Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Suppression des comptes inactifs

Du haut de son sémaphore il veille !

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Avatar22 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 802026 messages dans 14728 sujets

Nous avons 10658 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Boillet yves

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Livreo10

Derniers sujets

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 14:21

» [ VOS ESCALES ] Alexandrie - Égypte
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 13:58

» LE NORMAND (ER)
par Xavier MONEL Aujourd'hui à 11:55

» ÉCOLE DES FOURRIERS DE ROCHEFORT
par Jean-Paul Bargain Aujourd'hui à 8:35

» [VOS ESCALES] Canal de Suez
par Lathuilière Pascal Aujourd'hui à 8:18

» L'ÉFFRONTÉ (E.C.)
par rousselet Hier à 22:06

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par larcher Hier à 15:45

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Patch SNLE Le Redoutable Rouge
par PFRIMMER CHRISTIAN Hier à 10:15

» ÉCOLE DES DÉTECTEURS - PORQUEROLLES
par Jean Yves COJEAN Mer 13 Nov 2019 - 21:57

» MINERVE (SM) - TOME 2
par centime44 Mer 13 Nov 2019 - 20:42

» CDT BOURDAIS (AE)
par alain EGUERRE Mer 13 Nov 2019 - 19:35

» [ Histoires et histoire ] Cérémonie du 11 novembre
par PAUGAM herve Mer 13 Nov 2019 - 18:43

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 018
par CLAUDEL JEAN-PIERRE Mer 13 Nov 2019 - 15:42

» ESCADRILLE 22 S
par Michel Roux Mer 13 Nov 2019 - 10:46

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par COLLEMANT Dominique Mar 12 Nov 2019 - 22:28

» CHRYSANTHEME (DC)
par JEFF 30 Mar 12 Nov 2019 - 17:09

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par pinçon michel Mar 12 Nov 2019 - 14:53

» [Les catastrophes dans la Marine] LA CATASTROPHE DU CUIRASSÉ IÉNA
par parriaux christian Mar 12 Nov 2019 - 11:31

» [Les armements dans la Marine] TARTAR
par Patrice Biron Lun 11 Nov 2019 - 22:21

» DORIS (SM)
par J-L-14 Lun 11 Nov 2019 - 16:59

» [ Histoires et histoire ] LE CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE
par JJMM Lun 11 Nov 2019 - 15:15

» DIVES (BDC)
par Christian DIGUE Lun 11 Nov 2019 - 14:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de l'Arromanche 70/71
par pierre larrondo Lun 11 Nov 2019 - 11:41

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par douzef Lun 11 Nov 2019 - 10:36

» DU CHAYLA (EE)
par BOUFFART Bernard Lun 11 Nov 2019 - 7:49

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par Jean-Marie41 Dim 10 Nov 2019 - 19:21

» [Les écoles de spécialités] EMES Cherbourg
par Joël Chandelier Dim 10 Nov 2019 - 18:34

» CAMÉLIA (DC)
par daniel1949 Dim 10 Nov 2019 - 18:31

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par J-C Laffrat Dim 10 Nov 2019 - 18:03

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par loulou06000 Dim 10 Nov 2019 - 9:54

» [ Blog visiteurs ] [ connaissance aec bill sur la junon 1972Blog visiteurs ]
par Invité Dim 10 Nov 2019 - 0:28

» [ Blog visiteurs ] Les bachis
par Invité Sam 9 Nov 2019 - 19:27

» [Les catastrophes dans la Marine] Personnes présentes à bord du Surcouf en juin 71
par MOINIER Jean-Paul Sam 9 Nov 2019 - 19:23

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Insigne de brevet de qualification aux opérations amphibies
par BEBERT 49 Sam 9 Nov 2019 - 19:12

» [Foyers et cercles] Les cercles O.M.
par Joël Chandelier Sam 9 Nov 2019 - 17:20

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par Momo Ven 8 Nov 2019 - 17:16

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du Poste 2 sur le Cassard en 1971
par PAUZE Ven 8 Nov 2019 - 17:07

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Dives de 65/66
par joel.ollivier Ven 8 Nov 2019 - 16:25

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par LEPILLER Christian Ven 8 Nov 2019 - 16:17

» LES INSIGNES DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE...
par coco038 Ven 8 Nov 2019 - 10:56

» ARROMANCHES (PA)
par PLAINCHONT Christophe Ven 8 Nov 2019 - 8:54

» [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu
par alain EGUERRE Jeu 7 Nov 2019 - 20:02

» LE DUPUY-DE-LÔME (BR)
par marienneau jean-michel Jeu 7 Nov 2019 - 19:04

» [ Blog visiteurs ] Cherche à joindre B. Quintaine à propos du SM Griffon
par Invité Jeu 7 Nov 2019 - 13:02

» CAPRICORNE (CMT)
par Xavier MONEL Jeu 7 Nov 2019 - 11:12

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos La Saintonge à La Réunion 78/80
par Invité Jeu 7 Nov 2019 - 4:22

» [Marine à voile] Nao Victoria
par COLLEMANT Dominique Mer 6 Nov 2019 - 19:31

» [Divers campagne C.E.P] Le Super Frelon au CEP
par Michel Roux Mer 6 Nov 2019 - 17:27

» [OPÉRATIONS DE GUERRE] GUERRE DE CORÉE - TOME 2
par COLLEMANT Dominique Mer 6 Nov 2019 - 7:33

» [ Histoire et histoires ] Naufrage de la Jeanne-Elisabeth
par centime44 Mar 5 Nov 2019 - 20:24

» LA CONFIANCE (AE)
par marsouin Mar 5 Nov 2019 - 19:56

» CHELIFF (LST)
par Robert 69 Lun 4 Nov 2019 - 20:07

» Beautemps-Beaupré BHO - A 758
par PAUGAM herve Lun 4 Nov 2019 - 18:38

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Roger Tanguy Lun 4 Nov 2019 - 0:09

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST - TOME 3
par Xavier MONEL Dim 3 Nov 2019 - 19:04

» RHÔNE (BSL)
par laleous Dim 3 Nov 2019 - 18:44

» [LES B.A.N.] LANVÉOC POULMIC
par ENGUEHARD Dim 3 Nov 2019 - 18:15

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par DALIOLI Dim 3 Nov 2019 - 17:12

» [ École des Mousses ] École des Mousses
par Laurent Dim 3 Nov 2019 - 14:29

» [ Blog visiteurs ] Planeur escadrille 3S
par Invité Sam 2 Nov 2019 - 11:37

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Doudart de Lagrée 73/74
par Charly Sam 2 Nov 2019 - 11:03

» ÉMERAUDE (SNA)
par Michel Roux Sam 2 Nov 2019 - 10:22

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] GOST, décoré.
par PAUGAM herve Ven 1 Nov 2019 - 22:16

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par PAUGAM herve Ven 1 Nov 2019 - 15:45

» [ Recherches de camarades ] Recherche Mécan EE Châteaurenault 1960-1961 et CAA De Grasse 1961-1962
par BOLLIER Jean Ven 1 Nov 2019 - 12:14

» BOIS BELLEAU (PA) - Tome 3
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 1 Nov 2019 - 10:47

» [ Blog visiteurs ] Maquette remorqueur de 1000 CV le Valeureux
par Invité Jeu 31 Oct 2019 - 22:50

