Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 629010 messages dans 13274 sujets

Nous avons 15613 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Fabien Lang

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par Roger Tanguy Aujourd'hui à 22:56

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par loulou06000 Aujourd'hui à 22:52

» [Logos-Tapes-Insignes] ECUSSONS
par Roger Tanguy Aujourd'hui à 22:13

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par Charly Aujourd'hui à 22:01

» CFM BREST
par J-L-14 Aujourd'hui à 20:35

» [Marine à voile] L'Hermione
par ramblas47 Aujourd'hui à 18:28

» FLOTTILLE 6 F
par BOCOGNANO Jacques Aujourd'hui à 14:42

» [Campagnes C.E.P.] TAHITI - TOME 2
par noelcaruso Aujourd'hui à 11:40

» JULES VERNE (BA)
par PAUGAM herve Hier à 22:21

» [Campagne C.E.P. - Mururoa] Photos inédites de Mururoa
par Jean-Marie41 Hier à 20:49

» EDIC 9074
par FASQUEL Hier à 18:41

» [ Recherches de camarades ] Anciens de la 8 S Alger Maison Blanche,1959
par Christian Fleury Hier à 18:14

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par christian dupuy Hier à 17:55

» ORAGE (TCD)
par EUGENE Raymond Hier à 15:34

» D'ESTRÉES (EE)
par ERIK BORGNE Hier à 11:56

» CFM - NOS PHOTOS DES CLASSES et UNIQUEMENT
par Charly Lun 21 Aoû 2017 - 23:08

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Joël Chandelier Lun 21 Aoû 2017 - 22:38

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par COLLEMANT Dominique Lun 21 Aoû 2017 - 20:39

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par alain EGUERRE Lun 21 Aoû 2017 - 18:54

» LE NORMAND (ER)
par t.neveux Lun 21 Aoû 2017 - 18:38

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Joël Chandelier Lun 21 Aoû 2017 - 18:27

» D.E.T. PORQUEROLLES
par Quideau Jean Claude Lun 21 Aoû 2017 - 16:27

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par PAUGAM herve Dim 20 Aoû 2017 - 22:51

» DAKAR BEL-AIR et OUAKAM (B.A.N.)
par COLLEMANT Dominique Dim 20 Aoû 2017 - 22:42

» BALNY (AE)
par ramblas47 Dim 20 Aoû 2017 - 20:21

» Marins Pompiers des Bases Aeronavale
par douzef Dim 20 Aoû 2017 - 20:19

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Michel Balannec Dim 20 Aoû 2017 - 19:02

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par JACQUES SOUVAY ou BILL Dim 20 Aoû 2017 - 18:48

» CDT BORY (AE)
par marsouin Dim 20 Aoû 2017 - 13:06

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par COLLEMANT Dominique Sam 19 Aoû 2017 - 17:50

» [Les traditions dans la Marine] Saint Eloi
par LE BRETON Jean-Yves Sam 19 Aoû 2017 - 13:26

» [Campagne] ANTSIRABE
par Jean-Léon Sam 19 Aoû 2017 - 12:28

» [Campagne] TULEAR - IFATY - SAINT-AUGUSTIN - ANAKAO
par Jean-Léon Sam 19 Aoû 2017 - 12:23

» [Campagne] NOSSI-BE
par Jean-Léon Sam 19 Aoû 2017 - 12:16

» [ Blog visiteurs ] Photos de Tahiti, Taravao
par Invité Sam 19 Aoû 2017 - 11:07

» [ Blog visiteurs ] aviso henry 1968 message 479 de M. CORBIERE EMILE
par corbiere.emile Sam 19 Aoû 2017 - 8:35

» [Votre passage au C.F.M.] Photos de groupe
par combaz Ven 18 Aoû 2017 - 17:03

» [ Recherches de camarades ] Recherche Georges Plateau ancien La Saône 73/74
par bielo Ven 18 Aoû 2017 - 10:04

» SÉMAPHORE - CHASSIRON - ILE D'OLÉRON (CHARENTE MARITIME)
par VENDEEN69 Ven 18 Aoû 2017 - 8:55

» [Aéronavale divers] Hélico NH90
par jobic Jeu 17 Aoû 2017 - 22:04

» ORIGNY (BO)
par Charly Jeu 17 Aoû 2017 - 21:23

» LE TRIOMPHANT (SNLE)
par Kohler Jean Marie(Hans) Jeu 17 Aoû 2017 - 17:35

» [ Blog visiteurs ] Maître-Principal Louis Bizien et Capitaine de Frégate Alain Bizien
par Invité Jeu 17 Aoû 2017 - 11:29

» [ École des Mousses ] Promotion 74/75
par Jean-Yves Maringer Jeu 17 Aoû 2017 - 9:10

» [Aéro divers] Le GHAN-1 (31F, 32F et 33F) en Algérie...
par Yvon LELIEVRE Mer 16 Aoû 2017 - 21:30

» INSIGNES
par Jean-Marie41 Mer 16 Aoû 2017 - 18:58

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par takeo Mer 16 Aoû 2017 - 18:19

» Hommages à nos anciens plongeurs démineurs.
par MILLET Jean Claude Mer 16 Aoû 2017 - 16:45

» STATION D'ESSAIS DES COMBUSTIBLES ET LUBRIFIANTS DE LA FLOTTE
par MILLET Jean Claude Mer 16 Aoû 2017 - 15:08

» [ VOS ESCALES ] SAINT PIERRE ET MIQUELON
par Jean-Léon Mar 15 Aoû 2017 - 17:33

» MARINE CHERBOURG
par kerneve Mar 15 Aoû 2017 - 9:07

» BAN SAINT RAPHAEL ET CEPA/10S
par yrudnoiv Lun 14 Aoû 2017 - 10:45

» [ Histoire et histoires ] Canulars
par kerneve Lun 14 Aoû 2017 - 7:30

» [ Blog visiteurs ] Ouvrage "Les Commandos De Ponchardier"
par Invité Dim 13 Aoû 2017 - 6:23

