Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Avatar22 [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 910520 messages dans 15600 sujets

Nous avons 7623 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est YVES JOUTET

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Livreo10

Derniers sujets

» CLEMENCEAU (P.A) - TOME 3
par L.P.(Pedro)Rodriguez Aujourd'hui à 0:32

» STATION RADIO SUPER MAHINA "FUM"
par GILOU971 Hier à 20:54

» [Opérations de guerre] Guerre de Corée - Tome 2
par marienneau jean-michel Hier à 20:54

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par GILOU971 Hier à 20:49

» [CAMPAGNE] NOUMÉA Tome 2
par bailly bout de bois Hier à 20:17

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par larcher Hier à 18:32

» COLBERT (1957-1991) (Croiseur)
par Noël Gauquelin Hier à 18:30

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par KLETKE Hier à 17:35

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine).
par alain EGUERRE Hier à 17:13

» [ Les stations radio de télécommunications] Station radio La Régine
par GILOU971 Hier à 16:11

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES FOURRIERS DE ROCHEFORT
par Jean-Paul Bargain Hier à 15:47

» LE VENDÉEN (ER)
par CHRISTIAN63 Hier à 11:25

» [Les Sémaphores d'Afrique du Nord] CAP CORBELIN (Algérie)
par PEREZ PHILIPPE Hier à 11:23

» LES SERVICES TER ET CONTRÔLE TER
par Max Péron Hier à 11:11

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par parriaux christian Hier à 9:20

» [CAMPAGNES C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par alain EGUERRE Lun 19 Avr 2021 - 18:50

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par JONCQUET Lun 19 Avr 2021 - 18:26

» MARSOUIN (SM)
par foudroyant-bleu Lun 19 Avr 2021 - 14:56

» CDT BOURDAIS (AE) Tome 3
par J-L-14 Lun 19 Avr 2021 - 12:47

» [ Logos - Tapes - Insignes ] LES INSIGNES DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE...
par fage03 Dim 18 Avr 2021 - 17:23

» VAUQUELIN (EE)
par CHRISTIAN63 Dim 18 Avr 2021 - 13:23

» LOCUSTE (GABARE)
par GYURISS Dim 18 Avr 2021 - 11:19

» VIEILLES PAPERASSES] VIEILLES PAPERASSES HUMORISTIQUES (en rapport avec la Marine).
par PAUGAM herve Sam 17 Avr 2021 - 22:27

» LA PERLE (SNA)
par Jean-Marie41 Sam 17 Avr 2021 - 19:31

» [La musique dans la Marine] LA MUSIQUE DE LA FLOTTE
par Alain Vonau Sam 17 Avr 2021 - 8:22

» [ Recherches de camarades ] Embarqués sur l'ELM DU Chayla de 82 à 86
par H2O Sam 17 Avr 2021 - 7:35

» LAURIER (DM)
par CHARLES HUBERT Ven 16 Avr 2021 - 22:43

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par bernard26700 Ven 16 Avr 2021 - 20:46

» [Votre passage au C.F.M.] MON ARRIVÉE À HOURTIN
par BRICKGERARD Ven 16 Avr 2021 - 20:35

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par Nenesse Ven 16 Avr 2021 - 20:12

» RHÔNE (BSL)
par Scribe56 Ven 16 Avr 2021 - 16:47

» ESCADRILLE 9 S
par J-C Laffrat Ven 16 Avr 2021 - 11:47

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES FOURRIERS CHERBOURG
par ryckelynck Ven 16 Avr 2021 - 11:36

» ARGONAUTE
par PAUGAM herve Ven 16 Avr 2021 - 10:00

» [LES B.A.N.] AGADIR
par J-C Laffrat Ven 16 Avr 2021 - 9:11

» [Divers écoles de spécialité] COURS de PEDAGOGUE
par Charly Ven 16 Avr 2021 - 8:36

» [Campagne] KERGUELEN
par lefrancois Ven 16 Avr 2021 - 8:35

» [ Divers écoles de spécialités ] LE COURS D'INSTRUCTEUR
par Charly Ven 16 Avr 2021 - 8:33

» UTILISATION DU FORUM : "RECHERCHES DE CAMARADES"
par Charly Ven 16 Avr 2021 - 7:33

» [ Recherches de camarades ] Recherches anciens du Gascon 76/77
par Lacuisse Jeu 15 Avr 2021 - 23:48

» [ Associations anciens Marins ] Amicale Anciens Marins de PERPIGNAN
par GILOU971 Jeu 15 Avr 2021 - 18:05

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par Charly Jeu 15 Avr 2021 - 10:57

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par HèmBé43 Mer 14 Avr 2021 - 13:36

» DIANE (SM)
par J.C. Mer 14 Avr 2021 - 10:32

» MYTHO (CM)
par Charly Mar 13 Avr 2021 - 21:23

» [ Recherches de camarades ] recherche Bertrand, camarade des apprentis mécaniciens de St-Mandrier 71/72.
par CHABANY Serge Mar 13 Avr 2021 - 20:57

» [VOS ESCALES ] Sydney
par loulou06000 Mar 13 Avr 2021 - 12:39

» ISÈRE (PR)
par Pytheas Mar 13 Avr 2021 - 11:40

» [ La S.N.S.M. ] SNSM Le Conquet
par Roger Tanguy Lun 12 Avr 2021 - 22:53

» FREMM Alsace (D656)
par HèmBé43 Lun 12 Avr 2021 - 20:56

» TONNERRE (PHA)
par marsouin Lun 12 Avr 2021 - 18:41

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Courteille Michel matricule 62
par CHAP Lun 12 Avr 2021 - 18:17

» [ Histoires et histoire ] Pierre Loti
par phirou Lun 12 Avr 2021 - 16:58

» CAMÉLIA (DC)
par Christian Suné Lun 12 Avr 2021 - 15:57

» [Les ports militaires de métropole] Port de CHERBOURG - TOME 1
par Louis BOUZELOC Lun 12 Avr 2021 - 14:05

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] LES PERMANENTS DU CFM HOURTIN
par J C Lun 12 Avr 2021 - 12:45

» OURAGAN (TCD)
par Michel Roux Lun 12 Avr 2021 - 10:32

» [Votre passage au C.F.M.] Photos d'incorporation
par loulou06000 Lun 12 Avr 2021 - 10:04

» [ Associations anciens Marins ] Amicale des anciens marins de Belfort
par MINERY Claude Lun 12 Avr 2021 - 9:46

