Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

L'équipe ACB vous souhaite une bonne année 2018

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 661167 messages dans 13560 sujets

Nous avons 15575 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Myskowski

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par Houllé Aujourd'hui à 13:09

» FOCH (PA)
par takeo Aujourd'hui à 12:35

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par BEBERT 49 Aujourd'hui à 12:34

» [Divers B.A.N.] Formation des Navigateurs Aeriens à Winnipeg
par douzef Aujourd'hui à 12:32

» [LOGOS - TAPES - INSIGNES] Une nouvelle médaille "medaille de la protection militaire du territoire"
par BEBERT 49 Aujourd'hui à 11:56

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par ERIC THIEBAUT Aujourd'hui à 11:51

» HIPPOPOTAME (RHM )
par GYURISS Aujourd'hui à 10:56

» École des pupilles 45/46
par dan83143 Aujourd'hui à 10:43

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par zoutom Aujourd'hui à 9:59

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par marsouin Hier à 22:19

» AMYOT D'INVILLE [AVISO]
par Bureaumachine busset Hier à 20:15

» ÉCOLE DES MAÎTRES D'HÔTEL
par Roger Tanguy Hier à 20:13

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par Jean-Léon Hier à 19:29

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Jean-Marie41 Hier à 19:09

» COLBERT (1956) (Croiseur)
par Bureaumachine busset Hier à 18:52

» [ Recherches de camarades ] Recherche anciens du TCD Ouragan de 86 à 88
par LECONTE Hier à 18:15

» [Votre passage au CFM] Photos d'incorporation
par patoch91 Hier à 18:04

» ACHERNAR (DC)
par wielingen1991 Hier à 16:21

» [Tahiti] VOTRE PREMIÈRE ARRIVÉE À TAHITI
par Naphtaki Hier à 15:47

» ECOLE DES MAÎTRES D'HÔTEL
par kerneve Hier à 15:00

» La spécialité de Radio
par Noël Gauquelin Hier à 14:10

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 13:19

» DIXMUDE (BPC)
par loulou06000 Hier à 11:05

» FORBIN D620 (fregate)
par pinçon michel Hier à 9:26

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DES TRANSMISSIONS - ST MANDRIER
par BOUBOU 56/50 Hier à 9:19

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Hier à 9:03

» [ Les stations radio de télécommunications] Station radio La Régine
par corre claude Ven 19 Jan 2018 - 19:59

» MOSELLE (BB - MURUROA)
par DTL Ven 19 Jan 2018 - 18:51

» [ Recherches de camarades ] Jaureguiberry années 1966 -1968
par ulysse76 Ven 19 Jan 2018 - 18:42

» CDT BOURDAIS (AE)
par Jean-Léon Ven 19 Jan 2018 - 17:36

» ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET (AVISO)
par Franjacq Ven 19 Jan 2018 - 14:01

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par DTL Ven 19 Jan 2018 - 11:11

» MINERVE (SM)
par bob59 Ven 19 Jan 2018 - 10:37

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Hourtin 67
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 5:12

» [Tous les CFM] LES PERMANENTS DU CFM HOURTIN
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 4:24

» ARROMANCHES (PA)
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 3:31

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par skagerrac Ven 19 Jan 2018 - 3:21

» ÉLAN - A768 (BSR)
par marsouin Jeu 18 Jan 2018 - 21:33

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Tinto Jeu 18 Jan 2018 - 19:36

» [Aéronavale divers] NOS AILES SUR LA MER DANS LES ANNÉES 1970
par Jean-Marie41 Jeu 18 Jan 2018 - 19:20

» FLOTTILLE 24 F
par Jean-Marie41 Jeu 18 Jan 2018 - 19:11

» LE BOURGUIGNON (ER)
par BRAS Jeu 18 Jan 2018 - 18:23

» SÉMAPHORE ET LA RÉSERVE
par superguet Jeu 18 Jan 2018 - 18:16

» [ Recherche de camarades ] camarade sur le porte-avions Foch entre 1963 et 1964
par TARO Jeu 18 Jan 2018 - 18:09

» CHELIFF (LST)
par marsouin Jeu 18 Jan 2018 - 17:58

» FLOTTILLE 23 F
par Joël Chandelier Jeu 18 Jan 2018 - 13:47

» SOUFFLEUR
par COLLEMANT Dominique Jeu 18 Jan 2018 - 11:55

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Patrick FUCHS Jeu 18 Jan 2018 - 9:24

