Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Avatar22 [ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 901398 messages dans 15495 sujets

Nous avons 7614 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est pluguern

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Livreo10

Derniers sujets

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par DALIOLI Aujourd'hui à 11:45

» [ Blog visiteurs ]
par Invité Aujourd'hui à 11:36

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par Gouillard Alain Aujourd'hui à 11:33

» MOSELLE (BB - MURUROA)
par Pytheas Aujourd'hui à 9:57

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par HèmBé43 Aujourd'hui à 9:10

» SÉMAPHORE - BOULOGNE (PAS DE CALAIS)
par alain EGUERRE Hier à 21:30

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 19:52

» LA PERLE (SNA)
par lefrancois Hier à 11:53

» [ Histoire et histoires ] La Royale à travers la presse ancienne
par MILAN Patrick Hier à 7:38

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 018
par pogo Mer 24 Fév 2021 - 23:36

» [Ports] LE VIEUX BREST
par MILAN Patrick Mer 24 Fév 2021 - 8:48

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par Charly Mer 24 Fév 2021 - 8:48

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine).
par PAUGAM herve Mar 23 Fév 2021 - 22:24

» [Vie des ports] Port de Boulogne
par Jean-Marie41 Mar 23 Fév 2021 - 19:08

» [ Blog visiteurs ] Maquette Cuirassé JEAN BART au 1/100 sur Plan
par loulou06000 Mar 23 Fév 2021 - 17:17

» [ La S.N.S.M. ] SNSM ROYAN
par Matelot Mar 23 Fév 2021 - 14:01

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par larcher Mar 23 Fév 2021 - 9:47

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles de Gaulle Tome 3
par pinçon michel Lun 22 Fév 2021 - 16:50

» [ La S.N.S.M. ] SNSM OUISTREHAM
par jjs Lun 22 Fév 2021 - 8:59

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par marsouin Dim 21 Fév 2021 - 21:47

» [ LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE - TOULON ] 12° mission JEANNE D'ARC
par Franjacq Dim 21 Fév 2021 - 15:19

» [ Blog visiteurs ] Dragueur Côtier Laurier
par Invité Dim 21 Fév 2021 - 11:33

» MINERVE (SM) - TOME 2
par JONCQUET Dim 21 Fév 2021 - 11:26

» SURCOUF (EE)
par TACTAC29 Dim 21 Fév 2021 - 9:24

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par alain EGUERRE Dim 21 Fév 2021 - 9:12

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par PAUGAM herve Sam 20 Fév 2021 - 21:16

» [ Histoire et histoires ] Le Sanatorium de Briançon (Le Grand Hôtel des Neiges)
par AVOINE Sam 20 Fév 2021 - 17:14

» [CAMPAGNES C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par Pytheas Ven 19 Fév 2021 - 15:38

» Port de La Seyne-sur-Mer (83)
par Doubi7 Ven 19 Fév 2021 - 15:21

» [Votre passage au C.F.M.] Paroles chants CFM Hourtin
par J C Ven 19 Fév 2021 - 8:49

» [ Recherches de camarades ] Recherches camarades CEAN caserne Martrou 67/68 et 70/71
par dufosse bruno Ven 19 Fév 2021 - 7:52

» [ Blog visiteurs ] Recherche informations sur la maison 20 100 0
par Invité Jeu 18 Fév 2021 - 19:50

» DUPETIT-THOUARS (EE)
par loulou06000 Jeu 18 Fév 2021 - 12:54

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par centime44 Mer 17 Fév 2021 - 22:09

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES FUSILIERS
par FERRE Yves Mer 17 Fév 2021 - 19:24

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Gilles Caron, mécanicien SG
par fanch63 Mer 17 Fév 2021 - 17:10

» [ Histoires et histoire ] Pierre Loti
par phirou Mer 17 Fév 2021 - 15:40

» [Plongeurs démineurs] GISMER (Groupe d'Intervention Sous la Mer)
par alsybar Mer 17 Fév 2021 - 13:18

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades ER LE PROVENCAL 65/66
par Swede13 Mer 17 Fév 2021 - 12:19

» [LES B.A.N.] AGADIR
par CARRET Mer 17 Fév 2021 - 11:11

» [Campagnes] DAKAR
par Noël Gauquelin Mar 16 Fév 2021 - 17:29

» DIVES (BDC)
par GYURISS Mar 16 Fév 2021 - 10:25

» [Les stations radios et télécommunication] Base de transmission pour les Sous-marins Nucléaire à Rosnay
par Bruno MAES Lun 15 Fév 2021 - 16:53

