Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 713765 messages dans 14024 sujets

Nous avons 14385 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Benoit Pesigne

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Jean-Léon Hier à 23:09

» [ Blog visiteurs ] Recherche d'anecdotes CC VIDON qui a commandé l’école des Transfilistes
par BACHELIER Hier à 22:47

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par loulou06000 Hier à 22:42

» [ Histoire et histoires ] LODUSKY MCCOWEN
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 22:23

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par gilbert kerisit Hier à 22:08

» [ Divers - Les classiques ] Accident du Sous-marin FLORE
par CLOCLO 66 Hier à 21:39

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par PAUGAM herve Hier à 21:14

» RUBIS (SNA)
par Bureaumachine busset Hier à 21:13

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par Roger Tanguy Hier à 19:03

» LA CHARENTE (PRE)
par Joël Chandelier Hier à 17:25

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Hier à 13:47

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par mjrl83 Hier à 10:42

» ÉCOLE DES TRANSFILISTES - LA CRAU
par séité Hier à 8:07

» FORCES MARITIMES DU RHIN
par FLN-IA5 Hier à 6:29

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par PAUGAM herve Lun 17 Sep 2018 - 22:04

» DIRECTION DU PORT TOULON
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Sep 2018 - 22:03

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par marsouin Lun 17 Sep 2018 - 21:35

» [LES BÂTIMENTS DE SERVITUDES ] BSAH RHÔNE
par COLLEMANT Dominique Lun 17 Sep 2018 - 17:51

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 2]
par Smpacha Lun 17 Sep 2018 - 17:26

» [ Blog visiteurs ] recherche d'un ancien marin
par Invité Lun 17 Sep 2018 - 14:52

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par POMIE Lun 17 Sep 2018 - 14:14

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par Pétunia Lun 17 Sep 2018 - 13:58

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Xavier MONEL Lun 17 Sep 2018 - 10:47

» [ MOYENS NAUTIQUES DE LA GENDARMERIE MARITIME ] A 789 MELIA
par PAUGAM herve Lun 17 Sep 2018 - 8:56

» [ Associations anciens Marins ] Parrainage de l'AMMAC d'Angers amiral Yann Bordier
par 3eme ligne Dim 16 Sep 2018 - 20:12

» LE BORDELAIS (ER)
par Bureaumachine busset Dim 16 Sep 2018 - 20:04

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 16 Sep 2018 - 17:55

» La spécialité de Radio
par J-C Laffrat Dim 16 Sep 2018 - 14:15

» [ Histoire et histoires ] UN PARI STUPIDE
par garrigues gilbert Dim 16 Sep 2018 - 10:55

» [ Recherches de camarades ] Avis de recherche mousses promo 78]
par etchemaite Dim 16 Sep 2018 - 10:49

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Bureaumachine busset Ven 14 Sep 2018 - 23:18

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Ven 14 Sep 2018 - 22:32

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Sealex83 Ven 14 Sep 2018 - 21:37

» [Aéronavale divers] DC8 COTAM
par marsouin Ven 14 Sep 2018 - 21:15

» ALINDIEN
par Jean-Marie41 Ven 14 Sep 2018 - 19:51

» [LES B.A.N.] BERRE
par JJMM Ven 14 Sep 2018 - 18:11

» Charles de Gaulle Mission Héraclès 2001-2002
par Laurent Ven 14 Sep 2018 - 14:06

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos de l'Ajonc
par centime44 Ven 14 Sep 2018 - 13:32

» [ Divers bâtiments de servitudes ] BAA L9081
par salonais Ven 14 Sep 2018 - 8:55

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par VENDEEN69 Ven 14 Sep 2018 - 8:50

» CASSARD (FRÉGATE)
par dan83143 Jeu 13 Sep 2018 - 22:44

» [ Recherches de camarades ] BDC/PH TRIEUX campagne Tahiti 1981/1982
par PPIERRE Jeu 13 Sep 2018 - 21:03

» PAPA BOSCO par Joëlle sa fille
par Roger Tanguy Jeu 13 Sep 2018 - 20:22

» BATIMENTS ÉCOLE TYPE LÉOPARD
par Joël Chandelier Jeu 13 Sep 2018 - 18:52

» FLOTTILLE 22 F
par ranchet Jeu 13 Sep 2018 - 18:32

» MÉCANICIENS, ÉLECTRICIENS, SÉCURITARDS
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:26