» ÉCOLE DES PUPILLES DE LOCTUDY 1952-1953
par Titi1982 Jeu 18 Jan 2018 - 8:44

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par LEMONNIER Mer 17 Jan 2018 - 23:31

» BLAISON
par COLLEMANT Dominique Mer 17 Jan 2018 - 22:06

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades "catapulteurs" du FOCH de 63 à 64
par Georges du 14 Mer 17 Jan 2018 - 21:50

» [ Blog visiteurs ] Mon père ancien de l'école Courbet
par Charly Mer 17 Jan 2018 - 20:54

» [Les différentes écoles] Ecole Courbet à Marseille
par dansie Mer 17 Jan 2018 - 20:53

» LANN-BIHOUÉ (B.A.N.)
par FRIEH Gérard Mer 17 Jan 2018 - 19:52

» [CAMPAGNES C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par loulou06000 Mer 17 Jan 2018 - 18:02

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Mer 17 Jan 2018 - 10:55

» BÉARN (PA)
par prenat jean-claude Mar 16 Jan 2018 - 19:45

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par jobic Mar 16 Jan 2018 - 18:21

» TOUSSUS LE NOBLE (B.A.N)
par NEHOU Mar 16 Jan 2018 - 18:10

» [ Blog visiteurs ] En quoi consistait l'exercice semi-colonne ?
par Invité Mar 16 Jan 2018 - 16:42

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du FUSCO NAVARRO Jean-Luc dit l'INDIEN
par navarrolindien Mar 16 Jan 2018 - 15:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades corvette Aconit de 75 à 79
par Marc RAYNAUD Mar 16 Jan 2018 - 14:10

» [ Divers frégates ] F 712 COURBET
par Charly Mar 16 Jan 2018 - 13:35

» LE PICARD (ER)
par duvet Mar 16 Jan 2018 - 7:28

» ARCHIMEDE
par COLLEMANT Dominique Lun 15 Jan 2018 - 23:36

» ARGONAUTE
par COLLEMANT Dominique Lun 15 Jan 2018 - 23:17

» SULTANE
par Marco-56 Lun 15 Jan 2018 - 19:14

» [ Blog visiteurs ] LE Bâtiment HYDROGRAPHE LE LAPEROUSE
par Charly Lun 15 Jan 2018 - 18:23

» VAUQUELIN (EE)
par DSM 57 Lun 15 Jan 2018 - 17:21

» LE VENDÉEN (ER)
par Tinto Lun 15 Jan 2018 - 16:20

» ÉCOLE D'INFIRMIERS
par Naphtaki Lun 15 Jan 2018 - 15:26

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE MAILLÉ BREZÉ
par Daniel DION Lun 15 Jan 2018 - 12:38

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 15 Jan 2018 - 10:15

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du CFM Hourtin et du Sous-Marin Doris année 1972
par Momo Lun 15 Jan 2018 - 5:32

» LE FRINGANT (EC)
par Tinto Lun 15 Jan 2018 - 2:10

» CFM BREST
par GRAFF Gérard Dim 14 Jan 2018 - 20:34

» AUTOCOLLANTS DE LA MARINE
par douzef Dim 14 Jan 2018 - 18:57

» [Histoire et histoires] [Sujet unique] Le Centenaire de la Grande Guerre
par montroulez Dim 14 Jan 2018 - 18:17

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par PAUGAM herve Dim 14 Jan 2018 - 11:54

» LCT - L9061
par gerardsin59 Dim 14 Jan 2018 - 10:23

» CONSTRUCTION DU MÉMORIAL NATIONAL DÉDIÉ AUX VÉTÉRANS DES ESSAIS NUCLÉAIRES A Saint-Bonnet-de-Mure (RHÔNE)
par Charly Dim 14 Jan 2018 - 10:06

» FLOTTILLE 12 F (Crusader)
par FLN-IA5 Dim 14 Jan 2018 - 7:15

» SÉMAPHORE - DRAMONT (VAR)
par loulou06000 Sam 13 Jan 2018 - 22:51

» [Divers les classiques] La vie à bord d'un sous-marin classique (Sujet unique)
par CLOCLO 66 Sam 13 Jan 2018 - 18:15

» D.E.T. PORQUEROLLES
par Gérard Bodo Sam 13 Jan 2018 - 15:04

» [Les musées en rapport avec la marine] Informations du Musée de la Marine
par PAUGAM herve Ven 12 Jan 2018 - 21:12

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG
par Jean-Marie41 Ven 12 Jan 2018 - 18:46