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par pinçon michel Lun 15 Fév 2021 - 13:53

» [ Blog visiteurs ] Les Bormettes en 1953
par Charly Lun 15 Fév 2021 - 9:48

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 2
par timoniersoum Lun 15 Fév 2021 - 9:43

» [Le cimetière des bateaux et du patrimoine de la Marine] Le cimetière de LANDEVENNEC
par Charly Dim 14 Fév 2021 - 12:05

» DE GRASSE (CROISEUR)
par Noël Gauquelin Sam 13 Fév 2021 - 17:18

» [ Histoire et histoires ] À l'arsenal de Brest
par pinçon michel Sam 13 Fév 2021 - 13:27

» [ Blog visiteurs ] Plaque en bronze du Champenois
par Invité Sam 13 Fév 2021 - 11:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades TCD OURAGAN de 69 à 72
par Saves Jacques Ven 12 Fév 2021 - 17:30

» VIEILLES PAPERASSES] VIEILLES PAPERASSES HUMORISTIQUES (en rapport avec la Marine).
par VENDEEN69 Ven 12 Fév 2021 - 9:02

» L'ENJOUÉ (E.C.)
par VENDEEN69 Ven 12 Fév 2021 - 8:48

» CROIX DU SUD (DM)
par jobic Jeu 11 Fév 2021 - 16:39

» [ Recherches de camarades ] Recherche de camarade Jean-Claude Kehal
par LE LANN Jeu 11 Fév 2021 - 11:48

» CHATEAURENAULT (EE)
par Cuiguillere Jeu 11 Fév 2021 - 9:39

» CÉPHÉE (DC)
par bigouden62 Jeu 11 Fév 2021 - 2:18

» CLEMENCEAU (P.A) - TOME 3
par L.P.(Pedro)Rodriguez Mer 10 Fév 2021 - 20:20

» [Vieilles paperasses] PLAQUE D'IDENTITÉ
par pinçon michel Mar 9 Fév 2021 - 17:39

» ÉMERAUDE (SNA)
par Bureaumachine busset Mar 9 Fév 2021 - 17:00

» CAMÉLIA (DC)
par LE ROUX J-Luc Lun 8 Fév 2021 - 17:02

» [ AFRIQUE DU NORD ] Base Navale Mers el Kebir
par Bernard17 Lun 8 Fév 2021 - 16:43

» [ Blog visiteurs ] Mon grand-père Ancien combattant d’Indochine compagnon d´armes de membres de votre forum, dont Jean ROZO
par Invité Dim 7 Fév 2021 - 19:03

» [ Les stations radio de télécommunications] Station radio La Régine
par Laurent Sam 6 Fév 2021 - 16:45

» [ Blog visiteurs ] Recherche informations pour la réalisation de la maquette d’un canot major
par QUIQUEMELLE Sam 6 Fév 2021 - 16:12

» [Vie des ports] Le Conquet
par Charly Sam 6 Fév 2021 - 6:18

» STERNE
par jobic Ven 5 Fév 2021 - 17:53

» LE GASCON (ER)
par pajot Ven 5 Fév 2021 - 17:33

» TONNERRE (PHA)
par david974 Ven 5 Fév 2021 - 16:48

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT - TOME 1
par dan83143 Ven 5 Fév 2021 - 11:57

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de La Bourdonnais 1976 et du Jauréguiberry 1977
par MINGHINI Ven 5 Fév 2021 - 10:03

» BERRY (TRANSPORT-RAVITAILLEUR)
par Gouillard Alain Ven 5 Fév 2021 - 9:32

» ISÈRE (PR)
par Andre RICHARD Ven 5 Fév 2021 - 1:32

» MÉMORIAL NATIONAL DÉDIÉ AUX VÉTÉRANS DES ESSAIS NUCLÉAIRES A SAINT-BONNET-DE-MURE (RHÔNE)
par Charly Jeu 4 Fév 2021 - 13:28

» [ Blog visiteurs ] Mon père Pacha du sous-marin Andromède années 60
par Invité Mer 3 Fév 2021 - 19:30

