Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 700168 messages dans 13913 sujets

Nous avons 14374 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Matelot14

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» MINERVE (SM)
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 14:16

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 14:11

» SNSM : un nouveau Capitaine
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 12:47

» [Marine à voile] L'Hermione
par BONNERUE Daniel Aujourd'hui à 12:44

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par Bureaumachine busset Aujourd'hui à 11:57

» [ Marine à voile ] Mon "boutre" marocain.
par LA TOULINE Aujourd'hui à 10:20

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 4
par jcdelisle Aujourd'hui à 9:38

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par LA TOULINE Aujourd'hui à 9:12

» FLOTTILLE 33 F
par GALAUD CLAUDE Aujourd'hui à 8:55

» UTILISATION DU FORUM : "RECHERCHES DE CAMARADES"
par Charly Aujourd'hui à 7:25

» [ Recherches de camarades ] EE Jauréguiberry 1965 à fin 1969
par jpchambraud Aujourd'hui à 6:11

» A645 ALIZE (BSP)
par COLLEMANT Dominique Hier à 22:52

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par L.P.(Pedro)Rodriguez Hier à 15:02

» BERRY (TRANSPORT-RAVITAILLEUR)
par marsouin Hier à 11:57

» [ Recherches de camarades ] DELAFOSSE CFM Mimizan mai à juillet 1950
par COLIN JACQUES Hier à 10:06

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par douzef Hier à 9:42

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par COLLEMANT Dominique Lun 16 Juil 2018 - 21:31

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par COLLEMANT Dominique Lun 16 Juil 2018 - 21:12

» [Tous les CFM] LES PERMANENTS DU CFM HOURTIN
par cariou Lun 16 Juil 2018 - 11:16

» [Musique dans la Marine] Bagad St-Mandrier
par PAUGAM herve Lun 16 Juil 2018 - 10:17

» [Vie des ports] Le port de Bordeaux
par Christian DIGUE Dim 15 Juil 2018 - 16:41

» ÉCOLE DES DÉTECTEURS - PORQUEROLLES
par Claude du 27 Dim 15 Juil 2018 - 11:36

» [Divers les nucs] SNLE
par corre claude Dim 15 Juil 2018 - 11:07

» Cimetière de la Marine à Rochefort
par loulou06000 Dim 15 Juil 2018 - 10:43

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par COLLEMANT Dominique Sam 14 Juil 2018 - 23:06

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par Roli64 Sam 14 Juil 2018 - 18:11

» [ Les sémaphores - divers ] Sémaphore de la Pointe Saint Gildas (44)
par J-L-14 Sam 14 Juil 2018 - 13:09

» [ Histoire et histoires ] Musée de la cavalerie à Saumur
par COLIN JACQUES Sam 14 Juil 2018 - 11:01

» NÎMES GARONS (B.A.N.)
par takeo Sam 14 Juil 2018 - 9:47

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Bureaumachine busset Sam 14 Juil 2018 - 9:44

» TOURVILLE (FRÉGATE)
par Hatoup Ven 13 Juil 2018 - 23:11

» PLUTON (B.B. PLONGEURS DÉMINEURS)
par LES BORMETTES Ven 13 Juil 2018 - 19:26

» PRAIRIAL (FS)
par Michel Roux Ven 13 Juil 2018 - 18:55

» VENDEMIAIRE (FS)
par Jean-Marie41 Ven 13 Juil 2018 - 18:47

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Ven 13 Juil 2018 - 18:46

» CHEVALIER PAUL (FREGATE)
par Christian DIGUE Ven 13 Juil 2018 - 15:30

» [Histoires et Histoire] Fortifications et ouvrages du mur de l'atlantique (Sujet unique)
par douzef Ven 13 Juil 2018 - 10:56

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par Didier Moreaux Ven 13 Juil 2018 - 9:59

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Joël Chandelier Jeu 12 Juil 2018 - 23:10

» La spécialité de Timonier
par DUFFOND Serge Mer 11 Juil 2018 - 22:11

» VOS TEE-SHIRTS ET VOS CASQUETTES SOUVENIRS MARINE
par chtitim59 Mer 11 Juil 2018 - 22:09

» BOUGAINVILLE BTS
par marsouin Mer 11 Juil 2018 - 20:39

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades de la Rance 79/80
par jean Tisseyre Mer 11 Juil 2018 - 11:27

» [ Campagne ] LA RÉUNION - TOME 003
par alain EGUERRE Mer 11 Juil 2018 - 6:35

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par bernard26700 Mar 10 Juil 2018 - 22:12

» TONNERRE (BPC)
par Michel Roux Mar 10 Juil 2018 - 20:03

» La spécialité de Radio
par DTL Mar 10 Juil 2018 - 9:00

» [ Recherches de camarades ] LAFFAUX
par olive2916 Lun 9 Juil 2018 - 17:54

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par foufou Lun 9 Juil 2018 - 16:26

» Accident du Sous Marin FLORE
par COLLEMANT Dominique Lun 9 Juil 2018 - 14:44

» [HISTOIRES ET HISTOIRE] Monuments aux morts originaux Français
par L.P.(Pedro)Rodriguez Lun 9 Juil 2018 - 13:21

