Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre à Grenoble les 8, 9 et 10 juin 2019 Projet de programme Pour les inscriptions

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 726463 messages dans 14115 sujets

Nous avons 14482 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est dreo

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» Patrie (Cuirassé)
par Pujol Aujourd'hui à 18:48

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 9
par Serge BAVOUX Aujourd'hui à 18:04

» [HISTOIRES ET HISTOIRE] [SUJET UNIQUE] LE CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE
par Bureaumachine busset Aujourd'hui à 17:51

» [ Paul Arnoud ] Matricule 3614 T 38 - Engagé Volontaire
par Bureaumachine busset Aujourd'hui à 17:44

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Jean-Léon Aujourd'hui à 17:42

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par marsouin Aujourd'hui à 16:12

» [Associations anciens marins] FNOM
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 15:20

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par Pele70 Aujourd'hui à 13:43

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par Jean-Léon Aujourd'hui à 12:13

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Michel Roux Aujourd'hui à 10:16

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Les insignes redessinés
par larcher Aujourd'hui à 10:02

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] LE TATOUAGE ET LE MARIN
par dan83143 Hier à 21:03

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC du Pays de Montbéliard
par Jean-Marie41 Hier à 20:04

» FORBIN (EE)
par JJMM Hier à 16:55

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Hier à 16:38

» ESCADRILLE 52S
par guedon Hier à 16:09

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Michel Roux Hier à 9:00

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par JACQUES SOUVAY ou BILL Hier à 8:12

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par COLLEMANT Dominique Ven 16 Nov - 22:08

» [Escale] SINGAPOUR
par Serge BAVOUX Ven 16 Nov - 18:32

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 16 Nov - 12:52

» HAUBERT - P796
par COLLEMANT Dominique Jeu 15 Nov - 21:32

» JAUREGUIBERRY (EE)
par DUFFOND Serge Jeu 15 Nov - 21:28

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 3]
par framery Jeu 15 Nov - 14:45

» [ Aéronavale divers ] Hélicoptères interarmées légers (HIL) H-160
par Didier Moreaux Mer 14 Nov - 13:03

» MINERVE (SM)
par Michel Roux Mer 14 Nov - 8:59

» [ Aéronavale divers ] Hélicoptère DAUPHIN
par pinçon michel Mer 14 Nov - 7:19

» [HISTOIRE ET HISTOIRES] LES CIMETIÈRES MILITAIRES FRANCAIS
par PAUGAM herve Mar 13 Nov - 21:20

» [ Blog visiteurs ] recherche infos sur Daniel Jaeger (ancien de la Marine Nationale)
par Invité Mar 13 Nov - 18:32

» DIXMUDE (BPC)
par Michel Roux Mar 13 Nov - 17:58

» [ Histoire et histoires ] Cérémonie du 11 novembre (Sujet unique)
par TUR2 Mar 13 Nov - 17:43

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Bureaumachine busset Mar 13 Nov - 12:07

» FLAMBERGE (P.C)
par Chepmail Mar 13 Nov - 10:40

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Jean-M Lun 12 Nov - 23:01

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par PAUGAM herve Lun 12 Nov - 19:49

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 12 Nov - 17:23

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par Jean-Marie41 Lun 12 Nov - 16:55

» [ DIVERS - ÉCOLE DE MAISTRANCE] École de Maistrance à Saint-Mandrier
par Jean-Marie41 Lun 12 Nov - 16:39

» ÉCOLE D'INFIRMIERS
par Michel Roux Lun 12 Nov - 16:21

» LES CONTRE-TORPILLEURS
par LOISELEUR Ch Lun 12 Nov - 13:38

» DORIS (SM)
par centime44 Dim 11 Nov - 20:28

» [ Divers E.A.M.F. ] Promotion Guepratte septembre 1973
par Francky Dim 11 Nov - 19:30

» [ Associations anciens Marins ] A.G.A.S.M. Le Havre section "ESPADON"
par centime44 Dim 11 Nov - 17:38

» PATRIE - 1903 (BATIMENT DE LIGNE)
par larcher Dim 11 Nov - 14:46

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par chapydan Dim 11 Nov - 13:31

» SUFFREN - 1903 (BATIMENT DE LIGNE)
par marsouin Dim 11 Nov - 13:20

» [Ports] LE VIEUX BREST
par Micky Mousse Sam 10 Nov - 19:39

» [ Histoire et histoires ] Mon oncle Georges Le Brazic - Carrière Marine, du Maquis à l’Indochine de 44 à 48
par boboss Sam 10 Nov - 18:03

» TONNERRE (BPC)
par Jean-Eugène DARENGOSSE Sam 10 Nov - 16:45

» [ Blog visiteurs ] perso pour le créateur de ce blog message strictement privé
par Invité Sam 10 Nov - 15:22

» [Histoire et histoires] "Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855"
par Roger Tanguy Sam 10 Nov - 13:30

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG - VOLUME 001
par Louis BOUZELOC Sam 10 Nov - 8:49

» Fusiliers Marins et Fusilieres
par cyriaque Sam 10 Nov - 6:37

» [ Blog visiteurs ] Recherche renseignements concernant les Militaires Français ayant participé à la bataille de Bomarsund (iles d'Aland,) en 1854 (Guerre de Crimée).
par Roger Tanguy Sam 10 Nov - 0:56

» LE NORMAND (ER)
par Charly Ven 9 Nov - 17:17

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par Laurent Ven 9 Nov - 10:13

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Laurent Ven 9 Nov - 10:06

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par JACQUES SOUVAY ou BILL Jeu 8 Nov - 17:00

» LE BOURGUIGNON (ER)
par pinçon michel Jeu 8 Nov - 17:00

» [Campagnes C.E.P.] L'ADIEU A PAPEETE
par TECTAM Jeu 8 Nov - 14:29

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par lefrancois Jeu 8 Nov - 13:56

» [Vidéo] EAMF Saint-Mandrier
par DESTENABES Jeu 8 Nov - 9:01

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par pluton69 Mer 7 Nov - 16:05

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM BREST
par framery Mer 7 Nov - 13:03

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par COLLEMANT Dominique Mar 6 Nov - 21:58

» [DIVERS - DRAGUEURS ET CHASSEURS DE MINES] DRAGUEURS DE MINES EX ALLEMANDS
par Charly Mar 6 Nov - 20:47

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par J-L-14 Mar 6 Nov - 19:51

» [ Blog visiteurs ] Projet de diorama d'une escadre autour du R98 et du D627
par Invité Mar 6 Nov - 15:43

» NIVOSE (FS)
par Joël Chandelier Mar 6 Nov - 14:33

» [Divers navires amphibie] EDA - R ( Engin de débarquement amphibie rapide )
par Nenesse Mar 6 Nov - 10:44