» NIVOSE (FS)
par lenageur Mer 3 Fév 2021 - 18:55

» [ Blog visiteurs ] Mon père Mouquet michel CFM Pont REAN 1948 et Indochine 1948 -1949
par Invité Mer 3 Fév 2021 - 18:54

» DAPHNÉ (SM)
par destrez Mer 3 Fév 2021 - 17:58

» [ Blog visiteurs ] Recherche des informations sur l'aviso Beautemps - Beaupré
par Invité Mer 3 Fév 2021 - 11:05

» SÉMAPHORE - JARDEHEU (MANCHE)
par Louis BOUZELOC Mar 2 Fév 2021 - 17:28

» [ Recherches de camarades ] Recherches de camarades anciens sécuritars de l'école des Fourriers de juin à octobre 75
par QUIQUEMELLE Mar 2 Fév 2021 - 12:36

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] C.I.N. BREST
par JEFF 30 Mar 2 Fév 2021 - 12:04

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par marienneau jean-michel Lun 1 Fév 2021 - 21:46

» La spécialité de Météorologiste
par garrigues gilbert Lun 1 Fév 2021 - 17:45

» [ Logos - Tapes - Insignes ] TAPE DE BOUCHE ET COUPELLE
par douzef Lun 1 Fév 2021 - 17:38

» FOCH (PA) - TOME 2
par 3eme ligne Lun 1 Fév 2021 - 0:01

» COMMANDANT BOUAN [AVISO]
par patlg Dim 31 Jan 2021 - 14:39

» MARCEL LE BIHAN (BSL)
par BEURET Dim 31 Jan 2021 - 13:26

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par PAUGAM herve Sam 30 Jan 2021 - 23:40

» ORIGNY (BO)
par MASSON Sam 30 Jan 2021 - 21:00

» [ Blog visiteurs ] Les Editions RIC
par Charly Sam 30 Jan 2021 - 20:47

» [Campagne C.E.P. Mururoa] Anciens du SMSR
par Charly Sam 30 Jan 2021 - 19:42

» [ Les Musées en rapport avec la Marine ] Musée de l'Aeronautique Navale de Rochefort
par kermonnach Sam 30 Jan 2021 - 19:00

» [ Blog visiteurs ] GC4
par Invité Sam 30 Jan 2021 - 17:11

» [Aéronautique divers] ATLANTIC - ATL 2
par Nenesse Sam 30 Jan 2021 - 12:42

» [ LOGOS - TAPES - INSIGNES ] LES ZIPPOS MARINES
par Didier Moreaux Sam 30 Jan 2021 - 11:03

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] SUPERSTITION
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 29 Jan 2021 - 18:45

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par Claude MUGNIER Ven 29 Jan 2021 - 18:26

» EURYDICE (SM)
par framery Ven 29 Jan 2021 - 16:43

DERNIERS SUJETS


[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Liensamis

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 69
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 10 Fév 2021 - 17:05

Loti décrit bien les conditions de vie des marins à la fin du 19e siècle. Outre-mer, les maladies tropicales faisaient des ravages, et du reste, son frère Gustave était en était mort. Pas de vaccins, pas de traitements connus. Il évoque à plusieurs reprises dans ses romans, ces maladies tantôt désignées précisément, tantôt appelées "les fièvres".

Lettre à Juliette ADAM, 1885 ,[(pas de date précise, mais courant mai], écrite à bord de la Triomphante dans les Iles Pescadores.

Le choléra est dans nos ambulances, emportant tout doucement quatre ou cinq hommes par jour.
Dans les rues désertes de Makoung, on voit passer ces pauvres petits enterrements cela s'en va, parmi les ruines, sans prêtres ni musique, piétinant les bouddahs brisés, les cailloux de potiches, les lambeaux de soie. Les cercueils en bois de pagode sont bariolés d'or comme par dérision on les enterre au hasard dans la campagne, dans les champs de riz. J'espère bien que cette mort-là me sera épargnée c'est la seule qui me répugne, la plus misérable de toutes. Je les plains bien, ces pauvres qui s'en vont ainsi.

