Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Programme de la rencontre A.C.B et P.R les 8, 9 et 10 juin à Grenoble (messages 67 et 149)

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 751635 messages dans 14315 sujets

Nous avons 14727 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est GD335

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 4
par loulou06000 Aujourd'hui à 20:00

» [Histoire et histoires] Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.
par DALIOLI Aujourd'hui à 19:57

» DE GRASSE (CROISEUR)
par PFISTER Aujourd'hui à 16:58

» GLYCINE (DC)
par skagerrac Aujourd'hui à 15:37

» GARONNE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par Didier Moreaux Aujourd'hui à 14:57

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 3 )
par DESTENABES Aujourd'hui à 12:00

» [VOTRE PASSAGE AU C.F.M.] MON ARRIVÉE À HOURTIN
par kerneve Aujourd'hui à 10:40

» MISTRAL (PHA)
par Yvon972 Aujourd'hui à 1:36

» TONNERRE (PHA)
par Yvon972 Aujourd'hui à 1:30

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 0:13

» [ Recherches de camarades ] [ Recherches de camarades ] Recherche copains ARMURIERS Arpettes Toulon 54/55
par LEBEGUE Pierre Hier à 23:06

» Vieilles paperasses humoristiques
par larcher Hier à 21:50

» [Associations anciens marins] FNOM
par centime44 Hier à 21:14

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Christian Gaurat, Fourrier, sousmarinier
par COLLEMANT Dominique Hier à 21:02

» [Vie des ports] Les ports de la Réunion
par COLLEMANT Dominique Hier à 20:54

» SUFFREN (FLM )
par Max Péron Hier à 19:53

» [VOS ESCALES] Escale à Hambourg St Pauli
par loulou06000 Hier à 13:43

» ÉCOLE DES TIMONIERS - TOME 2
par beugnon eudes Hier à 13:36

» LES VIEUX BÂTIMENTS
par GYURISS Hier à 13:23

» FLORE (SM) - Tome 2
par kerneve Hier à 12:04

» A propos du convoyage du dock de Mers el-Kébir à Papeete
par Laurent Hier à 0:05

» Insignes de surfacier
par RENARD-HACHIN Sam 23 Mar 2019 - 23:46

» [ FUSILIERS MARINS ] Et les maitres de chiens.
par BEBERT 49 Sam 23 Mar 2019 - 21:35

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par Roli64 Sam 23 Mar 2019 - 19:15

» CASSARD (FRÉGATE)
par Franjacq Sam 23 Mar 2019 - 18:35

» LCT L9098
par Michel Roux Sam 23 Mar 2019 - 17:18

» MONTCALM (FRÉGATE)
par ROYER Ven 22 Mar 2019 - 18:00

» FLOTTILLE 27 F
par COLLEMANT Dominique Ven 22 Mar 2019 - 12:23

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 10
par COLLEMANT Dominique Ven 22 Mar 2019 - 1:26

» DIRECTION DU PORT DE BREST
par DUFFOND Serge Jeu 21 Mar 2019 - 23:59

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades du FLM SUFFREN 1988 a 1991 mécanicien ou Sécurité
par mataf des taaf Jeu 21 Mar 2019 - 16:12

» PRIMAUGUET (FRÉGATE)
par vigneronclaude Jeu 21 Mar 2019 - 14:42

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par GALAUD CLAUDE Jeu 21 Mar 2019 - 13:04

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par Andre RICHARD Jeu 21 Mar 2019 - 4:47

» Voilier océanographique TARA
par Roger Tanguy Jeu 21 Mar 2019 - 1:38

» [ École des Mousses ] École des mousses promotion 72/73
par DTL Mer 20 Mar 2019 - 23:45

» DU CHAYLA (EE)
par boucancanot Mer 20 Mar 2019 - 22:47

» MAILLÉ BREZÉ (EE)
par BERNES Mer 20 Mar 2019 - 19:42

» MARINE BOULOGNE
par EUGENE Raymond Mer 20 Mar 2019 - 16:18

» CDT BOURDAIS (AE)
par Max Péron Mer 20 Mar 2019 - 14:29

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par COLLEMANT Dominique Mer 20 Mar 2019 - 1:42

» [ Divers frégates ] Frégate (FREMM) Provence D652
par Joël Chandelier Mer 20 Mar 2019 - 0:29

» [ Blog visiteurs ] P 735 à NHA TRANG CAU DA
par Charly Mar 19 Mar 2019 - 22:09

» [ Blog visiteurs ] Recherche Infos PM Raymond LAURENT et Pierre LE BOULICAUT
par J.Revert Mar 19 Mar 2019 - 13:33

» ANTARES (BRS )
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Mar 2019 - 12:55

» [ Campagne ] LA RÉUNION - TOME 003
par Max Péron Mar 19 Mar 2019 - 1:56

» ÉMERAUDE (SNA)
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Mar 2019 - 1:02

» [ Blog visiteurs ] Concerne Jacques Priard SM Minerve
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Mar 2019 - 0:45