» [Aéronavale divers] ÉTENDARD...
par COLLEMANT Dominique Mer 12 Sep 2018 - 18:15

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par titagramme Mer 12 Sep 2018 - 17:30

» L'AGENAIS (ER)
par POMIE Mer 12 Sep 2018 - 16:03

» [ Blog visiteurs ] Recherche photos du daphné 1929 1930
par Invité Mer 12 Sep 2018 - 15:29

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Mer 12 Sep 2018 - 13:53

» [ Recherches de camarades ] Recherche DELAFOSSE CFM Mimizan mai à juillet 1950
par Sealex83 Mer 12 Sep 2018 - 12:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Argens 67/68
par joel.ollivier Mer 12 Sep 2018 - 12:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du SNLE Foudroyant rouge 2P11 à2P19
par cucujean88 Mar 11 Sep 2018 - 21:51

» MEUSE (PR)
par COLLEMANT Dominique Mar 11 Sep 2018 - 21:41

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades BH La Boussole 64/65
par Momo Mar 11 Sep 2018 - 18:46

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par BEBERT 49 Mar 11 Sep 2018 - 16:54

» [ Blog visiteurs ] recherche photos de mon père
par centime44 Mar 11 Sep 2018 - 13:18

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades A.E Cdt RIVIERE 74/75 et Frégate TOURVILLE 77
par toutouss085 Mar 11 Sep 2018 - 13:01

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du BDC Dives de 65/66
par joel.ollivier Mar 11 Sep 2018 - 10:27

» Souvenirs d'un gamin de Seine-et-Oise dans les années 1930-40
par LEBRIS Mar 11 Sep 2018 - 10:07

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades AE CDT BORY campagne Djibouti 86/87
par PPIERRE Mar 11 Sep 2018 - 9:56

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM Brest mai 68
par Sylvain Mar 11 Sep 2018 - 0:31

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par Jean-Léon Lun 10 Sep 2018 - 12:22

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DESTENABES Lun 10 Sep 2018 - 9:21

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Dim 9 Sep 2018 - 19:52

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Roger Tanguy Dim 9 Sep 2018 - 18:50

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 003
par Franjacq Dim 9 Sep 2018 - 14:32

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par Joël Chandelier Dim 9 Sep 2018 - 11:49

» [ Blog visiteurs ] Je recherche mon oncle RAYMOND NENERT
par Momo Dim 9 Sep 2018 - 10:13

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par Jean-Léon Sam 8 Sep 2018 - 0:34

» VAR (BCR)
par COLLEMANT Dominique Ven 7 Sep 2018 - 23:37

» [Les anciens avions de l'aéro] Le Vickers Supermarine Sea Otter
par Bureaumachine busset Ven 7 Sep 2018 - 21:32

» LA COMBATTANTE (PC)
par marsouin Ven 7 Sep 2018 - 17:25

» [ Recherches de camarades ] Recherche PM DELIGNE atelier 57mm du 1Colbert
par THOMAS HENRY Ven 7 Sep 2018 - 16:50

» LCT L9098
par GYURISS Ven 7 Sep 2018 - 10:17

» FLORE (SM) - Tome 2
par guena29 Ven 7 Sep 2018 - 9:21

» ESCADRILLE 4 S
par ranchet Jeu 6 Sep 2018 - 19:42

» [Associations anciens marins] C.H.A.N.-Nîmes (Conservatoire Historique de l'Aéronavale-Nîmes)
par guilloux Mer 5 Sep 2018 - 18:19

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Mar 4 Sep 2018 - 22:00

» AMIRAL CHARNER (AE)
par TRIGRAMME VDB Mar 4 Sep 2018 - 19:36

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mar 4 Sep 2018 - 0:42

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par TUR2 Lun 3 Sep 2018 - 21:38

» DUPERRE (EE)
par Bureaumachine busset Lun 3 Sep 2018 - 20:26

» [LES B.A.N.] LARTIGUE (ALGÉRIE)
par J-C Laffrat Lun 3 Sep 2018 - 15:44

» [Divers E.A.M.F.] Promotion Guepratte (Sept 1973)
par RIERA Joel Lun 3 Sep 2018 - 6:55