» [Les anciens avions de l'aéro] Le Bréguet Atlantic (BR 1150)
par garcia guy Jeu 31 Oct 2019 - 19:48

» [CAMPAGNES C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par Jean-Léon Jeu 31 Oct 2019 - 16:48

» PRIMAUGUET (FRÉGATE)
par Matelot Jeu 31 Oct 2019 - 15:43

» [Campagnes C.E.P.] ATOLL DE HAO - Tome 2
par Didier Moreaux Mer 30 Oct 2019 - 9:44

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Mar 29 Oct 2019 - 18:49

» [ Blog visiteurs ] mon éviction ?
par Jean-Marie41 Mar 29 Oct 2019 - 18:36

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par MILLET Jean Claude Mar 29 Oct 2019 - 8:49

» [VOS ESCALES] Escale à Hambourg St Pauli
par BASIO Lun 28 Oct 2019 - 23:11

» [Patrouilleur rapide] FLAMANT
par Brai Alain Dim 27 Oct 2019 - 8:44

» LA FAYETTE F710 (FREGATE)
par COLLEMANT Dominique Sam 26 Oct 2019 - 21:24

» FORBIN D620 (fregate)
par COLLEMANT Dominique Sam 26 Oct 2019 - 21:17

» CHEVALIER PAUL (FREGATE)
par COLLEMANT Dominique Sam 26 Oct 2019 - 21:11

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par COLLEMANT Dominique Sam 26 Oct 2019 - 21:07

» [Opérations de guerre] La bataille navale de Koh Chang (Golfe de Thaïlande)
par Charly Sam 26 Oct 2019 - 20:48

» [ PH JEANNE D'ARC ] EXPOSITION JEANNE D'ARC
par Joël Chandelier Sam 26 Oct 2019 - 17:16

» SÉMAPHORE - SÈTE (HÉRAULT)
par Xavier MONEL Sam 26 Oct 2019 - 10:56

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par JACQUES SOUVAY ou BILL Sam 26 Oct 2019 - 10:56

» GYMNOTE (SM)
par iffic64 Sam 26 Oct 2019 - 10:00

» [ Divers frégates ] Frégates de défense et d'intervention (FDI)
par Tragin Sam 26 Oct 2019 - 9:50

» SÉMAPHORE - DRAMONT (VAR)
par timoniersoum Sam 26 Oct 2019 - 8:19

» COMMANDANT DE PIMODAN [AVISO]
par gauthier Ven 25 Oct 2019 - 18:41

» CYCLAMEN (DC)
par RENARD-HACHIN Ven 25 Oct 2019 - 18:15

» [Campagnes] DAKAR
par thevelin gerard Ven 25 Oct 2019 - 16:58

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES
par loulou06000 Ven 25 Oct 2019 - 14:45

» ARAGO P675
par Gérard Duffond Jeu 24 Oct 2019 - 19:36

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] LE TATOUAGE ET LE MARIN
par tsarrax Jeu 24 Oct 2019 - 18:29

» [VOS ESCALES] Objets souvenirs de vos escales
par Didier Moreaux Jeu 24 Oct 2019 - 15:38

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par J-L-14 Jeu 24 Oct 2019 - 11:45

» [ LES UNITÉS COMBATTANTES ] FUSILIERS-MARINS
par J-L-14 Jeu 24 Oct 2019 - 11:42

» [Aéronautique divers] Le RAFALE
par LEMONNIER Jeu 24 Oct 2019 - 11:15

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Michel Roux Mer 23 Oct 2019 - 22:10

» [Plongeurs démineurs] BBPD VULCAIN
par Jean-Marie41 Mer 23 Oct 2019 - 21:14

DERNIERS SUJETS


[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Liensamis

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Mer 30 Oct 2019 - 13:11

Le marin de Dieu

Fumay est une petite ville située à environ une trentaine de kilomètres au nord de Charleville-Mézières, dans une presqu'île formée par un méandre de la Meuse.
Cette ville doit son origine à l'ardoise. Elle a des montagnes d'ardoises sur la tête, des carrières d'ardoise sous les pieds, on y respire un air rempli de poussière d'ardoise. Nous sommes en 1775.
Chacun voulant profiter de la manne, se fait ardoisier. On extrait des carrières (et surtout des mines) plus d'ardoises que l'on peut en débiter. C'est le marasme. La situation des ouvriers devient difficile.

A la même époque, on construit beaucoup à Brest.
Spoiler:
L'ardoise est fort demandée. Il existe le long de l'Aulne, dans la région de Chateaulin et Pleyben notamment, de nombreuses carrières. L'ardoise est de bonne qualité mais on ne peut pas dire autant de sa présentation. Les ardoises sont seulement fendues et parfois grossièrement taillées.
Des entrepreneurs décident de faire appel à des spécialistes pour enseigner aux ouvriers bretons l'art de mieux tailler les ardoises. Des escailleurs de Fumay saisissent l'opportunité.

Parmi ces Ardennais venus en Cornouaille enseigner l'art de tailler les ardoises beaucoup vont s'implanter dans la région, y faire souche. Certains vont se mettre à leur compte et, promus à la qualité de marchands d'ardoises, faire fortune.

Des descendants de la famille Bouchy, devenue Bouché en Bretagne, sont implantés à Rostrenen. Ils ont acquis un bon rang dans l'échelle sociale. Les enfants sont élevés dans la foi catholique. Les garçons sont d'abord scolarisés au petit séminaire de Plouguernevel avant de rejoindre le collège de Saint-Brieuc.

Eugène, le futur navigateur, le futur marin de Dieu, est né le 7 septembre 1828.
Il est actuellement en deuxième année à la faculté de médecine de Paris (c'est dire, si en ce début du XIXème siècle la famille a les moyens). Il est âgé de 22 ans.

Avec ses confrères, il suit le professeur chargé du service d'une salle de chirurgie à l'Hôtel-Dieu de Paris.
Le professeur passe assez rapidement devant un patient alité, un Polonais.
Eugène par pitié et aussi curiosité comme il l'avoue, s'arrête, interroge le patient :
Avez-vous bien dormi ?
je suis mal, la fièvre me dévore, je vois la mort qui vient mettre un terme à mes maux. Que la volonté de Dieu soit faite ! Une seule chose me gêne, me fait mal, ce sont ces affreux blasphèmes que quelques malheureux poussent contre le ciel qu'ils accusent de tous leurs maux
Hier, pendant que l'on me pansait, comme je souffrais horriblement, je me mis à presser contre mon cœur une petite croix d'or que ma mère me donna la veille de mon départ. Dieu me donna assez de force pour supporter ce cruel pansement, mais mes voisins riaient cyniquement de ce qu'ils appelaient mon cagotisme (fausse dévotion).
Je vais mourir en terre étrangère, loin de mon fils chéri, loin du tombeau de mes aïeux.

Il s'arrête, oppressé par l'effort, retombe sur son oreiller, le yeux levés vers le ciel. Il semble à Eugène qu'il est en extase. Il murmure les noms de Jésus et de Marie, puis que : votre volonté soit faite.
L'étudiant en médecine en est remué jusqu'au plus profond de lui-même.

Oh, il y a dans cette sublime résignation quelque chose de si beau, de si saint, que je pus tenir, je pleurai ! la vue de ce chrétien sur son lit de mort fut une révélation pour moi. Je compris alors pour la première fois la force invincible du sentiment religieux, de cette force surnaturelle et divine qui fit les martyrs, écrit Eugène à sa famille.

