Dim 1 Juin 2014 - 15:36

- Bonjour Noël Gauquelin,
Merci pour ton petit mot.

- Bonjour Momo,
Pour répondre à ta question : Oui, au cours de ce « pèlerinage », très longtemps après cet événement d’août 44, j’ai rencontré une des deux filles Vuillaume ; Marie-Thérèse Béjeanin et l’ainé des deux fils que je n’ai pas connu à l’époque.
Les deux filles devaient êtres âgées de 16 et 17 ans au moment des faits.
Charlotte, la cadette, est partie plus tard, s’installer à Québec.
Je l’ai rencontré au cours d’un voyage au Canada, sa sœur m’ayant donné ses cordonnés avant d’y partir.
Des retrouvailles émouvantes, bien sûr !
Le père Vuillaume était parti à la retraite.
Quand à son épouse dont je me souviens toujours de ses tartes à la myrtille, devait être décédée.
Je pense souvent, pour en avoir été témoin, à ces exactions commises par les troupes allemandes lors de leur repli.
Il faut rappeler les massacres d’otages de Villeneuve d’Asq, de Tulle, Oradour-sur-Glane et tant, et tant d’autres !
Les S.S. et la wehrmacht épargnant : ni femmes, ni enfants, ni vieillards, répandant un concept de guerre totale, de terreur, d’une sauvagerie incroyable ordonnée par les dirigeants nazis.
Et, ce qui est plus incroyable, ce sont ces procès de hauts criminels, responsables de massacres et déportations, condamnés à des peines légères voir commuées en « Non lieu » et qui coulèrent leur vieux jours en Allemagne comme de simples citoyens retraités.

Merci pour la mise en page (la fonction spoiler m’est un peu rébarbative…).

Bien amicalement.
C.L.

Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 62
NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par Charly le Sam 30 Mai 2015 - 14:27


Sujet très intéressant, merci Christian.


LEBRIS
QM 2
QM 2

Age : 77
Commis équipage NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEBRIS le Dim 31 Mai 2015 - 7:12

Un jour les allemands sont venus apporter de gros barrages en barbelé qui ont servi par la suite à boucler le village lors de la rafle, nous gamins curieux et inconscients on est aller voir.
Un soldat s'est approché de moi m'a tapoté la tête et il m'a tendu un paquet de biscuits que je me suis empressé de prendre, à mon avis il aurait certainement préféré être chez lui dans sa famille.

LEBRIS
QM 2
QM 2

Age : 77
Commis équipage NON

Re: [Histoire et histoire] Exode 1940 (La débacle). Souvenir d'un enfant parisien dans....

Message par LEBRIS le Dim 28 Juin 2015 - 6:38

il y a toujours eu de mauvaises gens.
J'ai parlé plus haut du chirurgien qui avait soigné le chef du maquis dit" Job la mitraille" ce médecin ainsi que les fermiers qui avaient enterré le résistant dans un coin de leur champ ont tous été dénoncés, torturés et déportés, seul le médecin est revenu, il en a écrit un livre intitulé "un médecin Français derrière les barbelés".

    La date/heure actuelle est Sam 21 Jan 2017 - 19:35