» [ Recherches de camarades ]recherche les camarades dans la photo jointe
par Jacques Dim 2 Sep 2018 - 17:55

» FULMAR P740
par TECTAM Sam 1 Sep 2018 - 20:41

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par LES BORMETTES Sam 1 Sep 2018 - 18:10

» Pétrolier ravitailleur la baïse
par douzef Sam 1 Sep 2018 - 16:46

» [ Recherches de camarades ] Recherches de camarades sur l'escorteur EE D'Estrée de 12/81 à 11/82
par christian31 Ven 31 Aoû 2018 - 22:49

» ASTROLABE (Patrouilleur et Navire Logistique Polaire)
par Jean-Marie41 Ven 31 Aoû 2018 - 20:00

» [Aéronavale divers] Hélico NH90
par Bureaumachine busset Ven 31 Aoû 2018 - 19:32

» Flottille 35 F
par Jean-Marie41 Ven 31 Aoû 2018 - 18:48

» PRAIRIAL (FS)
par Michel Roux Ven 31 Aoû 2018 - 10:00

» [ Marine à voile ] LA RECOUVRANCE A BARFLEUR
par COLLEMANT Dominique Jeu 30 Aoû 2018 - 23:29

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par Jean-Léon Mer 29 Aoû 2018 - 23:09

» [Histoire et histoires] LES HISTOIRES DE BONNERUE
par PAUGAM herve Mer 29 Aoû 2018 - 8:49

» [Divers École de maistrance] La nouvelle École de Maistrance
par Nenesse Mar 28 Aoû 2018 - 23:48

DERNIERS SUJETS


demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Partagez
avatar
Gragnic
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 46
deasm NON

demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par Gragnic le Mar 6 Mar 2007 - 16:18

je poste cette insigne de beret de Commando
marquage A.B M.CHAUVET 1943
pouvez vous me donner une date de Fabrication ???



merci d'avance



avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Mar 6 Mar 2007 - 16:53

Maurice CHAUVET a dessiné le projet de cet insigne en Angleterre vers cette date de 1943. Il remplaçait un insigne en tissu et portait à l'origine la mention "1er Bllon FUSILIERS MARINS".




avatar
Gragnic
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 46
deasm NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par Gragnic le Mar 6 Mar 2007 - 17:36

Correct mais je crois que le premier insigne de beret des Commando il était inscrit
"1 bataillon de Fusilier Marin" au lieu de commando marine ??



avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Mar 6 Mar 2007 - 19:06

C'est ce que je te disais mon cher GRAGNIC, à ceci prêt que je m'étais trompé sur le contenu du bandeau : "1er Bilon F.M COMMANDO"

Première version de l'insigne "Maurice Chauvet"


Dernière édition par le Mar 6 Mar 2007 - 19:12, édité 1 fois




avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Mar 6 Mar 2007 - 19:10

le badge actuel :





avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Mar 6 Mar 2007 - 19:15

Voila ce que j'ai trouvé dans NETMARINE.NET :

L'insigne du 1er bataillon de fusiliers marins commandos a été dessiné par un des volontaires de l'unité, Maurice Chauvet. Évadé de France par l'Espagne, Maurice Chauvet a passé deux ans dans les prisons et les camps d'internement espagnols avant de rejoindre la Troop 8 du capitaine Trepel, un an avant le débarquement.Au début de l'année 1944, ce jeune volontaire a participé à un raid sur la côte belge.

Il décrit ainsi l'insigne qu'il a imaginé: « Sur un écu de bronze, qui est de France, portant au centre le brick de l'Aventure supporté par des vagues, surchargé d'un poignard Commando, dirigé du canton senestre du chef au canton dextre de la pointe, et décoré d'une Croix de Lorraine dans le canton dextre du chef. L'ecu repose sur un ruban portant l'inscription "1er Bataillon F.M. Commando". Ses deux extrémités repliées montrent deux petites ancres rappelant l'origine marine de l'Unité. » Cet insigne a été repris aujourd'hui par les commandos marine, qui le portent sur leur béret vert, à gauche.




avatar
Gragnic
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 46
deasm NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par Gragnic le Mar 6 Mar 2007 - 19:38

