Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Programme de la rencontre A.C.B et P.R les 8, 9 et 10 juin à Grenoble (messages 67 et 149)

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 751637 messages dans 14315 sujets

Nous avons 14727 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est GD335

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par loulou06000 Aujourd'hui à 17:00

» [Histoire et histoires] Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.
par DALIOLI Aujourd'hui à 16:57

» DE GRASSE (CROISEUR)
par PFISTER Aujourd'hui à 13:58

» GLYCINE (DC)
par skagerrac Aujourd'hui à 12:37

» GARONNE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par Didier Moreaux Aujourd'hui à 11:57

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DESTENABES Aujourd'hui à 9:00

» [VOTRE PASSAGE AU C.F.M.] MON ARRIVÉE À HOURTIN
par kerneve Aujourd'hui à 7:40

» MISTRAL (PHA)
par Yvon972 Hier à 22:36

» TONNERRE (PHA)
par Yvon972 Hier à 22:30

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par PAUGAM herve Hier à 21:13

» [ Recherches de camarades ] [ Recherches de camarades ] Recherche copains ARMURIERS Arpettes Toulon 54/55
par LEBEGUE Pierre Hier à 20:06

» Vieilles paperasses humoristiques
par larcher Hier à 18:50

» [Associations anciens marins] FNOM
par centime44 Hier à 18:14

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Christian Gaurat, Fourrier, sousmarinier
par COLLEMANT Dominique Hier à 18:02

» [Vie des ports] Les ports de la Réunion
par COLLEMANT Dominique Hier à 17:54

» SUFFREN (FLM )
par Max Péron Hier à 16:53

» [VOS ESCALES] Escale à Hambourg St Pauli
par loulou06000 Hier à 10:43

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par beugnon eudes Hier à 10:36

» LES VIEUX BÂTIMENTS
par GYURISS Hier à 10:23

» FLORE (SM) - Tome 2
par kerneve Hier à 9:04

» A propos du convoyage du dock de Mers el-Kébir à Papeete
par Laurent Sam 23 Mar 2019 - 21:05

» Insignes de surfacier
par RENARD-HACHIN Sam 23 Mar 2019 - 20:46

» [ FUSILIERS MARINS ] Et les maitres de chiens.
par BEBERT 49 Sam 23 Mar 2019 - 18:35

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par Roli64 Sam 23 Mar 2019 - 16:15

» CASSARD (FRÉGATE)
par Franjacq Sam 23 Mar 2019 - 15:35

» LCT L9098
par Michel Roux Sam 23 Mar 2019 - 14:18

» MONTCALM (FRÉGATE)
par ROYER Ven 22 Mar 2019 - 15:00

» FLOTTILLE 27 F
par COLLEMANT Dominique Ven 22 Mar 2019 - 9:23

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par COLLEMANT Dominique Jeu 21 Mar 2019 - 22:26

» DIRECTION DU PORT DE BREST
par DUFFOND Serge Jeu 21 Mar 2019 - 20:59

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du FLM SUFFREN 1988 a 1991 mécanicien ou Sécurité
par mataf des taaf Jeu 21 Mar 2019 - 13:12

» PRIMAUGUET (FRÉGATE)
par vigneronclaude Jeu 21 Mar 2019 - 11:42

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par GALAUD CLAUDE Jeu 21 Mar 2019 - 10:04

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Andre RICHARD Jeu 21 Mar 2019 - 1:47

» Voilier océanographique TARA
par Roger Tanguy Mer 20 Mar 2019 - 22:38

» [ École des Mousses ] École des mousses promotion 72/73
par DTL Mer 20 Mar 2019 - 20:45

» DU CHAYLA (EE)
par boucancanot Mer 20 Mar 2019 - 19:47

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par BERNES Mer 20 Mar 2019 - 16:42

» MARINE BOULOGNE
par EUGENE Raymond Mer 20 Mar 2019 - 13:18

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Mer 20 Mar 2019 - 11:29

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Mar 2019 - 22:42

» [ Divers frégates ] Frégate (FREMM) Provence D652
par Joël Chandelier Mar 19 Mar 2019 - 21:29

» [ Blog visiteurs ] P 735 à NHA TRANG CAU DA
par Charly Mar 19 Mar 2019 - 19:09

» [ Blog visiteurs ] Recherche Infos PM Raymond LAURENT et Pierre LE BOULICAUT
par J.Revert Mar 19 Mar 2019 - 10:33

» ANTARES (BRS )
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Mar 2019 - 9:55

» [ Campagne ] LA RÉUNION - TOME 003
par Max Péron Lun 18 Mar 2019 - 22:56

» ÉMERAUDE (SNA)
par COLLEMANT Dominique Lun 18 Mar 2019 - 22:02

» [ Blog visiteurs ] Concerne Jacques Priard SM Minerve
par COLLEMANT Dominique Lun 18 Mar 2019 - 21:45

