Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre à Grenoble les 8, 9 et 10 juin 2019 Projet de programme Pour les inscriptions

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 726789 messages dans 14116 sujets

Nous avons 14487 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est thierryF

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [ Associations anciens Marins ] Journées d'entraide A.D.O.S.M
par dbs Aujourd'hui à 15:48

» [ VOS ESCALES ] Hong Kong
par Bernard Janvier Aujourd'hui à 15:32

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par dusek Aujourd'hui à 15:18

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par jobic Aujourd'hui à 13:47

» [ Paul Arnoud ] Matricule 3614 T 38 - Engagé Volontaire
par jym Aujourd'hui à 9:04

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 9
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 8:06

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par COLLEMANT Dominique Hier à 21:57

» [HISTOIRES ET HISTOIRE] [SUJET UNIQUE] LE CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE
par COLLEMANT Dominique Hier à 21:52

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] LE TATOUAGE ET LE MARIN
par JACQUES SOUVAY ou BILL Hier à 18:02

» [ Batiments de ligne ] RICHELIEU ET JEAN BART - TOME 2
par pluton69 Hier à 17:56

» [Associations anciens marins] FNOM
par Didier Moreaux Hier à 13:44

» Patrie (Cuirassé)
par COLLEMANT Dominique Dim 18 Nov 2018 - 22:58

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Jean-Léon Dim 18 Nov 2018 - 18:42

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par Pele70 Dim 18 Nov 2018 - 14:43

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Michel Roux Dim 18 Nov 2018 - 11:16

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Les insignes redessinés
par larcher Dim 18 Nov 2018 - 11:02

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC du Pays de Montbéliard
par Jean-Marie41 Sam 17 Nov 2018 - 21:04

» FORBIN (EE)
par JJMM Sam 17 Nov 2018 - 17:55

» FLORE (SM) - Tome 2
par COLLEMANT Dominique Sam 17 Nov 2018 - 17:38

» ESCADRILLE 52S
par guedon Sam 17 Nov 2018 - 17:09

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Michel Roux Sam 17 Nov 2018 - 10:00

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par JACQUES SOUVAY ou BILL Sam 17 Nov 2018 - 9:12

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par COLLEMANT Dominique Ven 16 Nov 2018 - 23:08

» [Escale] SINGAPOUR
par Serge BAVOUX Ven 16 Nov 2018 - 19:32

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 16 Nov 2018 - 13:52

» HAUBERT - P796
par COLLEMANT Dominique Jeu 15 Nov 2018 - 22:32

» JAUREGUIBERRY (EE)
par DUFFOND Serge Jeu 15 Nov 2018 - 22:28

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 3]
par framery Jeu 15 Nov 2018 - 15:45

» [ Aéronavale divers ] Hélicoptères interarmées légers (HIL) H-160
par Didier Moreaux Mer 14 Nov 2018 - 14:03

» MINERVE (SM)
par Michel Roux Mer 14 Nov 2018 - 9:59

» [ Aéronavale divers ] Hélicoptère DAUPHIN
par pinçon michel Mer 14 Nov 2018 - 8:19

» [HISTOIRE ET HISTOIRES] LES CIMETIÈRES MILITAIRES FRANCAIS
par PAUGAM herve Mar 13 Nov 2018 - 22:20

» [ Blog visiteurs ] recherche infos sur Daniel Jaeger (ancien de la Marine Nationale)
par Invité Mar 13 Nov 2018 - 19:32

» DIXMUDE (BPC)
par Michel Roux Mar 13 Nov 2018 - 18:58

» [ Histoire et histoires ] Cérémonie du 11 novembre (Sujet unique)
par TUR2 Mar 13 Nov 2018 - 18:43

» [Association anciens marins] AGASM section RUBIS (TOULON)
par Bureaumachine busset Mar 13 Nov 2018 - 13:07

» FLAMBERGE (P.C)
par Chepmail Mar 13 Nov 2018 - 11:40

» [ Divers frégates ] FREMM Bretagne
par Jean-M Mar 13 Nov 2018 - 0:01

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par PAUGAM herve Lun 12 Nov 2018 - 20:49