Il évoque dans la lettre suivante du 19 juin 1885, la mort de l’Amiral Courbet, mort dont les causes ne sont pas connues avec exactitude (Loti suggère la dysenterie, mais d'autres affirment qu'il était depuis deux ans rongé par le choléra)

MILAN Patrick et Henri BASILE aiment ce message

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 69
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Ven 12 Fév 2021 - 16:17

A de nombreuses reprises, Pierre Loti fait allusion à des campagnes particulièrement longues - Dans la préface de La troisième jeunesse de Madame Prune, il parle d'une campagne sur le Redoutable, de 22 mois (en 1885). Est-ce que l'on voit encore aujourd'hui des campagnes aussi longues ? Est-ce que l'on pratique maintenant, en cours de campagne, la relève des équipages ?

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 69
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mar 16 Fév 2021 - 22:54

Dans Figures et choses qui passaient (1898) se trouvent des nouvelles qui avaient été publiées antérieurement dans la presse. Je vous livre Le mur d'en face. Je ne saurais dire si c'est triste, lugubre, dramatique ou simplement mélancolique. Loti raconte des petits riens, des insignifiances, et pourtant, c'est un texte que l'on ne parvient pas à oublier.
Dites-moi ce que vous en pensez
Spoiler:
LE MUR D'EN FACE
Tout au fond d'une cour, elles habitaient un modeste petit logis, la mère, la fille, et une parente maternelle déjà bien âgée, leur tante et grand'tante qu'elles venaient de recueillir.
La fille était encore très jeune, dans l'éphémère fraîcheur de ses dix-huit ans, lorsqu'elles avaient dû, après des revers de fortune, s'enfermer là, au recoin le plus retiré de leur maison familiale. Le reste de la chère demeure, tout le côté vivant qui regardait la rue, il avait fallu le louer à des étrangers profanateurs, qui y changeaient les aspects des anciennes choses et y détruisaient les souvenirs.
????Une vente judiciaire les avait dépouillées des meubles plus luxueux d'autrefois, et elles avaient arrangé leur nouveau petit salon de recluses avec des objets un peu disparates : reliques des aïeules, vieilleries exhumées des greniers, des réserves de la maison. Mais tout de suite elles l'avaient aimé, ce salon si humble, qui devait maintenant, pendant des années, les réunir toutes trois auprès d'un même feu et d'une même lampe, aux veillées des hivers. On s'y trouvait bien ; il avait un air familial et intime. On s'y sentait un peu cloîtré, c'est vrai, mais sans tristesse, car les fenêtres, garnies de simples rideaux de mousseline, donnaient sur une cour ensoleillée dont les murs très bas étaient garnis de chèvrefeuilles et de roses.
Et déjà elles oubliaient le confort, le luxe d'autrefois, heureuses de leur salon modeste, quand un jour une communication leur fut faite, qui les laissa dans la consternation morne : le voisin allait lever de deux étages son logis ; un mur allait monter là, devant leurs fenêtres, enlever l'air, cacher le soleil….
Et aucun moyen, hélas! de conjurer ce malheur, plus intimement cruel à leurs âmes que tous les précédents désastres de fortune. Acheter cette maison du voisin, ce qui eût été facile au temps de leur aisance passée, il n'y fallait plus songer! Rien à faire, dans leur pauvreté, qu'à courber la tête. Donc, les pierres commencèrent de surgir, assise par assise ; avec angoisse, elles les regardaient s'????lever ; un silence de deuil régnait entre elles, dans le petit salon, de jour en jour attristé, à mesure que montait cette chose obscurcissante. Et dire que cette chose-là, toujours plus haute, remplacerait bientôt le fond de ciel bleu ou de nuages d'or sur lequel se détachait jadis le mur de leur cour avec sa chevelure de branches …
En un mois, les maçons eurent achevé leur oeuvre : c' était une surface lisse, en pierres de taille, qui fut peinte ensuite d'un blanc grisâtre, simulant presque un ciel crépusculaire de novembre, perpétuellement opaque, invariable et mort ; et aux étés suivants, les rosiers, les arbustes de la cour reverdirent plus étiolés son ombre. Dans le salon, les chauds soleils de juin et de juillet pénétraient encore, mais plus tardifs le matin, plus vite enfuis le soir ; les crépuscules d'arrière-saison tombaient une heure plus tôt, amenant tout de suite les pénétrantes tristesses grises.
Et le temps, les mois, les saisons coulèrent. Entre chien et loup, aux heures indécises des soirs, quand les trois femmes quittaient l'une après l'autre leur ouvrage de broderie ou de couture, avant d'allumer la lampe de veillée, la jeune fille qui bientôt ne serait plus jeune - levait toujours les yeux vers ce mur, dressé là au lieu de son ciel de jadis ; souvent même, par une sorte de mélancolique enfantillage, qui constamment lui revenait comme une manie de prisonnière, elle s'amusait à regarder, d'une certaine place, les branches des rosiers, la tête des arbustes se détacher sur ce fond grisâtre des pierres peintes, et cherchait à se donner l'illusion que ce fond-là était un ciel, un ciel plus bas et plus proche que le vrai, dans le genre de ceux qui, la nuit, pèsent sur les visions déformées des songes.
Elles avaient en espérance un héritage dont elles parlaient souvent autour de leur lampe et de leur table de travail, comme d'un rêve, comme d'un conte de fée, tant il semblait lointain.
????Mais, quand on la tiendrait, cette succession d'Amérique, à n'importe quel prix on achèterait la maison du voisin, pour démolir toute la partie nouvelle, rétablir les choses comme au temps passé, et rendre leur cour, rendre aux chers rosiers des murailles le soleil d'autrefois. Le jeter bas, ce mur, c'était devenu leur seul désir terrestre, leur continuelle obsession. Et la vieille tante avait coutume alors de dire :