» [ Recherches de camarades ] Recherche vétérans FAIS
par bernard26700 Lun 9 Juil 2018 - 12:49

» [DIVERS B.A.N.] Porte ouverte B.A.N de Lann-Bihoué Juin 2018
par Van de Zande Lun 9 Juil 2018 - 10:33

» [Les Bâtiments de servitudes ] BSAH LOIRE
par LE BERRE PAUL Dim 8 Juil 2018 - 11:28

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par 3eme ligne Sam 7 Juil 2018 - 23:19

» FLOTTILLE 11 F
par Jean-Marie41 Ven 6 Juil 2018 - 19:11

» DUPERRE (EE)
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 6 Juil 2018 - 11:10

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT
par COLLEMANT Dominique Jeu 5 Juil 2018 - 21:19

» [ Blog visiteurs ] Croiseur-cuirassé Jules Michelet
par Invité Jeu 5 Juil 2018 - 14:10

» LIEUTENANT DE VAISSEAU LAVALLÉE (AVISO)
par COLLEMANT Dominique Mer 4 Juil 2018 - 20:57

» SÉMAPHORE - PERTUSATO (CORSE)
par COLLEMANT Dominique Mer 4 Juil 2018 - 18:47

» [Vie des ports] Le Port de Nice
par timoniersoum Mer 4 Juil 2018 - 15:19

» COLBERT (1956) (Croiseur)
par vigneronclaude Mer 4 Juil 2018 - 14:12

» [Associations anciens marins] FNOM
par Quifille Mer 4 Juil 2018 - 8:31

» [Les anciens avions de l'aéro] F4 U7 Corsair
par Bureaumachine busset Mar 3 Juil 2018 - 19:15

» Le Conquet
par Xavier MONEL Mar 3 Juil 2018 - 16:14

» DÉTROYAT (AVISO)
par titus56 Mar 3 Juil 2018 - 15:12

» [Les anciens avions de l'aéro] L'HYDRAVION BREGUET BR.521 BIZERTE
par COLLEMANT Dominique Lun 2 Juil 2018 - 22:39

» CAPRICORNE (CM)
par COLLEMANT Dominique Lun 2 Juil 2018 - 22:34

» ARAMIS (Vedette de l'Adour)
par COLLEMANT Dominique Lun 2 Juil 2018 - 22:32

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par DUFFOND Serge Lun 2 Juil 2018 - 21:27

» D'ESTRÉES (EE)
par jeanphi Lun 2 Juil 2018 - 11:30

» JULES VERNE (BA)
par bigouden62 Lun 2 Juil 2018 - 11:18

» COMMANDANT L'HERMINIER (AVISO)
par LEMONNIER Lun 2 Juil 2018 - 10:25

» [ Divers frégates ] FREMM AUVERGNE
par pinçon michel Lun 2 Juil 2018 - 5:44

» Il y a 71 ans, souvenir d'un jeune engagé
par J-C Laffrat Dim 1 Juil 2018 - 12:20

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par Nenesse Sam 30 Juin 2018 - 23:18

» LE DUPUY-DE-LÔME (BR)
par Jean-Marie41 Sam 30 Juin 2018 - 19:21

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par loulou06000 Ven 29 Juin 2018 - 23:52

» Photo d'Atlantic
par corre claude Ven 29 Juin 2018 - 19:49

» ASTROLABE (Patrouilleur et Navire Logistique Polaire)
par Jean-Marie41 Ven 29 Juin 2018 - 19:49

» [ Blog visiteurs ] recherche modèles de bâtiments de la MN..!!
par centime44 Ven 29 Juin 2018 - 13:29

» BALNY (AE)
par J-L-14 Ven 29 Juin 2018 - 13:13

» [ Recherches de camarades ] Recherche Patrice Leconte spé Radio
par Noël Gauquelin Ven 29 Juin 2018 - 12:03

» [Aéronavale divers] Historique des Etendard IVM et Fouga Zéphyr
par Bernard CTY Jeu 28 Juin 2018 - 14:02

» LIVRE D'OR (Discussions non autorisées)
par Charly Mer 27 Juin 2018 - 22:41

» JEAN MOULIN (AVISO)
par rebouh Mer 27 Juin 2018 - 16:52

» [ Recherches de camarades ] Recherche Dessauve anciens colbert 1973-74
par titus56 Mer 27 Juin 2018 - 10:00

» [Campagne] ANTILLES
par Jacques l'A Mer 27 Juin 2018 - 9:11

» [Les batiments auxiliaires] THÉTIS A785 (BEGM)
par jobic Mar 26 Juin 2018 - 22:34

» [ Blog visiteurs ] Recherche historique, ex Base Aérienne de Rochefort
par Serge BAVOUX Mar 26 Juin 2018 - 19:00

» ORAGE (TCD)
par Didier Moreaux Mar 26 Juin 2018 - 18:44

» ALIDADE (HYDRO)
par tracker33 Mar 26 Juin 2018 - 18:28

» ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET (AVISO)
par centime44 Lun 25 Juin 2018 - 20:13