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 12 Nov 2018 - 18:23

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par Jean-Marie41 Lun 12 Nov 2018 - 17:55

» [ DIVERS - ÉCOLE DE MAISTRANCE] École de Maistrance à Saint-Mandrier
par Jean-Marie41 Lun 12 Nov 2018 - 17:39

» ÉCOLE D'INFIRMIERS
par Michel Roux Lun 12 Nov 2018 - 17:21

» LES CONTRE-TORPILLEURS
par LOISELEUR Ch Lun 12 Nov 2018 - 14:38

» DORIS (SM)
par centime44 Dim 11 Nov 2018 - 21:28

» [ Divers E.A.M.F. ] Promotion Guepratte septembre 1973
par Francky Dim 11 Nov 2018 - 20:30

» [ Associations anciens Marins ] A.G.A.S.M. Le Havre section "ESPADON"
par centime44 Dim 11 Nov 2018 - 18:38

» PATRIE - 1903 (BATIMENT DE LIGNE)
par larcher Dim 11 Nov 2018 - 15:46

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par chapydan Dim 11 Nov 2018 - 14:31

» SUFFREN - 1903 (BATIMENT DE LIGNE)
par marsouin Dim 11 Nov 2018 - 14:20

» [Ports] LE VIEUX BREST
par Micky Mousse Sam 10 Nov 2018 - 20:39

» [ Histoire et histoires ] Mon oncle Georges Le Brazic - Carrière Marine, du Maquis à l’Indochine de 44 à 48
par boboss Sam 10 Nov 2018 - 19:03

» TONNERRE (BPC)
par Jean-Eugène DARENGOSSE Sam 10 Nov 2018 - 17:45

» [ Blog visiteurs ] perso pour le créateur de ce blog message strictement privé
par Invité Sam 10 Nov 2018 - 16:22

» [Histoire et histoires] "Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855"
par Roger Tanguy Sam 10 Nov 2018 - 14:30

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG - VOLUME 001
par Louis BOUZELOC Sam 10 Nov 2018 - 9:49

» Fusiliers Marins et Fusilieres
par cyriaque Sam 10 Nov 2018 - 7:37

» [ Blog visiteurs ] Recherche renseignements concernant les Militaires Français ayant participé à la bataille de Bomarsund (iles d'Aland,) en 1854 (Guerre de Crimée).
par Roger Tanguy Sam 10 Nov 2018 - 1:56

» LE NORMAND (ER)
par Charly Ven 9 Nov 2018 - 18:17

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par Laurent Ven 9 Nov 2018 - 11:13

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Laurent Ven 9 Nov 2018 - 11:06

» CROISEUR ÉCOLE JEANNE D'ARC
par JACQUES SOUVAY ou BILL Jeu 8 Nov 2018 - 18:00

» LE BOURGUIGNON (ER)
par pinçon michel Jeu 8 Nov 2018 - 18:00

» [Campagnes C.E.P.] L'ADIEU A PAPEETE
par TECTAM Jeu 8 Nov 2018 - 15:29

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par lefrancois Jeu 8 Nov 2018 - 14:56

» [Vidéo] EAMF Saint-Mandrier
par DESTENABES Jeu 8 Nov 2018 - 10:01

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par pluton69 Mer 7 Nov 2018 - 17:05

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM BREST
par framery Mer 7 Nov 2018 - 14:03

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par COLLEMANT Dominique Mar 6 Nov 2018 - 22:58

» [DIVERS - DRAGUEURS ET CHASSEURS DE MINES] DRAGUEURS DE MINES EX ALLEMANDS
par Charly Mar 6 Nov 2018 - 21:47

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par J-L-14 Mar 6 Nov 2018 - 20:51

» [ Blog visiteurs ] Projet de diorama d'une escadre autour du R98 et du D627
par Invité Mar 6 Nov 2018 - 16:43

» NIVOSE (FS)
par Joël Chandelier Mar 6 Nov 2018 - 15:33

» [Divers navires amphibie] EDA - R ( Engin de débarquement amphibie rapide )
par Nenesse Mar 6 Nov 2018 - 11:44

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par passe plat Mar 6 Nov 2018 - 9:36

