Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Avatar22 [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 952511 messages dans 15957 sujets

Nous avons 7689 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre PATRY

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Livreo10

Derniers sujets

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 03
par jeanlepogam Aujourd'hui à 10:36

» [Ports] LE VIEUX BREST
par jobic Aujourd'hui à 10:26

» [ Logos - Tapes - Insignes ] VOS TEE-SHIRTS ET VOS CASQUETTES SOUVENIRS MARINE"
par BEBERT 49 Aujourd'hui à 10:09

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par Sinoir André Aujourd'hui à 10:00

» [Tahiti] Il n'y avait pas que le front de mer à Tahiti
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 9:54

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par salonais Aujourd'hui à 8:51

» [Les états-major des ports et régions] MARINE PARIS
par Roger Tanguy Aujourd'hui à 0:31

» [ Divers - Les classiques ] La vie à bord d'un sous-marin classique
par marienneau jean-michel Hier à 22:05

» ARROMANCHES (PA)
par LE PRESQU'ILIEN Hier à 20:32

» [Histoire et histoires] Toulon : Sabordage de la Flotte (photos)
par douzef Hier à 13:48

» [Divers campagne C.E.P.] Comment pouviez vous boire ça ? (avec modération)
par loulou06000 Hier à 13:19

» [ Blog visiteurs ] Recherche personnes qui ont connu mon frère Jean Demonchy entre 1966 et 1968.
par Max Péron Hier à 13:02

» Bagad St Mandrier et Bagad Paris à la St Pierre des Marins à Fécamp
par Bagadoo Hier à 11:28

» [ Les traditions dans la Marine ] Les diplômes de la Ligne
par GALAUD CLAUDE Hier à 11:06

» [VOS ESCALES] Objets souvenirs de vos escales
par takeo Hier à 10:34

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT - TOME 1
par alain EGUERRE Ven 26 Nov 2021 - 20:17

» [VIE DES PORTS] Quelques bateaux de pêche (sur nos côtes Françaises)
par destrez Ven 26 Nov 2021 - 19:29

» [ Blog visiteurs ] Mon père le Capitaine Blanchet Djibouti Commando Jaubert
par Invité Ven 26 Nov 2021 - 18:27

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par CIPAL 83 Ven 26 Nov 2021 - 18:04

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine).
par dan83143 Ven 26 Nov 2021 - 17:44

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par PAUGAM herve Ven 26 Nov 2021 - 14:40

» MONGE (BEM)
par J-L-14 Ven 26 Nov 2021 - 11:26

» [Divers navires amphibie] EDA - R ( Engin de débarquement amphibie rapide )
par Matelot Ven 26 Nov 2021 - 10:11

» [ Histoire et histoires ] La vie aventureuse de Anita Conti
par J.Revert Ven 26 Nov 2021 - 10:03

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par gilbert kerisit Ven 26 Nov 2021 - 9:23

» FREMM Aquitaine (D650)
par Charly Ven 26 Nov 2021 - 7:52

» BATIMENTS ÉCOLE TYPE LÉOPARD
par Charly Ven 26 Nov 2021 - 7:47

» GARONNE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par Charly Ven 26 Nov 2021 - 7:23

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] VEDETTES RAPIDES POUR LA GENDARMERIE
par PAUGAM herve Jeu 25 Nov 2021 - 21:29

» [ Blog visiteurs ] Recherches concernant le sous-marin Espadon
par Invité Jeu 25 Nov 2021 - 20:06

» [LES B.A.N.] TONTOUTA
par JJMM Jeu 25 Nov 2021 - 18:44

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( TOME 3 )
par phoque Jeu 25 Nov 2021 - 18:14

» [Divers escorteurs côtiers] Les Escorteurs Côtiers
par JJMM Jeu 25 Nov 2021 - 15:12

» ALTAÏR (PC)
par destrez Jeu 25 Nov 2021 - 11:03

» [VIE DES PORTS] PORT DE TOULON - VOLUME 004
par BEBERT 49 Mer 24 Nov 2021 - 21:14

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par AMBROISE Mer 24 Nov 2021 - 14:48

» PROTET (AE) - Tome 2
par HEBRARD Mar 23 Nov 2021 - 19:13

» [ Blog visiteurs ] POSTE THERIZOL DBFM Algérie Photos ?
par Invité Mar 23 Nov 2021 - 18:43

» [ LES BATIMENTS DE SERVITUDES ] Y670 LAS Marins Pompiers Toulon
par takeo Mar 23 Nov 2021 - 18:40

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par J-L-14 Mar 23 Nov 2021 - 18:27

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Création d'Unite à ROSCOFF/ST POL DE LEON
par PAUGAM herve Mar 23 Nov 2021 - 17:43

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par HEBRARD Mar 23 Nov 2021 - 11:51

» CDT BOURDAIS (AE) Tome 3
par Max Péron Mar 23 Nov 2021 - 11:38

» [Les ports militaires de métropole] Port de Toulon - TOME 2
par destrez Mar 23 Nov 2021 - 9:51

» [ Histoire et histoires ] Mers el-Kébir attaque de la Flotte Française du 3 au 6 juillet 1940 par la Royal Navy
par morbihannais Mar 23 Nov 2021 - 9:12

» [ Blog visiteurs ] Recherche d'information sur l'escorteur Fantassin (PC621)
par JJMM Mar 23 Nov 2021 - 8:43

» [ Recherches de camarades ] BS Secrétaire Militaire session d'avril à octobre 1983
par Noiré Lun 22 Nov 2021 - 23:40

» [ Blog visiteurs ] recherche d'infos sur un incident survenu sur une Alouette III de la Marine Nationale
par byu30 Lun 22 Nov 2021 - 21:08

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 5
par J-L-14 Lun 22 Nov 2021 - 21:06

» [ Recherches de camarades ] Recherche Jean-Claude Hervéou
par Filnet Lun 22 Nov 2021 - 19:05

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Insignes de spécialités dans la Marine
par Kohler Jean Marie(Hans) Lun 22 Nov 2021 - 17:28

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par loulou06000 Lun 22 Nov 2021 - 15:44

» FREMM Alsace (D656)
par Joël Chandelier Lun 22 Nov 2021 - 14:27

» TONNERRE (PHA)
par takeo Lun 22 Nov 2021 - 12:24

» DIXMUDE (PHA)
par Michel Roux Lun 22 Nov 2021 - 9:33

» [ Blog visiteurs ] Philippe de La Loge d'Ausson Capitaine de Frégate (Ecole Navale 1925).
par Matelot 67 Lun 22 Nov 2021 - 8:41

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par J-L-14 Dim 21 Nov 2021 - 21:03

» C.A.P. TOULON
par loulou06000 Dim 21 Nov 2021 - 19:40

» CLEMENCEAU (P.A) - TOME 3
par loulou06000 Dim 21 Nov 2021 - 19:34

» [ BLOG VISITEURS ] HISTOIRE DE PLUSIEURS MARINS DU VILLAGE DE ASPACH (ALSACE) LE VEN 19 NOV 2021, 23:03
par Jean-Marie41 Dim 21 Nov 2021 - 19:26

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 2
par BONNERUE Daniel Dim 21 Nov 2021 - 19:19

» DIVES (BDC)
par GYURISS Dim 21 Nov 2021 - 17:45

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par JJMM Dim 21 Nov 2021 - 17:25

» [ Histoire et histoires ] Rendez vous mémoire et citoyenneté
par Joël Chandelier Dim 21 Nov 2021 - 15:09

» [Les bâtiments de ligne] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par jbriedi Dim 21 Nov 2021 - 11:24

» [Votre passage au C.F.M.] Vos chansons au C.F.M
par PAUGAM herve Sam 20 Nov 2021 - 21:57

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 2
par loulou06000 Sam 20 Nov 2021 - 21:54

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par Gérard Bodo Sam 20 Nov 2021 - 20:40

» [ Blog visiteurs ] Cheliff photos de 1959
par Charly Sam 20 Nov 2021 - 18:52

» [ Histoires et histoire ] Cérémonie du 11 novembre
par Joël Chandelier Sam 20 Nov 2021 - 18:25

» COURBET F712 (FREGATE)
par KLETKE Sam 20 Nov 2021 - 17:57

» [Divers - École de maistrance] Le grade à la sortie de Maistrance
par BONNERUE Daniel Sam 20 Nov 2021 - 17:05

» [ PORTE-AVION NUCLÉAIRE ] Charles de Gaulle Tome 4
par pinçon michel Sam 20 Nov 2021 - 16:35

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES ARMURIERS DE SAINT-MANDRIER Tome 5
par Jean-Léon Sam 20 Nov 2021 - 13:03

» [Les batiments auxiliaires] THÉTIS A785 (BEGM)
par Argouarc'h Sam 20 Nov 2021 - 12:04