Mes chères filles, Dieu permette que je vive assez longtemps, moi, pour voir ce beau jour !...
Il tardait bien à venir, leur héritage.
Les pluies, à la longue, avaient tracé sur la surface lisse une sorte de zébrure noirâtre, triste, triste à voir, formant comme un V, ou comme la silhouette trouble d'un oiseau qui plane. Et la jeune fille contemplait cela longuement, tous les jours, tous les jours...
????Une fois, à un printemps très chaud, qui, malgré l'ombre du mur, avait fait les roses plus hâtives que de coutume et plus épanouies, un jeune homme parut dans ce fond de cour, prit place pendant quelques soirs à la table des trois dames sans fortune. De passage dans la ville, il avait été recommandé par des amis communs, non sans arrière-pensée de mariage. Il était beau, avec un visage fier, bruni par les grands souffles marins mais il le jugea trop chimérique, l'héritage ; il la trouva trop pauvre, la jeune fille, dont le teint commençait d'ailleurs à beaucoup pâlir faute de lumière.
Donc, il repartit sans retour, lui qui avait là, pour un temps, représenté ce soleil, la force et la vie. Et celle qui déjà s'était cru sa fiancée reçut de ce départ un muet et intime sentiment de mort.
Et les années monotones continuèrent leur marche, comme les impassibles fleuves ; il en passa cinq ; il en passa dix, quinze et même vingt. La fraîcheur de la jeune fille sans dot peu à peu acheva de s'en aller, inutile et dédaignée ; la mère prit des cheveux blancs ; la vieille tante devint infirme, branlant la tête, octogénaire dans un fauteuil fané, éternellement assise à sa même place, près de la fenêtre obscurcie, son profil vénérable se découpant sur les feuillages de la cour, au-dessous de ce fond de muraille unie, où s'accentuait la marbrure noirâtre, en forme d'oiseau, tracée par les lentes gouttières. En présence du mur, de l’inexorable mur, elles vieillirent toutes les trois. Et les rosiers, les arbustes, vieillirent aussi, de leurs moins sinistre vieillesse de plantes, avec encore des airs de rajeunissement à chaque renouveau.
????Oh mes filles, mes pauvres filles, disait toujours la tante, de sa voix cassée qui ne finissait plus les phrases, pourvu que je vive assez longtemps, moi...
Et sa main osseuse, avec un geste de menace, désignait l'oppressante chose de pierre.
Elle était morte depuis une dizaine de mois, laissant un vide affreux dans le petit salon des recluses, et on l'avait pleurée comme la plus chérie des grand'mères, quand l'héritage arriva enfin, très bouleversant, un jour où l'on n'y pensait plus.
La vieille fille, à quarante ans sonnés maintenant, se retrouva toute jeune, dans sa joie d'entrer en possession de la fortune revenue.On chasserait les locataires, bien entendu, on se réinstallerait comme avant ; mais de préférence, on se tiendrait à l'ordinaire dans le petit salon des temps de médiocrité : d'abord il était maintenant rempli de souvenirs, et puis d'ailleurs il redeviendraitd'une gaîté ensoleillée, dès qu'on aurait abattu ce mur emprisonnant, qui n'était plus aujourd'hui qu'un vain épouvantail, si facile à détruire à coups de louis d'or.
Elle eut enfin lieu, cette chute du mur, désirée depuis vingt mornes années. Elle eut lieu un avril, au moment des premiers souffles tièdes, des premières soirées longues. Très vite cela s'accomplit, au milieu d'un tapage de pierres qui tombaient, d'ouvriers qui chantaient, dans un nuage de pl????tras et de vieille poussière.
Et, au déclin de la seconde journée, quand ce fut terminé, les ouvriers partis, le silence revenu, elles se retrouvèrent assises ????leur table, la mère et la fille, étonnées d'y voir si clair, de n'avoir plus besoin de lampe pour commencer le repas du soir. Comme en un étrange retour de temps antérieurs, elles regardaient les rosiers de leur cour s'étaler à nouveau sur le ciel. mais, au lieu de la joie qu'elles en avaient attendue, c'était d'abord un indéfinissable malaise : trop de lumière tout à coup dans leur petit salon, une sorte de resplendissement triste, et la notion d'un vide inusité au dehors, d'un immense changement...
Il ne leur venait point de paroles, en présence de l'accomplissement de leur rêve ; absorbées l'une et l'autre, prises d'une croissante mélancolie, elles restaient là???? sans causer, sans toucher au repas servi. Et peu à peu, leurs deux coeurs se serrant davantage, cela devenait comme de la détresse, comme l'un de ces regrets noirs et sans espérance que nous laissent les morts.
Quand la mère enfin s'aperçut que les yeux de sa fille commençaient s'embrumer de pleurs, devinant les pensées inexprimées qui devaient si bien ressembler aux siennes : On pourrait le rebâtir, dit-elle. Il me semble qu'on pourrait essayer, n'est-ce pas, de le refaire pareil.
J ‘y songeais moi aussi, répondit la fille. Mais non, vois-tu :ce ne serait plus le même…
Mon Dieu comment cela se pouvait-il ; c'était elle, c'était bien elle qui l'avait décrété, l'anéantissement de ce fond de tableau familier, au-dessous duquel, pendant un printemps, elle avait vu se détacher certain beau visage de jeune homme, et, pendant de si nombreux hivers, un profil vénéré de vieille tante morte. Et tout à coup, au souvenir de ce vague dessin en forme d'ombre d'oiseau, tracé là par de patientes gouttières, et qu'elle ne reverrait jamais, jamais, jamais, son coeur fut déchiré soudainement d'une manière plus affreuse ; elle pleura les larmes les plus sombres de sa vie, devant l'irréparable destruction de ce mur.