» MINERVE (SM)
par COLLEMANT Dominique Lun 18 Mar 2019 - 21:28

» JULES VERNE (BA)
par Andre RICHARD Lun 18 Mar 2019 - 19:41

» [Divers les nucs] SNLE
par Joël Chandelier Lun 18 Mar 2019 - 18:57

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par marsouin Lun 18 Mar 2019 - 18:40

» ILE D'OLÉRON (BE)
par hendier Lun 18 Mar 2019 - 18:13

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par stephneuve Dim 17 Mar 2019 - 21:55

» D'ENTRECASTEAUX (BSE)
par centime44 Dim 17 Mar 2019 - 14:44

» [ Marine à voile ] Frégate russe Shtandart
par centime44 Dim 17 Mar 2019 - 14:41

» [Marine à voile] L'Hermione
par J.C. Dim 17 Mar 2019 - 9:31

» TENACE (RHM)
par COLLEMANT Dominique Sam 16 Mar 2019 - 20:46

» GARONNE (BSL)
par LA TOULINE Sam 16 Mar 2019 - 19:07

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Matelot Sam 16 Mar 2019 - 13:44

» RUBIS (SNA)
par JJMM Sam 16 Mar 2019 - 8:37

» BIDASSOA (BDC)
par laurent jean-louis Ven 15 Mar 2019 - 22:41

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par Joël Chandelier Ven 15 Mar 2019 - 21:32

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par PAUGAM herve Ven 15 Mar 2019 - 21:27

» [ Recherches de camarades ] recherche un ancien collègue, Alain Duchesne dit "DUDUCHE", derniere affectation TC Orage en 1999
par patcal Ven 15 Mar 2019 - 19:45

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Ven 15 Mar 2019 - 17:59

» [ Marine à voile ] L'ESPERANCE III Lac d'Annecy
par jean-claude BAUD Ven 15 Mar 2019 - 14:26

» [LES B.A.N.] AGADIR
par J-C Laffrat Ven 15 Mar 2019 - 11:18

» DJIBOUTI - LES BARS
par gegehella Ven 15 Mar 2019 - 10:54

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par RENARD-HACHIN Ven 15 Mar 2019 - 10:17

» LE BRESTOIS (ER)
par POMIE Ven 15 Mar 2019 - 9:25

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Keran Jeu 14 Mar 2019 - 21:49

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par gerardsin59 Jeu 14 Mar 2019 - 16:40

» [Campagne] DÉPÔT SIDI-ABDALLA
par framery Jeu 14 Mar 2019 - 15:14

» [ Divers avisos escorteurs ] Moteurs des avisos escorteurs
par LEFEBVRE claude Jeu 14 Mar 2019 - 14:24

» [ Blog visiteurs ] mers el kebir 1963 1964
par BOUBOU 56/50 Jeu 14 Mar 2019 - 9:04

» PUNARUU (Pétrolier)
par Noël Gauquelin Mer 13 Mar 2019 - 18:39

» ÉCOLE DES FOURRIERS CHERBOURG
par Matelot Mer 13 Mar 2019 - 18:04

» [Campagnes] Mers el-Kébir
par BOUBOU 56/50 Mer 13 Mar 2019 - 17:56

» [ Logos - Tapes - Insignes ]
par Noël Gauquelin Mer 13 Mar 2019 - 16:01

» LE BOURGUIGNON (ER)
par Michel Roux Mer 13 Mar 2019 - 15:56

» CLEMENCEAU (P.A) - TOME 2
par RENARD-HACHIN Mer 13 Mar 2019 - 14:11

» [ Divers frégates ] F 712 COURBET
par Matelot Mer 13 Mar 2019 - 10:23

» VAUQUELIN (EE)
par Michel Roux Mer 13 Mar 2019 - 10:16

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par pinçon michel Mar 12 Mar 2019 - 18:12

» [ Blog visiteurs ] PAPOUIN Allain
par TACTAC29 Mar 12 Mar 2019 - 15:10

» [ Associations anciens Marins ] Une nouvelle Nuit de la Marine pour l'AMMAC d'ANGERS
par Jo Mar 12 Mar 2019 - 12:08

» JAUREGUIBERRY (EE)
par PFISTER Mar 12 Mar 2019 - 10:49

» HIPPOPOTAME (RHM )
par marsouin Mar 12 Mar 2019 - 8:28

» SURCOUF F711 (FREGATE)
par Bureaumachine busset Lun 11 Mar 2019 - 23:22

» DUQUESNE (FRÉGATE)
par Jean-Léon Lun 11 Mar 2019 - 23:05

» FLOTTILLE 6 F
par Jean-Marie41 Lun 11 Mar 2019 - 18:05

» [Campagnes] Guyane
par Max Péron Lun 11 Mar 2019 - 16:25

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Charly Lun 11 Mar 2019 - 12:05

» L'UTILE (RC)
par johann Dim 10 Mar 2019 - 19:51

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Noël Gauquelin Dim 10 Mar 2019 - 19:17

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par Michel Roux Dim 10 Mar 2019 - 18:16

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par LES BORMETTES Dim 10 Mar 2019 - 17:53

» EURYDICE (SM)
par VERNEYGérard84 Dim 10 Mar 2019 - 10:39

DERNIERS SUJETS



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Partagez
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Roger Tanguy le Mer 6 Mar 2019 - 23:17

Cette citation est imputée à tort ou à raison à plusieurs philosophes anciens .
Le philosophe scythe Anarcharis serait effectivement le premier (en tous cas c'est le plus ancien) à avoir formulé ce dicton mais peut-être pas exactement dans cette forme. Aristote l'aurait repris plus tard (avec des mots un peu différents ?), et aussi Platon semble-t-il. Comme ces gens-là ne sont pas de ma promotion, je ne vais pas me porter garant pour un ou pour un autre.




