Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Avatar22 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 865809 messages dans 15255 sujets

Nous avons 7489 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est michelzago

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Livreo10

Derniers sujets

» [LES B.A.N.] LARTIGUE (ALGÉRIE)
par J-C Laffrat Aujourd'hui à 22:42

» [ Histoires et histoire ] Fortifications et ouvrages du mur de l'Atlantique
par BEBERT 49 Aujourd'hui à 22:33

» Les Mémoires de Jacques Sinquin
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 22:32

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 02
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 21:54

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par LA TOULINE Aujourd'hui à 20:58

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 12
par VENDEEN69 Aujourd'hui à 19:53

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades Lycée technique Kerichen Brest 69 à 72
par Nenesse Aujourd'hui à 19:40

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par COLLEMANT Dominique Aujourd'hui à 18:04

» [Les états-major des ports et régions] MARINE PARIS
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 16:53

» BSM SAINT NAZAIRE
par Max Péron Aujourd'hui à 14:43

» La spécialité de Météorologiste
par jean-claude BAUD Aujourd'hui à 13:43

» [ Histoires et histoire ] Pierre Loti
par phirou Aujourd'hui à 13:21

» [ Logos - Tapes - Insignes ] LES INSIGNES DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE...
par J-C Laffrat Aujourd'hui à 10:40

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par alain EGUERRE Aujourd'hui à 10:31

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par alain EGUERRE Aujourd'hui à 8:16

» [ Blog visiteurs ] Un porte-avions à Bizerte
par JJMM Aujourd'hui à 7:08

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Insignes de spécialités dans la Marine
par Marquis Hier à 22:56

» [Les batiments de ligne] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par alsybar Hier à 21:17

» LIEUTENANT DE VAISSEAU LE HENAFF (AVISO)
par D.THIEBAULT Hier à 19:47

» [CAMPAGNES C.E.P.] ATOLL DE RANGIROA
par marsouin Hier à 18:19

» ENGAGEZ VOUS !!! RENGAGEZ VOUS, OU LES CAMPAGNES D'INFORMATION DE LA MARINE DEPUIS L'AN 2000
par HèmBé43 Hier à 17:07

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par J-L-14 Sam 1 Aoû 2020 - 20:22

» [ DIVERS - LES NUCS ] Retour à quai pour ce SNA
par ARNOULT Sam 1 Aoû 2020 - 15:49

» SNA SUFFREN
par Charly Sam 1 Aoû 2020 - 14:28

» [ Recherches de camarades ] AE Victor Schoelcher 62-65
par cristophil65 Sam 1 Aoû 2020 - 9:58

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades EE Du Chayla années 61/63
par peticha76 Sam 1 Aoû 2020 - 9:26

» Les campagnes de la JEANNE D'ARC
par Doudou29 Ven 31 Juil 2020 - 15:02

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par douzef Ven 31 Juil 2020 - 14:36

» [ Aéronavale divers ] Les Mémoires d'André Digo
par Didier Moreaux Ven 31 Juil 2020 - 14:12

» [LES B.A.N.] KHOURIBGA - MAROC
par Moana Ven 31 Juil 2020 - 12:40

» ALBUM PHOTOS DE COURS - GROUPE DES ÉCOLES D'ARMES
par Cuiguillere Ven 31 Juil 2020 - 11:25

» BLAISON
par mjrl83 Jeu 30 Juil 2020 - 19:04

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Sbab Jeu 30 Juil 2020 - 11:40

» MEUSE (PR)
par msteiner Jeu 30 Juil 2020 - 11:09

» [Le cimetière des bateaux et du patrimoine de la Marine] Sauvons l'Ondée !!!
par jmhollander Jeu 30 Juil 2020 - 8:47

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST - TOME 3
par Laurent Mer 29 Juil 2020 - 20:10

» [Plongeurs démineurs] PLONGEURS DÉMINEURS
par doubleloire Mar 28 Juil 2020 - 22:16

» P A Foch : Manoeuvres d'Apontage
par KAROLL Mar 28 Juil 2020 - 21:58

» [LES B.A.N.] PORT LYAUTEY (MAROC)
par J-C Laffrat Mar 28 Juil 2020 - 19:10

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du poste 2 EE VAUQUELIN 09/60 à 08/62
par chris40 Mar 28 Juil 2020 - 13:24

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par larcher Mar 28 Juil 2020 - 11:02

» RUBIS (SNA)
par J-L-14 Lun 27 Juil 2020 - 17:02

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE) Tome 2
par Joël Chandelier Lun 27 Juil 2020 - 14:10

» [ FUSILIERS MARINS ] Et les maitres de chiens.
par Marquis Lun 27 Juil 2020 - 13:45

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI - TOME 3
par Joël Chandelier Lun 27 Juil 2020 - 10:02

» [Vieilles paperasses] PLAQUE D'IDENTITÉ
par Marquis Lun 27 Juil 2020 - 9:50

» [Les anciens avions de l'aéro] Les bons vieux Lanc de l'Aéronavale !
par Richard JOSE Sam 25 Juil 2020 - 14:43

» [Traditions] LES RUBANS LÉGENDÉS
par Marquis Sam 25 Juil 2020 - 10:34

» [Vie des ports] Le Port de Nice
par bailly bout de bois Sam 25 Juil 2020 - 9:46

» OURAGAN (TCD)
par alain-m-56 Ven 24 Juil 2020 - 17:50

» LCM 24 en 1951.
par laorañs56 Ven 24 Juil 2020 - 16:19

» SÉMAPHORE - Saint Sauveur à L'Ile d'Yeu
par takeo Jeu 23 Juil 2020 - 9:00

» TONNERRE (PHA)
par Xavier MONEL Mer 22 Juil 2020 - 17:58

» [Votre passage au C.F.M.] MON ARRIVÉE À HOURTIN
par COLLEMANT Dominique Mer 22 Juil 2020 - 17:58

» DUQUESNE (FRÉGATE)
par GILOU971 Mer 22 Juil 2020 - 17:15

» ALBUM PHOTOS DE COURS - E.M.E.S. CHERBOURG
par Joël Chandelier Mer 22 Juil 2020 - 9:50

» LE REDOUTABLE (SNLE) (Sous surveillance spéciale)
par J-L-14 Mar 21 Juil 2020 - 20:36

» [ Histoires et histoire ] Naufrage du Chalutier Militaire AD 157 Marie-Yette en mars 1940.
par BRICKGERARD Mar 21 Juil 2020 - 17:59