» [ Les traditions dans la Marine ] LES MASCOTTES DANS LES UNITÉS DE LA MARINE
par Tinto Dim 13 Aoû 2017 - 1:33

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 003
par Charly Sam 12 Aoû 2017 - 23:18

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Mono Sam 12 Aoû 2017 - 22:06

» [Aéronavale divers] Breguet Alizé BR 1050
par GRAFF Gérard Ven 11 Aoû 2017 - 21:48

» [ Recherches de camarades ] Recherche "Photographes "
par PAUGAM herve Ven 11 Aoû 2017 - 18:43

» MÉDOC (BB - MURUROA)
par COLLEMANT Dominique Ven 11 Aoû 2017 - 14:55

» [ Recherches de camarades ] écoles d'infirmiers Hopital St ANNE à Toulon fin 74 , début 75
par Bernard Gaillard 48 Ven 11 Aoû 2017 - 10:14

» [ Recherches de camarades ] BDC LE TRIEUX 1975 /1976
par Bernard Gaillard 48 Ven 11 Aoû 2017 - 10:11

» [ Recherches de camarades ] BH1 LA RECHERCHE , de 1976 à 1977
par Bernard Gaillard 48 Ven 11 Aoû 2017 - 10:09

» [HISTOIRES HISTOIRE] Anecdote de la vie à bord
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 11 Aoû 2017 - 9:04

» [ Blog visiteurs ] Présentation de mon ouvrage sur Les Commandos De Ponchardier
par Invité Ven 11 Aoû 2017 - 8:03

» [ LES ÉCOLES DE SPÉCIALITÉS] P.E.M. "Pôle Ecoles Méditerranée"
par Jean-Marie41 Jeu 10 Aoû 2017 - 20:03

» [Vieilles paperasses] Anciennes photos de marins
par Jean-Marie41 Jeu 10 Aoû 2017 - 19:07

» [ Blog visiteurs ] Donation contre "bons soins"
par Lebas Jeu 10 Aoû 2017 - 17:13

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires
par PAUGAM herve Jeu 10 Aoû 2017 - 10:22

» [ Blog visiteurs ] Infos navire Jean Pierre Calloc'h Madagascar
par Invité Jeu 10 Aoû 2017 - 0:19

» JAUREGUIBERRY (EE)
par DUFFOND Serge Mer 9 Aoû 2017 - 23:45

» [Vie des ports] LE PORT D'AUDIERNE
par Roger Tanguy Mer 9 Aoû 2017 - 21:31

» NORMANDIE D651 (FREGATE)
par pinçon michel Mer 9 Aoû 2017 - 13:24

» [Les traditions dans la Marine] Les hamacs.
par MILLET Jean Claude Mer 9 Aoû 2017 - 11:20

» [HISTOIRES HISTOIRE] LE DÉBARQUEMENT EN NORMANDIE
par J.Revert Mer 9 Aoû 2017 - 8:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche copains BELLE POULE 07/76 à 10/81
par Fanfan Mar 8 Aoû 2017 - 21:27

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par MARTIN Jean-Pierre Mar 8 Aoû 2017 - 18:44

» LA PAIMPOLAISE (PC)
par christian dupuy Mar 8 Aoû 2017 - 13:56

» [ Blog visiteurs ] P2V7 Neptune N°147 571 - Jaquemard
par Invité Lun 7 Aoû 2017 - 22:44

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] VISITE DE LA RADE DE TOULON
par centime44 Lun 7 Aoû 2017 - 19:45

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par corre claude Lun 7 Aoû 2017 - 9:52

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Noël Gauquelin Dim 6 Aoû 2017 - 11:57

» CDT BOURDAIS (AE)
par COLLEMANT Dominique Sam 5 Aoû 2017 - 21:01

» [ Recherches de camarades ] RECHERCHE MÉCANOS P.A. ARROMANCHES 72
par BERTIN Sam 5 Aoû 2017 - 19:30

» FLOTTILLE 33 F
par DALIOLI Sam 5 Aoû 2017 - 19:16

» [ Recherches de camarades ] SNLE Terrible 1970 - 1971
par Kohler Jean Marie(Hans) Sam 5 Aoû 2017 - 16:58

» [Opérations de guerre] GUERRE DE CORÉE - Tome 2
par MILLET Jean Claude Ven 4 Aoû 2017 - 14:15

» DÉTROYAT (AVISO)
par G SCHWARTZEL Ven 4 Aoû 2017 - 13:32

» [Les traditions dans la Marine] Tenue dans la Marine- Tome 02
par BEBERT 49 Jeu 3 Aoû 2017 - 20:27

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] Recherche de photos
par Ouin Ouin Jeu 3 Aoû 2017 - 10:37

» [ Recherches de camarades ] Recherche de camarades de l'ecole ELAER de Rochefort 1978 a 1980
par Ouin Ouin Jeu 3 Aoû 2017 - 10:13

» [Activité des ports] Le Guilvinec
par PAUGAM herve Mer 2 Aoû 2017 - 23:23

» ESCADRILLE 50 S
par Serge BAVOUX Mer 2 Aoû 2017 - 19:53

» VAUQUELIN (EE)
par Joël Chandelier Mer 2 Aoû 2017 - 11:56

» [ Blog visiteurs ] MP PATTINGRE CLAUDE - NAVIS - 1972 - 2002 - RECHERCHES PHOTOS / ECHANGES
par chamois Mer 2 Aoû 2017 - 9:37

» [ École des Mousses ] Promotion 60/61 1ère Compagnie
par armorique Mar 1 Aoû 2017 - 16:21

» L'abordage du Terrible et du Malin
par mashpro Mar 1 Aoû 2017 - 12:50

» BSM LORIENT - KEROMAN
par Max Péron Lun 31 Juil 2017 - 16:52

» Demande de contact de GG 83
par VENDEEN69 Lun 31 Juil 2017 - 11:01

DERNIERS SUJETS


[Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Partagez
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par J-C Laffrat le Ven 21 Nov 2014 - 15:18

Bonjour,

L'ouverture de ce sujet va me permettre de partager ce que j'ai vécu pendant les quelques mois qui ont précédé mon engagement dans l'Aéro après la libération, j'ai écrit ça depuis un bon moment déjà, en même temps que mes souvenirs de pingouin.