» [ Recherches de camarades ] Anciens Arpettes de septembre 1973 Cie 4 Atribord
par DESTENABES Mar 6 Nov 2018 - 9:34

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par Sealex83 Mar 6 Nov 2018 - 8:30

» [Fusiliers Marins] AMIRAL RONARC'H
par Jean-Marie41 Lun 5 Nov 2018 - 18:52

» CHEVALIER PAUL (EE)
par CLERC Daniel Lun 5 Nov 2018 - 16:37

» JUSTICE - 1904 (BATIMENT DE LIGNE)
par larcher Lun 5 Nov 2018 - 15:41

» ALBUM PHOTOS DE COURS - ÉCOLE DE LA MÉTÉOROLOGIE
par KERMITT Lun 5 Nov 2018 - 15:28

» [ Blog visiteurs ] Recherche amis de mon père (matricule 1619 T 51)
par Momo Lun 5 Nov 2018 - 13:46

» [Campagne] ANTILLES
par PAUGAM herve Lun 5 Nov 2018 - 8:04

» VAUQUELIN (EE)
par GIROUX Dim 4 Nov 2018 - 17:53

» [ Loisirs autres que sports ] AGASM Amicale Perle - Exposition de maquettes de sous-marins à Lanouaille (24)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Dim 4 Nov 2018 - 16:47

» [ HISTOIRE ET HISTOIRES ] LA TRANSMISSION DE LA MÉMOIRE À TRAVERS LA DÉCOUVERTE DE LIEUX ANCRÉS DANS L'HISTOIRE
par COLLEMANT Dominique Dim 4 Nov 2018 - 15:31

» [ LES TRADITIONS DANS LA MARINE ] SPÉCIALITÉ : CLAIRON.
par cyriaque Dim 4 Nov 2018 - 9:03

» UTILISATION DU FORUM : "RECHERCHES DE CAMARADES"
par Charly Sam 3 Nov 2018 - 18:30

» [ Recherches de camarade ] Recherche camarade Taitinger Radio
par Charly Sam 3 Nov 2018 - 18:30

» La spécialité de Météorologiste
par Joël Chandelier Sam 3 Nov 2018 - 15:02

» [ Blog visiteurs ] Mon père Gérard Descamps (Elarm)
par Charly Ven 2 Nov 2018 - 20:10

» Escadrille de Réception et de convoyage de l’Aéronautique navale (ERC)
par MOUGIN Jeu 1 Nov 2018 - 20:38

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades 14F
par COLIN JACQUES Jeu 1 Nov 2018 - 12:43

» SNSM BEG MEIL
par Michel Roux Jeu 1 Nov 2018 - 10:17

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par PARMENT Thierry Mer 31 Oct 2018 - 0:33

» [ Blog visiteurs ] LSIL 9030 LE 5 JANVIER 1954
par Invité Mar 30 Oct 2018 - 19:10

» LES FREGATES FRANCAISES DE TYPE RIVER
par Roli64 Mar 30 Oct 2018 - 18:35

» Recherche des anciens de l'Escorteur Malgache - Arzew et Lorient (61-63).
par BOBOSSE Mar 30 Oct 2018 - 17:48

» ARGONAUTE
par centime44 Mar 30 Oct 2018 - 16:20

DERNIERS SUJETS



Des Galeres au Bagne

Partagez
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 54
NON

Des Galeres au Bagne

Message par ecofousec le Mar 22 Aoû 2006 - 14:09

Voici de quoi donner de sombres idées à notre état Major, quand à la destination de certaines fortes têtes (Choufs à vie... 🤡 ).....
Certains sur ce forum sont passés tout près...

Source WIKI

Une galère est un navire à voiles et rames, ayant souvent une fonction militaire. Elle était mue par des galériens généralement esclaves ou des repris de justice. On utilisait cette force humaine pour actionner les avirons, lorsque que le vent ne soufflait pas dans la bonne direction et, lors de manœuvres d'attaques ou de parades. Parmi les différents types de galères on trouve :

La birème, à deux rangées de rameurs ;
La trière ou trirème, à trois bancs de rameurs ;
La tétrère ou quadrirème ;
La pentère ou quinquérème, à cinq rangs.
Les principales dispositions offensives et défensives que l'on peut trouver sur une galère sont le château, l'éperon et le corbeau.