La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
Roli64
Roli64
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 86
Transmetteur NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Roli64 le Jeu 7 Mar 2019 - 8:59

Avé à tous .
Je vous cite la référence que j'ai, le nom du livre :"La vie quotidienne des marins au temps du Roi Soleil"
par Jean Merrien . A plus .
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Roger Tanguy le Jeu 7 Mar 2019 - 12:15

Avé Roli.
on retiendra qu'ils "n'ont pas connu les marins qui ont fait l'Indo" et ça on sait de qui c'est.




La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
GENESLAY
GENESLAY
QM 2
QM 2

Age : 83
Timonier équipage NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par GENESLAY le Jeu 7 Mar 2019 - 12:40

LEPILLER

Ton message 462 tu cites GALLOIS serait t'il le Q/M2  ou Q/M1 timonier qui a fait son cours d'éleve au cap BRUN avec moi en 1952 ?



LEPILLER Christian
LEPILLER Christian
MATELOT
MATELOT

Age : 83
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par LEPILLER Christian le Jeu 7 Mar 2019 - 19:04

Bonjour Geneslay. Je ne connais pas son parcourt de formation. je me rapelle qu'il était mécano à bord. je ne peux pas te confirmer. Je crois me souvenir que tu m'avais posé cette question il y a logtemps déjà ? Amitiés. Christian.

PS. Tu devrais pouvoir le reconnaitre sur la photo, il est avec des lunettes noires et la barbe.




Pour bien vivre le présent, il faut être en paix avec son passé.
coutil
coutil
QM 2
QM 2

Age : 88
Canonnier équipage            NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par coutil le Sam 9 Mar 2019 - 10:14

1951 le stromboli sur la route du vietnam

le stromboli maintenant


Dernière édition par Charly le Mar 19 Mar 2019 - 17:23, édité 1 fois (Raison : Fusion de 2 messages mis à la suite à quelques minutes d'intervalle)



JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Sam 9 Mar 2019 - 11:36

Salut Claude, tu te rapproche de l'Europe ?
Le Stromboli, ç'est toujours un peu angoissant quant tu ne connais pas.
Pour ma part je préfère la 2ieme photo, à cause de la marinette.
BON VENT ET BON WEEK-END.
BILL.
Roli64
Roli64
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 86
Transmetteur NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Roli64 le Dim 10 Mar 2019 - 16:35

Avé à tous .
La lecture apporte beaucoup au lecteur assidu, et c'est comme cela que j'ai appris, en lisant mon livre sur
la flotte du Roi Soleil que j'ai été pendant Gouverneur pendant deux ans (la paie n'a pas suivi) .
C'était le nom donné au gars qui manipulait la barre et ce, par tout temps . Ha...recevoir les embruns, se
baisser avant qu'ils arrivent à la passerelle découverte de la vedette, se redresser pour vérifier la route....etc.
Mais manque de pot, le mauvais temps nous le laissions aux unités qui voguaient de l'autre coté, là ou
sévissait la mousson . Oui je sais, mais étions comme cela, NOUS . Hé...vous mangiez tous les jours du
pain frais, vous . Nous c'était du pain de guerre aromatisé à la viande (charençons) . Quand je parle de
Gouverneur ne m'en veuillez pas, je suis assez agé pour parler de la marine à 'ouales' - A plus .


Dernière édition par VENDEEN69 le Dim 10 Mar 2019 - 18:42, édité 1 fois (Raison : Doublon supprimé)
JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Dim 10 Mar 2019 - 17:56

Roli 64 lire c'est bien, écrire c'est mieux car sans écriture , pas de lecture.
Tes pains à la viande, tu as vu à ce jour le prix d'un friand à la viande ? lol!
Bon vent Mr le Gouverneur de la marine à ouales.
BILL.
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par J-C Laffrat le Mar 19 Mar 2019 - 16:18

Bonjour à tous les anciens d'Indo,

Juste un passage en mémoire de mon vieux copain Didier Vidal, radio volant, qui nous a quitté le 10 mars dernier pour son dernier et ultime voyage. Il n'était pas membre d'ACBPR, je lui ai déjà rendu hommage sur le sujet BAN Agadir que vous pouvez consulter.

Mais Didier avait fait aussi l'Indo, d'abord en 1947-48 dans la Marine Kaki comme simple radio il est passé rapidement par Saigon avant de partir au Tonkin dans les FAIN.