Paris printemps 1944 - Apprenti dessinateur

Avril 1944, c'est l'année de mes dix huit ans, depuis septembre 1942, je travaille comme apprenti dessinateur industriel à la Société française de constructions mécaniques Babcock et Wilcox, située à La Courneuve, dans la banlieue Nord de Paris, [page]

Cette entreprise, filiale de Babcock & Wilcox USA, est spécialisée dans les chaudières et les constructions mécaniques destinées à l’équipement des centrales thermiques. En raison de l'occupation, les liens avec la maison mère sont coupés et l'usine est en partie réquisitionnée par les Allemands qui l’utilisent pour la réparation des arbres de gouvernes de leurs sous-marins basés en Bretagne. Des officiers de la Kriegsmarine sont souvent dans l'usine.

Au début 1944 je commence à exécuter des plans partiels de structures mécaniques, sans toutefois être encore assez expérimenté pour être nommé " dessinateur d’exécution", première étape sur le chemin de " dessinateur d’études" et qui sait, peut-être sur celui d'ingénieur si je me décide à fréquenter les cours des Arts et Métiers.

L’usine n’a jamais été vraiment bombardée, mais dès le printemps 1944 la situation évolue, les bombardements s’intensifient et quelques projectiles tombent dans le périmètre des ateliers lors des raids aériens contre la gare de triage de La Chapelle. [page]

Paris 1944 - - Les derniers mois d'Occupation

Depuis 1941,époque à laquelle nous avons quitté Boulogne Billancourt pour nous installer près de la place de la Convention, dans le 15ème Arrondissement, j’ai eu le temps de m’habituer à la vie du Paris occupé, il y roule peu de voitures, les lignes d’autobus ont été supprimées presque partout depuis longtemps, seuls les Allemands et les Français détenteurs d’un " Ausweis " peuvent circuler librement. Restent le Métro et le vélo…Qui au sortir de l'hiver, redevient le moyen de déplacement favori de nombreux Parisiens, des side-cars appelés " vélo- taxis "sont même assez répandus.

Aussi, comme beaucoup d’autres Parisiens, j’utilise le vélo pour me rendre à l’usine, je traverse la ville jusqu’à la banlieue Nord, passant au plus court en traversant la Seine à la hauteur de l’île de la Cité. En remontant le Bd de Strasbourg vers la Gare de l’est, il m’arrive souvent de rouler derrière les autobus transportant quotidiennement sur le même parcours que le mien, les jeunes "souris grises", auxiliaires féminines de la Luftwaffe, bien assises dans leurs bus. Tout en pédalant à côté, j’échange parfois quelques regards, avec suspendue au guidon, la gamelle préparée par ma mère que j’emporte pour mon repas de midi …

Les distractions sont limitées par les contraintes de l’occupation, les interdictions sont nombreuses, les restaurants ne servent qu’avec tickets d’alimentation, les quelques cabarets de nuit restés ouverts sont au-dessus de mes moyens, les sorties du soir se limitent le plus souvent aux séances de cinéma ou encore à la fréquentation des brasseries des Grands boulevards, on peut y écouter de petits orchestres en buvant un verre au prix fort jusqu’à l’heure du dernier métro, c’est à dire avant minuit. Je vais parfois au Floréal, une brasserie située boulevard Bonne-nouvelle, en face du Théâtre du Gymnase, où joue la formation de l’accordéoniste Aimable.
C’est un des rares endroits où l’on peut écouter les derniers succès de jazz anglo-américains qui ne sont jamais diffusés par Radio Paris, les occupants y viennent parfois, il est fréquent de ressortir du lieu les vêtements imprégnés de l’odeur fade de tabac blond de leurs cigarettes Juno. Aimable sera très connu ds les années 60 et 70 comme accordéoniste musette, à la même époque que la célèbre Yvette Horner qui suivait le tour de France
perchée sur une voiture avec son accordéon, il passait aussi à la Télé, c'était un Cht'imi. [page]

1944 c’est l’époque des " zazous", de la musique" swing" et des excentricités vestimentaires, malgré les restrictions ( la fibranne a remplacé les étoffes de laine ), la mode est aux vestes longues, aux chaussures à semelles de bois et aux cravates minuscules sur de hauts cols de chemises à barrette, ce n’est pas mon style, mais cela ne m’empêche pas d’être déjà amateur de jazz, je possède quelques disques 78 tours que j'écoute sur un phono à aiguille : Hot club de France, Hubert Rostaing, Alix Combelle, Aimé Barelli, André Eykian et aussi Gus Viseur et Tony Muréna, accordéonistes de jazz du moment.

A partir du mois d'avril les bombardements s'intensifient de nuit comme de jour sur les voies ferrées et les gares de triage, ces raids ne cesseront qu'à l'approche du Débarquement. Le ravitaillement de la capitale s'en trouve aussi désorganisé et les restrictions se font alors durement sentir pour les habitants de la région parisienne. Avec un copain de boulot nous partons plusieurs fois dans l’Oise à vélo pour chercher des pommes de terre, nous allons même une autre fois jusque dans la Mayenne pour essayer de ramener des œufs et quelques matières grasses.
Nos bécanes sont des vélos parisiens dits " porteurs", avec porte-bagages avant et frein à rétropédalage, de solides machines capables de supporter facilement dix kilos de patates dans une valise. Ces quelques escapades alimentaires prennent fin au moment du Débarquement du 6 juin.