» [Les écoles de spécialités] Le Groupe des Écoles d'Armes
par Jean-Léon Mar 21 Juil 2020 - 16:50

» [Les anciens avions de l'aéro] Bloch / SNCASO MB175-T
par J-C Laffrat Mar 21 Juil 2020 - 11:41

» DE GRASSE (CROISEUR)
par BOUFFART Bernard Lun 20 Juil 2020 - 21:19

» Première guerre du Golfe
par Renan Lun 20 Juil 2020 - 19:11

» [ Blog visiteurs ] Mon père Daniel HELLUIN
par Invité Lun 20 Juil 2020 - 17:00

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par Charly Dim 19 Juil 2020 - 22:34

» [Campagne C.E.P.] Les vedettes de transport de passagers à MURU et FANGA
par CARPAROUGE Dim 19 Juil 2020 - 13:50

» [ Blog visiteurs ] Je recherche un ami Jean Pierre Souvigné
par Invité Dim 19 Juil 2020 - 11:27

» [Activité des ports] Le Guilvinec
par Charly Sam 18 Juil 2020 - 21:21

» [ Blog visiteurs ] Recherches infos ancêtre LEON GODEFROY né en 1906
par Invité Sam 18 Juil 2020 - 19:27

» [Les écoles de spécialités] EMES Cherbourg
par Kohler Jean Marie(Hans) Sam 18 Juil 2020 - 16:47

» Marins Pompiers des Bases Aeronavale
par J-L-14 Sam 18 Juil 2020 - 13:07

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par david974 Sam 18 Juil 2020 - 10:23

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades TCD OURAGAN de 69 à 72
par framery Ven 17 Juil 2020 - 14:09

» [LES B.A.N.] NÎMES GARONS
par takeo Ven 17 Juil 2020 - 12:57

» CHELIFF (LST)
par marsouin Jeu 16 Juil 2020 - 22:07

» CALLIOPE (CM)
par TUR2 Mer 15 Juil 2020 - 22:23

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine).
par COLLEMANT Dominique Mer 15 Juil 2020 - 21:28

» [ École des Mousses ] École des Mousses
par ramblas47 Mer 15 Juil 2020 - 19:07

» [ Blog visiteurs ] Photo sur le Mercure
par Invité Mar 14 Juil 2020 - 23:16

» GUEPRATTE (EE)
par J-L-14 Mar 14 Juil 2020 - 20:43

» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
par Joël Chandelier Mar 14 Juil 2020 - 20:12

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par COLLEMANT Dominique Lun 13 Juil 2020 - 22:35

» [ La S.N.S.M. ] SNSM Ouessant
par COLLEMANT Dominique Lun 13 Juil 2020 - 21:42

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par CARPAROUGE Lun 13 Juil 2020 - 17:28

» [Le cimetière des bateaux et du patrimoine de la Marine] Le cimetière de LANDEVENNEC
par Didier Moreaux Lun 13 Juil 2020 - 15:19

» [Vie des ports] Le Conquet
par Michel Roux Lun 13 Juil 2020 - 13:35

» MINERVE (SM) - TOME 2
par philippe PAILLET Dim 12 Juil 2020 - 18:54

» [ École des Mousses ] Promotion 60/61 1ère Compagnie
par GAUDIN Bernard Dim 12 Juil 2020 - 9:56

» [Les catastrophes dans la Marine] L'EXPLOSION DU CUIRASSÉ LIBERTÉ - 1911
par Roli64 Dim 12 Juil 2020 - 9:30

» SAINTONGE (TRANSPORT)
par GYURISS Sam 11 Juil 2020 - 16:03

» [ Divers frégates ] FREMM AUVERGNE
par inthenavy Ven 10 Juil 2020 - 21:42

» [ Recherches de camarades ] Recherche mon chef Marcel Châtelain.
par jeep06 Ven 10 Juil 2020 - 21:41

» [ École des Mousses ] Écoles des mousses 71/72
par marc dugachard Ven 10 Juil 2020 - 17:46

» [ Tahiti ] Votre première arrivée à Tahiti
par J-L-14 Ven 10 Juil 2020 - 15:49

» MONGE (BEM)
par Didier Moreaux Mer 8 Juil 2020 - 14:13

» DUGUAY TROUIN (FRÉGATE)
par Didier Moreaux Mer 8 Juil 2020 - 9:54

» [ LES DESTROYERS D'ESCORTE EX US ] L'ALGÉRIEN
par JLG Mer 8 Juil 2020 - 8:07

» CDT BORY (AE)
par marsouin Mar 7 Juil 2020 - 21:21

» LCT - L9061
par gerardsin59 Mar 7 Juil 2020 - 18:56

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par Didier Moreaux Mar 7 Juil 2020 - 16:47

DERNIERS SUJETS


[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Liensamis

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 76
Mécanicien équipage NON [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Monite10

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par PAUGAM herve le Sam 14 Déc 2019 - 14:05

Il y avait , en 1959-60 , un Premier-Maître fusilier qui avait un placard de décorations "comme-çà" , dont on disait qu'il avait été le seul rescapé d'une embarcation ayant sauté sur une mine en Indo
(peut-être celui dont tu parles ,Robert [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 595882 )
Il avait parfois de gros problèmes de self-contrôle dus à cet événement [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 615235
Son nom m'échappe , mais peut-être certains arpètes de mon époque s'en souviennent-ils



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr11 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)

Charly
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 66
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Commis NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Charly le Sam 14 Déc 2019 - 14:14

Merci Robert. [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735
Ok, nous patientons. [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 580511



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr10 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig503
OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum

robert dupond
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 90
Infirmier Équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par robert dupond le Sam 14 Déc 2019 - 15:24

suite 2

Nous allons vous délivrer les informations concernant ces deux drames et décrire les endroits sur le fleuve où ont été perpétrées ces attaques. Le fleuve Mékong La source du fleuve, et donc sa longueur finale, est inconnue en raison de l’existence de plusieurs affluents dans un environnement d’accès difficile (terrain très accidenté). Les estimations vont de 4.350 à 4.909 km. Selon le relevé de la China Science Exploration Association, la source est Lasagongma, située à une altitude de 5.224 mètres.