» CERES
par Marco-56 Ven 12 Jan 2018 - 16:38

» [ Histoire et histoires ] mystere des torpilles anglaises
par parriaux christian Ven 12 Jan 2018 - 11:49

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par gerardsin59 Ven 12 Jan 2018 - 9:33

» AGADIR (B.A.N.)
par alain EGUERRE Ven 12 Jan 2018 - 4:22

» MARINE COLOMBES
par Jean-Léon Jeu 11 Jan 2018 - 19:28

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par Marc RAYNAUD Jeu 11 Jan 2018 - 18:10

» SURCOUF F711 (FREGATE)
par alain EGUERRE Jeu 11 Jan 2018 - 15:36

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par JACQUES SOUVAY ou BILL Jeu 11 Jan 2018 - 14:26

» [Les anciens avions de l'aéro] Le Bréguet Atlantic (BR 1150)
par E T Jeu 11 Jan 2018 - 14:16

» ASPRETTO (B.A.N.)
par jean claude monzie Jeu 11 Jan 2018 - 14:08

» Sous-marin La Minerve 1941
par COLLEMANT Dominique Mer 10 Jan 2018 - 23:12

DERNIERS SUJETS


Histoire du 14 juillet

Partagez
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 53
NON

Histoire du 14 juillet

Message par ecofousec le Ven 13 Juil 2007 - 7:13

Pourquoi le 14 juillet est-il fête nationale ?






Fête nationale depuis 1880, le 14 juillet commémore la prise de la Bastille de 1789, mais aussi un événement moins connu : la fête de la Fédération de 1790.





Envoyer à un ami
|
Imprimer cet article

Le 14 juillet 1789 : la prise de la Bastille







Prise de la Bastille. Anonyme © Musée du Chateau de Versailles
La fête nationale commémore d'abord le 14 juillet 1789, première journée révolutionnaire à portée symbolique. Cet été là, une grande agitation règne à Paris. Face au mécontentement populaire, le roi a réuni les Etats généraux, une assemblée des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état. Ces derniers demandent une réforme profonde des institutions et, le 9 juillet, se proclament Assemblée nationale constituante. L'initiative inquiète le roi qui fait venir en secret des régiments suisses et allemands à proximité de Versailles. La rumeur court bientôt que les troupes royales se préparent à entrer dans Paris pour arrêter les députés. Le 12 juillet, un orateur harangue la foule qu'il appelle à réagir : c'est Camille Desmoulins, monté sur un tonneau, qui annonce une "Saint Barthélemy des patriotes". Au matin du 14 juillet, des Parisiens en colère vont chercher des armes aux Invalides, puis se dirigent vers la vieille forteresse royale de la Bastille, en quête de poudre. Après une journée de fusillade sanglante, et grâce au ralliement de gardes nationaux, les Parisiens s'en emparent et entament sa démolition. Au final, ils ne libèrent que quelques prisonniers et malfrats sans envergure. Mais cette vieille prison médiévale incarne l'arbitraire de l'Ancien régime. En l'abattant, les Parisiens font tomber un rempart de l'absolutisme. Et cette journée, qui marque le début de la Révolution, restera dans les mémoires comme un jour de liberté. Cependant la fête nationale fait aussi référence à une autre événement moins connu : la fête de la Fédération du 14 juillet 1790.


Le 14 juillet 1790 : fête de la Fédération







La fête de la Fédération sur le Champ-de-Mars. Charles Monet. 1790 © Bibliothèque nationale de France
Depuis l'été 1789, partout dans les provinces françaises se sont créées des "fédérations" régionales de gardes nationaux. Une réaction à l'affaiblissement du pouvoir central. Afin de contrôler ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l'impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer la prise de la Bastille, mais aussi apporter un semblant d'ordre et d'unité dans un pays en crise. Le jour dit, 14 000 soldats fédérés arrivent donc à Paris et défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille jusqu'au Champ-de-Mars.
Sur une esplanade aménagée pour l'occasion, une grande messe est célébrée, à la suite de quoi le roi Louis XVI jure de maintenir "la Constitution décidée par l'Assemblée nationale". Les 400 000 Parisiens présents ce jour-là acclament leur souverain : la monarchie n'est donc pas remise en cause. L'aspiration à l'union nationale triomphe et la cérémonie se transforme en grande fête populaire. Mais la réconciliation nationale sera de courte durée. Deux ans plus tard, le roi est arrêté et condamné à mort.


