Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Avatar22 [Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 964196 messages dans 16052 sujets

Nous avons 7692 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est peney

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Livreo10

Derniers sujets

» LA GALISSONNIÈRE (EE)
par LEMONNIER Hier à 23:02

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par sculfort Hier à 22:24

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 12
par Gérard Bodo Hier à 21:44

» [ Aéronavale divers ] FICHES TECHNIQUES APPAREILS, BASES, UNITES
par marienneau jean-michel Hier à 18:57

» [Les états-major des ports et régions] MARINE PARIS
par Joël Chandelier Hier à 17:22

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par PAUGAM herve Hier à 16:34

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par DALIOLI Hier à 8:47

» [ Blog visiteurs ] Maquettes sous-marins Type DAPHNÉ
par JJMM Ven 21 Jan 2022 - 18:43

» FLOTTILLE 11 F
par douzef Ven 21 Jan 2022 - 17:35

» [LES B.A.N.] AGADIR
par TECTAM Ven 21 Jan 2022 - 17:33

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 018
par Jean-Léon Ven 21 Jan 2022 - 12:18

» [ Divers - Les classiques ] La vie à bord d'un sous-marin classique
par goblin Ven 21 Jan 2022 - 11:54

» [ La S.N.S.M. ] SNSM Le Conquet
par Gé29 Ven 21 Jan 2022 - 10:45

» COURBET F712 (FREGATE)
par marsouin Ven 21 Jan 2022 - 10:00

» MINERVE (SM) - TOME 2
par Jean-Marie41 Jeu 20 Jan 2022 - 20:56

» Section Marine École de Tours
par Jean-Marie41 Jeu 20 Jan 2022 - 18:13

» [La spécialité de...] Électromécanicien d'Aéronautique (Elaer, émarm) (Sujet unique)
par john83 Jeu 20 Jan 2022 - 16:42

» [ École des Mousses ] École des mousses promotion 72/73
par jm rod Jeu 20 Jan 2022 - 14:20

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG
par bernard26700 Jeu 20 Jan 2022 - 13:20

» CALLIOPE (CM)
par joelbal73 Mer 19 Jan 2022 - 21:13

» EFFICACE (RC)
par morché patrick Mer 19 Jan 2022 - 21:04

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades AE PROTET 69-70
par peltier Mer 19 Jan 2022 - 18:53

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades Écoles des Timoniers et questions sur le sous-marin Minerve
par DUQUENNE Mer 19 Jan 2022 - 17:12

» [Votre passage au C.F.M.] Le CPER Hourtin
par jean michel GERARD Mer 19 Jan 2022 - 15:33

» [ Blog visiteurs ] Recherche Pierre Lesueur EV 1° classe en 1962 - Poste d'Azzouna (DBFM)
par Invité Mer 19 Jan 2022 - 11:23

» [AUTRES SUJETS DIVERS] LA CALYPSO
par Papytragin Mar 18 Jan 2022 - 14:58

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par tabletop83 Lun 17 Jan 2022 - 23:13

» FLOTTILLE 25 F
par kermonnach Lun 17 Jan 2022 - 18:59

» [ Logos - Tapes - Insignes ] LES INSIGNES DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE...
par DALIOLI Lun 17 Jan 2022 - 17:30

» SÉMAPHORE - PENMARC'H (FINISTÈRE)
par Joël Chandelier Lun 17 Jan 2022 - 13:11

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE) Tome 2
par Jean-Léon Dim 16 Jan 2022 - 12:58

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par salonais Dim 16 Jan 2022 - 8:21

» P 400
par pti clou Sam 15 Jan 2022 - 19:38

» BLAVET (BDC)
par alain EGUERRE Sam 15 Jan 2022 - 8:46

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine).
par MILLET Jean Claude Ven 14 Jan 2022 - 18:24

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES FOURRIERS CHERBOURG
par armorique Ven 14 Jan 2022 - 16:44

» [Vie des ports] Le Conquet
par Gé29 Ven 14 Jan 2022 - 8:58

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( TOME 3 )
par JJMM Ven 14 Jan 2022 - 8:52

» [VIE DES PORTS] Quelques bateaux de pêche (sur nos côtes Françaises)
par alain EGUERRE Jeu 13 Jan 2022 - 21:51

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES FOURRIERS DE ROCHEFORT
par Roger Tanguy Jeu 13 Jan 2022 - 12:04

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par PICCOLO Mer 12 Jan 2022 - 18:41

» CDT BOURDAIS (AE) Tome 3
par ryckelynck Mer 12 Jan 2022 - 16:18

» [ Logos - Tapes - Insignes ] TAPE DE BOUCHE ET COUPELLE
par HèmBé43 Mer 12 Jan 2022 - 14:59

» MERCURE (DC)
par 1966 mercure Mer 12 Jan 2022 - 8:12

» [LES B.A.N.] LANN-BIHOUÉ
par casinogarage Mer 12 Jan 2022 - 1:30

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG - TOME 1
par Jean-Marie41 Mar 11 Jan 2022 - 19:33

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par boizard dit berry Mar 11 Jan 2022 - 19:32

» [RECHERCHES DE CAMARADES]Recherches de camarades BE détecteur CIN saint mandier 03/90 a 05/90
par david villelongue Mar 11 Jan 2022 - 18:09

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC du Pays de Montbéliard (25)
par CLAUDEL JEAN-PIERRE Mar 11 Jan 2022 - 16:32

» [Votre passage au C.F.M.] MON ARRIVÉE À HOURTIN
par david974 Mar 11 Jan 2022 - 15:13

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Nenesse Mar 11 Jan 2022 - 12:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades embarqués sur Maillé Brézé et d'Estrées entre 01/62 et 03/63
par LITOU Christian Mar 11 Jan 2022 - 11:22

» Recherche anciens Tourville (juin 1974 à octobre 76)
par vizir Lun 10 Jan 2022 - 19:40

» LE BORDELAIS (ER)
par Yvo35 Lun 10 Jan 2022 - 19:00

» TOURVILLE (FRÉGATE)
par KLETKE Lun 10 Jan 2022 - 17:56

» [ Recherches de camarades ] Recherche Maurice ROYER BB MEDOC MURU 1968
par alphilge Lun 10 Jan 2022 - 17:26

» DE GRASSE (FRÉGATE)
par Christian DAGORN Lun 10 Jan 2022 - 17:17

» ARROMANCHES (PA)
par Max Péron Lun 10 Jan 2022 - 16:17

» [RECHERCHES DE CAMARADES] Recherches de camarades jean de Vienne début 1991 pendant la guerre du Golfe
par david villelongue Lun 10 Jan 2022 - 16:09

» [RECHERCHES DE CAMARADES] Recherches de camarades du CE Landes 1990 à 1993
par david villelongue Lun 10 Jan 2022 - 15:25

» DIXMUDE (PHA)
par Matelot Lun 10 Jan 2022 - 14:02

» MERCURE (PC)
par Charly Lun 10 Jan 2022 - 12:13

» [ Aéronavale divers ] Hélicoptère DAUPHIN
par gilbert kerisit Dim 9 Jan 2022 - 18:30

» [ Recherches de camarades ] Recherche anciens de La Bourdonnais 61, 62 et 63
par J-L-14 Dim 9 Jan 2022 - 17:34

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par Jean-Marie41 Dim 9 Jan 2022 - 16:40

