Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 668477 messages dans 13610 sujets

Nous avons 15657 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Claude SOLON

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» VAUQUELIN (EE)
par cmbil22 Aujourd'hui à 17:42

» LE BOURGUIGNON (ER)
par pinçon michel Aujourd'hui à 17:15

» AGADIR (B.A.N.)
par alain EGUERRE Aujourd'hui à 17:09

» BIDASSOA (BDC)
par salonais Aujourd'hui à 16:06

» LA CHARENTE (PRE)
par framery Aujourd'hui à 15:53

» [HISTOIRES HISTOIRE] Anecdote de la vie à bord
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 15:11

» RANCE (BSL)
par REVERDY Aujourd'hui à 10:15

» [Divers les classiques] La vie à bord d'un sous-marin classique (Sujet unique)
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 10:11

» [Marine à voile] L'Hermione
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 8:37

» ARROMANCHES (PA)
par BERTIN Aujourd'hui à 8:24

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par LA TOULINE Aujourd'hui à 8:11

» MINERVE (SM)
par lecuyer Aujourd'hui à 0:11

» AMIRAL CHARNER (AE)
par loulou06000 Hier à 23:29

» [Les traditions dans la Marine] Tenue dans la Marine- Tome 02
par Nenesse Hier à 23:28

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG
par douzef Hier à 20:58

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par LEMONNIER Hier à 18:53

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par Serge BAVOUX Hier à 18:06

» LCT - L9061
par gerardsin59 Hier à 17:38

» Saphir
par COLLEMANT Dominique Hier à 14:06

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Hier à 14:05

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par didiboy31 Hier à 13:37

» Recherche renseignements sur navires Archimède et Centaure (1944-1946)
par Marco-56 Hier à 11:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Hourtin 67
par skagerrac Hier à 10:51

» CFM HOURTIN. VOLUME 4
par skagerrac Hier à 10:47

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par bielo Hier à 10:34

» [ Recherches de camarades ] Sur le Maillé Brézé entre novembre 58 et juillet 60
par cioni Hier à 9:18

» LE HARDI (E.C.)
par ledaron Hier à 9:09

» GIBOULEE (NAVIRE CITERNE)
par PICCOLO Mar 20 Fév 2018 - 22:41

» CASABIANCA (SM)
par Marco-56 Mar 20 Fév 2018 - 21:59

» Criquet (gabare)
par Christian Apruzzese Mar 20 Fév 2018 - 20:13

» CDT BORY (AE)
par Jean-Léon Mar 20 Fév 2018 - 19:41

» L'INFLEXIBLE (SNLE)
par tabletop83 Mar 20 Fév 2018 - 19:16

» MARINE LA PALLICE - ROCHEFORT
par BOUBOU 56/50 Mar 20 Fév 2018 - 18:56

» ESCADRILLE 22 S
par COLLEMANT Dominique Mar 20 Fév 2018 - 15:53

» [ Associations anciens Marins ] ADOSM Brest 2016
par cornaly Mar 20 Fév 2018 - 1:00

» [ Histoire et histoires ] Le Sanatorium de Briançon (Le Grand Hôtel des Neiges)
par noelcaruso Lun 19 Fév 2018 - 23:23

» LE MUTIN (BE)
par Jean-Marie41 Lun 19 Fév 2018 - 20:56

» COLBERT (1956) (Croiseur)
par Roli64 Lun 19 Fév 2018 - 17:05

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par Matelot Lun 19 Fév 2018 - 17:00

» FLOTTILLE 24 F
par Joël Chandelier Lun 19 Fév 2018 - 15:41

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par BONNERUE Daniel Lun 19 Fév 2018 - 15:09

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 19 Fév 2018 - 14:15

» Le Bachi
par PAUGAM herve Lun 19 Fév 2018 - 11:45

» [ Recherches de camarades ] Embarqués sur sous-marin Espadon de août 79 à février 82
par julita Dim 18 Fév 2018 - 23:08

» MALABAR (RHM)
par marsouin Dim 18 Fév 2018 - 21:14

» D.E.T. PORQUEROLLES
par corre claude Dim 18 Fév 2018 - 21:10

» ESCADRILLE 55 S
par J-C Laffrat Dim 18 Fév 2018 - 20:59

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Joël Chandelier Dim 18 Fév 2018 - 20:47

» FLOTTILLE 9 F
par André TORTAY Dim 18 Fév 2018 - 19:26

» CIFUSIL de la BAN Lanvéoc Poulmic
par byu30 Dim 18 Fév 2018 - 19:12

» FLOTTILLE 23 F
par Joël Chandelier Dim 18 Fév 2018 - 18:35

» LE BRESTOIS (ER)
par Jean-Michel Gaiffe Dim 18 Fév 2018 - 14:13

» [ Recherches de camarades ] Recherche SM Trans Graziani Patrick
par Eric B Dim 18 Fév 2018 - 12:55