Elle est sur le mont Guozongmucha dans la province de Qinghai et forme le Zayaqu, reconnu par la Chinese Academy of Sciences comme la source du Mékong. Une expédition plus ancienne menée par l’explorateur français Michel Peissel avait identifié le Zanaqu, plus à l’ouest au col Rupsa-la (4.975 m), comme source du Mékong. Près de la moitié de la longueur totale coule en Chine, où ce tronçon du fleuve est appelé «fleuve turbulent» en raison de ses gorges et précipices .. Il quitte le pays à une altitude de seulement 500 m. Le fleuve forme ensuite la frontière entre la République du Myanmar (Birmanie) et le Laos sur 200 km, à la fin desquels il rejoint son affluent le Ruak au Triangle d’or. Cet endroit marque aussi la séparation des haut et bas Mékong.
Spoiler:
Le fleuve sépare alors le Laos de la Thaïlande avant d’entamer une section coulant uniquement au Laos qui est caractérisée par des gorges, des rapides et une profondeur d’à peine un demimètre pendant la saison sèche. Il s’élargit au sud de Luang Prabang, où il a inondé la région jusqu’à 100 mètres de profondeur et sur un rayon de 4 km ; son cours est très variable Le fleuve redevient la frontière entre le Laos et la Thaïlande dans la section qui passe près de Vientiane (capitale du Laos), et repasse ensuite seulement au Laos, où il forme la région de Si Phan Don («quatre mille îles») avant les chutes de Khone près de la frontière avec le Cambodge. On peut y voir des dauphins d’eau douce en danger d’extinction. Les chutes de Khone ne sont pratiquement pas navigables. Au Cambodge, le fleuve passe par les rapides de Sambor audessus de Kracheh, les dernières chutes à interdire la navigation. Juste avant Phnom Penh, la capitale du Cambodge, se situe la confluence avec la rivière issue du lac Tonle Sap, son affluent le plus important dans ce pays. Après la capitale il se divise en deux, le Bassac et le Mékong luimême ; tous deux finissent dans le delta du Mékong. Au Viêt Nam, le fleuve se divise en deux branches principales qui s’appellent le Tiền Giang (Mékong ou «fleuve à l’avant») et le Hậu Giang (Bassac ou «fleuve à l’arrière») ; celles-ci entrent en mer de Chine méridionale par neuf estuaires, expliquant ainsi le nom vietnamien pour le fleuve, Sông Cửu Long («fleuve des neuf dragons»). Dans certains endroits la largeur du fleuve dépasse 3.000 mètres et la profondeur peut faire plusieurs dizaines de mètres. Une trentaine de kilomètres avant leurs embouchures, le Bassac et le Mékong font plus de 2.000 mètres de large.

suite -3- Les navires Les dragueurs de mines «Glycine» et «Myosotis» étaient La Marine fluviale en Indochine IINNDD OCOHINCE HINE Vue satellite et carte du delta du Mékong avec repérage des lieux où les navires ont été attaqués et détruits LE COMBATTANT N°321 - 5 INDOCINDHOCIHNINEE du type «YMS», d’origine US Navy, dont 31 exemplaires avaient été cédés par les EtatsUnis à la France en 1944. Il s’agissait de petits bâtiments jaugeant 280 tonnes, de 41,45 mètres de longueur par 7,47 mètres de largeur et 2,45 mètres de tirant d’eau, dont la coque était construite en bois afin d’être protégée des mines magnétiques. Leur puissance était de 1.000 ch. sur deux lignes d’arbres, ce qui permettait une vitesse maximum de 12 noeuds (un peu plus de 22 km/h). Ils étaient armés d’un canon de 76 mm, de deux canons de 20 mm et de deux mitrailleuses de 12,7 mm. L’équipage comprenait 30 hommes. A la Flottille Amphibie Indochine Sud (FAIS), ces navires étaient utilisés comme patrouilleurs, car l’existence de mines magnétiques, à orin ou dérivantes n’avait jamais été observée jusqu’à maintenant sur les voies d’eau. Cependant et par précaution, lors des patrouilles, la veille tentait de repérer tous les objets flottants suspects et l’équipage les mitraillait par des rafales d’armes automatiques en cas de suspicion. Malheureusement, à l’époque les services de renseignement ignoraient que les rebelles avaient récupéré des mines japonaises à commande électrique déclenchées manuellement. Quelques années plus tard, sur le canal des Bambous dans le delta du fleuve Rouge au Tonkin, un de nos camarades commando-marine affecté au commando 65 du nord-Viêtnam, Achille BOESPFLUG, après avoir avec son équipe tendu une embuscade et capturé un chef de groupe viêt-minh, qui était en même temps artificier, avait récupéré une de ces mines mouillée entre deux eaux dans le canal des Bambous. Elle contenait de l’ordre de 120 kg d’explosif, était reliée par une chaîne à un corpsmort (bloc de béton) reposant au fond du canal et était maintenue entre deux eaux en étant bardée de bidons vides hermétiquement bouchés servant de flotteurs.

suite -4-
reliaient à la rive d’où elle pouvait être déclenchée manuellement au passage du plus gros navire d’un convoi fluvial ou d’une Dinassaut. Dragueur de mines «Clycine» (D332) Le dragueur de mines de l’U.S Navy «YMS-18» fut transféré à la marine nationale en octobre 1944 et affecté à Toulon au sein de la 33ème Division de dragueurs de mines. En 1947 il gagne Saïgon où il prend le nom de «Glycine» (D332). Il se couvrira de gloire en Indochine en coulant 105 jonques et en faisant pas moins de 77 prisonniers. Il reçut d’ailleurs une citation pour ses brillants états de service. Il sauta sur une mine et coula le 21 avril 1949, 32 marins perdirent la vie et seul l’enseigne de vaisseau CLEMENT en réchappa après s’être caché durant deux jours dans l’abondante végétation de la rive où il fut récupéré. Le 21 avril 1949 à 16 h le dragueur de mines «Glycine» (D332), en patrouille sur le Mékong, sombre corps et biens par 25 mètres de fond dans un endroit resserré du fleuve (400 mètres de large), près du débouché du rach Thuong, à 11 km dans le nord/nord-est de Tan Chau et à 5 km au sud de la frontière du Cambodge. Il a sauté sur une mine actionnée de la berge par les assaillants du Viet-minh. Le navire est coupé en deux au droit de l’arrière de la passerelle et coule rapidement. Le personnel qui n’a pas été tué dans l’explosion et qui nage sur les lieux du naufrage est mitraillé par l’ennemi embusqué sur la rive. Certains furent fait prisonniers par les Viêts, mais on ne les revit jamais. Il importait que l’épave ne reste pas livrée aux incursions des plongeurs viêts, elle contenait armes, munitions, explosifs et matériels de guerre. Le lieutenant de vaisseau ALINAT se proposa, pour les récupérer et faire sauter les munitions si nécessaire. L’amiral donna son accord et accompagné du second maître Guy MORANDIERE, son ancien compagnon du G.E.R.S., le lieutenant de vaisseau ALINAT réunit rapidement l’équipement nécessaire, mobilisa quelques plongeurs qui rallièrent l’épave de la «Glycine» à bord de l’aviso «Chevreuil». En pleine nuit, il fallut reconnaitre l’épave, pénétrer dans le navire pour extraire les Matériel récupéré par les plongeurs sur l’épave de la Glycine.