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par passe plat Mar 6 Nov - 8:36

» [ Recherches de camarades ] Anciens Arpettes de septembre 1973 Cie 4 Atribord
par DESTENABES Mar 6 Nov - 8:34

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Sealex83 Mar 6 Nov - 7:30

» [Fusiliers Marins] AMIRAL RONARC'H
par Jean-Marie41 Lun 5 Nov - 17:52

» CHEVALIER PAUL (EE)
par CLERC Daniel Lun 5 Nov - 15:37

» JUSTICE - 1904 (BATIMENT DE LIGNE)
par larcher Lun 5 Nov - 14:41

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DE LA MÉTÉOROLOGIE
par KERMITT Lun 5 Nov - 14:28

» [ Blog visiteurs ] Recherche amis de mon père (matricule 1619 T 51)
par Momo Lun 5 Nov - 12:46

» [Campagne] ANTILLES
par PAUGAM herve Lun 5 Nov - 7:04

» VAUQUELIN (EE)
par GIROUX Dim 4 Nov - 16:53

» [ Loisirs autres que sports ] AGASM Amicale Perle - Exposition de maquettes de sous-marins à Lanouaille (24)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Dim 4 Nov - 15:47

» [ HISTOIRE ET HISTOIRES ] LA TRANSMISSION DE LA MÉMOIRE À TRAVERS LA DÉCOUVERTE DE LIEUX ANCRÉS DANS L'HISTOIRE
par COLLEMANT Dominique Dim 4 Nov - 14:31

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] SPÉCIALITÉ : CLAIRON.
par cyriaque Dim 4 Nov - 8:03

» UTILISATION DU FORUM : "RECHERCHES DE CAMARADES"
par Charly Sam 3 Nov - 17:30

» [ Recherches de camarade ] Recherche camarade Taitinger Radio
par Charly Sam 3 Nov - 17:30

» La spécialité de Météorologiste
par Joël Chandelier Sam 3 Nov - 14:02

» [ Blog visiteurs ] Mon père Gérard Descamps (Elarm)
par Charly Ven 2 Nov - 19:10

» Escadrille de Réception et de convoyage de l’Aéronautique navale (ERC)
par MOUGIN Jeu 1 Nov - 19:38

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades 14F
par COLIN JACQUES Jeu 1 Nov - 11:43

» SNSM BEG MEIL
par Michel Roux Jeu 1 Nov - 9:17

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par PARMENT Thierry Mar 30 Oct - 23:33

» [ Blog visiteurs ] LSIL 9030 LE 5 JANVIER 1954
par Invité Mar 30 Oct - 18:10

» LES FREGATES FRANCAISES DE TYPE RIVER
par Roli64 Mar 30 Oct - 17:35

» Recherche des anciens de l'Escorteur Malgache - Arzew et Lorient (61-63).
par BOBOSSE Mar 30 Oct - 16:48

» ARGONAUTE
par centime44 Mar 30 Oct - 15:20

» GARONNE (BSL)
par LA TOULINE Mar 30 Oct - 15:14

» [ Batiments de ligne ] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par Michel Roux Mar 30 Oct - 10:11

» ÉCOLE DES DÉTECTEURS - PORQUEROLLES
par cmbil22 Mar 30 Oct - 7:35

» Vieilles paperasses humoristiques
par PAUGAM herve Lun 29 Oct - 20:46

DERNIERS SUJETS



[ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Partagez
avatar
lefrancois
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 71
Fourrier NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par lefrancois le Mer 12 Oct - 12:44

Skagerrac, dans les mascottes que tu as précédemment cité, il en est une qui s'est rappelée à mon souvenir.
A vrai dire, était-ce vraiment une mascotte ?
Physiquement, c'était le vrai bâtard "mâtiné cochon d'Inde", doté d'un poil hirsute et coloré d'une palette de couleurs virant du blanc, jaune, grisâtre... bref à vrai dire pas franchement un "canon canin".
En un mot c'était Pilou dont la fonction principale était le gardiennage et le nettoyage du parc à poubelle de la cuisine, cambuse à Nouméa, pointe Chaleix dans les années 66/68.
Il lui arrivait de se faire signer un billet de mise en subsistance sur un des bâtiments de la Mission Hydro en
N.C à savoir à l'époque la Boussole ou le Corail.
Amitiés.
Jack



Lors d'une période de déficit, le commis déclara en cuisine :
Vu la longueur des frites, pas de beefsteak ce midi !

Un Fourrier (anonyme), auteur du bilan comptable
.
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Jeu 13 Oct - 23:29

Je vous remercie vivement de l'intérêt que vous portez tous à ce forum.
Je suis ravi de savoir que certains d'entre vous retrouvent, à travers ces lignes, les chiens qu'ils ont côtoyés sur leurs bords respectifs.
Voyez en cela un encouragement.
La marine a besoin d'historiens... si je suis au fond de la classe, je poursuis néanmoins ma tâche.
Merci et mes maritimes salutations.
J'ai ouvert récemment un poste sur le monde fabuleux des voiles, soyez les bienvenus.
Skagerrac
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Jeu 13 Oct - 23:34

Jacky,
Merci de ton post.

Voici les PILOU dont j'ai retrouvé les traces.
Votre Pilou y est-il ?
Suis-je assez dans la vérité historique ?
Il faut dire que vos infos me sont précieuses pour écrire les histoires de vos mascottes.
Voici donc nos Pilou.

PILOU.
Mascotte embarquée sur l’Escorteur Côtier P641 Le Fougueux, dans les années soixante dix.

PILOU.
Mascotte affectée à l'Atelier Sécurité-Embarcations de Chaleix à Nouméa en 66.
La mascotte cohabitait sur base avec trois congénères qui étaient Lady, Rex et Rusty.

PILOU, perdu et retrouvé.
Dans les années soixante, Pilou était la mascotte de l’Aviso Escorteur F726 Commandant Bory.
Peu après son embarquement, force fut de constater que la chienne aimait souvent prendre la poudre d’escampette.
Trop souvent en effet au goût de ceux qui en avaient la charge.
Prompte à mille facéties et fugueuse invétérée, c’est au cours d’un nouveau périple que l’équipage perdit toute trace de la chienne au cours d’une mythique escale à Rio De Janeiro.
Tout fut mis en œuvre pour la retrouver car tous à bord étaient évidemment très attachés à leur petite mascotte.
A son retour sur l’aviso, elle fut d’autorité mise sous surveillance et ne quitter plus le bord autrement qu’en compagnie de quelques marins volontaires.
Cette attention soutenue de l’équipage à son endroit valut à Pilou sa longévité sur le Commandant Bory.
La maître principale Jeannette succédera plus tard au très regretté Pilou.