Merci pour toutes ces infos

Mais pourquoi le brevet que je possède est marqué M.CHAUVET 1943 ???
je pense que c'est une fabrication post WWII pas sur ????



avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Mar 6 Mar 2007 - 20:14

Ce qui est certain c'est qu'il ne s'agit pas de la version d'origine. A moins que la modification qui a conduit à la présentation actuelle ait été réalisée "dans la foulée", c'est à dire avant le débarquement en Normandie. Il faudrait demander à Maurice CHAUVET, mais maintenant il est pratiquement aveugle. Je le rencontrais au mois de janvier de chaque année lors de l'AG des fusco d'Île de France, mais en 2007 je n'y suis pas allé.

Maurice CHAUVET et Hubert LAMY






avatar
corsaire33
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 59
Commis NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par corsaire33 le Mar 13 Mar 2007 - 16:56

bonjours a tous , je recherche tape de bouche du D . O BERNEVAL j ai embarque dessus apres mon B.E et en quittant le bord je n'ai pas pense a prendre une tape de bouche j'ai recherche sur les sites des differents fondeurs il ne l'ont pas si un des anciens du berneval peut il me contacter merci



DIEU a créé l'alcool pour que les bretons ne soit pas les maîtres du monde !!! Gast !
avatar
le rital
QM 2
QM 2

Age : 66
Fusilier NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par le rital le Sam 7 Avr 2007 - 5:14

pour le badge,le mien aussi porte CHAUVET 1943 au dos côté droit,celà doit être un hommage rendu à son créateur car le mien date de fin 69



avatar
3eme ligne
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
Radio NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par 3eme ligne le Sam 7 Avr 2007 - 18:21

Normal, c'est le copyright d'origine.





"Give blood, play rugby !"
avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Sam 21 Avr 2007 - 14:14

Le parcours de Maurice CHAUVET (qui allait dessiner le badge des commandos) pour rallier la France-Libre, raconté dans "COMMANDOS MARINE AU COMBAT" par René BAIL :

« L'histoire des Français à Londres n'en parla que peu, mais tous ne vinrent pas du Liban. D'autres, empruntant les chemins sinueux de la captivité et de la souffrance, mettront de longs mois avant d'arriver pour reprendre le combat. Tel Maurice Chauvet, qui devra lutter pendant vingt neuf mois, subir les privations et l'emprisonnement avant d'atteindre l'Angleterre(2).

Embarqué sur un croiseur de l'escadre de Méditerranée, Chauvet apprenait au retour d'un raid contre la flotte italienne que la France avait signé l'Armistice, mais que l'Angleterre continuait le combat. Il décida aussitôt de gagner l'Angleterre. Arrivant en fin de lien, il fut démobilisé puis regagna Paris et le domicile de ses parents. Ce qu'il constatera dès le début de l'occupation allemande, ainsi que les échos qu'il recueillera au travers des informations venant de Londres, vont confirmer son désir de retourner au plus vite en Angleterre.

Mais il y a une marge entre le désir de faire et l'exécution ; des milliers de kilomètres à parcourir et des mois de “galère”. Le 2 janvier 1941, Chauvet part vers Marseille. Il lui faut d'abord franchir la “ligne de démarcation” pour passer en “zone libre”, ou du moins déclarée telle. Les gendarmes l'interrogent ; motif du passage ? Il leur répond qu'il part pour s'engager dans la marine. Ralliant enfin Marseille, sans argent, Chauvet parvient, grâce à des amis, à se faire engager comme secrétaire au Service de Chômage de Jeunes (créé par Vichy). Le bureau sert plutôt de centre d'accueil pour des “fuyards” ou ceux qui, comme lui, cherchent à rallier l'Angleterre. Certaines imprudences commises par de jeunes réfugiés, attirent l'attention du Service d'Ordre Légionnaire et Chauvet est contraint de fuir afin d'éviter l'emprisonnement.

Il parvient à embarquer, de justesse, comme matelot, sur un cargo en partance pour le Dahomey. Des escales étant prévues à Dakar, puis Lomé, avant d'arriver à Cotonou, ce serait bien le diable s'il ne trouvait pas l'occasion de s'éclipser. Et pourtant ! La surveillance de l'équipage était si sévère que Chauvet se trouvait encore sur le cargo, en charge du nouveau fret, pour le retour. Deux cales étaient d'ailleurs remplies de graines de ricin, destinées à la production d'huile pour la Luftwaffe.