Depuis l'entrée en guerre des Etats Unis les cartes de la guerre du Pacifique ornent les murs de ma chambre avec celles du front de Russie, dès le Débarquement je m'empresse d’y ajouter les cartes Michelin de Normandie pour pointer finement la progression de nos libérateurs.

A suivre ...



Dernière édition par Fanch 56 le Dim 23 Nov 2014 - 16:39, édité 3 fois (Raison : Mis les balises page)




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
DALIOLI
SECOND MAITRE 1ère CLASSE
SECOND MAITRE 1ère CLASSE

Age : 75
Électricien

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par DALIOLI le Ven 21 Nov 2014 - 16:36

c'est du vécu Laffrat,on va attendre la suite!J'ai deux anciens de l'époque,qui travaillaient,dans la zone de Vélizy,dans des usines réquisitionneés par les Allemands,et qui mon fait le même réçit sur la vie à Paris pendant l'occupation!



avatar
Cuiguillere
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 84
Électricien d' arme NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Cuiguillere le Ven 21 Nov 2014 - 19:30

Les souvenirs remontent J.c Par contre comme Michel , à la campagne j'ai vu la première T S F la déclaration de guerre le maire à acheté un radiola . pour suivre les informations du jour ( Personne ne possédait un poste ) .Plus tard ont dû baisser le prix on à pû s'en payer un .J'ai eu aussi des galoches en semelle de bois "quelle m..) duraient 2 semaines max .Par contre les sabots fabriques en montagne super mais pour courir dur dur
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par J-C Laffrat le Ven 21 Nov 2014 - 19:35

Je continue, il s'agit bien sûr de ce que j'ai vécu à Paris, pour avoir été un peu dans la campagne à l'époque, je sais bien que c'était différent, surtout pour manger ... les restrictions à Paris pour ceux qui n'avaient pas de combines, étaient très dures. Mais revenons à 1944 ...[page]

Août 1944 - Paris - La Libération

Début août les Allemands commencent sérieusement à battre en retraite, des morceaux de divisions rescapées des combats de Normandie repartent vers l’Est en ordre dispersé. A l’approche des colonnes alliées vers la capitale l’usine ferme ses portes. Je me trouve alors libre de circuler dans Paris, où des affrontements entre les occupants et la population commencent à devenir quotidiens. Les résistants surgissent un peu de partout, la plupart portent des brassards maison, marqués F.F.I. (Forces françaises de l’intérieur), et aussi F.T.P.F. (Francs-tireurs et partisans français, la branche communiste) difficile de savoir si tous sont d’authentiques résistants, ou de la dernière heure.

Vers le 15 août les Policiers parisiens sont à leur tour en rébellion et se retranchent dans les bâtiments de la préfecture situés le long des quais de Seine. Dans beaucoup de quartiers parisiens les arbres sont alors coupés pour ériger des barricades de fortune, un peu trop hâtivement parfois. Les Allemands sont encore présents, ils occupent toujours bon nombre de lieux comme les dépôts d’autobus, les casernes, des bâtiments publics et certains hôpitaux. Dans bien des cas le rapport de forces est encore trop disproportionné et les drapeaux tricolores sont parfois vite repliés.

Toujours à vélo, je me rends dans quelques points chauds, j’assiste à la destruction d'une barricade au carrefour Alésia, près de la Porte d'Orléans, lorsqu'une colonne de camions allemands en provenance du Sud se trouve bloquée et appelle en renfort les quelques panzers encore stationnés dans les jardins du Luxembourg. Couché à plat ventre derrière la petite margelle d'une bouche de métro je n’en mène pas large ! Après un roulement sourd, je vois deux chars Tigre se mettre en position au milieu de la place et à commencer à tirer au canon et à la mitrailleuse sur les barricades. Une fois retombés la poussière et les gravats, les camions se fraient un passage pendant que leurs occupants arrosent les rues adjacentes à la mitrailleuse.[page]

Dans mon quartier, la place de la Convention a été barricadée également, ce qui oblige une dizaine de camions allemands à emprunter la rue ou nous habitons, afin de contourner le barrage. Ils mitraillent au passage les façades des immeubles jusqu’à la hauteur du 2ème étage, heureusement les volets en fer sont fermés.
Quelques jours plus tard les colonnes alliées pénètrent dans Paris, dont des éléments de la 2ème DB du général Leclerc. Je saute sur mon vélo et vais sur l’esplanade des Invalides, à l’angle du Quai d’Orsay, à la rencontre des chars. Ce sont des Sherman américains, marqués chacun d'une carte de France blanche à croix de Lorraine et du nom d'une ville. Ils sont en position sous les arbres et tirent au canon sur les derniers étages des bâtiments du Ministère des affaires étrangères toujours occupés par les Allemands. Ces derniers ripostent avec des mitrailleuses et des canons de 38 de Flak situées sur les toits, une épaisse fumée sort par les fenêtres. Je ne suis pas le seul à tourner autour des chars, tous intéressés de voir les gars de la 2ème DB en chair et en os équipés comme des Américains ; ça fait tellement longtemps que nous attendions ça. Ce jour-là je fume mes premières Lucky Strike et goûte de nouveau à du vrai chocolat, offerts sur leurs rations par les équipages des chars Sherman ... Après les derniers affrontements de ce genre la reddition allemande intervient enfin le 25 août. [page]



Le char Metz de la 2ème DB qui tire à la 12,7 sur les bâtiments du Quai d'Orsay en août 1944
( Vieille photo 6X9 )




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
LEBELANGER
QM 1
QM 1

Age : 70
NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par LEBELANGER le Ven 21 Nov 2014 - 19:57

merci de ce temoignage, ça c'est du vécu
avatar
takeo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 55
Mécanicien équipage

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par takeo le Ven 21 Nov 2014 - 21:03

Jean-Claude , merci pour ce témoignage que j'ai lu avec attention ; au moins c'est du vécu de l'intérieur. Il fallait le faire pour aller jusqu'en Mayenne pour aller chercher de la nourriture.
Ma maman qui est née en 1937 à Paris 18ème , a eu la chance d'être mise à la campagne chez ses grands-parents qui vivaient à coté d'Elbeuf et ainsi de ne pas manquer de nourriture.
Par contre, depuis la guerre, elle a horreur d'entendre les sirènes tout les 1er mercredi car cela lui rappelle des souvenirs tel que courir pour aller se mettre à l'abri.



