Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 653718 messages dans 13501 sujets

Nous avons 15515 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est MIKE83

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» LAÏTA (LST)
par marsouin Aujourd'hui à 20:26

» [LOGOS - TAPES - INSIGNES] Médaille Protection Militaire du Territoire
par BEBERT 49 Aujourd'hui à 20:17

» LA SPÉCIALITÉ DE SECRÉTAIRE MILITAIRE
par Kanail Aujourd'hui à 20:09

» CHELIFF (LST)
par Robert 69 Aujourd'hui à 20:04

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 19:13

» CFM BREST
par Jean-Marie41 Aujourd'hui à 19:06

» [Divers les classiques] La vie à bord d'un sous-marin classique (Sujet unique)
par Serge BAVOUX Aujourd'hui à 17:38

» FOCH (PA)
par loulou06000 Aujourd'hui à 17:17

» SÉMAPHORE - BEG MEIL (FINISTÈRE)
par COLLEMANT Dominique Aujourd'hui à 17:00

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par coutil Aujourd'hui à 10:23

» [Marine à voile] L'Hermione
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 9:08

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Bureaumachine busset Aujourd'hui à 8:32

» ÉCOLE DES FOURRIERS DE ROCHEFORT
par kerneve Aujourd'hui à 8:27

» les sous marins "SCORPENE"
par centime44 Hier à 16:49

» AMYOT D'INVILLE [AVISO]
par dgallene Hier à 11:49

» LANN-BIHOUÉ (B.A.N.)
par FRIEH Gérard Hier à 8:21

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DES APPRENTIS MÉCANICIENS
par dan83143 Ven 15 Déc 2017 - 14:22

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de la 56S à Nîmes-Garons
par jean claude monzie Ven 15 Déc 2017 - 9:21

» [ Recherches de camarades ] CFM Hourtin décembre 65
par chris 3317 Ven 15 Déc 2017 - 9:05

» CDT BOURDAIS (AE)
par Jean-Léon Ven 15 Déc 2017 - 0:48

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par J-L-14 Jeu 14 Déc 2017 - 20:12

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par larcher Jeu 14 Déc 2017 - 20:07

» [ Blog visiteurs ] LE Bâtiment HYDROGRAPHE LE LAPEROUSE
par Invité Jeu 14 Déc 2017 - 19:42

» [Associations anciens marins] FNOM
par Charly Jeu 14 Déc 2017 - 19:06

» [Papeete] PAPEETE - LES BARS DURANT VOS CAMPAGNES - TOME 2
par marsouin Jeu 14 Déc 2017 - 18:34

» FLOTTILLE 33 F
par GALAUD CLAUDE Jeu 14 Déc 2017 - 17:32

» ASTROLABE (BH)
par sledantec Jeu 14 Déc 2017 - 17:04

» [ Recherches de camarades ] RECHERCHE DE MARIN SUR LE PA CLEMENCEAU DU 2/9/75 Au 25/8/76
par JEANLOUIS Jeu 14 Déc 2017 - 16:35

» Saint-Mandrier (B.A.N.)
par Roli64 Jeu 14 Déc 2017 - 10:45

» [Les batiments auxiliaires] L'ESTAFETTE
par COLLEMANT Dominique Mer 13 Déc 2017 - 23:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades École Mécae de Rochefort-sur-Mer 06/75 à 02/76
par couee Mer 13 Déc 2017 - 19:18

» LIEUTENANT DE VAISSEAU LE HENAFF (AVISO)
par gilbert kerisit Mer 13 Déc 2017 - 18:35

» ESCADRILLE 56 S
par Charly Mer 13 Déc 2017 - 17:45

» [ Blog visiteurs ] Sikorski Jean
par Invité Mer 13 Déc 2017 - 17:29

» FLOTTILLE 24 F
par JACQUES SOUVAY ou BILL Mer 13 Déc 2017 - 10:14

» ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par PAUGAM herve Mar 12 Déc 2017 - 18:55

» [AUTRES SUJETS DIVERS] LA CALYPSO
par Joël Chandelier Mar 12 Déc 2017 - 18:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades BAN LANN BIHOUE année 87
par didier77 Mar 12 Déc 2017 - 17:18

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de la LIBELLULE 09/75 - 11/76
par fusible Mar 12 Déc 2017 - 16:58

» FLOTTILLE 23 F
par Stratman Mar 12 Déc 2017 - 16:10

» [Les stations radios et télécommunication] ] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par momo 1957 Mar 12 Déc 2017 - 14:08

» L'ACONIT (FRÉGATE)
par jjs Mar 12 Déc 2017 - 12:25

» REMORQUEUR L'ACHARNÉ
par HèmBé43 Mar 12 Déc 2017 - 10:59

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par A674 Mar 12 Déc 2017 - 10:40

» JEAN BART (FRÉGATE)
par timoniersoum Mar 12 Déc 2017 - 9:13

» Recherche anciens du TCD Ouragan ( de 86 à 88) ,..
par LECONTE Mar 12 Déc 2017 - 7:43

» [Les ports militaires de métropole] TOULON au début des années 60
par Bureaumachine busset Lun 11 Déc 2017 - 22:36

» HYERES (B.A.N.)
par harfang Lun 11 Déc 2017 - 21:21

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par Jean-Marie41 Lun 11 Déc 2017 - 19:30

» POINCARÉ (BEM)
par Mr Phil Lun 11 Déc 2017 - 19:19

» LIBERTÉ - 1906 (BATIMENT DE LIGNE)
par bernard pierre Lun 11 Déc 2017 - 18:34

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par Paulo Lun 11 Déc 2017 - 18:13

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Fred1961 Lun 11 Déc 2017 - 17:05