» LANVÉOC POULMIC (B.A.N.)
par Jean-Marie41 Lun 25 Juin 2018 - 19:08

» [ Marine à voile ] Volvo Ocean Race 11ème et dernière étape
par alain EGUERRE Lun 25 Juin 2018 - 15:33

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC du Pays de Montbéliard
par COLLEMANT Dominique Lun 25 Juin 2018 - 11:47

» [HISTOIRES HISTOIRE] LE DÉBARQUEMENT EN NORMANDIE
par J-L-14 Lun 25 Juin 2018 - 11:36

» [Opérations de guerre] GUERRE DE CORÉE - Tome 2
par marsouin Dim 24 Juin 2018 - 18:49

DERNIERS SUJETS


[Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Partagez
avatar
PINGOUIN NOSTALGIQUE
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 68
Mécanicien

[Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par PINGOUIN NOSTALGIQUE le Mar 5 Aoû 2008 - 17:25

Mon premier détachement à Djibouti, inoubliable, un équipage soudé, une équipe technique au point, et une ville qui ne laisse pas indifférent, les gens sont accueillants si on reste dans les quartiers "autorisés".




Certes, les conditions de logement sont "spartiates", malgré la clim (vieillissante) il fait chaud
sous la tôle.
Comme moyens de transport, un vieux "Junker" pour l'équipe technique et l'équipage, et une non moins vieille 4L pour le Chef de bord et les Officiers .
Nous voici arrivés, il y en a même un qui a amené ses skis, ce qui a bien fait rigoler tout le monde, en fait il voulait aller le plus loin possible sur le lac Abbé.
Sur le mur, chaque équipage laisse un "macaron", souvenir de son passage.


Quelques vues des rues commerçantes de Djibouti, ici on comprend mieux pourquoi toutes ces petites échoppes s'appellent "les caisses".


Nous voilà partis pour le lac Assal, qui a la particularité d'être à 150 mètres sous le niveau de la mer.
A cette époque, il n'y avait pas de route mais de la piste pour rallier le lac, nous avons mis 10 heures pour faire les 110km...
4x4 loué avec le chauffeur et le guide, il vaut mieux dans cette région ne pas partir trop à l'aventure.
Station essence ancien modèle, et je crois le seul arbre que nous avons vu de tout le parcours...


Nous avons fait le "voyage" en 2 étapes, la première nous a amenés au "Goubet", où je crois le Commandant Cousteau aurait dit avoir vu" les plus gros requins du monde".
Beau coucher de soleil, nous avons dormi sur la plage (que d'un oeil), le lendemain matin moment de panique : la batterie du 4x4 n'arrive pas à nous faire démarrer, on pousse et ça part, consigne : ne pas caler.
Evidemment, dans la montée, une roue se prend dans les cailloux.
Grand moment de solitude, on ne peut même pas dégager l'engin... tout le monde retient son souffle, le chauffeur actionne la clé... et ça redémarre.
Liesse collective...
Curieuses rencontres sur la "route" :
Dès qu'on s'arrête quelque part, on voit arriver de nulle part une foule de gens qui donnent l'impression de sortir des cailloux.
C'est là qu'on comprend pourquoi, avant de partir, le guide nous avait demandé de prendre une énorme quantité de pain, c'est en quelque sorte le "droit de passage" remis au chef de la "tribu".
A noter, les incisives limées du jeune Djiboutien, impressionnant...


En haut à gauche, rien à voir avec le lac Assal, il restait une place et c'est le lac Abbé qui en a hérité.
Les 3 autres vues sont donc le lac, objet de notre voyage. Ce qui donne l'impression d'être une plage n'est en fait que du sel, si on va dans l'eau on flotte vu le taux de salinité de l'eau.
On a testé, et là on a regretté à la sortie, le sel et la température extérieure de plus de 50°, on a l'impression de griller.
Vite de l'eau douce, et curieusement à quelques dizaines de mètres il y a un petit "lac" d'eau douce, presque fraîche.
La nature fait bien les choses...

Je suis retourné quelques années plus tard à cet endroit, presque déçu : il y a maintenant une belle route goudronnée, financée parait-il par un "quelconque" émir, et la magie de l'aventure n'est plus au rendez-vous...


Retour vers Djibouti, une construction sur la route d'Arta, on comprend pourquoi, avec 50° sous la tôle ondulée, on voit peu de gros...


Pour finir, une vue de Djibouti qui met bien en évidence les différents quartiers, vers le haut ceux où l'on peut aller sans problème (complètement en haut, "le Héron", on distingue aussi la mosquée un peu plus bas, avec le quartier commerçant des "caisses".
Fin de la promenade...


Dernière édition par Momo le Jeu 7 Aoû 2008 - 20:29, édité 1 fois (Raison : Lien erroné supprimer)
avatar
MOUTTE Michel
QM 2
QM 2

Age : 81
NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par MOUTTE Michel le Ven 31 Mar 2017 - 22:41

Je regrette que la qualité n'est pas terrible, mais c'est un film 8 mm repris sur la TV mais c'était mon premier film avec la caméra acheté à Aden... mais elle a le mérite d’exister, merci.
Sur l'Aviso Laperouse comme bout de bois .





rien ne sert de courir ,il faut mieux être en retard au boulot ,que d'être en avance au paradis.....
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 70
Secrétaire NON Interprète

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Roger Tanguy le Lun 11 Juin 2018 - 12:25

Ne sachant où placer le texte suivant, il m'a été proposé de le mettre ici.
Autour de Djibouti, cela peut aller effectivement jusqu'à la rive d'en face. Et en face, il y a Mokha.