Skagerrac
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Ven 14 Oct - 16:01

MOLLOCH
C’est à Djibouti qu’un jour, un chevreau fut embarqué sur la frégate Tourville par les hommes du détachement de la flottille 34 F, groupement aérien basé à Lanvéoc-Poulmic.

Lors, avec le chien du bord, la frégate comptait une seconde mascotte.
Au retour du navire en Bretagne, Molloch, car c’est ainsi qu’il avait été baptisé, fut débarqué et hébergé dans un enclos construit à son intention non loin du hangar aviation.

Spoiler:
Nourri au biberon par le maître de quart, l’animal finit par avoir une taille respectable, s’attaquant volontiers à tout carton et matière plastique qui avait la mauvaise idée de croiser son chemin.
Allez savoir pourquoi, il snoba étonnamment la jeune et jolie chèvre qu’on lui présentât pour en faire sa compagne.
Étonnamment car la réputation de chaud lapin des boucs autant que le sont, dit-on, les relents olfactifs qui s’en dégagent sont légendaires.
Reste que notre bouc s’acclimata parfaitement bien au climat breton et s’en alla à un âge plus que respectable.
A noter qu’à cette époque, Taï était la mascotte officielle de la frégate Tourville.
Ce chien fut donc, pour un temps, le compagnon du bouc de la frégate qui, une fois n’est pas coutume, accueillait à son bord deux mascottes de style bien différent.


LULU
Autre mascotte, autre primate à bord d’un navire de guerre.
Alors qu’en 73, le bâtiment faisait escale au Pays du Soleil Levant, c’est bien malgré lui qu’un minuscule macaque fût embarqué sur l'Aviso Escorteur F727 Amiral Charner.

Rex était alors la mascotte officielle du navire.
Chien d'exception, il détenait un record très envié.
Doué de parole, il aurait en effet pu se vanter d’être le plus âgé des membres d'équipage.
Et c’était vrai !
C’est alors qu’apparu Lulu.
Heureusement pour le singe, la mascotte du bord n’était pas du genre jaloux.
Très entouré en effet, l’émigrant nippon faisait l’admiration de tous. Il fut donc décidé de le garder et d’en faire la seconde mascotte du bord.
Affecté au poste deux du service artillerie, il fallut peu de temps au primate pour y prendre ses habitudes.
Puisqu’il semblait se plaire sur le Charner, les armuriers se mirent en quête de lui trouver un nom.
Quoique la chose ne fût pas très difficile, elle fut sujette à controverse.
Il se trouvait en effet à bord quelques marins farceurs et taquins qui, pour se moquer de la forte pilosité de l’adjudant, ne trouvèrent pas mieux que de baptiser le singe Lulu.
Joueur quoique très effronté et frondeur, l’apprivoisement ne se fit pas sans quelques difficultés.
Patient et attentif, l’équipage s’attacha peu à peu au macaque qui finit par se calmer.
Pour avoir compris qu’il ne risquait rien, il commença à s’associer à la vie du bord.
C’est ainsi qu’il répondait présent à l’appel, faisait le quart à la coupée et participait aux postes de propreté.
A l’occasion, il se risquait même à quelques petits travaux de peinture.
Évidemment le gris dominait à bord, mais il lui préférait le rouge.
Apercevant les contenants, il y trempait ses pattes et courait tous azimuts sur le pont autour de la tourelle.
Une course poursuite s’engageait alors pour le punir, mais les matelots capitulaient et s’avouaient vaincus face à la maestria de Lulu pour leur échapper.
La peinture effacée, le singe revenait et était vite pardonné.
Il ne manquait jamais l’heure des repas au cours desquels on consentait à lui donner quelques reliefs du menu qui avait été servi.
Comme toute mascotte qui se respecte, Lulu appréciait nécessairement l’ordinaire du bord.
Chaque matin après l’appel, la relève de huit heures lui apportait sa pitance.
Il se régalait alors principalement de bananes et d’oranges.
Mais à toute nourriture dont on le gratifiait, il préférait les gâteaux apéritifs, les fruits secs et les cacahuètes.
Gavé, il faisait alors quelques réserves dont il se remplissait à foison les bajoues.
Défiguré, ce n’était plus d’un singe qu’il s’agissait mais d’un hamster.
Il désertait parfois le poste des armuriers pour visiter, l’un après l’autre, ceux des autres spécialités.
Visites au demeurant très amicales, excepté le fait que Lulu n’était pas toujours le bienvenu.
Il s’y rendait en effet à n’importe quelle heure.
Le jour cela ne dérangeait pas grand monde seulement voilà, il s’y aventurait aussi la nuit et là, c’était une autre paire de manches.
Combien de matelots furent ainsi réveillés par l'embarrassant petit macaque ?
Il investissait leurs bannettes et se glissait sans crier gare sous les draps pour n’en plus bouger.
Drôle de branle-bas !
On imagine l’agacement du matelot qui avait prit soin de se coucher tôt alors qu’il devait prendre son quart au zérac.
Si Lulu était farceur, il était également colérique.
Il ne supportait pas de se faire, certes gentiment, mais fermement rabrouer.
Finalement, que lui importait les réprimandes puisqu’il était toujours pardonné et ça, ce bougre de singe le savait parfaitement.
Au service à la mer, il avait pour habitude de se tenir assis sur l'alidade de la couronne de veille ; stabilisée s’entend.
Il avait une autre détestable manie.
Comme dans chaque poste trônait généralement un lecteur de cassette, il était toujours intrigué par la musique qui en sortait et à laquelle il ne comprenait évidemment rien.
Le poste déserté par les matelots, son grand plaisir était d'ouvrir le compartiment du lecteur, d’en extraire la cassette et d’en dérouler méthodiquement la bande magnétique.
On imagine sans peine la ire du propriétaire lorsqu’il revenait à son poste.
Sportif accompli, un matelot lui apprît à nager.
S’il ne détestait pas être douché, il n’était pas non plus contre quelques bonnes petites séances de massages.
Habituellement propre, il arrivait cependant qu’il s’oublie.
Nouvelle corvée pour son mentor que de devoir lui nettoyer les fesses sous le robinet.
S’il détestait se faire ainsi tripoter l’arrière train, Lulu aimait a contrario les séances de déguisement.
On lui enfilait en effet quelques vêtements de poupées, costumes dont on se demandait qui avait bien pu les introduire à bord de l’Aviso.
Ce Lulu, un rien l’habille !
Profitant des escales, le jeune macaque affectionnait partir en bordée pour aller se dessaler en compagnie des matelots armuriers.
Pour être un compagnon agité et prompt à se commettre en mille facéties voire s’oublier n’importe où, l’équipage du Charner était néanmoins profondément attaché à lui. Rex, Pollux et Sammy furent les officielles mascottes de l’Amiral Charner.
Pollux embarqua en 65, Rex en 69 et Sammy en 74.