Quelques mois plus tard, il est en vacances à Rostrenen.
A l'issue, il ne fait pas sa rentrée à l'école de médecine mais au grand séminaire de Saint-Brieuc.
Il se destinait à soulager les corps souffrants, il sera le médecin des âmes.
Il est ordonné prêtre le 22 décembre 1855.
[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Vicair10
Il est nommé vicaire à Ploubazlannec, non loin de Paimpol, face à l'île de Bréhat.

Ploubazlannec est une commune grande pourvoyeuse de marins pour la Grande Pêche. Eugène apprend à connaître les marins, à les aimer mais aussi à aimer la mer. Chaque année il voit les marins partir, confier aux flots leur vie et l'avenir de leurs familles. Combien de ces "Islandais" qui partent ne reviennent jamais. Outre ces pêcheurs, combien de marins, souvent si loin de leur patrie, au moment de leur passage dans l'éternité, n'entendent pas la voix d'un prêtre.
Embarquer, apporter les secours et la consolation de la religion aux marins est la nouvelle mission qu'il se donne.

L'amiral Charner, natif de Saint-Brieuc, va l'aider à concrétiser son souhait.
Le 25 juin 1859, Eugène troque sa soutane contre l'uniforme d'officier de marine ou plus précisément d' aumônier de la Marine.

J'ai coutume dire que la marine ce n'est pas un métier mais une aventure. Celle d'Eugène va être exceptionnelle


Dernière édition par Roger Tanguy le Ven 1 Nov 2019 - 19:10, édité 1 fois



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
Michel GUILLOTEAU
Michel GUILLOTEAU
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 89
[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Fourrier NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Michel GUILLOTEAU le Mer 30 Oct 2019 - 16:00

S' agit'il d'Eugène BOUCHE, qui a été Evêque de St BRIEUC ? Attendons la suite de ton récit.....
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Mer 30 Oct 2019 - 17:43

Absolument, Michel !
Je l'ai "rencontré" en faisant mon arbre généalogique.
Son grand-père est aussi un de mes aïeux en droite ligne.
Au-delà d'un arbre généalogique "sec", j'ai écrit l'histoire de mes ancêtres. Dans un autre sujet, je parlais de "rat d'archives". Je cherche, je fouille et en l’occurrence sur Eugène, Ange, Marie Bouché, j'ai réuni une documentation remarquable.
Il faut dire que c'est une "figure".
On se demande si sa famille, ses proches, avaient le pressentiment du destin de cet homme pour avoir conservé sa correspondance (depuis ses années d'étudiant jusqu'à son décès - soit sur des décennies !). La lecture du courrier des uns et des autres est fascinante. On découvre la vie sous le Second Empire et des dessous de l'Histoire que l'on nous apprend pas vraiment à l'école.



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Monite10

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par PAUGAM herve le Mer 30 Oct 2019 - 23:10

On attend la suite avec impatience , Roger [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 580511



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr11 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Mer 30 Oct 2019 - 23:27

Le 24 juillet 1859, il écrit, depuis Brest, à son frère  : j'irai m'installer à bord un ce ces jours. Je ne sais absolument rien de notre destination future. Désarmerons-nous ? Ne désarmerons nous pas ? Resterons-nous à passer l'hiver à Brest ? Irons-nous à Cherbourg ou ailleurs ?
C'est son premier embarquement, sa première fonction dans la marine : aumônier du vaisseau Duquesne.

Pourquoi ces interrogations ?
L'accession au pouvoir de Napoléon III a fait ressurgir les craintes des Anglais. Mais elles ne sont pas vraiment fondées. La réconciliation est en route. En 1854 et 1855, la France et la Grande-Bretagne combattent côte à côte lors de la guerre de Crimée (voir rubrique Histoire et histoires : Expéditions maritimes en Baltique. 1854-1855). Napoléon III, anglophile, est en bons termes avec la reine Victoria.
En 1859, alors qu'Eugène arrive à Brest, l'empereur, pour faire un geste envers les Britanniques, ordonne le désarmement et la mise sur pied de paix de la division navale de l'océan atlantique.
On désarme.

Spoiler:
Le 8 août, Eugène, dans une nouvelle lettre, précise : J'étais installé à bord de mon bateau, j'y couchais et j'avais pu, il y a huit jours, y célébrer la sainte messe devant l'état-major et l'équipage. Le lendemain nous reçûmes l'ordre du désarmement et l'amiral Fourrichon amena son pavillon qui flottait à notre bord.

Le personnel débarque.
La conséquence pour cet état de chose, constate l'abbé Bouché, est de ne rien avoir à faire, on touche ses appointements et … on les mange !

Quand il écrit "on les mange", c'est presque du premier degré. Nous allons découvrir, en suivant ses péripéties, que notre religieux, si on peut le qualifier de traditionaliste, assurément habité par la foi, est loin d'être un ascète ou un trappiste. C'est même plutôt un épicurien.

Il n'a pas à se morfondre trop longtemps. Le 10 août 1859 il est muté sur la Céres, un bâtiment de transport.
Le navire se trouve à Toulon. Ce port ne plaît pas du tout au Breton. Je m'ennuie joliment par ici, écrit-il à son frère aîné. Je ne connais personne dans cet affreux pays. Lundi, pour me distraire, je suis allé à Marseille. Il ne faut que une heure pour y aller par le chemin de fer (il se réjouit, par ailleurs de ne payer que quart de place – cette mesure existait déjà !).

Il est très impressionné par Marseille. Évidemment, il n'a pas manqué de visiter Notre-Dame-de-la-Garde. Il voue un culte à la Vierge Marie et plus particulièrement à sa sainte patronne Notre Dame de Rostrenen. Tout événement ou circonstance qui l'empêche d'assister à son pardon, le 15 août, est un crève-cœur pour lui.

La Cérès est un bâtiment récent. Il a été lancé deux ans plus tôt puis remis sur cales pour être modifié, rallongé pour recevoir une machine à vapeur.

Elle fait régulièrement la navette entre la métropole et Cayenne (transport de forçats). La traversée dure environ 40 jours. Le retour se fait traditionnellement par la Martinique et la Guadeloupe. Eugène ne manque pas de faire son plein de rhum à chaque voyage.

Lors d’une mission, il était prévu que le bateau rentrerait par Brest pour y débarquer des malades évacués des colonies. Finalement, il est décidé que le bâtiment rentrerait directement sur Toulon. "Triste nouvelle pour moi, dit l’abbé, de revenir dans cet affreux Toulon". Par ailleurs, cela lui pose un autre problème : "Si j’apporte du vin des Canaries, du rhum et un jacquot (un perroquet gris d’Afrique) promis à un ami en Bretagne, comment vais-je faire passer ces choses et cette bête ? ". Un surveillant des pénitenciers des îles du Salut, lui a également demandé un service : remettre de l’argent à Lorient à sa sœur. Eugène se voit obliger d’adresser l’argent à son frère Jules (qui, semble-t-il habite Lorient) pour faire la commission à sa place.




[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Jeu 31 Oct 2019 - 19:40

En août 1860, le bâtiment s’apprête à partir pour la Syrie. L'empereur a décidé d'envoyer un corps expéditionnaire là-bas où les druzes musulmans ont massacré les maronites chrétiens. Un bataillon du 13ème de Ligne, en provenance de Châlons, sera débarqué à Beyrouth.