» VEDETTES RAPIDES
par Roli64 Dim 9 Jan 2022 - 16:01

» DUGUAY TROUIN (FRÉGATE)
par douzef Dim 9 Jan 2022 - 15:17

» MISTRAL (PHA)
par pinçon michel Dim 9 Jan 2022 - 13:34

» LA FAYETTE (PA)
par Dazar Dim 9 Jan 2022 - 13:08

» La spécialité de sécuritar
par Joël Chandelier Sam 8 Jan 2022 - 23:02

» FLOTTILLE 6 F
par DALIOLI Sam 8 Jan 2022 - 19:30

» [Aéronautique divers] ATLANTIC - ATL 2
par Jean-Marie41 Sam 8 Jan 2022 - 19:10

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par Nenesse Ven 7 Jan 2022 - 23:50

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par alain EGUERRE Ven 7 Jan 2022 - 19:48

» ACANTHE (DC)
par Jeannot83 Ven 7 Jan 2022 - 11:12

» TONNERRE (PHA)
par J.Revert Ven 7 Jan 2022 - 10:13

» JEAN BART (FRÉGATE)
par david974 Ven 7 Jan 2022 - 8:43

» FLOTTILLE 33 F
par Sinoir André Jeu 6 Jan 2022 - 21:25

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 03
par Bureaumachine busset Jeu 6 Jan 2022 - 20:00

» [ Blog visiteurs ] Cérémonie pour les 80 ans de la disparition du Surcouf ?
par Charly Jeu 6 Jan 2022 - 18:43

» [ Histoire et histoires ] La vie aventureuse de Anita Conti
par LeSecre Jeu 6 Jan 2022 - 18:38

» [ Histoire et histoires ] École des apprentis mécaniciens Lorient 1938
par LAMBARD Joël Jeu 6 Jan 2022 - 17:16

» [Divers dragueurs et chasseurs de mines] Rescapés du temps passé
par J C Jeu 6 Jan 2022 - 17:00

» SURCOUF F711 (FREGATE)
par Franjacq Jeu 6 Jan 2022 - 15:47

» [ Recherches de camarades ] Ecole des mousses - 1980/1981 - 1ère Cie 12ème section
par GASQUEZ Jeu 6 Jan 2022 - 15:23

» [ Recherches de camarades ] Suffren 66-67
par Roland Artigolle Jeu 6 Jan 2022 - 14:53

» [Campagne] Kerguelen 36 ème mission
par sculfort Jeu 6 Jan 2022 - 11:45

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades Escorteur d'escadre LE FORBIN 01/06/64 au 29/11/65
par FORZANO Andre Jeu 6 Jan 2022 - 11:41

» ISÈRE (PR)
par Andre RICHARD Jeu 6 Jan 2022 - 5:18

» FLOTTILLE 4 F
par JJMM Mer 5 Jan 2022 - 18:31

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades École Navale et le Groupe des Écoles du Poulmic 92 à 93
par panou Mer 5 Jan 2022 - 12:38

» [ Recherches de camarades ] sur l' EE Forbin de Decmre 65 à Decembre 67
par Tornier Jean Mer 5 Jan 2022 - 11:59

» [ Blog visiteurs ] chaloupe cannonière BOUCLIER 1896
par papyserge Mer 5 Jan 2022 - 11:01

» [Campagnes] Mers el-Kébir
par guedon Mer 5 Jan 2022 - 10:51

» FORBIN D620 (fregate)
par Charly Mer 5 Jan 2022 - 10:11

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades embarqués Gabare Scorpion Mururoa 07/71 à 07/72
par Naas Mer 5 Jan 2022 - 0:07

» [ Blog visiteurs ] Recherche information concernant Winipeg.
par jlchaillot Mar 4 Jan 2022 - 21:12

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades CAA DE GRASSE mars 63 à mai 64
par BERTHIER Pierre Mar 4 Jan 2022 - 18:27

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI - TOME 3
par Andre RICHARD Mar 4 Jan 2022 - 5:44

DERNIERS SUJETS


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Liensamis

[Divers Navires amphibies] Les LST

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 15 Fév 2009 - 0:11

bonsoir
j'en ai vu de ce plancton mais pas dans ces lieux

A Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 15 Fév 2009 - 0:23

non, nous ne prendrons paS par Leyte mais un peu plus haut, au nord de Samar, le détroit de San Bernardino.

cela nous aurait rallongé, envoyé un peu plus sud, on n'avait pas le droit de flâner.

N'oublions que si nous sommes là c'est grâce à Delattre qui a obtenu ce LST auprès des américainss et on nous attend

A Pilon

jean-claude BAUD
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
Détecteur NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par jean-claude BAUD Dim 15 Fév 2009 - 0:38

André , effectivement en provenance de Guam, la route est plus nord qu'en provenance de Nouméa.



[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Rubanreconnaissance[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Insign10

"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]

† ROZO
† ROZO
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 91
Électricien NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty INDOCHINE

Message par † ROZO Dim 15 Fév 2009 - 10:12

DE ROZO
Le BMC qui se trouvait à PHUMY, au centre de la base, je l'ai connu à mon arrivée fin 1949.Cette première campagne au sud s'est terminée en octobre 1951.Je suis revenu en mars 1952, je pense que ce établissemment n'existait plus ou toutefois, je ne l'ai pas fréquenté.



[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Insig411
"Et si c'était à refaire, je referais ce chemin".

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 15 Fév 2009 - 23:48

Quelques membres de l’équipage du Golo

Comme en Californie nous étions toujours astreints (surtout ceux qui faisaient jeunes) à sortir nos cartes d’identité pour certifier qu’on pouvait boire de la bière, de guerre lasse, on filait à Tijuana, la ville frontière, au Mexique et là, on pouvait s’arsouiller tranquille.

A table, un soir à Tijuana
De gauche à droite : matelot timonier Guy Biens, matelot timonier André Pilon,
matelot électricien Roger Baudry, QM radio Jacqui Jouines.

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Golo4410

Crédit Photo Jacqui Jouines

André Pilon

Anonymous
Invité
Invité

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Les LST

Message par Invité Lun 16 Fév 2009 - 11:06

Bonjour André,

Je ne sais pas si tu te souviens, mais à Tijuana, pour boire de la bière ou autre il fallait que ce soit accompagné de nourriture. Alors il y avait en permanence sur les tables des assiettes contenant des mets qui devaient avoir plusieurs jours.
On se rendait à Tijuana à partir de San Diego avec les fameux autocars Greyhound qui circulent dans toute l'Amérique.

A Seattle, au dancing, il était interdit au tenancier de vendre de la bière. Par contre, les clients pouvaient boire leur propre bière mais seulement à partir de minuit. Avant cette heure, toute présence de bière était interdite dans la salle.Alors nous achetions notre bière avant d'aller au dancing, nous la déposions à l'entrée au vestiaire et allions en salle.
A minuit tout le monde se levait, allait au vestiaire prendre son lot de bière que l'on devait déposer sous la table.
A minuit la beuverie commençait, ça devenait chaud, chaud.
Une fois, assise à une table voisine, une jeune femme me regarde et me lance un sonore "I love you" et
simultanément, m'envoie le contenu de son verre à la figure en riant.Voilà l'ambiance !
A Seattle, les filles ne faisaient pas "la chose" dans un lit mais plus facilement sur un capot d'automobile.
Cela a son charme !
Amicalement.
PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Lun 16 Fév 2009 - 12:00

bonjour

Surtout si la voiture vient de rouler et que le capot est encore bien chaud.

Je ne me souviens pas de tous ces détails ; ce dont je me souviens surtout c'est du manque d'argent; toujours à sec.
nous allions à Tijuana en voiture avec le "Char a bancs" des gars de Louisina

Effectivement, là, il y a à manger sur la table ; nous ne sommes pas mélangés avec les américains, alors je pense que le jour de cette photo, la sortie devait avoir un caractère plus ou moins officiel, comme invité par le consul de France que nous fûmes un jour, et qui avait une bien jolie fille dans nos âges, à la peau des joues satinée et qui se nommaient Edmée.
Elle a bien joué son rôle de représentante de notre pays, elle a dansé avec tous les marins et elle les a tous embrassés... Pas de jaloux.

A Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Sam 21 Fév 2009 - 12:10

La traversée du Golo : Guam - Manille

Page 2


Nous voilà donc arrivé devant les Philippines ; la grande île que nous avons aperçu la première, au saut de la bannette, et qui est par notre bâbord et non pas tribord comme je l’ai dit par erreur dans la page précédente, c’est Samar. Nous avons quitté les grands fonds de la fosse des Philippines, prolongement de celle des Mariannes ; cela se remarque bien au changement de couleur de l’eau qui est maintenant moins sombre, et qui s’éclaircit à mesure que nous approchons du détroit de San Bernardino que nous allons embouquer ;  et puis, il suffit de jeter un coup d’œil sur la carte de détail qui a remplacé le routier sur la table des cartes pour y lire que la profondeur est faible.
Ce 19 janvier 1952, nous entrons dans un archipel formidable qui compte 7 000 îles, peut-on lire sur les instructions nautiques ; Wikipédia, aujourd’hui, nous dit qu’il y en a 7 107 ; toutes ces îles sont volcaniques et plusieurs volcans sont encore en activité dont le Mayon, devant lequel nous passerons en fin de journée.
Je vais prendre le quart de 8 à 12, mais après-midi, bien entendu, je vais revenir à la passerelle. Un timonier, ce n’est pas comme un mécanicien dans sa machine, quand son quart est terminé, il est bien content de changer d’air et de ne plus y revenir jusqu’au quart prochain, sauf s’il y a une panne. Le timonier, est chez lui à la passerelle et il y est bien, surtout dans les mers tropicales ou équatoriales. Il y respire à pleins poumons.
Pour traverser cet archipel, la route sera d’abord d’ouest et ensuite de nord ouest pour en finale remonter vers le nord et rejoindre la baie de Manille qui se trouve sur la grande île de Luzon, du côté Ouest.
La côte de Samar à l’air très sauvage, mais à mesure que l’on se rapproche elle semble plus hospitalière. Il y a une partie basse et couverte de végétation, à la jumelles on y voit maintenant de belles plages de sable blanc dominée par un phare juché au plus haut d’une colline. Près de cette plage, je distingue un vieux bateau échoué. Peut être une épave de la dernière guerre ?
C’est que les Japonais et les Américains s’y sont pas mal étrillés et du reste au Sud de Samar se trouve le golfe de Leyte où s’est déroulé du 17 octobre au 31 décembre 1944, la plus grande bataille navale de l’histoire.
Il doit y avoir quelque chose comme épave dans ces eaux peu profondes dans lesquelles le Golo navigue, ainsi que dans toute la région.
Mais en ce début 1952 je suis presque ignare sur ce sujet historique. Je sais, bien sûr, qu’il y a eu la guerre dans le Pacifique, que les Japonais ont pris la pilule et ont capitulé sans conditions, que les américains ont eu pas mal de pertes. C’est que entre 1943 et fin 1949, je n’ai jamais ouvert un livre… je me rattraperai, mais ce qui est perdu est bien perdu.
Il est impossible de retenir tous les noms de ces îles qui sont tous espagnols, il y a bien longtemps que ce territoire est dans l’orbite de l’Espagne. Magellan l’a découvert pour le compte de l’Espagne et il fut tué par les indigènes à Bataan. Les deux plus grandes sont Luzon au nord et Mindanao au sud ; Samar sur laquelle nous atterrissons en venant en gros du nord-est déjà bien petite et est, malgré cela la troisième par ordre de grandeur. Cet archipel s’étend sur 15 degrès du Nord au Sud, c’est-à-dire sur plus de 1500 km.
Sur la carte, je relève les noms de Cebu, Masbate, Panay, des noms qui seront vite oublié, on ne s’y arrête pas… et puis vivement Manille ; nous ne pensons qu’à Manille où nous seront bientôt.
En cette fin d’après midi nous avons par tribord, la magnifique et dangereux volcan Mayon situé dans l’extrême Sud de l’île Luzon. Il s’élève, en cône parfait, d’un seul jet au-dessus d’une région relativement plane. Il est taillé comme le Fuzi Yama du Japon, mais sans les neiges éternelles. Ce volcan, haut de 2462 M est actif et de la fumée sort de son cratère et s’étire vers l’ouest. Il tue régulièrement des habitants. C’est la première fois que je vois un volcan actif
Il y en a à Hawaï, sur l’île portant ce nom, mais nous ne les avons pas vu, puisque nous étions sur l’île Oahu.
Il y a, non loin du Mayon Volcano, une ville dont je me souviendrai toujours, c’est Legaspi, en effet dans ces années passées, de 70 peut-être, les médias nous serinaient cela : il fallait chasser le Gaspi, pour moi il en résulta un travail de mémoire.
Certaines de ces îles sont couvertes de cocotiers, ce sont des plantations qui fournissent le coprah qui est l’amande de la noix de coco et avec lesquelles on fait de l’huile.
Ce que nous ne savons guère, c’est que cette huile de noix de coco est excellente, une des meilleures, ai-je pu lire, pour la fabrication du Napalm.
Dans le milieu de l’après-midi, nous avons déjà fait un bout de chemin au travers de ces îles et le Golo se trouve dans une mer intérieure que la carte nomme :  mer de Sibuyan, ainsi notée sur la carte, du nom d’une île au nord de laquelle nous croisons. Quelques gros muges noirs s’amoncellent dans son environnement et nous donne une belle averse à caractère tropicale qui s’estompera très vite.
Demain matin, je serai de 4 a 8 et, comme le temps est au beau d’après le bulletin météo que les radios on pris sur Manille, nous aurons le beau spectacle du soleil levant sur ces îles.
Dans le milieu de la matinée du 20 janvier, nous croiserons devant une île qui porte le même nom que notre LST, l’île Golo ! Je n’ai pas noté si elle est sur bâbord ou sur tribord.