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par jean claude monzie Dim 18 Fév 2018 - 10:29

» [Divers École de maistrance] La nouvelle École de Maistrance
par loulou06000 Sam 17 Fév 2018 - 22:47

» La spécialité de Radio
par 3eme ligne Sam 17 Fév 2018 - 19:10

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par Houllé Sam 17 Fév 2018 - 17:42

» ARIEL (BA)
par MARCHAND Michel Sam 17 Fév 2018 - 15:51

» HIPPOPOTAME (RHM )
par GYURISS Sam 17 Fév 2018 - 15:17

» FLOTTILLE 22 F
par Moulinier Alain Sam 17 Fév 2018 - 14:27

» CASABIANCA (SNA)
par Charly Sam 17 Fév 2018 - 13:40

» [Divers sous-marins classiques] Le sous-marin mouilleur de mines FNFL
par Charly Sam 17 Fév 2018 - 12:45

» [ Recherches de camarades ] Briançon
par takeo Sam 17 Fév 2018 - 12:08

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par cioni Sam 17 Fév 2018 - 11:56

» PONCELET (SM)
par Charly Sam 17 Fév 2018 - 10:05

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Charly Ven 16 Fév 2018 - 22:22

» LANVÉOC POULMIC (B.A.N.)
par gilbert kerisit Ven 16 Fév 2018 - 21:07

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Médailles opex
par Pépé 974 Ven 16 Fév 2018 - 20:49

» [ LOGOS - TAPES - INSIGNES ] TAPE DE BOUCHE
par Jean-Marie41 Ven 16 Fév 2018 - 19:38

» FLOTTILLE 33 F
par Jean-Marie41 Ven 16 Fév 2018 - 18:54

» PÉGASE
par corre claude Ven 16 Fév 2018 - 17:26

» ORPHÉE (SM)
par COLLEMANT Dominique Ven 16 Fév 2018 - 15:45

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Bureaumachine busset Jeu 15 Fév 2018 - 22:09

» Centre Entrainement à la Survie et au Sauvetage de l'Aéronautique Navale
par Jean-Marie41 Jeu 15 Fév 2018 - 21:01

» École des pupilles 45/46
par Charly Jeu 15 Fév 2018 - 20:59

» CHELIFF (LST)
par boboss Jeu 15 Fév 2018 - 16:43

» VIOLETTE - P788
par alain EGUERRE Jeu 15 Fév 2018 - 5:52

» GUEPRATTE (EE)
par PAUGAM herve Mer 14 Fév 2018 - 16:41

» TONNERRE (BPC)
par Xavier MONEL Mer 14 Fév 2018 - 10:24

» Karachi
par loulou06000 Mar 13 Fév 2018 - 11:38

» SIRÈNE (SM)
par Micky Mousse Mar 13 Fév 2018 - 10:52

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par Paulo Mar 13 Fév 2018 - 9:43

» [ Associations anciens Marins ] AMICALE MAILLÉ BREZÉ
par ERIC THIEBAUT Mar 13 Fév 2018 - 8:48

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC de Paris
par Cabestan Mar 13 Fév 2018 - 1:07

» LE NORMAND (ER)
par Bureaumachine busset Lun 12 Fév 2018 - 20:31

» DIVES (BDC)
par gégé Lun 12 Fév 2018 - 19:58

» [Campagne] ANTILLES
par Noël Gauquelin Lun 12 Fév 2018 - 19:21

» [La musique dans la Marine] LA MUSIQUE DE LA FLOTTE
par Christian DIGUE Lun 12 Fév 2018 - 19:20

» [Opérations diverses] Opération Prométhée
par bruno360 Lun 12 Fév 2018 - 18:31

» [Vieilles paperasses] Vieilles paperasses
par JJMM Lun 12 Fév 2018 - 18:00

» [Campagne C.E.P. - Mururoa] Photos inédites de Mururoa
par NEHOU Lun 12 Fév 2018 - 17:24

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par marsouin Lun 12 Fév 2018 - 15:44

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 21:16

» Beautemps-Beaupré BHO - A 758
par Jean-Marie41 Dim 11 Fév 2018 - 20:29

» ESCADRILLE 27 S
par NEHOU Dim 11 Fév 2018 - 19:39

» [Divers campagne C.E.P] Les Marquises
par Noël Gauquelin Dim 11 Fév 2018 - 19:17

» [Campagnes C.E.P.] ATOLL DE HAO - Tome 2
par NEHOU Dim 11 Fév 2018 - 19:14

» [Votre passage au CFM) Vos chansons au CFM
par gene Dim 11 Fév 2018 - 19:08

» [Divers - École de maistrance] Le grade à la sortie de Maistrance
par GYURISS Dim 11 Fév 2018 - 18:32

DERNIERS SUJETS


CAT LAI (INDOCHINE)

Partagez
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par robert dupond le Dim 27 Avr 2008 - 16:18

Oui cent fois oui c'est lui ,je le reconnais bien .
Tu me fais plaisir en m'envoyant cette photo .