Il ne manque pas parmi vous des amateurs de café. Le mot mohka ne vous est pas inconnu et ceux qui ont fait Djibouti, connaissent le port du même nom.
Ce qui est moins connu, par contre, c'est une aventure maritime, un lien tout à fait original entre ce port et les marins français, sans oublier le premier sillage de ces marins dans les eaux de Djibouti.

Spoiler:
MOHKA
a connu l'apogée de sa prospérité au XVIIème siècle. Seul port exportateur au monde de café, c’était la capitale mondiale du commerce de ce produit issu des montagnes yéménites. Sa renommée était telle que son nom était devenu synonyme du fameux breuvage.

Le café aurait été introduit au Yémen vers le milieu du XVème siècle (en provenance d’Éthiopie). L’usage de cette boisson se répandit ensuite dans la péninsule arabique. Les Turcs le découvrent en arrivant à Mokha en 1517. Les premiers grains arrivent en France, probablement vers 1644, date à laquelle on en trouve sur le marché de Marseille.

Le café obtint un tel succès que, pour échapper à l’exclusivité des négociants turcs (ottomans), les pays européens cherchent à se fournir directement chez le producteur. La Compagnie des Négociants de Saint-Malo affrète deux navires corsaires, le Curieux et le Diligent, avec deux objectifs, l'un, la course (on est corsaire ou on ne l'est pas) et l'autre, le principal, « la traite des cafés ».

Partis de Brest le 6 février 1708, la flottille arrive à Cadix dix sept jours plus tard. Deux vaisseaux anglais sont rançonnés et pillés (il faut bien financer l'expédition).

L'escale à Cadix n'est pas le fruit du hasard. Les vendeurs de café, les paysans yéménites, exigent d'être payés en piastres mexicaines (frappées à l'Hôtel des monnaies de Mexico, à l'exclusion de toute autre monnaie). Au XVIème siècle, la découverte d'importantes mines d'argent au Mexique a permis aux Espagnols de frapper de très grosses quantités de monnaie, notamment une grande pièce en argent appelée piastre (ou dolera). Les piastres sont acheminées en Espagne à bord des galions (c'est la pièce le plus souvent mentionnée dans les histoires de pirates et de trésors). La piastre devient la monnaie la plus utilisée par les commerçants dans le monde entier. C'est la monnaie de référence dans le commerce international, reconnue et acceptée par pratiquement tous les pays. Cadix étant le point principal d'arrivée des piastres de Nouvelle-Espagne, ce port permet de s'approvisionner de la manière la plus directe.

La petite flottille se rend à Aden. Ce sont les premiers vaisseaux français à faire escale dans ce port. Munis d’une lettre de recommandation ils font route sur Mokha. Un vent contraire les pousse, sur l’autre rive de la mer Rouge, vers les côtes africaines, dans le golfe de Tadjourah. Pour la première fois également le pavillon français flotte dans ces eaux qui allaient passer plus tard sous le contrôle de la France avec la création de l’escale de Djibouti.

Enfin, le 3 janvier 1709, la flottille fait une arrivée remarquée à Mokha. Les navires français sont accompagnés de l'une de leur prise, un vaisseau hollandais, dont la cargaison est vendue 50 000 piastres, sur place.

Mokha est le port d'expédition du café, mais pour acheter ce café, il faut se rendre au grand marché de Bait al Faqih. C'est le commandant du Diligent qui s'en charge. Les malouins achètent une quantité record de café (700 000 livres).

Les malouins, ceux-ci et ceux qui leur succéderont, vont changer complètement la donne dans le commerce du café, d'une part par le caractère massif de leurs achats, et d'autre part par la création d'une liaison commerciale directe entre l'Europe et l'Arabie du sud (par le cap de Bonne espérance). Jusqu'à l'irruption en mer Rouge des Malouins, c'est de Ceylan ou de Batavia qu'arrivaient, à Mokha, les navires hollandais, et de Bombay ou Surate, les bateaux anglais qui y déchargeaient des marchandises indiennes, des épices et repartaient chargé de café qui était ensuite déchargé dans les ports d'attache. Ce café était destiné aux marchés locaux et seule une petite partie était rechargée sur des navires repartant vers l'Europe.