*De temps à autre, un retour aux sources ou à nos racines s'impose pour retrouver ce qui jadis fut familier et siège pour toujours dans notre cœur *
[Loreena McKennitt]

avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par J-C Laffrat le Sam 22 Nov 2014 - 8:04

Suite et fin de mes souvenirs sur la Libération de Paris.

Après la reddition de la garnison allemande, dans Paris libéré, il subsiste çà et là des irréductibles, qui font des cartons sur les F.F.I. qui sillonnent les rues, couchés sur les ailes de leur Traction avant, on les appelle les " tireurs des toits". Afin de riposter et de les déloger, les F.F.I. s’introduisent alors dans les immeubles et pénètrent dans les appartements pour mieux débusquer les tireurs. C'est exactement ce qui arrive à notre domicile, rue Ferdinand Fabre, où trois résistants se servent de la cuisine comme poste de tir pendant une demi-heure, afin de déloger des tireurs postés aux étages supérieurs des immeubles voisins, par chance les autres ne ripostent pas directement en notre direction …

Pour ceux qui sont capturés la justice est souvent expéditive, pendant ces journées la Police parisienne est encore plus ou moins désorganisée et certains postes sont occupés par des FFI. Devant le poste de police de la mairie du XV ème, au coin de la rue Lecourbe, j’assiste avec d’autres passants à l’exécution sommaire d’un tireur des toits, sans doute un milicien, qui finit inanimé sur le trottoir après avoir reçu de grands coups de crosse de fusil sur la tête. Les justiciers n’ont pas d'uniforme, seulement quelques brassards tricolores sur la manche. Le même jour rue de Vaugirard, je vois descendre sous les sifflets, un cortège de filles avec de grosses croix gammées rouges peintes sur leurs crânes rasés, punies pour avoir pratiqué la collaboration horizontale avec les occupants, ce genre de règlements de compte ne s'arrêtera pas là.[page]
Le 26 août j’assiste à la descente des Champs-Élysées par le Général de Gaulle et le ministre Georges Bidault, acclamés par une foule en délire, venus tant bien que mal de tous les quartiers et de la banlieue, la plupart à pied, tant les transports sont désorganisés. Il n'y a pas de barrières, la foule se mêle au défilé, à son arrivée rue Royale, le cortège est pris sous une fusillade venant des immeubles de la Place de la Madeleine, ce qui provoque une certaine panique parmi les curieux, chacun se dispersant comme il peut.

Début septembre les Américains occupent la gare de La Courneuve et notre usine, dont ils font un entrepôt de matériel militaire. Nous sommes alors rappelés au travail, les Allemands partis, toute l'activité est arrêtée en attendant la reprise des relations avec la maison mère Babcock-Wilcox U.S.A. Nous occupons alors notre temps à réparer les calques des plans du bureau d’études avec du papier collant transparent ... une activité qui me laisse le temps de me poser des questions sur ma carrière de dessinateur. Les derniers évènements vécus me donnent plutôt envie de bouger que de continuer la routine du métier. C’est dans ces dispositions d'esprit, qu’avec mon copain Jacquet, apprenti dessinateur comme moi, nous prenons la décision de tourner la page et de nous engager afin de participer à la fin du conflit.

Au mois de septembre le Gouvernement Provisoire est formé, après un certain flottement dû à la reprise de contrôle des bâtiments militaires par nos armées, des bureaux de recrutement Air et Marine s’ouvrent à quelques mètres l’un de l’autre sur le Boulevard Victor, dans le XVème arrondissement de Paris, non loin de mon domicile.[page]

Différentes durées d’engagement sont alors proposées, soit la durée des hostilités plus six mois, soit deux ans ou cinq ans. Pour devenir pilote il faut avoir un niveau d’instruction équivalent à celui du BAC, défini comme instruction 6 par les militaires ; la possession du Brevet élémentaire ou du B.E.P.S donne l’accès au niveau d'instruction 5 sans examen préalable, ce qui permet d’avoir accès aux spécialités du personnel navigant de l’Aéronautique navale (radio, mécanicien, mitrailleur ou navigateur) idem pour l’armée de l’Air. Les écoles françaises n'étant pas encore prêtes à fonctionner, les cours ont toujours lieu à l'étranger, Angleterre, Canada ou Etats- Unis. Comme les postulants sont nombreux je m'inscris à la Marine, tout bonnement parce que les files d'attente sont moins longues qu’à l’armée de l’Air, je fais une demande pour cinq ans comme radio volant dans l'Aéronautique navale. Quelques jours après je passe avec succès toutes les visites d’aptitude médicale et j’attends mon incorporation. Il y a beaucoup de monde sur les rangs, et je ne signe mon engagement que le 21 décembre. Me voilà à présent matelot sans spécialité candidat radio volant dans l’Aéronautique navale sous le matricule 6891C 44, la page civile est tournée. Fin décembre je reçois mon premier ordre de mission militaire, m'enjoignant de me rendre à la gare de Lyon pour prendre le train à destination du 5éme Dépôt des équipages de la flotte de Toulon.[page]







Dernière édition par J-C Laffrat le Sam 22 Nov 2014 - 8:14, édité 1 fois




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
VENDEEN69
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 68
Détecteur équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par VENDEEN69 le Sam 22 Nov 2014 - 8:12

De très beaux témoignages d'une période noire de notre histoire.