suite- 5-
is» munitions, les armes, déboulonner les affûts de canons, de mitrailleuses et remonter tout ce matériel. ALINAT et MORANDIERE firent sauter l’épave de la «Glycine» avec trois cents kilos de mélinite placés au droit des soutes du dragueur. Cette intervention a été menée, avec une promptitude et une décision admirable, par deux hommes ne disposant que de moyens de fortune. Elle mettait en lumière les services que pouvaient rendre des plongeurs exercés et résolus au cours d’opérations militaires, dans une région typiquement amphibie comme l’Indochine. Dragueur de mines «Myosotis» (D338) De type “YMS (US) 1944”, d’un déplacement de 280 tonneaux, le Myosotis, (D338) est mis en service dans la marine nationale en 1945 et participe, au sein de la 33e section de dragages, à des missions de déminage en Méditerranée. Le dragueur de mines Myosotis rallie l’Indochine en décembre 1947. A partir de février 1949, le bâtiment est affecté aux patrouilles sur le Mékong. Le 20 juin 1949 à 10 h 00 du matin, alors qu’il redescend le fleuve en direction de Vinh Long après avoir appareillé du mouillage de Cho Moï et qu’il se trouve dans une zone resserrée de 450 mètres de large, il saute sur une mine près de Phong My au mile "116", à 200 mètres de la rive, lieu situé à environ 150 km de l’embouchure du Co Chien. Coupé en deux parties le «Myosotis» coule rapidement. Comme pour la «Glycine» deux mois plus tôt, les rescapés qui nagent sur le lieu du naufrage sont mitraillés par l’ennemi depuis la rive. La VP 41 qui se trouvait à 2.000 mètres en amont intervient rapidement et malgré un violent engagement des forces viêt-minh embusquées sur la rive, son équipage répond vigoureusement, elle parvient à sauver de nombreux rescapés, dont son commandant le lieutenant de vaisseau MERCERON. 18 hommes d’équipage, officiers, officiers-mariniers, quartiermaîtres et matelots ainsi qu’un civil, sont morts ou ont disparu dans le naufrage. Comme pour la «Glycine» deux mois plus tôt, une équipe de plongeurs transportée sur les lieux par l’aviso «Chevreuil» (A53), va intervenir rapidement pour récupérer le matériel militaire dans l’épave. Ces deux images, la carte et l’image satellite de la zone de naufrage du dragueur de mines «Myosot (D338), qui a sauté le 20 juin 1949 à 10 h 00 sur une mine probablement du même type que celle qui a détruit le dragueur «Glycine» (D332) deux mois auparavant plus en amont sur le fleuve, montrent que «l’embuscade» à été montée à un endroit où le cours d’eau ne fait plus qu’environ 450 mètres de largeur. La mine avait sans doute été mouillée à l’aide de sampans dans le chenal où la plus grande profondeur obligeait les navires dont le tirant d’eau était relativement important (2,45 m pour les deux dragueurs) devaient nécessairement passer. Dans les endroits de plus grande largeur, la probabilité de pouvoir toucher un navire s’amenuisait considérablement. Le rapport du lieutenant de vaisseau MERCERON comportait la liste des personnels morts ou disparus lors de cette attaque, mais nous n’avons pu nous la procurer. Le schéma ci-après fait partie de ce rapport. La VP 41 L’appellation «VP» signifiait tout d’abord Vedettes de Port, puis par la suite Vedettes de Patrouille, ce qui correspondait mieux à la fonction qu’on leur attribuait. Il s’agissait de petites unités en bois de construction anglaise, de 52 tonnes à pleine charge, 22 mètres de longueur, un tirant d’eau maximum de 1,60 mètres et étaient armées de 2 canons de 20 mm et de deux mitrailleuses de 12,7 mm. Elles étaient propulsées par deux moteurs diesel Gardner de 150 ch chacun ce qui leur permettait d'atteindre une vitesse de 10 à 12 noeuds (environ 22km!/h maxi)

