Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 715375 messages dans 14034 sujets

Nous avons 14393 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est MOURETON

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [ Histoire et histoires ] HISTOIRE DE MES NAVIRES
par Noël Gauquelin Aujourd'hui à 15:40

» LCT L9098
par GYURISS Aujourd'hui à 14:24

» RUBIS (SNA)
par centime44 Aujourd'hui à 14:22

» [HISTOIRES ET HISTOIRE] [Sujet unique] Le Centenaire de la Grande Guerre
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 14:17

» [ Associations anciens Marins ] 67ème congrès national de l’AGASM à Martigues (13)
par Charly Aujourd'hui à 14:10

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 2]
par CREUSOT Etienne Aujourd'hui à 13:33

» LA CHARENTE (PRE)
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 11:43

» Bâtiment d'Expérimentations et de Recherches Sous-Marines (BERSM) TRITON
par TOUBHANS René Aujourd'hui à 11:14

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Aujourd'hui à 10:09

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 10:01

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Bureaumachine busset Hier à 20:41

» [ Recherches de camarades ] PA Clemenceau Brigade Sécurité
par cricri Hier à 20:04

» [ Blog visiteurs ] Pouvoir mettre un visage sur un nom...
par medoc2 Hier à 14:04

» [ École des Mousses ] École des Mousses du Dourdy 58/59
par jp49 Hier à 8:57

» JULES VERNE (BA)
par titagramme Lun 24 Sep 2018 - 21:47

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades embarqués sur l'Ile d'Oléron en 66
par cricri Lun 24 Sep 2018 - 20:45

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par gerardsin59 Lun 24 Sep 2018 - 18:45

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par loulou06000 Lun 24 Sep 2018 - 17:47

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades A.E Cdt RIVIERE 74/75 et Frégate TOURVILLE 77
par jean marc lenglart Lun 24 Sep 2018 - 17:27

» LE BOURGUIGNON (ER)
par Michel Roux Lun 24 Sep 2018 - 17:22

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par LA TOULINE Lun 24 Sep 2018 - 15:28

» LE NORMAND (ER)
par Lebas Lun 24 Sep 2018 - 13:48

» [ LOGOS - TAPES - INSIGNES ] TAPE DE BOUCHE
par KAROLL Lun 24 Sep 2018 - 12:38

» LE BASQUE (ER)
par chapydan Dim 23 Sep 2018 - 17:29

» L'ADROIT (E.C.)
par jean pierre allaix Dim 23 Sep 2018 - 9:22

» TONNERRE (BPC)
par pinçon michel Dim 23 Sep 2018 - 8:39

» ÉCOLE DES FUSILIERS
par Jean-Marie41 Sam 22 Sep 2018 - 19:38

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par Joël Chandelier Sam 22 Sep 2018 - 13:51

» JAUREGUIBERRY (EE)
par LEGRAND Gilles Sam 22 Sep 2018 - 13:35

» LE VENDÉEN (ER)
par Gérard Bodo Sam 22 Sep 2018 - 9:49

» [ Histoire et histoires ] LODUSKY MCCOWEN
par VENDEEN69 Sam 22 Sep 2018 - 8:52

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par COLLEMANT Dominique Ven 21 Sep 2018 - 22:28

» [LES BÂTIMENTS DE SERVITUDES ] BSAH RHÔNE
par Jean-Marie41 Ven 21 Sep 2018 - 19:08

» CDT BOURDAIS (AE)
par Jean-Léon Ven 21 Sep 2018 - 11:58

» [Logos-Tapes-Insignes] RUBANS LEGENDÉS DE LA MARINE
par GALAUD CLAUDE Ven 21 Sep 2018 - 11:28

» CASSARD (EE)
par COLLEMANT Dominique Jeu 20 Sep 2018 - 22:07

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par doubleloire Jeu 20 Sep 2018 - 20:56

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par VENDEEN69 Jeu 20 Sep 2018 - 20:29

» La spécialité de Radio
par larcher Jeu 20 Sep 2018 - 19:58

» FORBIN (EE)
par JJMM Jeu 20 Sep 2018 - 17:59

» SÉMAPHORE - LA CHIAPPA (CORSE DU SUD)
par Xavier MONEL Jeu 20 Sep 2018 - 17:26

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mer 19 Sep 2018 - 22:31

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par timoniersoum Mer 19 Sep 2018 - 19:04