» Histoires de QUIMPER
par LEBRIS Lun 11 Déc 2017 - 16:50

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par gerardsin59 Lun 11 Déc 2017 - 16:27

» [ Blog visiteurs ] A J P DEPREZ TCD Foudre de 57 à 59
par TARO Lun 11 Déc 2017 - 14:05

» TOUS LES ESCORTEURS D'ESCADRE - DIVERS
par Thierry MORGADO Lun 11 Déc 2017 - 13:05

» DU CHAYLA (EE)
par Raymond L Lun 11 Déc 2017 - 12:49

» AMIRAL CHARNER (AE)
par Joël Chandelier Lun 11 Déc 2017 - 10:38

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par sarrosquy Lun 11 Déc 2017 - 10:03

» SUFFREN (FLM )
par sarrosquy Lun 11 Déc 2017 - 9:47

» [ Recherches de camarades ] Jacques Thibaud Mécanicien/Atomicien (Sous-Mariniers Lorient-Brest)
par Marc Taraud Lun 11 Déc 2017 - 9:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades École des Mousses Brest 09/65 à 06/66
par Jean-Luc Bastin Lun 11 Déc 2017 - 0:44

» [CAMPAGNE] NOUMÉA Tome 1
par joyault Dim 10 Déc 2017 - 22:11

» [Histoire et histoires] [Sujet unique] Le Centenaire de la Grande Guerre
par Bureaumachine busset Dim 10 Déc 2017 - 21:22

» [ Recherches de camarades ] Recherches de camarades DC GIROFLEE 77 et DC ACANTHE 78
par VALET Michel Dim 10 Déc 2017 - 19:20

» LE NORMAND (ER)
par Xavier MONEL Dim 10 Déc 2017 - 19:13

» SNSM BEG MEIL
par centime44 Sam 9 Déc 2017 - 22:09

» MÉCANICIENS, ÉLECTRICIENS, SÉCURITARDS
par COLLEMANT Dominique Sam 9 Déc 2017 - 16:26

» Recherche infos, photos concernant mon père BENOIT Maurice Cuirassé "Courbet" période 1936 à 1941
par Invité Ven 8 Déc 2017 - 18:57

» La spécialité de Radio
par Max Péron Ven 8 Déc 2017 - 18:23

» L'ÉFFRONTÉ (E.C.)
par skagerrac Ven 8 Déc 2017 - 14:47

» [ Blog visiteurs ] recherche livre d'or de la BAN saint mandrier ]
par Invité Ven 8 Déc 2017 - 13:38

» [Divers les nucs] Féminisation des SNLE à l'essai
par Nenesse Ven 8 Déc 2017 - 11:28

» [ Blog visiteurs ] Recherche photo commis aux vivres école des fourriers mars à juillet 83
par Invité Ven 8 Déc 2017 - 10:00

» FLOTTILLE 4 F
par J-C Laffrat Ven 8 Déc 2017 - 8:54

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par dan83143 Jeu 7 Déc 2017 - 18:53

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par JACQUES SOUVAY ou BILL Jeu 7 Déc 2017 - 17:43

» [ Blog visiteurs ] Recherche informations sur Louis Le Goff
par Invité Jeu 7 Déc 2017 - 17:42

» LA SPÉCIALITÉ DE TRANSMETTEUR
par Roli64 Jeu 7 Déc 2017 - 17:20

» JULES VERNE (BA)
par GENESLAY Jeu 7 Déc 2017 - 11:44

» [Divers les Nuc] Le BARRACUDA
par Joël Chandelier Jeu 7 Déc 2017 - 9:40

» [ Divers escorteurs côtiers ] EC Spahi
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:20

» [Divers escorteurs côtiers] Les Escorteurs Côtiers
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:19

» RUSÉ (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:19

» PNOM PENH (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:18

» LE VOLTIGEUR (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:18

» LE HARDI (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:18

» LE FRONDEUR (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:17

» LE FRINGANT (EC)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:17

» LE FOUGUEUX (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:15

» LANCIER (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:14

» L'OPINIATRE (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:14

» L'INTRÉPIDE (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:14

» L'ÉTOURDI (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:13

» L'ENJOUÉ (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:13

» L'EMPORTÉ (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:13

» L'ATTENTIF (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:12

» L'ARDENT (E.C.)
par Charly Jeu 7 Déc 2017 - 9:11

DERNIERS SUJETS


[Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Partagez
avatar
MARTIN DIT DUPRAY
QM 1
QM 1

Age : 83

Equipe des 240 heures

Message par MARTIN DIT DUPRAY le Lun 7 Juil 2008 - 21:18

avatar
Alain29
ADMINISTRATEUR TECHNIQUE
ADMINISTRATEUR TECHNIQUE

Age : 46
AMF - INFORMATICIEN MO1 NON

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par Alain29 le Lun 7 Juil 2008 - 21:21

MARTIN DIT DUPRAY
Heu! Tu légendes les photos pitêtre? Juste un petit commentaire dessus

avatar
MARTIN DIT DUPRAY
QM 1
QM 1

Age : 83

Equipe des 240 heures

Message par MARTIN DIT DUPRAY le Lun 7 Juil 2008 - 21:31

Oui, en effet, j'ai tellement été surpris que ça passe que j'en ai oublié la légende:
il y a qque noms que j'ai oubliés depuis, mais c'était avec le 1er Maître GAUTIER, avec Vésar, "Bitonio", Le Lain, Loseilleetc..., avec notre chien fétiche: Pesos, certains se reconnaitront peut-être. Martin, à plus.
avatar
CARRET
MATELOT
MATELOT

Age : 80
Mécanicien équipage

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par CARRET le Lun 20 Avr 2009 - 11:26