C'était un athlète et je crois c'est ce qui l'a sauvé .
si tu connais l'hydravion il y avait une trappe ronde qu'il fallait ouvrir avec une manivelle .sa force lui a permis
de déverrouiller cette ouverture .

Maintenant je me souviens de tout, aussi d'un S.Mtre. mort dans l'accident un homme d'une grande gentillesse, j'ai aussi son image dans la tête mais plus son nom.

Si tu as des précisions ,je serai trés heureux de te lire .
Amitiés





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
douzef
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 45
Électricien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par douzef le Dim 27 Avr 2008 - 16:22

Content de te rendre ce service Robert, je vais fouiller pour essayer de trouver d'autres infos.

Voici les infos :
Sont morts en service aérien commandé dans cet accident le 09/08/49
- PM Le Doussal
- SM Lanvoc
- SM Le Pennec
- SM Mahé
Survivants :
- PM Simon
- MT Halgand

Source : Idem

Amitiés
Douzef
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par robert dupond le Dim 27 Avr 2008 - 22:14

Les deux noms qui me disent quelque chose :
- Le Doussal
- Le Pennec
Mais sans garantie..., bien sur avec les photos je serais plus affirmatif.
Même maintenant j'ai conservé une très bonne mémoire visuelle.
Peut être dans des archives ?
Amitiés





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par robert dupond le Mar 29 Avr 2008 - 15:40

Pour revenir au message plus haut concernant la bière LARUE.
Voila un souvenir.





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 87
 Télémètre Équipage NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par PILON le Mer 30 Avr 2008 - 22:17

La Bière Larue, oui, je reconnais bien l'insigne avec le tigre, elle était bonne bien fraîche.
Mais nous l'achetions aux sampaniers le long du bord.
La bié lahue sep, disaient-ils.
Mais alors, elle était chaude comme de l'eau de lessive, à la température ambiante ; ça fait rien, ça passait quand même, on suait tellement !
On disait que ce monsieur Larue qui donna son nom à ce produit buvable aurait été un QM timonier marié à la fille du patron des brasseries.
Est-ce vrai ?
André Pilon
avatar
DAN
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 61
NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par DAN le Mer 30 Avr 2008 - 23:07

Très intéressant votre sujet, pas la bière bien sur.
http://vlafon.free.fr/Biere/biere_reg.php3?id=233






Cap Haddock ACB sur virtual regatta
avatar
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 88
Infirmier Équipage NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par robert dupond le Jeu 1 Mai 2008 - 14:44

Au sujet des rats à bord, j'ai une anecdote.
Début janvier 50 à bord de la JONQUILLE en me levant de la bannette, je pose le pied parterre et je sens une douleur sous la plante des pieds comme si je n'avais plus de peau... nous étions à couple du LST "CHELIFF" Médecin "LE GUIFAN" que je connaissais pour lui avoir amené des malades soit en opération soit à quai.
Il m'a dit :
- "Vous avez la peau pieds bouffés par les rats !"
A bord nous étions pieds nus.
- "Le rat a anesthésié par sa salive votre pied, il a mangé la corne !!"
Soins : badigeon de teinture d'iode et des chaussures.
Aucune incidence par la suite.





44°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest
avatar
MARTIN DIT DUPRAY
QM 1
QM 1

Age : 83

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par MARTIN DIT DUPRAY le Lun 19 Mai 2008 - 18:02

Il n'y avait pas que la Bière Larue en Indochine, mais aussi la Tiger bier toujours de même fabrication et avec dessus la tête de tigre sur l'étiquette.
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Jeu 30 Juil 2009 - 15:11

Douzef,
J’ai bien connu Bizien Simon, matricule 34, macaron 3089 délivré à Hourtin en 36.
Une première fois à Arzew début 45, nous étions en passe de départ pour l’Angleterre et en attendant nous recevions des rudiments de radio, il était notre instructeur, déjà marié, avec une PFAM infirmière si ma mémoire est bonne.
Excellent radio, Il était rigoureux et ne mâchait pas ses mots, comme nous étions un des jeunots un peu dilettantes avec un copain, il n’hésitait pas à nous traiter de crasses de meule ! quand il le jugeait bon.
Par la suite, au moment du cours de volant, nous avons pu apprécier ce qu’il nous avait appris

La seconde fois c’était Cat Lai en 48, je venais tout juste d’arriver de Tan Son Nhut après être passé second-maître, à l’époque, pour les volants, la nomination se faisait six mois après la sortie du cours.
Seul à la base, j’étais à la foi patron, Maître chargé et exécutant,
Je le vis arriver de Métropole en juin, il me reconnut tout de suite, cette fois avec les égards dus à ma fonction, j’étais devenu « persona gratta » il fut affecté comme patron radio de la 8S, nos relations furent excellentes, nous eûmes l’occasion de voler plus d’une fois en déplacement, en particulier sur Pnom-Penh où nous avons visité le temple d’Angkhor Vat.
J’ai quitté Cat-Lai en juillet 49 et n’ai donc pas été témoin de son accident du 9 aout suivant.