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par marsouin Mer 19 Sep 2018 - 19:03

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par douzef Mer 19 Sep 2018 - 18:03

» ÉCOLE DES TRANSFILISTES - LA CRAU
par séité Mer 19 Sep 2018 - 17:27

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par JACQUES SOUVAY ou BILL Mer 19 Sep 2018 - 8:34

» [ Blog visiteurs ] Recherche d'anecdotes CC VIDON qui a commandé l’école des Transfilistes
par BACHELIER Mar 18 Sep 2018 - 22:47

» [ Divers - Les classiques ] Accident du Sous-marin FLORE
par CLOCLO 66 Mar 18 Sep 2018 - 21:39

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Mar 18 Sep 2018 - 13:47

» FORCES MARITIMES DU RHIN
par FLN-IA5 Mar 18 Sep 2018 - 6:29

» DIRECTION DU PORT TOULON
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Sep 2018 - 22:03

» [ Blog visiteurs ] recherche d'un ancien marin
par Invité Lun 17 Sep 2018 - 14:52

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par Pétunia Lun 17 Sep 2018 - 13:58

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Xavier MONEL Lun 17 Sep 2018 - 10:47

» [ MOYENS NAUTIQUES DE LA GENDARMERIE MARITIME ] A 789 MELIA
par PAUGAM herve Lun 17 Sep 2018 - 8:56

» [ Associations anciens Marins ] Parrainage de l'AMMAC d'Angers amiral Yann Bordier
par 3eme ligne Dim 16 Sep 2018 - 20:12

» LE BORDELAIS (ER)
par Bureaumachine busset Dim 16 Sep 2018 - 20:04

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 16 Sep 2018 - 17:55

» [ Histoire et histoires ] UN PARI STUPIDE
par garrigues gilbert Dim 16 Sep 2018 - 10:55

» [ Recherches de camarades ] Avis de recherche mousses promo 78]
par etchemaite Dim 16 Sep 2018 - 10:49

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Bureaumachine busset Ven 14 Sep 2018 - 23:18

» [Aéronavale divers] DC8 COTAM
par marsouin Ven 14 Sep 2018 - 21:15

» ALINDIEN
par Jean-Marie41 Ven 14 Sep 2018 - 19:51

» [LES B.A.N.] BERRE
par JJMM Ven 14 Sep 2018 - 18:11

» Charles de Gaulle Mission Héraclès 2001-2002
par Laurent Ven 14 Sep 2018 - 14:06

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos de l'Ajonc
par centime44 Ven 14 Sep 2018 - 13:32

» [ Divers bâtiments de servitudes ] BAA L9081
par salonais Ven 14 Sep 2018 - 8:55

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par VENDEEN69 Ven 14 Sep 2018 - 8:50

» CASSARD (FRÉGATE)
par dan83143 Jeu 13 Sep 2018 - 22:44

» [ Recherches de camarades ] BDC/PH TRIEUX campagne Tahiti 1981/1982
par PPIERRE Jeu 13 Sep 2018 - 21:03

» PAPA BOSCO par Joëlle sa fille
par Roger Tanguy Jeu 13 Sep 2018 - 20:22

» BATIMENTS ÉCOLE TYPE LÉOPARD
par Joël Chandelier Jeu 13 Sep 2018 - 18:52

» FLOTTILLE 22 F
par ranchet Jeu 13 Sep 2018 - 18:32

» MÉCANICIENS, ÉLECTRICIENS, SÉCURITARDS
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:26

» [Aéronavale divers] ÉTENDARD...
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:15

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par titagramme Mer 12 Sep 2018 - 17:30

» L'AGENAIS (ER)
par POMIE Mer 12 Sep 2018 - 16:03

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos du daphné 1929 1930
par Invité Mer 12 Sep 2018 - 15:29

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Mer 12 Sep 2018 - 13:53

» [ Recherches de camarades ] Recherche DELAFOSSE CFM Mimizan mai à juillet 1950
par Sealex83 Mer 12 Sep 2018 - 12:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Argens 67/68
par joel.ollivier Mer 12 Sep 2018 - 12:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du SNLE Foudroyant rouge 2P11 à2P19
par cucujean88 Mar 11 Sep 2018 - 21:51