J'ai connu a la BAN AGADIR en 1956 , un ancien d'Indochine , qui m'apprit a conduire les camions . Il revenait de Tan Son Hut . Ce matelot s'appelait André GODARD . Il fut libéré avant moi ,et ne l'ai jamais revu . Quelque ancien de cette generation l'aurait-il connu ? Merci.
avatar
MARTIN DIT DUPRAY
QM 1
QM 1

Age : 83

André GODARD

Message par MARTIN DIT DUPRAY le Lun 20 Avr 2009 - 13:02

Bonjour,
Oui, en effet j'ai bien connu Godard, il était avec moi à la BAN de Tan Son Nhut en 1953/54, si ma mémoire est bonne, il était chauffeur à la base, et il était chargé des pleins des appareils.
Bien amicalement J. MDD.
avatar
CARRET
MATELOT
MATELOT

Age : 80
Mécanicien équipage

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par CARRET le Lun 20 Avr 2009 - 13:42

Merci MARTIN , enfin quelqu'un qui a connu quelqu'un que j'ai connu (sourire).André Godard a été liberé en Juin 56 environ.....et moi fin 57.Il m'avait laissé son camion en partant ........moi une adresse a Lyon dans ma famille pour l'heberger . Lorsque je suis revenu au pays , il avait disparu , sans laissé d'adresse......dommage.
Bien amicalement ......
avatar
MARTIN DIT DUPRAY
QM 1
QM 1

Age : 83

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par MARTIN DIT DUPRAY le Lun 20 Avr 2009 - 16:48


Rebonjour,
Je te joins une photo que je crois être Gogard aves dans ses bras son chien "Pesos".
J'étais moi aussi à Agadir en même temps que toi, à la 55 S comme mécano sur Lancaster, il y avais Le Maitre Miossec, "Mimosa" (je me rappelle que de son surnom) Larue, Georges Geldof, Gérard Prétot etc...je faisais aussi parti de l'équipe de judo du club d'Agadir avec le 2 ème Dan Baccherot. j'ai quitté Agadir juste un peu avant le tremblement de terre qui a ravagé la ville d'Agadir.
Bien amicalement. J. MDD
avatar
Invité
Invité

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par Invité le Mar 21 Avr 2009 - 9:41

Juste un salut aux agadiriens car j'était en stage VSV à la 55S sur B18 et je suis rentré à Port-Lyautey un mois avant ce désastre , dont on a ressenti les effets en ville.
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Ven 31 Juil 2009 - 14:38

Pour ceux qui n'ont pas connu la Base Mobile voici mon témoignage


Souvenirs de Tân-son-nhut – mars-avril 1947

Spoiler:
A l’issue d’un voyage de trente trois jours le Dixmude arrive enfin à Saigon, après avoir remonté la rivière à vitesse lente depuis le Cap Saint Jacques, nous atteignons la ville le 3 mars 1947 en fin de journée et accostons à proximité de l'Unité Marine, non loin des rues principales de la ville.

L’aéroport de Saigon, est situé au Nord-Ouest de la ville, pour y parvenir la route parcourt quelques km à travers des quartiers de villas. Le ciel est lourd de nuages de mousson, la végétation équatoriale obscurcit souvent les lieux, les traces noirâtres de moisissure laissées par les pluies sur les murs des constructions les font paraître plus décrépies qu’en réalité, la chaleur humide nous surprend, ainsi que des nouvelles senteurs exotiques faites d’un mélange d’odeurs de fleurs, de cuisine et de moisi. Sur le trajet, beaucoup de vélos, de cyclo-pousse, de pousse-pousse tirés à bras s’entrecroisent avec les voitures et les camions militaires, le tout dans un tintamarre de coups de klaxon..

A la Patte d’oie de Tân-son-nhut, nous entrons sur la base. C’est en réalité un ensemble de villas, réquisitionnées depuis le départ des Japonais et affectées à l’Aéronavale pour y loger le personnel et les services administratifs.
Les villas dites Jumelles pour les Maîtres et premiers-maîtres, la villa La Mauresque pour le Poste des seconds, et les ex locaux de la Météo civile pour les Quartiers-maîtres et l’équipage, dans ce bâtiment les chambres des Quartier-maîtres sont équipées de lits pliants Picot et de moustiquaires...

A la Patte d’oie la circulation est très intense, les véhicules et camions militaires côtoient vélos, charrettes et troupeaux de canards ! …et aussi boites d’allumettes ( carrioles tirées par un petit cheval ) et nombreux piétons qui portent de lourdes charges avec leur balancier, en utilisant l’effet de ressort et le déhanchement pour alléger le poids,.

La chaleur moite est nouvelle pour nous, quelques ventilateurs personnels sont présents ainsi que les brasseurs d’air de plafond. Les averses de mousson rafraîchissent heureusement l’atmosphère de temps à autre, la violence des pluies nous surprend, le ciel s’obscurcit brutalement jusqu’à faire presque nuit et la pluie tombe avec des gouttes énormes, déversant une telle quantité d’eau que toute circulation s’arrête pour un temps ! Ces pluies tièdes sont bienfaisantes pour calmer les démangeaisons de la bourbouille, cette inflammation de la peau qui touche surtout les corpulents.

A proximité des villas se trouve le village de Tân-son-hoa, constitué de paillotes parmi les bananiers Ceux-ci produisent des fruits assez petits, et nous apprenons vite à nous méfier des serpents-minute cachés dans les régimes.