» [RECHERCHE DE CAMARADE] recherche de camarade Robert Costa
par Andre 83 Ven 19 Nov 2021 - 19:33

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par Jean-Léon Ven 19 Nov 2021 - 13:31

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Bousselier; missilier dit Boubou
par LOULOU Ven 19 Nov 2021 - 12:11

» FORBIN D620 (fregate)
par JJMM Ven 19 Nov 2021 - 7:47

» [ Histoires et histoire ] FNFL - FAFL L'appel du général de Gaulle
par marsouin Jeu 18 Nov 2021 - 21:38

» [ Blog visiteurs ] la dominique
par lefrancois Jeu 18 Nov 2021 - 17:21

» AGOSTA (SM)
par Le Corbeau Jeu 18 Nov 2021 - 11:31

» [ Blog visiteurs ] Recherches sur mon grand-oncle
par Roli64 Jeu 18 Nov 2021 - 11:01

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par marsouin Mer 17 Nov 2021 - 19:47

» LATOUCHE TREVILLE (FREGATE)
par J-L-14 Mer 17 Nov 2021 - 11:17

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Arnault Chemin
par henrionstephan Mar 16 Nov 2021 - 14:29

» [ Recherches de camarades ] Recherches collègues de la PMM KIEFFER à Paris 83/84
par martin fabrice Mar 16 Nov 2021 - 9:52

» [ École des Mousses ] École des Mousses
par Joël Chandelier Mar 16 Nov 2021 - 9:51

» [Les traditions dans la Marine] Le port du sabre
par BEBERT 49 Lun 15 Nov 2021 - 20:55

» DU CHAYLA (EE)
par VERNEYGérard84 Lun 15 Nov 2021 - 16:55

» [Les écoles de spécialités] GROUPE ÉCOLE JEAN BART
par Pytheas Lun 15 Nov 2021 - 16:41

» [ Blog visiteurs ] le Voltigeur Casablanca
par Invité Lun 15 Nov 2021 - 11:29

» [Aéronavale divers] Où sont passés nos hélicos HSS1 ?
par RODRIGUEZ 83 Lun 15 Nov 2021 - 7:26

» Recherche de photos et témoignages - Période 1957/1984
par Charly Dim 14 Nov 2021 - 18:51

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Contrôle
par Bod51 Dim 14 Nov 2021 - 18:24

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par Chabot Dim 14 Nov 2021 - 18:21

» [Marine à voile] L'Hermione - Tome 2
par GRAFF Gérard Dim 14 Nov 2021 - 17:44

» [ LES DESTROYERS D'ESCORTE EX US ] LE SÉNÉGALAIS
par Andre 83 Dim 14 Nov 2021 - 17:06

» [ VOS ESCALES ] Uruguay
par BOBOSSE Dim 14 Nov 2021 - 14:19

DERNIERS SUJETS


[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Liensamis

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

marsouin
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 67
NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par marsouin Mar 23 Aoû 2016 - 21:35

A Skajerrac à propos de Whisky :
"elle participa aux expériences nucléaires du Centre d’Expérimentations du Pacifique"...
On espère tous que ce n'était pas en tant que cobaye comme l'ont fait les Américains et les Russes avec le meilleur ami de l'Homme et avec d'autres animaux vivants !



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insig197

Joël Chandelier
Joël Chandelier
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 77
Electrotechnicien NON Clairon

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par Joël Chandelier Mar 23 Aoû 2016 - 22:02

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 327396 Marsouin
Voir mon Msg627 [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 238947



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Rubanreconnaissance[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insign10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Copie_12   [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 010

La "langue" est la meilleure et la pire des choses. [Ésope]

marsouin
marsouin
MATELOT D' HONNEUR
MATELOT D' HONNEUR

Age : 67
NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par marsouin Mer 24 Aoû 2016 - 8:11

Bien vu ! Merci Joël...
Sur les sites il y avait pas mal de chiens amenés par les civils tahitiens. C'étaient moins leurs mascottes que des animaux de compagnie ou "d'élevage"...
Et tous n'étaient pas embarqués sur les bâtiments qui évacuaient le personnel avant les tirs aériens...



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insig197

FIDJI
FIDJI
QM 2
QM 2

Age : 79
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 MECANEQUI NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par FIDJI Mer 24 Aoû 2016 - 8:45

Les tourelles du Francis Garnier ont été découpées en 62, je joindrai des photos du Francis Garnier ainsi que des photos de muru avant les essais.... [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 582735
Bien amicalement.
FIDJI Bernard

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Mer 24 Aoû 2016 - 13:11


[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 180328 HORS SUJET !! SUPPRIMÉ
VENDEEN69 (Administrateur-Animateur)

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Mer 24 Aoû 2016 - 18:34

BOUBOULE a le mal de mer.

Bouboule, mascotte embarquée sur le Remorqueur Côtier A667 Hercule. Quartier maître chef de son état, ce chien comptait fleurette avec la mascotte du Remorqueur Côtier A692 Travailleur. Complices, les chiens s’entendaient comme larrons en foire. Contradictoirement pourtant, les rencontres des deux compères se terminaient souvent par de furieuses bagarres et affrontements forcenés.

Spoiler:
Toujours affamé, Bouboule affectionnait particulièrement les cuisines du bord. Reste qu’au service à la mer, le pauvre chien n'étalait pas. Par gros temps, plus que tout autre membre d’équipage, il était sujet au mal de mer. Il allait alors se baliser sous le ballon d’eau chaude installé près de la descente du dégagement qui menait à la machine. Posté là, le pauvre Bouboule n’y était plus pour personne. A peine le temps se calmait-il, qui voyait-on réapparaître à la cuisine ? Bouboule, évidemment ! Tout marin sait parfaitement que, quel que soit son état, la mer, ça creuse ! En bon marin qu’il était, Bouboule le savait également ? Pour ce qui concerne ses quotidiennes allées et venues aux cuisines, il n’a jamais failli.

BOUBOULE.

Mascotte embarquée sur l’Escorteur Côtier Le Hardi de 1973 à 1976. Il avait pour compagnon de bord Moumousse, chien un peu plus âgé que lui. Bouboule était le successeur de Moustique, embarqué sur le Hardi en 1970.

BOUBOULE, l’oublié.

