Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Avatar22 [ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 953305 messages dans 15973 sujets

Nous avons 7695 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est ravaute

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Livreo10

Derniers sujets

» [ Blog visiteurs ] Recherche ruban de Bachi de l'Escorteur d'Escadre La Galissonnière (D638)
par Charly Aujourd'hui à 4:51

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] Corvée de charbon
par Jean-Léon Aujourd'hui à 0:27

» [ Blog visiteurs ] UM Dakar
par Nenesse Hier à 23:15

» [Votre passage au C.F.M.] Vos chansons au C.F.M
par PAUGAM herve Hier à 21:51

» [ Associations anciens Marins ] Entraide Marine - Brest Hiver 2021
par dbs Hier à 21:17

» [Les états-major des ports et régions] MARINE PARIS
par PAUGAM herve Hier à 21:16

» CDT BOURDAIS (AE) Tome 3
par jean-claude BAUD Hier à 20:39

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par Gibus1750 Hier à 19:00

» UNITÉ MARINE DAKAR
par thevelin gerard Hier à 17:47

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Laurent Hier à 16:43

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine).
par Jean-Léon Hier à 16:37

» [ Blog visiteurs ] Décès de Guy Bréchot matricule 0562 16858
par Invité Hier à 15:09

» [Ports] LE VIEUX BREST
par CHRISTIAN63 Hier à 13:39

» LA GALISSONNIÈRE (EE)
par Charly Hier à 12:40

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 03
par Max Péron Hier à 10:45

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par dan83143 Hier à 7:46

» [ PORTE-AVION NUCLÉAIRE ] Charles de Gaulle Tome 4
par dan83143 Hier à 7:38

» [Associations anciens marins] C.H.A.N.-Nîmes (Conservatoire Historique de l'Aéronavale-Nîmes)
par takeo Mar 30 Nov 2021 - 20:45

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par pinçon michel Mar 30 Nov 2021 - 6:41

» [Tahiti] Il n'y avait pas que le front de mer à Tahiti
par TUR2 Lun 29 Nov 2021 - 18:34

» DE GRASSE (CROISEUR)
par j.l ODILLE Lun 29 Nov 2021 - 13:09

» [Divers campagne C.E.P etc...] Comment pouviez vous boire ça ? (avec modération)
par KAROLL Lun 29 Nov 2021 - 11:38

» [VIE DES PORTS] Quelques bateaux de pêche (sur nos côtes Françaises)
par salonais Lun 29 Nov 2021 - 7:43

» [Les ports militaires de métropole] Port de Toulon - TOME 2
par alain EGUERRE Dim 28 Nov 2021 - 18:35

» [ Vieilles paperasses ] Très vieilles photos de bateaux gris
par DALIOLI Dim 28 Nov 2021 - 17:55

» LOIRE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par pinçon michel Dim 28 Nov 2021 - 14:31

» [ Divers - Les classiques ] La vie à bord d'un sous-marin classique
par dan83143 Dim 28 Nov 2021 - 11:24

» [ Logos - Tapes - Insignes ] VOS TEE-SHIRTS ET VOS CASQUETTES SOUVENIRS MARINE"
par david974 Dim 28 Nov 2021 - 10:39

» ARROMANCHES (PA)
par LE PRESQU'ILIEN Sam 27 Nov 2021 - 20:32

» [Histoire et histoires] Toulon : Sabordage de la Flotte (photos)
par douzef Sam 27 Nov 2021 - 13:48

» [ Blog visiteurs ] Recherche personnes qui ont connu mon frère Jean Demonchy entre 1966 et 1968.
par Max Péron Sam 27 Nov 2021 - 13:02

» Bagad St Mandrier et Bagad Paris à la St Pierre des Marins à Fécamp
par Bagadoo Sam 27 Nov 2021 - 11:28

» [ Les traditions dans la Marine ] Les diplômes de la Ligne
par GALAUD CLAUDE Sam 27 Nov 2021 - 11:06

» [VOS ESCALES] Objets souvenirs de vos escales
par takeo Sam 27 Nov 2021 - 10:34

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT - TOME 1
par alain EGUERRE Ven 26 Nov 2021 - 20:17

» [ Blog visiteurs ] Mon père le Capitaine Blanchet Djibouti Commando Jaubert
par Invité Ven 26 Nov 2021 - 18:27

» MONGE (BEM)
par J-L-14 Ven 26 Nov 2021 - 11:26

» [Divers navires amphibie] EDA - R ( Engin de débarquement amphibie rapide )
par Matelot Ven 26 Nov 2021 - 10:11

» [ Histoire et histoires ] La vie aventureuse de Anita Conti
par J.Revert Ven 26 Nov 2021 - 10:03

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par gilbert kerisit Ven 26 Nov 2021 - 9:23

» FREMM Aquitaine (D650)
par Charly Ven 26 Nov 2021 - 7:52

» BATIMENTS ÉCOLE TYPE LÉOPARD
par Charly Ven 26 Nov 2021 - 7:47

» GARONNE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par Charly Ven 26 Nov 2021 - 7:23

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] VEDETTES RAPIDES POUR LA GENDARMERIE
par PAUGAM herve Jeu 25 Nov 2021 - 21:29

» [ Blog visiteurs ] Recherches concernant le sous-marin Espadon
par Invité Jeu 25 Nov 2021 - 20:06

» [LES B.A.N.] TONTOUTA
par JJMM Jeu 25 Nov 2021 - 18:44

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( TOME 3 )
par phoque Jeu 25 Nov 2021 - 18:14

» [Divers escorteurs côtiers] Les Escorteurs Côtiers
par JJMM Jeu 25 Nov 2021 - 15:12