Le 22 juin 1941, un câble-radio annonce que les Allemands viennent d'envahir l'U.R.S.S. Maurice Chauvet est fermement décidé à faire tout son possible pour débarquer.

Il y parvient lors de l'escale à Casablanca. Là, certaines rumeurs courent sur le port , assurant que des embarcations parviennent à franchir le détroit de Gibraltar. Pourquoi pas ?…

En attendant, Chauvet est envoyé à Port-Lyautey, sur un cargo désarmé. Il y restera jusqu'à la nuit du 13 au 14 octobre, pendant laquelle, déjouant toute surveillance et avec l'aide de deux Norvégiens qui veulent rejoindre Gibraltar avec lui, ils dérobent un youyou, long de 2,50 m, dans lequel ils embarquent. Mais la chance ne leur sourit pas longtemps. Après une journée passée à s'éloigner des côtes marocaines, la tempête se lève. Ils vont la subir durant cinq jours. Lorsque se lève le septième jour, transis de froid et affamés, ils aperçoivent enfin le détroit de Gibraltar et le célèbre rocher. Un chalutier espagnol d'Algésiras, l'El Manuela, les arraisonne. L'équipage nombreux et étrange est armé de façon disparate. Quant au patron, il porte un énorme pistolet accroché à la ceinture dans un étui en osier.

Débarqués à Algésiras, Chauvet et ses malheureux amis sont “collés” en prison. Ayant refusé de décliner leurs identités, ils vont séjourner quatre jours dans une cellule garnie de pavés et ne seront nourris que d'un demi-pain par jour.

La visite d'un envoyé non officiel du consulat britannique, venu s'enquérir de leur nationalité, leur donne un peu d'espoir. En effet, le lendemain ils sont nourris plus décemment, puis une escorte vient les chercher pour les conduire, pensent-ils, à Gibraltar. Hélas, le soir même ils arrivent à la prison militaire de Séville, où se trouvent déjà sept cents républicains espagnols, incarcérés depuis quatre ans. Les Français y resteront trois semaines.

Entre temps, des renseignements transmis depuis l'Afrique du Nord, ont permis de les identifier. Intégrés à un convoi, ils vont être dirigés sur Cordoue. Les prisonniers voyagent “à la chaîne”, c'est-à-dire qu'ils sont enchaînés les uns aux autres. Chauvet et les Norvégiens ne recevront aucune nourriture de leurs gardiens. Les prisonniers espagnols étant nourris par leurs familles, nos “évadés” ne pourront compter que sur leur charité pour subsister.

Lors d'une étape à Linarès, le convoi récupère un jeune Belge. A ce moment, dans une cellule baptisée infirmerie, se meurent deux jeunes français qui ont refusé de donner leur identité.

Il faut préciser que, suivant les époques, le traitement appliqué aux prisonniers était différent. Ainsi, à la prison de Cordoue après une algarade avec le directeur, Chauvet avait reçu une belle raclée. Quel ne fut pas son étonnement le lendemain, lorsqu'un gardien vint lui remettre un message du directeur présentant ses excuses pour “l'incident” de la veille. Son étonnement fut encore plus grand lorsqu'on lui proposa, à titre exceptionnel, de visiter une cellule dans laquelle Christophe Colomb avait été enfermé… Plus tard, Chauvet émit quelques doutes quant à la véracité de l'histoire, car la cellule en question n'était pas particulièrement différente des autres…

Après un long et pénible voyage, les prisonniers arrivent à Madrid, où les deux Norvégiens, réclamés par leur Consul, sont libérés. Chauvet quitte également cette prison, mais… pour une autre, également située à Madrid ! Décidément, pour Maurice Chauvet, l'Espagne est un pays ponctué de nombreuses prisons, mais il ne connaît pas encore le camp de Miranda del Ebro.