Bouboule était la mascotte de l'Escorteur Côtier P640 Fringant. Aventurer à ses heures, ce chien marron clair, quoique têtu, était d'une rare intelligence. Il adorait les bains de mer et il était bien souvent difficile aux matelots de le faire sortir de l’eau. Usant de subterfuge, l’équipage le récupérait dans un panier à pain immergé pour l’occasion. A Las Palmas, au matin du lundi 25 août 1969, alors que le bâtiment larguait ses amarres pour aller naviguer quelque part le long des côtes africaines, le pauvre Bouboule fut bêtement oublié sur le quai. Un comble ! Désespérée, la pauvre bête plongea dans les eaux du port et tenta de rejoindre le navire. Brave qui chien nagea tant qu’il put, hélas en vain. L’équipage s’en aperçut mais il était trop tard pour faire demi tour. Par chance, le chien avait été aperçu par les douaniers du port. Repêché, haletant et suffocant, il venait d'échapper à la noyade. Une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, les douaniers décidèrent de l'héberger. C’était encore l’époque où beaucoup de navires relâchaient aux Canaries. Radio coursive fonctionnant à plein régime, la mésaventure de Bouboule fit rapidement le tour des pontons. Evidemment, on informa l’équipage du Fringant que sa chère mascotte avait été récupérée et placée en lieu sûr. Au bout de quelques jours, pensant le chien s’ennuyait à terre, les douaniers proposèrent à un autre navire d’embarquer le chien et de le maintenir provisoirement à son bord en attendant le retour du Fringant. Si l’équipage accepta, il en fut tout autrement pour Bouboule qui refusa de passer la coupée. Alors qu’il reconnaissait parfaitement l'uniforme des matelots de la marine française, pas question pour le chien d'embarquer sur un bâtiment autre que le sien. C’est comme s’il avait semblé dire : non mais, ce n'est pas mon navire ! C'est le Fringant ou rien !
Bienveillants à son endroit, les matelots laissèrent donc le brave toutou entre les mains bienfaitrices des douaniers du port. Une longue attente commença. Pauvre Bouboule ; il faisait peine à voir. Chaque jour, pendant des semaines, il arpentait le quai de long en large. Un jour enfin, un beau jour forcément, apparut à l'horizon un bâtiment que le chien reconnut immédiatement. C'était le Fringant ! Son Fringuant. La patience de la pauvre mascotte avait été mise à rude épreuve car une année s’était écoulée depuis le départ de l’escorteur vers les côtes africaines. Temps était venu pour elle de retrouver son cher navire. Mais alors que le chien le voyait s'amarrer, on sentait bien que le cœur n'y était pas. Bouboule semblait même agressif. C'est avec prudence qu’il gravit lentement la coupée à la suite des matelots venus le chercher. Ce n’était pas dans ses habitudes, lui qui les précédait toujours sur le pont. Après quelques jours, tous se rendirent à l’évidence que la mascotte ne se plaisait plus à bord. Quoique choyée, elle s’isolait et délaissait même ses plats préférés. Ne sachant que faire de sa mascotte, une réunion au sommet fut organisée. Carnet de santé et de vaccinations à l'appui, une conclusion s’imposa : il fallait rapatrier le chien. Nous ignorons souvent que, dans le langage humain, il existe des mots clé que comprennent parfaitement les chiens. Ces mêmes mots qui, prononcés sans doute au cours de la conversation, furent immédiatement reconnus par Bouboule. Cette décision de le rapatrier fit l’effet d’une espèce d’électrochoc. Conséquence de quoi, comprenant les enjeux, l’attitude de Bouboule changea du tout au tout et le miracle attendu par les matelots se produisit. Soudain enjoué, retrouvant l’appétit et ses anciennes habitudes, il fut finalement autorisé à rester à bord. Pour avoir retenu la leçon, il était désormais le premier à l’appel et ne manquait plus aucun départ. En mer, il avait pour habitude de récupérer les poissons volants qui s’échouaient sur le pont du bâtiment. Il les alignait ensuite soigneusement sur le pont dans le sas machines, au pied de la cheminée. Sur l’escorteur l’Alerte était une autre mascotte qui répondait au nom de Whisky. Bouboule et Whisky se détestaient cordialement. Un jour, à Toulon, les deux bâtiments étaient à amarrés à couple à l’épi des dragueurs. Pour gagner la terre, Whisky était contraint de traverser la passerelle qui menait sur le pont du Fringuant. Cette incursion en territoire ennemi n’était pas pour plaire à Bouboule qui expédia à la baille le pauvre chien qui commença à se débattre entre les deux coques. Heureusement, la scène avait été vue et quelques matelots se chargèrent de remonter la mascotte à bord. Sans leur intervention, elle se serait noyée à coup sûr. Pour terminer, à propos de ce sixième sens dont les chiens sont pourvus, une conclusion s'impose. Conclusion commune à la majorité des chiens embarqués. Comment devinaient-ils que l'appareillage de leurs navires était imminent alors que, la plupart du temps, ils demeuraient invisibles pendant les escales ? Il est de ces mystères qui resteront longtemps sans réponse. Après tout, il n’est peut-être pas vraiment utile de le savoir. A bord du Fringant, le chien Laydi était le compagnon de Bouboule. Ajax fut également mascotte à bord de l’escorteur côtier.

Skagerrac Août 2016

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Mer 24 Aoû 2016 - 18:36

Aïe, j'ai été considéré comme étant hors sujet !

Skagerrac

alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 71
Fourrier NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par alain EGUERRE Mer 24 Aoû 2016 - 19:39

Hors sujet tout court, tu l'avais écrit toi même dans ton texte !



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Rubanr10 [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insign45
La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

VENDEEN69
VENDEEN69
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 72
Détecteur équipage NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par VENDEEN69 Mer 24 Aoû 2016 - 19:46

Revenons aux mascottes dans les unités marines [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 580511



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Rubanreconnaissance [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insig211
''Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux quand il juge le passé'' (Nicolas Beuglet)

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Le_ven10

alain EGUERRE
alain EGUERRE
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 71
Fourrier NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par alain EGUERRE Mer 24 Aoû 2016 - 20:04


[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 136921Transparency0112
Souvenir de Suzy du Doudart de Lagrée à l'ile Maurice en 1977



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Rubanr10 [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insign45
La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Jeu 25 Aoû 2016 - 10:18

Oui je l'avais écrit moi-même.
Bien de le rappeler.

Pour éviter de perdre du temps en palabres inutiles, revenons-en en effet à nos chères mascottes.
Comment ne pas rendre hommage à ces chiens qui ont parfois la vie dure (y compris à bord de nos bateaux), mais qui, eux, excusent tout, pardonnent tout et remettent chaque fois les compteurs à zéro.
Le chien ne choisit pas le maître qui choisit parfois le chien parce que ça le flatte.
Il est même prêt, l'imbécile, à payer des fortunes pour cela.
Mais que vaut un chien ?
Pour ne s'être pas posé la question, certains chiens en mourront.
Tel fut le cas de DISKO.

DISKO, un lorientais d’adoption.
L’année 63, à peine débarqué d’un porte-aéronefs, je fus affecté sur l’Aviso Escorteur F740, Commandant Bourdais.
Ce nouvel embarquement, une sacrée chance !...