» [Aéronavale divers] Hélico NH90
par marsouin Lun 12 Avr 2021 - 9:33

» [ Aéronavale divers ] Mon copain Jacques Sinquin
par J-C Laffrat Dim 11 Avr 2021 - 16:47

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Jean-Luc Aubertin, Victor Schoelcher 68/72
par Dany Goossens Dim 11 Avr 2021 - 14:16

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades CDT RIVIÈRE 62/64
par DENECE Dim 11 Avr 2021 - 12:53

» [VOS ESCALES ] Thaïlande
par loulou06000 Dim 11 Avr 2021 - 12:42

» LA SPÉCIALITÉ DE SECRÉTAIRE MILITAIRE
par ryckelynck Dim 11 Avr 2021 - 12:24

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Chabot Sam 10 Avr 2021 - 21:52

» [ Histoire et histoires ] Le port de Dunkerque.
par Louis BOUZELOC Sam 10 Avr 2021 - 18:19

» L'ADROIT (E.C.)
par takeo Sam 10 Avr 2021 - 10:50

» ÉMERAUDE (SNA)
par goblin Ven 9 Avr 2021 - 12:14

» SEINE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par alain EGUERRE Ven 9 Avr 2021 - 8:25

» [VOS ESCALES] Seychelles
par Jean-Léon Ven 9 Avr 2021 - 0:34

» LOIRE (BSL)
par Gillou29S Jeu 8 Avr 2021 - 21:01

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par loulou06000 Jeu 8 Avr 2021 - 20:54

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par JACQUES SOUVAY ou BILL Jeu 8 Avr 2021 - 10:02

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par alain EGUERRE Mer 7 Avr 2021 - 19:32

» ÉGLANTINE (DC)
par arino Mer 7 Avr 2021 - 19:21

» La spécialité de sécuritar
par loulou06000 Mer 7 Avr 2021 - 19:20

» [LES BATIMENTS DE SERVITUDES ] LOUP Y6032
par Franjacq Mer 7 Avr 2021 - 16:29

» L'ENJOUÉ (E.C.)
par Jean-Marie41 Mar 6 Avr 2021 - 21:17

» AMIRAL CHARNER (AE)
par jean-claude BAUD Mar 6 Avr 2021 - 19:30

» MONTCALM (CROISEUR)
par REIG Michel Mar 6 Avr 2021 - 19:19

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST - TOME 3
par JACQUEZ Lun 5 Avr 2021 - 18:58

» [ Histoire et histoires ] Des paquebots à CAEN en mars 2021.
par john zielke Lun 5 Avr 2021 - 10:05

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par Bernard Janvier Dim 4 Avr 2021 - 18:37

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades CFM Hourtin 1967
par BAUDAIS Dim 4 Avr 2021 - 14:39

» [ Histoire et histoires ] La Royale à travers la presse ancienne
par MILAN Patrick Dim 4 Avr 2021 - 9:36

» [ Aéronavale divers ] Avion Poisson d'avril
par Momo Sam 3 Avr 2021 - 21:28

» CHRYSANTHEME (DC)
par JEFF 30 Sam 3 Avr 2021 - 18:38

» MAINE (BB - MURUROA)
par hossard Sam 3 Avr 2021 - 16:24

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par D.THIEBAULT Sam 3 Avr 2021 - 15:22

» [ Recherches de camarades ] Recherche des SM - école des fourriers rochefort -BS 74
par Roger Tanguy Sam 3 Avr 2021 - 14:02

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du TCD Ouragan (1970)
par tonerbra29 Sam 3 Avr 2021 - 9:13

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT - TOME 1
par Charly Ven 2 Avr 2021 - 6:18

» [Les stations radio et télécommunications] La station de Kerlouan
par Max Péron Jeu 1 Avr 2021 - 17:02

» LE BRESTOIS (ER)
par POMIE Jeu 1 Avr 2021 - 15:12

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade anciens du Lorrain 1965-1966
par ryckelynck Jeu 1 Avr 2021 - 9:39

» P 400
par D.THIEBAULT Mer 31 Mar 2021 - 19:19

» [Associations] Anciens Marins de Réserve de la Polynésie française
par marsouin Mer 31 Mar 2021 - 12:17

» Caouanne (Y 690)
par Joël Chandelier Mer 31 Mar 2021 - 10:45

DERNIERS SUJETS


[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Liensamis

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par PILON Sam 1 Jan 2011 - 22:16

Arrivée à Pont-Réan
.

Dans la page 16 de ce post, par le message 155, je vous racontais mon arrivée à Pont-Réan dans la matinée du 14 février 1950 qui fut suivie par une mémorable douche dans l'après-midi.
Voici donc une suite, et beaucoup s'y reconnaîtrons, même si cela ne s'est pas passé le même jour..

Spoiler:

Le lendemain, le 15 février, ce fut la coupe de cheveux réglementaire. En ce temps-là, la mode n’était pas aux cheveux presque ras, mais généralement assez fournis et seulement un peu dégagé derrière et bien peu autour des oreilles. C’est dire que les deux coiffeurs venus de Saigon, arborant un sourire ironique, vont s’en faire une joie et tailler pendant deux jours, court devant et ras derrière, comme on disait. La coupe de cheveux Pont-Réan est bien connue, elle est la même sur toutes les photos tirées pendant ces années-là et nous montrent ses caractéristiques. Rien qu’à voir ces clichés on dit : c’est à Pont-Rean
Nous formons donc dans cette partie de Pont-Rean, la compagnie d’incorporation ou nous passerons toutes sortes de formalités pour nous admettre ou nous refuser dans la marine. Après avoir satisfait à ces différents tests médicaux de contrôle de l’instruction, contrôle de valeur sportive, nous formerons la compagnie Duquesne qui sera forte d’une centaine d’apprentis marins, une vingtaine ayant été renvoyé pour insuffisance diverses. Nous allons commencer à apprendre à devenir marins. Il est vrai qu’il y en a qui ne connaissent vraiment rien du tout, même pas faire une couchette. Nos instructeurs sont devenus sympa après les coups de gueule des premiers jours et il leur faut de la patience pour apprendre à certains à se servir d’un balai par exemple. Longtemps plus tard, un camarade, adjudant-chef de la Légion Etrangère, m’expliquera que des recrues venant des pays chauds, comme du Moyen-Orient ou d’Afrique, ne savaient pas faire un nœud de lacet de chaussures, n’en ayant jamais portés, chaussés de tong qu’ils avaient été toute leur vie.
Au bout de trois jours, on nous délivra une brosse en chiendent, un savon de Marseille et une musette pour y mettre le linge sale. Nous nous rendîmes au lavoir, et là, il fallut apprendre à laver, le tricot et le caleçon. C’est un souvenir marquant car personne ne savait comment faire pour laver du linge, et moi non plus du reste, dans ma campagne natale j’avais fait bien des choses pratiques, mais jamais cela. C’est le second-maître l’H. qui me montra à laver mon tricot rayé sans me servir de la brosse. Sa démonstration était bien simple et bien pratique et j’ai toujours fait comme il me montra ce jour-là. J’ai souvent pensé à lui par la suite.
Pendant deux semaines nous fûmes coiffés du bonnet mais sans ruban légende, alors on nous le remit et il y eut bien sûr une séance de couture pour fixer ce ruban sur le bonnet. Là, ce ne fut pas facile, car bien entendu, presque personne ne savait coudre et puis il fallait bien placer ce ruban dont l’inscription était « Marine Nationale » bien centré par rapport à l’ancre, l’un des mots étant plus long que l’autre ; les instructeurs nous donnaient quelques repères. A moi, c’est un bouton qui disparut de mon caban. J’ai pensé qu’il m’avait été volé, car des anciens de mon village m’avait dit : pendant mon service militaire, quand on me volait un bouton sur ma capote, et bien j’en volais un autre ailleurs… Toujours est-il que, ayant obtenu un bouton, par un gradé peut-être, il me fallut le coudre et c’est mon voisin du lit au-dessus de moi, qui m’apprit à le faire. Ce gars de Château-Gontier, bien prévoyant, avait apporté avec lui petite une trousse à couture avec fils et aiguilles et il savait bien coudre.
Nous avons commencé aussi l’apprentissage du chant ; cela se passait dans le lavoir, il y avait une bonne résonnance dans de bout d’univers plein de bacc à eau de tuyaux et de robinet. Là, nous apprîmes pour commencer : Hé ! Garçon, et puis les Corsaires.
A chacun, il fut demandé quels sports il avait pratiqué afin de les orienter vers le service sport s’ils étaient brillants. Le fait est qu’il n’y avait guère de sportifs parmi nous. Il y avait un boxeur parisien, à voir son nez épaté et écrasé, on l’avait déjà deviné ; il y avait un coureur cycliste qui venait du Nord ; deux ou trois brillaient en course à pied et autant en foot. L’un d’eux rentra dans l’équipe du CFM. Moi, n’ayant jamais fait de sport, comme beaucoup d’autres qui travaillaient depuis plusieurs années, nous ne brillâmes en rien.
A partir du troisième jour, l’emploi du temps commença par le sport. J’affectionnais particulièrement les grimper à la corde, avec seulement les bras, et chaque jour je constatais du progrès. J’appris aussi à lancer le poids de cinq kilos. Tout cela était nouveau pour moi. Ayant été au travail à treize ans je n’avais pas pu pratiquer quelque sport que ce soit.
A la fin du mois, avant de passer de Tahiti à Saigon, nous fîmes ce que l’on appelait les performances sportives ; personnellement à part la corde, j’étais quasi nul, en fait de performances c’était raté. Par contre à l’étonnement de tout le monde, instructeurs comme apprentis, je soulevai le maximum de gueuse de 30 kilos, soit 40 fois, pendant que les autres se bornaient à 5, 8, 12 et rarement 15.
Et puis, il y eut, au bout d’une dizaine de jours, la séance redoutée des piqûres. Nous en parlions chaque jour entre nous, apeurés ; et nous voyions arriver avec effroi la date fatidique. Maintenant, toutes les maladies ou presque et depuis la plus tendre enfance sont soignées à tour de bras avec des piqûres et, à part les très jeunes enfants, personne n’a plus peur de ça. Jadis ce n’était pas pareil et des piqûres, bien peu parmi nous en avaient reçus au moment de l’incorporation au CFM.
Nous en avions une peur bleue et on en a vu plusieurs qui sont tombés dans les pommes avant d’y passer, rien qu’en voyant la seringue ou bien le matelot « armé » de son ustensile qui jouait, bien sûr, au matamore, exprès pour nous épouvanter. Personnellement, je n’en menais pas large.
Les gradés nous disaient que ça faisait grand mal, que nous aurions de grosses douleurs à l’épaule pendant trois jours, et c’était vrai ; et puis, comme un châtiment, il ne faudrait pas manger le soir même, tout cela vous sapait le moral, et faire sauter un repas, on n’a jamais vu ça à dix-huit ans ! Il est vrai que sur la centaine d’apprentis, plusieurs furent malades et conduits à l’infirmerie. Cette séquence des piqûres reste bien inscrite pour tous dans la panoplie des souvenirs.
En fin de mois, la compagnie Duquesne change de Camp et s’en va loger dans la baraque Monge. Ici comme en haut, à Tahiti, ce sont des baraques en bois, chauffées d’un ou deux poêles en ces jours d’hiver, mais un hiver breton doux qui ne sera jamais difficile à supporter en ce début de mars. Un petit jardinet délaissé à cette époque de l’année la borde en façade.
Le personnel instructeur est nouveau pour nous. Ceux d’en haut, y sont restés, attendant un nouveau contingent. Après avoir occupé les places de couchage qui nous sont attribuées, on nous remet un petit livre qui sera la base de tout ce que nous allons apprendre ici : Le Manuel des Recrues. En le feuilletant on se rend compte que tout ce qui est imprimé dedans est nouveau pour nous, ce sont les bases de ce que nous apprendrons pour devenir des marins. C’est un changement de mode de vie, un changement de culture, un changement de vocabulaire qu’il faudra obligatoirement et rapidement assimiler. Mais nous nous rendrons compte que cela viendra tout seul. Comme, il n’y a pas de « monsieur » dans la marine, déjà on ne dit plus jamais monsieur à nos instructeurs, on ne dira plus jamais une ficelle, ce sera un bout ou un autre nom plus savant selon l’usage de ce cordage. Les grades, sont su en quittant Tahiti : quartier-maître, second maître, maître ; tous ces gens-la ont des galons en oblique sur les manches, les premiers sont rouges, les autres sont dorés. Et puis il y avait un premier-maître, pour nous avec nos deux semaines de marine, le premier maître est déjà une personnalité et on n’a pas été au-delà. Donc à la compagnie Duquesne nous retrouvons les grades identiques avec en plus un capitaine de compagnie, officier des équipages de première classe, c’est le grade qu’il porte et je me rappelle bien son nom : monsieur Gabillard.
Ce que nous avons à apprendre pour devenir des marins est contenu en deux rubriques : la partie militaire qui fera de nous de vrais guerriers ; la partie maritime qui nous transformera en reels marins. Nous avons, nous ont dit nos instructeurs, un mois et demi pour dégrossir tout cela, mais on se rend compte que c’est bien touffu. Ensuite, il nous faudra encore un mois et demi pour apprendre à devenir des matelots d’équipage, appellation normale des engagés de deux ans que nous sommes, appellation des « aides spécialistes », comme m’avait baptisé le quartier-maître du bureau d’engagement de la caserne de la Pépinière, à Paris. Ce stage se déroulera dans une autre compagnie avec de nouveaux éducateurs.
Nous irons apprendre à faire de la voile, c’est la base de la formation du marin, nous a-t-on dit. Cet entrainement se déroule sur l’étang de Belouze, tout près du village de Baulon, environ à 20 kilomètres à l’ouest de Pont-Rean, où nous nous rendions dans des camions empestant l’essence mal digérée et dont les gaz nos asphyxiaient à moitié. Pendant que les canots dans lesquels nous étions embarqués naviguaient, les gradés nous donnaient les noms de tous les éléments de ce matériel, nouveau pour nous, et effectivement il est bien plus facile à apprendre en pratiquant, qu’en salle de cours et sur papier. Excepté certains Bretons de notre contingent, nous découvrions tous ce genre d’activité. Il y en avait des choses à apprendre ! A bord d’une embarcation, il y en a des noms d’objets et des termes à se mettre dans la tête : accastillage, bôme, drome, tribord, bâbord, étrave, grand mât, mât d’artimon, drisse, écoute, tribord amure, bâbord amure, serrer le vent, qui peut refuser, qui parfois adonne, au plus près, au grand largue etc… Et puis le nom des quatre voiles qu’elle possédait : grand’voile, misaine, foc, tape-cul ; Ah ! ce dernier mot, plutôt rigolo, tout le monde l’a appris du premier coup. A l’arrière du gros canot flotte le pavillon national, que plus personne parmi nous appelle : le drapeau. Eh oui, être homme de mer, c’est tout un métier et qui n’a plus rien à voir avec la terre que nous voyons à distance maintenant que notre canot file sur le lac de Baulon - comme le quartier-maître l’a nommé -, poussé par le vent d’ouest de Bretagne. Nous découvrons également que, jusqu’à un certain point de l’axe d’où souffle le vent, le canot file contre lui ; en voilà une chose étrange ! on avance contre le vent. Et alors, à ce moment, le vent semble plus fort, l’eau gicle de partout et l’on est vite mouillé. Mais l’instructeur, le quartier-maître le Gratiet, ne nous a pas expliqué comment ce phénomène, étrange pour moi, se produit. Je ne l’apprendrai que plus tard.
L’état-major de Pont-Rean était logé dans un petit château dans lequel je n’ai jamais mis les pieds. Au pied de cette bâtisse se trouvaient des douves, et là le samedi et le dimanche nous apprenions à godiller dans un youyou. Godiller, ce n’est pas inné : c’est faire des huit avec un aviron qui prend appui dans une encoche arrondie sur le tableau arrière de la barcasse, le matelot godillant étant généralement debout dans le youyou. Cela semblait également incroyable pour moi, mais j’y suis arrivé du premier coup. Par contre, je me suis fait traité de biffin ; être ainsi considéré, c’est une sorte d’offense abaissante pour la personne qui la reçoit. En effet, à la voilerie, non loin du château, où il fallait se procurer cet aviron, j’ai demandé une « godille »,
- un aviron, biffin ! me signala le responsable de ce matériel, qui avait peut-être quinze jours de marine de plus que moi.
André Pilon