Je l’ai retrouvé une troisième fois comme civil dans les années 80.
J’étais à l’Électronique Dassault où je l’ai rencontré peu après son embauche, il obtint un poste à la documentation et fut chargé d’effectuer la traduction en Anglais des notices des Autodirecteurs.
En 88, lors de mon départ en retraite, il me fit cadeau du bouquin du Général Barthélemy "L’escadrille du Calao" avec une dédicace rappelant les péripéties de notre séjour à Cat Lai.
Il est décédé en février 99, c’était un exemple, un grand ancien.

- Sur la première Angkhor Vat : de gauche à droite :
PM Dassule, pilote SM Laffrat (CAODAI) radio volant, PM Bizien Simon, PM radio volant.

Sur la seconde, un jour d'inspection en 48 devant les Sea Otter de la 8S
une partie des Officiers mariniers de la BAN et de la 8S posent pour la photo, Bizien est troisième debout à partir de la droite, je suis debout à l'extrême gauche.



Voici quelques souvenirs à partager avec ceux qui sont passés par là

Souvenirs de Cat-Laï - juin 48 à juillet 49.

La page Tân-Son-Nhut est tournée, le départ vers Cat-Laï se fait par le bac de Tu-Thiem situé sur les quais entre la rue Catinat et l’Unité Marine.
A l’été 48 les liaisons routières de jour vers la base ne posent pas encore trop de problèmes.
Comme ceux de Tân-son-nhut, les chauffeurs font l’omnibus tout au long de la route, ramassant au passage les villageois, leurs canards et leurs paquets.
Au grand jour les viets ne font pas encore parler d’eux dans le secteur pour l’instant, mais comment discerner un viêt d’un paisible nha-qué ?

Spoiler:
La route fait une douzaine de km, elle franchit un rach au pont de Giong-ong-to, c’est la zone la plus sensible du parcours, les tours de guet et les postes militaires qui jalonnent la route sont tenus par des légionnaires, ils font souvent le coup de feu la nuit au contact direct avec les viêts.

Vers la fin du parcours on arrive au poste du Puits Layne, du nom du moteur du système de pompage situé sur la route de la base, la tenue de ce point d'eau est vitale pour l’alimentation de la base, un mirador surplombe le petit local de pompage.

Le portique d'entrée de la base comporte l'inscription d'origine de 1932, année de sa construction par la Marine.

A mon arrivée le commandement de la base vient de changer, le CC Combe remplace le CC Luthereau.
L’escadrille 8S est sous les ordres du LV Durival.
Dans un hangar isolé un tas de matériel japonais est toujours stocké y compris une assez grande quantité de moteurs d’Aichi de rechange.
Le matériel roulant de la base est assez disparate, comportant même quelques véhicules japonais.

Le poste des Officiers Mariniers se trouve alors près de l’entrée, il est commun de MP à SM.
J’y retrouve mes anciens copains de cours : Bayol, Hossine, Lelionnais ainsi qu’Herbert Coste et Maurice Grand et en rencontre des nouveaux : Gaby Agnel pilote breveté R.A.F, Jacques James, Jacques Fillâtre et Robert Bellieu dit la vigie Robert Paul et René Périé eux aussi anciens « anglais » comme on appelait alors ceux qui avaient démarré leurs cours en GB.
Je suis cette fois le seul radio-volant affecté à la base, sans supérieur direct dans la spécialité.
Aucun prédécesseur ne me passe vraiment sa suite, j’entends parler de Ouvrié et de Derlot, deux trapus paraît-il, mais ils ont déjà regagné la France...
Il faut dire que je fais partie de la deuxième fournée des départs en Indo depuis la fin de la Guerre, les premiers séjournant de fin 45 à fin 47.

Je prends possession du local radio situé au centre de la base dans une villa à étage.
Il est rempli d’une montagne de matériel japonais !
J’ai pour mission de m’occuper de l’atelier et du magasin, mais la priorité est de maintenir les équipements des avions en bon état de fonctionnement, car les missions augmentent.
Je fais la découverte des nouveaux équipements, le système émission-réception d’avion A.R.I. 5206 ainsi que les ensembles terrestres WS 19 et 22 anglo-canadiens et l’ensemble américain SCR 300, tous heureusement bien connus de Max Bayol dont l’aide est alors précieuse pour moi.

Mon copain Max Bayol possède le macaron 921A et moi le 922A, depuis son arrivée il a volé sur Aichi, qui à ses dires, possède un ensemble d’émission réception japonais excellent, il est également allé chercher les Sea-Otter à Trincomalee, dans l’île de Ceylan, expériences nouvelles pour lui, jeune radio fraîchement sorti du cours comme moi, situations auxquelles il a du faire face dans des conditions difficiles, en essayant toutes sortes de matériels sans trop de documentation.