D’un côté, Eugène se désole de rater encore une fois son pèlerinage à Rostrenen, mais de l’autre, il entame des démarches pour être détaché comme aumônier (pour le cas où ce serait la marine qui fournirait les aumôniers) auprès de l’un des hôpitaux qui seraient créés par suite de l’occupation de la Syrie. Il espère, si ce vœu se réalise, faire le pèlerinage à Jérusalem.

Son souhait n’est pas exaucé. En octobre, son bâtiment se rend à Oran pour prendre en charge deux cents hommes des compagnies de discipline (condamnés militaires) pour les transférer à l’île d’Aix devant Rochefort-sur-mer.

Eugène fait savoir à ses frères, fumeurs invétérés qu'il ne les oubliera pas à Oran. Pourtant c'est habituellement aux Antilles qu'il fait provision de cigares .
Par contre, il ajoute : je n'ai plus, hélas, que six bouteilles de rhum, mais c'est du bon ! Nous en déboucherons une pour le réveillon de Noël.

Spoiler:
Sur un navire en permanence à la mer, le matériel souffre. Le vaisseau nécessite quelques réparations.
Elles seront réalisées à Cherbourg.
Eugène aurait préféré Brest pour pouvoir visiter sa famille, mais à Cherbourg se trouvent plusieurs bassins de disponibles et les ouvriers ont peu de travail.

A cette occasion l’aumônier nous montre qu’il n’est pas dénué d'humour. "Nous faisons notre voyage dans une mauvaise saison, je ne sais pas le compte de mes chemises (aujourd’hui on dirait je claque des queues de renard ou je donne à manger aux poissons, euphémismes maritimes pour dire avoir le mal de mer) et c’est peut-être pour que je l’apprenne, en les comptants, que la Providence, d’accord avec son Excellence le Ministre de la marine, a permis le voyage dans la susdite saison", écrit-il à sa mère (comprend-elle quelque chose à cet argot maritime?).

Fin avril 1861, la Cérès reprend la route de Cayenne. Cette fois, ce sont 500 forçats et repris de justice qui feront le voyage.
"Triste cargaison, enfin je ne dois pas m’en plaindre, car ils vont me donner l’occasion d’exercer mon ministère, surtout la prédication. J’ai dressé un petit plan d’instruction et je compte, non pas les convertir, mais les occuper un peu pendant les loisirs de la traversée. J’ai une bibliothèque assez bien composée qui me sera à cet effet d’un grand secours. Je vais diviser les hommes par groupes de quinze ou vingt. Par groupe, je désignerai un certain nombre de lecteurs, qui, à certaines heures, feront la lecture aux autres. J’espère même que cette idée que je proposerai au commandant, pourra contribuer au maintien de l’ordre. Notre batterie haute en contient 400, les 100 autres seront mis dans la batterie basse, à bâbord. Ce seront les repris de justice, qu'il est juste, du reste, de séparer des forçat".

Apparemment, il s’en tirait fort bien de sa tâche. Si l'on croit le contenu de deux cahiers trouvés dans ses affaires, rédigés par un des "passagers", l'abbé Bouché ne restait pas dans tour d'ivoire du "château", il descendait dans les batteries et fréquentait ces passagers un peu particuliers. Le rédacteur de ces cahiers lui est reconnaissant de ses bontés pour le vilain monde qui remplissait les batteries.

Notre traversée sera tout au plus de 40 jours. Nous relâcherons à Ténériffe ; de Cayenne, nous continuerons, comme à l'ordinaire, par la Martinique et la Guadeloupe. Notre retour en France n'aura guère lieu avant le 5 ou le 10 août. Nous reviendrons à Toulon, ce qui m'est particulièrement désagréable, car cela me fait perdre tout espoir d'aller faire mes dévotions à la benoîte image de Notre-Dame de Rostrenen, à l'époque du pardon, se désole l'abbé.

En fait de "benoîte image", il s'agit d'une statue. Selon la légende, au cœur de l'hiver de l'an 1300, dans un roncier, un rosier se mit à fleurir. Un habitant, intrigué, curieux, fouilla, creusa aux alentours. Il mit à jour une statue, en cœur de chêne, une femme en buste. La tradition populaire en fit une statue de la Vierge.
En réalité, cette statue est datée du XVème ou XVIème siècle. Elle est toujours visible dans l'église de Notre-Dame du Roncier, c'est à dire Notre-Dame de Rostrenen.
Au moment de la proclamation du dogme de l'Immaculée Conception, en 1854, les évêques français se tournent vers la papauté, en renouant avec une pratique ancienne : le couronnement des statues de la Vierge, le but étant de relancer les pèlerinages marials.
Vicaire à Plouzbannalec, Eugène s'était mis en tête de couronner Notre-Dame du Roncier. Mais il n'était que vicaire, pas évêque. Il n'avait pas l'oreille du pape. Pour autant, il n'a pas renoncé. Il a même commandé une couronne d'argent doré avec quelques pierreries à un orfèvre. Il attend son heure.

Le 23 janvier 1862, il apprend sa promotion au grade d'aumônier de deuxième classe.



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Monite10

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par PAUGAM herve le Jeu 31 Oct 2019 - 22:24

Très intéressant à suivre , Roger [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 582735



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr11 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Jeu 31 Oct 2019 - 23:53

Suit-il ce qui se passe au même moment en Extrême-Orient ?
Depuis 1848, la France a pris pied en Indochine (Tonkin au nord, Annam au centre, et Cochinchine au sud).
En 1858 Saigon est occupée.
Plus tard, alors que l’amiral Page négociait avec l’empereur d’Annam, ce dernier faisait attaquer la garnison de Saigon.
L’amiral Charner, qui revenait de la prise de Pékin, rétablit l’autorité française sur Saigon et au mois d’avril s’emparait de Mytho.
Le 5 juin 1862, le traité de Hué officialise l’annexion de la Basse Cochinchine (Saigon, Mytho, Bien-Hoa).

Ces événements vont concerner Eugène au premier-chef : il est muté en Cochinchine.

Le 16 mars 1862, il a pris passage à bord du transport Japon et vient juste d’arriver à Saigon (mai 1862).
De là il se rend à Mytho où il dit sa première messe le 20 mai.

Mytho est un chef-lieu de province, à trois heures de la mer, sur la rive gauche du Mékong.
La ville occupe une position stratégique, aussi la France y a concentré un grand nombre de troupes.

A Mytho, il est attaché à l’hôpital.
C'est un milieu qui ne lui est pas étranger.
En y prenant son service, il y trouve 85 malades dont une quarantaine relève de son ministère ; les autres, tirailleurs algériens, sont musulmans.
Il ne va pas tarder à donner l’extrême-onction à plusieurs de ses nouveaux "paroissiens".
Lui-même, à peine arrivé, ressent déjà quelques atteintes de fièvre.

Lors de son départ, son prédécesseur lui a légué une vaste case, commode et bien aérée.
Mais l’absence de domestique parlant Français rend la vie seule difficile.
Aussi, Eugène a trouvé à s’associer avec l’officier d’artillerie commandant cette arme à Mytho et un des chirurgiens de l’hôpital.
L’association fonctionne à la satisfaction de tous ses membres.