» ALTAÏR (PC)
par destrez Jeu 25 Nov 2021 - 11:03

» [VIE DES PORTS] PORT DE TOULON - VOLUME 004
par BEBERT 49 Mer 24 Nov 2021 - 21:14

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par AMBROISE Mer 24 Nov 2021 - 14:48

» PROTET (AE) - Tome 2
par HEBRARD Mar 23 Nov 2021 - 19:13

» [ Blog visiteurs ] POSTE THERIZOL DBFM Algérie Photos ?
par Invité Mar 23 Nov 2021 - 18:43

» [ LES BATIMENTS DE SERVITUDES ] Y670 LAS Marins Pompiers Toulon
par takeo Mar 23 Nov 2021 - 18:40

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par J-L-14 Mar 23 Nov 2021 - 18:27

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Création d'Unite à ROSCOFF/ST POL DE LEON
par PAUGAM herve Mar 23 Nov 2021 - 17:43

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par HEBRARD Mar 23 Nov 2021 - 11:51

» [ Histoire et histoires ] Mers el-Kébir attaque de la Flotte Française du 3 au 6 juillet 1940 par la Royal Navy
par morbihannais Mar 23 Nov 2021 - 9:12

» [ Blog visiteurs ] Recherche d'information sur l'escorteur Fantassin (PC621)
par JJMM Mar 23 Nov 2021 - 8:43

» [ Recherches de camarades ] BS Secrétaire Militaire session d'avril à octobre 1983
par Noiré Lun 22 Nov 2021 - 23:40

» [ Blog visiteurs ] recherche d'infos sur un incident survenu sur une Alouette III de la Marine Nationale
par byu30 Lun 22 Nov 2021 - 21:08

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 5
par J-L-14 Lun 22 Nov 2021 - 21:06

» [ Recherches de camarades ] Recherche Jean-Claude Hervéou
par Filnet Lun 22 Nov 2021 - 19:05

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Insignes de spécialités dans la Marine
par Kohler Jean Marie(Hans) Lun 22 Nov 2021 - 17:28

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par loulou06000 Lun 22 Nov 2021 - 15:44

» FREMM Alsace (D656)
par Joël Chandelier Lun 22 Nov 2021 - 14:27

» TONNERRE (PHA)
par takeo Lun 22 Nov 2021 - 12:24

» DIXMUDE (PHA)
par Michel Roux Lun 22 Nov 2021 - 9:33

» [ Blog visiteurs ] Philippe de La Loge d'Ausson Capitaine de Frégate (Ecole Navale 1925).
par Matelot 67 Lun 22 Nov 2021 - 8:41

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par J-L-14 Dim 21 Nov 2021 - 21:03

» C.A.P. TOULON
par loulou06000 Dim 21 Nov 2021 - 19:40

» CLEMENCEAU (P.A) - TOME 3
par loulou06000 Dim 21 Nov 2021 - 19:34

» [ BLOG VISITEURS ] HISTOIRE DE PLUSIEURS MARINS DU VILLAGE DE ASPACH (ALSACE) LE VEN 19 NOV 2021, 23:03
par Jean-Marie41 Dim 21 Nov 2021 - 19:26

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 2
par BONNERUE Daniel Dim 21 Nov 2021 - 19:19

» DIVES (BDC)
par GYURISS Dim 21 Nov 2021 - 17:45

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par JJMM Dim 21 Nov 2021 - 17:25

» [ Histoire et histoires ] Rendez vous mémoire et citoyenneté
par Joël Chandelier Dim 21 Nov 2021 - 15:09

» [Les bâtiments de ligne] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par jbriedi Dim 21 Nov 2021 - 11:24

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 2
par loulou06000 Sam 20 Nov 2021 - 21:54

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par Gérard Bodo Sam 20 Nov 2021 - 20:40

» [ Blog visiteurs ] Cheliff photos de 1959
par Charly Sam 20 Nov 2021 - 18:52

» [ Histoires et histoire ] Cérémonie du 11 novembre
par Joël Chandelier Sam 20 Nov 2021 - 18:25

» COURBET F712 (FREGATE)
par KLETKE Sam 20 Nov 2021 - 17:57

» [Divers - École de maistrance] Le grade à la sortie de Maistrance
par BONNERUE Daniel Sam 20 Nov 2021 - 17:05

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Sam 20 Nov 2021 - 13:03

» [Les batiments auxiliaires] THÉTIS A785 (BEGM)
par Argouarc'h Sam 20 Nov 2021 - 12:04

» [RECHERCHE DE CAMARADE] recherche de camarade Robert Costa
par Andre 83 Ven 19 Nov 2021 - 19:33

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par Jean-Léon Ven 19 Nov 2021 - 13:31

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Bousselier; missilier dit Boubou
par LOULOU Ven 19 Nov 2021 - 12:11

» FORBIN D620 (fregate)
par JJMM Ven 19 Nov 2021 - 7:47

» [ Histoires et histoire ] FNFL - FAFL L'appel du général de Gaulle
par marsouin Jeu 18 Nov 2021 - 21:38

» [ Blog visiteurs ] la dominique
par lefrancois Jeu 18 Nov 2021 - 17:21

» AGOSTA (SM)
par Le Corbeau Jeu 18 Nov 2021 - 11:31

» [ Blog visiteurs ] Recherches sur mon grand-oncle
par Roli64 Jeu 18 Nov 2021 - 11:01

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par marsouin Mer 17 Nov 2021 - 19:47

» LATOUCHE TREVILLE (FREGATE)
par J-L-14 Mer 17 Nov 2021 - 11:17

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Arnault Chemin
par henrionstephan Mar 16 Nov 2021 - 14:29

» [ Recherches de camarades ] Recherches collègues de la PMM KIEFFER à Paris 83/84
par martin fabrice Mar 16 Nov 2021 - 9:52

» [ École des Mousses ] École des Mousses
par Joël Chandelier Mar 16 Nov 2021 - 9:51

DERNIERS SUJETS


[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Liensamis

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 10 Fév 2021 - 17:05

Loti décrit bien les conditions de vie des marins à la fin du 19e siècle. Outre-mer, les maladies tropicales faisaient des ravages, et du reste, son frère Gustave était en était mort. Pas de vaccins, pas de traitements connus. Il évoque à plusieurs reprises dans ses romans, ces maladies tantôt désignées précisément, tantôt appelées "les fièvres".