1880 : le 14 juillet devient fête nationale







La statue de la place de la République est inaugurée le 14 juillet 1880 © Sénat
Pendant près d'un siècle, la commémoration du 14 juillet est abandonnée. Elle réapparaît en 1880, sous la IIIe République. Le régime, pour se consolider, cherche à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C'est ainsi que la Marseillaise devient hymne officiel, et le 14 juillet fête nationale. Mais la proposition qui émane du député de la Seine Benjamin Raspail n'est pas accueillie unanimement par l'Assemblée. Certains députés mettent en cause la violence du 14 juillet 1789. Et c'est finalement autour du 14 juillet 1790 que se fait le consensus.
En 1880, pour la première fête nationale, la République fait les choses en grand. Le ministre de l'Intérieur prescrit aux préfets de veiller à ce que cette journée "soit célébrée avec autant d'éclat que le comportent les ressources locales". Un défilé militaire est organisé sur l'hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du Président Jules Ferry. Il s'agit de montrer le redressement de l'armée française après la défaite contre la Prusse en 1870. Ce défilé militaire, toujours en vigueur, s'inspire aussi du défilé des gardes fédérés de 1790.
Cette année là, on inaugure également le monument surmonté de la statue de la place de la République, et partout sont donnés concerts et feux d'artifices. "La colonne de Juillet" qui surplombe la place de la Bastille, elle, ne se réfère pas au 14 juillet 1789. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaire de juillet 1830, les "Trois glorieuses".

De 1880 à nos jours


- En 1886 : un femme, cantinière du 131e régiment d'infanterie, défile pour la première fois.
- En 1915 : le défilé militaire se déplace du Champs-de-Mars aux Champs-Elysées.
- En 1919 : c'est le défilé de la victoire qui réunit, sur les Champs-Elysées, les forces des pays alliés.
- En 1936 : après le défilé militaire, un million de personne défile à l'appel des organisations syndicales.
- De 1939 à 1945 : dans le Paris occupé, la journée n'est pas célébrée. Le 14 juillet 1940, à Londres, le général de Gaulle réitère ses appels à la résistance. En juillet 1945, on célèbre la Libération partout en France.

Source L'Internaute





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 53
NON

Re: Histoire du 14 juillet

Message par ecofousec le Ven 13 Juil 2007 - 7:18

Les symboles du 14 juillet


Le drapeau
La Constitution française du 4 octobre 1958 reconnaît, dans son article 2, le drapeau tricolore comme "emblème national de la République". Il flotte sur tous les bâtiments officiels et est présent lors des cérémonies officielles civiles ou militaires.