Avec l'autorisation des auteurs, je voudrai pouvoir les ''copier/coller'' et en faire un recueil pour mon usage personnel.







Les souvenirs sont doux à qui les raconte, et la preuve que demain se fait aujourd'hui !

avatar
morbihannais
MAÎTRE
MAÎTRE

Age : 77
Radio

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par morbihannais le Sam 22 Nov 2014 - 10:40

Bjr JC LFT, juste un petit message pour confirmer s'il en était besoin que tes écrits "de mémoire" font le bonheur des lecteurs ! JC RBR



Deux sous-marins, puis deux escadrilles aéro, en huit petites années de Marine Nationale !
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par J-C Laffrat le Sam 22 Nov 2014 - 11:50

Je te salue JC RBR, quel temps fait il en Bretagne ?

Pour en finir avec 1944 voilà ce que j'avais écrit sur le voyage Paris Toulon.

Décembre 44 - Paris - Toulon - Le 5ème Dépôt des équipages de la Flotte

Le départ sur Toulon est pour moi la grande aventure, car en bon parisien, mes voyages les plus lointains se limitent alors à la Manche, au Jura et à la Vendée. Le 22 décembre au soir, toujours habillés avec nos vêtements civils, avec Jacquet, mon copain de boulot, nous partons de nuit par Nevers et Lyon, le réseau est tellement désorganisé par les bombardements, certaines gares sont complètement détruites et des ponts encore non réparés, que nous sommes obligés de passer alternativement de chaque côté du Rhône plusieurs fois. Nous changeons souvent de loco, et comme les wagons ne sont pas toujours bien raccordés pour le chauffage, il fait assez frisquet, mais le moral est bon. Lors des nombreux arrêts, il nous arrive de croiser au hasard des buvettes des marins d’origine F.N.F.L. (Forces navales françaises libres) qui sont en route vers une permission bien gagnée, certains n'ont pas revu la France depuis 1940 ou 1942. Nous n'arrêtons pas de les questionner sur leur vie dans la Marine et sur leurs combats, certains ont fait les escortes de convois sur des corvettes jusqu’à Mourmansk, d’autres ont servi sur des chars dans le régiment blindé de fusiliers marins. Tous de sacrés durs à cuire pour moi jeune blanc-bec de dix-huit ans. Après plus de deux jours complets de voyage nous atteignons enfin la côte, gonflés à bloc par nos rencontres, certains montrent leur détermination en écrivant à la craie sur les wagons : A Berlin ! ou encore A Tokyo ! …[page]

Après avoir aperçu la Méditerranée dans une échancrure de la côte c'est bientôt Toulon et le Dépôt des équipages de la flotte. Les bâtiments montrent toujours les traces des derniers bombardements. Dès l'arrivée, sitôt fait l'appel de nos noms, nous recevons une fiche d'embarquement et commençons à circuler pour effectuer nos mouvements dans les différents services et sommes dirigés finalement sur le magasin d’habillement pour y toucher nos tenues de marin et le sac dans lequel tout doit rentrer bien plié au carré. Nous touchons également des couverts en métal étamé dont le fameux quart, qui sert pour le café et le vin et se doit rester culotté après usage aux dires des anciens.

Après être passés à la voilerie pour recevoir un hamac et des couvertures on nous dirige vers les dortoirs équipage situés au 4ème étage du Bâtiment des Recrues. Il manque des vitres aux fenêtres et il fait froid, c'est alors la connaissance avec le hamac, les crochets, le raban, le bois de lit, ainsi que la promiscuité de la vie collective, ces débuts sont un peu difficiles. Ce premier Noël militaire au dépôt de Toulon ne sera pas dans mes meilleurs souvenirs ... Deux repas un peu meilleurs qu’à l’ordinaire avec double en vin et un coup de tafia, un genre de rhum que je ne connaissais pas, feront toute la fête. A ce moment-là, au dépôt, les corvées étaient faites par des prisonniers allemands, tous bien plus âgés que nous, il nous arrivait de les côtoyer dans la cour, je me rappelle que ceux qui travaillaient aux cuisines nous passaient parfois des oranges …[page]

Dans les jours qui suivent nous sommes pris en mains par un fusilier marin, " le sacco" en jargon marine, chargé de nous inculquer la discipline, il n’y manque d’ailleurs pas en nous faisant bien comprendre qu’avant de devenir aviateurs, le strict respect du règlement "sans hésitation ni murmure" doit d'abord faire de nous des marins … Vient alors la découverte du " Service G", en langage marin, le Service Général de la Marine nationale, service par bordées, branle- bas, salut aux couleurs, factionnaire, inspection de tranche, inspection de sac, poste de lavage, briquage de bancs et tables, aubette, bidel, gnouf... sans oublier le bidon, la gamelle double, la cambuse, le faubert, etc.… Monter la garde s’appelle faire le quart ou encore être de faction, l'homme de garde devenant ainsi un factionnaire et non pas une sentinelle comme disent les biffins de l’armée de Terre. Ce qui ne nous empêche pas de faire du maniement d’armes en rang serré, comme de bons troufions … Vers le 8 janvier 1945 on nous annonce notre prochain départ pour l'Algérie où nous devons être dirigés sur les Centres de formations de l’Aéro, personne n’est alors fâché de quitter Toulon.[page]

A propos du voyage en train Paris Toulon en décembre 1944, et en parlant des locos, je ne me rappelle plus où exactement mais c'était le long de la côte méditerranéenne. Pour passer un pont détruit et reconstruit en bois qui n'était pas suffisamment costaud pour supporter le poids d'une loco, il en fallait deux, l'une poussait le train et l'autre située de l'autre côté du pont prenait le relais et tirait le train, ça prenait un moment et agrémentait le voyage ...