L’avantage de ma situation est toutefois mon autonomie, on m’affecte bientôt un nouveau local.
Il s’agit d’un petit hangar situé au milieu de la base dont j’occupe l’extrémité et que j’organise à mon idée pour créer atelier et bancs d’essais.
La centrale électrique de la base est assez vétuste et les coupures de courant fréquentes, j’assure les besoins en courant continu avec un vieux groupe à moteur Bernard, avec lequel j’alimente des batteries en tampon avec les équipements, il n’existe pas de redresseurs suffisamment puissants pour faire du continu à bonne puissance à partir de l’alternatif produit par la centrale.

De même qu’à Tân-son-nhut les rechanges sont rares et les dépannages encore plus empiriques, heureusement le stock japonais permet la substitution de quelques pièces importantes.
Je n’ai guère le temps d’évaluer ce matériel japonais, mais à l’image des ensembles allemands il semble que des pièces soient communes entre émetteurs et récepteurs, en particulier les tubes électroniques, astuce alors méconnue des Français...

Arrivée d’une vieille connaissance : Simon Bizien Premier maître radio-volant, que j’ai connu comme instructeur en 45 à Arzew, il est affecté à l’escadrille 8S, c’est lui qui nous traitait de crasses de meule Hossine et moi !
Ce temps est révolu, en raison de mes fonctions à la base je deviens maintenant persona gratta à ses yeux.

Simon n’a toutefois pas beaucoup changé et s’emploie à en faire baver à quelques-uns, en particulier à Gaby Agnel, auquel il fait infliger 30 jours d’arrêt avec sursis pour manque de respect envers un supérieur, il faut dire que ce dernier lui avait répondu «je ne salue pas les cons» punition qui se transforme en arrêts de rigueur secs quand Agnel emporté par sa passion du pilotage effectue un passage à basse attitude sur l’Hôpital 415 de Cholon pour y saluer une connaissance féminine, malheureusement juste au moment où l’Amiral est en visite !
Heureusement il ne restera pas longtemps aux arrêts car l’escadrille manque alors de pilotes.

Occupées par les Japonais jusqu’en 45, les installations ont été restituées en assez bon état.
Les appareils présents à mon arrivée sont deux Aichi, un Loire 130 et une dizaine de Sea-otter, je ne connaîtrais pas le Rufe un mono moteur mono flotteur, dérivé du fameux chasseur Zéro, l’unique exemplaire s’est crashé en 46 tuant son pilote.
Je ne volerai pas non plus sur Aichi car le dernier en état de vol, le 8S 13 est condamné au mois d’août.

J’effectue mes premiers vols sur Sea-otter, drôle d’oiseau anglais biplan et amphibie, frère du Walrus, mais avec un moteur tractif, je fais des vols d’essais à la fois en hydro et en terrestre, des liaisons sur Mytho, Cantho, Vinh-Long et Sadec, mais la plupart du temps des réglages de tir dans la Plaine des Joncs et des parachutages...
Rien de comparable avec les vols de longue durée que j’effectuais à la 8F, et pas de missions au Tonkin.
L’équipement radio fonctionne bien ,mais ne vaut pas celui du PBY.
Je vole le plus souvent avec Gaby Agnel ou Dassule, excellents pilotes tous les deux.
Les viets n’aiment pas trop les Sea Otter, car contrairement au PBY nous leur arrivons souvent dessus à basse attitude, et même si la vénérable machine ne fait pas de straffing, cela suffit à les désorganiser.

En septembre 48, je fais plusieurs missions à Pnom-penh, dont l’une à deux avions, avec Dassule comme pilote, avec Bizien, qui est radio sur l’autre, nous avons le temps de jeter un coup d’œil aux temples d’Angkhor-vat.
Ce mois là nous avons la visite d’un Sunderland australien, obligé de se poser à Cat-Lai pour une avarie de son A.P.U (groupe auxiliaire), l’hydravion reste quelques jours en attendant des rechanges, nous recevons l’équipage dans les règles et visitons l’hydravion, pour constater son excellent équipement radio, un mélange anglo-américain des meilleurs matériels du moment, heureux Australiens !

C’est l’époque ou nous subissons les premiers attentats sur la route, une mine saute au passage de nos véhicules lors de la liaison du matin, je suis témoin du retour du camion sanglant à la base, nous déplorons sept blessés et trois morts, le Second-maître Darciaux et deux matelots.
Le Puits Layne est aussi attaqué.
Ces attaques nous rappellent les réalités de notre insécurité, l’époque des arrêts omnibus pour prendre les nhaqués et leurs canards est bien terminée.
Des mesures sont prises immédiatement pour remplacer les liaisons routières par une navette fluviale, les mécanos équipent à la hâte une barcasse japonaise avec un moteur de camion Nissan, je me charge du montage de l’équipement radio, un ensemble 19 canadien destiné à assurer des contacts phonie avec la base et l’Unité marine de Saigon.