Les Turcs, qui jusque là faisaient parvenir le café en Europe par la voie arabo-méditerranéenne, court-circuités, viennent se plaindre, en vain, au roi du Yémen. Même les commerçants de Marseille adressent une protestation au roi de France contre les pratiques des Malouins, estimant « estre seuls en possession de faire venir du café en France et de le faire venir par l’Égypte et la mer Méditerranée en vertu de la franchise du port de Marseille. »

Cette première expédition est bien reçue par le sultan local. Un accord commercial avantageux est signé. Tout semble aller pour le mieux. En réalité, cette affaire avait déjà mal démarré et va virer au désastre. Lors de l'escale à Cadix les équipages, y compris les officiers, s'adonnent à la débauche et à la boisson dans ce port. Le capitaine de l'un des navires décède. C'est l'un des officiers pillards des vaisseaux anglais qui le remplace dans son commandement. Les relations entre les capitaines des navires, mais aussi entre eux et les hommes vont rapidement se dégrader. Les équipages sont maltraités, on comptera une centaine de morts dans leurs rangs. Sur le chemin du retour les corsaires font encore quelques prises lucratives. Un ouragan disperse les navires qui feront désormais route séparée. Partis pour un voyage d'un an, les survivants ne reverront Saint-Malo que deux ans et demi plus tard. L'expédition se révélera quand même rentable en raison des prises faites en mer et non pas vraiment grâce au café dont la qualité s'était très altérée. Lorsque le capitaine "remplaçant" arrive enfin à Saint-Malo, il est complètement ivre. Il est aussitôt jeté en prison.

Quelques années plus tard, les accords du marché semblent perdus de vue. Le signataire du marché étant décédé, ses successeurs n’en respectent plus les termes (les trouvant désavantageux pour leur cassette – les Malouins payaient des droits de douanes inférieurs à ceux de leurs concurrents). La Compagnie Française des Indes Orientales organise une expédition punitive.

Quatre navires, placés sous le commandement d’un neveu de Duguay-Trouin, sont dépêchés pour "porter la terreur dans Mokha et profiter de cette crainte pour réparer le passé et conclure à l’avenir un traité plus solide et plus avantageux". Le 14 février 1737, les Français bombardent Mokha, y débarquent 330 soldats et s’emparent de la ville. Le drapeau français flotte sur Mokha. Le frère de l’imam envoie, de Taez, 4 500 soldats au secours de la cité. En vain. Les Français ne rendront leur prise que le 21 juin, après avoir été réintégrés dans tous leurs droits et avantages antérieurs. Le commerce reprend.

Les Yéménites, ayant mis l’embargo sur l’exportation de semences ou de plants de café, profitent de leur monopole pour faire grimper abusivement les prix. Les Européens réagissent. Les Hollandais organisent une opération commando et s’emparent de plants de caféiers qu’ils acheminent en Indonésie. Les Français les auraient, eux, "obtenus" du sultan. Quoi qu’il en soit, ils se lancent, avec succès, dans la culture du café à La Réunion. Les Anglais ne sont pas en reste. Les européens introduisent le café dans leurs colonies, à Java, aux Indes, aux Antilles, en Nouvelle Calédonie, au Kenya, en Ouganda, au Brésil, en Colombie… Dans ces pays, il trouve des conditions très favorables. La production est abondante et bon marché. Un siècle plus tard, le Yémen ne contribue plus que pour 1% du marché mondial du café. C’en est fini de la prospérité de Mokha. L’ex-première ville du Yémen n’est plus qu’un hameau entouré de ruines et de huttes.

Pourtant, selon les spécialistes, le café du Yémen, au goût de réglisse et de chocolat, est le meilleur du monde (c'était aussi l'avis de ma belle-mère).



avatar
Noël Gauquelin
MAJOR
MAJOR

Age : 73
Radio NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Noël Gauquelin le Lun 11 Juin 2018 - 14:21

Merci Roger Tanguy pour cette très intéressante tranche d'histoire.



Être humain, c'est aimer les hommes. Être sage, c'est les connaître  (Lao Tseu).
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 70
Secrétaire NON Interprète

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Roger Tanguy le Mar 12 Juin 2018 - 13:14

Vous souvenez vous de la carte de l'empire colonial français affiché au mur de la classe ? Comme toutes les colonies, Djibouti était colorié en rose. Mais probablement que vous ne vous souvenez pas (et moi non plus) que juste en face sur la côte sud arabique il y avait aussi un petit confetti rose. Il s'agit de Sheikh Saïd (prononcez cher saïd, kh = r').

Sheick Saïd est une péninsule près de l'île de Périm dans le détroit de Bab el Mandeb (la porte des lamentations), face à Djibouti donc, sur la côte yéménite.

(petite parenthèse sur Périm – bien connue, et peut-être pas assez à leur gré des militaires français stationnés à Djibouti. Mon voisin pingouin en a gardé un souvenir impérissable. Alors que son avion restait tourner plus que raisonnablement au-dessus de Périm, il a vu arriver 2 Mig qui l'a encadré d'une rafale de semonce. Ça rend raisonnable ! On se rappellera aussi du Dupetit-Thouars qui a ramassé un pellot de char T72 tombé à la verticale dans le cheminée et qui par miracle a explosé avant d'arriver à la chaudière. Les commandos marins palestiniens y étaient stationnés. Sans l'aide discrète et efficace qu'ils m'avaient apporté, jamais le Var, avec Alindien à bord, n'aurait fait escale au Yémen. Mais cela reste entre nous, ne rapportez pas à EMA/RE que leur secrétaire militaire fricotait avec les "terroristes" ).

Mais revenons à Sheikh Said. Ce territoire avait été acheté par une entreprise marseillaise, au prix de 80 000 thalers (faudra que je vous parle un jour des thalers, ça vaut son pesant d'argent) qui n'a jamais été payé d'ailleurs dans son intégralité.