«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
† Fanch 56
FONDATEUR
FONDATEUR

Age : 68
Timonier équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par † Fanch 56 le Sam 22 Nov 2014 - 13:41

Prière d'utiliser la fonction page. Merci






LINUX MINT
On ne dit jamais assez à ceux qu'on aime...........qu'on les aime. (Louis Chédid)
Merci de respecter les règles pour le bon fonctionnement du forum
avatar
couston jean claude
MATELOT
MATELOT

Age : 71
Canonnier équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par couston jean claude le Dim 23 Nov 2014 - 10:49

Bonjour à toutes et tous,
Photo de ma mère prise en "44" sur une Jeep US lors de la libération de Lyon.
La joie se lit sur les visages...

Bon dimanche.
avatar
Momo
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Age : 57
NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Momo le Lun 24 Nov 2014 - 10:11

Bonjour couston jean claude,
J'ai trouvé ta Maman dans le cercle rouge.
Merci, c'est une très belle photo.

avatar
Keller Charles
QM 2
QM 2

Age : 78
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Keller Charles le Mar 25 Nov 2014 - 17:24



Voici la photo manquante sur le message 24 du 20 novembre, sur la libération de St-Louis



Quand la mer veut, elle est gaie.
Victor Hugo


avatar
Smpacha
QM 2
QM 2

Age : 79
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Smpacha le Ven 28 Nov 2014 - 15:04

Salut à tous,
Après avoir ouvert cette rubrique, j'ai été un peu déçu pendant quelques temps du peu de messages. Mais maintenant quel régal. En tout particulier, un grand, grand merci à JC LAFFRAT pour son témoignage extraordinaire.
Vendéen 69, aucun problème en ce qui me concerne, tu peux utiliser ma prose, bien modeste auprès de celle de JC.
Merci Charles (KELLER) pour tes contributions..... mais n'as-tu aucun souvenir personnel ? la rentrée des classes en Alsace après la Libération par exemple ?




avatar
Keller Charles
QM 2
QM 2

Age : 78
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Keller Charles le Ven 28 Nov 2014 - 17:38

Malheureusement pas de souvenirs personnels. Le seul souvenir qui me reste  c'est que
lors des bombardements notre père nous conduisait dans la cave pour se protéger.
En ce qui concerne la rentrée des classes en Alsace, la langue allemande  ainsi que les
films allemands au cinéma étaient strictement interdits, et ceci pendant plusieurs années.



Quand la mer veut, elle est gaie.
Victor Hugo


avatar
Smpacha
QM 2
QM 2

Age : 79
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Smpacha le Mer 24 Déc 2014 - 17:02

Salut Charles,
Je t'ai posé cette question sur la rentrée scolaire, car il y a quelques années, le proviseur d'un des lycées d'Aix-en-Provence, d'origine alsacienne, né en 39, m'avait raconté ses difficultés lors de la rentrée scolaire à la Libération.
Parachuté dans un cours préparatoire en Français, alors que seulement 2 ou 3 élèves le parlaient.
Les autres comme lui ne parlaient que le dialecte (parlé à la maison bien qu'interdit) et surtout l'allemand obligatoire en public.
Jamais entendu un mot de français, et apprendre à écrire et lire avec un instit venu de l'intérieur ne parlant que le français, avec interdiction absolue de l'allemand, n'était pas facile me disait-il.

En fut-il de même pour toi ?

Amistat
avatar
LEBRIS
QM 2
QM 2

Age : 78
Commis équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par LEBRIS le Mer 24 Déc 2014 - 17:39

Aout 44, un détachement blindè américain s'est arrêté sur les hauteurs de Gourin dans notre village, et là on a eu une distribution de chewing-gum et des boites de nescafé.
Quant à la rentrée des classes en 45 je ne connaissais que le breton, et pas un mot de français, je n’étais pas le seul, la femme de Jacques Martin qui était du pays était dans le même cas.
avatar
Smpacha
QM 2
QM 2

Age : 79
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Smpacha le Jeu 25 Déc 2014 - 15:13

Salut LEBRIS
Trugarez da testeni. Il est un peu similaire au mien.....
avatar
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 91
Radio

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par J-C Laffrat le Jeu 25 Déc 2014 - 16:20

Salut Lebris,

C'est pas grave ! En 1944 tu avais cinq ans, et toute la vie devant toi pour appendre le français, et tu ne savais pas encore qu'il te faudrait aussi apprendre l'arabe .. ... De mon côté, déjà marin mais encore en civil, j'allais prendre le train pour le 5ème Dépôt de Toulon, et bientôt porter le bâchis ...Ah ! le Service G ... A ce que je me rappelle, les Bretons n'y manquaient pas, de même que parmi les engagés Aéro. Leurs expressions, m'échappaient totalement ...

A l'année prochaine ...


Dernière édition par J-C Laffrat le Jeu 25 Déc 2014 - 17:01, édité 1 fois




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
avatar
† tom u rossu
QM 2
QM 2

Age : 89
Radio équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par † tom u rossu le Jeu 25 Déc 2014 - 16:43

Bonjour les amis,
En septembre 43 j'étais bien jeune, et pourtant j'étais dans les rangs des FTP ; aucun problème de langue, nous parlions tous le Français, mais quand le sous-marin Casabianca entra à Ajaccio débarquer un renfort de cent hommes du bataillon de choc nous le saluâmes en tirant en l'air des salves de mitraillettes Sten de 9mm, environ deux heures après j'eus l'occasion de serrer la main du glorieux Commandant L'Herminier...
Voila une simple page de ma vie.
Amitiés.