suite- 6 -
Au-delà de ces caractéristiques chiffrées, il faut signaler que la VP a d’excellentes qualités manoeuvrières, qu’elle est relativement silencieuse, et qu’elle a une grande autonomie, non seulement du fait de la capacité de ses soutes à gas-oil, mais aussi du fait de son confort : celui-ci, modeste dans l’absolu, parait excellent aux marins des Flottilles par comparaison avec celui, très déficient, de tous les landing craft (même les LCI) ; la construction entièrement en bois est un des agréments de la VP. Au moyen de prélèvements dans le parc initial des 21 VP déjà françaises, et d’achats complémentaires, la marine en Indochine reçoit 8 VP au second semestre 1946, puis 8 autres échelonnées entre 1948 et 1950 ; les huit dernières (1952 et 1954), ce qui porte leur nombre total à 24 unités, ne permettent guère d’accroître les disponibilités, en raison des pertes (usure ou combat) qu’il faut remplacer. Dès 1948, apparaît une distinction entre :  les "VP blindées", à qui des blindages permettent de supporter les tirs d’armes légères à courte distance (c’est-à-dire à partir des berges des rachs), mais ont fait perdre beaucoup de leurs qualités de tenue à la mer. Cette première variante se distingue par des blindages rajoutés dans les hauts : parois du roof et de la passerelle, emplacements des deux canons de 20 mm,  et les "VP de mer", non blindées, qui offrent les traits opposés. Quoiqu’il en soit, les VP utilisées sur le Fleuve, c’est-à-dire les VP blindées, ne représentent qu’une partie de l’ensemble des VP existant en Indochine ; leur nombre passe de 7 en 1948 à 9 ou 10 à partir de 1950, avec un maximum de 12 en 1953. Bien qu’il n’apparaisse pas de raison spéciale à cela, les VP blindées restent toutes affectées aux fleuves de Cochinchine. Leurs qualités font d’elles les reines du Mékong. Le 20 juin 1949 à 10 h 00 la «VP 41» qui se trouvait en amont à l’entrée du coude du fleuve, avait une vue directe sur le lieu du drame et avait donc pu voir en direct l’explosion du dragueur «Myosotis». Elle entendait les tirs des assaillants viêts sur les naufragés qui nageaient. Elle s’était rapidement rendue sur place et avait engagé le combat avec l’ennemi embusqué sur la rive jusqu’à le mettre en fuite afin de repêcher les naufragés. Elle put ainsi sauver 18 hommes d’équipage sur un effectif total de 37 personnes embarquées à bord du dragueur. Si on est certain que des membres de l’équipage de la «Glycine» furent fait prisonniers par les viêts et ne revinrent jamais, il n’y en eut aucun dans l’équipage du «Myosotis» L’aviso-dragueur «Chevreuil» (A73) puis (F735) L’aviso «Chevreuil» (A73) puis (F735) est le navire qui a transporté les équipes de plongeurs sur les épaves des dragueurs de mine «Glycine» (D332) et «Myosotis» (D338) pour récupérer le matériel de guerre afin qu’il ne tombe pas dans les mains de l’ennemi viêt. Ce bâtiment de 630/895 tonnes, 106 hommes d’équipage, 78,30 m de longueur, 8,70 m de largeur, 3,30 m de tirant d’eau, d’une puissance de 4.000 ch sur deux lignes d’arbres pouvait se déplacer à la vitesse maxi de 20 noeuds (environ 37 km/h). Lors des périodes durant lesquelles le niveau du Mékong n’était pas au plus bas, ce type de navire pouvait remonter le fleuve jusqu’à Pnomh-Pen au Cambodge, ce qui montre l’énorme taille du cours d’eau. La photo de la «VP 32» (P760) ex-Baalbeck a été prise en 1953 à Banam sur le Mékong par Roger VALLET. A l’époque Roger, ancien élève de l’école de Maistrance «Machine» (promotion 1949- 1950), était second-maître, chefAu-delà de ces caractéristiques chiffrées, il faut signaler que la VP a d’excellentes qualités manoeuvrières, qu’elle est relativement silencieuse, et qu’elle a une grande autonomie, non seulement du fait de la capacité de ses soutes à gas-oil, mais aussi du fait de son confort : celui-ci, modeste dans l’absolu, parait excellent aux marins des Flottilles par comparaison avec celui, très déficient, de tous les landing craft (même les LCI) ; la construction entièrement en bois est un des agréments de la VP. Au moyen de prélèvements dans le parc initial des 21 VP déjà françaises, et d’achats complémentaires, la marine en Indochine reçoit 8 VP au second semestre 1946, puis 8 autres échelonnées entre 1948 et 1950 ; les huit dernières (1952 et 1954), ce qui porte leur nombre total à 24 unités, ne permettent guère d’accroître les disponibilités, en raison des pertes (usure ou combat) qu’il faut remplacer. Dès 1948, apparaît une distinction entre :  les "VP blindées", à qui des blindages permettent de supporter les tirs d’armes légères à courte distance (c’est-à-dire à partir des berges des rachs), mais ont fait perdre beaucoup de leurs qualités de tenue à la mer. Cette première variante se distingue par des blindages rajoutés dans les hauts : parois du roof et de la passerelle, emplacements des deux canons de 20 mm,  et les "VP de mer", non blindées, qui offrent les traits opposés. Quoiqu’il en soit, les VP utilisées sur le Fleuve, c’est-à-dire les VP blindées, ne représentent qu’une partie de l’ensemble des VP existant en Indochine ; leur nombre passe de 7 en 1948 à 9 ou 10 à partir de 1950, avec un maximum de 12 en 1953. Bien qu’il n’apparaisse pas de raison spéciale à cela, les VP blindées restent toutes affectées aux fleuves de Cochinchine. Leurs qualités font d’elles les reines du Mékong. Le 20 juin 1949 à 10 h 00 la «VP 41» qui se trouvait en amont à l’entrée du coude du fleuve, avait une vue directe sur le lieu du drame et avait donc pu voir en direct l’explosion du dragueur «Myosotis». Elle entendait les tirs des assaillants viêts sur les naufragés qui nageaient. Elle s’était rapidement rendue sur place et avait engagé le combat avec l’ennemi embusqué sur la rive jusqu’à le mettre en fuite afin de repêcher les naufragés. Elle put ainsi sauver 18 hommes d’équipage sur un effectif total de 37 personnes embarquées à bord du dragueur. Si on est certain que des membres de l’équipage de la «Glycine» furent fait prisonniers par les viêts et ne revinrent jamais, il n’y en eut aucun dans l’équipage du «Myosotis» L’aviso-dragueur «Chevreuil» (A73) puis (F735) L’aviso «Chevreuil» (A73) puis (F735) est le navire qui a transporté les équipes de plongeurs sur les épaves des dragueurs de mine «Glycine» (D332) et «Myosotis» (D338) pour récupérer le matériel de guerre afin qu’il ne tombe pas dans les mains de l’ennemi viêt. Ce bâtiment de 630/895 tonnes, 106 hommes d’équipage, 78,30 m de longueur, 8,70 m de largeur, 3,30 m de tirant d’eau, d’une puissance de 4.000 ch sur deux lignes d’arbres pouvait se déplacer à la vitesse maxi de 20 noeuds (environ 37 km/h). Lors des périodes durant lesquelles le niveau du Mékong n’était pas au plus bas, ce type de navire pouvait remonter le fleuve jusqu’à Pnomh-Pen au Cambodge, ce qui montre l’énorme taille du cours d’eau. La photo de la «VP 32» (P760) ex-Baalbeck a été prise en 1953 à Banam sur le Mékong par Roger VALLET. A l’époque Roger, ancien élève de l’école de Maistrance «Machine» (promotion 1949- 1950), était second-maître, chef.