Son histoire plonge ses racines aux prémices de la Révolution française en réunissant les couleurs du roi : le blanc, et de la ville de Paris pour le bleu et le rouge. Dès juillet 1789, La Fayette choisit en effet la cocarde tricolore comme signe distinctif des gardes nationaux. Le drapeau tricolore fut adopté par décret le 15 février 1794 (loi du 27 pluviôse de l'an II) mais sa forme à trois bandes verticales n'apparaît cependant qu'en 1812. Le drapeau actuel, lui, se réfère au modèle de 1880.
Maintes fois contesté par les nostalgiques de la monarchie attachés, comme le comte de Chambord en 1873, au drapeau blanc, il est aussi rejeté par les révolutionnaires de 1848 et de la Commune qui lui préfèrent le drapeau rouge.
Le drapeau tricolore, issu de la Révolution, s'affirme comme celui de tous les Français dans la tourmente de 14/18.
La Marseillaise
La Marseillaise, comme le drapeau tricolore, est affirmée dans l'article 2 de la constitution de 1958.
L'hymne national français est composé à Strasbourg par Rouget de l'Isle dans la nuit du 25 au 26 avril 1792. La France révolutionnaire vient d'entrer en conflit avec l'Autriche et, par ce "chant de guerre de l'armée du Rhin", galvanise le patriotisme de la nouvelle nation en marche. Le "chant de guerre" se répand en province où il reçoit un accueil enthousiaste. Les fédérés marseillais qui montent vers la capitale en juillet 1792 s'en emparent et le chantent à chacune de leurs étapes. Il prend alors le nom de "chant des Marseillais" puis de "Marseillaise".
Il est adopté comme hymne national par les décrets du 4 frimaire an II (24 novembre 1793) et du 26 messidor an III (14 juillet 1795). Interdit sous l'Empire et la Restauration et devenu l'hymne officiel de la République en 1879, ce chant resurgit néanmoins aux moments les plus tragiques (Bérézina, Commune...) pour rappeler qu'il est non seulement révolutionnaire mais aussi consensuel et fraternel.
Le défilé
Les cérémonies du 14 juillet 1790 marquent la première célébration de la prise de la Bastille. Les Fédérés, partis de la place de la Bastille, traversèrent Paris, précédés et suivis de la Garde Nationale, en direction du Champ de Mars où se déroule dans un esprit d'union républicaine, la fête de la Fédération universelle de France.
Jusqu'au Directoire, l'aspect militaire du défilé ne constitue pas l'essentiel de la commémoration. En 1797/1798 cependant, l'armée joue un rôle prédominant. Elle ne se contente pas de défiler mais offre aux parisiens une simulation de combat.
A partir du Consulat - 1799/1804 -, la célébration du 14 juillet perd son caractère populaire et voit le défilé militaire s'imposer. La date symbolique du 14 juillet se voit même supplantée par des anniversaires liés à la vie de Bonaparte, voire plus tard à la monarchie restaurée.
La IIIe République remet le 14 juillet à l'honneur.
C'est avec le décret du 6 juillet 1880 que fête nationale et fête militaire coïncideront sans être jamais plus dissociées. Du Champ de Mars, les festivités se déplacèrent à Longchamp jusqu'en 1924, dans un climat de liesse teinté de nationalisme.
Seules les cérémonies du 14 juillet 1919 donnent lieu sur les Champs-Elysées au plus imposant et enthousiaste défilé de son histoire : le défilé de la Victoire. Hormis cette exception, le premier défilé à descendre les Champs-Elysées se déroule en 1935. Celui de 1939, marqué par la présence de soldats alliées - notamment britanniques -, est à l'inverse une démonstration de force à l'heure de la montée des périls.
Après la dernière guerre, et avec l'influence toujours croissante de la télévision, les défilés militaires du 14 juillet ont été l'occasion de montrer aux Français les dernières innovations en matière d'armement.
Après un bref intermède entre Bastille et République, les défilés ont lieu sur les Champs-Elysées selon un thème proposé par le gouverneur militaire de Paris et approuvé par le président de la République. Exceptionnellement de nuit en 1982, le défilé militaire du 14 juillet a lieu habituellement dans la matinée.

Source : http://www.defense.gouv.fr/actualites/event/14juillet/2000/index_histoire.htm





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 53
NON

Re: Histoire du 14 juillet

Message par ecofousec le Ven 13 Juil 2007 - 7:24

REFRAIN



Aux armes, citoyens !

Formez vos bataillons !

Marchons, marchons !

Qu'un sang impur...

Abreuve nos sillons !





COUPLETS



I

Allons ! Enfants de la Patrie !

Le jour de gloire est arrivé !

Contre nous de la tyrannie,

L'étendard sanglant est levé ! (Bis)

Entendez-vous dans les campagnes

Mugir ces féroces soldats ?

Ils viennent jusque dans vos bras

Égorger vos fils, vos compagnes.

Aux armes, citoyens ! Etc.



II

Que veut cette horde d'esclaves,

De traîtres, de rois conjurés ?

Pour qui ces ignobles entraves,

Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)

Français ! Pour nous, ah ! Quel outrage !

Quels transports il doit exciter ;

C'est nous qu'on ose méditer

De rendre à l'antique esclavage !

Aux armes, citoyens ! Etc.



III

Quoi ! Des cohortes étrangères

Feraient la loi dans nos foyers !

Quoi ! Des phalanges mercenaires

Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)

Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !

Nos fronts sous le joug se ploieraient !

De vils despotes deviendraient

Les maîtres de nos destinées !

Aux armes, citoyens ! Etc.



IV

Tremblez, tyrans et vous, perfides,

L'opprobre de tous les partis !

Tremblez ! Vos projets parricides

Vont enfin recevoir leur prix. (Bis)

Tout est soldat pour vous combattre.

S'ils tombent, nos jeunes héros,

La terre en produit de nouveaux

Contre vous tout prêt à se battre.

Aux armes, citoyens ! Etc.



V

Français, en guerriers magnanimes

Portons ou retenons nos coups !

Épargnons ces tristes victimes,

A regret, s'armant contre nous ! (Bis)

Mais ce despote sanguinaire !

Mais ces complices de Bouillé !

Tous ces tigres qui, sans pitié,

Déchirent le sein de leur mère !

Aux armes, citoyens ! Etc.



VI

Amour sacré de la Patrie

Conduis, soutiens nos bras vengeurs !