» MEUSE (PR)
par COLLEMANT Dominique Mar 11 Sep 2018 - 21:41

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades BH La Boussole 64/65
par Momo Mar 11 Sep 2018 - 18:46

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par BEBERT 49 Mar 11 Sep 2018 - 16:54

» [ Blog visiteurs ] recherche photos de mon père
par centime44 Mar 11 Sep 2018 - 13:18

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Dives de 65/66
par joel.ollivier Mar 11 Sep 2018 - 10:27

» Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40
par LEBRIS Mar 11 Sep 2018 - 10:07

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades AE CDT BORY campagne Djibouti 86/87
par PPIERRE Mar 11 Sep 2018 - 9:56

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM Brest mai 68
par Sylvain Mar 11 Sep 2018 - 0:31

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par Jean-Léon Lun 10 Sep 2018 - 12:22

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DESTENABES Lun 10 Sep 2018 - 9:21

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Dim 9 Sep 2018 - 19:52

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Roger Tanguy Dim 9 Sep 2018 - 18:50

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par Franjacq Dim 9 Sep 2018 - 14:32

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Joël Chandelier Dim 9 Sep 2018 - 11:49

» [ Blog visiteurs ] Je recherche mon oncle RAYMOND NENERT
par Momo Dim 9 Sep 2018 - 10:13

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par Jean-Léon Sam 8 Sep 2018 - 0:34

DERNIERS SUJETS


Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Partagez
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-C Laffrat le Mer 5 Sep 2018 - 20:21

Bonsoir,

Suivant les conseils de l'ami Pedro Rodriguez, me voici sur le bon sujet, car avant de raconter mes souvenirs de l'Occupation il me faut remonter à ceux du gamin de Mantes-La-Ville où je suis né et qui vont jusqu’à 1940 et la foutue Débacle.

Mantes-la-Ville qui autrefois n'était qu'un faubourg agricole de Mantes-La-Jolie, devenue tristement célèbre de nos jours par le quartier du Val Fourré.

Mantes-la-Ville, jadis en Seine-et-Oise (78) et aujourd’hui dans les Yvelines, c’est là que je suis né en 1926.

Vers la fin des années 1920, malgré sa proximité avec Mantes-sur-Seine (devenue plus tard Mantes-Gassicourt, puis Mantes-la-Jolie) et séparée d'elle par la ligne de chemin de fer de Rouen à Paris St Lazare et la RN 13, la ligne des trains à vapeur, celle de la Bête Humaine de Zola et de Jean Gabin en mécanicien de loco...
Mantes-la-ville n'était pas une cité dortoir comme de nos jours, mais juste un gros bourg.
Encore assez agricole, avec deux ou trois fermes céréalières, mais aussi des manufactures, avec la filature de coton Le Blanc, le Cacao Flick, La Cellophane, les Moulins Dessenne, la fabrique d'instruments de musique Buffet-Crampon, et la C.I.M.T. Compagnie Industrielle de Matériel de Transport, qui réparait les wagons du réseau de l’État près de la gare de triage.
Ce qui donnait une certaine activité à l'agglomération et à l'artère principale, la RN 183, qui relie Mantes à Houdan par Septeuil, appelée par les habitants La Route de Houdan.

C'est là que j'ai vécu ma première enfance, petit fils du coiffeur, né au dessus de la boutique du grand père, j'avais l'habitude de côtoyer les clients, ouvriers ou employés agricoles qui garaient leurs camions à chaînes, ou leurs tombereaux dans la rue.
Leurs chevaux faisaient du crottin pendant ce temps là, et je le ramassais pour le jardin...

A côté du coiffeur était un Café Billard.
En face du bistrot, il y avait une petite rampe qui menait aux fermes et par laquelle arrivaient les tombereaux chargés de sacs de blé, les charretiers devaient atteler trois chevaux costauds pour grimper la pente.
Avec des « hue, des dia et des ho », ils faisaient claquer leurs fouets, et calaient souvent les grandes roues en bois pour éviter le recul...
Il y avait toujours du spectacle pour moi dans la rue.