Histoire

La galère a été essentiellement employée en Méditerranée dans l'Antiquité puis, à nouveau, à l'Époque moderne - bataille de Lépante.

En 1662, au tout début de son règne, Louis XIV crée le Corps des galères, qui subsistera jusqu’en 1748. A son apogée, entre 1690 et 1700, le corps des galères comprend quarante galères, douze mille rameurs, trois mille officiers et matelots, quatre mille soldats.

Les galères, qui perpétuaient le type de navire à rames de l'antiquité, ne servaient guère que sur la Méditerranée et la Baltique au XVIIe siècle. Pour la France, elles avaient pour quartier général Marseille où résidait l'intendant des galères. Elles allaient en même temps à la voile et à la rame. Les rames très longues, environ quatre mètres, étaient manœuvrées par six, voire sept ou huit rameurs.


Prison

Les galères sont l'institution dans laquelle étaient envoyés les galériens ou les forçats.

La peine la plus sévère, après la peine de mort, était, au XVIIe siècle, la condamnation aux galères. Le Roi de France recrutait ses galériens auprès des Tribunaux qui condamnaient, dans un premier temps, les criminels et, par la suite les petits délinquants, les faux-sauniers, les contrebandiers, les déserteurs, les mendiants, les vagabonds, les révoltés contre les nouveaux impôts. Colbert intervenait auprès des juges : « Le Roi m'a commandé de vous écrire ces lignes de sa part pour vous dire que, Sa Majesté désirant rétablir le corps des galères et en fortifier la chiourme par toutes sortes de moyens, est que vous teniez la main à ce que votre compagnie y condamne le plus grand nombre de coupables qu'il se pourra et que l'on convertisse même la peine de mort en celle des galères. »

Par une ordonnance signée par Louis XV le 27 septembre 1748 une partie des personnes condamnées aux galères sont dirigées vers des bagnes. On crée alors ceux de Toulon et de Brest, celui de Cayenne ne sera créé qu'en 1854 par Naploléon III.


Situation

Par analogie, une galère est une situation particulièrement pénible et désagréable, tout comme l'était certainement la vie sur une galère pour un galérien. Ce sens a pour origine la réplique de Géronte dans l'acte 2, scène 7 des Fourberies de Scapin de Molière : « Mais qu'allait-il donc faire dans cette galère ! », passage par ailleurs très fortement inspiré du Pédant joué de Cyrano de Bergerac dans lequel Granger se lamente des roueries de son fils Charlot : « S'en aller dans la galère d'un turc ! Hé quoi faire, de par tous les Diables, dans cette galère ? Ô ! Galère, Galère, tu mets bien ma bourse aux galères. »





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 54
NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par ecofousec le Mar 22 Aoû 2006 - 14:10

Source http://perso.orange.fr/iledere/bagnards01.htm

Saint Martin de Ré sur la route du bagne...


De 1852, date où se met en place la transportation vers les bagnes d'outremer, à 1938, date des dernier départs pour la Guyane, environ 100 000 condamnés firent route vers la Nouvelle Calédonie et surtout vers la Guyane.

L'italien "bagno" (bain) serait à l'origine étymologique du mot bagne. On en trouve des explications assez diverses. La plus connue est que durant le Moyen Age, les pirates barbaresques enfermaient leurs prisonniers dans des bains publics avant de les vendre comme esclaves.

C'est en 1748 que les bagnes ont pris place suite à la suppression des galères. Le 1e fut Toulon où il y avait plus de 4 000 bagnards en 1836. Arrivé au bagne le nouveau bagnard était enchaîné, "accouplé" pour trois ans avec un ancien.

Il y a trois types de condamnés au bagne :

1°) Les transportes soumis au doublage

Ce sont les condamnés par cour d'assise pour meurtre, vol à main armée, qui échappent à la peine de mort mais sont soumis aux travaux forcés. La loi de 1854 impose le terrible doublage qui oblige les condamnés à une peine inférieure à 8 ans à rester autant d'années en Guyane que ce temps de peine, et les condamnés à un temps plus long à rester jusqu'à leur mort sur la terre de bagne.