C’est un vrai plaisir de se doucher tous nus sous les gouttières, mais un moment après il refait aussi chaud... La nuit il faut s’adapter à ces nouvelles conditions de chaleur humide, aux moustiques et aux margouillats, les seconds mangeant les premiers, il faut également accepter les coassements des crapauds-buffles jusqu’à l’heure du branle-bas

Nous recevons notre affectation, pour moi c’est la Base mobile, c’est à dire l’atelier radio, je reste donc à Tân-son-nhut et suis un peu déçu de ne pas être désigné pour la Flottille 8F.
Mes trois autres copains sont désignés peu après pour la base d’hydravions de Cat-Laï, située non loin de Saigon sur le fleuve Donnaï..
Je fais connaissance avec les volants de la 8F dont certains sont encore des anciens d’Agadir arrivés ici fin 45.

Les installations techniques sont situées à courte distance de la Patte d’Oie, néanmoins nous nous y rendons en camion à chaque mise à l’ouvrage.
Nous partageons le terrain et ses équipements avec l’Armée de l’Air, les groupes de transport Anjou et Béarn équipés de C47 et JU 52,et un groupe de chasse et ses Spitfire. ( La BAN ne sera crée que plus tard dans la zone Sud, au début 1953 après le remplacement des Catalina par les Privateer ).

Pour la Base mobile et la 8F nous disposons seulement d’un hangar et de bâtiments de servitude pour le garage et le service incendie, la tour de contrôle est commune, mais tenue par l’Armée de l’air, l’indicatif phonie est Saigon airport. nos Catalina sont alignés sur la piste à proximité du hangar ainsi que des SBD de la 3F, catapultés du Dixmude à notre arrivée .

Le local radio est situé dans une alvéole le long du hangar, entre le bureau de l’ingénieur mécanicien et l’atelier équipement, c’est la « shop radio » appellation employée par les anciens, qui nomment aussi la remorque atelier des mécaniciens le « metalsmith », habitude prises du temps ou la 8FE faisait partie du dispositif américain basé à Agadir.

A l'exception des dépannages à faire sur-le-champ, les travaux d’entretien et de révision sont organisés toutes les soixante heures de vol des avions, ce qui correspond en gros aux rotations de quinze jours sur le Tonkin effectuées en alternance par les appareils.
Les révisions de deux cent quarante heures, plus importantes, nécessitent le retour en France, ces voyages sont les bienvenus pour les équipages qui ont le temps de se régénérer un peu.
Lors des retours sur Saigon, certains sabotages seront constatés sur les avions révisés à Cuers-Pierrefeu, volontairement exécutés, pense-t-on, par certains ouvriers civils des constructions navales, fort heureusement ces sabotages sont toujours dépistés à temps. ( ces informations seront corroborées plus tard dans plusieurs ouvrages sur l’Aéronautique navale, en particulier « Les pingouins d’Indochine de René Bail » )

Je suis mis en équipe avec Quéran pour l’entretien des équipements radio : ATB, ARB, GO9, le goniomètre, le téléphone de bord et la sonde altimétrique AN/APN1.

Le matériel commence toutefois à être sérieusement fatigué et comme les rechanges font défaut, nous ne sommes pas toujours dans les situations idéales pour appliquer ces méthodes à la lettre, il nous faut souvent faire preuve d’ingéniosité et avoir recours au système D pour venir à bout de nos problèmes.

A cet époque le trafic radio local avec le sol est assuré par le tandem ATB/ARB, l’ATB est utilisé pour les liaisons phonie HF sur 6440Khz, qui est alors la fréquence d’approche des tours de contrôle , ainsi que pour toutes les liaisons phonie avec les troupes au sol, car les Catalina sont dépourvus de VHF.
C’est donc le radio qui procède aux réglages à chaque changement de fréquence avant de donner la parole au pilote. Le trafic graphie est utilisé lors des vols vers le Nord au moyen du GO9, émetteur puissant.

Mon premier travail consiste à nettoyer les selfs d’accord et les molettes des émetteurs ATB par trempage dans du trichloréthylène, sans trop frotter leur protection argentée, et de les lubrifier ensuite légèrement avec un rare et précieux compound américain. J’apprends aussi à remplacer les lames de relais d’antenne de l’émetteur GO9, normalement platinées, par des morceaux de clinquant prélevés dans la remorque du metalsmith, découpés et mis en forme à la pince. Les relais d’antenne du GO9 sont extrêmement sollicités en fonctionnement, mais tant qu’il y du clinquant nous pouvons faire face.

André Gignan et Charles Fournaise ont en charge la bonne marche de l’atelier, ce sont deux des premiers radaristes formés en Angleterre.
Le programme du moment est l’installation des ensembles V.H.F. TR 1143 d’origine anglaise sur tous les avions.
Le montage et le démontage des matériels dans les avions fait partie du boulot, la température avoisine parfois les 60° dans les coques l’après-midi sur la piste !

Peu avant mon arrivée les viêts ont commencé à tirer sur les avions, depuis début 1947 plusieurs appareils ont été touchés par des tirs avec quelquefois des blessés, les plus légers sont soignés à l’infirmerie de la base, les blessés graves vont à l’hôpital de Saigon, c’est le cas d’un mécanicien qui a reçu une balle le long de la colonne vertébrale du fait de sa position dans la tour, compartiment vertical situé entre la coque et les plans du Catalina.

Quelque temps après mon arrivée, au cours d’un travail sur la piste, je reçois accidentellement une barre métallique qui se détache d’un camion grue, touché aux deux tibias je suis admis à l’infirmerie où sont encore soignés certains blessés en opérations. Nous avons droit à la visite du Ministre de la Marine Jacquinot, qui félicite tout le monde sans distinction avec une poignée de main aux " braves " dont je n’ai ni demandé, ni mérité de faire partie !

Mes plaies ne guérissent pas plus vite pour autant, l’air saturé d’humidité et les gouttes de transpiration dont nous sommes couverts en permanence ne sont pas favorables à la cicatrisation. Les coupures se transforment en cro-cros ou plaies annamites pour lesquelles les soins les plus efficaces sont l’Eau d’Alibour et la pommade Coco, du nom de l’infirmier de la base, inventeur de cette préparation faite avec de la vaseline, du mercurochrome et des comprimés de sulfamides écrasés.