Spoiler:
Je dis chance car je le savais tout droit sorti des chantiers du port militaire de Lorient.
Lancé et baptisé en mars, j’allais servir trois ans sur ce bâtiment flambant neuf.
Par un matin glacial de novembre, j’embarquais donc à son bord pour y exercer la spécialité d’armurier.
Considérant les cent soixante six hommes d’équipage inscrits au rôle sur ce navire, je le trouvais à dimension plus humaine qu’un porte-aéronefs.
Plus en tous cas que le Clemenceau d’où je venais de débarquer.
L’aviso était délégué pour aller assister la pêche hauturière déployée du Canada dans les eaux du Spitzberg.
Pour assurer cette mission, les équipements et les infrastructures du Bourdais étaient très différents de ses sister ship Balny, Doudart de Lagrée et Victor Schoelcher.
Son étrave, par exemple, avait été modifiée et renforcée pour résister à la pression des glaces voire faire office de brise-glaces en la morcelant sur son passage.
Les locaux médicaux et hospitaliers avaient également été modernisés pour, en cas de besoin, accueillir les populations des navires de pêche avec lesquels nous allions naviguer de conserve.
Évidemment, médecin major en tête, nous souhaitions tous ne pas avoir à les utiliser.
Le vingt-cinq novembre, amarré dans l’arsenal de Lorient, prêt et avitaillé pour la circonstance, le Commandant Bourdais était à la veille d’appareiller.
J’allais faire à son bord ma première campagne de pêche au-delà du cercle polaire arctique.
Pouvais-je alors savoir que je n’allais pas en revenir seul ?
Comment imaginer que chaque mille parcouru allait me rapprocher de lui ?
Comme prévu, le lendemain à l’aube, l’aviso appareilla pour faire cap au nord et aller croiser dans les eaux glacées du Groenland.
Chaque soir, dans ma bannette, je laissais au lancinant bourdonnement des moteurs le soin de me bercer pour m'endormir.
C’était mission impossible tant me revenaient en mémoire les captivant récits des grands pionniers de l’Arctique.
Incontournables, ceux de Paul Émile Victor avaient toujours eu ma préférence.
Adolescent, je les avais littéralement dévorés.
Ces terres arctiques, mes camarades et moi n’avions de cesse de les atteindre.
Au matin, après chaque branle-bas, savoir que je ne rêvais pas me comblait d’aise.
La seule perspective de mettre le pied sur ces étendues sauvages était terriblement excitante.
A la cafétéria, la banquise et ses habitants, la faune et la flore du grand désert immaculé et tout ce que nous espérions y découvrir était au cœur de chacune de nos conversations.
Quelques jours d’une navigation sans histoire et nous naviguions déjà en mer du Labrador.
Sur le pont, nous laissions insidieusement nous pénétrer les mystérieuses et impénétrables ombres grises de ces solitudes glacées.
Le soir venu, les ombres fantomatiques des ice shelf et autres icebergs se rapprochaient dangereusement.
Pour les éviter et atteindre sans incident notoire notre première escale dans la Baie de Disko, la navigation se faisait de plus en plus précise.
- " Avant lent ", intima le pacha au timonier.
Au fur et à mesure que nous progressions, nous effleurions d’encore plus gigantesques masses bleu-acier, icebergs sculptés et ciselés aux caprices du vent et des courants marins.
Quelques grands oiseaux que je ne connaissais pas nous survolaient.
De quelles terres inhospitalières nous venaient donc ces estafettes ?
Au poste d'admiration, accoudé sur la même filière près de moi, un aspirant cru bon devoir se convaincre que lui aussi ne rêvait pas.
- " Cette fois c’est sûr, on y est ! "
Je ne répondis rien.
L’émotion esthétique qui transpirait de ces eaux noires me contraignait à la seule chose qui semblait s’imposer ici ; le silence.
Pour dire quoi d’ailleurs !
Seule me soulevait d’émerveillement la formidable énergie qui se dégageait du lieu.
Quelques miles nautiques nous séparaient encore de notre destination finale.
Les heures qu’il fallut pour les parcourir me parurent interminables.
Et puis, un jeudi matin, aux alentours de midi, le navire s’immobilisa enfin par 69° 13’ 03" de latitude Nord et 51° 06' 00" de longitude Ouest.
Première escale en terre danoise, vaste territoire de l’hémisphère nord, toujours le plus chargé d’icebergs.
Parvenus au pays des monstres de glace, nous mouillâmes l’ancre dans la Baie de Disko.
Sur les ponts et passavants, nous respirions à présent un air d’une pureté sans égale.
Portant loin notre regard, nous distinguions parfaitement quelques habitations colorées dont les toits se détachaient sur le trait de côte.
Spectrale, Ilulissat se dressait au loin.
Un quartier maître radio me dit :
- " Tu entends ça ? "
Sûr que je les entendais, ces aboiements qui résonnaient au loin ; hurlements qui attestaient que, nous aussi avions été vus.
Les visites se faisant rares, les chiens de traîneau s'impatientaient.
Comme je les comprenais !
Savoir que moi aussi allais pouvoir les rencontrer rendait l’attente insupportable.
J’ignorais encore qu’au cœur de la rumeur qui montait, il était là !
Comment exprimer ici l'émotion qui allait m’envahir lorsque son regard allait croiser le mien ?
A l’appel des permissionnaires, nul besoin de me faire prier pour me présenter à l’heure à la coupée.
Autant que mes camarades de fortune, je brûlais d’envie d’aller à la rencontre des autochtones.
Trop lentement armée à mon goût, l’annexe fut mise à l’eau.
Canotant et nageant ferme, souquant sur ses avirons, il fallut peu de temps aux boscos pour atteindre la place.
Nous débarquâmes.
Première halte et premières impressions groenlandaises à Ilulissat, un village de pêcheurs.
Je marchais enfin sur les traces de Rasmussen, explorateur originaire du lieu.
Avec force aboiements, un nombre considérable de chiens de traîneaux nous accueillit.
Pour les avoir entendus aboyer au loin, pouvoir s’en approcher était maintenant encore plus incroyable ; il y en avait partout !
Des centaines ?
Non, des milliers !
Excepté les chiots laissés libres qui accouraient vers nous et se laissaient facilement amadouer et caresser, aucun autre n’était errant.
Tous en effet étaient contraints par de longues chaînes arrimées sur un unique poteau.
Quelques autochtones Inuit vinrent à notre rencontre.
Notre première conversation porta naturellement sur les chiens groenlandais qui nous avaient fait escorte.
Sourire entendu d’un pêcheur Inuk qui affirma des canidés qu'ils étaient bien plus nombreux que les enfants du village.
Quoique ne les ayant pas comptés, nous les croyions sans peine.
Le repas partagé fut des plus convivial.
L'après-midi, nous nous approchâmes d'une des meutes.
Toujours libres d’aller et venir, les chiots nous pressaient de toutes parts, nous invitant à jouer avec eux.
Impassible, le propriétaire de la meute observait nos réactions du coin de l’œil.
C’est alors que l’un des chiens attira plus particulièrement mon attention.
Pour moi, il était le plus beau.
Il m’était impossible de détacher mon regard de lui.
Mais pourquoi lui ?
Pourquoi lui car il y en avait tant ?
La scène n’échappa pas au bosco qui lança à la cantonade :
- " Regardez donc ces deux là ! Ça sent l’histoire d’amour à plein nez ! "
C'est alors qu'une idée totalement insensée me traversa l’esprit.
Sans hésitation, je m’en ouvris à ce camarade.
- " Tu crois qu’ils en vendent ? Et si je l'achetais ? "
Considérant que je n’avais rien à perdre d’en faire la demande, j’allais à la rencontre du propriétaire et m’informai sur la possibilité de le faire.
Quoique n'ignorant pas combien sont précieux ces chiens de traîneaux, je proposais de lui acheter le chiot.
Contre toute attente, la négociation fut de courte durée car il accepta de troquer l’animal.
Je dois avouer qu’à cet instant, j’étais très mal à l’aise.
Cette cartouche de cigarettes que j’allais échanger contre le chien !
Je trouvais, et je le dis toujours à ma honte, que c’était fort peu cher payer l’acquisition d’un animal si exceptionnel.
Honteux certes, mais fier aussi.
Fier d'avoir si rondement mené l'affaire.
Le même soir, je rentrais donc sur le Commandant Bourdais en compagnie du chiot.
- " Viens mon chien ! "
Trouver un nom à mon nouveau compagnon ne fut pas difficile.
Considérant l'endroit d’où il venait et où je l’avais rencontré, j’optais logiquement pour Disko.
A bord de l’aviso, j’étais le premier à avoir osé embarquer un chien.
Très entouré, l’animal fit immédiatement l’admiration de tous.
Toutes les nuits, je l’installais confortablement dans le local armurerie situé à l’arrière du bâtiment.
Le jour au contraire, je lui appris à se tenir tranquille sous la tourelle numéro trois.
A bord, il était patent que je faisais des envieux.
Comment en effet rester insensible et ne pas craquer devant cette adorable petite boule de poils.
Voilà sans doute la raison qui valût à Disko de ne pas être longtemps seul à bord.
Puisque j'avais acquis ce chien et avais pu l’embarquer, le quartier-maître cuisinier en acheta un à son tour.
Enfin, pour ne pas être en reste, le capitaine officier des pêches emboîta le pas au cuistot.
C’est ainsi que durant toute la mission et à la veille du retour du Bourdais vers Lorient, nous nous retrouvâmes avec trois chiens à bord.
Lorsqu’il apprit qu’à son insu, l’équipage s’était enrichi de trois bouches supplémentaires à nourrir, le frégaton qui nous servait de pacha manifesta sans ambages son mécontentement.
Nous fûmes derechef convoqués, nous retrouvant au garde-à-vous devant lui.
A ma grande surprise, nous n’écopâmes que d’une simple admonestation.
Il ne fit rien ni ne donna aucun ordre pour que nous nous séparions de ces passagers clandestins.
Tout juste nous gratifia-t-il de quelques conseils avisés, déplorant, pour la forme, que ces animaux eussent été embarqués sans son autorisation.
Bien inutiles recommandations car j’appris plus tard, de la bouche même de ce capitaine de frégate, qu’il vouait à la gent animale une admiration sans borne.
Quelques semaines encore d’assistance à la pêche et la campagne s’acheva.
Machines avant toutes, en route vers la Bretagne !
Un mois de navigation allait encore être nécessaire pour atteindre le port de guerre de Lorient, berceau de la Compagnie des Indes orientales.
Chaque jour que nous passions à bord avec les chiens était une fête.
Nous allions de joies successives en découvertes et nouveaux apprentissages.
Attentionné à l’endroit de Disko, j’étais plus que jamais convaincu d’avoir fait le bon choix.
Du reste, Disko me le rendait bien quoique son comportement laissait parfois à désirer.
Une fête ai-je dis ?
Pas si sûr !
Familiariser le chien avec la vie à bord, l’habituer à son nouvel environnement n'était en effet pas si simple.
D’ailleurs, tant le quartier-maître que l’officier des pêches rencontraient les mêmes difficultés que moi avec leur animal respectif.
Phénomène de meute aidant, les chiens ne facilitaient pas notre quotidien.
Un soir, dans le poste des armuriers, nous eûmes une longue conversation à leur sujet, allant jusqu’à éprouver quelque regret de les avoir embarqués.
La conclusion s’imposa, cinglante.
N’avions nous pas arraché ces chiens à leur environnement, à leur meute, à leur famille ?
Le comprendre et l’admettre était une chose, les regrets en était une autre seulement voilà, c’était trop tard !
En vue des côtes françaises, sur le bâtiment, la fièvre montait d’heure en heure.
Après une longue campagne passée loin des siens, on sait de tout marin qu’il attend toujours avec impatience le retour de son navire au port.
A Lorient, nous n’allions pas échapper à cette règle immuable.
A quelques miles de Groix, l’équipage fut appelé au poste de manœuvre.
Passe des courreaux, avant lent, l’étrave du Bourdais fendait mollement les eaux vertes et transparentes de la rade.
Comme le voulait la tradition, au moment où le bâtiment passa sous ses imposants bastions, l’équipage, au poste de bande tribord, salua la citadelle du Port-Louis.
A peine une heure plus tard, nous nous amarrions au quai du Péristyle.
- " Terminé pont ! Terminé machines ! "
A cet instant, j’étais soulagé.
Nonobstant les difficultés rencontrées au cours du voyage, les trois chiens avaient bien supporté l'épreuve.
Nous étions arrivés à bon port et comme nous l’espérions, un nombre considérable de lorientais nous attendait sur le quai.
Les familles des marins certes, mais aussi une flopée de chroniqueurs de la presse locale telles la Liberté du Morbihan, Ouest France, le Télégramme, entre autres.
Parmi eux se trouvait un journaliste qui me vit descendre la coupée avec le cuistot, chacun tenant en laisse son chien respectif.
Intrigué, il nous interviewa et prit de nombreuses photos.
Comme ses congénères, Disko allait avoir l'honneur de paraître dans un article de l’édition du lendemain.
Je dois dire que je n’étais pas peu fier de ma nouvelle conquête.
Le soir même, une fois n’est pas coutume, pour sortir de l'arsenal de la marine, je passais par la porte Gabriel en compagnie de Disko.
Le lendemain matin, alors que je devais regagner le bord, je décidais de laisser le chien à mes parents.
Insouciant et heureux, j’étais à des lustres d’imaginer que les choses n’allaient pas en rester là.
L’affaire des chiens ayant fait grand bruit dans le landerneau des rumeurs des pontons et coupées.
Prévenue par les autorités, la gendarmerie maritime enquêtait.
J’appris ainsi de l’importation de chiens étrangers qu’elle était strictement interdite.
Il est vrai que, depuis notre arrivée, médias aidant, l’affaire des chiens s’était répandue comme une traînée de poudre.
A dire vrai, tant sur les pontons que dans les coursives, on ne parlait plus que de cela.
Avec le cuisinier et l’officier des pêches, j’appris que nous étions vivement recherchés par les sbires de la gendarmerie maritime.
Peu après l’appel de huit heures, nous vîmes les douaniers monter à bord.
Toute la matinée, de poste en poste et de coursive en coursive, l’œil en radar, ils demandèrent aux matelots où étaient passés les chiens.
Vaine enquête car, pour être de connivence, aucun à bord n’était sensé le savoir.
C’était un truc du genre :
- " Les chiens ? Quels chiens ? "
Je me félicitais secrètement d’avoir pris soin de confier Disko à mes parents.
Aucun des autres n’était à bord.
En rentrant chez eux, tant le quartier-maître cuisinier que le capitaine officier des pêches m’avaient imité.
Le temps étant notre plus fidèle allié, aucun chien ne réapparaissant dans le port et sur le bord, l’affaire finit par se tasser.
En quelques jours, plus aucune rumeur ne serpenta sur le devenir des chiens.
De leur côté, tant pour ne pas les avoir aperçus que d’être rentrés bredouilles, les autorités maritimes les oublièrent également, tout aussi rapidement.
Je profitais de chacune de mes permissions pour emmener Disko dans un club canin dirigé par un ancien commando de marine.
Évidemment, Disko y avait un succès fou !
Autour de moi, beaucoup de gens séduits par sa beauté, me demandaient de leur ramener un chien identique, de traîneau du Groenland, précisaient-ils.
A dessein, je faisais fi de ces demandes là !
Le souvenir des difficultés que j’avais rencontrées pour acclimater Disko à sa nouvelle vie et les ruses de Sioux que j’avais dû déployer pour éviter la maréchaussée m’avait empêché de promettre un chien à qui que ce soit.
Et puis, je n’allais pas retourner sur la banquise de sitôt, voire plus jamais.
Pour ne rien promettre à personne, le chose m'arrangeait plutôt.