2°) Les déportés Politiques

Ils sont condamnés pour complot, espionnage, trahison, désertion ou faux-monnayage. Déportés simples, ou condamnés à être détenus en enceinte fortifiée, ils allaient soit en Nouvelle Calédonie, soit en Guyane comme Dreyfus à l'Île du Diable.

3°) Les Rélégués

C'est le sort de ces bagnards qui émut le plus l'opinion publique. Ils étaient envoyés, après un temps de prison au bagne à vie, pour des délits souvent bien mineurs, mais parce qu'ils étaient récidivistes. Les multirécidivistes représentent la moitié des cas jugés vers 1875 ! Il suffisait par exemple d'avoir eu "4" condamnations à plus de 3 mois de prison pour vol, escroquerie, abus de confiance, outrage publique à la pudeur, vagabondage ou mendicite.



Le dépôt de Saint Martin en Ré, une étape obligatoire :

Les condamnés partent de Rennes, Caen ou Fontevrault et sont acheminés par le train, les fers aux pieds, en wagons cellulaires de 19 places vers la prison de la Rochelle. Après 1933, des fourgons permettront d'acheminer en 48 heures près de 400 forçats en 40 véhicules.

Après une nuit à la prison de La Rochelle, les forçats embarquent pour Saint Martin, à bord des bateaux à vapeur de la liaison régulière, l'Express, le Coligny, dans un premier temps au vieux port, puis à La Pallice. Il y eut une évasion pendant une traversée en 1929, celle du relégué Ghiglione qui se jeta à la mer mais fut récupéré peu après, grelottant près d'une voie ferrée !!

Arrivé à St Martin, le convoi débarque sur le quai Clémenceau, surveillé par la gendarmerie et les tirailleurs sénagalais de l'Île, et sous le regard des nombreux curieux. Puis les condamnés se rendent à pied, par "l'allée des soupirs", à la citadelle, devenue en 1873 dépôt d'étape. Là, chacyn est fouillé, perd son identité pour un matricule porté sur le bras gauche. Chacun reçoit des effets neufs (une vareuses de laine, deux chemises, deux paires de souliers) et une couverture.

La vie au dépôt de Saint Martin :

L'administration pénitentiaire partage avec une garnison militaire l'ancienne citadelle reconstruite par Vauban. Les relations ont été parfois tenues, et les anecdotes sont nombreuses à propos de mots de passe oubliés ou de sentinelles endormies.

Les condamnés au bagne peuvent séjourner plusieurs mois à St Martin avant qu'il n'y ait un départ. Séznec y resta près d'un an. Il fit venir sa femme et ses enfants qui fréquentèrent l'école communale. Alfred Dreyfus, accusé de haute trahison, fut incarcéré à Saint Martin du 18 janvier au 21 février 1895, avec des mesures de sécurité renforcées pour prévenir évasion, suicide et même communication avec l'intérieur ou l'extérieur de la citadelle.

Les journées sont rythmées par deux promenades dans la cour, au pas cadencé. Les détenus sont fouillés au coucher. Il y a quatre rondes par nuit,. L'appel est fait deux fois par jour. Contrairement au transporté, le relégué forçat à vie, peut fumer, n'est pas astreint au silence, et peut garder barbe et cheveux. Il peut écrire une lettre par semaine, au lieu d'une par mois. Le jeudi et le Dimanche des visites de parents, durant 20 minutes, sont autorisées.

Le travail dans les ateliers est obligatoire :

Soit l'administration achète matières premières et outillages et paie les détenus, soit une entreprise obtient une concession. Les productions sont variés, émouchettes pour les chevaux de l'armée, sacs en papiers ou en toile, charpillage, étoupe, camails, fabrication de chaussons, cordonnerie, et même vers 1920, préparation de plumes alors que cette activité était supprimée à Fresnes pour nocivité.