Lettre à Juliette ADAM, 1885 ,[(pas de date précise, mais courant mai], écrite à bord de la Triomphante dans les Iles Pescadores.

Le choléra est dans nos ambulances, emportant tout doucement quatre ou cinq hommes par jour.
Dans les rues désertes de Makoung, on voit passer ces pauvres petits enterrements cela s'en va, parmi les ruines, sans prêtres ni musique, piétinant les bouddahs brisés, les cailloux de potiches, les lambeaux de soie. Les cercueils en bois de pagode sont bariolés d'or comme par dérision on les enterre au hasard dans la campagne, dans les champs de riz. J'espère bien que cette mort-là me sera épargnée c'est la seule qui me répugne, la plus misérable de toutes. Je les plains bien, ces pauvres qui s'en vont ainsi.

Il évoque dans la lettre suivante du 19 juin 1885, la mort de l’Amiral Courbet, mort dont les causes ne sont pas connues avec exactitude (Loti suggère la dysenterie, mais d'autres affirment qu'il était depuis deux ans rongé par le choléra)

MILAN Patrick et Henri BASILE aiment ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Ven 12 Fév 2021 - 16:17

A de nombreuses reprises, Pierre Loti fait allusion à des campagnes particulièrement longues - Dans la préface de La troisième jeunesse de Madame Prune, il parle d'une campagne sur le Redoutable, de 22 mois (en 1885). Est-ce que l'on voit encore aujourd'hui des campagnes aussi longues ? Est-ce que l'on pratique maintenant, en cours de campagne, la relève des équipages ?

KLETKE aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mar 16 Fév 2021 - 22:54