André Pilon


Dernière édition par PILON le Mer 3 Déc 2014 - 21:44, édité 1 fois

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Mer 4 Mar 2009 - 16:57

La traversée du Golo : Guam-Manille

Page 3

Cette journée du 20 janvier, après avoir quitté mon 4 à 8, je vais la passer entièrement à la passerelle, les yeux dans les jumelles à admirer le paysage.
La vogue des voyages n’est pas encore trop « démocratisée » mais je pense qu’il y a ses gens qui payerait cher pour en faire un comme celui du Golo et admirer tous les paysages auxquels nous avons droit. Et bien pour nous, c’est gratuit, et dans mes jumelles je détaille le paysage et je saute sur la carte pour lire le nom de ces îles qui portent toutes des noms espagnols
Avant de reprendre un cap vers le nord qui va nous conduire dans la baie de Manille, j’observe sur l’une de ces îles plusieurs sommets qui m’ont tout l’air de petits volcans, ils ne sont pas très élevés mais le haut est ennuagés, elles se terminent à la mer par des éboulements entrecoupés de jolies petites plages et on y voit également des grottes sur le rivage. A ce moment deus avions à réaction, Américains, passent à grande vitesse à assez bas, au-dessus de nous comme pour nous saluer. Le commandant, en fonction des fonds indiqués sur la carte s’approche assez prêt des rivages ; ainsi, parfois, on y remarque également des cases en matériau local, bambous et couvertures de chaume ou de palmes ; quelques personnes sont à leurs occupations autour de ces bâtiments et de temps à autre nous rencontrons quelques pêcheurs.
Les plages sont de sable noir ; pour moi cette couleur de sable fut la découverte de ce voyage.  Que ce soit les sables des bords de Loire où bien ceux de la Méditerranée ainsi que de Pointe Noire ou de Casablanca où je suis allé l’an dernier, je n’ai jamais vu que du sable blanc ; les roches volcaniques sont noirâtres, la couleur du feu interne qui les a produites et le sable, le produit de leur transformation, est noir également, c’est surprenant et l’on a un peu de réticence au début, à se rouler dedans,sur la plage.
Luzon, où nous nous rendons, est la plus grande des îles Philippines et la plus importante économiquement et politiquement, c’est sur elle que se trouve sa capitale Manille, là où le Golo va aller a quai.
Dans ce groupe de plus de 7 000 îles il y a encore des ethnies isolées qui n’ont jamais vu un blanc (il ne perdent pas grand chose) et où l’on vit encore à l’Age de la pierre ; du reste, au début des années 70, on a découvert je ne sais plus dans quelle île, un petit groupe ainsi isolés, ceux que l’on a appelés les Tasaday.
Alors que le Golo fait cap vers nord, en fin de journée, je prendrai mon 16 à 18 et à 19 heures, le souper avalé sur la plage arrière, comme d’habitude, alors que la nuit tombe rapidement, l’équipage est appelé au poste de manœuvre. Nous allons mouiller et passer la nuit sur rade foraine pour entrer demain matin au port de Manille. Nous avons une bonne demi journée d’avance grâce au vent alizé.
Le Golo est maintenant au ralenti. C’est qu’il y en a des feux dans le Nord à mesure que l’on approche ! d’abord quelques phares principaux vu sitôt la nuit tombée et puis des feux de balisage, suivis bientôt par les feux divers à terre. A la passerelle il faut démêler le vrai du faux et le livre des phares est grand ouvert sur la table des cartes. Je crois qu’aucun de nos officiers n’est venu ici ; ils ont probablement étudié la question dans le bureau du commandant. Mais il faut surtout suivre les chenaux balisés, car, comme nous le verrons demain au jour la baie de Manille est remplie d’épaves de la dernière guerre. J’ai pu lire sur un documents qu’il en reste encore 200 à relever sur un total de 285 qui se trouvaient là à la fin de la guerre, en 1945, épaves japonaises et américaines mêlées probablement, unies dans ce désastre.
A 20 heures précises, et comme c’était prévu, l’exactitude étant la politesse de la marine,  la « pioche » touche le fond devant la base aéronavale américaine de Sangley Point d’où l’on voit et d’où l’on entend parfois quelques avions faire mouvement.
Pour moi aujourd’hui, la nuit va être franche, pas de quart ; il n’y a que les gars de coupée qui vont monter au quart de nuit.
Ce matin, branle-bas à six heures et poste de manœuvre à sept, alors que le jour vient juste de se lever. Le boulanger à fini sa fournée, s’étant lui aussi levé un heure plus tôt, le jus devant être délivré à sixheures au lieu de sept par le cuisinier de service.
Au klaxon, en courant, comme il se doit, je monte à la passerelle, je capelle mon téléphone, l’officier de manœuvre est là dans la seconde et bientôt le commandant.
Les divers feux ne sont pas encore éteints et comme le jour est là on peut observer toutes ces épaves disséminées en tout secteur et certaines portant un feu rouge de balisage. Certaines d’entre elles, bien posées sur le fond mais dans l’eau « jusqu’au cou » nous montrent que leurs mâts rouillés et comme d’immondes moignons, d’autres dans un peu moins d’eau et couchées, nous montrent leurs quilles. Là encore, seul apparaît la cheminée typique d’un liberty-ship, dit l’aspirant Q. qui est de la marchande, où beaucoup de ces navires de la guerre sont encore en service. D’autres encore sont simplement matérialisés par un tas informe de tôles rouillées. Quel paradis est la baie de Manille… pour les ferrailleurs.
Mais au fait, le Golo devrait-être là, gisant parmi elles, parmi toutes ces épaves coulées dans ces eaux. Tout d’abord, il revient dans un pays de connaissance et dommage qu’il ne puissent parler il nous dirait ce qu’il lui est arrivé. Il est venu au moins ici une fois, blessé pendant la guerre de Corée et après avoir eu quelques uns de ses marins sérieusement esquintés. Je n’ai découvert cela qu’en… 2006, en parcourant des documents américains sur internet. Sous réserves que j’espère approfondir un jour, revenant de Corée donc, il a eu une voie d’eau et s’est posé en douceur sur le fond, ici à Manille. Le LST 973 qui s’appelait Trapp, a été renfloué ; il a été réparé, remis à neuf et est devenu français. Un ancien ayant embarqué à bord quelques années plus tard m’a dit que c’était un vrai tas de rouille ; j’en fus très chagriné car de mon temps il n’y en avait pas.
Mais n’oublions pas que nous sommes au poste de manœuvre et que je dois décoincer au quart de tour quand le commandant ouvre la bouche pour donner un ordre aux manœuvres avant et arrière. Mais chacune sont bien rôdées et l’amarrage à quai, et la coupée à terre, c’est réalisé vite fait
Déjà, de nombreuses barcasses sont arrivées à proximité avec des produits locaux pour nous les offrir, des fruits, mangues, bananes et autres ainsi que de l’artisanat local.
Nous sommes donc le 21 janvier 1952, nous devons repartir le 24 pour Haiphong ; c’est chouette, ça nous fait deux jours de sortie pour chaque tiers. Il n’y aura pas de jaloux, ce n’est pas toujours comme ça.
André Pilon


Dernière édition par PILON le Mer 3 Déc 2014 - 21:45, édité 1 fois

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 8 Mar 2009 - 11:00

Le LST Chéliff, ex LST US 874


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Chalif11

Voici un monogramme du Cheliff qui a été retrouvé sur un vieux papier à lettre d’un courrier ancien.
Il est fort possible que ce soit la copie de l’insigne de ce bâtiment bien que nous en connaissions déjà un autre.


Quelqu’un en a-t-il souvenir ?

crédit découverte et photo :jean claude Perreau

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Chelif12

Et puis voici une photo de l'insigne au trident du même bâtiment, que nous connaissons déjà ; plus ancienne ou plus récente ?
suivie par la copie d'un porte-clé à la marque du Chéliff également.



[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Chelif14

André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Mar 10 Mar 2009 - 11:50

Un LST porte-avions


Il s’agit du LST 286 qui est formation de convoi.
La légende nous dit :
Quelque part en mer pour l’invasion du Sud-Est de la France, en août 1944 ; les avions sont des Pipers Cub. Ces avions seront lancés du bord sur une piste légère, rapidement montée ; ils serviront à l’observation pour guider les tirs des canonniers.
On remarque que l’équipage est au poste de combat


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_2810


Photo : Samuel D. Sullenberger.

Notez que le LST pourra lancer ces avions mais ne les récupérera pas.
L’emploi des LST, bateaux à tout faire semble sans limite…




André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Ven 13 Mar 2009 - 17:58

Une vue du LST 516, Calavaras Conty que l’on voit sur le post « indochine » lors de l’opération « passage to freedom » de transfert des Vietnamiens du Nord vers le Sud. (ou inversement s’il y avait des volontaires ? )
Cette fois-ci, il est beaché de façon insolite et vraiment inhabituelle.
Place et date inconnues nous dit la légende.