L'école maternelle des garçons n'était pas loin, dans l'aile gauche de la Mairie, le bâtiment inchangé existe toujours.
Sitôt mon "quatre heures" englouti, je filais vers le marchand de vélos voisin pour le regarder travailler, son atelier était une vraie caverne d'Ali Baba, où trônait une perceuse verticale à manivelle, avec un lourd volant au sommet, le grand établi avec plein d'outils, des étaux, un support de moyeu pour redresser les jantes voilées, le seau d'eau pour les fuites des chambres à air.

Pendus aux murs par des pitons, des dérailleurs à tendeur Simplex, des plateaux et des guidons de course, en Dural, des freins, et suspendus au plafond, des beaux vélos tout neufs que je touchais quelquefois.
Accrochés aux murs, les plaques émaillées des marques de vélos et de pneus, le Bibendum Michelin et le Barbu des pneus Hutchinson, qui affûtait une lame comme un rémouleur, sur un pneu Hutchinson tellement il était résistant...
De quoi satisfaire ma curiosité de gamin, je revenais souvent plein de cambouis et me faisais réprimander, ce qui ne m'empêchait pas d'y retourner.

A la boutique il y avait un tronc pour les pourboires, je n'avais pas le droit d'y toucher, mais je connaissais les clients... certains me donnaient quelques piécettes... "Tiens c'est pour toi Jean-Claude"

C'était l'époque ou beaucoup portaient la barbe, et venaient plus pour du rasage et du taillage, le tout accompagné de serviettes chaudes...
Et chez le coiffeur on parlait beaucoup... je connaissais toutes les histoires des gens de la Route de Houdan, boucher, boulanger, Coopérative ouvrière, et même un horloger...
Qui selon les dires était un coureur de jupons...

A suivre...




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Momo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 58
NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par Momo le Mer 5 Sep 2018 - 21:26

Merci J-C Laffrat.


avatar
morbihannais
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 79
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par morbihannais le Mer 5 Sep 2018 - 22:01

Bonsoir Lmy, on attend la suite maintenant !



Deux sous-marins, puis deux escadrilles aéro, en huit petites années de Marine Nationale !
avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 73
Radio NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par Noël Gauquelin le Mer 5 Sep 2018 - 22:12

JC Laffrat, ces souvenirs me rappellent ce que me raconte parfois ma mère (qui n'a qu'un an de plus que toi) et qui a passé son enfance dans un petit village de Normandie.
C'est peu dire que la vie était tellement différente à cette époque !



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 74
Mécanicien équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par PAUGAM herve le Mer 5 Sep 2018 - 22:24

Jean-Claude,
Quand j'ai vu que tu ouvrais ce sujet, j'ai sauté dessus comme un gourmand, et j’attends la suite avec impatience !
Comme Noël, mais mes souvenirs sont plus tardifs, mais ceux là, mes parents ne sont plus là pour me les raconter
Merci.





Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
avatar
TUR2
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 61
Radio NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par TUR2 le Mer 5 Sep 2018 - 22:30

Super !
Où l'on apprend que l'ami Jean-Claude aurait pu, comme Fabrice Lucchini, être garçon coiffeur...
On attend la suite.
Bien amicalement.
TUR2





Ia orana ite matahiti api
avatar
L.P.(Pedro)Rodriguez
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 68
NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par L.P.(Pedro)Rodriguez le Mer 5 Sep 2018 - 23:14

Démarrage alléchant Jean-Claude.



Un bon souvenir, c'est comme une bonne bouteille, il ne faut pas le boire seul.
-Jean-Louis FOURNIER-
avatar
Tragin
QM 2
QM 2

Age : 82
Timonier équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par Tragin le Mer 5 Sep 2018 - 23:33

Bonsoir,
Ce récit réveille mes souvenirs d'après guerre.
J'ai vécu quelques années à Villette, un petit village près de Septeuil, sur cette fameuse route dont parle JC Laffrat.
Mon père travaillait au garage de Leuze.
Après 1 an 1/2 passé à l'école primaire de Villette j'ai intégré le lycée moderne de Mantes à l'age de 10 ans 1/2.
Je m'y rendais en vélo tous les jours, c'est dire que je connais bien cette route.
J'attends la suite de ce récit avec impatience.
G.Tragin




Avoir été et essayer d'être encore...
avatar
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 64
NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par Charly le Jeu 6 Sep 2018 - 8:45

Merci Jean-Claude.
D'accord avec toi Momo (message n°2).




OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
couston jean claude
MATELOT
MATELOT

Age : 72
Canonnier équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par couston jean claude le Jeu 6 Sep 2018 - 9:01

Bonjour à toutes & tous,
Merci JC, c'est toujours très agréable et passionnant le vécu de la vie d'antan... à suivre.

Bien dit Momo !!!



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-C Laffrat le Jeu 6 Sep 2018 - 11:10

Non TUR2, je n’ai pas été garçon coiffeur, encore que ce métier manuel à l’ancienne, qui perdure encore aujourd’hui est loin d’être un boulot de fainéant…
Mais il aurait fallu aussi coiffer les dames, faire les indéfrisables... et là il s'est avéré très tôt que mon profil ne correspondais pas au côté virevoltant du coiffeur pour dames...

Pour Tragin ; Alors comme ça tu allais bosser en vélo de Leuze à Mantes, chapeau...
J'ai bien connu cette route moi aussi à la fois en vélo mais aussi en camionnette quand le blanchisseur qui passait chez les commerçants de Mantes à Septeuil pour collecter le linge sale, et chez les coiffeurs les serviettes ne manquaient pas.
Il m’emmenait parfois avec lui dans sa tournée Auffreville, Vert, Leuze, Septeuil, parfois retour par Breuil Bois Robert...
Et me laissait ensuite devant la boutique, les copains de la rue étaient un peu envieux de ma balade en voiture.
Il faut dire qu'à l'époque à Mantes-la-Ville nous étions un peu comme des Poulbots à jouer aux billes dans les caniveaux...

A Mantes-la-Ville, autrefois, tous les ans au printemps, il y avait deux grandes fêtes, d’abord une "cavalcade" avec des chars décorés par les habitants.
J’ai conservé cette photo prise en 1931, à côté d'un marchand de cacahuètes, avec sa carriole tirée par un âne, je suis déguisé en petit Indien à plumes.
La seconde était une fête foraine qui se tenait Place de l’Église.
Il y avait un tir, des boutiques de sucreries, et deux manèges dont un tape-cul avec sièges suspendus par des chaînes, et une piste d’autos tamponneuses…


Spoiler:
Un peu plus grand j'accompagnais ma grande-mère à l'herbe aux lapins avec la brouette et deux sacs, les sentiers ne manquaient pas, et en quelques centaine de mètres on commençait à ramasser les herbes au couteau, attention à ne prendre que les bonnes...
Du haut d'une petite colline on voyait la Seine et l'usine de la Cellophane qui crachait sa fumée nauséabonde, suivant le sens du vent ça sentait plus ou moins.
Au retour on passait devant une cour de ferme, et j'allais souvent m'installer sur les sièges en acier troué des faucheuses Mc Cormick, ou encore tourner autour de la batteuse.
Ensuite on prenait le chemin du château de Villiers, le parc était joli, avec du beau gravier, j'aurais bien voulu y pénétrer, mais là on était chez les riches...
Après on longeait la Vaucouleurs, pas celle de Jeanne La Pucelle, mais un ru d'eau claire où quelques pêcheurs attrapaient des ablettes.
A plusieurs endroits il y avait des lavoirs publics, les femmes maniaient le battoir et une fois le linge lavé rincé rechargeaient la lessiveuse sur leur brouette et remontaient chez elles pour l'étendre.
Au retour on allait donner à manger aux lapins dans le petit jardin situé derrière la boutique, où étaient les clapiers et aussi le poulailler, c'est le grand-père qui se chargeait de tuer les bêtes, j'aimais pas trop ça, ensuite une fois le lapin dépouillé, il retournait la peau et mettait de la paille dedans pour la faire sécher à un clou, le ramasseur de peaux passait tous les mois, il faisait aussi la ferraille avec sa carriole à cheval, là aussi il y avait toujours quelque chose à regarder.

Mais il y avait aussi les trains...
Quand je n’avais pas école, je remontais vers le pont du chemin de fer de Mantes-Gassicourt, je passais le plus clair de mon temps accoudé sur le pont à regarder les locos faire des manœuvres, car les voies de la gare de triage commençaient là, et toute la journée, une ou plusieurs locos tiraient puis poussaient les wagons, qui une fois décrochés, soit seuls ou par trois ou quatre, partaient en roue libre pour être aiguillés sur la bonne voie.