Dernière édition par PILON le Dim 2 Jan 2011 - 17:04, édité 2 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.

Tragin
Tragin
QM 2
QM 2

Age : 84
Timonier équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par Tragin Sam 1 Jan 2011 - 23:26

Bonsoir
La bande n'était pas cousue au bonnet,mais cousue sur elle-même après avoir pris le périmètre moins 2-3 mm pour quelle soit tendue et tienne seule.Ensuite gare à ceux qui dépucelaient l'ancre de marine,vérifiée aux inspections.Cette petite pastille dorée était vraiment tentante.
A++ G.Tragin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Avoir été et essayer d'être encore...

coutil
coutil
QM 2
QM 2

Age : 91
Canonnier équipage            NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par coutil Dim 2 Jan 2011 - 5:41


Quel bon récit André
Et quels souvenirs deux mois plus tard nous nous serions rencontré ,j'en suis sorti décembre 49 . Le souvenir de la brosse a linge à quoi servait t'elle ,la premiere fois que je lavais un pantalon je m'en suis servi ,ho pas longtemps le second ait arrivé il a pris la brosse et l'a balancé au bout du lavoir me disant ici on se sert de ses mains ,démonstration du second frottant de ses deux mains le pantalon.Moi aussi je me suis fait traité de biffin en parlant de la ficelle ( bout ) qui tenait mon pantalon .Et les piqures ,l'imfirmerie avait trois marches qui étaient vite descandues par certains sur le derriere et après le changement de baraque à coté du petit lac ou il y avait ce fameux premier maitre ( J) et je pense que tu pourrait nous en contés encore ?
Amicalement Claude



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Henri BASILE
Henri BASILE
QM 2
QM 2

Age : 81
Détecteur ASM équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par Henri BASILE Dim 2 Jan 2011 - 12:35

Pilon
Quelle fantastique mémoire et quel talent de conteur.
Je vais t'adresser ultérieurement un MP pour des questions techniques.
Bonne année à tous. Bien cordialement. Henri Basile



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mon âme à Dieu,
Mon corps à la Patrie,
Mon Honneur à moi.
L.V GUILLAUME  (Le crabe-Tambour) Cdt en second à bord de l'E.R  "L'agenais"

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par PILON Lun 3 Jan 2011 - 23:06

Toujours à Pont-Réan


Suite au message 352

Là où je passais, le premier mars 1950 après les deux semaines d’incorporation au lieu dit « Tahiti », dans la partie du camp de

Spoiler:


Pont-Réan ainsi appelée, le manuel des recrues fut pour moi un ouvrage de base car j’avais décidé de me sortir de ce « guêpier » qui allait nous mener, mes camarades et moi tout droit en Indochine.
Nous restions une petite centaine sur les cent vingt qui étaient arrivés avec ces camions puants le 14 février ; une bonne vingtaine avaient disparu : plusieurs qui étaient inaptes, deux qui s’étaient fichu une peignée, ainsi que deux ou trois qui s’étaient ouvertement affichés antimilitaristes et je me demande un peu ce qu’ils étaient volontairement venus faire ici ; un dernier qui pissait au lit, mais que je le soupçonne d’avoir fait exprès de pisser chaque matin juste avant le branle-bas.
Pendant un mois et demi, nous logeâmes dans la baraque Monge. C’est là que nous devions pendant quelques semaines, jusqu’à Pâques peut-être, apprendre le métier de marin.
Moi j’avais fait de la musique dans mon village où il y avait une fanfare, et j’y jouais de la trompette. Le premier-maître clairon - clairon, c’était jadis une spécialité dans la marine - Visitait toutes les compagnies en formation afin d’y trouver des volontaires pour aller jouer avec lui. J’avais entendu dire que ceux qui iraient à la musique ne feraient pas de corvée, nous avons sauté à plusieurs sur l’occasion et finalement deux apprentis de la compagnie Duquesne furent retenus, ce fut le matelot Pierrot et moi-même. C’était parfait pour nous ; le matin après l’appel, pendant le poste de lavage, nous nous rendions un peu plus loin que le château au local musique et nous répétions les sonneries. Ce fut alors la découverte des sonneries marine que nous connaissons tous et dont l’une des plus belles est celle du branle-bas : la Diane, suivie du Rigodon. Bien entendu, nous ne connaissions pas les titres de ces morceaux, le chef de la répétition nous les nommait toujours par un ou deux mots, qui étaient le début du poème et souvent pleines de trivialités. Et comme tous les « gros mots » sont ceux que l’on retient le plus facilement, ces titres étaient bien vite appris. Le branle-bas, c’était : les habitants de la Basse-Bretagne sont dégourdis comme etc… Une marche, apprise ici, c’était : Une, deux ; les C……s de mon grand-père, sont pendues dans l’escalier… Je peux par contre citer les paroles de « Au drapeau », la sonnerie matinale pour les Couleurs ; elle manque un peu de révérence mais n’est pas, ni triviale, ni grossière : la France est notre mère / C’est elle qui nous nourrit / Avec ses pommes de terre / Et ses fayots pourris. Et l’instructeur clairon, les SM Pellé ou Kerdraon, après nous avoir fait mettre en demi-cercle, l’cmbouchure du clairon déjà près des lèvres disait, allez les gars : la France est notre mère ! Cela avait formé une clique valable et nous sortîmes un jour pour un défilé à Guichen, mais je ne me rappelle plus à quelle occasion, une fête locale sans doute.
A chacun notre tour, nous sonnions par groupe de trois le branle-bas matinal dans tout le camp ; on se faisait réveiller par un planton et nous rejoignions la baraque de la musique pour être à pied d’œuvre à l’heure du réveil. Ce qui nous faisait une occasion de déjeuner là-bas ensuite, avec café et pain beurré à volonté.
Effectivement, les gens de la clique n’étaient jamais de corvée, sur ce plan-là, c’était la planque. Mais j’ai quand même eu l’occasion d’en faire une à la voilerie et du reste, j’y retrouvais là l’arpète qui m’avait traité de biffin, quelques temps plus tôt, parce que j’avais dit une « godille » au lieu d’un aviron
Tous les apprentis marins apprennent à faire des nœuds et cela dans les premières semaines de marine naturellement, dans l’éducation maritime dispensée à toutes les recrues.
De ces nœuds, à moins d’être manœuvrier, on en retient en général pas grand chose si l’on ne pratique pas. Personnellement, plus tard, en tant que timonier, j’eus à faire, tous les jours ou presque, le nœud d’écoute double avec lequel on frappe le pavillon national sur la drisse du mât de poupe ; celui-là, je le connais pour la vie.
Plus tard, au cours de BS météo, dans la partie manœuvre, il nous fut donné d’étudier, pour des leçons de communications, un nœud d’électricien ; c’est un fichu nœud que personne ne connaissait, ni les boscos, ni les timoniers qui étaient de notre cours. Peut-être était-ce un nœud aussi secret que les plans de la gamelle double et que les électriciens ne devaient surtout pas divulguer ; à voir même s’ils le connaissaient ?
Rappelez-vous, ceux qui sont passés sur le Richelieu vers 1963, les cours sur ce nœud étaient inclus dans la méthode P1, Pi - one disions nous, ou encore Pivoine…
Or, un jour que j’étais de corvée, toujours à Pont-Réan, on m’envoie passer l’après midi à la voilerie et là, le gradé de voilerie nous explique ce que nous avions à faire jusqu’au dégagé, un autre jeune et moi. Il y avait un énorme tas de couvertures marrons (des
couvertures gratte-culs, avec lesquelles nous dormions sans draps), alors nous devions les mettre par paquets de dix et les lier. Ce tas de couvertures bien propres devait revenir de la laverie, il était monumental et connaissant l’importance du CFM en personnel, inutile de vous faire un dessin.
Mon camarade choisit de les compter et faire les paquets de dix, et à moi revint de les lier.
Le voilier m’invite à faire à l’extrémité de chaque bout servant de lien, un nœud de chaise, et pour lier le paquet, un nœud de bec d’oiseau.
Le nœud de chaise, je savais à peine le réaliser et mon mentor me dit : ben voyons rappelles-toi ce qu’on t’a dit au cours ; avec ton bout, de la main gauche tu fais un puits et un arbre, ensuite, du puits tu fais sortir, avec ta main droite, un serpent ; toujours de la main droite, au serpent tu lui fais faire le tour de l’arbre et puis redescendre dans le puits, tu serres le tout. Et voilà ton nœud de chaise est terminé.
Au bout de cinq à six nœuds, j’avais bien compris et je vous prie de croire qu’en fin de journée, après avoir lié tous les paquets de dix, j’étais devenu un expert en nœud de chaise.