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_5113
Photo navsource

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Ven 13 Mar 2009 - 21:30

Trouvé sur internet, un écrit de Calvin Bard (un nom bien français), un ancien du LST 973 qui deviendra le Golo.
Il dit : Georges Purdy, qui était le commandant du LST pendant la guerre, résida au Japon quand celle-ci fut terminée. Il a écrit son histoire et celle de son bateau pendant la guerre
Le titre de l’ouvrage est : a summer for a lifetime ; un été pour toute une vie

André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 15 Mar 2009 - 11:15

Voici une bien jolie photo aerienne qu’à mise G. Demichel dans le post Indochine page 53 message 14. Merci.
Comme on y voit un LST inconnu au beau milieu de la rivière, portes avant ouvertes, je la place aussi sur ce post des LST.
Au premier plan, on remarque, à gauche : la CARIC, important chantier naval où l’on construisait des petites unités fluviales et principalement des LCM ; ce chantier existe encore de nos jours.
Et puis, de l’autre côté de la rivière, c’est à dire, sur la rive droite, les anciens reconnaîtrons facilement l’Unité marine.


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Saigon13


A Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Mer 18 Mar 2009 - 22:39

La traversée du Golo : Manille-Haiphong

Page 1


24 janvier 1952
Poste de manœuvre à 8 heures ; pas de problèmes nous sommes rôdés et la mise en place se fait sur les chapeaux de roues et chaque fois que notre SM fusilier capitaine d’armes s’en vient rendre compte à la passerelle c’est dans les 10 à 15  minutes et c’est toujours RAS. Du reste, moi qui suit en communication avec mon téléphone portable (autour du cou et sur les oreilles) avec les deux machines et avec manœuvres avant et arrière, je sais que tout le monde est à son poste en ces lieux-là et je l’ai déjà rapporté au commandant qui l’a reçu à chaque fois d’un : Bien !
J’ai mal aux mains, depuis quatre jours j’ai des espèces de boutons qui forment une petite pustule de pus et qui me démangent, cela me gêne un peu pour travailler ; j’aurais pu être exempt, mais dans ce cas, un exempt n’a pas de sortie et pas d’excursion. Avant-hier matin donc, avec un LCVP, le QM infirmier m’a emmené à Subic bay ; il m’a présenté à un toubib américain de la marine, je crois, qui m’a gratifié d’une piqûre de je ne sais quoi, c’est de la pénicciline m’a-t-on dit, c’est nouveau et je suis peut-être le premier du Golo a avoir une piqûre de ce produit ? Tout ces bobos se passeront pendant les prochains jours de mer et on n’en parlera plus.
Pendant notre escale le premier jour, je suis allé en excursion, en fait nous avons surtout visité en car Manille et sa banlieue. Et j’ai noté, d’un air un peu étonné, - j’ai osé noter dirais-je - dans la banlieue çà ne sent pas toujours la rose, du ton du petit français, bien propre, et bien savonné. Je le sais maintenant, c’était les odeurs de l’Asie, il faut les connaître pour les aimer. Nous, on arrive on ne connait pas les villes comme Manille, Saigon ou Haiphong, et d’autres encore, où l’odeur des humains et de leurs activités dominent avec celle du poisson. On s’y fera, et bien sûr, de l’Indochine, nous en resterons marqués pour la vie.
Il y a eu service du samedi pendant les trois jours. Dans la matinée il y a eu encore des trucs a embarqué, venant de Subic Bay : des caisses des bidons… Dans l’après-midi, à plusieurs, nous avons passé tout notre temps en ville. Bien sûr, nous n’avons pas visité le quartier des banques, du théâtre ou bien les musées, il y avait beaucoup d’autres lieux à voir et disons qu’il y avait plein de demoiselles abordables et toutes prêtes à vous dissuader d’aller au musée ou au jardin botanique.
Il est de bon ton de dire en parlant des marins qu’ils ont une femme dans chaque port. Je ne sais pas si c’est vrai mais assurément dans une ville portuaire comme Manille il ne faut pas faire beaucoup d’effort pour y trouver l’âme sœur. Nous savons ce qui se passe dans nombre de pays du Sud-Est asiatique avec le tourisme sexuel, alors c’était déjà ainsi à Manille en 1952. Et les membres de l’équipage du Golo pourraient être accusés d’avoir fait ce genre de périple.
Mais je me refuse à dire quoi que ce soit de mal pour toutes les demoiselles qui nous offrirent l’hospitalité pendant notre escale à Manille, elles étaient tellement gentilles. Etait-ce dans un quartier spécial que cela se passait ? je ne le crois pas. Quand un bateau fait escale, dans de nombreux ports c’est une forme de gagne-pain pour une frange de la population, je l’ai constaté dans cette ville.
Mais j’en suis reparti amoureux ! Comme elle était jolie cette jeune fille de Manille. Elle avait 19 ans ; comme toutes les autres : habillée simplement, un pantalon et caraco bien propres, de longs cheveux asiatiques, et du plus noir, comme nous les connaissons. Elle s’appelait Dolly Zamora ; Zamora était son nom de famille, un nom nouveau qu’avaient donné à ses ancêtres les colonisateurs espagnols ; quant à son prénom : Dolly, comme c’est Américain, ce devait être son prénom d’hôtesse. Elle était cultivée, elle avait été pensionnaire chez les religieux, chez les Maristes, si j’ai bon souvenir ; elle en était sortie il y a très peu de temps je crois ; elle parlait à peu près bien Anglais et comme j’avais pu apprendre quelques mots aux USA, on arrivait à se comprendre. Et puis, chacun le sait, les mots employés sur l'oreiller sont vite connus.
Arrivé à Haiphong, j’écrirai à ma première amoureuse asiatique, elle m’a répondu, de belles et gentilles lettres et sur du beau papier. Notre correspondance, un peu absurde, pour laquelle il me fallait un dictionnaire pour comprendre les mots ( et pas tous)  dura plusieurs mois.  Moi je lui écrivais en « p'tit nèg ». Et puis, loin des yeux, loin du cœur… mais je suis persuadé qu’elle était amoureuse aussi.
Enfin bref, en quittant Manille ce matin je suis amoureux et j’ai le cafard. Il est bien vrai que c’est la première fois que je serre dans mes bras une fille d’Asie ; il y en aura d’autres mais je me souviendrai toujours de celle-ci.
Nous quittons la rade de Manille vraiment au ralenti car il y a de jolis  nombreux bancs de brumes (si l’on peut dire) et les nombreuses épaves qui demeurent là nous regardent passer sinistres, tels des fantômes de navires perdus dans la brume du grand large. De temps à autres, quand ce brouillard devient un peu plus épais et dangereux on émet à coups de sirène les signaux réglementaires. Et puis Manille dont on n’a rien vu ce matin avec cette brume restera caché derrière nous et s’éloignera pour toujours.
En approchant de la pleine mer, cette mauvaise visibilité disparaît et tout l’arrière est totalement dans la brume, seuls les hauts sommets sont visibles au dessus, éclairés par le grand soleil matinal. Pour nous tout est rentré dans l’ordre.
La pleine mer, nous y arrivons, la couleur de l’eau change, il fait très beau ; pas de nuages dans le ciel et bientôt nous retrouvons le vent d’est.
Mais ce vent d’est, un reste d’alizé, ne va pas durer ; nous allons bientôt être soumis au régime de la mousson. Celle qui va nous concerner, c’est la mousson d’hiver, nous en parlerons prochainement et nous verrons que le Golo, au temps où il était à la guerre de Corée, était équipé pour cette mousson-là. Tout le matériel est resté à bord, il est entreposé dans la soute timonerie et c’est moi qui en suis le responsable.
Avant de faire rompre du poste de manœuvre, le commandant à ordonné de prendre le cap ouest nord-ouest et réglé les machines à neuf nœuds. Nous retrouvons alors le rythme des machines et les mouvements du bateau que nous connaissons bien. Avec, à la clé le petit train train quotidien des quarts ; aujourd’hui, il me faut manger à 11 heures pour prende celui et 12 à 16.
Nous sommes en route vers Haiphong où nous devons arriver le 28 janvier.
André Pilon


Dernière édition par PILON le Dim 21 Déc 2014 - 21:50, édité 4 fois

jean-claude BAUD
jean-claude BAUD
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
Détecteur NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par jean-claude BAUD Mer 18 Mar 2009 - 23:04

André, le quartier qui glisse est concentré autour de Mabini street, pas très loin du port..
Mabini , révolutionnaire, a écrit la première constitution des Philippines, a été Premier Ministre en 1899..
Ayant beaucoup fréquenté cette rue lors de mes CFC, je me suis toujours demandé s'il aurait été heureux de savoir la finalité de la rue portant son nom..
D'un autre côté elle est mondialement connue....