Skagerrac
avatar
larcher
QM 1
QM 1

Age : 71
Transfiliste équipage NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par larcher le Lun 17 Oct - 16:44

Curieux, j'ai cherché et trouvé dans le dictionnaire, que le mot 'mascotte' n'existait que depuis 1867, apparu pour la première fois dans un roman d' Emile Zola.
Peut-être qu'il y en avait, peut-être pas sous ce terme, dans la marine à voile (voir le post 707), mais j'ai trouvé, dans une publication destinée à la jeunesse comme on disait en 1955 (année de la revue où il parut), cet article concernant la destinée d'un chien qui fût embarqué sur un trois-mâts, à une époque hélas pas indiquée.
Émouvant n'est-il pas ?



Rien trouvé sur la toile sur ce voilier, militaire ou pas.




Pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même.
avatar
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 75
Mécanicien équipage NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par PAUGAM herve le Lun 17 Oct - 17:28

Belle histoire, Christian, et qui va plaire à Skagerrac





Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)
avatar
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 64
NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par marsouin le Lun 17 Oct - 17:47

Doublé le cap Horn (?) avant la Réunion... Zola n'était pas très fort en géographie...
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Mar 18 Oct - 9:20

Merci Christian pour cette belle histoire.
Décidément, voilà de quoi faire rebondir nos recherches.
Encore un chien, Blanchet, qui nous émeut beaucoup.
Skag
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Jeu 20 Oct - 22:42

JULIEN

Bord, Bâtiment de Soutien Logistique A617 Garonne.

Première époque : l'arrivée à bord.

Le navire est en partance pour une nouvelle campagne.
Après une longue traversée sans histoire, la Garonne touche les côtes d’Amérique du Sud.
Appel général de l’équipage au poste de manœuvre pour se préparer à accoster à Dégrade des Cannes, en Guyane.

Spoiler:
Lentement, le navire s’approche d’un appontement de fortune que, par commodité, nous appellerons tout de même quai.
Vide, triste et désolé, la place se répand en d’arides et poussiéreuses terres rouges. Vide ?
Pas tout à fait !
Une drôle de petite chose s’y agite, fait les cent pas et considère la manœuvre du bâtiment avec un intérêt sans cesse grandissant.
Cette petite chose n'est autre qu'un chien.
Un chien du genre bâtard pure race au pelage couleur caramel.
Mais qu’importe la race !
Les bâtards ne sont-ils pas reconnus pour être les meilleurs et les plus solides compagnons ?
De plus en plus fébrile, l’animal arpente le quai et assiste à la manœuvre d’accostage en agitant nerveusement la queue.
Les amarres sont frappées, les aussières raidies, les gardes doublées et le bâtiment s’immobilise enfin.
Lentement, la coupée est mise à poste.
Avant même que tout mouvement commence, quelle n’est pas la surprise des hommes d’équipage de voir le chien franchir la coupée et monter à bord.
Il s'engouffre dans la première porte qu’il rencontre et, sans aucune hésitation, se dirige vers le carré des officiers mariniers.
Là, il monte sur l’une des banquettes et s'y installe confortablement pour s’y tenir totalement immobile.
Visiblement, ce chien connaît le navire.
Mais comment est ce possible puisque que personne ne l’a jamais vu à bord ?
D’où vient qu’il sache si bien en arpenter les coursives, particulièrement celle qui mène au carré ?
Lové et endormi comme un bienheureux sur sa moleskine, ces considérations importent peu au chien. Lui, il dort !
Puis, vient la bonne question.
N'est-il pas de ces chiens embarqués qui, après une trop longue escale, manquent parfois l’appareillage de leurs navires et restent à terre ?
Qu’allait-on en faire ?
Les données de l’énigme posées, l’enquête fut confiée au Capitaine d’Armes.

Deuxième époque : l'incorporation.
Plusieurs jours d'observation confirmèrent que le chien avait déjà été embarqué.
Plus les jours passaient, plus il devenait évident que c'était sur la Garonne.
Mais quand ?
Après de très animées discussions, il fut finalement décidé de maintenir l’animal à bord du bâtiment.
Fidèle à l’ordonnance de Colbert, on procéda donc à la reconnaissance officielle du chien.
Comme tout nouvel embarqué, le chien dû évidemment faire ses mouvements.
Toute enquête cessante, il fut convoqué devant le très redouté Capitaine d’Armes qui se chargea en personne de son incorporation.
Envoyé à Cayenne chez le vétérinaire, il passa une visite médicale approfondie qui lui valut d’être déclaré apte.
Puis, au bureau administratif, un livret militaire lui fut attribué.
Enfin, puisqu’il fallait bien donner un nom à la nouvelle mascotte, un membre de l’état major décida de l’appeler Julien.
Ce patronyme n'était autre que celui de l’officier d’artillerie du bord.
Considérant les nombreux témoignages qui attestaient que l’animal connaissait bien les infrastructures du navire, attendu ses connaissances en matière de déplacement à bord, le Capitaine d’Armes inscrivît définitivement le chien au rôle de l’équipage.
On éleva ensuite la nouvelle mascotte au grade de quartier-maître de seconde classe, cernant son cou d’un collier dont la bordure fut enrichie d’une plaque sur laquelle on pouvait lire : QM2 Julien / BSL Garonne.
Le collier était également orné de la traditionnelle manchette attestant son grade.
Bienvenue à Bord, QM² Julien !

Troisième époque : au service à la mer.
Lors, pour avoir immédiatement pris ses marques à bord de la Garonne, l'implication de Julien et sa perception des usages militaires allaient en étonner plus d’un.
Après trois semaines d'escale en terre guyanaise, le bâtiment appareilla pour faire route vers Fort de France.
C'est principalement au service à la mer que Julien allait montrer l'étendue de ses connaissances.
A la diffusion générale, l’équipage sur la plage arrière, le chien allait sans hésitation vers la poupe et se tenait assis au pied de l'officier de garde.
De même qu'à l’annonce rompre du poste de manœuvre, l’équipage au poste de combat de vérification, la mascotte quittait son poste d’observation ou sa banquette du mess des sous-offs et descendait au PC machine sans y être autrement conduit que par sa parfaite connaissance des infrastructures du navire.
Enfin, lorsque la passerelle diffusait, rompre du poste de combat, le chien quittait son poste à la machine et retournait se vautrer sur sa très confortable moleskine !
Ah, la délicieuse vie de marin !
Chaque dégagé du poste de travail, de manœuvre ou de combat, c’est toujours là, au carré des officiers mariniers, que le chien se rendait.
Se tenant coi, il y passait la plupart de son temps.
Choyé, il était l’objet de toutes les attentions.
De plus, comme toujours dans la marine nationale, la table y était excellente.
Négliger l’heure des repas eût été pour Julien une faute impardonnable.
Gare d’ailleurs à qui voulait le déloger de ce poste privilégié !
Pour ce qui était des amours de ce chien, elles étaient nombreuses et variées.
Sacré tombeur que ce toutou là !
Chaque fois que le navire abordait le quai, il était parmi les premiers à descendre à terre.
Fi de la concurrence !
Dès qu'une femelle passait dans l’azimut d'une truffe, c’était pour qui ?
Pour Julien !