"Ma façon de vivre est déjà à peu près arrêtée.
Je me lève à cinq heures et vais à six heures dire la messe aux deux sœurs qui desservent l’hôpital.
Puis je prends chez elles une tasse de chocolat et une ou deux oranges mandarines.
Ensuite, je vois mes malades et je rentre dans ma case fumer une pipe.
A neuf heures et demie je déjeune.
Je me suis joint aux chirurgien, commissaire, pharmacien, officier d’artillerie.
Nous sommes sept en tout.
J’ai craint la solitude…
C’est un peu un ménage de garçons et nous sommes très hospitaliers.
Si je pouvais t’inviter à déjeuner tu verrais ce que c’est le mélange de toutes les cuisines réunies, française, italienne, anglaise, chinoise, annamite…"

Péché de gourmandise, mon père ?



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
Michel GUILLOTEAU
Michel GUILLOTEAU
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 89
[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Fourrier NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Michel GUILLOTEAU le Ven 1 Nov 2019 - 10:03

Une vie assez agitée l' Eugène ! Un vrai Marin.
LA TOULINE
LA TOULINE
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
Timonier équipage NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par LA TOULINE le Ven 1 Nov 2019 - 10:19

C'est dans ces cas que le mot sacerdoce prends toute sa consistance.



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig205
« Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,
L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit ! ».
[Charles Baudelaire]
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Ven 1 Nov 2019 - 11:58

Depuis l’occupation de Mytho, la messe officielle n’avait pas été dite dans la citadelle. L’aumônier officiait dans une salle de l’hôpital et à la seule intention des malades. A partir de juillet la messe est dite pour tous dans un local provisoire. Eugène a réussi à arracher aux autorités la promesse de faire édifier une chapelle.

Le nouvel abbé apporte le secours de la religion à ses ouailles, mais il n’oublie pas qu’il fut élève de l’école de médecine. Il soigne et réconforte également les blessés et les malades. Aumônier et miliaire, il sert Dieu et sa Patrie. De ce double sacerdoce, il fera, plus tard, sa devise.

Spoiler:
Notre abbé s’accorde aussi un peu de bon temps. Après dîner, il aime à fumer quelques bons cigares de Manille ("je suis devenu un enragé fumeur" écrit-il à son frère Jules). Il reçoit volontiers un collègue missionnaire, avant dîner, à l’heure du vermouth.

En février 1863, l'abbé apprend, par un confrère, que l'aumônier supérieur a été démis de ses fonctions (suite à sa déconfiture – sans plus de précision) et remplacé. Son commentaire est assez surprenant : malgré mon esprit de corps, je ne puis pas le plaindre... Je regrette, sans m'étonner, que Monseigneur, n'ait pas songé à moi ; j'aurais accepté avec empressement la position d'aumônier supérieur. Puis il temporise : je plaisante, j'ai un défaut dont je me corrigerai avec le temps, celui d'être trop jeune dans le corps.
Mon père pêcherait il par envie, par ambition, par orgueil ?

Eugène décrit son environnement à sa famille. Mytho est la deuxième ville de la Cochinchine. Le commerce en poissons séchés et en riz est très considérable mais presque tout entier entre les mains des Chinois. Le commerce va sans doute prendre plus d'activité si la paix, qui probablement est déjà signée et ratifiée par Tu-Duc, est sérieuse, ce dont on doute.

L'abbé ne fait pas dans la langue bois, et serait même un peu persifleur (ou réaliste). Un coup de canon avait interrompu sa lettre. Je la reprends, dit-il. C'était le premier des 21 coups que l'on a tirés pour annoncer la conclusion de la paix avec le roi d'Annam, Sa Majesté Tu-Duc. Le commandant Derôme vient de me communiquer la proclamation de l'amiral Bonnard, qui est très originale et fera peu plaisir aux amiraux Rigaud de Genouilly et Charner, ses prédécesseurs en Cochinchine qui sont les véritables conquérants du pays. Il dit aux troupes que, en six mois, il a conquis, un immense pays dans l'Extrême-Orient. Note, précise-t-il à son frère, que la seule conquête qu'il ait faite, est la province de Vinh-Long, et elle sera rendue à Tu-Duc.

Il découvre aussi le revers de la médaille du métier de marin. Il apprend que sa mère est au plus mal. C'est en ce moment-ci, que je déplore mon éloignement du pays. Je suis par la pensée avec vous auprès du lit de notre mère, mais que ne suis-je aussi vraiment présent pour vous aider dans les soins pieux que vous lui prodiguez ? Que la volonté de Dieu soit faite, mais cette pensée m'attriste profondément, de songer que je ne verrai probablement plus ma bonne mère ici-bas !

Il déplore aussi de ne pas avoir de nouvelles de son frère Hubert, capitaine au 3ème zouaves dans la division Bazaine actuellement en opération au Mexique.

Août 1863. Depuis quelques temps l'aumônier est travaillé par les fièvres de Mytho. Le sulfate de quinine n'y faisant pas grand chose, il décide de prendre un peu l'air pour quelques jours à Saigon qu'il n'a pas vue depuis seize mois.
Le changement est considérable, les rues ont été tracées, des maisons de tous styles s'élèvent partout. Français, Portugais, Anglais et Chinois surtout sont arrivés, les uns avec de l'argent et les autres sans le sous. Tout le monde trafique sur tout.
Ce séjour est bénéfique à Eugène, la fièvre l'a quitté et l'appétit est revenu. Depuis son arrivée en Cochinchine, il ne s'est jamais trouvé si bien.

Il en conclue qu'il menait une vie trop sédentaire. Il a besoin d'un peu d'exercice. L'un des deux pères missionnaires en poste à Mytho lui procure un fusil (ce n'est pas la première fois qu'il se sert d'un fusil. Plus jeune, il avait participé à une battue aux loups dans la région de Rostrenen armé d'une vieille pétoire qui avait due servir à un pépé chouan à traquer les Bleus).
Après la visite des malades à l'hôpital, vers 5 heures, il part à la chasse. Un peu d'exercice certes, mais point trop n'en faut. Il fait porter son fusil par un de ses serviteurs indigènes. Les poules d'eau et les sarcelles abondent dans les rizières.





[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 69
Fourrier NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par alain EGUERRE le Ven 1 Nov 2019 - 23:32

On suit Roger, on suit [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 582735
Même si comme d'habitude peu poste !!!



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr10 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insign45
Mais dans notre mémoire reviennent
Tous les parfums, toutes les rengaines
Qui nous ont fait aimer la mer
Et adorer notre univers
Hervé Paugam de La Renardière
TUR2
TUR2
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 62
Radio NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par TUR2 le Sam 2 Nov 2019 - 6:12

D'accord avec Alain, on suit, on suit ce sujet original

Bien amicalement TUR2



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig159

Ia orana ite matahiti api
boboss
boboss
MAJOR
MAJOR

Age : 73
Transmetteur NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par boboss le Sam 2 Nov 2019 - 10:14

A poste pour lire la suite....



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig204
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Sam 2 Nov 2019 - 10:40

Il voyage également dans le pays. Il accompagne Mgr Le Febvre, vicaire apostolique de la Cochinchine méridionale, dans une de ses tournées.