Le Service des Etrangers l'ayant identifié, Chauvet va être transféré, en décembre 1941, à Miranda. Quel est le “contenu” de ce camp ?… Sept cents hommes, du moins au moment de l'arrivée de Maurice, car en novembre 1942, lors de l'entrée des Allemands en zone libre, il y en aura jusqu'à cinq mille. Le camp, glacial, est situé dans la province du Burgos, dans une plaine entourée de montagnes. Là, cohabitent les anciens des Brigades internationales Belges, Polonais, Anglais. Il n'y a aucune hygiène. Pour tous les prisonniers, il n'existe qu'un seul robinet qui débite un mince filet d'eau. La nourriture est insuffisante et les hommes n'arrivent à tenir que grâce aux colis de la Croix Rouge britannique.

Inutile de s'étendre sur l'attitude habituelle des geôliers, pourtant elle changera lorsque les Allemands connaîtront leurs premiers échecs. En attendant, les mois s'écoulent. Leur parviennent quelques nouvelles de la guerre, dont l'annonce du raid canadien à Dieppe (août 1942). Maurice Chauvet craint ne pouvoir jamais participer aux combats. Le nombre des internés croît lentement et leurs conditions de vie sont de plus en plus précaires.

Puis le Gouvernement d'Alger est reconnu belligérant, ce qui entraîne quelques départs de Français. Les premiers libérés sont, évidemment des chefs politiques et des officiers. Maurice Chauvet quitte le camp en mars 1943, après dix-huit mois de détention. Il se rend tout d'abord à Madrid, où se déroulent justement les fêtes de la semaine Sainte

Ayant enfin obtenu son visa, Chauvet quitte l'Espagne et passe au Portugal. Après un voyage interminable, avec d'autres Français, il embarque fin avril à Sétubal, sur un cargo qui va les conduire au Maroc. Mais que d'événements encore. Dès l'arrivée à Casablanca, un général leur annonce qu'ils vont tous être décorés de la Médaille des Evadés ! A la suite de quoi, ils sont dirigés sur un camp entouré… de barbelés. Maurice se demande si cela se terminera un jour.

Enfin, après avoir décliné les offres et relances des agents recruteurs de tout poil, Maurice Chauvet se joint à un petit détachement réuni par des officiers des Forces Françaises Libres qui les font embarquer sur un cargo en instance d'appareillage. Mais Chauvet est convoqué à l'Inscription Maritime où lui est signifié le jugement faisant suite à sa désertion en 1941 ; il est condamné à 10 ans de travaux forcés. Toutefois, il ne peut être arrêté tant que l'ordre demandé à Alger n'aura pas reçu de confirmation.

Par chance, la première depuis longtemps, Maurice parvient à temps à regagner le cargo qui appareille pour Gibraltar. Il va y être transféré sur un transport de troupes américain qui a déjà embarqué quatre mille volontaires(3).

Le général de Gaulle, se rendant en Afrique du Nord, vient leur rendre visite.

Le bâtiment appareille pour l'Ecosse. Après douze jours de voyage, Chauvet arrive à Greenock, près de Glagow ; nous sommes le 6 juin 1943. Le lendemain, il se retrouve enfin à Londres. Son voyage Paris-Londres aura duré 882 jours !…

A la caserne “Surcouf”, il contracte un engagement dans les Forces Navales Françaises Libres et se porte volontaire pour les commandos. Le commandant Kieffer, venu à “Surcouf” pour récupérer un des ses hommes fait prisonnier à Dieppe et qui, après s'être évadé, venait de rallier Londres(4), rencontre les nouveaux volontaires… Quelques jours plus tard, un sergent vient les chercher ; une nouvelle troop va être formée.
»




avatar
BONNERUE Daniel
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 81
NON

Re: demande de renseignement sur insigne de beret Commando

Message par BONNERUE Daniel le Dim 22 Avr 2007 - 16:52

Cette photo trouvée sur le numéro 2704 du 5 juin 2004 du journal "Cols Bleus", montre Maurice CHAUVET et 9 autres de ses camarades ayant débarqué en Normandie le 6 juin 1944, de retour sur le domaine d'Achnacarry, en Ecosse, où ils ont suivi le dur entraînement des commandos britanniques. Cette visite avait été organisée à l'occasion du 60ème anniversaire du débarquement en 2004. C'est Philippe KIEFFER qui avait obtenu auprès des Britanniques, après beaucoup de difficultés, que les aspirants-commandos français soient admis à suivre le même entraînement que leurs camarades Anglais .






    La date/heure actuelle est Mer 19 Sep 2018 - 5:08