Il a été assimilé pour la vie ce jour-là.
Par la suite, au cours de mon existence, c’est quasiment le seul nœud que je pratiquerai, pour faire un œil au bout d’un cordage, par exemple. Dans ce cas-là, il est plus facile à défaire qu’un nœud de plein poing qui est toujours trop serré.
Notre compagnie de matelots d’équipage a eu l’occasion de faire une belle sortie en Avril 1950 ; en effet, c’est à la date du 23 de ce mois-là que le premier président de la Quatrième République, monsieur Vincent Auriol, vint à Lorient pour une cérémonie de remise de la médaille de la Légion d’honneur et de la Croix de Guerre à la ville martyre. Notre compagnie a été désignée pour y assister et pour rendre les honneurs au président. Là, nous avons marché au pas par diverses rues de la ville et avec nous il y avait une compagnie de l’Armée de terre. Le défilé était entraîné par une musique régimentaire et marchait en tête de ces deux compagnies. Nous nous rendîmes devant le monument aux morts pour la remise de gerbes dont une par Monsieur Auriol, mais auparavant, le dispositif a été aménagé, on a pris trois biffins et trois marins des compagnies pour les placer de part et d’autre du monument. Les biffins placés à gauche quand on lui fait face ; les trois marins dont je faisais partie avec Pierrot et le Dantec furent mis sur la droite. La presse était là et plusieurs photos, officielles furent tirées alors que le président déposait sa gerbe et que nous six nous lui présentions les armes. Il doit exister dans les archives de la ville de Lorient quelques photos représentant cette cérémonie que j’aimerais bien retrouver
C’est pendant ce laps de temps que nous entendîmes dire que nous aurions un cours spécial de matelots d’équipage, que nous n’allions pas rester longtempsdans la baraque Monge, mais que nous irions nous installer vers l’entrée du camp tout près de la porte, et à droite en entrant dans cette base.
Ce qui fut fait si mes souvenirs son bons après les vacances de Pâques.
Alors que pendant les semaines précédentes, l’instruction était décontractée avec parfois quelques punitions un peu vicieuses, genre brimade, à la clé, au cours de matelot d’équipage, ce fut intense et apparemment accéléré ; on était considéré comme des grands, nous avions pour étudier entre autres, les armes dont nous étions appelés à nous servir sous peu. On nous faisait démonter et remonter la grosse mitrailleuse Hotchkiss ainsi que le canon de 20M/M Oerlikon au chargeur escargot qui, nous disait-on, étaient montés sur des engins de rivière dans les deltas indochinois, ainsi que des armes légères : le fusil mitrailleur, le fusil mousqueton et la mitraillette Sten. Sur les armes, je n’étais pas violent, j’écoutais principalement et comme il y en avait toujours qui se mettaient en avant, je n’ai jamais démonté une arme pendant ce stage ; j’avais tort.
Je préférais la manœuvre, le boscotage, la voile. Nous avions à notre disposition, la reproduction, construite par les charpentiers locaux, de la plage avant d’un petit bateau, genre chasseur, sur lequel étaient installées des lignes le mouillage, ainsi qu’un petit guindeau non loin de là.
Et l’on mouillait et l’on appareillait, on jetait le lance-amarre et on manœuvrait les aussières sous les ordres d’un second maître de manœuvre, qui jouait le rôle de commandant et qui rentrait de là-bas, de ce pays lointain où, du fait qu’il y ait la guerre, nous faisait guère rêver, en entendant tout ce qu’il nous en disait.
Dans la campagne bretonne, dans des terrains incultes et un peu accidentés, non loin du CFM, on « jouait » à la petite guerre, c’est du moins ce que nous disaient les garçons des autres contingents goguenards, alors que nous partions musette au dos contenant des grenades blanches, mitraillettes ou fusils en main, fourniment à poste.
Mais le second maître instructeur fusilier, lui, nous éclairait en nous disant de bien prendre la chose au sérieux si l’on voulait en revenir, qu’il ne fallait pas faire le matamore ; que ce n’était pas un jeu, qu’il ne fallait pas se faire tuer si nous voulions remplir notre mission ; et nous devions la remplir.
Un mort ne peut pas remplir sa mission ! Un mort a perdu la guerre.
On n’a donc pas le droit de se faire tuer ! Et il faut bien y prendre garde, et ne pas rater ceux d’en face.
Un soir, à l’étude, on nous avait montré un film éducatif, dont le titre était : Tuer ou être tué.
Je ne m’en souviens plus bien sûr, mais ce second maître fusilier, par ces quelques mots, résumait le contenu du film.
Comme dans ce cours de matelots d’équipage nous faisions de tout, le soir, à l’étude obligatoire, nous avions du scott, c'est-à-dire du morse lumineux et des signes à bras, deux ou trois fois par semaine.
Alors là, pour moi c’était parfait car je savais que ces deux activités entraient dans le travail des timoniers, une spécialité qui m’intéressait beaucoup, et pour laquelle je m’étais engagé en tant « qu’aide spécialiste. »
Donc, pour le morse lumineux et les signes à bras, je fus très assidu, peut-être le plus assidu du groupe et puis, vers la fin mai, nous apprenons que parmi les futurs timoniers qui faisaient leurs « classes » à Pont-Réan également mais dans une autre compagnie, il y avait une défection ; que pour le remplacer, il serait pris un matelot d’équipage volontaire ayant instruction niveau quatre et après avoir satisfait à un examen de scott et de signes à bras.
Des volontaires il y en eut cinq au six et, comme à ce petit concours local, j’obtins le « premier prix », si l’on peut dire, je fus dirigé vers une douzaine de matelots d’une autre compagnie se destinant à la timonerie.
Je quittai donc les matelots d’équipage. Donc, je ne serais pas un « aide spécialiste » ; j’allais être un apprenti timonier au fort du Cap-Brun à partir du 1er juin 1950.
Et en Indochine, et bien, j’irai un peu plus tard, en passant par les Etats-Unis.