Les sorties sur Saigon se font en stop depuis la Patte d’oie, toute la journée des camions de l’Armée de l’air font des rotations entre la base et la ville, avec des gros Thornycroft laissés par les Anglais en 1945, plus nombreux que les nôtres, ils ramassent tout le monde
L’agglomération Saigon-Cholon est très étendue, début 1947 peu de quartiers présentent de vrais risques d’insécurité, mais quand les consignes exigent les sorties en armes les Officiers mariniers portent le revolver, 92 ou Smith et Wesson, matelots et quartiers-maîtres doivent porter le mousqueton, ce qui représente un désagrément certain vu le poids de l’arme.

La rue Catinat est la plus parcourue pour les promenades, avec ses hôtels et cafés réputés : Continental, Majestic, Saigon Palace, mais aussi le boulevard Charner où se tiennent les marchands de fleurs et beaucoup de marchands ambulants. Le long de la rivière, le dancing La Pergola, devant l’unité Marine, et le café de la Pointe des Blagueurs sont également très fréquentés. Au milieu de la rue Catinat, au bar Chez Jean, je retrouve avec surprise Aimable, un accordéoniste parisien des années d’occupation, maintenant bien loin du Floréal et des Grands Boulevards, mais qui continue à jouer du jazz, cette fois-ci avec un orchestre de Philippins.
Les ballades en cyclo-pousse nous mènent depuis le boulevard. Charner jusqu’à la ville chinoise de Cholon, où règne une grande activité jour et nuit ! La rue des Marins, les boites et les maisons de jeu sont nombreuses, le Kim-son, l’Arc-en-ciel, le Grand Monde et ses taxi-girls… Les boissons les plus courantes sont la bière Larue et le cognac-soda.

Certains vont plus loin, à la recherche des plaisirs d’Orient du style fumeries d’opium, leurs adresses sont connues d’un ou deux initiés de la 8F, déjà assez anciens pour être à l’aise avec les commerçants chinois qui connaissent les filières.

Nos sorties nous amènent parfois du côté de Gia dinh, quartier de prédilection des parachutistes et des légionnaires, où des tas de petites échoppes en plein air permettent de manger de la bonne cuisine asiatique.

Nous ne manquons pas de nous intéresser aussi aux jeunes cochinchinoises fragiles et gracieuses dans leur longue robe fendue, j’apprends qu’elles portent les nattes dans le dos avant le mariage et le chignon par la suite.
Les relations avec la communauté européenne de Saigon sont difficiles, sinon inexistantes pour nous militaires, une seule fois, notre copain René Lelionnais, natif de Dinan, est invité à un cocktail chez des amis de ses parents qui tiennent une affaire à Saigon, il nous fait participer à la réunion, mais malgré l’agrément des rencontres, cet événement n’aura pas de suites.
Entre avril et mai 47 le Lockheed PV-1 Ventura de l’Amiral Thierry d’Argenlieu, baptisé 18 juin 40 stationne à proximité de la shop radio, ce qui nous permet d’admirer ses équipements modernes et performants, dont un magnifique radiocompas automatique Bendix, et un ensemble de phonie d’une très grande portée, le rêve pour un radio ! L'équipage est fier de sa performance, aller-retour France Saigon (24000 km en 65 heures de vol ).

Il commence à être temps pour moi de penser aux heures de vol et je me porte volontaire pour une mission au Tonkin.
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Ven 31 Juil 2009 - 17:24

Voici la suite des souvenirs à la 8F Catalina

Souvenir de ma première mission au Tonkin du 2 au 24 avril 1947

Spoiler:
Début avril 1947 je fais partie de l’équipage du PBY 8F5 en partance pour le Tonkin. Le chef de bord est le Cdt. Yoyote-Husson, commandant de la flottille, avec, si ma mémoire est bonne, comme mécaniciens, René Scieller et le QM Briais qui fait office de volant, un des mitrailleurs est Jean Kerloch, le premier radio est Cariou.
A bord je suis donc second radio, encore jeune QM frais émoulu du cours, c’est ma première mission importante depuis mon arrivée à Tan Son Nhut.
L’indicatif de l’avion est FXCHE. La route du Tonkin est fort bien connue de Cariou, il a préparé à mon intention les indicatifs des stations qui jalonnent le parcours et me laisse au manip.
Nous survolons d’abord le Cambodge, puis Paksé et Séno au Laos, Vinh en Annam et nous arrivons au Tonkin et nous posons à Cat-bi, le terrain d’Haiphong.

Nous allons assurer la relève avec l’avion précédent, nous savons que la quinzaine à venir va être chargée, car c’est le déclenchement de la première opération inter-armes d’envergure pour dégager les villes du delta tonkinois encerclées par le Viet-minh depuis l’insurrection de décembre 1946. Notre premier objectif est Hoa Binh.

Le 8F5 est pour l’occasion transformé pour la première fois en PC Transmissions volant pour coordonner une opération. L’équipement radio standard du PBY comprend : pour l’émission en graphie l’émetteur GO9 et pour la phonie l’ensemble émission-réception ATB/ARB, ce dernier utilisé habituellement pour les liaisons d’approche avec les tours sur la fréquence de 6440 Khz, nous disposons toutefois d’un des premiers VHF TR1143 installé par Charles Fournaise à la shop radio de la Base Mobile (les PBY étaient arrivés du Maroc dépourvus de VHF) ainsi que d’un SCR 300 de campagne pour les contacts directs avec les troupes au sol.