Et c’est avec cet engin que nous faisons l’ouverture de la liaison en suivant le Donnaï, le bras du Nhàbe et la rivière de Saigon, il faut impérativement naviguer au milieu pour éviter de se faire allumer à partir des rives, par la suite l’équipage du canot assure seul les contacts radio en phonie sans présence d’un radio.
A l’époque les vacations radio entre la base et Saigon sont doublées une fois par mois par des vacations en Scott avec le poste marine du Nhabé comme relais,le projecteur est fixé en haut de la grue.
Mais la veille n’est pas constante et ces liaisons ne sont pas opérationnelles.

Peu après nous touchons un LCM que j’équipe également en radio avec un ensemble 22 britannique et une antenne fouet en V, comme la génératrice du bord ne délivre que du courant continu 120 Volts, une simple résistance japonaise de dissipation adéquate fait l’affaire pour obtenir les 24 Volts nécessaires car le Type 22 n’est pas gourmand en courant, le récepteur fonctionne avec un vibreur.

Chez les mécaniciens l’ingéniosité et les initiatives sont d’un autre calibre ; dans l’éventualité de liaisons d’urgence par le fleuve, René Périé déjà réputé excellent mécanicien-volant, trouve le temps, entre ses missions à l’escadrille, de faire rogner les plans d’un Aichi pour réaliser un hydroglisseur...
Il combine également un réservoir et un carburateur d’Aichi afin de transformer un Sea-Otter en avion d’épandage pulvérisateur de DDT...

A Cat-Laï les moustiques sont effectivement plus nombreux qu’à Tân-son-nhut.
Je fais connaissance avec les anophèles qui me flanquent ma première crise de paludisme !
Un repos d’une semaine au Cap Saint Jacques me sera accordé pour me remettre sur pieds, j’en reviens tout de même un peu amaigri et fatigué. ! Je m’en sors bien, car pour ceux qui contractent des dysenteries amibiennes c’est une autre paire de manches, le repos à Dalat n’est pas toujours suffisant et le rapatriement sanitaire reste souvent la seule solution

A mon retour du Cap d’autres attaques viêts continuent à viser la base, des sorties plus fréquentes du groupe d’intervention permet de montrer notre vigilance et de rassurer les populations des villages voisins placés sous notre protection, mais cela ne peut empêcher la main mise nocturne des viets sur les environs, prélude à un encerclement de la base.
La station de pompage du Puits Layne est souvent harcelée, et les risques de manque d’eau se font inquiétants, vu la proximité aucune veille radio n’existe alors entre le poste et la base.
Je procède à l’installation d’un SCR 300 pour assure les liaisons phonie, le SCR 300 est un appareil de campagne, l’alimentation en courant est autonome et se fait sans batterie avec un dynamotor à manivelle entre les jambes, je participe aux premières gardes nocturnes pour en vérifier le fonctionnement, la nuit avec leurs porte-voix, les viets nous promettent de nous couper des tas de choses et nous harcèlent avec les tirs de leurs Tako, fusils japonais appelés ainsi pour leur double claquement caractéristique…
Dès son arrivée, le Cdt Combe avait demandé de renforcer les défenses de la base, avec la mise en place de canons de 75 aux endroits clés ainsi que l’affectation d’un half-track.
Malgré la dégradation de la situation il s’était efforcé de redonner le moral à tous, en incitant même certains à faire venir leurs familles ! et quelques officiers le font.

Un half-track nous est bientôt affecté, j’installe aussitôt un autre SCR 300 sur l’engin afin de pouvoir reprendre des liaisons routières sur Saigon, j’effectue quelques ouvertures de route pour familiariser les hommes d’escorte avec son fonctionnement.