André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.

framery
framery
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 70
Fourrier NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty CFM PONT REAN

Message par framery Mar 4 Jan 2011 - 16:12

Merci PILON
de nous avoir retracé tes premiers pas
dans la Marine.

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 582735



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Plus on prend de la hauteur et plus on voit loin.

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par PILON Mar 4 Jan 2011 - 21:36

.
Voici trois photos du CFM de Pont-Réan, de fin 1949, assurémnent chacun se reconnait en elles


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Photos : collection Claude Coutil

André Pilon


Dernière édition par PILON le Mer 5 Jan 2011 - 9:25, édité 1 fois



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.

Henri BASILE
Henri BASILE
QM 2
QM 2

Age : 81
Détecteur ASM équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par Henri BASILE Mar 4 Jan 2011 - 21:42

Je vois qu'il y avait déjà des privilégiés qui ne portaient déjà plus de sabots.
Encore merci à Pilon.
Amicalement Henri Basile



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mon âme à Dieu,
Mon corps à la Patrie,
Mon Honneur à moi.
L.V GUILLAUME  (Le crabe-Tambour) Cdt en second à bord de l'E.R  "L'agenais"

coutil
coutil
QM 2
QM 2

Age : 91
Canonnier équipage            NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par coutil Mer 5 Jan 2011 - 6:07


Bonjour Henri Basile
Sur les photos je suis en brodequins ,c'était vers la fin ,après les piqures mais au début j'avais les sabots comme tout les gars .Et le bout en guise de ceinture ,mais de courte durée
Amicalement Claude Coutil



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Henri BASILE
Henri BASILE
QM 2
QM 2

Age : 81
Détecteur ASM équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Exercice Spoiler

Message par Henri BASILE Mer 5 Jan 2011 - 10:36

Bonjour André et Claude
Je vais tenter de prouver que j'ai bien compris la formation téléphonique d'André en insérant un document ancien en l'occurence une enveloppe d'un courrier de ma petite soeur en 1957 ( 10 ans à l'époque ) d'où l'erreur "Marne" pour ""Marine", sous "Spoiler", Oh le vilain terme pour désigner ce bandeau à l'oeil curieux et au format réglementaire de 640 pixels SVP.
Bel exercice à faire le matin de préférence ( les cellules grises sont plus reposées).
Remarque, je n'avais pas du lui envoyer de timbre en FM ou peut-être n'en n'avions nous pas encore touché car elle avait du mettre un timbre de 20 Francs anciens bien sûr.
Spoiler:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Belle manoeuvre.
Bonne journée à vous. Henri



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mon âme à Dieu,
Mon corps à la Patrie,
Mon Honneur à moi.
L.V GUILLAUME  (Le crabe-Tambour) Cdt en second à bord de l'E.R  "L'agenais"

BQ58
BQ58
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 81
[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 MECAN NON [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Sousmarin

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par BQ58 Jeu 6 Jan 2011 - 20:41

Bonsoir, à ceux qui sont passés ici
Basile on s’est manqué de peu ,, en effet j’ai séjourné du 23/03/ au 01/06/58 à Pont Réan.
Les premiers jours logé au village ‘’Tahiti’’ ma couchette au 2ème d’un lit à deux étages rangé à 40cm le long d’une fenêtre,, hélas ! aux vitres brisées et morceaux manquants …. Pas top en ces temps de froidure.
Un peu plus tard à’’ Saïgon ‘’ . Dans ma compagnie ( le nom ? trou de mémoire la chanson était ''eh garçon prends la barre'') nous subissons une préparation soutenue pour le défilé du 8 mai sur les Champs-Elysées. Une détente à Paris bienvenue.

un peu cher pour une missive ,mais quand on aime on compte pas

Amicalement BQ

PILON
PILON
MAJOR
MAJOR

Age : 91
 Télémètre Équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par PILON Jeu 6 Jan 2011 - 21:52

A Pont-Réan, mars 1950, alors que les cheveux ont déjà quelque peu repoussé, la compagnie Duquesne s’aligne pour se rendre à la soupe en chantant, avec le quart et l’assiette métallique.

Le matelot Pilon est au milieu du groupe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
André Pilon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"... Rompre avec toutes ses habitudes et s'en aller, errer, d'île en île, au pays de lumière."
Charmian Kitteredge London, la femme de Jack London.

BELLEPERCHE Roland
BELLEPERCHE Roland
QM 1
QM 1

Age : 83
[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 MECANEQUI NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par BELLEPERCHE Roland Mar 1 Mar 2011 - 18:15

j"ai séjourné au CFM Pont Réan du 16 août 1956 jusqu'en octobre de la même année. Peu de souvenirs sauf de la TABDT............



Nous sommes liés à l'océan et quand nous retournons vers la mer,
pour y naviguer ou pour l'observer, c'est toujours un retour aux sources.

                 J.F. KENNEDY

† Ettori
† Ettori
MATELOT
MATELOT

Age : 73
Secrétaire militaire équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par † Ettori Mer 2 Mar 2011 - 19:49

Bonsoir ! ah! la fameuse TABDT et oui comme si c'était hier , qui pour certains c'étaient comme s'ils allaient à l'abattoir ....

Mos ce dont je me souviens devant partir en outre-mer après 2 affectations à l'eau je puis dire c'est l'hôpital de bordeaux et la fameuse piquouse pour la fièvre jaune ! le retour au CFM ouauh! dur tout le monde au lit , les gamelles de bouillon et voilà !

mais c'est surtout les tests psychotechniques ? là ont se posaient tous des questions car dés le départ remplissage de la fiche "que voulez vous faire , quelles ont vos compétences dans la vie civile actuellement , diplôme etc...
Pour ce qui me concernait je voulais quant à moi faire le service de santé , présentation de ce que l'on appelait alors le brevet de secouriste croix rouge française , et j'avais le certificat de secouriste de la protection civile qui mentionnait que j'avais participé à différents exercice plan ORSEC sur paris et intra-muros
Alors bien sur je travaillais à l'époque à la banque .
Je me suis souvent posé la question pourquoi ma première affectation prévue au départ était sur le P.A clem en tant que PONEV! refus quelques jours après car je ne faisais pas le poids ! Trop léger le SM m'ayant reçu m'expliquant effectivement 58 kg à 19 ans un peu juste !
Bon finalement Marine PARIS direction le ministère des armées "DAAJC " direction juridique et contentieuse .
Je n'ai pas embarqué, je n'ai pas vu les îles (bien que pour ce dernier le tout par avion , pour certains travail d'après ce que j'ai pu savoir sous terre (bunker) et tahiti (des images .!
sur le forum j'ai pu constater que ceux qui ont les meilleurs souvenirs sont vraiment ceux qui étaient en service actif à la mer !
Alors vrai que l'on se dit " j'ai du loupé quelque chose" et de plus lorsque l'on a son propre père qui parle de ses campagnes etc..
enfin ! pour marine paris des choses à raconter mais pas aussi belles, pas [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 746231 aussi mémorables que ceux qui ont foulés les ponts de leur navire , qui ont franchi les coupées pour partir en bordée etc.
Alors moi je remercierais jamais assez FANCH Pour son idée ingénieuse d'avoir créé ce site, mais surtout merci à vous tous qui par vos souvenirs nostalgiques soient-ils
faitent vivre sur la toile chaque jour le plus profond de vos émotions , et qui font voyager et réver
Ettori





Ma devise :
Je ne tends pas la main pour recevoir de l'autre.
La plus belle des richesses sur terre c'est la santé avant toute chose.