Dans Figures et choses qui passaient (1898) se trouvent des nouvelles qui avaient été publiées antérieurement dans la presse.
Je vous livre Le mur d'en face.
Je ne saurais dire si c'est triste, lugubre, dramatique ou simplement mélancolique.
Loti raconte des petits riens, des insignifiances, et pourtant, c'est un texte que l'on ne parvient pas à oublier.
Dites-moi ce que vous en pensez.
Spoiler:
LE MUR D'EN FACE
Tout au fond d'une cour, elles habitaient un modeste petit logis, la mère, la fille, et une parente maternelle déjà bien âgée, leur tante et grand-tante qu'elles venaient de recueillir.
La fille était encore très jeune, dans l'éphémère fraîcheur de ses dix-huit ans, lorsqu'elles avaient dû, après des revers de fortune, s'enfermer là, au recoin le plus retiré de leur maison familiale.
Le reste de la chère demeure, tout le côté vivant qui regardait la rue, il avait fallu le louer à des étrangers profanateurs, qui y changeaient les aspects des anciennes choses et y détruisaient les souvenirs.
Une vente judiciaire les avait dépouillées des meubles plus luxueux d'autrefois, et elles avaient arrangé leur nouveau petit salon de recluses avec des objets un peu disparates : reliques des aïeules, vieilleries exhumées des greniers, des réserves de la maison.
Mais tout de suite elles l'avaient aimé, ce salon si humble, qui devait maintenant, pendant des années, les réunir toutes trois auprès d'un même feu et d'une même lampe, aux veillées des hivers.
On s'y trouvait bien ; il avait un air familial et intime.
On s'y sentait un peu cloîtré, c'est vrai, mais sans tristesse, car les fenêtres, garnies de simples rideaux de mousseline, donnaient sur une cour ensoleillée dont les murs très bas étaient garnis de chèvrefeuilles et de roses.
Et déjà elles oubliaient le confort, le luxe d'autrefois, heureuses de leur salon modeste, quand un jour une communication leur fut faite, qui les laissa dans la consternation morne : le voisin allait lever de deux étages son logis ; un mur allait monter là, devant leurs fenêtres, enlever l'air, cacher le soleil…
Et aucun moyen, hélas ! de conjurer ce malheur, plus intimement cruel à leurs âmes que tous les précédents désastres de fortune.
Acheter cette maison du voisin, ce qui eût été facile au temps de leur aisance passée, il n'y fallait plus songer !
Rien à faire, dans leur pauvreté, qu'à courber la tête.
Donc, les pierres commencèrent de surgir, assise par assise ; avec angoisse, elles les regardaient s'élever ; un silence de deuil régnait entre elles, dans le petit salon, de jour en jour attristé, à mesure que montait cette chose obscurcissante.
Et dire que cette chose-là, toujours plus haute, remplacerait bientôt le fond de ciel bleu ou de nuages d'or sur lequel se détachait jadis le mur de leur cour avec sa chevelure de branches…
En un mois, les maçons eurent achevé leur œuvre : c' était une surface lisse, en pierres de taille, qui fut peinte ensuite d'un blanc grisâtre, simulant presque un ciel crépusculaire de novembre, perpétuellement opaque, invariable et mort ; et aux étés suivants, les rosiers, les arbustes de la cour reverdirent plus étiolés son ombre.
Dans le salon, les chauds soleils de juin et de juillet pénétraient encore, mais plus tardifs le matin, plus vite enfuis le soir ; les crépuscules d'arrière-saison tombaient une heure plus tôt, amenant tout de suite les pénétrantes tristesses grises.
Et le temps, les mois, les saisons coulèrent.
Entre chien et loup, aux heures indécises des soirs, quand les trois femmes quittaient l'une après l'autre leur ouvrage de broderie ou de couture, avant d'allumer la lampe de veillée, la jeune fille qui bientôt ne serait plus jeune - levait toujours les yeux vers ce mur, dressé là au lieu de son ciel de jadis ; souvent même, par une sorte de mélancolique enfantillage, qui constamment lui revenait comme une manie de prisonnière, elle s'amusait à regarder, d'une certaine place, les branches des rosiers, la tête des arbustes se détacher sur ce fond grisâtre des pierres peintes, et cherchait à se donner l'illusion que ce fond-là était un ciel, un ciel plus bas et plus proche que le vrai, dans le genre de ceux qui, la nuit, pèsent sur les visions déformées des songes.
Elles avaient en espérance un héritage dont elles parlaient souvent autour de leur lampe et de leur table de travail, comme d'un rêve, comme d'un conte de fée, tant il semblait lointain.
Mais, quand on la tiendrait, cette succession d'Amérique, à n'importe quel prix on achèterait la maison du voisin, pour démolir toute la partie nouvelle, rétablir les choses comme au temps passé, et rendre leur cour, rendre aux chers rosiers des murailles le soleil d'autrefois.
Le jeter bas, ce mur, c'était devenu leur seul désir terrestre, leur continuelle obsession.
Et la vieille tante avait coutume alors de dire :
Mes chères filles, Dieu permette que je vive assez longtemps, moi, pour voir ce beau jour !...
Il tardait bien à venir, leur héritage.
Les pluies, à la longue, avaient tracé sur la surface lisse une sorte de zébrure noirâtre, triste, triste à voir, formant comme un V, ou comme la silhouette trouble d'un oiseau qui plane.
Et la jeune fille contemplait cela longuement, tous les jours, tous les jours...
Une fois, à un printemps très chaud, qui, malgré l'ombre du mur, avait fait les roses plus hâtives que de coutume et plus épanouies, un jeune homme parut dans ce fond de cour, prit place pendant quelques soirs à la table des trois dames sans fortune.
De passage dans la ville, il avait été recommandé par des amis communs, non sans arrière-pensée de mariage.
Il était beau, avec un visage fier, bruni par les grands souffles marins mais il le jugea trop chimérique, l'héritage ; il la trouva trop pauvre, la jeune fille, dont le teint commençait d'ailleurs à beaucoup pâlir faute de lumière.
Donc, il repartit sans retour, lui qui avait là, pour un temps, représenté ce soleil, la force et la vie.
Et celle qui déjà s'était cru sa fiancée reçut de ce départ un muet et intime sentiment de mort.
Et les années monotones continuèrent leur marche, comme les impassibles fleuves ; il en passa cinq ; il en passa dix, quinze et même vingt.
La fraîcheur de la jeune fille sans dot peu à peu acheva de s'en aller, inutile et dédaignée ; la mère prit des cheveux blancs ; la vieille tante devint infirme, branlant la tête, octogénaire dans un fauteuil fané, éternellement assise à sa même place, près de la fenêtre obscurcie, son profil vénérable se découpant sur les feuillages de la cour, au-dessous de ce fond de muraille unie, où s'accentuait la marbrure noirâtre, en forme d'oiseau, tracée par les lentes gouttières.
En présence du mur, de l’inexorable mur, elles vieillirent toutes les trois.
Et les rosiers, les arbustes, vieillirent aussi, de leurs moins sinistre vieillesse de plantes, avec encore des airs de rajeunissement à chaque renouveau.
Oh mes filles, mes pauvres filles, disait toujours la tante, de sa voix cassée qui ne finissait plus les phrases, pourvu que je vive assez longtemps, moi...
Et sa main osseuse, avec un geste de menace, désignait l'oppressante chose de pierre.
Elle était morte depuis une dizaine de mois, laissant un vide affreux dans le petit salon des recluses, et on l'avait pleurée comme la plus chérie des grand-mères, quand l'héritage arriva enfin, très bouleversant, un jour où l'on n'y pensait plus.
La vieille fille, à quarante ans sonnés maintenant, se retrouva toute jeune, dans sa joie d'entrer en possession de la fortune revenue.
On chasserait les locataires, bien entendu, on se réinstallerait comme avant ; mais de préférence, on se tiendrait à l'ordinaire dans le petit salon des temps de médiocrité : d'abord il était maintenant rempli de souvenirs, et puis d'ailleurs il redeviendrait d'une gaîté ensoleillée, dès qu'on aurait abattu ce mur emprisonnant, qui n'était plus aujourd'hui qu'un vain épouvantail, si facile à détruire à coups de louis d'or.
Elle eut enfin lieu, cette chute du mur, désirée depuis vingt mornes années.
Elle eut lieu en avril, au moment des premiers souffles tièdes, des premières soirées longues.
Très vite cela s'accomplit, au milieu d'un tapage de pierres qui tombaient, d'ouvriers qui chantaient, dans un nuage de plâtras et de vieille poussière.
Et, au déclin de la seconde journée, quand ce fut terminé, les ouvriers partis, le silence revenu, elles se retrouvèrent assises à leur table, la mère et la fille, étonnées d'y voir si clair, de n'avoir plus besoin de lampe pour commencer le repas du soir.
Comme en un étrange retour de temps antérieurs, elles regardaient les rosiers de leur cour s'étaler à nouveau sur le ciel, mais, au lieu de la joie qu'elles en avaient attendue, c'était d'abord un indéfinissable malaise : trop de lumière tout à coup dans leur petit salon, une sorte de resplendissement triste, et la notion d'un vide inusité au dehors, d'un immense changement...
Il ne leur venait point de paroles, en présence de l'accomplissement de leur rêve ; absorbées l'une et l'autre, prises d'une croissante mélancolie, elles restaient là sans causer, sans toucher au repas servi.
Et peu à peu, leurs deux cœurs se serrant davantage, cela devenait comme de la détresse, comme l'un de ces regrets noirs et sans espérance que nous laissent les morts.
Quand la mère enfin s'aperçut que les yeux de sa fille commençaient s'embrumer de pleurs, devinant les pensées inexprimées qui devaient si bien ressembler aux siennes : On pourrait le rebâtir, dit-elle.
Il me semble qu'on pourrait essayer, n'est-ce pas, de le refaire pareil.
J‘y songeais moi aussi, répondit la fille.
Mais non, vois-tu : ce ne serait plus le même…
Mon Dieu comment cela se pouvait-il ; c'était elle, c'était bien elle qui l'avait décrété, l'anéantissement de ce fond de tableau familier, au-dessous duquel, pendant un printemps, elle avait vu se détacher certain beau visage de jeune homme, et, pendant de si nombreux hivers, un profil vénéré de vieille tante morte.
Et tout à coup, au souvenir de ce vague dessin en forme d'ombre d'oiseau, tracé là par de patientes gouttières, et qu'elle ne reverrait jamais, jamais, jamais, son cœur fut déchiré soudainement d'une manière plus affreuse ; elle pleura les larmes les plus sombres de sa vie, devant l'irréparable destruction de ce mur.