Après avoir fait le cours de volant à Agadir en 1952 Il est revenu une seconde fois en Indo en qualité de radio volant à la 28F Privateer, au plus mauvais moment, pendant la bataille de Dien Bien Phu. Il a participé à bon nombre d'interventions de largages et de bombardements sur la cuvette, avant qu'elle ne tombe. Il a perdu près de vingt de ses camarades dans les deux Privateer abattus par la DCA Viet (au canon de 37 presque a bout portant)

En 2002 il avait fondé l'Amicale des Anciens de la 8F/28F dont je fus membre. Association dissoute en 2012 faute d'anciens combattants ....

Didier Vidal aimait l'Indochine comme il aimait le Maroc, il a écrit de beaux textes, et en hommage à sa mémoire et en partage ; en voici plusieurs sur cette Indochine qui l'avait marqué à jamais.
Spoiler:
Sur le LCT 1139 Au Tonkin 1947

Les accrochages et les embuscades étaient monnaie courante. Je me bornerai a évoquer quelques anecdotes de cette vie sur les fleuves et arroyos du Tonkin.
Il nous arrivait de nous transformer en déménageurs. Puisque le 1139 était une péniche, il était tout indiqué pour faire du transport, et la marine nous demanda parfois de prendre à bord du fret étonnant. Des cercueils vides, débarqués d’un cargo en baie d’Along ou bien des cercueils pleins, à transborder à bord du Pasteur pour être rapatriés en France.
Il y eut un voyage vers la garnison de Nam Dinh avec une douzaine de filles d’un BMC (b****l militaire de campagne), ayant pour mission d’évacuer le trop plein d’énergie d’un régiment de tirailleurs marocains, isolés dans cette petite cité. Ce fut pittoresque ! Et pour le retour vers Haiphong, une pleine barge de touques (petits pots de terre cuite contenant environ 2 litres) de Nuoc mam empilées en pyramides. Comme on le sait, ce condiment très apprécié dans la cuisine vietnamienne, a une odeur relativement forte et peu agréable lorsqu’il n’est pas dilué dans un bol de soupe. Et là, vraiment, nous étions gâtés. Mais la suite fut plus corsée. Pour faire le trajet de Nam Dinh à Haiphong, il faut descendre un bras du Fleuve rouge vers la mer, remonter quelques miles à travers les vagues et reprendre un autre bras du fleuve rouge pour retrouver notre port d’attache, Haiphong.
Un fleuve est relativement tranquille, mais la mer ! Ce qui devait arriver arriva. Les touques empilées sans être arrimées, finirent, avec le roulis et le tangage, de se désolidariser de leur belle pyramide, pour s’écrouler et se briser sur les tôles du pont en répandant, bien entendu, leur contenu odoriférant. Il en subsista cependant quelques unes entières, dieu merci ! Mais à l’arrivée, la corvée de nettoyage s’imposa rapidement avec force jet d’eau de la lance d’incendie afin de ne pas mourir asphyxié.
Les transports vers la baie d’Along étaient mon grand bonheur. Nous traversions ce dédale d’îlots rocheux pour aller ravitailler des postes militaires Port Wallut, Hongai, Pointe pagode, Moncay, à la frontière chinoise et Apowan, au sud de l’île de la Cat Bâ qui étaient à cette époque de véritables petits paradis. Port Wallut surtout, niché au fond d’une espèce de fjord bordé de rochers couverts d’une végétation très dense. Le village, situé au-delà du poste militaire, était encore entouré d’une palissade de hauts pieux de bambou pour se protéger de l’incursion de Ong cop, Monsieur tigre. Après le village, c’était la forêt vierge, remplie des cris d’oiseaux et d’animaux, une cacophonie de toute sorte, où nous allions nous plonger pour quelques heures et nous prendre pour des chasseurs de fauves.

Mais de tigre, point. Nous n’en vîmes même pas la queue, seulement les traces sous le couvert de la forêt profonde. Ong cop est un malin !
Parfois aussi le soir, nous allions nous dévergonder dans un lieu de perdition, la paillote du bacuan. Le bacuan est aux vietnamiens ce que la roulette est aux européens, un jeu de hasard qu’ils fréquentent assidûment car l’asiatique est très joueur. A Port Wallut, le tripot se situait dans une grande paillote, assez haute pour recevoir une petite mezzanine surplombant la table des jeux, d’où les joueurs en surnombre ne pouvant accéder autour de la table, descendaient leur mise dans un petit panier suspendu à une cordelette. Ce lieu pittoresque, mal éclairé, sentant la sueur, enfumé et bruyant, où je jouais quelques piastres de temps en temps, avait pour moi la saveur du meilleur film d’aventure.
Un vieux paysan du village, ancien tirailleur annamite et parlant un français légèrement écorché, me raconta un jour son aventure avec “ong cop” le tigre. Une nuit, la porte de bambou du village ayant été mal fermée, le fauve pénétra dans l’enceinte et se promena à travers les ruelles, cherchant une proie. Les paillotes restaient, elles aussi, souvent ouvertes surtout en été. Notre tigre attiré par l’odeur d’une petite chèvre qui dormait sous le bas-flanc de notre paysan, vint tout simplement pousser la porte de bambou, fragile rempart, et d’un coup de patte délogea l’animal pour l’emporter, sous le regard effrayé de son propriétaire couché juste au-dessus, réveillé par les grognements du tigre et les bêlements de sa victime. Ong cop retourna dans sa forêt, tranquillement comme il était venu, manger son repas.