A partir de Cat-bi nous partons alors en mission au-dessus du delta, enchaînant les reconnaissances et les missions d’appui feu dans la zone de Vietri et Vu-Ban avec mitraillages de jonques, lâchés de tracts, parachutages de containers... Au-dessus de Chiné nous essuyons quelques légers tirs de DCA, sans gravité pour l’avion. Il faut dire que le Grand Oiseau blanc, comme disent les viêts, constitue toujours une cible de choix à basse altitude.

Le danger n’est pas nul, ceux de la 8F se souviennent de l’accident qui faillit coûter la vie à Elie Charmot, mais que dire de celui qui guette ceux qui sont en dessous au contact direct avec les viêts. Cette opération est pour moi une sorte de baptême du feu, pour la première fois je suis amené à participer à des mitraillages depuis le blister, lors d’une première passe sur des jonques suspectes l’usage de la 12.7 ne m’est pas encore familier et je ne suis guère précis, au cours de volant nous tirions d’un Glenn Martin par la trappe ventrale.
Lors d’une seconde passe, je me rends dans la tourelle de nez, là les deux mitrailleuses sont des 7,62, plus faciles à manier, je distingue alors très bien les occupants des jonques qui sautent dans l’eau au moment de la passe, sont-ils touchés ? je dois surmonter mes émotions du moment. Notre plus longue mission est celle du 15 avril, 5h 30 au dessus de Hoa Binh, le 16 avril nous apprenons que la ville est enfin dégagée.

A l’issue de cette opération nous partons ensuite sur Hanoi, et toute la semaine suivante nous continuons les reconnaissances et les mitraillages sur la zone du delta, Chuc-ly, Cho-bo, cette fois à partir du terrain de Gia-lam. Le soir, au retour de mission, nous retrouvons nos casernements d’Hanoi, situés dans des villas, ils sont tristes et froids comparés à ceux de Tan-son-Nhut, les Tonkinois sont de même.
A l’issue de la quinzaine, la limite des heures de vol est atteinte pour l’avion et nous devons redescendre sur Saigon pour le faire entrer en visite, laissant la relève à l’appareil suivant.

Une surprise nous attend toutefois : le Cdt Yoyotte-Husson invite tout l’équipage à visiter la Baie d’Along sur des sampans, c’est une grande faveur, je n’ai pas entendu dire que cela se soit reproduit par la suite.
Nous nous posons entre les îlots où un rendez-vous a été pris avec les patrons des sampans, L’ hydro c’est aussi une première pour moi, en coordination avec le pilote il faut se glisser sous la tourelle avant et faire la prise de bouée avec la gaffe de bord, pas si facile, les cours de matelotage sont loin !

Une fois l’appareil au mouillage nous nous répartissons à raison de trois par sampans, notre sampanier vit sur l’embarcation avec femme et enfant, malgré l’exiguïté du bateau, il nous libère un peu de place et fait ce tout ce qu’il peut pour nous être agréable pendant les deux jours, où nourris de poisson cuit, de nuoc-mâm et de riz, il nous fait naviguer entre les îlots, tous baptisés de noms pittoresques en rapport avec leur forme.
Nous allons visiter le Cimetière marin Amiral Courbet, nous nous recueillons sur les tombes des marins avant de grimper au sommet du rocher en passant par une grotte terminée par un boyau étroit connu des sampaniers, afin de trouver l’endroit idéal pour contempler le magnifique spectacle offert par toutes ces Iles plus ou moins perdues dans la brume … Il ne me reste qu’une photo pour témoigner de l’événement, cette première mission au Tonkin restera marquée dans ma mémoire …


Ensuite c’est le retour sur Saigon par la côte d’Annam, Tourane et Nha trang, nous profitons du parcours pour effectuer en même temps une reconnaissance côtière.


Dernière édition par CAODAI le Sam 1 Aoû 2009 - 16:18, édité 1 fois
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Ven 31 Juil 2009 - 17:50

Suite et fin pour aujourd'hui, je pense que j'ai bien mérité de boire un pot à votre santé à tous.
Bonne fin de journée
CAODAI


Souvenirs de Tan son nhut -mai 47 –mai 48 ( suite et fin )

Spoiler:
De retour du Tonkin je continue les vols d’essais et de rodage et du « touch and go » lors des vols d’entraînement pour familiariser les nouveaux pilotes.
Je fais deux aller-retours sur Pnom-penh, et des missions diverses sur la Plaine des Joncs et le Golfe du Siam, reconnaissances fluviales, missions photos, recherches de jonques, lâchés de tracts sur les zones viêts et surveillance de parachutages.
Au-dessus du delta du Mékong les rizières ressemblent à un immense miroir à facettes, découpé au carré par les diguettes …
Nous faisons également des liaisons sur Cantho et MyTho, ces fois là en hydro.

En juillet 1947 un incident grave se produit, l’explosion accidentelle d’une grenade au phosphore à bord d’un avion, malencontreusement dégoupillée trop tôt, avec pour résultat: 7 blessés, dont les plus graves vont à l’Hôpital Grall de Saigon, les autres sont soignés à l’infirmerie de la Base mobile.

Toujours en juillet un C 47 du Groupe Anjou se crashe au décollage sur les installations de Tân-son-nhut, un des moteurs de l’avion se détache et vient finir sa course juste devant la porte du bureau de l’Ingénieur mécanicien situé à côté de la shop, l’IM Gouriten, est heureusement absent à ce moment là. ! Les aviateurs déplorent des victimes, mais pour nous cet accident est sans autres conséquences que quelques réparations. Quelques mètres de plus pour que le Pratt & Whitney ne traverse le bureau et fasse d’autres victimes jusque dans le hangar.