alain EGUERRE, MILAN Patrick, Xavier MONEL et KLETKE aiment ce message

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 66
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Mar 16 Fév 2021 - 23:09

Très belle histoire que j’ai plaisir à relire.
La morale que j’en tire, c’est que l’être humain veut toujours ce qu’il n’a pas et regrette toujours ce qu’il a eu ou n’a plus.
Loti a cette capacité de faire bouger le temps et les choses sur ces 3 femmes immobiles.

Xavier MONEL aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 17 Fév 2021 - 15:40

Pour moi, cette nouvelle montre que ce qui doit être sera.
Quoi qu'ils fassent, les êtres qui sont destinés à une vie sans joie ne pourront pas échapper à leur sort : la liberté qui a été donnée aux deux femmes de faire abattre le mur est une fausse liberté.
Elles sont déjà prisonnières du destin.
Je pense à Jean Berny, le personnage principal de Matelot.
Le pauvre garçon est destiné à l'échec : il rate son entrée à Navale, renonce à l'hydro, doit renoncer à sa "fiancée", et meurt des fièvres en Extrême-Orient.
Le parcours du "Vieux" n'est pas plus enthousiasmant, ni celui du Spahi (journal d'un Spahi).
On note que le revers de fortune après avoir connu l'aisance est un thème que l'on retrouve dans Matelot, et qui fait songer à la propre histoire de la famille Viaud.
C'est vrai que ce n'est pas gai.

MILAN Patrick et Xavier MONEL aiment ce message

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 66
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Ven 5 Mar 2021 - 8:09

J'aimerai disgresser sur le sujet "Pierre Loti".

Un autre officier, commissaire de marine, contemporain de notre auteur à eu une production poétique reconnue.

Je veux parler de Paul Cadiou, né le 15 février 1860 à Brest où il est mort le 31 octobre 1924.
Fils d'un capitaine de vaisseau, maire de Guipavas,
Neveu de l'amiral Thomas Louis Le Normant de Kergrist,
Frère de la romancière M. Maryan.

Études de droit, thèse pour la licence en 1880
Élève-commissaire de la Marine en 1880
Aide-commissaire de la Marine en 1882.
Sous-commissaire de la Marine à Ajaccio en 1888,
Administrateur de la Marine à Morlaix, puis à Brest.

En 1896, son recueil de poèmes "Les Morts" fait l'objet d'un article écrit par Anatole Le Bras e l'Académie Française.

L'article sur votre moteur de recherches : retro29.fr/1896-les-morts-paul-cadiou

Bonne lecture

alain EGUERRE et phirou aiment ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mar 9 Mar 2021 - 18:40

J'ai parcouru Les Morts, de Paul Cadiou. Il faut avouer que ce n'est pas bien gai, mais il est vrai que l'âme bretonne aime converser avec la mort.
À propos de Loti :
Le Redoutable est envoyé en Chine en 1900, Julien Viaud y est l’aide de camp de l’amiral Pottier. Pierre Loti l’évoque dans Les derniers jours de Pékin, recueil d’articles écrits par le Figaro. Lorsqu’il est mis en service en 1876, le Redoutable porte 2000 m² de voilure. Après sa refonte de 1892-1894, il a perdu toutes ses voiles et reçu une mâture militaire. Mais la refonte n’a pas affecté la propulsion. C’est donc en propulsion 100 % vapeur que le Redoutable se rend en Chine. Loti nous dit que le Redoutable a maintenu depuis la France, la vitesse de onze nœuds et demi, avec une grande régularité (Les Derniers jours de Pékin, chapitre 1)/
L’écrivain Pierre Loti transmet les observations du marin Julien Viaud et se révèle un témoin précieux de l’évolution technique de la marine à la fin du 19e siècle.
Voir J. Labayle-Couhat, « Le Redoutable 1876-1910 », Cols bleus, no 1722,‎ 11 septembre 1982, p. 24-25, Compte rendu d’une monographie publiée à compte d’auteur par Marc Saibene.
J. Labayle-Couhat dit qu’à l’origine, le Redoutable avait reçu une voilure doublant la machine à vapeur plus par habitude que par nécessité. Je pense que cette affirmation n'est pas tout à fait exacte parce qu’il oublie un point essentiel : la difficulté pour la Marine Française dans les années 1870 de s’approvisionner en charbon partout dans le monde – la Royal Navy avait vraisemblablement plus de sources d’approvisionnement.
Quelqu’un a-t-il un exemplaire du livre de Marc Saibene ? Y est-il question de Pierre Loti ?