La leçon de l’histoire.

Disko est mort deux ans après mon retour en France.
Inconsolable, je ne parvenais pas à m’expliquer pourquoi.
Il me fallut du temps pour comprendre que le responsable de cette disparition prématurée, c’était moi !
Du temps aussi pour admettre qu’acheter ce chien avait été un acte totalement insensé.
Acheté ?
Non, troqué contre une méprisable cartouche de cigarettes.
Pour avoir refusé d’en ramener d’autres, j’étais encore plus convaincu de ma stupidité.
C’est justement au cœur même de ce refus que se trouvait l’explication de la disparition subite de Disko.
Je ne le compris qu’au moment où me revînt en mémoire la conversation qu’un soir, j’avais eue dans le poste des armuriers avec le cuistot et l’officier des pêches.
A vie, j’étais condamné au remord.
Comme eux, j’avais arraché Disko aux siens, à son environnement, à sa terre.
Je l’avais empêché de vivre la vie à laquelle il était destiné.
Pour vivre heureux, il devait être en meute, jouer avec ses congénères, tracter des traîneaux, dormir dehors recouvert de neige sous le blizzard.
Me voulant responsable de sa vie, je l’avais écourtée.
Impardonnable et agoni de regrets, il me fallu admettre que c’est à dessein que la nature avait placé Disko sur la banquise, pas sur les plages de Bretagne, si belles fussent-elles.
Comme beaucoup de gens, j’avais craqué pour Disko simplement parce qu’il était beau et qu’il avait flatté mon ego.
J’avais compris de cette race de chiens qu’elle n’est pas faite pour vivre sous nos latitudes.
Seulement voilà, pour le pauvre Disko, c’était trop tard !
Au cours de mon existence, si j’ai adopté d’autres chiens, jamais plus je ne commis une telle erreur !
Avant Disko, Mickey et Pilou avaient été mascottes sur le Commandant Bourdais.

Skagerrac
Copyright août 2016.



Quand un texte est trop long, merci de le mettre sous spoiler.
Takeo

GYURISS
GYURISS
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 MECAN NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par GYURISS Ven 26 Aoû 2016 - 11:15

Bonjour Skagerrac,

Ton message n°637 concernant "Minoïe".

Comment as-tu dégoté les renseignements concernant cette brave mascotte ?

Parles-tu de la même qui était sur le R.R. HANAP en 69-1970 pendant mon embarquement ?
Mon remplaçant Michel K. est resté à bord jusqu'au désarment, soit courant 8/1970 puis il a embarqué sur le R.R. LIAMONE, et si sa mémoire est bonne la chienne aurait suivit.
Il a désarmé ce ravitailleur en 2/1971. Mais il n'a pas souvenir du sort de cette chienne après le désarmement du LIAMONE.

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Sam 27 Aoû 2016 - 18:08

Hello,

Nombreuses recherches et témoignages.

Skagerrac



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insig228

GYURISS
GYURISS
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 MECAN NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par GYURISS Dim 28 Aoû 2016 - 16:39

Bonjour Skagerrac,
Soit, mais est-ce un ancien du LIAMONE ?
Qui était embarqué en 70 à février 71 date du désarmement ?
J'ai extrait de ma vidéo une photo de Minoïe, voir le forum du HANAP.
Bonne fin de journée.
Antoine

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Dim 28 Aoû 2016 - 17:00

Loin de nous lasser, poursuivons la rencontre avec nos amies, mascottes de la marine. Souhaitant que ceux qui les ont connues soient heureux et quelque peu ému de les retrouver.

Spoiler:
STORK en bordée.
Mascotte du Patrouilleur Côtier P646 L’Attentif. Originaire d'Afrique, Stork devait son nom à une marque de bière locale. Comme tout matelot qui se respecte, la mascotte avait sa propre bannette et dormait dans le premier poste. Toutes les sorties en mer qu’il faisait, Stork accompagnait partout l’équipage et participait activement aux missions. C’est à bord du même Attentif qu’il navigua vers la France pour rejoindre la base navale de Brest, port d’attache du patrouilleur côtier. Chaque jour, à dix-sept heures, après le dégagé du poste de travail, il se trouvait toujours un matelot pour emmener le chien au foyer de Laninon. Par chance, il était situé à quelques encablures du ponton où était amarré le bâtiment. Comme tous, la mascotte avait alors le privilège de déguster quelques crêpes bretonnes bien craquantes. Pour ne pas être en reste et faire passer le tout, on versait dans un bol un fond de bière que le chien lapait avec délice. Faute de goût s’il en est, car pour accompagner les crêpes, une bonne bolée de cidre et un lait ribot eussent de loin été préférables. Souvent, passablement éméchés pour s’être éternisés au bar, bien des marins enviaient leur mascotte, convenant qu’avoir quatre pattes était un sacré avantage quand eux roulaient bord sur bord en regagnant leur unité.

TAFIA.
Dans les années quatre-vingt, Tafia était, avec Twisky, mascotte à bord du Patrouilleur de Surveillance des Sites A713 Aramis. Avant eux, Athos les avaient précédé sur ce même bâtiment.

TAMURE, berger du lagon.
Chien qui avait été affecté à bord du Remorqueur de Haute Mer A660 Hippopotame, en mission à Papeete à Tahiti Nui. Ce que Tamure détestait par-dessus tout, c’était de devoir rester sur le bateau lorsque le navire était à quai. Et pour cause, il était l’inséparable compagnon de Maison, elle-même officielle mascotte de la Direction du Port. Dès la coupée franchie, il n’y était plus pour personne. L’intrépide séducteur passait en effet le plus clair de son temps en compagnie de Maison et ne la quittait plus. Il en fut pourtant séparé. Natif des îles du Pacifique sud, il fut débarqué au cours d'une escale et resta définitivement aux Tuamotu où l’on sait qu’il vécu heureux.