C'est l'époque ou l’insécurité commence à se manifester dans le centre ville, les Viets procèdent à des attaques à la grenade dans les endroits fréquentés.
C’est ainsi qu’avec Maurice Grand et Robert Paul nous échappons de peu à un attentat dans un restaurant de la rue Chasseloup, Laubat, Gaby Agnel est également présent ce soir là.
Notre table est située non loin d’une ouverture et je suis tourné dos à la rue, nous finissons notre repas quand une grenade quadrillée, lancée de l’extérieur me frappe à l’épaulette droite avant de rouler en chuintant sur ma tranche de fromage, j’ai juste le temps de réaliser qu’elle est dégoupillée, de la saisir et de la relancer derrière moi vers la rue en gueulant "A plat ventre une grenade !".
Mais elle explose presque aussitôt, heureusement dans l’encoignure d’une porte !
Après le fracas et la retombée de la poussière nous comptons seulement quelques blessés légers parmi les clients.
Par chance aucun de nous n’est touché, à part quelques égratignures, après coup Robert Paul s’aperçoit quand même qu’il l’a échappé belle, protégé grâce à son portefeuille découpé au ras de sa poche de poitrine par un éclat dévié par son macaron ! quant à moi j’ai une pétoche rétrospective pendant un bon moment.
Le patron nous offre le champagne et un journaliste présent nous félicite pour notre sang-froid, en nous promettant un article dans le Journal de Saigon, ce qui nous fait une belle jambe.
Mes dernières heures de vol en Indochine ont lieu en mai 49 sur Loire 130.
Du 18 au 29 Mai le Loire est utilisé comme PC transmissions pour coordonner les actions de l'Opération Paddy, destinée à anéantir des camps rebelles sur l’île de Lynhon, dans la zone de Vinh Long.
C'est mon premier et dernier vol sur Loire 130, c'est le 8S15 n° 69, le seul encore en service à Cat-Lai, il est arrivé de France en 46.
C’est un hydravion à coque catapultable des années 30 embarqué à l’origine sur les croiseurs et les bâtiments de ligne, il est robuste et relativement spacieux pour sa taille, il peut transporter trois ou quatre personnes en plus des trois membres d'équipage.
La mise en route du moteur Hispano Suiza se fait à l'aide d'un démarreur à air comprimé et d'une magnéto de départ entraînée la main, curieuse coïncidence avec l’entourage local, le démarreur est de la marque Viet !
Ce sera ma seule mission sur ce vénérable appareil, car début juillet 49 ma campagne arrive à sa fin et mon ordre de départ est établi.

Je quitte l'Indochine en juillet 49 à bord du paquebot Maréchal Joffre à destination de Marseille, c’est un vieux bateau à cheminées carrées des Messageries Maritimes, mais il est plus rapide que le Dixmude qui m’avait amené en 47, le retour en France s’effectue cette fois-ci en 28 jours, contrairement au voyage aller nous n'allons pas à terre à toutes les escales mais seulement à Colombo et Aden, ce qui me permet de revoir les trafiquants de cigarettes...

Au fil du voyage toutes les petits bobos du séjour, telles que bourbouille, dartres annamites et autres, disparaissent progressivement et c'est en assez bonne forme, mais tout de même amaigri par les crises de palud, que je débarque à Marseille, j'ai le temps d’entrevoir Notre Dame de la Garde (et de dire merci du voyage à la bonne mère) avant de prendre le train à la gare St Charles pour le retour sur Paris.

Cordialement




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
douzef
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 45
Électricien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par douzef le Jeu 30 Juil 2009 - 18:44

Bonjour Caodai,
Merci et bravo pour ces photos et ces témoignages.
Un plaisir de vous lire, c'est magnifiquement tourné.
Amitiés
Douzef





avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Ven 31 Juil 2009 - 15:14

Voici maintenant quelques photos.


Atelier radio de Cat Lai en 1948.
Dépannage d'un ARI de Sea Otter.


Emplacements successifs de mes deux ateliers.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Détecteur NON

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par jean-claude BAUD le Dim 2 Aoû 2009 - 20:37

Intéressant reportage




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
Invité
Invité

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par Invité le Mer 12 Aoû 2009 - 17:30

Ci-joint 2 photos, quelqu'un peut-il se reconnaitre dans le groupe ?
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Mer 12 Aoû 2009 - 18:07

Il n'y a pas de photo sur ton message !




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Moana
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Electromécanicien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par Moana le Jeu 27 Aoû 2009 - 13:21

Bonjour à tous,
A propos de Cat-Laï, je possède dans ma collection d'insignes métalliques de l'Aéro, un exemplaire particulier de l'escadrille 8S dont je vous livre ci après un scan.
Je pense que cet insigne a été réalisé entre 48 et 50, mais je ne suis jamais arrivé à trouver pourquoi ce graphisme (notamment le cerf) avait été "pondu".
L'insigne par lui même de la 8S (dont je possède divers exemplaires) représente normalement l'oiseau calao.
Peut-être y a-t-il ici un témoin de cette époque, qui pourra m'éclairer ?



Cordialement.



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Jeu 27 Aoû 2009 - 17:26

Bonjour,

Cet insigne est antérieur à 1948, j'étais sur place à l'époque et nous étions déjà sous le calao.

A son aspect je pense qu'il faisait partie des premières fabrications locales réalisées en même temps que celles de la 8F et de la Base Mobile, au tout début de la réactivation des bases, c'est à dire fin 45 ou courant 46.Car c'est au 1er janvier 46 que la 8FE est devenue 8F.



Pour la 8S, il en existe également un troisième, éphémère lui aussi, représentant un danseur Khmer.



Pour ce qui est de la signification du cerf couché, j'ai lu, mais je ne me souviens pas où, que cela avait un rapport avec la nature des environs de Cat Lai autrefois.