Didier VIDAL Mémoires d’Indochine

LA BAIE D’ALONG 1947

Aujourd’hui elle a retrouvé son vrai nom, Baie de Ha long.
Après quelques jours de nouveau en transit à Saigon, et ma désignation pour les forces amphibies du nord je profitais d’une rotation du croiseur Tourville, une vieille unité des années trente, pour enfin pouvoir découvrir cette baie d’Along dont mes camarades ayant déjà fait le voyage, évoquaient son nom avec nostalgie dans leurs conversations.
Son nom, au charme et à la consonance exotique, avait certainement joué un rôle dans ma décision de me porter volontaire pour ce pays, l’Indochine, déchiré par une guerre longue et sanglante.
Les communiqués des journaux de l’époque n’étaient pas accompagnés de photos comme nous les connaissons aujourd’hui et de toute façon, leur mauvaise qualité d’impression ne nous donnait qu’une vague idée des paysages. J’imaginais donc une immense plage de sable fin bordant une baie en demi-lune où les cocotiers se balançaient au gré du vent marin avec en toile de fond, la ville d’Haïphong qui, comme tout port qui se respecte se trouve sur la côte.
Aujourd’hui, le voyageur arrivant sur un site peut se dire : « J’ai déjà vu cet endroit ». Oui, sur les magnifiques photos de catalogues d’agences de voyages !
Au matin du troisième jour, sachant que nous devions être en vue des côtes, je me levai très tôt jour pour profiter du spectacle extraordinaire et toujours nouveau de l’apparition d’une terre sur l’horizon. Sensation grisante de la découverte et du mystère entourant cette ligne grise qui émerge des eaux.
Qui sont les hommes qui l’habitent, comment vivent-ils ? Ils dorment maintenant. Certains vont travailler, d’autres font l’amour, des enfants se serrent contre leur mère, un chien aboie dans une cour parce qu’un coq chante à côté.
En débouchant sur le pont avant, je remarquai que le Tourville avait ralenti sont allure. L’étrave fendait doucement les flots sans soulever sa paire de moustache. Nous avancions entre de gros rochers en forme de pain de sucre de quarante à cinquante mètres de hauteur, espacés de trois à quatre cents mètres, parfois plus et couverts d’une épaisse végétation.
Cet ensemble de grosses masses sortant de l’eau me fit penser à un dédale de colonnes énormes d’un immense temple englouti dont seul le sommet émergeait. Mais où donc était ma baie d’Along ?
Lorsque notre route tangentait de plus près l’un de ces rochers, on pouvait entendre les cris perçants de petits singes qui se balançaient joyeusement et sautaient de branches en branches. Ils y en avait des centaines. C’est également sur ces rochers, je l’appris plus tard, que les sampaniers de la baie venaient recueillir les nids d’hirondelles de mer servant à confectionner de délicieuses soupes. En trouve-t-on encore aujourd’hui, ou bien sont-ce des nids d’hirondelles d’élevage utilisés par nos chinois du 21ème siècle ?
Sur le pont, d’autres marins, étaient déjà là pour profiter du spectacle.
Ha Long en vietnamien signifie « dragon descendant ».

Une légende raconte que le Viet Nam fut attaqué par un pays voisin et les dragons vinrent aider les défenseurs en lançant une multitude de perles dans la baie. Celles-ci devinrent des rochers qui aidèrent à barrer la route à l’armada des envahisseurs.
Une deuxième légende affirme qu’un énorme dragon vint s’installer dans cette région et que les battements de sa queue creusèrent de grands trous qui se remplirent d’eau créant ainsi le site actuel.