L'état de santé des détenus n'est pas très bon. D'après un rapport du docteur Hernette en 1930, les rélégués, qui ne sont pas à leur premier séjour en prison, sont souvent atteints de tuberculose osseuse ou pulmonaire et de maladies vénériennes. L'infirmerie de 30 lits est nettement insuffisante. Ne partent en Guyane que les valides, or 80 relegués n'ont pu partir en 1930 pour raison de santé.


Préparation au départ :

Quinze jours avant le départ, pour qu'ils supportent mieux le voyage puis le climat tropical, les forçats sont mis au repos. Le temps des promenades est allongé, la nourriture amélioré avec de la viande 4 fois par semaine et un quart de vin. Après une douche, une visite médicale décide de l'aptitude au voyage et les forçats sont vaccinés contre la typhoïde et la variole.

Les objets personnels restent à la disposition des familles, et seront donnés à l'hôpital de Saint Martin s'ils ne sont pas récupérés au bout d'un an. Bijoux, argent, suivront les condamnés mais sous la garde de l'administration, à moins que le détenu n'ait réussi à cacher de l'argent dans un "plan" (tube caché dans l'anus)



Le départ...

Les visites ne sont plus autorisées, les punitions sont suspendus. Au petit matin, on distribue à chacun une musette et un grand sac de toile, une gamelle, un quart, une fourchette et une cuillère, un pantalon et une veste en chaud droguet marron et un autre ensemble en toile, deux chemises, des sabots-galoches, et une couverture. Les transportés auront l'obligation de porter le bonnet tandis que les relégués ont droit au chapeau. Les tireurs sénégalais sont prêts, l'heure du départ est arrivée.

Les condamnés avec leur paquetage sont rassemblés en ligne dans la cour pour la bénédiction du curé ou du pasteur avant de franchir les portes de la citadelle. En tête du convoi, marchent les forçats réputés dangereux entourés de baïonnettes avec fers au poignet.

Voici le témoignage de Dieudonné, anarchiste condamné au bagne soupçonné d'avoir agi avec la bande à Bonnot.

"Le bagne de St Martin s'éveille dans un bruit inaccoutumé. Chacun cause bruyamment au nez des gardiens, contents de ce départ qui va leur donner quelques semaines de répit. 400 forçats et 200 relégués sont maintenant dans la cour. Ce n'est pas une mince affaire que de les mettre en ordre 4 par 4.

L'appel n'en finit plus. Au dernier moment, on fait sortir des cachots les fortes têtes. La grand lumière du jour les aveugle. Ils sont pâles et maigres et leurs jambes flageolent. Eux seuls, sont enchaînés.

Tous les gardiens de Ré, tous les surveillants militaires présents, une compagnie de soldats encadrent le convoi. On ouvre les portes. Le long convoi s'ébranle, silencieux. Il repasse les petites portes basses des murs d'enceinte, traverse la cour de la caserne, franchit les hautes portes d'entrée du corps de garde.

Et voici la route jolie. Les journaux ont annoncé le départ, la route est pleine de monde, curieux ou parents...

Morne, le convoi s'avance au milieu de la foule muette. Quelques uns baissent la tête pour cacher des yeux mouillés."

Le Grand Voyage :

Au début du bagne, la Marine Nationale transporte les condamnés vers la Guyane ou la Nouvelle Calédonie sur de vieux vaisseaux de guerre en bois que les cuirassés avaient rendus inutiles. On mettait alors plus de trois mois pour aller en Guyane, et 5 mois pour aller en Nouvelle Calédonie.

Les bagnards avant l'embarquement, inscrivaient des initiales, un mot, un nom...

Les conditions sont si déplorables, que la Marine fit construire deux bateaux adaptés, le Magellan et le Calédonien transportant 450 marins, soldats, 66 officiers et 400 condamnés parqués dans les batteries hautes et basse, dans des cages grillagées, seulement équipés d'un banc de bois fixe et d'un hamac pour deux. Les fers sont toujours utilisés. Les hommes punis avaient les mains attachées derrière le dos à un barreau.

Puis le seul bateau bagne jusqu'aux derniers transports en 1938 fur le LA MARTINIERE, ex Duala, navire allemand de 120m, construit en 1912 à Liverpool, cédé à la France selon les clauses de l'armistice.