Les locos de manœuvre étaient des vieilles Baldwin 140 du Réseau de l’Ouest-État, c'étaient des machines américaines qui dataient de la fin de la première guerre mondiale, amenées à l’époque par l’US Army.
Pas très rapides à cause de leurs petites roues, mais infatigables en côte pour les marchandises.
Accoudé à la balustrade du pont je voyais le chauffeur et le mécanicien s'activer à tirer les leviers à chaque changement de sens, et la vapeur d’échappement sortir par grosses bouffées.
Sur les voies rapides voisines, les express de la ligne du Havre à St Lazare fonçaient dans un grand bruit, tirés par des Mountain 241 à grandes roues, qui lançaient des coups de sifflet stridents.

Des locos, il y en avait de toutes sortes... 141, 141 TD, 231, 241...
Je ne savais pas encore que pour les identifier il fallait considérer la machine de l'avant vers l'arrière et compter le nombre de roues, ce code était international : une petite roue quatre grandes roues c'est une 140, une petite roue, quatre grandes roues, une petite roue, c'est une 141, deux petites roues, trois grandes roues, une petite roue, c’est une 231, etc...
Les machines qui possédaient les roues principales de grand diamètre étaient destinées aux trains rapides et aux express, les autres avec des roues plus petites, aux trains de marchandises.
C’est en 1938 que la SNCF a été créée, mais la nouvelle région Ouest conserva encore toutes ses locos à vapeur du Réseau de l’État, jusqu'à l'électrification de la ligne Paris Rouen en 1966.

J’en repartais avec des poussières de charbon pleins les cheveux poissés par la vapeur, bon pour un lavage de tête à l’arrivée à la maison, car on ne se met pas à table sale comme un cochon… ça c’est de la pure nostalgie...




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 74
Mécanicien équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par PAUGAM herve le Jeu 6 Sep 2018 - 11:25

Ah, quels beaux souvenirs
-" Peau de lapin, peau" criait le ramasseur , et aussi "Rémouleur, rémouleur , couteaux , ciseaux " , j'habitais à Chantilly, à l'époque, j'avais 4 ou 5 ans





Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
avatar
dan83143
QM 1
QM 1

Age : 60
Détecteur équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par dan83143 le Jeu 6 Sep 2018 - 11:51

Merci pour ces beaux récits Jean Claude, 
Tu nous plonges dans une époque méconnue, sans doute difficile, ou pas, c'est selon, mais dont j'ai pu avoir un peu connaissance par mes grands-parents. 
Comme Hervé, lorsque nous venions en vacances chez eux, à Fontaine les Dijon, village rural à l'époque, malgré sa proximité avec Dijon, je me souviens d'entendre fréquemment les "Peaux Peaux de lapins.."
Mon grand père s'empressait alors de descendre à "l'écurie" (en fait une ancienne écurie où il mettait ses lapin) et où il récupérait les peaux pour les vendre à ce chiffonnier de passage dans sa rue... 




Homme libre, toujours tu chériras la mer

La mer permet tout pourvu qu'on la respecte
avatar
morbihannais
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 79
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par morbihannais le Jeu 6 Sep 2018 - 13:30

Je me permets de rebondir sur le message de Dan83143 "tu nous plonges dans une période méconnue....." Tu as raison et mon petit message est : pour vos enfants, petits enfants (surtout) et plus... faîtes de même et écrivez vos souvenirs d'enfance. Je le fais et en suis à la quarantième page ! c 'est fou comme en écrivant un souvenir il en arrive dix autres ! essayez, vous le constaterez
Et pourquoi le fais-je ? un jour l'un de nos petits fils (bientôt 30 ans) nous demanda "et comment faisiez vous pour annoncer quelque chose...? nous avons bien sur répondu "nous écrivions ou si urgence envoyions un télégramme..." ah bon et c'est quoi un télégramme ?" alors j'ai décidé de tout raconter (ce qui me revient en mémoire) de notre vie, pour ma période 39 53, une vie qu'ils ne peuvent même pas imaginer !! différente de celle de notre ami JC Laffrat puisque jusqu'à 14 ans j'ai vécu en pleine campagne, voisin d'une ferme.... bien isolés !
Je me permets donc ce conseil : racontez votre vie à vos descendants, ils auront parfois du mal à vous croire ! et pourtant !! et JC et surtout : continues !!