Quatrième époque : la menace.
La campagne s'achevant, la Garonne fit route vers la mer d'Iroise pour rallier Brest, son port d'attache finistérien.
La Penfeld n'étant pas aussi exotique que les rives de l'Oyapock ni aussi bleues que le turquoise de la Caraïbe, Julien semblait s'ennuyer à bord.
Pour pallier ce désœuvrement, il faisait souvent le bord et disparaissait sans crier gare.
Lorsqu'il ne rentrait pas à bord, il était trouvé errant dans les rues de Brest ou de l’arsenal, ses frasques contraignant souvent la gendarmerie maritime à mettre la Garonne en demeure de mieux s’occuper de sa mascotte.
Le message avait le mérite d'être clair :
Où vous prenez les mesures nécessaires pour qu’il ne pose aucun problème, ou le brave toutou sera capturé et mis en fourrière ! (Sic).
Les absences prolongées de Julien n'inquiétaient pourtant personne.
Chaque sortie qu'il faisait dans la rue de Siam et aux abords de la Penfeld, tous savaient parfaitement où il se rendait.
Habitué des lieux, il accompagnait souvent les marins en bordée dans les bars réputés du coin.
Lorsqu'il s'y rendait seul et s’y attardait un peu trop, les patrons de bistrots appelaient la gendarmerie maritime qui prévenait la garde de faction sur la Garonne.
Une estafette était immédiatement dépêchée pour aller récupérer la brave petite mascotte.
Inlassablement, c’est exactement ce qui se passait.
Oui mais voilà, l'ultimatum menaçant de la gendarmerie maritime demeurait.
Résonnaient comme en écho les perspectives de la sentence.
Où le bord prenait ses dispositions, où Julien serait, manu militari, conduit à la fourrière.
La solution s'imposa d'elle-même.
Vieillissant et parvenu en fin de carrière, Julien fut débarqué et partit couler des jours heureux chez un officier marinier qui eût la bonne idée de prendre sa retraite en même temps que lui.

Skagerrac
Copyright Octobre 2016
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Lun 24 Oct - 8:53

MILOU
L'un n'allant pas sans l'autre et à tout seigneur tout honneur, impossible de passer sous silence la célèbre mascotte tirée de l’imagination du dessinateur Hergé.
Inséparable de son maître, le reporter Tintin, la mascotte embarqua pour de nombreuses et mythiques expéditions sur les navires du capitaine Archibald De Haddock que furent la Toison d’Or, la Licorne, le Nautilus et le Sirius.

MILOU
Mascotte de la Gabare A729 Tarentule où elle embarqua en septembre 1963.
Originaire du Pouldu en Mor-Bihan, ce chien exceptionnel au pelage blanc immaculé était incroyablement attachant.
A bord, membre d’équipage à part entière, il participait à toutes les opérations et était de toutes les missions.
Naviguant sur la gabare, il traversa les océans et fit campagne dans le pacifique où il participa aux expérimentations nucléaires sur le site de Moruroa en 1969-1970.

MILOU, fait l'inspection !
Mascotte embarquée à bord de l'Escorteur Rapide F763 Le Boulonnais.
Ce chien de taille plutôt modeste au pelage noir et blanc avait du caractère, c’est le moins que l’on puisse dire.
Il avait élu domicile au poste des mécaniciens et défendait vaille que vaille le territoire des bouchons gras.
Gare à qui le dérangeait pendant son sommeil après une journée bien remplie.
C'est qu'il travaillait dur, le bougre !
Cette mascotte se pensait investie d'une mission sacrée.
Chaque jour en effet, elle se rendait aux permissionnaires et passait lentement devant les hommes d’équipage, impeccablement alignés sur le pont.
Cheminant tout en utilisant sa vision périphérique, Milou avait l’œil en radar et observait également la coupée.
Pour vouloir toujours être le premier à descendre à terre, à peine l'inspection terminée, il se précipitait vers elle.
Le manège du chien était connu, on laissait faire.
Milou eût l’honneur de voir son portrait paraître dans un quotidien local.
Alors que le Boulonnais faisait escale à Helsinki, quelques chroniqueurs locaux montèrent à bord.
Quelques jours plus tard, l’équipage put admirer la mascotte du bord dans un article que lui avait consacré la presse finlandaise.
Avant Milou, Kiki fut mascotte embarquée sur le même Escorteur.

Skagerrac
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Mer 26 Oct - 1:35

SUZIE

En préambule, et avant que d’aller à la rencontre de Suzie, il serait faux de croire que les animaux de compagnie, particulièrement les chiens, font partout l’unanimité, considérés comme des amis proches de l’homme.
Qui a beaucoup voyagé sait parfaitement que trop nombreux sont encore les pays dont les populations considèrent peu les animaux.