suite -7 - .Au-delà de ces caractéristiques chiffrées, il faut signaler que la VP a d’excellentes qualités manoeuvrières, qu’elle est relativement silencieuse, et qu’elle a une grande autonomie, non seulement du fait de la capacité de ses soutes à gas-oil, mais aussi du fait de son confort : celui-ci, modeste dans l’absolu, parait excellent aux marins des Flottilles par comparaison avec celui, très déficient, de tous les landing craft (même les LCI) ; la construction entièrement en bois est un des agréments de la VP. Au moyen de prélèvements dans le parc initial des 21 VP déjà françaises, et d’achats complémentaires, la marine en Indochine reçoit 8 VP au second semestre 1946, puis 8 autres échelonnées entre 1948 et 1950 ; les huit dernières (1952 et 1954), ce qui porte leur nombre total à 24 unités, ne permettent guère d’accroître les disponibilités, en raison des pertes (usure ou combat) qu’il faut remplacer. Dès 1948, apparaît une distinction entre :  les "VP blindées", à qui des blindages permettent de supporter les tirs d’armes légères à courte distance (c’est-à-dire à partir des berges des rachs), mais ont fait perdre beaucoup de leurs qualités de tenue à la mer. Cette première variante se distingue par des blindages rajoutés dans les hauts : parois du roof et de la passerelle, emplacements des deux canons de 20 mm,  et les "VP de mer", non blindées, qui offrent les traits opposés. Quoiqu’il en soit, les VP utilisées sur le Fleuve, c’est-à-dire les VP blindées, ne représentent qu’une partie de l’ensemble des VP existant en Indochine ; leur nombre passe de 7 en 1948 à 9 ou 10 à partir de 1950, avec un maximum de 12 en 1953. Bien qu’il n’apparaisse pas de raison spéciale à cela, les VP blindées restent toutes affectées aux fleuves de Cochinchine. Leurs qualités font d’elles les reines du Mékong. Le 20 juin 1949 à 10 h 00 la «VP 41» qui se trouvait en amont à l’entrée du coude du fleuve, avait une vue directe sur le lieu du drame et avait donc pu voir en direct l’explosion du dragueur «Myosotis». Elle entendait les tirs des assaillants viêts sur les naufragés qui nageaient. Elle s’était rapidement rendue sur place et avait engagé le combat avec l’ennemi embusqué sur la rive jusqu’à le mettre en fuite afin de repêcher les naufragés. Elle put ainsi sauver 18 hommes d’équipage sur un effectif total de 37 personnes embarquées à bord du dragueur. Si on est certain que des membres de l’équipage de la «Glycine» furent fait prisonniers par les viêts et ne revinrent jamais, il n’y en eut aucun dans l’équipage du «Myosotis» L’aviso-dragueur «Chevreuil» (A73) puis (F735) L’aviso «Chevreuil» (A73) puis (F735) est le navire qui a transporté les équipes de plongeurs sur les épaves des dragueurs de mine «Glycine» (D332) et «Myosotis» (D338) pour récupérer le matériel de guerre afin qu’il ne tombe pas dans les mains de l’ennemi viêt. Ce bâtiment de 630/895 tonnes, 106 hommes d’équipage, 78,30 m de longueur, 8,70 m de largeur, 3,30 m de tirant d’eau, d’une puissance de 4.000 ch sur deux lignes d’arbres pouvait se déplacer à la vitesse maxi de 20 noeuds (environ 37 km/h). Lors des périodes durant lesquelles le niveau du Mékong n’était pas au plus bas, ce type de navire pouvait remonter le fleuve jusqu’à Pnomh-Pen au Cambodge, ce qui montre l’énorme taille du cours d’eau. La photo de la «VP 32» (P760) ex-Baalbeck a été prise en 1953 à Banam sur le Mékong par Roger VALLET. A l’époque Roger, ancien élève de l’école de Maistrance «Machine» (promotion 1949- 1950), était second-maître, chef mécanicien

suite 8 et fin

mécanicien du remorqueur de type YTL d’origine US Navy «Flamant» de 250 CV à la Flottille Amphibie Indochine Sud (FAIS). Curieusement j’ai retrouvé l’YTL «Flamant» rapatrié d’Indochine à l’Unité Marine Oran (UMO) en 1958 où je venais d’être affecté comme chef mécanicien du remorqueur de 700 ch «Platane». Je n’ai pas de photo du «Flamant», mais un cliché montrant ses deux sisterships «Canastel» et «Santon». Cette photo, prise en Algérie, montre ce qu’étaient les YTL utilisés comme patrouilleurs et dragueurs de mines à la FAIS dans le delta du Mékong. Daniel BONNERUE (Paru dans La Jonque, bulletin de liaison des anciens combattants d’Indochine d’Athis-Mons, de Paray-Vieille-Poste & Morangis

Par avance ,je vous présente mes excuses pour les erreurs ,les répétitions etc...Je ne suis pas technicien en informatique ..(ce n'est pas de ma génération)
Je vous souhaite une bonne lecture . Bon Week End
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Glycin10 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Tzolzo10


Dernière édition par Charly le Sam 14 Déc 2019 - 19:58, édité 1 fois (Raison : Fusion de 7 messages mis à la suite à quelques minutes d'intervalle + mise en place du spoiler)



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanreconnaissance [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig119

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Logo1044°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest

J.Revert
J.Revert
QM 2
QM 2

Age : 76
Commis équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par J.Revert le Sam 14 Déc 2019 - 16:11

Merci Robert Dupond de nous faire connaitre cet article.
Je crois me souvenir que le regretté Jean Favalessa m'avait dit lors d'une de nos rencontres,chez lui a Equeurdreville, qu'il s'était trouvé sur les lieux de l'attaque du LCVP 344.
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 642994

alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 70
Fourrier NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par alain EGUERRE le Sam 14 Déc 2019 - 16:23

Instructif, merci Robert [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr10 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insign45
Mais dans notre mémoire reviennent
Tous les parfums, toutes les rengaines
Qui nous ont fait aimer la mer
Et adorer notre univers
Hervé Paugam de La Renardière

Timonier Belladone
Timonier Belladone
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 86
Timonier NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Timonier Belladone le Sam 14 Déc 2019 - 17:06

Merci à Robert Dupont pour cette évocation des deux dragueurs disparus et de leurs équipages.

Concernant le transfert à la Marine vietnamienne (dans le cadre de ce qu'on a appelé la "jaunisation du corps expéditionnaire), il a eu lieu le 11 février 1954, en présence de René Pléven, ministre de la Défense.
La Belladone est devenue le Bâch Dang, la Digitale le Chûong Duong, l'Aubépine le Ham Tu.
Me demandez pas ce que ça signifie je ne me souviens même pas de l'avoir su !
Le numéro de coque de la Belladone est devenu H.Q 13.
La partie de l'équipage français restant à bord est devenue ipso facto instructeur de la marine vietnamienne.
Nous portions l'insigne de poitrine (à droite) que vous voyez là.

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Imgp0810

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les vietnamiens, au demeurant plein de bonne volonté, avaient bien besoin d'être amarinés !
J'ai le souvenir de deux mécanos ayant carrément quitté leur quart (ça remuait un peu) et apostrophés sur le pont par le Maître mécano qui s'est entendu répondre "chep, c'est nous beaucoup malades, c'est poussière gas-oil !"
J'ai tout un reportage photos sur cette passation de pavillon, mais suis pas malin assez pour vous les transmettre ici.
Ça viendra.
Perso, j'ai été rapatrié avant que les deux matelots timoniers (ou prétendus tels) vietnamiens, aient réussi à assimiler les signaux par pavillons.
Quant au scott et au morse...
Un vrai poème !