Deux sous-marins, puis deux escadrilles aéro, en huit petites années de Marine Nationale !
avatar
J-L-14
QM 1
QM 1

Age : 73
Mécanicien équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-L-14 le Jeu 6 Sep 2018 - 13:44

Merci Jean-Claude.




 
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-C Laffrat le Jeu 6 Sep 2018 - 14:19

Et voilà les locos à vapeur Baldwin que je regardais manœuvrer :

La première est une 140 telle que livrée par les Américains en 1917, malgré le sigle SNCF peint sur l'avant, le couvercle de la boite à fumée est typiquement US, c'est à dire petit et sévèrement boulonné.
A cause des bisons sans doute, il ne manque que le pare buffalos à l'avant.


La seconde est une 140 Baldwin au standard SNCF avec le couvercle de la boite à fumée classique avec la grande porte et la lanterne en haut.


De par conception les 140 ont la cabine complètement en porte à faux, mais avec un plancher en acier relié au gros tender rempli de charbon...
Ah j’entends un Écolo qui proteste...

J'ai toujours aimé les locos à vapeur, plus âgé, je me suis acheté des bouquins sur les locomotives, des premières aux dernières avant les Diesel et la traction électrique.
Les dernières vapeur fabriquées étaient les plus perfectionnées, des Compound qui marchaient au charbon pulvérisé ou au fuel directement injecté sous les tubes de la chaudière, étaient au top du rendement thermique permis par la vapeur.
Je peux pas mieux comparer ça qu'avec les derniers avions de ligne à hélices avant la réaction, un peu à l'image ce que fut le Lockheed Super Constellation (Le Connie) du génial Howard Hughes pour les avions à hélices.


Dernière édition par J-C Laffrat le Jeu 6 Sep 2018 - 14:28, édité 1 fois




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 74
Mécanicien équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par PAUGAM herve le Jeu 6 Sep 2018 - 14:27

Quelle impression de puissance que donnent ces machines





Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
avatar
Matelot
QM 2
QM 2

Age : 75
Canonnier pointeur équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par Matelot le Jeu 6 Sep 2018 - 14:33

Merci Jean-Claude.
D'après t'on récit je me rappelle, de mes jeunes années, les femmes lavant le linge dans les lavoirs communale, été comme hiver les camions à chaine, la première loco électrique, ou le prof nous avaient fait sortir dans la cour, pour la voir passer.
Que de souvenirs que tu nous fait remonter.



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-C Laffrat le Jeu 6 Sep 2018 - 14:46

C'est en 1933 que j'ai quitté Mantes-la-Ville pour partir habiter à Boulogne Billancourt, de Mantes, pour gagner Paris en train, on avait alors le choix entre la ligne Mantes-St Lazare par Conflans-Sainte-Honorine, ou Mantes-St Lazare par Poissy et Achères, la seconde étant la plus rapide, ce qui est toujours le cas aujourd'hui.

C'était mon premier "grand" voyage, tout de suite après le départ on longeait la RN 13 (la Route de Quarante sous) et on passait à droite devant les falaises crayeuses découpées avec la cimenterie Portland qui fumait le long de la RN 13, sur l'autre rive de la Seine c'était les cheminées de la Cellophane qui fumaient aussi, entre les deux pas de différence, à qui sentait le plus mauvais.
Après c’était Villennes-sur-Seine, Vernouillet-Verneuil, Poissy, puis Achères.