[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Rubanreconnaissance[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Insign10

"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles".
[James Dean]

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Jeu 19 Mar 2009 - 16:26

Traversée du Golo : Manille-Haiphong



Page 2

Ce 25 janvier 1952 au matin, le cap que nous avons pris hier soir est matérialisé sur la carte par une ligne droite qui s’en va passer au sud de la grande île
chinoise de Hai nan, et en limite des eaux tErritorriales chinoises. A peu près à mi-chemin, cette route nous fait passer en plein milieu d’un archipel qui s’appelle les « îles Paracel », ce sont des hauts fonts coralliens qui s’élèvent du fond de la mer de Chine et qui s’étendent sur une grande surface sous forme de petites îles isolées. La carte a été étudiée, elle est également sur la table des cartes, elle prendra la place du routier quand le moment viendra. Ces îles, je ne les verrai pas, en effet je suis exempt au poste, j’ai un gros mal de gorge qui s’est déclaré hier soir.
L’officier en second, après en avoir parlé avec l’infirmier qui m’a regardé dans le fond du gosier en me faisant faire : aaaah ! décrète que j’ai une angine et me mets exempt au poste (il n’y a pas de médecin à bord du Golo seulement un QM1 infirmier.)
A la passerelle, je suis remplacé par le matelot fusilier qui gueule comme un putois en me traitant de planqué et par le QM Maistrancier détecteur. Je leur dit pour les faire bisquer que ça va les aérer un peu, qu’on les voyait pas souvent sur le pont. Qu’ils profitent donc de l’occasion pour voir du pays, on le voit bien de là-haut… Enfin le lendemain 26, je suis guéri ! cela n’était sans doute pas une angine. Je reprends, heureux, ma place à la passerelle. Les deux autres, qui se voyaient déjà condamnés à la passerelle à perpete, pour quatre jours, sont bien satisfaits. Moi, ils m’ont soulagé du 0 a 4 du 25 au matin.
Pendant cette traversée, bien entendu nous ferons les exercices habituels que nous connaissons tous et que le règlement prescrit, avec un accent particulier sur les postes de combats et le 24 après midi, pendant une heure environ, pour moi, ce fut étrange, chacun était à sa place et moi je me trouvais seul, exempt, dans le poste arrière. N’était-ce les bruits très réguliers des machines, et quelques craquements réguliers également qui se produisent toujours à bord d’un bateau même métallique, je pouvais me croire seul à bord
C’est dans le même temps que se déclara mon angine, le 24 au soir, que la mousson se lèva ; on avait tout d’abord ressenti une houle de Nord, le vent a suivi. Ce changement de temps a été radical et remarquable et quelques petites averses qui provenaient du conflit entre deux masses d’air très différentes, l’ont matérialisé. Et puis, par la suite, avec un refroidissement marqué, le LST n’a plus le vent dans le dos, mais par le travers avant tribord, car le vent souffle de plein nord, et il est très frais. On sort les jerseys des caissons, et sur le pont jersey, blousons et bonnets de mer montre bien que nous arrivons dans un type de temps hivernal ...

Pour ceux à qui j’ai pu décrire les phénomènes météos qu’ils ne connaissent pas je vais récidiver en leur montrant ce qu’est la mousson d’hiver provoquée par l’anticyclone qui reste à demeure de septembre à mars, qui va de Moscou à Wadivostok, qui plonge dans le froid toute l’Asie du nord, Sibérie et autres pays pendant ces mois-là et que l’on appelle anticyclone russo-sibérien ou anticyclone de Sibérie. Par curiosité, interrogez méteo Oulan Bator qui est la capitale de la Mongolie, pendant ces mois de froid permanent, vous y trouvez entre moins 30 et moins 40. Et ce n’est rien, c’est dans ces hautes pressions que l’on rencontre le pôle du froid. Quand j’étais à l’école de la météo, en 1957, le minimum absolu avait eu lieu quelques années plus tôt en Sibérie, à Verkoiansk, il était de moins 86,7. Je crois que record n’est pas encore battu.
La cause : si cet anticyclone est ainsi présent, c’est que chaque année, l’automne arrivant, jour après jour, le sol d’Asie rayonne vers l’espace, restituant ainsi toute la chaleur qu’il a pu emmagasiner au cours de l’été. Les basses températures qui en résultent sont transmises à l’atmosphère et l’air qui devient de plus en plus froid, puis glacial, se trouve ainsi scotché pendant six mois environ, avec un ciel le plus souvent très pur.
Alors, puisque nous savons que dans un anticyclone, les vents qu’il génèrent tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord, vous avez compris que dans la région où le Golo arrive il n’est pas dans cet anticyclone qui est uniquement continental, et voila pourquoi les vents froids déboulent du secteur nord.

Ce sera la dernière fois que l’on change d’heure, et une seule fois pendant ces quatre jours, je fais comme d’habitude ma tournée des pendules en prenant soin de pénétrer chez le commandant quand il est à la passerelle de navigation ; ce n’est pas que j’ai peur de lui, loin de là, mais c’est tout simplement pour ne pas le déranger. Ce 27 janvier après-midi, nous sommes à l’heure de l’Indochine.
Pendant cette journée nous passons au large d’Hai Nan, ce qui permet d’aller à terre avec les jumelles, mais nous en sommes bien loin. Le Golo n’est plus sur la « sombre route » (Aylic Marin). Les eaux sont troubles et sont blanchâtres, on a l’impression que le fond – que l’on ne voit pas – est à portée de la main ; Nous sommes au dessus du plateau continental, mais je ne me souviens plus des fonds indiqués sur la carte.
En fin d’après midi, Hai Nan disparaît à son tour et après avoir rectifié le cap de quelques degrés vers le Nord le LST Golo fait route vers le delta du Fleuve Rouge.
Mon dernier quart à la mer pour cette longue traversée sera celui de ce soir, de 20 à 24.