Pour ma part, je préfère la première légende.
Le Tourville stoppa au milieu d’un grand espace dégagé et mouilla son ancre. Nous étions à la fin de notre voyage ou presque. Il ne s’écoula pas plus d’une demi heure que, surgissant d’on ne sait où, des sampans entourèrent le bâtiment, manœuvrés avec une dextérité de vieux bosco, le plus souvent par une femme ou un enfant se tenant debout à l’arrière pour pousser un aviron articulé au bord du sampan sur un épieu de bois et fixé par une tresse de fibres de coco. Leur façon de ramer me fit penser à celle des gondoliers de Venise. Mais ne serait-ce pas eux qui auraient copié cette méthode comme ils l’ont fait pour les spaghettis sur des informations rapportées par Marco Polo ? ? ?
Ils arrivaient maintenant de partout. Qui les avait informés de notre arrivée ? Certaines embarcations plus volumineuses étaient recouvertes d’une toiture en demi tonneau formée de lattes de bambou tressé, sous laquelle vivait toute la famille et où tout était rangé. A l’avant, dans le fond de son bateau, sous le plancher, le sampanier gardait un peu d’eau de mer servant de vivier pour conserver le fruit de sa pêche excédentaire pendant plusieurs jours. Les ustensiles de cuisine rudimentaires était en fer forgé grossièrement, ou de bambou patiné par le temps. Quelques bols en porcelaine de Chine évidemment, pour manger le riz, mais tout ébréchés. Les femmes et les hommes étaient vêtus de toile de coton noir délavée par le soleil et la pluie. Seuls les enfants vivaient encore pratiquement nus à cette saison .
Les sampans s’agglutinèrent le long de la haute carcasse grise du croiseur et se balançaient mollement au gré de la houle en se heurtant à chaque mouvement de la mer, émettant un bruit continu de bois qui se choque et de crissement d’avirons dans leur tolet de cordage. Les matelots du bord blasés de ces haltes au mouillage, ne prêtaient pas attention a ce remue-ménage. Moi, je n’en perdais pas une miette.
Depuis des siècles ces habitants de la mer vivent en quasi permanence sur leur sampans et jadis, faisait de ce labyrinthe de rochers une forteresse naturelle où il pouvaient se protéger des éventuels pirates chinois qui pillaient les côtes de la mer de Chine.
Pour l’heure, une coupée fut amenée le long du bord par laquelle je vis monter un étrange personnage débarqué d’un des sampans. Un petit homme d’une cinquantaine d’années, la peau tannée par le soleil, vêtu d’un short sans couleur bien définie, d’une chemise blanche bien propre, des claquettes aux pieds et coiffé d’une casquette crasseuse de second maître. Il fut accueilli par le maître commis aux vivres avec qui il eut une longue conversation agrémentée de forces gestes. J’appris le fin mot de cette visite par un matelot du bord. Il m’expliqua que l’homme était le chef ou le représentant des sampaniers dont la fameuse casquette représentait sa fonction, qu’il portait fièrement comme un amiral venant de recevoir ses étoiles, . Il venait à bord de chaque bateau mouillant dans cette rade pour marchander des échanges de poisson, ou du corail contre des produits de vie courante comme le savon, du tabac, du riz, ou des légumes, qu’ils ne pouvaient acheter sans être obligé de naviguer jusqu’à Hongaï, la ville la plus proche distance de plusieurs nautiques.
En revenant quelques mois plus tard sur ce même mouillage avec mon LCT, le chef avait changé, détrôné par un petit malin qui lui, portait une casquette d’Enseigne de Vaisseau dont les galons brillaient au soleil ! ! !

Didier Vidal Mémoires d’Indochine

LCT : Landing Craft Tank (bateau transport et de débarquement de tank ou véhicule)


POURQUOI ?

Pourquoi les combattants, ceux du C.E.F.E.O. et tant de marins, aviateurs, légionnaires, ont-ils été envoûtes par ce pays, l’Indochine ?
Un sujet qui mérite de s’y attarder.
Bien que de nombreux auteurs aient écrit sur ce thème, comme je l’ai fait dans des mémoires personnelles, ce sentiment me semblait tout naturel.
Il est vrai que cette période de guerre qui a duré près de trente années, autant par l’occupation japonaise, qu’avec le conflit colonial, puis un autre affrontement américano-vietnamien. Aujourd’hui une question se pose, non plus sur les motifs de conflits successifs, mais sur l’emprunte du pays et de son peuple sur les hommes qui y ont participé.
Les anciens du corps expéditionnaire, anciens prisonniers, marins, paras, marsouins, etc… se regroupent au sein d’associations, organisent des réunions au cours desquelles ils se remémorent telles périodes de leur vie là-bas, des bons et mauvais moments. Les hommes qui y ont participé ne tarissent pas d’évoquer les souvenirs qui ont marqué au fer rouge, leur corps et leur âme d’une façon indélébile Beaucoup veulent revoir le pays, y retrouver les lieux, les postes de brousse, les marchands de soupe de la rue, les cyclos, les rizières, les villages traversés et leurs habitants, la rue Catinat, les jeunes filles en « ao daï » de soie blanche avec leur démarche de princesses inaccessibles.

Et s’ils disent parfois ne pas vouloir y retourner, c’est par peur de la déception de ne plus trouver ce qu’ils ont connu : l’Indochine de leurs vingt ans…
Je n’ai pas connaissance d’un envoûtement aussi fort pour ceux du djebel pendant la guerre d’Algérie. Et pourtant, quelle n’était pas une attirance forte vers les déserts, les souks, les femmes voilées, pour des esprits aventureux en voyant les films d’avant 39, comme « Le roman d’un spahi », La Bandera », « l’Atlantide » ?