"Cette excursion m’a fait le plus grand bien et je vais, dès qu’il y aura deux pères à Mytho, me mettre à courir le pays, mais sans m’exposer, bien entendu" écrit-il (de nombreux missionnaires et de convertis ont été massacrés sur ordre des autorités indigènes).
J’irai voir l’ami Guillou (de la Roche-Derrien), qui est à dix heures de barque d’ici sur les bords du Cambodge… Et de fait, il sort régulièrement de Mytho, traversant des régions peu sécurisées pour rendre visite aux pères missionnaires isolés. Ils lui en sont reconnaissants. Mon dernier petit voyage a vraiment été très intéressant, plus tard, au coin du feu, avec ma vieille pipe et devant un broc de cidre, je te raconterai tout cela… »
[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Indo_010
Saigon à cette époque (image Internet - non protégée)

Spoiler:
Il trouve encore le temps d’exercer son ministère à bord du Duperré et de la Persévérante.

Ce ne sont pas ses seules occasions de naviguer, loin s’en faut. Le transport Japon, qui l’a amené en Cochinchine, fait la navette entre Saigon et Suez pour rapatrier les malades. L'abbé les accompagne.

En décembre 1863, lors d'un convoyage, arrivé à Suez, l’abbé Bouché fait son rapport à l’aumônier en chef de la marine. La traversée a été fatale à un grand nombre de nos passagers, écrit-il. Malgré les soins qu’il a été possible de leur prodiguer 43 sont morts. 12 sont morts dans nos escales : 8 à Singapour, 2 à la Pointe-de-Galles (Ceylan) et 2 à Aden. Les restes mortels de ces 12 hommes reposent dans les cimetières catholiques de ces différents points. Je me suis fait un devoir de les accompagner à leur dernière demeure sur terre… Je n’ai pu célébrer la sainte messe que deux fois pendant la traversée…

Maintenant, Monseigneur, permettez-moi de vous parler de moi, de mon état de santé. Un séjour de dix-huit mois à Mytho, qui est sans contredit le port le plus malsain de nos nouvelles possessions, a gravement altéré ma santé. L’espoir que la mer me remettrait m’a seul empêché de me présenter au conseil de santé avant mon départ. Cet espoir n’a pas été déçu, et je me retrouve un peu remis, mais bien peu. Les fièvres paludéennes m’ont, il est vrai, dit adieu ou plutôt au revoir à Aden ; l’état d’anémie, sans disparaître, s’est amélioré ; mais mes autres souffrances n’ont fait qu’augmenter sous l’action irritante du régime du bord. Je vais retourner en Cochinchine, puisque je n’ai pas l’ordre de rentrer en France… Votre Grandeur sait, par de tristes exemples, que dans ces contrées, quand on est atteint un peu gravement, il y a péril de mort à lutter longtemps contre le climat…

Je clos mon rapport, Monseigneur, en vous exprimant le regret que j’éprouve de ne pouvoir accompagner nos malades jusqu’à Toulon et d’être obligé de les quitter au moment où ils ont peut-être le plus grand besoin des secours de la religion. La fatigue résultant d’une longue traversée, la différence de température et l’approche des terres d’Europe, constituent, pour certains d’entre eux, un grave péril. M. l’amiral de la Grandière, avec qui j’ai eu l’honneur d’en causer, tout en rendant justice à l’opportunité de ma demande que je lui faisais à cet effet, n’a pu m’autoriser à aller jusqu’à Toulon, car son commandement ne s’étend que jusqu’à Suez. Comme je dois aller en service jusqu’à Alexandrie, je ferai la même démarche près de M. le commandant supérieur de la Marine en Égypte… »

Eugène Bouché sut certainement trouver les mots convaincants pour plaider sa cause. En effet, selon ses états de services dans la marine, sa campagne en Indochine s’arrête le 27 janvier 1864, et cette traversée est inscrite comme son voyage de retour. D’ailleurs, à la même époque, l’abbé Guillou, le missionnaire, écrit à son frère : "mon cher frère, je t’écris le cœur navré ; le bon abbé Bouché part sans crier : gare ! Il rentre en France".



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Monite10

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par PAUGAM herve le Sam 2 Nov 2019 - 18:08

Malgré son sacerdoce , on a le droit de penser un peu à sa propre santé [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 580511



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr11 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
LA TOULINE
LA TOULINE
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
Timonier équipage NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par LA TOULINE le Sam 2 Nov 2019 - 19:31

Charles de Foucauld aurait-il eu connaissance de la vie et de l’œuvre de ce marin de Dieu ? Aurait-il quitté sa vie mondaine de gentilhomme officier, au profit des plus démunis du Maghreb, deux vies de dévouement, je crois qu'ils ont vécu à la même époque.



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig205
« Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,
L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit ! ».
[Charles Baudelaire]
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Sam 2 Nov 2019 - 23:57

Quoi qu’il en soit, en 1864, l’aumônier reprend la mer. On le retrouve sur la frégate cuirassée l’Invincible à Toulon. Le commandant de la frégate est tout acquis à sa cause. Il fait tout pour lui faciliter l’exercice de son ministère. Tous les jours la prière est dite. Les messes du dimanche sont célébrées avec pompe et solennité. Deux fois par semaine, l’aumônier réunit les mousses du bord pour faire le catéchisme et les préparer à leur première communion.

Cela fait un moment que l’abbé navigue sur tous les océans. Il semble un peu las. Dans ces moments, lorsqu’il compare sa position à celle d’un bon curé de paroisse, il se prend à envier son sort et à plaindre le sien. Mais il se reprend aussitôt : "n’en parlons pas, je mourrai à la peine plutôt que quitter la marine". Et puis, il reconnaît "il y a bien des avantages attachés à notre position, et, pour la quitter il faudrait trouver une compensation sérieuse..., la cure de Rostrenen me séduirait ou encore, mieux, la direction du séminaire de Plouguernevel. Si je suis décoré, comme je l'espère, je pourrais faire une certaine figure dans beaucoup de positions ecclésiastiques de notre pays. Mais... chut !"
La décoration dont il parle là est bien sûr la Légion d'Honneur.
Dis, mon père, tu n'es pas un peu en train de pêcher par vanité !
[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Invinc10
(image Internet - dessin Lebreton - domaine public - libre de droits)



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 69
Fourrier NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par alain EGUERRE le Dim 3 Nov 2019 - 8:03

En fait il n'a que 36 ans en 1864, dont 5 ans comme aumônier de la Marine !



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr10 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insign45
Mais dans notre mémoire reviennent
Tous les parfums, toutes les rengaines
Qui nous ont fait aimer la mer
Et adorer notre univers
Hervé Paugam de La Renardière
PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Monite10

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par PAUGAM herve le Dim 3 Nov 2019 - 9:39

Péché véniel , puisqu'il n'est qu'espérance , ou rêve , Roger [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 580511



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr11 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Dim 3 Nov 2019 - 12:15

Justement, en 1866, son frère Hubert est lui, décoré. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur. Dès qu'il apprend la nouvelle par le Moniteur (l'ancêtre de notre Journal Officiel), Eugène adresse à son frère deux croix, une d'ordonnance et une plus petite pour aller avec ses autres médailles. En retour, ce dernier répond que lorsqu'il recevra sa croix officiellement, il la lui offrira lorsque arrivera son tour.

Spoiler:
Et son tour, il l'espère, il l'attend. En effet, si dans son courrier notre bon abbé n'oublie pas de glisser ici et là les mots prières ou Dieu, il est aussi souvent question de cette fameuse "croix". Il ne fait pas mystère qu'il aimerait bien la voir accrochée à sa poitrine.