Mal de mer, hygiène insuffisante surtout sous les climats chauds, rendaient la traversée pénible. Les incidents étaient rares. Coups de corde devant tous les bagnards, "cellules chaudes", placées au dessus des chaudières, ou même jets de vapeur, les calmaient vite.

" Il fait une chaleur épouvantable car on a fermé les hublots. A travers eux on voit la forêt vierge et impressionnante. On aperçoit les premières maisons avec leur toit de tôle ou de zinc... Trois coups de sirène nous apprennent qu'on arrive, puis tout bruit de machine s'arrête... Les surveillants ouvrent la porte de la cage et nous range par trois... Alignés sur le pont on nous dirige vers la passerelle... Une foule bigarée nous regarde, curieuse... Des noirs, des demi-noirs, des indiens, des chinois, des épaves de blancs (ces blancs doivent être des bagnards libérés)... De l'autre côté des surveillants, des civils bien vêtus, des femmes en toilette d'été, des gosses, tous avec le casque colonial sur la tête.

Nous marchons à peu près 10 minutes et nous arrivons devant une porte en madrier, très haute, où est écrit : Pénitentier de Saint-Laurent-du-Maroni, capacité 3000 hommes..."

Récit de Henri Charrière dit Papillon, arrêté en 1930





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
Invité
Invité

Re: Des Galeres au Bagne

Message par Invité le Mar 22 Aoû 2006 - 17:38

C'est bien tout ça ecofousec, aurais tu des photos à nous montrer pour illustrer ton laïus :?:
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 54
NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par ecofousec le Mar 22 Aoû 2006 - 17:52

Il y en a au lien indiqué...Le probleme c'est que je suis en rade d'adsl...et avec un 56 K BONJOUR la galere....J'attends un coup de main d'ames charitables !!!!





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
Invité
Invité

Re: Des Galeres au Bagne

Message par Invité le Mar 22 Aoû 2006 - 18:23

Une face mal connue de notre Marine et bien exposée.

Deux remarques cependant:

Ecofousec, il ne fallait pas te sentir obligé de donner de telles idées au Bidel!!!! :affraid:

Ensuite, connaissez-vous l'origine du mot "La quille" bien connue des appelés en fin de service?

C'était le nom d'un navire qui ramenait les bagnards en fin de peine de la Guyanne. Mais je ne sais plus à quelle époque.

Encore bravo Ecofousec!

Jakez
avatar
† 973
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Age : 68
TIMONIER NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par † 973 le Mar 22 Aoû 2006 - 18:56

bonjour,

un séjour de 2 ans en Guyane et quelques ballades en forêt et les îles bien sûr....

je dois bien avoir quelques photos sur le bagne du Saint Laurent où Pavillon aurait gravé son nom (j'ai fait un film là dessus) .et l'île du Diable.......

bien triste période de notre histoire........sur un autre continent, loin de Paris.

amicalement rené





Je sais ce que je vaux, je reste ce que je suis...
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 54
NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par ecofousec le Mar 22 Aoû 2006 - 20:43

René....Arrête d'envoyer les couleurs !!!!
C'est PAPILLON ......





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
LEMONNIER
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 61
DÉTECTEUR NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par LEMONNIER le Mar 22 Aoû 2006 - 22:35

ST LAURENT 2002
Le Maroni et les Iles Mes émotions ( 2 séjours a titre de vacances en Guyane ) Voir le Bagne et les Iles ça reste un instant très fort



avatar
† 973
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Age : 68
TIMONIER NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par † 973 le Mar 22 Aoû 2006 - 22:35

bonsoir

lol! OUAF,, ouaf.....

à mon âge faut me déboucher les pavillons................. bien vu

autrement ça vous intéresse les photos .......

amicalement rené





Je sais ce que je vaux, je reste ce que je suis...
avatar
LEMONNIER
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 61
DÉTECTEUR NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par LEMONNIER le Mar 22 Aoû 2006 - 22:56

A LIRE POUR LA MEMOIRE ET C'est un sacre bouquin ! Des hommes rénégats assassins innocents et meme ceux qui les gardent Tous on faient cette Histoire Vraiment a lire



avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 54
NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par ecofousec le Mer 23 Aoû 2006 - 0:09

René....Les chiens jaunes améliorent l'ordinaire....