Mais cette colonie plus proche de la France, apportait des information, des photos, par une traversée d’a peine vingt quatre heures en bateau. De riches colons ou cadres venaient « aux eaux » à Vichy et laissaient une trace plus vivante et plus vraie de leur villes Alger, Oran, Constantine, que les rares touristes Indochinois, plus jaunes que l’annamite local et devant affronter trente jours de mer sur des paquebots minables.
Lorsque les Evénements d’Indochine sont parvenus à la connaissance de sa population, dans les années 44/45, la France ne savait rien ou très peu de notre colonie lointaine, la perle de l’orient, qu’une carte au tableau noir. Des noms de province apprises par cœur sur les bancs de la communale : Cochinchine, Laos, Tonkin, Cambodge, Annam . Au même titre que nos comptoirs de l’Inde, Pondichéry, Chandernagor, Karical et Mahé...

Des films, comme « Forfaiture » montraient le colon, épave opiumane, le coolie-pousse obséquieus et sournois,
servant des planteurs d’hévéas, de jolies annamites qui partageait la couche et les plaisirs de nos fonctionnaires privilégiés.

Voici un portrait à peine déformé que nous diluaient les romanciers à l’eau de rose.
Sans télévision, sans les photos en couleurs des magasines et dépliants aguicheurs des tours opérateurs aujourd’hui, notre imagination était la seule image virtuelle de ce paradis. Et c’est peut-être justement la force de notre imagination qui a déclenché cette impression qui subsiste encore aujourd’hui chez tous ceux qui y sont allés, travailler ou combattre, sans esprit de haine.

A part quelques têtes brûlées sans foi ni loi, 95 % du corps expéditionnaire partait pour découvrir le relief d’une carte et mettre une image sur des noms. Car, comment haïr un peuple raffiné, inventif, besogneux, dont la culture remonte au fond des temps, que l’on côtoie à chaque instant, qui travaille avec nous, qui danse avec nous, qui prie dans nos églises, dont les enfants sont beaux et souriants, comme les femmes que nombreux ont fréquenté pour en faire leurs épouses plus tard. Et enfin, nous a aussi conquis par sa cuisine délicieuse.

Plus simplement, chacun de nous se rappelle les petits marchands de la rue, de soupes, de jus de canne à sucre, de gelée à la fleur d’oranger, servant leur production sur le trottoir. Lequel ne se souvient pas des longues soirées de palabres devant un « gnac soda », à la terrasse de « chez Jean » rue Catinat, ou sous le grand mat de la pointe des blagueurs ?
Et puis, comment les soldats français qui ont la réputation d’être de magnifiques combattants, ne peuvent-ils être admiratifs et reconnaître le courage du « bö doï », d’intelligence tacticienne de ses chefs qui les ont vaincus dans la cuvette de Dien Bien Phu.

La guerre ? nous en parlons très peu. Ce n’est pas le sujet principal de nos conversations. Je me souviens avoir suscité involontairement des énervements, des jalousies peut être, lors de réunions entre amis ayant « fait l’Indo », lorsque nous ne tarissions pas de parler « du pays » devant nos épouses ou d’autres personnes. Et aujourd’hui, par discrétion, nous nous réunissons en privé pour évoquer des moments très forts vécus ensemble.

Que peut-on dire de plus pour avoir une réponse à ce « pourquoi » ? On aime ce pays, parce-qu’on y a souffert certains jours d’avoir perdu un camarade, d’avoir eu peur un moment au milieu d’un arroyo bordé de palétuviers inquiétants, dû boire l’eau boueuse du fleuve quand sa gourde était vide, mais aussi parce qu’une petite fille vous avait offert une noix de coco, parce qu’un soir on avait pu sentir contre soi la chaleur du corps, pour une danse au « Grand monde » d’une jeune taxi girl en Aô daï.

La réponse est peut-être là tout simplement !
Le pays s’ouvre au tourisme et au monde, la démocratie s’installe peu à peu. Il faut reconnaître un paradis perdu. D’année en année, le courage, la volonté, l’intelligence de ce peuple, ont réussi ce miracle à une vitesse vertigineuse, même s’il reste encore beaucoup à faire. Et j’y retournerai, parce-que j’ai aussi été envoûté !

Didier VIDAL. Extrait de mes mémoires d'Indochine
Didier Vidal en 1947 à Mytho

Didier Vidal à Hyères en 2017

RIP cher vieux Didier, Delta Victor Marine kaki ou pingouin d'Indochine tu es un Ancien d'Indo
JCL






«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par PAUGAM herve le Mar 19 Mar 2019 - 17:02

Quel bel hommage à ton vieux copain, Jean-Claude
A la lecture de ses textes , on constate cet amour ressenti pour ce pays et ses habitant !
Sensation que l'on retrouve dans beaucoup de témoignages des anciens d'Indo
Qu'il repose en paix





Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
Charly
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 64
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Charly le Mar 19 Mar 2019 - 17:28

Bel hommage à Didier Vidal, merci Jean-Claude.




OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Roger Tanguy le Mar 19 Mar 2019 - 18:09

Absolument magnifique ! Nos anciens ont de l'âme et du talent.