THOMY le fringuant.
De 1965 à 1973, ce chien fut la mascotte du Dragueur Océanique M618 Mytho. Élevé au grade de quartier-maître, fringant et toujours en pleine forme, il participait à toutes les activités du bord avec l'équipage qui, de son côté, y était très attaché et s'en occupait très bien. Comme nombre de mascottes, Thomy aimait par-dessus tout accompagner les matelots au foyer du marin de Brest ou il attendait avec impatience qu’un matelot se dévoue pour lui offrir une boule de glace à la vanille, parfum dont il raffolait. Il ne négligeait pas non plus la bière, qu'il léchait avec avidité, parfois à même le sol. Rentrant de bordée en joyeuse compagnie, passablement éméché lui aussi, Thomy avait quelques difficultés à passer la coupée ! Lorsque le navire était à quai et qu’il devait rester à bord, il tenait toujours compagnie au factionnaire de quart. C’est dam que la place était bonne ! Face à ses congénères, le brave chien savait parfaitement défendre son territoire et ses intérêts. Volontiers bagarreur, il ne s’en laissait pas compter. Conséquence de quoi, il arrivait fréquemment à Thomy d’aller rendre visite au vétérinaire du coin. Tout matelot qui embarquait sur le Mytho devenait immédiatement l’ami du chien. C’est toujours à regret que, nouvelle affectation oblige, les marins devaient laisser leur mascotte derrière eux. Grâce à Thomy, que de bons souvenirs ils avaient à raconter ! Sans doute une autre mascotte les attendait-elle déjà à bord de la nouvelle unité sur laquelle ils allaient embarquer ? Jusqu’à une époque pas si lointaine, c’était certain ! Matelots et quartiers-maîtres le savaient.

TIARE.
Femelle berger originaire de Tahiti, Tiare fut embarquée sur le Remorqueur Portuaire Côtier A637 Maroa. Digne successeur de Gepetto, mascotte avant elle sur ce même remorqueur. C’est dans la zone de réparations navales de Papeete qu’une jeune chienne fut trouvée un jour d’octobre 2002 par les membres d’équipage du remorqueur côtier. Constat alarmant, elle avait une patte cassée. Recueillie et soignée, on estima qu’elle était âgée de moins d’un an. Les marins décidèrent de garder l’animal et de l’emmener à bord. Début 2003, ils décidèrent d’en faire la mascotte officielle du Maroa et le baptisèrent Tiare. L’incroyable carrière maritime de la mascotte du Maroa allait commencer. Elevée au grade de matelot, elle participait à toutes les manœuvres portuaires et, avec l’équipage, à toutes les missions auxquelles était astreint le bâtiment dans les Iles Sous le Vent et les Tuamotu. S’il est, en matière de mascotte, un chien extraordinaire c’était bien Tiare ! Jugez plutôt ! Les services qu’elle rendait à l’équipage et son comportement exemplaire, tant en mer qu’à quai, lui valurent de monter rapidement en grade. Elevée successivement au grade de quartier-maître de seconde classe puis au grade de quartier-maître de première classe, elle fut promue au grade de second maître puis de maître en avril 2010. Elle se vit également attribuer l’insigne de surfacier de niveau supérieur, celui-là même qui, excusez du peu, récompensait les marins qui totalisaient un minimum de neuf ans de service sur les bâtiments de la marine nationale. C’est suffisamment rare pour être signalé. Ayant vu se succéder, à la tête du Maroa pas moins de sept commandants et un nombre incalculable de marins, Tiare était la pierre angulaire de l’équipage, garante d’un savoir faire et d’un état d’esprit propre au bâtiment. Pas étonnant donc que la petite mascotte ait fait l’objet de nombreux reportages dans les gazettes et les télévisions locales. Tiaré était reconnue et aimée, certes, par les militaires, mais également par le personnel civil qui la croisait au cours de leurs visites sur bâtiments ou sur base. Très appréciée par l’ensemble des marins de la base navale, elle affectionnait se rendre sur d’autres navires. C’est ainsi que Tiare, selon son humeur, embarquait indifféremment sur le Maroa et le Manini.
Par un arrêté du premier juillet 2010, la marine nationale décréta que la présence de chiens à bord des bâtiments de guerre n’était plus d’aucune utilité. C’est la raison pour laquelle Tiare fut, non seulement la dernière mascotte du Maroa, mais aussi la dernière petite chienne à avoir été embarquée sur un bâtiment de la marine française. Cependant, pour des raisons de service et afin, pour les unités, de s’adjoindre les qualités naturelles des canidés comme par exemple olfactives, la marine compte néanmoins aujourd’hui dans ses rangs un nombre non négligeable de chiens. Les uns affectés sur base, d’autres embarqués sur des unités spécifiques tels les services spéciaux, les commandos de marine et le service des douanes.
Au petit matin du dimanche 17 août 2014, Tiare, mascotte est morte à bord de son cher, de son si cher bateau. Lors, elle laissait un énorme vide, tant sur les pontons que dans les coursives qu’elle aimait tant parcourir.
Skagerrac

Copyright Août 2016




Dernière édition par VENDEEN69 le Dim 28 Aoû 2016 - 19:54, édité 1 fois (Raison : Mise en place du spoiler)

mashpro
mashpro
QM 1
QM 1

Age : 66
Électricien équipage NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par mashpro Dim 28 Aoû 2016 - 17:03

Pendant mon affectation sur le Gymnote (1973/1977) nous avions un joli chien baptisé Gym.
Il passait son temps au PC Propulsion avec les mécanos. Quand nous étions en surface et que la météo le permettait nous pouvions monter sur le pont de la tranche missile et il se trouvait toujours une âme charitable pour le monter afin que lui aussi respire le bon air du large.
A ce que j'ai su il a fini ses jours chez un o-m habitant la région de Cherbourg.[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Gym_la10



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insig232
Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière asséchée, le dernier poisson péché, l'homme s'apercevra que l'argent n'est pas comestible. (proverbe indien)

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Dim 28 Aoû 2016 - 18:30

J'ai recueilli le témoignage sur Minoï par un message non signé sur le forum du site
La Royale. Il me semble néanmoins qu'il était maître d'hôtel.


Spoiler:
Cher ami du forum, quartier maître chef. Voici ce que j'ai Sur Gym dans mon ouvrage.

GYM.
Mascotte embarquée sur le sous-marin S655 Gymnote dans les années soixante dix. Ce cocker à la robe amadou était, on s’en doute, très appréciée des hommes d’équipage. Participant à toutes les fêtes, il ne crachait pas, à l’occasion, sur les quelques gorgées d’un bon vieux whisky qu’on lui proposait. Gym aimait particulièrement le poste de propulsion où il se tenait, la plupart du temps avec les mécanos du bord. Compte tenu de sa présence à bord et des raisons qu’il avait d’y être, il se trouvait toujours une bonne âme pour le monter respirer un bon bol d’air pur lorsque le bâtiment faisait surface. Un jour, on ne sait pourquoi, Gym refusa d’embarquer. Le submersible appareilla donc sans lui. Avait-il senti et prémédité que ce jour là, le Gymnote allait toucher le fond ? Car ce fut le cas. Ce sixième sens des animaux ne laissera jamais de nous étonner. Et les marins du Gymnote donc ! Quelques temps plus tard, la mascotte méritante du sous-marin Gymnote fut mise à la retraite. Le méritant petit Gym coula des jours heureux du côté de la Normandie, à Cherbourg, avec un officier marinier qui l’adopta.

Chez les fusiliers marins il y avait...