Spoiler:
D’aucuns parmi ces pays ne les appréciant pas autrement que dans leur assiette.
Autant le dire sans ambages, ce ne sera pas le cas de Suzie.
Originaire de Mayotte, cette petite chienne genre griffon à la robe caramel sera pourtant sauvée de justesse. Il faut dire qu’en matière de brutalité à l’endroit des chiens, les autochtones se distinguent particulièrement.
Si d’aventures il arrive à un local d’en toucher un, il doit se laver les mains sept fois.
La commune proche de Dzaoudzi s’appelle Labattoir ; ce n’est peut-être pas un hasard.
Rien, évidemment, ne justifie que l’on poursuive les chiens d’une haine arbitraire et barbare.
Sur l’île, ceux qui les pourchassent et font preuve à leur endroit d’une cruauté gratuite sont légion.
Des marins du Doudart de Lagrée allaient en faire la triste expérience.
L’aviso escorteur en effet, faisait souvent escale à Dzaoudzi.
C’est lors d’une sortie à terre que trois quartiers maîtres allaient assister à l’une de ces horribles scènes auxquelles ils n’étaient pas préparés.
Ils aperçurent un pauvre chien qui avait maille à partir avec quelques locaux.
Révoltés par la violence excessive à laquelle ils se livraient sur l’animal, ils décidèrent d’intervenir.
Manu militari, ils s’emparèrent de l’animal et décidèrent de le ramener à bord.
Reste qu’il leur fallait une autorisation pour pouvoir le faire.
Fort heureusement, le pacha du Doudart accepta.
Dès le lendemain, ses bienfaiteurs décidèrent de faire de leur petite chienne la mascotte du bord.
Ils la baptisèrent Suzie.
Pour ce qui fut d’expliquer les conditions qui lui avaient valu de se retrouver sur le navire, on s’appuya sur radio poulaines.
L’affection de l’équipage à l’égard de leur nouvelle compagne fut immédiate.
De son côté, Suzie se prit d’affection pour l’un des marins, pas peu fier, quoique surpris, d’avoir été choisi par la nouvelle mascotte.
Dès lors, elle lui colla aux basques, le suivit partout, de poste en poste, de coursive en coursive.
Elle prit vite ses marques à bord du Doudart, s’installant pour la nuit au poste des seconds, balisée sous la bannette de son nouveau maître.
Tant que le bateau était à quai, elle n’avait aucun problème pour se déplacer.
A la mer par contre, elle appréciait peu de devoir emprunter la descente qui menait à son poste, particulièrement lorsque la gîte était du navire était trop forte.
Pauvre Suzie qui a avalé, une sacrée paire de fois, tous les échelons qui habituellement se prennent les uns après les autres.
Forte de la leçon des gamelles qu’elle collectionnait, elle choisit d’éviter les descentes en optant pour le poste de la plage avant.
Il est vrai que le roulis y était bien moins prononcé que sur le reste du navire.
Au poste de travail, elle passait son temps au poste quatre du bureau matériel de la machine.
Elle se préoccupait finalement peu du matelot qui l’avait adopté et vivait à bord sa vie de mascotte comme elle l’entendait.
Lui la laissait faire.
C’était donc l’entente cordiale.
L’attachement de la chienne pour les hommes d’équipage était manifeste car enfin, elle leur devait une fière chandelle !
Pour qui la côtoyait, cette affection résultait certainement d’un acte volontaire.
Les escales se succédant, l’aviso refit encore escale à Mayotte.
Là, elle passait des heures à pourchasser les oiseaux marins qui se trouvaient sur son chemin.
Si parfois il lui arrivait de pouvoir s’en saisir, elle ne le fit jamais.
Ce passe temps amusait beaucoup les matelots. Suzie appréciait ces escales, se présentant chaque fois aux permissionnaires avec son nouveau patron.
Avant de descendre la coupée, on ne manquait jamais de lui rappeler le comportement belliqueux des autochtones à l’endroit des chiens.
Fi de ces recommandations, Suzie était de la partie !
Il fallait voir la tristesse de la mascotte lorsqu’il lui était interdit de quitter le bord.
Les escales en Grande Bretagne, aux Seychelles ou à Maurice, obligeaient en effet Suzie à subir une quarantaine dont la durée était diversement appréciée par les autorités.
Reste qu’à bord, de ces consignes, nul n’en avait cure.
Mieux ; pouvoir y échapper tenait d’un sport national.
L’indiscipline des marins valait donc à Suzie d’éviter soigneusement cette obligation.
Allez savoir pourquoi, elle savait faire la différence entre les hommes et les femmes.
Incroyablement jalouse, la moindre main féminine qui tentait de la caresser déclenchait immédiatement une rafale de grognements peut incitatifs à vouloir continuer.
Y voyait-elle une potentielle concurrence qui l’aurait arrachée à l’affection des matelots ?
Au sein de l’équipage, la vie s’écoulait donc agréable et sereine pour Suzie et son sauveur de matelot.
Fin août 1977, la campagne dans l’Océan Indien s’acheva.
Débarqué, le quartier maître pensa emmener sa petite mascotte chez lui.
Il ne se décida pourtant pas à le faire.
Après tout, n’était-elle pas bien sur le Doudart et n’y avait-elle pas ses habitudes ?
C’est donc avec regret que le quartier maître quitta le bord, la laissant derrière lui, elle dont il s’était si bien occupé et avait tant aimé depuis leur première rencontre.
Bon vent donc, à Suzie, elle dont il était certain que sa vie était, de toute façon, bien plus agréable qu’à Mayotte.
En 82, le suscité quartier maître apprit que Suzie avait été retrouvée morte sur un quai du port de Lorient.
On présuma qu’elle avait été victime d’un empoisonnement.
Le paradis des animaux, celui là même dont on souhaite, sans trop se l’avouer, qu’il est aussi celui des hommes, a vu, ce jour là, entrer une belle âme, celle de Suzie.

Skagerrac

Copyright Octobre 2016.
avatar
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 68
Fourrier NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par alain EGUERRE le Mer 26 Oct - 5:13



Suzie du Doudart de Lagrée à l'ile Maurice sur le toit de ma voiture de location

Voir mon message n° 380 page 16, base de l'histoire romancée ci dessus !
Suzie n'a jamais été en Grande Bretagne qui ne se situe pas en Océan Indien
Je n'étais pas matelot mais OM à l'époque, et n'ai jamais entendu parler de radio poulaines !
Gite et roulis, pas franchement la même chose en mer !

Bien maritimement





Mais dans notre mémoire reviennent
Tous les parfums, toutes les rengaines
Qui nous ont fait aimer la mer
Et adorer notre univers
Hervé Paugam de La Renardière
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Jeu 27 Oct - 1:10

Merci m'sieur d'avoir lu le rendu de cette histoire que, vous et Michel Veau avez bien voulu confier au forum.
Pour info, radio poulaine indique, pour les marins, la rumeur qui circule à bord de leurs navires et vaisseaux.
Voici ce que j'ai écrit dans l'entrée de mon dictionnaire de la mer et des océans à ce sujet :
Radio-coursives ou, autrefois, gazette de la mèche et, plus récemment, radio poulaines ou gazette des poulaines.
Radio coursives n'étant que la dernière version.
A bord des navires, c'est ainsi que l'on nomme le phénomène des rumeurs, du y paraît que... et du on a entendu dire que…!
Qui n'a jamais entendu : il paraît que l'on met du bromure dans la salade !?
Rumeur à laquelle il est de bon ton de répondre : surement pas, c'est de la contrebande !
Le même phénomène à terre et dans les ports ?
Radio ponton !
Pourquoi un ancien a-t-il parlé de Portsmouth ?
On aura comprit pourquoi SUZIE était maintenue à bord.
Evident que la Grande Bretagne n'est pas dans l'océan Indien.
Qui l'a dit ?

Bien maritimement.

Skag
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Mar 1 Nov - 1:10

THOMY, le fringuant.