MILAN Patrick aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 10 Mar 2021 - 14:57

Une question pour les spécialistes :
Je ne suis pas sûr que la refonte de 1894 n'ait pas concerné l'appareil propulseur. En 1900, le Redoutable avait 8 chaudières, mais en 1878 ??? Voici ce que Loti écrit sur le sort des matelots (Préface des derniers jours de Pékin) :
Pauvres séquestrés, qui habitaient entre leurs murailles de fer ! Ils n’avaient point comme leurs chefs, pour les soutenir, les responsabilités qui sont l’intérêt de la vie, ni le stimulant des résolutions graves à prendre ; ils ne savaient rien ; ils ne voyaient rien, pas même dans le lointain la sinistre côte. Malgré la lourdeur de l’été chinois, des feux étaient allumés nuit et jour dans leurs cloîtres étouffants ;
ils vivaient baignés d’humidité chaude, trempés de sueur, ne sortant que pour aller s’épuiser à des manoeuvres de force, dans les canots, par mauvais temps, parfois sur des mers démontées au milieu des nuits noires.

Jean-Léon et MILAN Patrick aiment ce message

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 66
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Mer 10 Mar 2021 - 15:47

Dure vie des chauffeurs et graisseurs ...

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 17 Mar 2021 - 23:24

Dans Prime Jeunesse, Loti évoque les navires école de sa jeunesse : le Borda, l'Inflexible, la Bretagne :
...combien peu ils ressemblaient à ces affreuses machines d’un gris vaseux, noyées, sournoises, infernales, que sont nos cuirassés actuels ! Ces mâtures surtout les différenciaient ; ils élevaient, dans le ciel nostalgique de la tranquille soirée, ces échafaudages de mâts et de vergues qui sont presque abolis en nos temps de ferrailles tristes, mais qui constituaient cependant pour les jeunes hommes de si incomparables écoles d’agilité, de santé et de force !
Les cuirassés des années 1880 étaient, j'en conviens, assez laids, et les navires de notre jeunesse avaient des superstructures assez fouillis. Ceux d'aujourd'hui sont superbes, on dirait les yachts de luxe. A mon avis, la nostalgie de Loti pour la marine à voile s'explique un peu par des considérations d'ordre esthétique, mais surtout par des raisons d'ordre très personnel. Il est évident qu'il aimait voir dans les vergues de jeunes hommes athlétiques, à demi-nus comme il l'écrit souvent...

Jean-Léon et MILAN Patrick aiment ce message

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 66
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Mer 17 Mar 2021 - 23:34

Toute l’ambiguïté du personnage.
Mais il est vrai que plusieurs fois il m’est arrivé de dire d’un navire ”ilest beau” et cela m’à attiré des regards circonspects...

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Sam 20 Mar 2021 - 15:17

Loti et les animaux : l'histoire du petit phoque.
dans Un jeune officier pauvre, extraits de journaux intimes.
J.Viaud est alors aspirant (c'est sa première affectation), à bord du Vaudreuil, un petit aviso tout neuf.
Spoiler:
Cap Horn, octobre 1871.
Un jeune phoque s'ébattait joyeusement le long du bord et rien cependant ne semblait justifier une telle gaieté. Nous étions au mouillage entre de hautes falaises grises et nues; le terrible vent du cap Horn sifflait sur nos têtes, chassant très vite, dans le ciel déjà sombre, de gros nuages noirs, et on entendait, derrière les tristes rochers qui nous abritaient du large, les vagues faire leur grand tapage de mauvais temps. La houle nous secouait jusqu'au fond de cette baie lugubre, où la mer, d'un vert foncé et froid, était zébrée de longues traînées d'écume blanchâtre.
Tout était sinistre et sentait l'exil autour de nous, même les familles de pingouins au ventre blanc qui s'alignaient sur chaque îlot.
Mais le jeune phoque faisait force gambades dans l'eau glacée, et sa gaieté était touchante, au milieu d'un tel paysage.
Il avait un joli corps brun, bien dodu et luisant comme une agate polie. Entre deux plongeons, on voyait émerger sa petite tête maligne, ornée de belles moustaches de gros chat; il soufflait, alors, en s'ébrouant, comme font les enfants qui se baignent, pour débarrasser leur nez des gouttelettes d'eau.
Les matelots s'étaient mis à lui lancer des débris de poisson, qu'il attrapait au vol, avec une adresse de jeune clown. Ensuite, comme pour les remercier, il leur donnait la comédie, en se livrant sur les lames à une quantité de sauts et de gentilles farces: on aurait dit vraiment qu'il faisait cela pour la galerie, pour amuser ses bienfaiteurs.
Il n'avait sûrement jamais vu de navire, le pauvre petit; il s'approchait de plus en plus, plein de confiance, et les hommes se proposaient déjà de l'apprivoiser, ce qui certes n'aurait pas été difficile. Mais on entendit un coup de fusil, le jeune phoque eut un regard étonné et fit sa dernière pirouette... Nous le vîmes, pendant quelques instants, battre de ses petites nageoires l'eau, que son sang rougissait, puis il ne fut plus qu'une pauvre chose molle, bercée par la houle...
Il y eut dans l'équipage un murmure de colère, vite étouffé, car l'heureux chasseur, qui venait d'abattre une si belle pièce, était un aspirant.
Moi, voulant éviter le scandale, j'attendis d'être seul avec mon camarade pour lui dire ce que je pensais de lui, et nous eûmes alors une explication qui fut bien près de se terminer par des coups de poing.

alain EGUERRE et MILAN Patrick aiment ce message

alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 71
Fourrier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par alain EGUERRE Sam 20 Mar 2021 - 18:06

Retard rattrapé [ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 582735
A de nombreuses reprises, Pierre Loti fait allusion à des campagnes particulièrement longues - Dans la préface de La troisième jeunesse de Madame Prune, il parle d'une campagne sur le Redoutable, de 22 mois (en 1885). Est-ce que l'on voit encore aujourd'hui des campagnes aussi longues ? Est-ce que l'on pratique maintenant, en cours de campagne, la relève des équipages ?
Pour répondre à ta question, sur les Aviso-Escorteurs 65/90 le navire quittait Lorient pour 5 ans avec des relèves d'équipage bien sur et pas de congés
lors des campagnes, j'ai prolongé toutes mes campagnes, 2ans et demi sur le Protet et 8 mois de congés au retour !