D.THIEBAULT
D.THIEBAULT
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 66
Mécanicien NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par D.THIEBAULT Mer 2 Mar 2011 - 20:07

Ettori,

Pas de regrets camarade.
Que l'on ait navigué ou pas, plus ou moins longtemps
selon les carrières,que l'on ait fini Matelot ou Amiral,
ce n'est pas cela le plus important.
Quelle que soit ta carrière, longue ou courte
embarqué ou non, tu fais partie de la grande famille
qui est la nôtre.
Et là, oui on dit merci Fanch d'avoir créé ce forum
ou nous sommes tous égaux!!!!!! [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 582735



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Celui qui marche droit trouve toujours le chemin assez large.

lacointe.michel
lacointe.michel
QM 1
QM 1

Age : 87
Mécanicien équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty pont réan

Message par lacointe.michel Jeu 3 Mar 2011 - 18:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Je remarque que les anciens de 1952 ne sont pas présents sur le site. Présent à Pont Réan du19 Février 1952 au 11 Mai 1952.Nous avons passé un examen pour confirmer la spécialité que nous avons choisis.Pour les mécaniciens nous devions confectionner une paire de pince pour les forgerons.
Nous avons aussi été obligés de défilé le 8 Mai 1952 a Rennes
A bientot
Michel


Dernière édition par lacointe.michel le Ven 4 Mar 2011 - 16:28, édité 2 fois

guilloux
guilloux
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 86
Électricien NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par guilloux Jeu 3 Mar 2011 - 21:11

Présent à Pont-Réan du 27-07-52 au 01-10-52
A+



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Jo
Jo
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 87
Infirmier NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Présent aussi

Message par Jo Jeu 3 Mar 2011 - 21:56

Je suis arrivé à Pont Réan le 17-12-1951 et je l'ai quitté pour me rendre à l'Hôpital Maritime de Rochefort Sur Mer à compter du 01-04-1952. Nous sommes bien présents sur le site depuis un bon moment. Jo



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

coutil
coutil
QM 2
QM 2

Age : 91
Canonnier équipage            NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par coutil Ven 4 Mar 2011 - 14:54

Bonjour Michel Lacointe
Sois tranquille, il doit y en avoir encore plusieurs de I952... Je pense qu'ils se manifesteront un jour ou l'autre, tout comme nous, les I950 qui sommes assez nombreux comme tu as dû le constater sur le Forum.
Ainsi, à deux ans d'intervalle, "Pont-Réan"est resté le même.
Je vois que nous étions à la F.A.I.S au même moment : sans doute nous nous sommes croisés ?
Peux- tu sur le Forum Indochine me dire où tu étais affecté ?
Amicalement. Coutil Claude



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

jean lejuez
jean lejuez
MATELOT
MATELOT

Age : 64
[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Equi NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par jean lejuez Jeu 17 Mar 2011 - 16:41

Bonjour
J'ai lu avec intérêt ces pages sur Pont- Réan qui concerne également mon beau-père qui y séjourna du 24/05/1948 au 01/08/1948 ; il venait de la Marine Marchande et partirait après ce passage en Bretagne pour l'Indochine. Ma femme à cette lecture, s'est souvenue de ce que lui en a dit son père, décédé en1999. Il s'appelait Jacques Michel, était né à Cherbourg en 1928. Si d'anciens camarades se souviennent de lui....




dbs
dbs
CONTRE AMIRAL
CONTRE AMIRAL

Age : 71
Torpilleur                  NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par dbs Jeu 17 Mar 2011 - 18:15

Pour ceux qui sont passés au CFM de Pont-Réan entre octobre 1951 et octobre 1953.
Avez-vous gardé souvenir d'un SM fusilier du nom de Jean Troadec qui y fut affecté pendant cette période là ?
Il y aurait exercé les fonctions de moniteur de sport et, plus particulièrement si cela y était pratiqué, de sports de combat. Il était mon beau-père et nous a peu parlé de ses affectations.
Merci pour ce retour vers des souvenirs bien anciens.
dbs

Tragin
Tragin
QM 2
QM 2

Age : 84
Timonier équipage NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par Tragin Jeu 17 Mar 2011 - 19:37

Bonsoir
Je suis arrivé à Pont-Réan fin Novembre 53. Désolé, je n'ai pas pu le connaitre.

A++ G.Tragin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Avoir été et essayer d'être encore...

jean pierre deprez
jean pierre deprez
MATELOT
MATELOT

Age : 83
[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 MECANEQUI NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par jean pierre deprez Mer 4 Mai 2011 - 19:54

j'ai rejoint le cfm Pont Rehan debut janvier 1956 et je peus vous dire que l'on en a bave la vilaine chariee des glaçons mais il falait qu'en meme souquer pour faire avancer la baleiniere il y en avait plus d'un qui avait la larme a l'oeil



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Jean Veillon
Jean Veillon
CAPITAINE DE CORVETTE
CAPITAINE DE CORVETTE

Age : 82
Mécanicien NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par Jean Veillon Jeu 5 Mai 2011 - 8:26

Pour J.P Deprez
Nous nous sommes sans doute croisés à Pont Réan que j'ai rejoint le 12 Décembre 56. J'ai le matricule 2564 T 56, et j'étais à la compagnie DUQUESNE (Marche de la 2ème DB!!!!!!). J'ai débarqué le 10 Février pour l' ecole des mécanos sur le TOURVILLE.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Paulois
Le Paulois
MATELOT
MATELOT

Age : 84
[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Radioequi NON

[ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN - Page 15 Empty Re: [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM PONT REAN

Message par Le Paulois Jeu 5 Mai 2011 - 8:41

Je suis arrivé à Pont -Réan le 6 novembre 56 ,je ne me rappelle plus du nom de ma compagnie ,mais par contre je chantais "Au près de ma blonde" .
Les soirs de garde à l'allée EST avec le sacco de service qui attendait caché derrière un arbre que l'on se sépare du LEBEL ,pour débouler et nous punir !!!!!



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    La date/heure actuelle est Mer 21 Avr 2021 - 1:43