De 1965 à 1973, ce chien fut la mascotte du Dragueur Océanique M618 Mytho.
Élevé au grade de quartier-maître, fringant et toujours en pleine forme, il participait à toutes les activités du bord avec l'équipage qui, de son côté, y était très attaché et s'en occupait très bien.
Comme nombre de mascottes, Thomy aimait par-dessus tout accompagner les matelots au foyer du marin de Brest ou il attendait avec impatience qu’un matelot se dévoue pour lui offrir une boule de glace à la vanille, parfum dont il raffolait.
Il ne négligeait pas non plus la bière, qu'il léchait avec avidité, parfois à même le sol.
Rentrant de bordée en joyeuse compagnie, passablement éméché lui aussi, Thomy avait quelques difficultés à passer la coupée !
Lorsque le navire était à quai et qu’il devait rester à bord, il tenait toujours compagnie au factionnaire de quart.
C’est dam que la place était bonne !
Face à ses congénères, le brave chien savait parfaitement défendre son territoire et ses intérêts.
Volontiers bagarreur, il ne s’en laissait pas compter.
Conséquence de quoi, il arrivait fréquemment à Thomy d’aller rendre visite au vétérinaire du coin.
Tout matelot qui embarquait sur le Mytho devenait immédiatement l’ami du chien.
C’est toujours à regret que, nouvelle affectation oblige, les marins devaient laisser leur mascotte derrière eux.
Grâce à Thomy, que de bons souvenirs ils avaient à raconter !
Sans doute une autre mascotte les attendait-elle déjà à bord de la nouvelle unité sur laquelle ils allaient embarquer ?
Jusqu’à une époque pas si lointaine, c’était certain !
Matelots et quartiers-maîtres le savaient.

Skagerrac
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Sam 5 Nov - 11:02

Chers amis de la marine nationale,
Pour rédiger le récit qui suit, je tiens à remercier M. Lucien Morareau, Gazette de l’ARDHAN N° 184 parue le 6 Juin 2009 et le Premier Maître Jean-Claude Laffrat qui le rapporta.
J'ai juste essayé d'en faire quelque chose de bien pour la mémoire de Véga.

Spoiler:
VEGA.
Peu après la Seconde Guerre Mondiale, la base de Saint-Mandrier accueillait, dans ses infrastructures, l’Escadrille de transport à longue distance 7S2/HS1, la 33S.
Elle était équipée de quatre quadrimoteurs Bréguet, hydravions dont deux 730 avaient été baptisés Véga, les deux autres, des 731, appelés respectivement Altaïr et Bellatrix.
La mission de ces aéronefs consistait, la plupart du temps, à assurer des liaisons aériennes régulières avec l’AFN et Dakar.
Dès 1944, un premier maître faisait partie des effectifs de l’escadrille, agissant en tant que premier mécanicien sur l’aéronef Véga.
Outre ses responsabilités professionnelles, le Didi, comme on le surnommait, s’était prit d’affection pour la nouvelle mascotte du bord.
Mirette, la précédente mascotte, venait hélas de quitter l’escadrille pour s’envoler vers des cieux plus cléments.
La nouvelle petite chienne était donc la bienvenue.
Véga, c’était son nom, apparu on ne sait trop d’où, du moins l’ignora-t-on longtemps dans l’escadrille avant de connaître son histoire.
Embarquée au sein de la 33S le 15 mai 46, elle fut, comme il se doit, inscrite au rôle de l’équipage du Bréguet au titre de Masbo c'est-à-dire mascotte du bord.
Elle n’était pas peu fière, la brave bête, d’arborer sur son collier les galons rouges de quartier-maître de seconde classe ainsi que le macaron du personnel volant de l’escadrille.
Elle pouvait, en outre, s’enorgueillir d’un carnet de vol, quotidiennement mis à jour et arrêté chaque mois par les pachas successifs sous les ordres desquels elle servait.
A chaque escale, Véga sautait de la vedette et, seule, s’en allait joyeusement gambader.
Quoique vacant à ses occupations, elle se présentait toujours peu avant l’appareillage.
De fait, elle n’en manqua aucun.
Si l’équipage de l’hydravion tardait, il trouvait sa mascotte, sagement assise sur le quai, parée au décollage.
Il va sans dire que ce comportement de la chienne faisait l’admiration de tous.
Pensez donc !
Comment faisait-elle, elle qui ne possédait pas de montre !
En mai 48, le Didi fut affecté dans une autre unité. Muté à la 7F basée à Dakar, il va sans dire que Véga le suivit dans cette nouvelle affectation.
A l’occasion, elle fut promue au grade de quartier-maître chef et lâchée sur Sunderland.
Dès lors, son nombre d’heures de vol augmenta considérablement.
Un an plus tard, en septembre 49, quelques appareils de la 7F furent transférés à Saint-Mandrier dans le but de participer à des exercices de lutte Anti Sous Marine (ASM) en Méditerranée.
Le jeudi 3 novembre, Didi embarqua sur la vedette pour gagner son appareil.
Coutumier de ces courtes traversées, il était loin d’imaginer la tournure des événements qui allaient marquer cette journée.
Alors qu’habituellement, Véga était la première à sauter dans l’embarcation pour embarquer sur son appareil au mouillage, la mascotte de jour là, refusa de quitter le quai.
Résolue et très déterminée, toutes les tentatives voire les ruses employées par les hommes pour l’en déloger s’avérèrent totalement inefficaces pour encourager la mascotte à les suivre pour embarquer.
Pire !
Au moment où son maître apparu sur le quai pour venir la chercher, elle détala vers un hangar pour finir par se cacher derrière de lourdes caisses contenant des moteurs.
Fi de vouloir la contraindre à embarquer ; l’équipage laissa sa mascotte là où elle avait décidé de se réfugier. Paré au décollage.
Mise en route et check-list effectuée, l’appareil glissa lentement vers la surface réservée aux décollages, en rade des Vignettes.
Ce jour là, la mer était formée et la longue houle très importante.
Aligné pour le décollage, le pilote mis plein gaz. Moteurs vrombissants, l’appareil prit de la vitesse mais commença à rebondir dangereusement sur la vague des crêtes.
L’un des rebonds fut fatal au Sunderland qui se brisa en deux au niveau du bord d’attaque de la voilure.
La partie avant coula immédiatement, entraînant par le fond quatre membres d’équipage.
Sévèrement blessé, Didi, comme les dix autres occupants de l’appareil, récupéré par les secours heureusement vite arrivés sur les lieux du drame.
On s’explique mieux pourquoi Véga, la fidèle mascotte de l’escadrille, avait fait faux bond et refusé d’embarquer !
D’aucuns sans doute argueront et railleront en invoquant une coïncidence.
Qui connaît les chiens et le sixième sens dont ils sont pétris, ne peut pas croire à une simple coïncidence.
Quant au hasard, on laissera aux ignares le soin de le penser.
Il est désormais parfaitement établi que les chiens (et autres animaux) sont capables, nous l’avons vu plus haut dans cet ouvrage, de sentir le danger avant qu’il se produise.
Il est aujourd’hui également acquis que les attitudes et comportements inhabituels d’un chien que l’on croît connaître, voire de son propre chien, sont un signe révélateur d’événements à venir que l’on a toujours tort de feindre ignorer.
Dans ce genre d’affaire hélas, il est toujours trop tard lorsque l’on s’en aperçoit et en subit les conséquences.
Précisément.
Les conséquences de l’accident du EJ 163 Sunderland furent dramatiques pour Didi qui perdit l’usage de ses mains.
Six mois plus tard, il fut mis à la retraite de la carrière maritime après 27 ans de bons et loyaux services.
Il avait totalisé pas moins de 3470 heurs de vol ce qui est, convenons-en, tout à fait remarquable pour un mécanicien volant.
De son côté, Véga fut également mise à la retraite.
En tant que mascotte de l’escadrille, elle avait totalisé le nombre plus que respectable de 1367 heures de vol.
A ce jour et de mémoire de marin, ce record n’a encore jamais été battu.
C’est au Mans, dans la Sarthe, que Didi et Véga partirent ensemble vivre une retraite bien méritée.
Ils vécurent là de très heureuses années jusqu’à ce triste jour du 27 janvier 63 où Véga effectua son dernier décollage.
Mais on sait que ce jour là, elle est partie rejoindre Mirette au paradis des animaux, ce même paradis dont Dieu fasse qu’il soit aussi celui des hommes.