Je vais fouiller mes archives

Cordialement

CAODAI




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Jeu 27 Aoû 2009 - 18:10

Je viens de retrouver ceci, en 1947 le fanion de la 8S portait le danseur Khmer, ainsi que l'insigne métallique correspondant.



L'insigne objet de ton message est aussi de cette époque, mais n'a jamais été homologué, c'est une composition locale regroupant à la fois la 8S et la base, séparés par le fleuve Donnai.C'est en 48 que l'insigne à la jonque a été créé pour la base conjointement avec celui du calao pour la 8S.

Pour le cerf, je pense que j'ai lu ça dans le bouquin de Menès "Sous l'aile du calao ", mais je ne le possèdes plus.

Cordialement




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Moana
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Electromécanicien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par Moana le Jeu 27 Aoû 2009 - 18:38

Pour CAODAI :
Voici les 2 insignes métalliques en fabrication d'Indo.
Celui de la 8S est réalisé dans un métal assez lourd (genre de moulure et peint). Il m'avait été donné par l'amiral Laure, qui avait été commandant de cette escadrille de 1946 à 1947.
Pour la 8FE : il a été réalisé sur une tole trés fine et date de l'arrivée de la flottille en Indo (fabrication entre octobre et décembre 1945, puisque le 1-1-46 la 8FE est devenue 8F).
Cordialement.



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Ven 28 Aoû 2009 - 10:52

Pour Moana

Retour sur la signification du cerf couché, j’ai retrouvé mon texte.

A l’origine emblème des populations Khmer du Delta du Mèkong, avant l’arrivée des Vietnamiens au 15ème siècle. Choisi parce qu’à l’époque la région était couverte par de denses forêts de kapok, peuplées entre autres par des cerfs . Les habitants Vietnamiens conservèrent par la suite localement cet emblème.

Cela peut d’ailleurs rappeler que le mot Saigon ( plusieurs orthographes possibles ) signifie
en Vietnamien = Fôret de Kapok ou encore Ville de la forêt.

Cordialement




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Moana
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Electromécanicien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par Moana le Ven 28 Aoû 2009 - 11:03

Bonjour.
Et merci CAODAÏ pour la réponse sur le cerf.
Cordialement.



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Ven 28 Aoû 2009 - 11:14

Pour Moana encore

D'après tes insignes je m'aperçois que tu as été à la 27S
As-tu connu le pilote Jean Millet à l'époque Super Frelon
Si tu es intéressé, à l'ARDHAN nous avons sorti un DVD à partir de ses souvenirs filmés entre 1966 et 1970.

Cordialement




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Moana
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Electromécanicien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par Moana le Ven 28 Aoû 2009 - 11:18

Jean Millet je l'ai trés bien connu. A l'époque il était cipal et il a terminé sa carrière au grade de 5 galons, si je ne m'abuse.
Pour le DVD je l'ai et j'ai reconnu quelques gars là dessus.
Sur un tout autre plan et pour info, je suis à l'ARDHAN depuis sa création.



avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Ven 28 Aoû 2009 - 11:55

Commel'annuaire ne comporte pas de pseudos j'ignorais que tu étais à l'ARDHAN. D'après les bulletins d'Infos tu dois alors savoir que c'est moi qui réalise les DVD, c'est à ce titre que je t'ai signalé l'existence de celui de Millet.




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par J-C Laffrat le Ven 28 Aoû 2009 - 15:22

Bonjour à tous

Suite aux échanges au sujet des insignes, il convient de faire la différence entre les emblèmes des formations de l'Aéronautique navale, destinés à les identifier, en général par des marquages peints sur le nez des aéronefs et les insignes métalliques de poitrine qui sont des insignes-souvenirs, simples articles de représentation.

Les premiers sont réglementaires depuis 1933, codifiés ensuite en 1946 et tous inscrits dans un écu " au chef d'azur chargé d'un pingouin d'or "

Bien que reprenant les mêmes graphismes que les peintures de coque et contrairement aux usages des deux autres Armées, le port des insignes métalliques
est interdit sur l'uniforme des marins aviateurs.




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
Moana
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Electromécanicien

Re: CAT LAI (INDOCHINE)

Message par Moana le Ven 28 Aoû 2009 - 17:20

Il en va de même pour les insignes métalliques des bâtiments de la Marine nationale, à propos du port sur la tenue.
Comme le "petit marin" arbore sur son bachi le ruban légendé de son unité,il a sans doute été jugé inutile de rajouter cet attibut sur la tenue (à l'inverse de l'Armée de terre ou de l'Air qui eux n'ont pas de ruban sur leurs képis, béret ou calot) !
Ceci dit, même que ces objets ne soient pas trop règlementaires, c'est une véritable passion de les collectionner, car pour ma part j'estime qu'ils sont chargés d'histoire !




    La date/heure actuelle est Jeu 22 Fév 2018 - 17:54