Dans les livres d'Histoire ce petit bout de Yémen était donc colorié en rose. Certains le présentaient comme le Gibraltar de la mer Rouge. Il commandait le détroit et se voulait une épine dans le pied des Britanniques installés à Aden.
Il aurait été aussi prévu pour abriter un dépôt de charbon pour nos navires en route sur l'Indo (du temps de Francis Garnier ou de Rivière).

En réalité on ne sait pas grand chose sur ce territoire. Un attaché du service culturel de l'ambassade avait fait un excellent topo sur le sujet mais je n'arrive pas à le retrouver dans mon bazar. Mon déménagement traîne en longueur et mes affaires sont éparpillées entre l'ancienne et la nouvelle maison. Quand je le retrouverai, je reviendrai sur le sujet.
Dans l'immédiat, je voulais juste attirer votre attention sur cette "possession française" face à Djibouti.

Quand au 19ème siècle les Turcs ottomans occupent la rive arabe de la mer Rouge, ils élèvent un fort à Sheikh Said. La presse française s'enflamme mais le gouvernement français ne réagit pas. Et pour cause, il ne considère pas Sheikh Said comme une colonie, tout au plus la propriété d'une entreprise.

Si vous êtes un lecteur de Henri de Montfreid, vous savez que, néanmoins les autorités françaises à Djibouti s'y intéressaient et y avaient envoyé l'aventurier en mission de reconnaissance. Il avait eu de sérieux soucis avec les Turcs mais comme ce type avait une baraka hors du commun, il s'en est sorti bien sûr.

Lors du traité de Versailles, en 1919, la France renonce expressément à tout projet colonial à Sheikh Said mais cette péninsule restera encore pendant longtemps coloriée en rose dans nos manuels d'Histoire.




avatar
Jeff46
QM 1
QM 1

Age : 67
Transfiliste équipage NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Jeff46 le Mar 12 Juin 2018 - 21:15

Bonjour à tous,

Je découvre ce sujet, tout chaud - comme les sables et cailloux du désert - et je me permets d'y glisser mon grain de sel
Merci Pingouin.
Pour avoir fait une quinzaine d'escales plus ou moins longues à Djibouti en 72 et 73, j'avoue avoir moi aussi été emballé et parfois désabusé. Mais jamais indifférent.
Roger, notre voisin "d'en face" à l'époque, autre historien de la Mer Rouge, après Henry de Monfreid, nous a déjà enthousiasmés avec ses récits yéménites avant son exil vers les frimas finnois. Et il ne nous dit pas tout.
Quelques images de ce pays (ce serait bien Pingouin que tu repostes les tiennes) :






Photos DR Editions Delroisse



Un marin, en dehors du boulot, est un homme qu'on laisse tranquille.
Michel de Saint-Pierre (La mer à boire)
avatar
Bureaumachine busset
MATELOT
MATELOT

Age : 61
NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Bureaumachine busset le Mer 13 Juin 2018 - 6:47

Jeff46 belle photos
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 70
Secrétaire NON Interprète

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Roger Tanguy le Mer 13 Juin 2018 - 10:00

La marine ce n'est pas un métier mais une aventure.
Je n'ai certainement pas navigué autant que d'autres, les postes de gradé secrétaire à bord des bateaux sont bien moins nombreux que ceux des boscos ou des mécaniciens. Par contre, pour ce qui est de l'Aventure, avec un A majuscule, j'ai eu, là aussi certainement, mon compte.

Derrière les hauts murs de mon lycée (qui avait un mur commun avec la prison de la ville) je chassais mon ennui dans les bouquins. Je m'identifiais aisément à tous les héros réels ou fictifs de mes lectures, Robert Surcouf, Henri de Montfreid, OSS 117, Laurence d'Arabie.... je ne m'imaginais pas qu'un jour la marine me ferait marcher dans leur pas.

Ma prof d'instruction civique se désolait qu'un grand garçon comme moi, bientôt en âge de voter, se moquait éperdument de la couleur politique du président de la République et du fonctionnement des institutions.

Là encore, j'ai été rattrapé par mon métier. Je me suis trouvé sur le tapis rouge au pied des avions présidentiels ou ministériels comme photographe ou membre du comité d'accueil.
Et là, on approche la politique (ou les politiques).

Et Djibouti dans tout cela ? Me diriez-vous. Nous y voilà.
Fin 1991, la république de Djibouti est sous tension extrême. On assiste à des affrontements entre l'armée et les rebelles afars. Situation classique, les Afars s'estimant être écartés du pouvoir par les Issas réclament justice (c'est ce qui se passe aujourd'hui au Yémen).
En février 1992, les 2/3 du pays sont sous contrôle Afar.
On fait appel à la France pour négocier un cessez-le-feu.

Un négociateur du gouvernement français débarque à Djibouti pour rencontrer le chef des différents partis.
Las, le chef des afars, du Front pour la Restauration de l'Unité Démocratique (le FRUD) est introuvable. Où est-il ?