A Achères, avant d'arriver au triage on passait sous un pont en béton qui existe encore aujourd'hui... les locos et les wagons ne manquaient pas d'attirer ma curiosité.
Ensuite on arrivait dans la belle banlieue, la forêt de St Germain, Maisons-Laffite, puis un peu moins bien, Sartrouville, ensuite la vraie banlieue parigote, Bezons, La Garenne, Colombes, de plus en plus moche en arrivant sur Paris, j'attendais avec impatience de voir enfin la Gare St Lazare...
Les prémices c'était Clichy-Levallois, avec un enchevêtrement de voies qui n'en finissait pas, puis venait la gare de Pont-Cardinet et les ateliers des Batignolles.
A cet endroit, il y avait le dépôt des locos, ces dernières changeaient de sens sur un pont pivotant assez impressionnant.
Ensuite le Pont de l'Europe passé, on entrait sous les impressionnantes verrières de St Lazare, descendu souvent du wagon dans les premiers, j'avais hâte d'arriver à la loco pour la voir de près, un peu de vapeur fusait encore ça et là, dans le bruit alternatif de la pompe à eau située à l'avant dont on voyait l'axe des pistons aller et venir.
Un peu comme un gros animal haletant après l'effort.

Par la suite et jusqu'en 1939, je revenais à Mantes la Ville à chacune de mes vacances scolaires.
Le plus souvent par le train, mais aussi quelquefois en autocar, à partir de la Porte de St Cloud.
Car de Billancourt, c'était plus pratique que de prendre le métro pour monter à la Gare St Lazare.

Par la route, après le Pont de St Cloud on attrapait la RN 307, Vaucresson, Garches, Rocquencourt, St Nom la Bretèche, Feucherolles, Mareil sur Mauldre, Maule, Nezel Aulnay ; pour retrouver la RN 13 à Epône, les arrêts étaient très nombreux, c'était pittoresque, à l'époque il y avait encore beaucoup de voitures à chevaux et une grande activité autour des fermes, au bout de plus de deux heures, on arrivait enfin au pont de Mantes Station, l'arrêt du car était situé devant le Garage de la Maison Bleue, à côté duquel se trouvait un café, où parfois m’attendait mon grand-père.

J'y reviendrai pour évoquer bombardements meurtriers qui frappèrent la région Mantaise en 1944.





«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 74
Mécanicien équipage NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par PAUGAM herve le Jeu 6 Sep 2018 - 14:55

On suit, Jean-Claude





Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-C Laffrat le Jeu 6 Sep 2018 - 15:20

C'est pas pour aujourd'hui Hervé ...




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
L.P.(Pedro)Rodriguez
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 68
NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par L.P.(Pedro)Rodriguez le Jeu 6 Sep 2018 - 16:57

Il manque juste le cognement des roues franchissant les interruptions de rails pour s'y croire complètement.
Jean-Claude



Un bon souvenir, c'est comme une bonne bouteille, il ne faut pas le boire seul.
-Jean-Louis FOURNIER-
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par J-C Laffrat le Jeu 6 Sep 2018 - 17:30

Désolé Pedro mais je n'ai pas la bande son de ces souvenirs ... A l'époque il n’existait pas d'enregistreur accessible à un gamin pour le faire




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
TUR2
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 61
Radio NON

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par TUR2 le Jeu 6 Sep 2018 - 18:21

Comme dit Hervé, on suit...le guide, car pour ce qui est de mon cas, les villes et les banlieues, c'est pas vraiment mon truc. En plus, l'approche des villes par le train, j'ai le souvenir d'arrêts obligatoires dans une zone de triage sans doute (du coté de Montbéliard, peut être), c'est d'un moche, surtout lors des voyages vers l'est, dans la grisaille, sinistre
Pour ce qu'il en est du guide, tu m'impressionnes, un vrai GPS.
Bien amicalement TUR2





Ia orana ite matahiti api
avatar
takeo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 57
Mécanicien équipage

Re: Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40

Message par takeo le Jeu 6 Sep 2018 - 18:27

Magnifique ce récit Jean-Claude ; j'ai l'impression d'entendre ma maman quand elle parlait de son grand-père et de sa grand-mère avec leurs lapins et volailles. Mon arrière grand-père était cantonnier à coté d'Elbeuf.
J'ai hâte de lire la suite.
Une question , avec toutes ces locomotives et la passion que tu avais à ce moment là , n'as-tu pas eu envie de rentrer à la SNCF ?



Dernière édition par takeo le Jeu 6 Sep 2018 - 18:42, édité 1 fois




*De temps à autre, un retour aux sources ou à nos racines s'impose pour retrouver ce qui jadis fut familier et siège pour toujours dans notre cœur *
[Loreena McKennitt]

    La date/heure actuelle est Mer 26 Sep 2018 - 17:02