Il n'est pas insensible non plus à l'argent. Il avait reçu un avis de Brest, lui annonçant qu'une somme de 358 francs lui était due au titre de ses convoyages sur le transport Japon. On vient de lui annoncer que c'était une erreur. Je m'étonnais fort aussi qu'on me dût de l'argent, dit-il. Je me serais pourtant laissé faire et j'aurais encaissé la somme sans protester. Que veux-tu, mon frère, les vieux principes s'en vont...

Pour autant ce n'est pas un grippe-sous, il est même du genre généreux. On se souvient du missionnaire Jean-Marie Guillou qui regrettait que l’aumônier soit parti de Mytho sans crier gare. Il rajoutait aussi dans sa lettre à son frère : ah, quel cœur ! Pendant ces quelques mois qu'il a passés auprès de moi, tout ce qu'il avait était à ma disposition, ses habits, sa bourse, son crédit. Il était pour moi un frère, une sœur, un père, une mère ; en un mot, il vous remplaçait tous autour de moi. On rencontre si peu de ces cœurs !

(petit retour sur l'Indo, histoire d'avoir une comparaison sur la valeur de l'argent – lorsqu'il partageait sa case avec ses collègues officiers, j'avais oublié de mentionner : L’État me donne neuf francs par jour, plus la ration ou supplément. Ce n'est pas trop, car il est juste de rapporter quelques sous à son retour en France. Nous vivons bien pour une centaine de francs chacun – conclusion : il avait dû faire pas mal d'économies).

Mais notre aumônier a bientôt motif à se réjouir. Le 14 août 1866, il reçoit une lettre de l'aumônier en chef de la marine : laissez moi vous annoncer votre nomination de chevalier de la Légion d'Honneur, et tout à la fois vous en féliciter,... mais soyez discret jusqu'à l'annonce officielle du Moniteur.

Quelques jours plus tard, à la parution du Moniteur, c'est Hubert qui lui adresse ses félicitations : Vive l'Empereur ! Bravo. Enfin nous voilà décorés tous les deux. En lisant la décoration au Moniteur universel, je pleurais notre mère, qui eût été si heureuse de nous voir tous les deux lui montrer nos croix et lui demander si elle était contente de nous.

(J'ai écrit à la Chancellerie pour essayer d'obtenir une copie du mémoire de proposition pour tenter de savoir quel faits exceptionnels justifiaient l'attribution de cette décoration avec si peu de services. La Grande Chancellerie m'a fait parvenir des " paperasses " sans grande valeur, genre bordereaux de paiement de la pension, mais rien de concret).

Hubert, demande où sa lettre trouvera son frère. Selon lui, les journaux disent que l'escadre devrait se trouver en Corse le 15 août.
Il lui demande également : " As-tu l’intention de rester encore longtemps dans le service à la mer ? Tu pourrais te caser dans un poste moins mobile".

Effectivement, l'Invincible appareille le 7 août pour Ajaccio. Quant à un poste moins mobile, ce n'est pas à l'ordre du jour.

Dans l'un de ses rapports, l'abbé rappelle que :
"conformément au chapitre XI des ordres permanents, tous les jours la prière a été dite aux heures réglementaires dans la norme prescrite, la messe du dimanche a toujours été célébrée avec pompe et solennité.
Deux fois la semaine, l'aumônier a réuni les mousses du bord pour leur faire catéchisme. Tous ces enfants ont fait leur première communion et possèdent une instruction religieuse très suffisante.
Il les prépare en ce moment à l'accomplissement du devoir pascal.
Dans son prochain rapport il espère pouvoir dire qu'un certain nombre d'hommes auront aussi rempli leur devoir pascal, mais là, il est plus sceptique, "la nature humaine" exerçant sur les matelots un si déplorable empire.
La visite des malades a été régulièrement faite par l'aumônier et la prière dite par lui tous les soirs à l'hôpital . Il a administré les derniers sacrements à plusieurs malades en danger de mort.
Si le service religieux à bord a reçu toutes les facilités désirables, tout le mérite en revient au très digne et honorable commandant de l'Invincible dont la bienveillance pour l’œuvre de l’aumônerie est sans bornes".

Eugène va rester encore deux ans à bord de l’Invincible, c’est à dire jusqu’au désarmement de la frégate.

"Je suis comme un oiseau sur la branche. Mon bâtiment va être désarmé… J’aimerai faire une grande campagne. La station de Bourbon et Madagascar va être relevée, je vais faire les démarches pour y aller… " écrit-il. En attendant, il bénéficie d’un congé qu’il passe, comme il se doit, à l’ombre du clocher de Rostrenen.




[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Lun 4 Nov 2019 - 0:53

C’est là qu’il reçoit une lettre, en date du 11 janvier 1867, du ministre de la marine lui disant : "… Je vous ai désigné, par décision de ce jour, pour remplir les fonctions d’adjoint à l’Aumônerie…". En clair, il est nommé adjoint à l’aumônier en chef, le grand patron de l’Aumônerie de la marine, dont les services sont, bien entendu, à Paris.
Petit post-scriptum : M. L'Aumônier en chef désire que vous arriviez à Paris dans le plus bref délai, en raison de l'état de santé de M. l'amiral Charner, qui inspire des inquiétudes.

Spoiler:
A un aumônier de ses amis, il écrit : "je vis ici de bric et de broc, au jour le jour. Je mange où je me trouve et je perche au quatrième étage d’un hôtel garni… Comme il n’est pas dans mes principes de me déguiser en homme pour flâner le soir, je rentre de bonne heure, et mes soirées s’écoulent tristement. Si la rue de Siam n’était pas aussi loin, quelles pipées nous ferions ensemble ! L’eau m’en vient à la bouche…".
Plus tard, il se trouvera un appartement, modeste, dans la rue Gay-Lussac.

Profitant qu'il occupe maintenant un poste "important", sœur Marie d'Alcantara, fille du Sain-Esprit, sa cousine Aglaé dans le "civil", persuadée qu'il a "le bras long", sur les conseil d'un abbé, ami commun, lui demande d'intervenir auprès du ministère des travaux publics pour débloquer un dossier de construction (et plus particulièrement le financement), en panne depuis longtemps, d'une école pour les filles dans la commune de Mûr-de-Bretagne. Et comme rien ne semble impossible à cet aumônier de marine, il intervient avec succès. Sœur Marie est aux anges. Elle demande à ce cousin qu'elle vouvoie, de lui faire parvenir une photographie de lui : ce sera pour moi une douce satisfaction que de vous contempler quand bon me semblera.
(eh ben, ma sœur !)

La France, à la fin du Second Empire, vient de s’éveiller à la civilisation industrielle. Cette dernière a fait éclore une grande bourgeoisie d’affaires, dont les hôtels, les banques, les sièges des compagnies s’étalent, flambant neufs, le long des boulevards du Paris d’Haussmann. Paris c’est le rendez-vous universel du plaisir, de l’élégance, de la richesse et de l’esprit. Mais grandissant de pair avec l’industrialisation, le libéralisme, l’esprit laïque, voire l’athéisme, gagnent l’intelligentsia française. Plus redoutable encore pour l’ordre établi, apparaît le mouvement internationaliste inspiré des idées de Karl Marx. Les ouvriers, pour défendre leurs intérêts recourent de plus en plus à la grève. Lors des élections législatives de mai 1869 l’opposition fait presque jeu égal avec les candidats du gouvernement." Des points noirs assombrissent notre horizon" déclare Napoléon III qui se trouve face à une opposition grandissante et à un pays versatile.