Vous vous en doutez, puisque j'en parle : au Yémen.
Au Yémen, oui, mais où ? Ce gars craint pour sa vie, il n'a pas laissé son téléphone et son adresse.
Le gouvernement (ou le négociateur) s'adresse à l'ambassadeur à Sana'a. Et comme d'habitude quand il n'a pas de solution, il se tourne vers le poste militaire.

Le Yémen est dirigé par des militaires (y compris le Président). Les services de renseignements militaires sont très actifs. Nous faisons appel à nos contacts.

Le chef de la rébellion est localisé. Le négociateur français peut venir à Sana'a. La gestion de l'autorisation de survol, la prise en charge de l'équipage, est de mon ressort.

L'entrevue aura lieu à la résidence de l'ambassadeur. Maintenant il s'agit de prendre en charge notre bonhomme. Nul ne doit savoir où il est planqué, il doit voyager incognito et en toute sécurité. Qui, à l'ambassade, peut être chargé d'une telle mission ?

Pas la peine de faire un dessin, à chaque fois qu'il y a un truc pas très catholique c'est à moi que pense immédiatement l'ambassadeur. Je suis son couteau suisse.

Voilà comment, moi qui ne m'intéressait pas à la politique, j'ai trempé dedans et comment, à mon modeste niveau, j'ai participé au cessez le feu à Djibouti.



avatar
Bureaumachine busset
MATELOT
MATELOT

Age : 61
NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Bureaumachine busset le Mer 13 Juin 2018 - 11:00

Roger beau récit
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 70
Secrétaire NON Interprète

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Roger Tanguy le Mer 13 Juin 2018 - 20:34

"Autour de Djibouti" peut se comprendre, soit comme un thème lié à Djibouti sans pour autant parler précisément de la la ville ou la République ou soit, plus largement, de ce qui se passe "autour", dans les pays voisins mais dont les activités ont une incidence sur Djibouti.
Alors parlons des voisins.

Dans le même temps que Djibouti est empêtrée dans sa guerre civile, sa voisine, l’Éthiopie doit faire face à la volonté de faire sécession de l'une de ses provinces : l’Érythrée.
On ne voit jamais d'un bon œil une partie du pays faire sécession (exemple USA) surtout si cela vous prive d'un accès à la mer. La réponse est toujours : la guerre.

Les combattants des deux bords ignorent la frontière Djiboutienne et la violent comme bon leur semble. En vertu des accords de défense qui lient la France à Djibouti, c'est l'armée française qui va s'occuper, avec efficacité (on s'en doute), de ce problème.

Ces événements un peu hors de mes eaux territoriales vont néanmoins venir jusqu'à moi. D'abord, des vagues de réfugiés échouent sur les côtes Yéménites. Les combattants crevant de soif échangent leur kalachnikov contre une poignées de rials voire pour une bouteille d'eau. Il y a des affaires à faire. La marine française va leur distribuer des rations de combat (que l'on retrouvera en vente dans les échoppes de Sana'a).

Un jour, j'entends vociférer dans la rue de l'ambassade habituellement bien tranquille. Ce n'est pas un cul-de-sac mais on peut dire qu'elle mène à peu près nulle part.
Je monte sur le toit-terrasse voir ce qui se passe. Il y a là une foule, apparemment bien remontée, du type originaire de l'autre rive, brandissant des pancartes affichant : Free Erythea. Bon, ce n'est pas mon affaire. Je suppose que les manifestants vont ainsi parcourir la ville. Je retourne dans mon bureau.

Pas pour longtemps. L'ambassadeur me cherche. Il m'explique que le gardien lui a fait savoir que ces gens veulent être reçus par l'ambassadeur de France. Évidemment, il n'est pas question qu'il réponde favorablement à leur demande mais il a fait dire que son conseiller politique allait aller à leur rencontre. Seulement, personne parmi son personnel, ne veut se risquer à aller dans la rue.
Alors, est-ce que moi je veux bien me charger de cela ? S'il vient me voir c'est qu'il connaît déjà la réponse.

Me voilà baptisé (pour un instant) conseiller politique. On entr’ouvre le portail de l'ambassade et me voilà dans la rue. Il y a du monde ! Ces braves gens se révèlent pas du tout agressifs. Ils veulent seulement remettre un lettre à l'ambassadeur pour qu'il la transmette au Président Mitterrand pour qu'il appuie la demande d'indépendance des Érythréens auprès de l'ONU. Je discute un moment avec eux et promets que cela sera fait.

Par la suite, pendant longtemps, des Noirs que je ne connaissais pas, me saluèrent dans la rue.

Voilà comment des événements " autour de Djibouti " viennent jalonner mon quotidien.





avatar
Matelot
QM 2
QM 2

Age : 75
Canonnier pointeur équipage NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Matelot le Mer 13 Juin 2018 - 21:32

ROGER

Sacrée carrière

Conseiller politique, sa s'arrose.



avatar
Jeff46
QM 1
QM 1

Age : 67
Transfiliste équipage NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Jeff46 le Mer 13 Juin 2018 - 21:46

Belle narration Roger comme d'hab !
Pour revenir à "l'incident" du DPT le 14 mars 72 j'ai trouvé dans mes archives quelques telex échangés ce jour là.
Visite de courtoisie est-il écrit le lendemain.
Bel euphémisme...