DIXMUDE
Baudet des Flandres de la Brigade Amiral Ronac’h des Fusiliers marins. Petit âne à la robe cendrée et la mine placide avec juste ce qu’il faut d’entêté pour ne pas faillir la réputation de ses congénères ongulés. La Brigade Amiral Ronac’h fut dissoute. Avec elle, le brave baudet qui avait jusque là servi d’auxiliaire et s’était particulièrement fait remarqué dans les plaines de l’Yser, en octobre et novembre 1914. Allait-elle s’en séparer ? Pas du tout !
Une fin d’après-midi de décembre 1915, sous la brume perlée du jour finissant, quelle ne fut pas la surprise des badauds amassés le long du Cours de Chazelles, à Lorient, de voir apparaître un petit âne, escorté par des poilus en capote, crottés et défaits, les mains de certains toujours ensanglantées. Il n’en a pas finit, le brave animal, avec les missions qu’on va lui confier au dépôt des Equipages. Attelé d’une légère charrette, il va encore devoir transporter du menu matériel et autres ballots de tabac de l’arsenal de la marine à la gare. D’ailleurs, comment ne pas le reconnaître, lui qui arborait fièrement, entre ses longues oreilles, un bâchi sur lequel trônait le traditionnel et magnifique pompon rouge ? Et puis un jour, ce fut l’ébahissement. Passant par la rue de l’Hôpital et se dirigeant vers le centre ville, Dixmude se met soudain à brouter les fleurs du kiosque à musique de la place Alsace-Lorraine. Son conducteur, Joseph Allano laisse faire. Aïe ! Aïe car la situation n’était pas du tout du goût d’un gardien de la paix qui passait par là. Manu militari, âne et conducteur sont menacés d’être conduits au commissariat. Un attroupement se forme sous les rires des passants qui s’esclaffent et se gaussent. Profitant d’une situation qu’il comprend tout de même un peu, notre petit âne se produit en protestations aussi indignées que bruyantes. Il fallait la voir, la tête de son conducteur, marri d’avoir été, ce jour là, gratifié d’une contravention pour trouble à l’ordre public. Ce petit âne que les cols bleus avaient baptisé Dixmude, a vécu ensuite de longs et heureux jours au troisième dépôt des Equipages de la Flotte où lui furent assurés gîte et couvert. Les honneurs lui ont été rendus dans les rangs de la Légion des Demoiselles au Pompons Rouges. (Texte adapté de l’ouvrage de Paul Broise, Le cimetière de Dixmude). Parmi les fusiliers marins de la Brigade Amiral Ronac’h qui comptait 6000 hommes, ont combattu dans les plaines de l’Yser 600 très jeunes apprentis venus, entre autres, du dépôt de Lorient. C’est la raison pour laquelle les parisiens les ont surnommés Demoiselles aux Pompons Rouges.
Skagerrac.


Dernière édition par VENDEEN69 le Dim 28 Aoû 2016 - 19:56, édité 1 fois (Raison : Fusion de plusieurs messages et mise en place du spoiler)

GYURISS
GYURISS
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 80
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 MECAN NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par GYURISS Lun 29 Aoû 2016 - 10:39

Bonjour Skagerrac,

L'auteur du récit concernant Minoïe a quelque peu "fantasmé". Message n°637

"... le bâtiment était souffreteux et poussif après de trop nombreuses vacations entre Bora et Huahiné. Adieu donc, bannettes de bois et vieux moulins que les marins de la Liamone donnaient souvent à entretenir aux légionnaires qui y venaient en subsistance."

En effet nos missions très routinières, consistaient à ravitailler le site de MORUROA et éventuellement FANGATAUFA en eau. On effectuait le plein de ce liquide à PAPEETE puis direction MORUROA. Ensuite des allers et retours depuis ce site vers HAO. Où l'on effectuait le plein à la station de dessalinisation. Les citernes et autres soutes à ras bord de MORUROA on rentrait à PAPEETE.
On a jamais effectué de vacations avec les Iles sous le vent.
Nos rares détentes je dis bien rare, au GAMBIER (voir ma vidéo sur le forum du HANAP) ou aux iles sous le vent. Mon successeur a été à MAUPITI

De plus je n'ai jamais vu de légionnaires à bord en subsistance, où les loger?. Que veut-il dire "vieux moulins" astiqués par ceux-ci ???

Continue à nous narrer nos mascottes. Ces braves animaux sont les amis du marin.

gabelou44
gabelou44
QM 2
QM 2

Age : 70
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Timequi NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par gabelou44 Lun 29 Aoû 2016 - 12:56

Pollux sur l'Etourdi.

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 0175

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 1133

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Lun 29 Aoû 2016 - 14:23

Je tiens à attirer votre attention sur le fait suivant.
Je remercie GYURIS pour ses précieuses indications concernant MINOÏ, la mascotte qu'il connût sur la Liamone.

Voici donc le texte remanié sur ses précieux conseils.
C'est bien pour cela qu'avant toute publication, vos appréciations, votre expérience voire votre censure me sont indispensables.

Spoiler:
MINOI, Manuia, Hinano et Minors.
Minoï était la mascotte du Transport Ravitailleur A750 Liamone.
En campagne dans le Pacifique Sud, la petite chienne était de toutes les bordées.
La mission du Liamone consistait majoritairement à faire le plein de ses citernes à papeete pour aller ravitailler en eau le site de Moruroa avant de gagner la station de désalinisation de Hao.
Prenant un malin plaisir à s’imposer pour accompagner les marins du bord, elle leur collait aux basques et ne les quittait pas d’une semelle.
Dans les bars locaux, comme tout marin qui se respecte, l’intrépide mascotte ne crachait pas sur la Manuia et la Hinano, incontournables et célèbres boissons brassées sur l’île.
Pire encore que boire de la bière, Minoï fumait !
Qu’un matelot lança le mégot de sa Minors encore fumant sur le trottoir et elle se précipitait dessus pour, à coup de langue experte, en apprécier toutes les nicotiniques saveurs.
Boire à la fontaine installée dans les coursives n’était pas un problème pour MinoÏ.
Elle savait comme personne se dresser sur ses pattes arrière et appuyer sur le bouton pour laper le précieux liquide.
La marine un jour décida de mettre fin à la carrière du ravitailleur.
Il est vrai qu’en fin de campagne, le bâtiment était souffreteux et poussif après de trop nombreuses vacations.
Cet officiel désarmement et la séparation qu’il suppose furent un véritable crève-cœur.
Au moment où les derniers matelots débarquèrent, ils cherchèrent partout leur petite mascotte pour l’emmener avec eux. Hélas !
Après de longues recherches dans tout le bord, force leur fut de constater que Minoï avait disparu.
Où donc était-elle et que lui était-il arrivé ?
On ne le sut jamais et nul ne revît jamais la petite chienne.
D’aucuns prétendirent qu’elle avait embarqué sur un autre bâtiment. Lequel, car radio poulaine aidant, on l’aurait su rapidement !
Au moment où sont écrites ces lignes, le destin de Minoï est toujours inconnu.
Avant Minoï, un magnifique Loulou blanc qui répondait au délicieux nom de Bibiche, fut mascotte à bord de la Liamone.
Pauvre mascotte qui connût une fin tragique le jour où un crétin absolu la jeta par-dessus bord.
On ne sache pas que cet inepte patenté regretta ce geste imbécile.
Pas plus qu’il fut à son tour jeté à la baille.
On s’en serait bien chargé !
Gageons que le remord de ce geste criminel le poursuivirent et le poursuivent encore.

Gym rectifié. (Merci Mashpro).

GYM.
Mascotte embarquée sur le sous-marin S655 Gymnote dans les années soixante dix. Ce cocker à la robe amadou était, on s’en doute, très appréciée des hommes d’équipage. Participant à toutes les fêtes, il ne crachait pas, à l’occasion, sur les quelques gorgées d’un bon vieux whisky qu’on lui proposait. Gym aimait particulièrement le poste de propulsion où il se tenait, la plupart du temps avec les mécanos du bord. Compte tenu de sa présence à bord et des raisons qu’il avait d’y être, il se trouvait toujours une bonne âme pour le monter respirer un bon bol d’air pur lorsque le bâtiment faisait surface. Un jour, on ne sait pourquoi, Gym refusa d’embarquer. Le submersible appareilla donc sans lui. Avait-il senti et prémédité que ce jour là, le Gymnote allait toucher le fond suite à une avarie de barre ? Car ce fut le cas ! Ce sixième sens des animaux ne laissera jamais de nous étonner. Et les marins du Gymnote donc ! Marins qui, au retour du Gymnote, apprirent le pourquoi de l’absence de Gym lors de l’appareillage. Pas de sixième sens là-dedans ; juste une fugue pour aller courir la minette dans l’arsenal. Ceci n’enlevant rien au sixième sens que l’on reconnaît aux chiens qui ont sauvé bien des vies. Quelques temps plus tard, la mascotte méritante du sous-marin Gymnote fut mise à la retraite. Le méritant petit Gym coula des jours heureux du côté de la Normandie, à Cherbourg, avec un officier marinier qui l’adopta.
Skagerrac



Dernière édition par VENDEEN69 le Lun 29 Aoû 2016 - 14:53, édité 1 fois (Raison : Fusion de deux messages et mise en place du spoiler)

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Mar 30 Aoû 2016 - 0:45

POLLUX, adieu petit tombeur.