Liberté ! Liberté chérie,

Combats avec tes défenseurs ! (Bis)

Sous nos drapeaux que la Victoire

Accoure à tes mâles accents !

Que tes ennemis expirants

Voient ton triomphe et notre gloire !

Aux armes, citoyens ! Etc.



VII

Peuple français, connais ta gloire ;

Couronné par l'Égalité,

Quel triomphe, quelle victoire,

D'avoir conquis la Liberté ! (Bis)

Le Dieu qui lance le tonnerre

Et qui commande aux éléments,

Pour exterminer les tyrans,

Se sert de ton bras sur la terre.

Aux armes, citoyens ! Etc.



VIII

Nous avons de la tyrannie

Repoussé les derniers efforts ;

De nos climats, elle est bannie ;

Chez les Français les rois sont morts. (Bis)

Vive à jamais la République !

Anathème à la royauté !

Que ce refrain, partout porté,

Brave des rois la politique.

Aux armes, citoyens ! Etc.



IX

La France que l'Europe admire

A reconquis la Liberté

Et chaque citoyen respire

Sous les lois de l'Égalité ; (Bis)

Un jour son image chérie

S'étendra sur tout l'univers.

Peuples, vous briserez vos fers

Et vous aurez une Patrie !

Aux armes, citoyens ! Etc.



X

Foulant aux pieds les droits de l'Homme,

Les soldatesques légions

Des premiers habitants de Rome

Asservirent les nations. (Bis)

Un projet plus grand et plus sage

Nous engage dans les combats

Et le Français n'arme son bras

Que pour détruire l'esclavage.

Aux armes, citoyens ! Etc.



XI

Oui ! Déjà d'insolents despotes

Et la bande des émigrés

Faisant la guerre aux Sans-Culottes

Par nos armes sont altérés ; (Bis)

Vainement leur espoir se fonde

Sur le fanatisme irrité,

Le signe de la Liberté

Fera bientôt le tour du monde.

Aux armes, citoyens ! Etc.



XII

O vous ! Que la gloire environne,

Citoyens, illustres guerriers,

Craignez, dans les champs de Bellone,

Craignez de flétrir vos lauriers ! (Bis)

Aux noirs soupçons inaccessibles

Envers vos chefs, vos généraux,

Ne quittez jamais vos drapeaux,

Et vous resterez invincibles.

Aux armes, citoyens ! Etc.





COUPLET DES ENFANTS



Nous entrerons dans la carrière,

Quand nos aînés n'y seront plus ;

Nous y trouverons leur poussière

Et la trace de leurs vertus. (Bis)

Bien moins jaloux de leur survivre

Que de partager leur cercueil

Nous aurons le sublime orgueil

De les venger ou de les suivre.

Aux armes, citoyens ! Etc.



Enfants, que l'Honneur, la Patrie

Fassent l'objet de tous nos vœux !

Ayons toujours l'âme nourrie

Des feux qu'ils inspirent tous deux. (Bis)

Soyons unis ! Tout est possible ;

Nos vils ennemis tomberont,

Alors les Français cesseront

De chanter ce refrain terrible :

Aux armes, citoyens ! Etc.



Source http://hymne-national.ifrance.com/





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
Maurel
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 74
NON

Re: Histoire du 14 juillet

Message par Maurel le Ven 13 Juil 2007 - 9:59

Un rappel bien ficelé, merci, bon 14 juillet.

Honneur a ceux qui se sont battus pour nos libertés, ont l'oubli souvent, les jeunes générations l'ignorent parfois a en croire les réponses de certains jeux télévisés.



avatar
guilloux
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 83
Électricien NON

Re: Histoire du 14 juillet

Message par guilloux le Ven 13 Juil 2007 - 20:44

Ecofousec , histoire de faire remonter le sujet je me permet d'insérer cette information qui est de circontance.
.

.

Demain toute la journée ce jeune garçon le plus jeune porte drapeau de France et son grand père "jmviardot" membre de notre forum et Président des Anciens Marins de Nîmes seront à l'honneur.






avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 53
NON

Re: Histoire du 14 juillet

Message par ecofousec le Ven 13 Juil 2007 - 22:57

:D Vive la releve !!!
:twisted: Encore un futur CAV....





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Détecteur NON

Re: Histoire du 14 juillet

Message par jean-claude BAUD le Ven 13 Juil 2007 - 23:51

Merci Ecofousec pour ce rappel historique :cheers:




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]

    La date/heure actuelle est Dim 21 Jan 2018 - 13:20