Un marin, en dehors du boulot, est un homme qu'on laisse tranquille.
Michel de Saint-Pierre (La mer à boire)
avatar
Roger Tanguy
MAJOR
MAJOR

Age : 70
Secrétaire NON Interprète

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Roger Tanguy le Jeu 14 Juin 2018 - 8:54

Jeff !
(un peu petit, je n'arrive pas à lire l'heure de l'attaque)
Tu en as des choses étonnantes dans tes archives !
Excellente illustration de l'affaire DPT mais aussi, comme tu le soulignes, de langue de bois.
Il est étonnant que les échanges se soient fait en Non Protégé.
Si le navire n'a pas été atteint dans ses œuvres vives ce n'est pas le cas du marin blessé au "bas ventre". Je crois qu'il a dû, pour partie au moins, être amputé.
Mon voisin Mecbo me disait, que malgré l'heure tardive, l'équipage du Breguet avait fait ouvrir le bar de la base à Djibouti et fêté bruyamment leur retour, s'en foutant des remontrances pour le bruit occasionné à cette heure, trop content de n'avoir pas été abattu.
Même en temps de paix, il y a des régions où il se passe des "choses".



avatar
Jeff46
QM 1
QM 1

Age : 67
Transfiliste équipage NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Jeff46 le Jeu 14 Juin 2018 - 18:55

Alors l'heure est 0802C précises.
Retournons vers Djibouti en boutre.




Au passage, Ambouli et sa mosquée.



Et Obock à la redoutable réputation pour ses geôles de la Légion.
Interdiction de parler, de siffler, de chanter ; mais qui en aurait eu envie ?
Juste le droit de casser les cailloux sous le soleil brûlant.
J'ai rencontré un jour dans la salle d'attente de l'hôpital un légionnaire menotté et gardé par un collègue en armes venu faire plâtrer sa jambe qu'il avait cassé volontairement d'un coup de pioche tellement il n'en pouvait plus.
Pas de chance, il a pris un mois de plus...


Il arrivait, rarement, qu'un marin y soit incarcéré avant son rapatriement disciplinaire, il fallait qu'il ait fait une grosse bêtise !
Je n'en ai pas connu.
A plus...
Photos DR Grands Comptoirs Français Djibouti
Éditions ABEILLE-CARTES "LYNA-PARIS"



Un marin, en dehors du boulot, est un homme qu'on laisse tranquille.
Michel de Saint-Pierre (La mer à boire)
avatar
J-L-14
QM 1
QM 1

Age : 73
Mécanicien équipage NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par J-L-14 le Jeu 14 Juin 2018 - 20:37

Roger !!!!     merci   



 
avatar
GILOU971
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 58
Radio NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par GILOU971 le Ven 15 Juin 2018 - 16:40

Super vos souvenirs, photos et archives !

Le radio que je suis (resté ...!!! ) a sauté quand il a vu la protection des messages, au moins pour le premier ... "Non Protégé" ... pour un évènement pareil !!!

Moi qui pensait que les postes en Ambassade étaient tranquilles !
Je suppose que celui d'Helsinki a été plus calme quand même !!!
Un de mes potes a été en ambassade à Beyrouth ... il a quelques jolis souvenirs aussi ...

Amitiés.



"Quand vraiment on a une confiance, when you start to believe the belief, on devient confiant."
Jean-Claude Van Damme

"Il vaut mieux se taire et passer pour un con, plutôt que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet !"
Pierre Desproges

Amitiés Ensoleillées !
Gilles
Ex Saint François, Guadeloupe.
Saint Cyprien, Pyrénées Orientales.
avatar
loulou06000
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 64
Électronicien d'armes NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par loulou06000 le Ven 15 Juin 2018 - 18:21

Ayant fait une mission dans l'Ocean Indien (Nerée) en 1975, sur le DPT, il me semble lors de notre transit vers Djibouti nous avons ete mis au poste de combat aux abord des cotes yemenites
Tiens Jeff, le boutre sur lequel nous avons fait une traversée folklorique avec mon PM en direction de Tadjoura.


avatar
Jeff46
QM 1
QM 1

Age : 67
Transfiliste équipage NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Jeff46 le Ven 15 Juin 2018 - 18:54

Le poste de combat, c'était pour exorciser le mauvais sort Loulou ! Au cas où...
J'ai fait une sortie en boutre pendant une désinsectisation avec les copains du Protet moins folklorique que la tienne. On est allé pêcher la langouste aux îles Hanish. Donc pas besoin de zébu !
Je n'ai pas de photos, hélas, alors je joins cette CP:





Un marin, en dehors du boulot, est un homme qu'on laisse tranquille.
Michel de Saint-Pierre (La mer à boire)
avatar
Bureaumachine busset
MATELOT
MATELOT

Age : 61
NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par Bureaumachine busset le Ven 15 Juin 2018 - 20:20

Photo sympa Loulou
Langoustes Sympa
avatar
loulou06000
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 64
Électronicien d'armes NON

Re: [Divers Djibouti] Autour de Djibouti

Message par loulou06000 le Ven 15 Juin 2018 - 22:54

Tadjoura



et voyage retour sur Djibouti



    La date/heure actuelle est Mer 18 Juil 2018 - 14:41