Mascotte embarquée sur l’Escorteur Côtier P637 L’Etourdi. C’est un matelot qui raconte.
Lors de mon embarquement, Pollux fut le premier membre d’équipage que je vis et qui m’accueillit à bord.
Spoiler:
Attentif et fidèle, il accompagnait chacun d’entre nous dans nos marines solitudes et si récursifs coups de cafard. Fondée ou pas, la légende raconte toujours de certains marins qu’ils auraient une fille dans chaque port. Si elle était fausse concernant les marins, elle était vraie pour Pollux. Chaque escale que le côtier faisait, notre chère mascotte en effet savait se faire désirer auprès de ses femelles congénères. Combien d’appareillages avons-nous dû retarder, contraints d’attendre que l’amoureux transi à quatre pattes veuille bien rallier le bord ? En 1968, nous étions stationnés à Cherbourg. Un matin, peu après l’appel et sans raison apparente, nous vîmes Pollux descendre rapidement la coupée. Nous étions plutôt confiants, habitués aux escapades impromptues de notre chien. A bord, nous attendîmes son retour, ce fut en vain ; Pollux ne réapparut pas. Bien plus affecté que je le laissais paraître et quoique inutiles, je me posais de nombreuses questions. Pollux s’était-il lassé de son existence à bord de l’Etourdi ? Était-il las des tempêtes essuyées en mer d’Irlande lorsque nous embarquions de baleines ou craignait-il de devoir, une fois encore, affronter les écrasantes chaleurs africaines ? Amoureux, céda-t-il aux chants des sirènes pour s’enticher de quelque nouvelle dulcinée qui nous était inconnue ? Vieillissant, était-il partit se cacher pour mourir ? Aucune réponse ne vînt jamais apaiser mon tourment. Nous ne le revîmes jamais à bord du bâtiment.
Adieu donc, cher, cher Pollux !

(Témoignage reçu de M. Guy Paillard, Escorteur côtier P637 L'Etourdi).
NOTE

J'ai, à ce jour, recensé 10 mascottes répondant au nom de Pollux. Il semble que la diffusion du manège enchanté y était un peu pour quelque chose. 750 épisodes de 5 minutes diffusés pour la première fois (ORTF) le 5 octobre 1964. Repris en 1974, 1982 et 1990. Inoubliable voix de Jacques Baudoin qui interprétait Pollux.

Ainsi furent, dans la marine nationale :

Pollux, sur l’escorteur F727 Amiral Charner en 1965.
Pollux, sur le Dragueur Patrouilleur Côtier M751 Denébola, en 1967.
Pollux, sur la Gabare A777 Luciole, en 1968.
Pollux, fils de Louloute alors mascotte officielle sur l’Escorteur Côtier P638 L’Effronté dans les années soixante. Le seul qui fut gardé à bord sur une portée de 12 chiots.
Pollux, sur le Dragueur M615 Cantho à Brest, dans les années soixante,
Pollux, sur le Dragueur Côtier M750 Bellatrix. (La Bella).
Pollux du port de La Pallice en 1973,
Pollux, sur le Dragueur Côtier P741 Eridan
Pollux, sur le Patrouilleur M734 La Croix Du Sud
Pollux, sur l’Escorteur Côtier P637 L’Etourdi.

Des dates manquent. D'autres Pollux aussi peut être !

RADIUM, des Forces Françaises Libres.

En 1943, l'épouse du directeur des chantiers navals fit cadeau d’un Scottish terrier à l'équipage du sous marin Curie. Le bâtiment agissait alors au sein des Forces Navales Françaises Libres (FNFL). Pour avoir été affecté sur ce navire, le chien fut logiquement baptisé Radium. Etrangement, et bien qu’il arborait celui des FNFL, le ruban légendé du sous-marin Curie n’a jamais officiellement existé. En effet, le bonnet des matelots affichait seulement celui de la marine nationale. Dès que Radium monta à bord, une véritable histoire d’amour se fit jour entre lui et le second maître timonier. A tel point que la petite mascotte suivit son maître dans toutes ses affectations. Nommé pacha d’un remorqueur, Radium le suivit. Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’au jour de la disparition en mer de Radium. Dans le livre qu’il écrivit sur le sous-marin Curie, Jean-Louis Gloaguen émis des doutes sur cette soudaine disparition, persuadé qu’elle n’était pas seulement accidentelle. Il écrivit donc la phrase bouleversante : je pense qu’il a plongé pour aller chercher, dans les profondeurs, un sous-marin bleu marine dans lequel il avait tant d’amis (sic).

Skagerrac.



Dernière édition par Charly le Dim 11 Sep 2016 - 12:35, édité 2 fois (Raison : Fusion de trois messages + mise en place du spoiler)

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Mer 31 Aoû 2016 - 1:56

Dans le message N° 172 où il est parlé de CHAYLA, mascotte de l'EE éponyme.
Avez vous connu cette chienne et son histoire pour dire qu'elle... en a vu de toutes les couleurs...?
Merci !

Skag

J.Revert
J.Revert
QM 2
QM 2

Age : 77
Commis équipage NON

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par J.Revert Mer 31 Aoû 2016 - 12:40

Bonjour a tous
Je viens de voir un message concernant la présence des mascottes sur les Escorteurs d'Escadre. Je fais un copier coller de ma réponse sur ce sujet :

La réponse de JEAN-LEON concernant l'absence de mascotte sur l'EE Tartu vient confirmer ce que je pense sur la présence des mascottes a bord des Escorteurs d'Escadre ( et peut être aussi des Rapides..?)

J'avais laissé le message qui suit sur le sujet Maillé Brézé.

"Je pense que la vrai raison est que sur les escorteurs d'escadre les mascottes n'étaient pas les bienvenues . Sur l'EE Surcouf , je n'en ai pas connu alors que comme le dit Gabelou 44, sur l'EC l’Étourdi c'était mon bon copain a la cambuse..!
Donc Maillé Brézé = EE : pas de mascotte. Cela devait être une généralité en escadre : a confirmer [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 595882 "
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 642994



[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Insig229

skagerrac
skagerrac
MATELOT
MATELOT

Age : 70
Équipage [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Aero10

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par skagerrac Ven 2 Sep 2016 - 12:57

PRINCE.
Mascotte du Remorqueur de Haute Mer A668 Rhinocéros.
Prince était un magnifique berger allemand que quelques matelots avaient été chercher à la Société Protectrice des Animaux de Toulon.
Spoiler:
Au moment où, en 1980, la marine nationale annonça le désarmement officiel du Rhinocéros, Prince fut emmené par un matelot quillard du bord.
Le désarmement du remorqueur sera effectif le 30 octobre.
Félix était, avant Prince, la mascotte de ce même bâtiment, mascotte hélas disparue prématurément.

PRINCESSE.
Berger allemand, mascotte à bord du Bâtiment Hydrographique A766 Estafette, en 1973.

PROFIL.
Mascotte à bord du Bâtiment Hydrographique de première classe A758 La Recherche.
Ce chien, un magnifique Cocker anglais à la robe marron clair, se distinguait par son incroyable appétit et pour cause.
La Recherche était de ces très rares bâtiments où l’on mangeait particulièrement bien.
Profil était donc bien tombé pour satisfaire son insatiable appétit, lui qui, comme tout l’équipage, mangeait sur le navire pratiquement à la carte.
Heureux donc qui était affecté à son bord.
Le bâtiment fut retiré du service actif en juillet 1988.

PROSPER, poivrot malgré lui !
Mascotte du sous-marin S602 Saphir, ce chien, O scandale, avait pour habitude de prendre chaque jour une cuite carabinée.
Et qu’importait pour le brave toutou que ses maîtres se trouvassent ou non au foyer.
Il connaissait parfaitement les équipages des autres navires à qui il rendait visite pour se faire offrir une petite bière.
C’est donc avec un plaisir non dissimulé que le chien sifflait le contenu d’une dive canette.
Lorsqu’il avait fini, il se tenait assis sur une chaise, les pattes avant reposant sur les épaules de son généreux donateur.
Pour le récompenser, il recevait une nouvelle bouteille qu’il inclinait pour pouvoir en laper le divin nectar à grands coups de langue et ce, jusqu'à la dernière goutte.
C'est seulement après quatre ou cinq canettes que Prosper consentait enfin à regagner son sous-marin.
Tel matelot rentrant de bordée, titubant et chassant de l'arrière train, son retour tenait de l’expédition.
Avec le recul, on ne saurait passer sous silence cette fâcheuse habitude qu’avaient certains arriérés de faire boire leurs chiens.
A maints égards, si la vie de ces pauvres chiens en était écourtée, ils en étaient responsables.
Prosper, pour cette maltraitance, nous, on te demande pardon !
La longue lignée des mascottes embarquées sur le Saphir se poursuivit après le départ de Prosper.
Ainsi Zoé, Totoche, Whisky et la sœur de Totoche en furent les dignes héritiers.

Skagerrac


Dernière édition par Charly le Dim 11 Sep 2016 - 12:36, édité 1 fois (Raison : Mise en place du spoiler)

Anonymous
Invité
Invité

[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 Empty Re: [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE

Message par Invité Sam 3 Sep 2016 - 17:11

Je suis sur la route, Skag, je ferai un topo sur Pat, la mascotte de l'EE Forbin avec des photographies au cours de ses 2 campagnes dans le Pacifique...
[LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE - Page 25 642994

    La date/heure actuelle est Dim 28 Nov 2021 - 10:38