LEMONNIER....SUPERBE et TRISTE à la fois cet Arc qui n'est pas de Triomphe....





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
† 973
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Age : 68
TIMONIER NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par † 973 le Jeu 24 Aoû 2006 - 14:57

bonjour,
[img][/img]

je savais bien que j'avais une photo de papillon (ouaff, ouaff.......)

Et pourquoi il s'appelait PAPILLON ?

LEMONNIER pas le droit de répondre

amicalement rené





Je sais ce que je vaux, je reste ce que je suis...
avatar
pierredourdy
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 75
Manœuvrier NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par pierredourdy le Jeu 24 Aoû 2006 - 15:21

A cause d'un tatouage s'il me semble.
avatar
ecofousec
QM 1
QM 1

Age : 54
NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par ecofousec le Jeu 24 Aoû 2006 - 16:35

Henri Charrière (né en 1906 en Ardèche, France, à Saint-Étienne-de-Lugdarès, mort le 29 juillet 1973 à Madrid, Espagne).

C'est Henri Charrière qui a écrit le livre Papillon mais ce livre n'est pas autobiographique puisque l'histoire racontée est celle de Charles Brunier.

Le héros du livre fut condamné aux travaux forcés à perpétuité au bagne de Guyane situé sur l'Île du Diable après avoir été jugé pour le meurtre de son ami Roland Legrand le 28 octobre 1931, meurtre qu'il a d'ailleurs toujours nié.

Le livre Papillon (1969) eut un grand succès de librairie, succès survenu après celui de l'« L'Astragale » qui racontait l'évasion d'Albertine Sarrazin.

Le surnom de papillon vient du papillon tatoué que Charles Brunier portait et porte toujours sur la poitrine et aussi du fait qu'il avait sauté par la fenêtre pour s'évader.

Le véritable Papillon dont les aventures sont relatées s'appelle Charles Brunier, né le 31 mai 1901 (et toujours vivant comme l'a confirmé son aide-soignante Nathalie en direct sur TV France 2 le mardi 21.08.2006 à 12h05; âgé de 105 ans, il possède d'ailleurs encore toutes ses facultés intellectuelles). Il a été compagnon de bagne de Charrière, ayant passé 15 ans à l'Île du diable en Guyane. Son parcours fut surtout militaire, avec un comportement émérite au cours de la Seconde Guerre mondiale, lui permettant en 1948 d'être blanchi de sa condamnation à perpétuité en 1923 pour avoir mortellement blessé à l'arme blanche un souteneur.

Une adaptation cinématographique américaine du livre a été tournée : le film de Franklin J. Schaffner réunit Steve McQueen dans le rôle de Papillon et Dustin Hoffman.


Oeuvres littéraires
Papillon
Banco





Mousse, que le vent te pousse !
Chouf un jour, chouf toujours !
avatar
† 973
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Age : 68
TIMONIER NON

Re: Des Galeres au Bagne

Message par † 973 le Jeu 24 Aoû 2006 - 17:20

bonsoir,

Effectivement, Papillon s'est glorifié d'actes qu'il n'a jamais commis et qui appartiennent à ses camarades de bagne.

A ce sujet, s'il a effectivement été emprisonné à St laurent, il n'a par contre jamais séjourné à l'Ile du Diable. De plus le film montre des falaises sur cette île qui n'en comporte nullement.

Le livre de "Papillon" n'est que pure fiction (le concernant) mais a le mérite d'évoquer la vie d'un bagnard qui encore aujourd'hui soulève le voile d'une certaine société d'hier.

On ne peut après avoir foulé les pas de Seznec, Dreyfus et biens d'autres condamnés, par la visite du "camp de la déportation" , de l'ile du levant, du diable , camp de Cayenne où les prisonniers ont construit une route sans fin dans des maraicages ;

on ne peut, vous dis-je, être fier de nos gouvernants.

amicalement rené





Je sais ce que je vaux, je reste ce que je suis...

Contenu sponsorisé

Re: Des Galeres au Bagne

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 20 Nov 2018 - 16:33