A suivre

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 29 Mar 2009 - 23:11

Traversée du Golo : Manille-Haiphong

Page 3

Comme je me suis couché à minuit après fait mon quart 20 à 24 et comme l’officier et le veilleur, revêtus de nos blousons.  Nous avons déjà la nostalgie des alizés disparus et que nous croyions éternel après quarante jours de leurs présence. Après être passé par la cuisine, voir à chaparder quelque chose à manger, là ou notre boulanger commence à travailler sa fournée, voilà que, sans avoir vu la nuit passer, nous sommes réveillés presque en catastrophe : çà court sur le pont à bâbord, au-dessus de ma couchette et puis on vient sans ménagement, réveiller dans le poste quelques indispensables du service électrique. Ce n’est pas bien grave pour les dormeurs, il est six heures et quelques et il est prévu qu’on se lève à la demie. Pour moi la nuit s’est donc déroulée d’une seule traite, en effet.
Mais c’est un remue-ménage sérieux, il y a eu le feu dans un tableau électrique, à l’arrière, sur le pont. On y a vidé deux ou trois extincteurs et tout à été terminé en quelques secondes il paraît ; voilà à quoi servent les entraînements même tout simples  qui parfois nous semblent superflus. Je ne sais pas par qui, ni comment, on a découvert ce début de sinistre.
C’est le seul « pépin » que l’on aura eu pendant cette traversée.
Mais en me réveillant je constate un calme étrange, le « bruit » du bateau au mouillage. Je ne m’en suis pas rendu compte mais nous avons mouillé tôt ce matin alors qu’il faisait encore nuit. On n’a pas réveillé tout l’équipage comme pour poste de manœuvre ordinaire, l’équipe de plage avant suffisait. Je n’étais donc pas indispensable au téléphone, le timonier de quart m’a remplacé.
Quel changement, au dehors, il fait un vieux temps gris et le vent souffle de nord comme de bien entendu et il est frais. La mer est boueuse, de couleur jaune plutôt rougeâtre, ce sont les alluvions du Fleuve Rouge qui arrivent ici venant de bien loin sur le continent asiatique. Dans le Nord, on aperçoit des montagnes, c’est la bordure Nord du delta du fleuve Rouge. Elles ne sont pas très élevées mais sont couvertes de nuages. Et puis, un peu plus à Gauche, c’est la baie d’Along, de renommée mondiale, où nous irons plus tard, mais nous n’en voyons rien pour le moment.
Je n’ai pas noté sur mon cahier à quelle heure eut lieu le poste de manœuvre mais je pense qu’il a fallu attendre la marée haute et mes souvenirs, me font arriver à Haiphong vers 15 heures ce 28 janvier.
Sitôt le pilote à bord, la flamme du code et le pavillon H hissé, en route pour une petite navigation fluviale d’environ 30 kilomètres. Moi, aux ordres directs du commandant, j’ai « recoiffé » mon téléphone.
Nous empruntons pour remonter vers Haiphong un bras du Fleuve Rouge qui n’est pas large du tout et qui s’appelle le Cua Cam. On dirait un canal ; je ne sais pas s’il est naturel mais il semble être entretenu pour le passage des navires sans doute. Il est beaucoup plus boueux que l’océan et la terre et les eaux son vraiment rouges. Alentour il y a quelques végétations mais aucune culture, du reste, au départ le sol ne dépasse pas les 15 à 20 centimètres au dessus des eaux et cette portion de delta est largement inondées par endroits. A distance on observe pluseurs clochers d’églises catholiques près desquelles quelques paillotes sont comme blotties. Voici plusieurs postes militaires autour desquels de nombreux canons sont à poste. Il s’agit sans doute de sécuriser cette rivière Cua Cam, chemin d’accès à Haiphong et puis à Hanoi qui est à environ une centaine de kilomètres au-delà. Nous arrivons, A part quelques-uns qui sont déjà venu ici (il y a un manouvrier qui arrive pour son troisième séjour) et les gradés qui on fait 39/45, les jeunes, nous arrivons pour la première fois dans un pays en guerre. On le remarque avec tous cet armement qui doit bien sécuriser le Cua Cam puisque nous ne passons pas au poste de combat.
Le Golo navigue vers Haiphong à vitesse réduite car il bouscule les eaux qui inondent largement les berges.
C’est probablement la première fois que ce LST navigue sur le Cua Cam et même sur une rivière.
Pendant ce mouvement, l’équipage, bien entendu, reste au poste de manœuvre et nous somme tous revêtus de nos blousons kaki avec dans le dos inscrit : US NAVY ; certains n’étaient pas neufs, ils sortaient de la soute dont j’ai la charge et dans le dos était marqué, au gros marqueur, une forme de crayon si courant maintenant mais que nous avons découverts aux E tats-Unis, le nom du propriétaire. Mois, je suis détenteur du blouson qu’avait jadis le nommé Dove, un quelconque matelot américain membre de l’équipage du Lst 973.
Tout cela m’amène à vous dire que dans la soute du timonier dont j’ai la charge, il y a de tout sauf du matériel de timonerie qui y est rare ; c’était plutôt une soute de chef de casernement. Il y a des blousons, des manteaux, des bonnets fourrés, des masques pour protéger les visages du froid, des caleçons longs, des tricots de corps épais comme les caleçons, des gants. Il y a des snows-boots pour mettre par dessus les chaussures, etc.. je me demande un peu pourquoi c'est à moi que l'on a collé ça , enfin ...
Elle était à bâbord, dans le milieu ; là j’étais chez moi, en trichant un peu, pendant les heures de travail, je pouvais lire tranquille. Pas question de me faire coincer, pour descendre une échelle, toujours les pieds en avant, l’arrivant est vite repéré. Et puis mon quartier maître chef timonier avait de grandes guibolles. Que Dieu garde ton âme, Robert C.
Cela dura jusqu’au jour où, peu après notre arrivée, en transportant un bataillon les chiottes passagers avaient été bouchées. La canalisation passait dans ma soute et c’est là qu’il fallut l’ouvrir. Ce ne fut pas beau, ni a voir ni à sentir.
Et cela recommença avec les Chinois nationalistes que nous transportâmes de Phu Quoc à Cam Ranh (je crois). On leur avait pourtant mis un échafaudage pour caguer par-dessus bord, elles furent encore bouchées. Mon paradis en soute était devenu une annexe des vidangeurs.
Nous arrivons et nous allons accoster bâbord à quai, il y a quelques badauds qui assistent à l’arrivée de ce bateau qui vient d’Amérique. Et je remarque là, un jeune fusilier marin qui était à Pont-Réan, il y a deux ans avec moi.
Nous étions, ayant été mal orientés, au cours de matelots d’équipage, nous nous en sommes tirés tous deux, lui en faisant fusilier et moi en allant au cours de timonier.
Grace au miracle d’internet, et à l’amicale des anciens des LST, je suis entré en contact fin 2006 ( 54 ans plus tard ! ) avec l’EV Denis Martin qui a photographié l’accostage du Golo depuis le Chéliff où il était embarqué effectuant son service militaire.
Je vous la mettrai dans mon prochain écrit qui sera le dernier de la longue traversée du Pacifique par le Golo, et qui dura 45 jours.
Merci Denis

André Pilon


Dernière édition par PILON le Dim 21 Déc 2014 - 21:55, édité 1 fois

Anonymous
Invité
Invité

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par Invité Lun 30 Mar 2009 - 1:09

Bonsoir André,

Encore merci pour ta narration.
Effectivement il s'agit de la Rivière CUA CAM qui baigne HAÏPHONG.
En fait cela a été une erreur au départ de faire un port à HAÏPHONG au lieu d'en faire un en eau profonde, la Baie d'Along est à proximité.
Les ingénieurs hydrographes en convinrent, par la suite.
Le CUA CAM devait être dragué continuellement.

Le CUA CAM fait partie du delta du Fleuve Rouge sans qu'il y soit relié directement.
On ne pouvait atteindre le Fleuve Rouge à partir de HAÏPHONG, qu'avec de petits engins, d'abord avec le Lach Tray ensuite, couper le Song VAN UC puis à partir d'un petit détour couper le Song THAÏ BINH, prendre la COUPURE 37, ensuite emprunter sur toute sa longueur le Canal les Bambous (!!!) et déboucher sur le Fleuve Rouge,à vue de nez il avait environ plus de 100 km à parcourir.
Notre LSIL ne pouvant emprunter le Lach Tray, nous descendions le CUA CAM jusq'à la mer et prenions l'embouchure du Song VAN UC, une bouée marquant le chenal.
A marée basse il fallait être prudent ou attendre la marée haute dont le cycle est différent de celui de l'Atlantique.
Dans le Golfe du Tonkin il y a une pleine et une basse mer par jour.

Quand c'était trop dangereux nous faisions tout le chemin par la mer pour attaquer directement le Fleuve Rouge, avec un inconvénient majeur, un barre très difficile à franchir et des bancs de sable en perpétuel mouvement.