MILAN Patrick aime ce message

MILAN Patrick
MILAN Patrick
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 65
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Missilier NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par MILAN Patrick Mar 16 Fév 2021 - 23:09

Très belle histoire que j’ai plaisir à relire.
La morale que j’en tire, c’est que l’être humain veut toujours ce qu’il n’a pas et regrette toujours ce qu’il a eu ou n’a plus.
Loti a cette capacité de faire bouger le temps et les choses sur ces 3 femmes immobiles.

phirou
phirou
MATELOT
MATELOT

Age : 69
[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Equi NON

[ Histoires et histoire ] Pierre Loti - Page 9 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Pierre Loti

Message par phirou Mer 17 Fév 2021 - 15:40

Pour moi, cette nouvelle montre que ce qui doit être sera. Quoi qu'ils fassent, les êtres qui sont destinés à une vie sans joie ne pourront pas échapper à leur sort : la liberté qui a été donnée aux deux femmes de faire abattre le mur est une fausse liberté. Elles sont déjà prisonnières du destin. Je pense à Jean Berny, le personnage principal de Matelot. Le pauvre garçon est destiné à l'échec : il rate son entrée à Navale, renonce à l'hydro, doit renoncer à sa "fiancée", et meurt des fièvres en extrême orient. Le parcours du "Vieux" n'est pas plus enthousiasmant, ni celui du Spahi (journal d'un Spahi). On note que le revers de fortune après avoir connu l'aisance est un thème que l'on retrouve dans Matelot, et qui fait songer à la propre histoire de la famille Viaud. C'est vrai que ce n'est pas gai.

MILAN Patrick aime ce message


    La date/heure actuelle est Ven 26 Fév 2021 - 13:54