Épilogue.
On sait aujourd’hui que Véga a eu une descendance.
Son histoire est parue dans un livre de souvenirs et fut racontée, plus tard, par le fils de son auteur, Yffic Le Touzé.
Cette histoire, la voici.
L’auteur supposa que pendant une escale à Port-Etienne, la mascotte avait connu le grand frisson avec un chacal du désert.
Plus tard en effet, elle mis au monde deux adorables chiots.
Le premier fut baptisé Véga 2, le second Radar.
L’auteur adopta Véga 2.
Radar, lui, fut ramené en France par avion par un des pilotes qui l’adopta.
Ces deux chiens furent, pendant longtemps, le seul lien qui restait aux hommes de l’escadrille basée à Dakar et surtout, le souvenir de Véga.
Le fils de l’auteur précisa :
Comment pouvais-je savoir qu’elle était la fille de la mascotte d’un hydravion Sunderland et de surcroît, le fruit d’une expérience dans le désert.
Elle ne parlait pas…
Assise derrière moi, elle semblait rire comme si je frôlais une vérité en tenant cette petite pierre, telle une météorite de Mauritanie.
Véga 2 a disparu quand j’avais quatre ans, emportant avec elle ses secrets. (Sic).

Skagerrac
avatar
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 64
NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par Charly le Sam 5 Nov - 21:23

Toujours intéressant de passer ici.




OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Mer 9 Nov - 1:05

LA PUCE.
Mascotte du sous-marin S636 Argonaute, en 1960.
Après son départ, Dracula y embarqua l'année suivante.

LA PUCE.
Mascotte embarquée sur l’Escorteur Côtier P630 Intrépide.

PUCE.
Chienne bâtardée cocker, mascotte embarquée sur le sous-marin S603 Artémis.
Phallus et Fifille furent successivement mascottes à bord de ce même bâtiment.


SAM.
Labrador embarqué, mascotte de l’Escorteur Côtier P630 Intrépide.
Gégène et la Puce furent également mascottes à bord de ce bâtiment.

Dommage que, malgré mes recherches, j'ai trouvé peu de choses sur ces mascottes.
Si vous les avez connues, merci de faire revivre leurs mémoires.

Merci à Momo pour en avoir parlé.

Bien maritimement à tous.

Skagerrac
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Ven 11 Nov - 2:04

Bonjour à tous,
Non, je ne suis pas en panne de textes à vous faire partager.
Vous aurez sans doute du mal à le croire mais le PC m'a planté le livre sur les mascottes de la marine.
Je dois tout refaire.
En fait, je pense avoir été piraté.
Donc reconfiguration totale de la machine.
Bon, au travail !
Merci pour vos encouragements.
Skag
avatar
cornet
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 63
NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par cornet le Ven 11 Nov - 6:24

Bon courage SKAGERRAC je suis toujours tes messages car nos mascottes a bord faisaient partis de l'équipage...............................ils ne leurs manquaient que la parole !! Amicalement Jean Michel
avatar
mashpro
QM 1
QM 1

Age : 63
Électricien équipage NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par mashpro le Ven 11 Nov - 8:30

bon courage pour remettre ton pc en état de marche et au plaisir de te lire



Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière asséchée, le dernier poisson péché, l'homme s'apercevra que l'argent n'est pas comestible. (proverbe indien)
avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Sam 12 Nov - 10:42

Note de service,

Je prie tous ceux qui suivent avec intérêt ce poste sur les mascottes de la marine de bien vouloir excuser l'interruption momentanée de nouveaux récits.

La raison se trouve à la page 30, message 749.

Je travaille dur pour rétablir la situation.
Si d'aucuns découvrent ce poste ou d'autres qui le connaissent veulent nous parler des chiens mascottes qu'ils ont connus, leurs anecdotes et récits seront les bienvenus.

Bien maritimement à tous.

Skagerrac.
avatar
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 64
NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par Charly le Sam 12 Nov - 15:03

Bon courage Skagerrac pour ton PC et pour le livre sur les Mascottes de la Marine.
En te souhaitant un rapide retour à la normale.




OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
Christian DIGUE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 62
Secrétaire Militaire NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par Christian DIGUE le Sam 12 Nov - 15:37

Bon courage et patience, car j'imagine que cela ne va pas se faire en un instant.
En tout cas, merci pour ce que tu fais pour que nous puissions nous rappeler la vie de ces braves bêtes comme l'a dit si bien CORNET dans son message 750.



La Marine Nationale, c'est une école de rigueur et de maintien,
où l'ordinaire est fait de moments ... extraordinaires !
Jeannie Longo (Championne cycliste)

avatar
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 67
Équipage

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac le Mar 22 Nov - 3:50

Merci à tous.

Skag.
avatar
L.P.(Pedro)Rodriguez
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 68
NON

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par L.P.(Pedro)Rodriguez le Sam 10 Déc - 16:30

Une photo de Pedro, successeur de Zazie sur le Doudart de Lagrée.

Désolé pour la qualité de l'image, peut être que dans les diapos je trouverai mieux.



Un bon souvenir, c'est comme une bonne bouteille, il ne faut pas le boire seul.
-Jean-Louis FOURNIER-

Contenu sponsorisé

Re: [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 20:36