[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Rubanr10 [ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Insign45
La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Sam 20 Mar 2021 - 23:32

Merci Alain de ta réponse. Je crois savoir que le Protet était basé à Papeete. Pas étonnant que tu aies demandé à prolonger tes campagnes !
Les officiers du Redoutable avaient été relevés, mais pas l'équipage. Et ces pauvres gens se trouvaient sur une terre étrangère, plus ou moins hostile, sans possibilité de communiquer avec la France autrement que par courrier, assez capricieux.
Ceci étant, cela ne fait pas si longtemps que le téléphone à longue distance est devenu bon marché. Dans notre jeunesse, on le réservait pour les grands évènements,pour le reste, on écrivait.
Je n'ai pas creusé la question, mais il me semble que dans les années 1880-1900, ceux qui partaient en campagne à l'étranger ne bénéficiaient d'aucun avantage, ni indemnités, ni bonifications d'ancienneté. C'est venu beaucoup plus tard.

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Lun 22 Mar 2021 - 17:47

Encore une curiosité à propos de Pierre Loti : il avait fait deux séjours en 1877 et 1878 à la trappe de Bricquebec (près de Cherbourg). Voilà ce qu'il écrit dans son journal (Un jeune officier pauvre) :

Dans le réfectoire du couvent je partage les repas des prêtres fautifs, envoyés à la Trappe pour un stage de pénitence. Debout près de notre table, un moine à la voix caverneuse nous lit le Mépris de soi-même, de saint Bonaventure:
J'ai dit à la pourriture: vous êtes ma mère; et aux vers: vous êtes mon père et mes frères...
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Qu'étiez-vous, qu'une semence impure? Que seriez-vous, pour la pâture des vers? Quel motif pourrait avoir la cendre de s'enorgueillir?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les plantes, les arbres donnent des parfums, des fleurs, des fruits; le corps de l'homme ne produit que puanteur et ordure...


Comme vous pouvez le constater, Loti ne fait pas dans la rigolade - mais à cette époque,il avait des idées de suicide. En 1972, la revue Études Normandes a publié sur la question un article d'Augustin le Maresquier, un historien local. L'article est disponible sur le Web. Tout cela pour dire que lorsque l'on n'a lu que Pêcheur d'Islande et Ramuncho, on ne se rend pas compte à quel point Loti est lugubre !

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 66
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Lun 22 Mar 2021 - 19:03

Lugubre et l’estomac bien accroché...parce que Bonaventure au repas, c’est pire que mer 5 ......

HèmBé43 aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Lun 29 Mar 2021 - 0:01

C’est lorsqu’ il a été élu à l’Académie française qu’on s’est aperçu que Pierre Loti était encore un officier subalterne (lieutenant de vaisseau). La marine s’est donc empressée de le promouvoir au rang d’officier supérieur.
Il était proche des matelots, par affinité personnelle, mais aussi de par sa position hiérarchique. L’avantage, pour ce qui nous concerne, c’est qu’il peut témoigner en connaissance de cause, de la condition des équipages à la fin du XIXe siècle. Et il nous donne des informations très précises sur l’avancement. Ce qu’il dit dans des romans partiellement autobiographiques, se trouve confirmé dans son journal intime et sa correspondance avec Juliette Adam.
On voit que son « Frère Yves », Pierre Le Cors, est passé par l’école des mousses. Novice à 16 ans, il n’a été nommé quartier-maître qu’à 24 ans, après 8 ans de marine. Pierre Loti doit batailler ferme pour obtenir qu’il soit nommé QM de première classe à 27 ans, après 11 ans de service, en 1878.
En 1880, Loti intervient pour le faire nommer SM. Il sollicite même l’aide de Juliette Adam, qui a ses entrées au gouvernement pour lui faire obtenir une promotion. Finalement, « Yves » sera nommé SM en 1883, à 32 ans, après 16 ans de service. Les choses vont ensuite s’accélérer, car il sera PM en 1885 - le grade de maître avait été supprimé,il n’y avait plus que Second maître et Premier maître, ce qui était logique. Et du reste, lorsque le grade de maître a été rétabli, il a remplacé le grade de SM de première classe. Tout cela pour dire que la promotion des personnels équipage était extrêmement lente à cette époque, où il n’y avait que des gabiers et des canonniers, et qu’il n’était pas rare de rencontrer des QM âgés de trente ans et plus.

alain EGUERRE, MILAN Patrick, Christian Suné et Gibus1750 aiment ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 31 Mar 2021 - 22:45

En fouinant à propos de Pierre Loti, et de son frère Gustave, je suis tombé sur le site de l'école de chirurgie de marine de Rochefort, fondée par Jean Cochon-Dupuy. De fil en aiguille, j'ai découvert sur le site du Musée de la marine cette toile, paraît-il très connue (mais pas par moi), le dîner de l'équipage, par Julien le Blant, une vue réaliste de la vie quotidienne des matelots à l'époque de Pierre Loti (la toile date de 1884). [ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 1884-e10

MILAN Patrick, HèmBé43, KLETKE et Christian Suné aiment ce message

lefrancois
lefrancois
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 74
Fourrier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par lefrancois Jeu 1 Avr 2021 - 11:26

Ils mangeaient dans la batterie près des canons mais avaient plus de place pour les repas que nous sur les bateaux gris(et noirs bien sûr) de notre époque.