La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
Serge BAVOUX
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 90
Mécanicien

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Serge BAVOUX le Mar 19 Mar 2019 - 18:30

J'apprécie tout particulièrement l’humanisme et le réalisme exotique qui se dégagent des souvenirs de Didier Duval.
Je me demande toujours où j'ai pu le rencontrer, car son nom ne m'est pas inconnu.





Salut et fraternité !
Bureaumachine busset
Bureaumachine busset
MATELOT
MATELOT

Age : 61
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Bureaumachine busset le Mar 19 Mar 2019 - 18:40

JC Laffrat. Beau message entre vieux copains

Beaux textes Bon voyage
JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Mar 19 Mar 2019 - 18:46

C'est beau, très beau.
Bons souvenirs de vieux copains, qui resurgissent maintenant.
Bon vent Laffrat.
BILL.
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par J-C Laffrat le Mar 19 Mar 2019 - 20:44

Retrouvée dans la correspondance de Didier Vidal ! Une photo de lui prise en 1954 rue Catinat à Saigon lors de sa deuxième campagne. Il descend la rue du côté droit vers la Riviere de Saigon, à sa gauche derrière l'Hotel Continental, établissement qui existe encore aujourd’hui. Didier était alors SM2 radio volant, il porte la tenue de sortie blanche avec short. (Blanc complet, chemisette avec pantalon ou short étaient autorisés.






JC




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
Bureaumachine busset
Bureaumachine busset
MATELOT
MATELOT

Age : 61
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Bureaumachine busset le Mar 19 Mar 2019 - 21:10

Un marin avec tenu blanche cela fait non sympa la photo
Max Péron
Max Péron
MAJOR
MAJOR

Age : 76
Radio NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Max Péron le Mar 19 Mar 2019 - 21:31

Bel hommage rendu à un ami.



"Il faut écrire ses mémoires avant de ne plus en avoir".
(Tristan Bernard)
COLLEMANT Dominique
COLLEMANT Dominique
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 72
Mécanicien NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par COLLEMANT Dominique le Mar 19 Mar 2019 - 22:49

La classe....



   
Maître Principal mécanicien Collemant , dit "Bill" dans la sous-marinade / Membre de la section A.G.A.S.M. "Espadon" du Havre / Membre du M.E.S.M.A.T. de Lorient .
rogertriton
rogertriton
QM 1
QM 1

Age : 84
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par rogertriton le Mer 20 Mar 2019 - 1:58


Tenue de sortie blanche avec une paire de gants noirs, !!! la classe tout de même, effectivement en Indo, les Officiers et Officiers Mariniers pouvaient sortir en " short " moi le je l'avais dans mon paquetage mais interdit pour sortir en ville, par contre il était autorisé à la Ban Tan-Son-Nhut.



Roli64
Roli64
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 86
Transmetteur NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Roli64 le Mer 20 Mar 2019 - 8:44

Avé à tous .
Les chorts (blancs ou kakis) ont été interdits pour la "tenue de sortie" en 52 et ce, à cause de la bourbouille .
Vous devez connaitre la raison .
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par J-C Laffrat le Mer 20 Mar 2019 - 9:42

Bonjour Roli64, Désole de te contredire ; mais la photo de Didier Vidal est bien prise à Saigon en 1954, c'était sa deuxième affectation en Indo ; lors de la première à la FAIN en 1947-48, il n'était que Matelot, donc en kaki.

La 28F était basée à Tan Son Nhut, (à l'ouest) de Saigon ville, peut être que l'Unité Marine Saigon interdisait le short aux marins du Service Général , mais pas à ceux de l'Aéro.

Cette photo fait d'ailleurs partie de la collection de l'ARDHAN qui n'a pas pour habitude de publier ce qui est interdit.

J'ai d'ailleurs d'autres photos d'Off. Mar. de Tan Son Nhut prises à Saigon en 1953 et 1954 . par exemple ces deux ci dessous où l'on voit des maîtres volants de la 28F se promener en short à Saigon ; sur la seconde au centre mon copain Jacques Sinquin mécanicien volant , décédé début 2018

Jacques Sinquin et Aramis de sortie à Saigon fin 1953

Aramis, Jacques Sinquin, X à Saigon en 1954


Amicalement

JC




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 71
NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Mer 20 Mar 2019 - 10:32

Que de bons souvenirs, pour ceux qui ont vécu l'Indochine.
Hommages à ceux qui ne sont plus là.
Bon vent.
BILL.
COLLEMANT Dominique
COLLEMANT Dominique
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 72
Mécanicien NON

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par COLLEMANT Dominique le Mer 20 Mar 2019 - 15:23

Merci pour le partage de ces photos.



   
Maître Principal mécanicien Collemant , dit "Bill" dans la sous-marinade / Membre de la section A.G.A.S.M. "Espadon" du Havre / Membre du M.E.S.M.A.T. de Lorient .

Contenu sponsorisé

Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 25 Mar 2019 - 17:33