Amicalement.

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Carte10
PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Lun 30 Mar 2009 - 10:43

Bonjour à tous, déjà levé, déjà accroché à Internet comme dit la bourgeoise…

MERCI Georges pour ces renseignements qui confirme ce que j’ai dit hier.
Je ne pouvais pas trop m’avancer n’ayant pas de cartes sous les yeux. Dans un cas comme celui-ci, mes références sont toujours les cartes marines mais il n’y en a pas chez moi, en Loir-et-Cher.

Les timoniers sauront dire éventuellement pourquoi, mais dans l’ « annuaire des marées », Do Son est une référence pour le mouvement des eaux de marée dans le golfe du Tonkin ; moi je ne m’en souviens plus. Il se passe la même chose en Polynésie française, où il y a une basse mer et une pleine mer par jour, qui plus est, est toujours à la même heure à Tahiti.
Il me semble que les hydrographes appellent cela un point nodulaire ; à voir ?
Etant sur le Golo, j’étais trop jeune en marine pour m’en occuper, c’est mon Q/M1, Robert C. avec l’officier de manœuvre qui s’occupait de la chose.

Par la suite j’ai quitté la timonerie trop tôt pour connaître tout ça.

A Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Mer 1 Avr 2009 - 10:56

Voici une étrange photo du LST 986 camouflé pour les besoins guerriers avec le système Razzle Dazzle. Cette façon de protéger les navires qui fut courante durant la Première Mondiale dérive d’un style de peinture en vogue à l’époque : le Cubisme.
En ce temps-là, il n’y avait ni radar ni avion de reconnaissance et d’observation en mer ; le radar n’était pas encore inventé, les avions, légers, commençaient tout juste à jeter des grenades à la main au-dessus des tranchées allemandes. Les différentes lignes, tortillons et cassurres dans les lignes avaient pour but de tromper l’ennemi, principalement les sous-marins sur la route du navire
Bien entendu après la généralisation du radar, cela devint périmé.
Pendant la seconde Guerre Mondiale le camouflage ne fut guère employé surtout vers la fin, le radar arrivait, des avions volaient partout. Les navires furent à nouveau peint et repeint dans notre "cher gris coque".
Ce que l’on sait moins, c’est que sur les rares photos de cette époque datant bientôt d’un siècle, tout est rendu en noir et blanc, mais le Razzle Dazzle était en couleurs variées.
Des marins du passé, dans leur courrier, témoignent que c’était magnifique, un joli spectacle peut-on dire, ces convois colorés.
Et l’on a même peint dans cette couleur les bâtiments de commerce, paquebots ou cargos.



Le LST 986, que voici, quittant les côtes de Californie après avoir participé au débarquement de Normandie, s’en va livrer, en juillet 1944, le LCT 1018 qui est amarré sur son pont principal.

Comme le LCT limite la visibilité sur l’avant depuis la passerelle, on l’a remontée avec un pylône métallique au-dessus de la chambre de veille du commandant. Peu de LST ont reçu cette transformation tardive.

La marine français n’a jamais embarqué un LCT sur sa dizaine de LST.
Cette annexe occasionnelle ne pouvait être chargée qu’en chantier et avec de gros moyens de levage.



[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_9810


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Razzle11


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Razzl_11


[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Razzlz10
ship américain inconnu




Crédit photo lst 986 : site US navsource
Photos razzle dazzle : divers internet

André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Mer 1 Avr 2009 - 21:41

LST 325



Le LST 325 est maintenant devenu un mémorial à l’honneur de ces bâtiments et de leurs équipages.
Il est entre les mains d’une association que se charge de le faire connaître, de faire connaître ce qu’étaient ces navires de débarquement au potentiel formidable et pratique.
Son port d’attache est Evansville, sur la rivière Ohio, dans l’Illinois, aux Etats-Unis
Voici une photo du local barre du LST 325, prise récemment, qui rappellera aux anciens des LST de nombreux souvenirs lointains.

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_3210


Dans ce local qui se situait au second niveau à partir du pont principal, au-dessus des logements officiers, se tenaient en général trois personnes de quart et en permanence. Le premier, c’était l’homme de barre, il tenait la roue pendant une heure et ensuite permutait avec celui qui état de quart à l’arrière à la barre à bras ; le second c’était l’homme de transmission des ordres aux machines. Ces ordres étaient transmis avec le chadburn, plus souvent appelé chasse burnes ; vous le voyez sur la photo, à droite, là où l’un des membres de l’association à la main posée sur l’une de ses poignées.
Le troisième, c’était un planton, il pouvait être supprimé. La nuit, s’il n’avait rien à faire, il roupillait, le veinard, sur un ou deux blousons.
L’homme de barre avait devant lui le compas magnétique et à sa droite comme vous le voyez le répétiteur de gyrocompas, on mettait le cap sur les données du giro, le barreur devant aussi surveiller son cap magnétique, un dérangement au giro pouvant se produire.
Le cap à tenir était donné par la passerelle de navigation et affiché sur une ardoise à la craie.
La chambre de barre, comme on l’appelait aussi, était bien éclairée par la lumière du jour par neuf hublots sur trois pans de cloisons et un autre hublot sur chacune des deux portes
C’était un lieu tranquille et pourtant beaucoup de membres de l’équipage y passaient, en curieux. Ils parlaient à voix feutrée. On ne fait pas de brruit dans la chambre de barre ! C’était aussi un lieu où l’on fumait beaucoup.
Sur le Golo – je ne sais pas si c’était autorisé partout – n’importe qui pouvait prendre la barre pour le plaisir d’apprendre à gouverner et le plaisir de gouverner. Le titulaire du poste demandait à la passerelle, par le gros porte-voix ( vous le voyez, en haut sur la photo) par lequel venaient les ordres de la passerelle navigation et dans lequel on répercutait les réponses, il demandait donc : le matelot untel désire prendre la Barre ? En route, la réponse était généralement positive et quand celui-ci prenait la roue en main, il était transmis à la passerelle : matelot untel à la barre, cap au 235.
Si la gouverne était difficile, par grosse mer venant de l’arrière par exemple, l’autorisation n’était pas accordée, le bosco avait déjà de la peine à « marcher droit ».

crédit photo : Association mémorial LST 325



[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst10


Sur l'Odet, l'homme de barre, qui tire sur sa cigarette, à laissé un visiteur gouverner à sa place


crédit photo Association des LST Français

André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Jeu 9 Avr 2009 - 16:22

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_1110


Voici un LST US dans une situation insolite, le 1146 dans les glaces du Grand Nord.

Les LST de la Marine française ne se sont jamais trouvés dans cette situation.

Crédit photo navsource.org

André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Jeu 9 Avr 2009 - 23:28

LST 1146

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_1111







Une autre vue du LST US 1146 dans les glaces


Photo navsource

André Pilon

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Empty Re: [Divers Navires amphibies] Les LST

Message par PILON Dim 19 Avr 2009 - 21:41

voici le LST Orne pendant ses activités diverses en Indochine

Déchargement à Haiphong d'un LCM amélioré d'un canon, modifié à l'arsenal de Saigon, probablement à la CARIC, pour patrouille sur le Fleuve Rouge

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst112





Transport de deux chasseurs Hellcat de l'aviation embarquée, venant de Tan son Nhut, et destinés POrte-Avions Arromanches qui est en opération au Tonkin et qui les embarquera en baie d'Along

[Divers Navires amphibies] Les LST - Page 10 Lst_0010


Ces deux photos sont founrnies par Lucien Yvon, qui était à bord comme QM mécanicien en 1953


André Pilon


    La date/heure actuelle est Dim 23 Jan 2022 - 4:43