TOM U ROSSU
avatar
andrem
MATELOT
MATELOT

Age : 82

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par andrem le Jeu 25 Déc 2014 - 16:52

Des souvenirs sur la guerre 39/45, j’en ai à la pelle évidemment mais qui n’ont rien de spécifique par rapport à tout ce qui a été publié dans la littérature.
Je n’ai pas compté les nuits passées dans la cave de mon HLM, ou plus tard dans un trou du jardin du pavillon que mes parents possédaient à Bagnolet (93), mais elles furent nombreuses.
La dernière de ce type a eu lieu à Annet-sur-Marne (77), dans les sous-sol d’un château où le Maréchal et la Ville de Paris avaient mis à l’abri de la faim et des risques, quelques privilégiés dont je faisais partie, mon père étant employé municipal à Paris.
Nous y passions une année complète à notamment chanter « Maréchal nous voilà », « Je t’aime o ma patrie » et à hisser les couleurs, devant le regard amusé des Allemand de la Wehrmacht qui occupaient le parc du château.
Cette nuit d’aout 44 nous l’avons donc passée dans la cave entendre les bombes tomber sur la gare de Vaires-sur-Marne (77).
Nous étions non seulement habitués mais aussi peu conscients du risque.
Au petit matin le calme était quasiment revenu, et nous avons aperçu par les soupiraux du sous-sol, au loin, des silhouettes courbées qui se déplaçaient rapidement et progressaient dans notre direction.
Nous sommes remontés au rez de chaussée et sommes allés voir à la grille du château ce qui se passait, et là, stupeur pour le titi parisien que j’étais, le premier Américain que j’eus l’occasion de voir dans ma vie était NOIR !
Blanc ou Rouge, oui, mais NOIR ! et de plus il nous délivrait.
Merci à tous ceux-là qui sont venus nous aider




avatar
Smpacha
QM 2
QM 2

Age : 79
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Smpacha le Mar 30 Déc 2014 - 11:58

Merci Andrem pour ton témoignage. Il ne faut pas négliger nos "petits" témoignages, car les "petits" témoignages font la grande Histoire ou pour le moins y participent.
Un petit souvenir.......
Pendant la guerre, j'habitais rue de Meaux dans le 19ème arrondissement de Paris. Un matin, j'avais 4 ou 5 ans, nous voilà partis avec ma mère, pour aller chercher un certificat de travail dans une entreprise où elle avait travaillé avant guerre. Nous passons la passerelle sur le canal St Martin, tant de fois revue depuis au cinéma ou à la télévision. Nous voila rue de Lancry. Sur le trottoir, elle me tiens par la main.......Devant nous s'avance vers nous..........dans son bel uniforme d'officier ...... je tire ma mère et m'écris "Maman...Maman..... un BOCHE !!!!!!".
Inutile de vous dire que nous avons immédiatement traverser la rue pour changer de trottoir. Et dans la minute qui a suivie, je me suis fais un peu sermonner, sur ce qu'il ne fallait jamais dire

avatar
andrem
MATELOT
MATELOT

Age : 82

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par andrem le Mar 30 Déc 2014 - 12:34

Pendant cette période particulièrement difficile, j'ai surtout gardé en mémoire cet esprit de solidarité qui animait tout le monde, grands et petits, riches ou pauvres, chacun selon ses moyens qui revêtaient des aspects tellement variés.
Cela se traduisait par la réflexion de la boulangère de Bagnolet qui lorsque mon frère se présentait avec ses faux tickets de pain (achetés dans les allées du marché du coin, comme aujourd'hui les cigarettes de contrebande à Barbès), lui disait :
- "Si tu en as encore beaucoup des comme ça, apporte-les vite car jeudi les gabelous sont là".
(Orthographe de gabelous non garantie, du sobriquet donné par les parisiens aux fonctionnaires chargés de la répression des fraudes).
Mais également par le geste puéril des enfants que nous étions lorsque un soir du début 1942 (j'ai oublié quel mois), nous sommes tous sorti de l'école avec une étoile de papier jaune agrafée sur la poitrine pour montrer que nous étions TOUS Juifs.
Ou encore cette voisine de palier du HLM de la rue Félix Terrier dans le 20ème arrondissement qui au passage fait entrer de force dans son appartement la fille de ses voisins en lui assénant moult claques et la traitant de traînée, sous les yeux de la gestapo qui emmenait ses parents.



avatar
Smpacha
QM 2
QM 2

Age : 79
Secrétaire militaire équipage NON

Re: [Histoires et Histoire] SOUVENIRS DE LA LIBÉRATION - Période 1939 - 1946

Message par Smpacha le Mar 30 Déc 2014 - 14:38

J'avais environ 4 ans
J'habitais dans mon immeuble au 2ème étage.
Au troisième, dans une pièce unique vivait une famille juive : père, mère et une petite fille de mon âge.
J'ai dû jouer une seule fois avec elle, car elle sortait pratiquement pas de chez elle...
Les premières rafles ont démarré...
Un beau jour... pfitt... toute la famille a disparu.
Je n'ai jamais su s'ils avaient été arrêtés un matin à l'aube, discrètement ?
J'ai toujours espéré qu'ils avaient été prévenus la veille et qu'ils s'étaient enfuis à temps.

Dans cette époque la situation et les opinions étaient ambigües.
Dans des situations dramatiques pour les Juifs, la compassion et éventuellement l'aide étaient majoritaires dans mon entourage.
Mon père aurait sans doute tout fait, dans la mesure de ses moyens, pour venir en aide.
Et pourtant, il reprenait certains thèmes de la propagande vichyste... en particulier le vocabulaire (youd, les youpins)...
Il participa à la Libération de Paris, les armes à la main, dans le quartier des Buttes Chaumont (tunnel chemin de fer Petite ceinture) et fut par la suite, en récompense, intégré dans la police parisienne.
Ce qui ne l'empêchait pas de s'interroger sur le voisin juif (et communiste ?) du rez chaussée sur cour.
Qu'avait-il bien pu faire pour être toujours là, sain et sauf ? C'était pas net d'après lui !...
Drôle d'époque quand même.

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû 2017 - 23:20