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig160
Peut-être vieux un jour, mais adulte jamais !

PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 76
Mécanicien équipage NON [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Monite10

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par PAUGAM herve le Sam 14 Déc 2019 - 18:01

C'est dur , la vie de marin [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 1459
Bel insigne brodé [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr11 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)

Boënboën
Boënboën
QM 1
QM 1

Age : 85
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 MECANEQUI NON [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Sousma10

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty [OPÉRATIONS DE GUERRE] INDOCHINE - TOME 10

Message par Boënboën le Sam 14 Déc 2019 - 18:47

Salut à tous,
Vous qui étiez au Tonkin, en 1954, avez-vous connu des membres de l'équipage de La Framée (ex LSSL 105) ?
Bien amicalement à tous
BoënBoën

JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 73
Mécanicien équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Sam 14 Déc 2019 - 20:14

Pas facile la vie de marin; et si vous êtes mécano, mieux vaut étaler, si vous êtes au fond du trou.
Bon vent.
BILL.

Charly
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 66
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Commis NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Charly le Sam 14 Déc 2019 - 20:23

Vraiment très intéressant, merci Robert et Yves. [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr10 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig503
OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum

Bureaumachine busset
Bureaumachine busset
MATELOT
MATELOT

Age : 63
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 MECANEQUI NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Bureaumachine busset le Sam 14 Déc 2019 - 20:56

Post super [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735

coutil
coutil
QM 2
QM 2

Age : 90
Canonnier équipage            NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par coutil le Dim 15 Déc 2019 - 10:20

Très belles photos On parle du fleuve Bassac          qui passait a Cantho qui se prononçait Chanteu                              mais il y avait un autre bras qui passait a  Vinh Long le Cochien      La marée remontait    très très loin  A l'embouchure on voyait a peine les rives                  plusieurs KM



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanreconnaissance [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig215

Michel GUILLOTEAU
Michel GUILLOTEAU
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 90
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Fourrier NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Michel GUILLOTEAU le Dim 15 Déc 2019 - 10:54

Merci ROBERT pour tes récits sur ces deux dragueurs,

COLLEMANT Dominique
COLLEMANT Dominique
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 73
Mécanicien NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par COLLEMANT Dominique le Dim 15 Déc 2019 - 15:30

Toujours un plaisir de parcourir ce sujet. [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanreconnaissance     [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insign10
Maître Principal mécanicien Collemant , dit "Bill" dans la sous-marinade / Membre de la section A.G.A.S.M. "Espadon" du Havre / Membre du M.E.S.M.A.T. de Lorient .
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Floreb10[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Maistr10

sagnimorte albert
sagnimorte albert
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Age : 90
Radio NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par sagnimorte albert le Dim 15 Déc 2019 - 15:48

Bonjour les amis,

Une santé plus que branlante explique mon manque d'assiduité sur le forum.
Je réagis a à l'article de Robert Dupond.
Tout d'abord, le nombre de victimes de la "Glycine" a été de 41 au lieu de 37.
L'E.V 2 Clément, seul rescapé que j'ai personnellement "récupéré" est resté, hébété, assis dans mon P.C. radio et a essuyé, comme nous, l'allumage de vingt minutes que les Viets nous ont servi sur le retour dans le Mékong.

Pour ce qui concerne la suite, le "Chevreuil" est resté mouillé dans le Mékong, sa longueur ne lui permettant pas d'évoluer facilement dans les méandres du rach "Thuong".
C'est la DNA 6 avec le LCI 101 (cdt X de triste mémoire) qui retournera sur les lieux du naufrage avec à son bord les deux scaphandriers.
L'opération eut lieu de jour et ne donna lieu à aucun allumage, les Viets s'étant alors évaporés.
L'eau était si trouble, selon leur dire, que les deux scaphandriers se contentèrent de placer les explosifs et de faire sauter l'épave.
J'ai dû bricoler avec des batteries un circuit de 220 volts pour alimenter une unique ampoule, isolée avec du mastic et du Chatterton.
Dans ces conditions, pas question de déboulonner canons, mitrailleuses ou autres...

Il m'est arrivé de contacter le journal "Le combattant" afin de rectifier quelques inexactitudes sur le sujet.
Sans succès, sans réponse.

J'étais Q/M 2, chef radio de la dinassaut 6, LCI 101, en stand by à Chaudoc, tout près de là.

A plus, les amis.

robert dupond
robert dupond
QM 1
QM 1

Age : 90
Infirmier Équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par robert dupond le Dim 15 Déc 2019 - 16:42

Merci SAGNIMORTE ALBERT .

Je suis très heureux pour ta rectification .En ce qui me concerne je n'ai rien inventé seulement fait un" copier coller "de l'article .
Je n'étais pas encore sur la JONQUILLE en avril 1949 mais ,à CAT-LAÏ ,nous en avions des échos sans plus de précisions .
En tout cas admiration et respect au Lt de Vaisseau ALINAT et Second Maitre Guy MORANDIERE.pour la plongée ,surtout quand on connait la" transparence " des eaux dans ce pays .



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanreconnaissance [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig119

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Logo1044°50' 18 Nord - 0° 34' 30 Ouest

Timonier Belladone
Timonier Belladone
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 86
Timonier NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Timonier Belladone le Dim 15 Déc 2019 - 16:55

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Photo_10
L'insigne de la Belladone

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Photo_11
11 Février 1954 : Le transfert du pavillon. La Belladone devient le Bâch Dang. Oui, pas terrible comme photo, mais comme vous pouvez le voir si vous avec (encore) de bons yeux, c'est pas moi qui appuie sur le déclencheur. Non coupable.... Moi je suis à la manoeuvre, si on peut dire !


Dernière édition par Charly le Dim 15 Déc 2019 - 20:52, édité 1 fois (Raison : Fusion de 2 messages mis à la suite à quelques minutes d'intervalle)



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig160
Peut-être vieux un jour, mais adulte jamais !

JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 73
Mécanicien équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Dim 15 Déc 2019 - 18:39

Merci Albert et aux autres pour tous ces renseignements complètement inconnu à ce jour.
Bon vent
BILL.