Un second incident se produit devant le hangar du Groupe Anjou distant d’une cinquantaine de mètres, lors de travaux de soudure à l’arc, un fût d’essence vide explose brutalement, brûlant grièvement un sergent qui court se réfugier vers nous en feu, nous éteignons ses vêtements en attendant l’ambulance, il est très gravement brûlé. Je vois encore la peau de ses bras descendue et roulée comme des chaussettes au niveau de ses poignets, il s’en sortira par la suite…

En février 48, mes bonnes relations avec les aviateurs du groupe Anjou me permettent de faire du " touch and go" de nuit sur un C47, toute heure de vol est bonne à prendre pour moi, je constate que l’avion est bien équipé en radio, VHF SCR 522 et BC 348, mieux que chez nous.

En mai 1948, je suis promu au grade de Second-maître, comme Officier marinier je fais maintenant le tour de service au poste de garde situé le long de la route devant la Mauresque, les nuits sont parfois ponctuées de fusillades, les coups partent souvent des postes tenus par l’Armée de l’air, car les ombres suspectes de la nuit provoquent de leur part des réactions préventives, au matin nous apprenons de temps à autre que des attaques viêts ont réellement eu lieu, avec de la casse du côté des sentinelles, j’avoue connaître parfois une sensation d’inquiétude assez proche de la peur, à me trouver à demi éclairé avec mon malheureux revolver Type 92 pour toute artillerie.

Comme Après une promotion la bonne règle veut que je change d ‘affectation au sein du GAN, je fais savoir ma préférence pour la 8F, mais rien n'est sûr En attendant ma nouvelle affectation je suis détaché pour un temps à la station radio de la Météo civile, dans la banlieue de Saigon, les opérateurs indochinois sont experts en lecture au son des météos automatiques à grande vitesse, ils sont sympathiques mais mon renfort ne les aide guère et cela ne me passionne pas tellement non plus. J’en profite pour visiter un peu la ville dans la journée en dehors des vacations, le Jardin Botanique ,le Théâtre, la Cathédrale et la Poste que l’on croirait sortie d’une de nos villes de province. Malgré toutes ces curiosités Saigonnaises, je demande à regagner Tan Son Nhut rapidement dès que j’apprends ma désignation pour la Base de Cat-Laï.
Je suis donc à peu près à mi-campagne, pour la suite j’ai hâte de découvrir cette base hydro de 1932 surtout d’essayer de voler sur Aichi.
avatar
Invité
Invité

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par Invité le Ven 31 Juil 2009 - 17:53

Juste une petite question, ce beau récit ravive les souvenirs mais je ne me souviens plus du nom d'une villa , près de la patte d'oie, je crois que c'était villa "Jeanne d'Arc" ,où logeaient les pilotes 14F.Peux tu confirmer ? Merci , a +.
avatar
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 76
Détecteur NON

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par jean-claude BAUD le Ven 31 Juil 2009 - 20:41

CAODAI, , un réel plaisir de lire toutes ces anecdotes vécues..




"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]
avatar
3eme ligne
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 70
Radio NON

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par 3eme ligne le Ven 31 Juil 2009 - 22:56

Récit intéressant d'un radio, qui a donc connu les améliorations et la modernisation des postes utilisés. J'attends avec impatience la suite.

TKS 73 88





"Give blood, play rugby !"
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Ven 31 Juil 2009 - 23:41

Merci de vos compliments

Pour Sartor, je vois que nous sommes quelque peu voisins en âge,mais nos affectations n'ont pas été les mêmes, j'ai connu bien des pilotes mais toujours dans les lourds? Je suis bien incapable de me rappeler où se trouvait
la Villa Jeanne d'Arc en 1948-49, je me souviens seulement de la villa du Cdt qui se trouvait sur la route de Saigon, près d'un passage à niveau. Je poserai tout de même la question à un copain de la 28F Privateer, car c'est la même époque que la présence de la 14F.

Pour 3ème ligne,nous avons la même patronne, mais pour ce qui est de la modernisation de la radio je suis désolé, je n'ai pas d'autres souvenirs d'Indo à te mettre sous la dent. Je viendrai peut être faire un tour sur le site d'Agadir car j'ai quelques souvenirs des années 49-51 à conter.


Bonne nuit à tous




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Sam 1 Aoû 2009 - 8:25

Pour completer voici quelques photos

Sur la première ce qu'étaient les installations en 47-48

Sur la seconde ce qu'il en reste aujourd'hui

Sur la troisième les Catalina de la 8F en 47





avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Dim 2 Aoû 2009 - 16:52

Encore quelques unes



1947 Une boite d'allumettes à la Patte d'oie



1948 Devant l'atelier radio, torse nu les collègues de l'atelir équipement
avatar
GALAUD CLAUDE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 75
Mécanicien

BASE MOBILE de TAN SON NHUT

Message par GALAUD CLAUDE le Ven 7 Aoû 2009 - 7:16

Hello FRED

Si ma mémoire ne me trahie pas: quand j'étais à LARTIGUE en 1960-62 il y avait bien la Base Mobile 2 (BM 2) qui était reléguée au fond du site vers la 28 F.......souvenirs souvenirs
Amicalement
G C
avatar
Le Paulois
MATELOT
MATELOT

Age : 81
NON

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par Le Paulois le Ven 7 Aoû 2009 - 8:46

Le Radio torse nu au premier plan n'est-ce pas Eugène LECLANCHE de LARMOR-PLAGE 56 ?
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Ven 7 Aoû 2009 - 18:08

Réponse à vos questions par des questions

- Qui est Fred ? BM2 : Je ne connais pas cette Base Mobile, à quelle flottille servait elle de support technique, la 28F était alors sur P2V6 ( de janvier 61 à avril 63 )

- Eugène Leclanche ? non, nous n'étions que trois radios au dépannage( en chemise ) au premier plan, c'est un mécanicien d'équipement dont j'ai oublié le nom, Leclanche était-il radio volant à la 8F ? il n'y avait pas d'autres radios à TSN à cette époque.