Alors que la Prusse prépare depuis des années une guerre contre la France, guerre qui devrait cimenter l’unité allemande, dans la France froufroutante et frivole des années qui suivent l’Exposition universelle (1867) l’impréparation est totale. Une dépêche (la dépêche d’Ems) un peu "corrigée" par Bismarck, premier ministre de Prusse, qui cherche le prétexte pour pousser la France à la guerre, met le feu aux poudres.

Le 19 juillet 1870, la France, démunie en troupes, en armements, en chefs, en stratégie militaire, déclare bien imprudemment la guerre à la Prusse. C’est le désastre. Après la bataille perdue de Sedan, Napoléon III se rend (2 septembre 1870) au roi de Prusse. Le 4 septembre, l’Assemblée proclame sa déchéance et rétablit la République.

Pour autant, la guerre continue.

Son frère Jules, avec qui il correspond avec régularité s'inquiète pour ses deux frères sous les drapeaux. Pas d'inquiétude à avoir pour Hubert, le zouave, il est en Afrique. Aux dernières nouvelles, il était à Constantine.
Quant à lui, il reste à Paris. Il aurait bien aimé faire campagne. L'incertitude où nous sommes relativement à la possibilité du départ du Ministre (et dans ce cas l'Aumônier en chef partirait aussi), l'arrête.
Plus prosaïquement, une partie de sa lettre est consacrée à six tonnelets de vin d'Espagne que l'abbé fait parvenir à des amis, sauf un qu'il demande qu'il soit expédié à Rostrenen pour "sa cave de retraite".

(nous on le sait, mais les parisiens et l'abbé n'ont pas l'air d'avoir conscience que la guerre est à leur porte)



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Monite10

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par PAUGAM herve le Lun 4 Nov 2019 - 9:30

La gabegie était déjà à l'ordre du jour [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 615235



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr11 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
Roger Tanguy
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 71
Secrétaire NON Interprète

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Roger Tanguy le Lun 4 Nov 2019 - 10:11

Le 13 septembre 1870, sœur Marie s'inquiète également pour lui . "N’ayez pas trop d’inquiétudes à mon sujet, lui répond-il. J’espère que Dieu me gardera et ce qu’il garde est bien gardé. Du reste, si comme tant d’autres, je devais disparaître dans le naufrage de la patrie, il ne faudrait pas trop me plaindre. Au collège, on nous a dit qu’il est beau et glorieux de mourir pour la patrie… Un curé ne peut pas prendre le mousquet, dans l’état de nos mœurs du moins; si Dieu m’appelait à lui, ce ne serait donc pas les armes à la main que la mort me surprendrait, mais je tâcherai de faire autrement mon devoir.
Merci de votre bon souvenir ma chère Aglaé. J'espère que ce mot vous parviendra, car les Prussiens sont à moins de 15 lieues de Paris".

Le 14 septembre, Eugène adresse un dernier mot à son frère avant que les communications soient interrompues entre Paris et les provinces, ce qui ne saurait tarder. " Les barbares approchent. Que Dieu protège la France. Pour moi, je ne sais pas si mon rôle va consister à gratter du papier ou peut-être irai-je dans un fort. Nous n'avons plus de nouvelles d'un des aumôniers qui avaient désignés pour le service". La marine défend six forts.

Quelques jours plus tard, le 19 septembre, les Prussiens encerclent Paris. Le siège commence.
Ce siège est d’une dureté extrême pour la majorité des Parisiens, surtout les petites gens qui ont faim, froid (l'hiver de 1870 sera un des plus rigoureux du siècle) et dont le gousset est vide. Début janvier 1871, les batteries prussiennes de gros calibre bombardent Paris.
Le fossé se creuse entre le gouvernement, le commandement militaire, et le peuple parisien jugeant les premiers incapables et bien indolents.

Spoiler:
Le 21 janvier 1871, Théodore Bouché écrit à son frère Jules : " … je suis en correspondance assez suivie avec nos deux frères (nota : sous-entendu les deux sous les drapeaux, Hubert, le zouave et Eugène, l’aumônier). Il va sans dire qu’en ce qui touche l’abbé, c’est lui seul qui en fait les frais. Il emploie ses loisirs à faire dans les Ambulances de Paris ce qu’il appelle du ministère breton. Il soulage autant qu’il est en lui les besoins matériels et moraux de nos pauvres compatriotes exilés sur les tristes bords de la Seine. Avec l’esprit de prévoyance qui distingue la fourmi, notre abbé a fait en temps utile de petits approvisionnements, dont il n’est pas avare du reste… ".

On ne peut que louer l’abbé pour sa prévoyance. En effet, Paris assiégé connaît une grande famine cet hiver 1870-1871. Les Parisiens en sont réduits à manger les chiens, les chats et même les rats. Les deux éléphants du Jardin des Plantes de Paris sont abattus, ainsi que les autres animaux, chameaux, antilopes…, pour être livrés à la consommation du public (du moins de ceux qui ont de l'argent – un ouvrier qui a encore du travail gagne entre 4 et 5 F par jour, un poulet coûte 40 F, une pomme de terre 0,25 F ).

Quant à "nos pauvres compatriotes", ils étaient légions à Paris. En effet, 15 000 marins et des artilleurs de la marine, occupent les forts entourant Paris (on avait enlevé leurs canons aux vaisseaux pour le envoyer à Paris) et arment même 5 batteries flottantes et 8 chaloupes canonnières. Ils participent aux combats, s’élançant à l’assaut la hache à la main comme à l’abordage. Quantité de jeunes gens avaient été mobilisés notamment des Bretons, après la débâcle de Sedan.
De nombreuses associations mettent en œuvre, ce que l’on appelle, à l’époque,  des ambulances et qui sont en fait des infirmeries de campagne. Elles sont souvent gérées par des religieuses.

L’abbé Bouché, est détaché auprès des ambulances de la Marine. A l’occasion de l’une de ses tournées, les sœurs lui disent qu’il y a dans "l’ambulance" un garde mobile (un appelé mobilisé) qui parle un langage que personne ne comprend. "Ce doit être un Breton" répond l’abbé. S’approchant du malade, il lui adresse la parole en Breton. Le pauvre, bien qu’au plus mal, fait un effort pour se soulever, une lueur de joie dans les yeux. Il a enfin trouvé à qui parler. Appartenant au bataillon de Lorient, breton bretonnant au milieu de tous ces gens parlant français, il ne pouvait se faire comprendre. Grâce à sa connaissance de la langue bretonne, l’abbé Bouché a rendu de nombreux services à ses compatriotes entassés dans les infirmeries de fortune.



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanreconnaissance
La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure
alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 69
Fourrier NON

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par alain EGUERRE le Lun 4 Nov 2019 - 10:22

Merci Roger [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu 582735

Le père de mon ex est né à Maël-Carhaix en 1922 et ne parlait pas un mot
de français en arrivant en primaire cinquante plus tard !



[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Rubanr10 [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Insign45
Mais dans notre mémoire reviennent
Tous les parfums, toutes les rengaines
Qui nous ont fait aimer la mer
Et adorer notre univers
Hervé Paugam de La Renardière

Contenu sponsorisé

[ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu Empty Re: [ Histoire et histoires ] Le marin de Dieu

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 15 Nov 2019 - 14:21