Lors d'une période de déficit, le commis déclara en cuisine :
Vu la longueur des frites, pas de beefsteak ce midi !

Un Fourrier (anonyme), auteur du bilan comptable
.

MILAN Patrick aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Jeu 1 Avr 2021 - 14:15

En 1884, les bateaux étaient en fer (il y en avait encore très peu en acier), mais on voit que les sols étaient en bois. Tradition ou nécessité technique ? Loti évoque dans Mon Frère Yves le lavage du pont en bois, à grand renfort d'eau de mer, et par tous les temps.

MILAN Patrick aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Sam 3 Avr 2021 - 12:47

Lettre à Juliette Adam, p. 40, 23 octobre 1884.
Ce pauvre gouvernement que nous avons entasse les inepties et les sottises. J’ai beau me dire que vous l’aimez, je ne peux m’empêcher de l’avoir en mépris et en haine cette république fille d’épicerie qui envoie mourir au loin les plus braves et les meilleurs de la nation et qui au dedans, fait la guerre à tout ce qui nous restait de choses saintes et religieuses – que le sang de nos matelots retombe sur nos gouvernements misérables.

Loti, qui est plutôt conservateur, exprime l’opposition de la droite et de l’extrême gauche à la politique d’expansion coloniale en Orient. Car c’est la  gauche modérée, représentée par Jules Ferry, qui est colonialiste.

MILAN Patrick aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Ven 9 Avr 2021 - 23:05

Plus je lis Pierre Loti, et plus je crois qu'en vérité, le sujet de toute son oeuvre ce n'est ni la mer ni l'Orient, c'est la mort. Voir par exemple la nouvelle Profanation, qui est parue dans le recueil Figures et choses qui passaient (1898)
Juste un très court extrait qui donne une idée du sujet de cette nouvelle :

Il s'agit de pauvres petits matelots bretons, enfants d'une
vingtaine d'années, noyés il y a quatre ans dans les brisants de la Bidassoa, et que l'on exhume aujourd'hui. Le cimetière où ils dormaient est devenu trop étroit, trop plein de morts ; il faut les réveiller et les déplacer. L'équipage de leur navire, que je commande en ce moment, vient d'acheter pour eux, à perpétuité,un terrain où pieusement on va les coucher tous ensemble. Et,comme leur famille est loin, c'est à moi que revient le soin de surveiller ce changement de demeure.

Pour avoir lu dans mon enfance, Pêcheurs d'Islande et Ramuncho dans la Bibliothèque verte, j'ai longtemps cru que Loti était un auteur pour la jeunesse...

KLETKE aime ce message

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 66
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Ven 9 Avr 2021 - 23:19

Je me suis fais la même remarque.
Mais je pense que c’est la force de Pierre Loti de dissimuler dans ces écrits des niveaux différents.
Ces niveaux ont les appréhende selon notre degré de maturité. Je n’ai pas dit age volontairement.
La relecture s’impose donc.
C’est le côté économique de Pierre Loti, le même livre pour différentes générations et différentes étapes de la vie...

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Lun 12 Avr 2021 - 16:58

Patrick, pour ce qui me concerne, c'est tout de même l'âge qui me rend de plus en plus réceptif à l'aspect morbide des textes de Pierre Loti. Car la mort est la conclusion de tous ses livres. Voir le Roman d'un spahi : Jean, le Spahi, est tué au combat, Fatou gave tue leur enfant, avant de se suicider par empoisonnement sur le corps de Jean. Cela me rappelle les romans de ceux que l'on appelle les "naturalistes".
Mais, restons optimistes [ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 580511

MILAN Patrick aime ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 70
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Jeu 22 Avr 2021 - 16:34

On sait s’amuser dans la Marine :
Le Figaro, du 2 juillet 1898, p. 2, rapporte la fête organisée à bord du Formidable, pour célébrer l’élection de Pierre Loti à l’Académie. Si l’on en croit le journal, les succès de Pierre Loti n’excitent en aucune façon la jalousie des camarades de Julien Viaud.

Pendant l’embarquement suivant, sur le Formidable, il apprit à Alger sa nomination à l’Académie. Ce fut, ce soir-là, une fête inoubliable dans le carré des officiers. La joie de ses camarades se manifesta par une réception qui, pour être abritée sous un pont cuirassé en guide de coupole, n’en fut pas moins unique. Loti se laissa coudre des palmes de cocotier sur sa redingote à trois galons, et un matelot reçut l’ordre de le suivre partout avec un fauteuil de tapisserie trouvé parmi le vieux mobilier du bord. Ce matelot, taillé en Hercule, avait conquis le sobriquet de « Pelayo » à la suite d’une mémorable rencontre avec six marins espagnols qui lui avaient cassé trois dents.
À jeûn, Pelayo était doux comme les agneaux et avait des goûts de littérature ; quand il lui restait quelque argent en rentrant de bordée, il achetait des livres et avait passé un an à déchiffrer les lettres d’ Héloise et Abélard. C’est à cause de cela qu’on l’avait choisi pour suivre partout M. L’académicien dans son fauteuil. Au dessert eut lieu un échange de discours qui eussent déridé le dôme de l’Institut, celui du président de table surtout, un aimable compagnon qui eut des mots inoubliables sur l’immortalité.

MILAN Patrick et KLETKE aiment ce message


    La date/heure actuelle est Jeu 2 Déc 2021 - 5:32