Amicalement

CAODAI




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Jeu 13 Aoû 2009 - 10:23

Réponse à Sartor

Au sujet de l'emplacement de la Villa, voici ce que Didier Vidal (ancien de la 28F)m'a répondu :

Concernant la villa Jeanne d'Arc, je suppose qu'elle était réservée au personnel officier car sur base il n'y avait à mon époque que le batiment officier dont le nom m'était inconnu. peut être avait-il été baptisé ainsi par les officiers locataires. Mais je peux demander à mon ancien chef de bord que je revois de temps en temps ici. Bonne journée


Dernière édition par J-C Laffrat le Lun 7 Jan 2013 - 0:22, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par Invité le Jeu 13 Aoû 2009 - 11:10

Merci mais pour plus de précisions (periode F4U7 donc après le cessez le feu) cette villa était en dehors du terrain , à la patte d'oie direction Saïgon et n'était pas pour les officiers,sinon les mariniers.L'avantage etait qu'en complète liberté,on pouvait aller à notre guise,en dehors bien sûr des horaires de service.

Mais tous ces souvenrs sont confus , car entre Tourane , TSN et le BB ,des vols, pas de vols ,HongKong ,stage à Cat-Laï,repos à Dalat , sorties (parfois tardives) à Saïgon (entre autre Cholon),parc à buffles,je mélange un peu . A+
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Jeu 13 Aoû 2009 - 12:05

Bien saisi ta réponse, en fait vous n'étiez pas logés dans l'emprise de la BAN, mais sans doute à côté de La Mauresque.
Depuis l'origine de la 8F Catalina il y avait à la Patte d'Oie , quelques villas qui devaient, comme La Mauresque, continuer d'être utilisées par l'Aéro même après la construction de la BAN.
Il y avait deux villas jumelles,anciens Postes des Maîtres et les anciens bâtiments de la Météo civile qui avaient été les casernements équipage,
En 1947-49 j'ai connu aussi les endroits que tu cites


Dernière édition par J-C Laffrat le Lun 7 Jan 2013 - 0:23, édité 2 fois
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par J-C Laffrat le Ven 9 Oct 2009 - 16:14

Petite contribution complémentaire sur Tan Son Nhut

Le premier terrain d'aviation de Saigon fut construit au cours des années 1920 quand les Français décidèrent de créer un petit aérodrome avec piste en terre dans la zone du village de Tan Son Nhut, il prit alors le nom d'Aérodrome de Saïgon-Tan Son Nhut et servit aux premières liaisons commerciales avec la France, assurées à partir de 1926 par la compagnie Air Asie, puis par Air France au cours des années 1930.

En 1940 l'Armée de l'Air y déploya une escadrille de bombardement équipée d'avions Potez, mais dès 1941 les occupants Japonais exigèrent que la base soit mise à leur disposition, les installations furent alors utilisées par l'Armée Impériale Japonaise comme base de transport, ils y effectuèrent certains aménagements, en particulier la construction de nouveaux hangars.

Après la reddition du Japon la base fut un temps contrôlée par les Anglais avant d'étre restituée aux Forces Françaises à la fin de l'année 1945, l’Aéroport de Saïgon-Tan Son Nhut comportait alors deux pistes asphaltées, l'une de 1600 m orientée Nord Sud et l'autre de 1700 m orientée Est Ouest ,les installations comprenaient une aérogare,des bâtiments de servitude et une demi douzaine de hangars.





Ces installations furent partagées entre l'Armée de l'Air, l'Aéronavale et l'Aéronautique civile pendant toute la durée de la Guerre d'Indochine.

Vers 1951 la piste Nord Sud fut prolongée dans sa partie sud pour permettre la création d'une nouvelle base destinée à accueillir les quadrimoteurs Privateer de
l' Aéronavale.

En 1953 l'aviation militaire sud vietnamienne vint s'y installer à son tour avec quelques avions de transport.

En 1956, après le départ des Français,les Américains construisirent une nouvelle piste de 2800 mètres, orientée Est Ouest,dans le cadre d'un plan d'aide au Gouvernement du Sud Vietnam et la piste Nord Sud cessa d'être utilisée.

A partir de 1961 l'U.S. Air Force s'y installa et pendant toute la Guerre du Vietnam l’ensemble des installations fut utilisé conjointement par l’aviation militaire américaine et l'aviation sud vietnamienne. Tan Son Nhut Air Base fut alors réputée comme l’une des places les plus actives dans le monde pour le nombre de mouvements aériens jusqu’à la chute de Saigon en 1975.

Après la prise de pouvoir par les communistes l’aéroport fut rebaptisé Tan Son Nhat International Airport , en 2009 il est doté de deux pistes de respectivement 3050 et 3500 m orientées Est Ouest.


Tan son nhut Air Base en 1968- Au centre de la photo les anciens hangars de l'Armée de l'Air et de l'Aéro sont bien visibles.



Actuellement sur Google Earth, en A la zone de l'époque 8F Catalina, en B la zone occupée par la BAN à l'époque 28F Privateer




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
CARRET
MATELOT
MATELOT

Age : 80
Mécanicien équipage

Re: [Divers les B.A.N.] Base Mobile de Tan Son Nhut

Message par CARRET le Ven 9 Oct 2009 - 18:34

Emouvants et admirables ces échanges de souvenirs empreints de nostalgie ,anecdotes et de détails . je n'ai pas connu cette époque étant de celle "juste aprés" . Mais je pense que s'il fallait justifier l'existence d'"Anciens cols bleus et....", en voila encore une parfaite illustration . Encore merci à tous.




    La date/heure actuelle est Dim 17 Déc 2017 - 20:33