Charly
Charly
OFFICIER EN SECOND
OFFICIER EN SECOND

Age : 66
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Commis NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Charly le Dim 15 Déc 2019 - 20:57

Bonsoir cher Albert, un plaisir de te retrouver et de te lire. [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 642994



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr10 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig503
OFFICIER EN SECOND

Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum

PAUGAM herve
PAUGAM herve
QM 1
QM 1

Age : 76
Mécanicien équipage NON [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Monite10

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par PAUGAM herve le Dim 15 Déc 2019 - 21:46

Bonjour , et merci pour tes commentaires Albert
Et prends soin de toi
Où l'on voit que nos anciens ont toujours quelques souvenirs à nous rajouter
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanr11 [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig206
Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
(Pierre Dac)

Kanail
Kanail
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 69
Secrétaire MILITAIRE           NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Kanail le Lun 16 Déc 2019 - 9:15

Philippe Tailliez sur le départ pour l’Indochine, laisse la direction du GERS à Cousteau et Alinat. En février 1949, le Lieutenant de Vaisseau Alinat, officier en second du GERS, quitte Toulon pour rejoindre les combats d’Indochine et le croiseur léger Duguay-Trouin, bâtiment amiral de la division Navale d'Extrême Orient (DNEO), avec pour mission de créer un groupe de plongeurs en scaphandre capables d’effectuer diverses interventions mais aussi de s’opposer aux plongeurs ennemis. Je cite :
Spoiler:
"Non contents d’occuper les rives et les îlots qui fourmillent sur le Mékong, les Viets ont lancé depuis trois ans des plongeurs, sans équipement, sans masque ni palmes, respirant en surface avec un simple roseau. Très à l’aise dans les eaux noires et limoneuses du fleuve, ils coupent les amarres des bateaux et posent des mines sous les coques. Ces interventions posent un problème quasi insoluble à la Marine Française. Le 28 mai 1949 le dragueur de mines Glycine en patrouille sur le Mékong sombre corps et biens par 25 mètres de fond. Il a sauté sur une mine actionnée de la berge. Il importait que l’épave ne reste pas livrée aux incursions de leurs plongeurs car elle contenait armes, munitions, explosifs et matériels de guerre. Le Lieutenant de Vaisseau Alinat se porta volontaire pour les récupérer et faire sauter les munitions si nécessaire. L’Amiral donna son accord et accompagné du second maître Guy Morandière, son ancien compagnon du GERS, il réunit rapidement l’équipement nécessaire et mobilisa quelques plongeurs. En pleine nuit, il fallut reconnaître l’épave, pénétrer dans le navire pour extraire les munitions, les armes, déboulonner les affûts de canons, de mitrailleuses et remonter tout ce matériel. Les deux français firent sauter la Glycine avec trois cents kilos de mélinite placés au droit des soutes du dragueur. Cette intervention a été menée, avec une promptitude et une décision admirable, par deux hommes ne disposant que de moyens de fortune. Elle mettait en lumière les services que pouvaient rendre des plongeurs exercés et résolus au cours d’opérations militaires, dans une région typiquement amphibie comme l’Indochine". Suite à cette opération dirigée par Jean, naîtra la SISM, la Section d’Interventions Sous-Marines qui est très probablement une des ancêtres de la future école des nageurs de combat.



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig629
[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Signat11

Xavier MONEL
Xavier MONEL
QM 2
QM 2

Age : 78
Détecteur ASM équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par Xavier MONEL le Lun 16 Déc 2019 - 9:31

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 582735
Bonjour et merci, les amis, pour vos récits qui nous passionnent.
Amitiés.
Xavier

JACQUES SOUVAY ou BILL
JACQUES SOUVAY ou BILL
QM 1
QM 1

Age : 73
Mécanicien équipage NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par JACQUES SOUVAY ou BILL le Lun 16 Déc 2019 - 10:06

Merci Kanail pour ce récit qui une fois de plus nous en apprend beaucoup sur cette guerre d'Indochine dont on parle peu.
Bon vent.
et respect à vous.
BILL.

sagnimorte albert
sagnimorte albert
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Age : 90
Radio NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par sagnimorte albert le Lun 16 Déc 2019 - 11:34

Bonjour,
Kanail,

A propos de la "Glycine".
Je livre des extraits de notes prises sur place.
Maintenant, chacun est libre de croire ce qu'il lui plaira.
N'est ce pas le propre de l'Histoire que d'être falsifiée ?

Quel est l'auteur ou l'ouvrage que tu cites ?
L'opération des scaphandriers s'est déroulée "de jour".
Ce n'était pas un scaphandre autonome mais un scaphandre "lourd" alimenté par un tuyau et une pompe à bras.
Entre le naufrage de la "Glycine" (21 avril à 16h30) et l'opération scaphandriers, il ne s'est déroulé pas moins de 16 jours.
L'explosion de la mine a été entendue par le poste d'Hong Ngu à 16h30 le 21 avril.
L'équipe des scaphandriers n'est arrivée à Hong Ngu que le 2 mai et nous sommes retournés sur place le 7.
La piétaille que nous étions se demandait la raison d'une pareille attente et avait hâte d'en découdre pour venger les copains.

Quant à la récupération des armes, munitions, etc... c'était pour la marine française mission impossible.
Alors, pour les Viets !
Pas de souci à se faire de ce côté-là.
De plus, le lieu du naufrage pouvait être battu par le canon des postes voisins, soit Hong Ngu à l'embouchure du rach Thuong, soit An Nhon, plus haut dans le rach.
Repérable aisément par l'aviation...
En fait, je ne serais pas étonné d'apprendre que ces armes y sont encore.
La profondeur était telle que seul le haut du mât de la Glycine émergeait.

Le fameux journal "Le Combattant" avait publié, photos à l'appui, la récupération des armes de la "Glycine" par les Viets.
J'en avais demandé la source, en vain.

N'oublions pas que la zone était en général contrôlée par les Français et que les Viets, même en nombre, ne faisaient qu'y passer.

A plus, les amis.

coutil
coutil
QM 2
QM 2

Age : 90
Canonnier équipage            NON

[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Empty Re: [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11

Message par coutil le Lun 16 Déc 2019 - 12:31

C'est exacte Albert, il y avait des postes d'artillerie et ce n'était pas des petits 76 mm, quand je prenais la route Cantho Longxuyen j'en voyais, la route longeait le Bassac souvent minée aussi la nuit.
On voyait souvent des carcasse de camions cela me donner des frissons ; pensant un jour ça pourrait être moi.



[Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Rubanreconnaissance [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 11 - Page 24 Insig215


    La date/heure actuelle est Lun 3 Aoû 2020 - 22:53