» MINERVE (SM)
par COLLEMANT Dominique Mar 19 Mar 2019 - 0:28

» JULES VERNE (BA)
par Andre RICHARD Lun 18 Mar 2019 - 22:41

» [Divers les nucs] SNLE
par Joël Chandelier Lun 18 Mar 2019 - 21:57

» [ Divers Gendarmerie Maritime ] Gendarmerie Maritime
par marsouin Lun 18 Mar 2019 - 21:40

» ILE D'OLÉRON (BE)
par hendier Lun 18 Mar 2019 - 21:13

» LA SPÉCIALITÉ DE RADIO
par stephneuve Lun 18 Mar 2019 - 0:55

» D'ENTRECASTEAUX (BSE)
par centime44 Dim 17 Mar 2019 - 17:44

» [ Marine à voile ] Frégate russe Shtandart
par centime44 Dim 17 Mar 2019 - 17:41

» [Marine à voile] L'Hermione
par J.C. Dim 17 Mar 2019 - 12:31

» TENACE (RHM)
par COLLEMANT Dominique Sam 16 Mar 2019 - 23:46

» GARONNE (BSL)
par LA TOULINE Sam 16 Mar 2019 - 22:07

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Matelot Sam 16 Mar 2019 - 16:44

» RUBIS (SNA)
par JJMM Sam 16 Mar 2019 - 11:37

» BIDASSOA (BDC)
par laurent jean-louis Sam 16 Mar 2019 - 1:41

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par Joël Chandelier Sam 16 Mar 2019 - 0:32

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par PAUGAM herve Sam 16 Mar 2019 - 0:27

» [ Recherches de camarades ] recherche un ancien collègue, Alain Duchesne dit "DUDUCHE", derniere affectation TC Orage en 1999
par patcal Ven 15 Mar 2019 - 22:45

» [École de Maistrance] MAISTRANCE MACHINES
par COLLEMANT Dominique Ven 15 Mar 2019 - 20:59

» [ Marine à voile ] L'ESPERANCE III Lac d'Annecy
par jean-claude BAUD Ven 15 Mar 2019 - 17:26

» [LES B.A.N.] AGADIR
par J-C Laffrat Ven 15 Mar 2019 - 14:18

» DJIBOUTI - LES BARS
par gegehella Ven 15 Mar 2019 - 13:54

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE)
par RENARD-HACHIN Ven 15 Mar 2019 - 13:17

» LE BRESTOIS (ER)
par POMIE Ven 15 Mar 2019 - 12:25

» ÉCOLE DE RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Keran Ven 15 Mar 2019 - 0:49

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 017
par gerardsin59 Jeu 14 Mar 2019 - 19:40

» [Campagne] DÉPÔT SIDI-ABDALLA
par framery Jeu 14 Mar 2019 - 18:14

» [ Divers avisos escorteurs ] Moteurs des avisos escorteurs
par LEFEBVRE claude Jeu 14 Mar 2019 - 17:24

» [ Blog visiteurs ] mers el kebir 1963 1964
par BOUBOU 56/50 Jeu 14 Mar 2019 - 12:04

» PUNARUU (Pétrolier)
par Noël Gauquelin Mer 13 Mar 2019 - 21:39

» ÉCOLE DES FOURRIERS CHERBOURG
par Matelot Mer 13 Mar 2019 - 21:04

» [Campagnes] Mers el-Kébir
par BOUBOU 56/50 Mer 13 Mar 2019 - 20:56

» [ Logos - Tapes - Insignes ]
par Noël Gauquelin Mer 13 Mar 2019 - 19:01

» LE BOURGUIGNON (ER)
par Michel Roux Mer 13 Mar 2019 - 18:56

» CLEMENCEAU (P.A) - TOME 2
par RENARD-HACHIN Mer 13 Mar 2019 - 17:11

» [ Divers frégates ] F 712 COURBET
par Matelot Mer 13 Mar 2019 - 13:23

» VAUQUELIN (EE)
par Michel Roux Mer 13 Mar 2019 - 13:16

» GUEPRATTE F714 (FREGATE)
par pinçon michel Mar 12 Mar 2019 - 21:12

» [ Blog visiteurs ] PAPOUIN Allain
par TACTAC29 Mar 12 Mar 2019 - 18:10

» [ Associations anciens Marins ] Une nouvelle Nuit de la Marine pour l'AMMAC d'ANGERS
par Jo Mar 12 Mar 2019 - 15:08

» JAUREGUIBERRY (EE)
par PFISTER Mar 12 Mar 2019 - 13:49

» HIPPOPOTAME (RHM )
par marsouin Mar 12 Mar 2019 - 11:28

» SURCOUF F711 (FREGATE)
par Bureaumachine busset Mar 12 Mar 2019 - 2:22

» DUQUESNE (FRÉGATE)
par Jean-Léon Mar 12 Mar 2019 - 2:05

» FLOTTILLE 6 F
par Jean-Marie41 Lun 11 Mar 2019 - 21:05

» [Campagnes] Guyane
par Max Péron Lun 11 Mar 2019 - 19:25

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Charly Lun 11 Mar 2019 - 15:05

» L'UTILE (RC)
par johann Dim 10 Mar 2019 - 22:51

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Noël Gauquelin Dim 10 Mar 2019 - 22:17

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par Michel Roux Dim 10 Mar 2019 - 21:16

» [Campagne] DJIBOUTI - TOME 1
par LES BORMETTES Dim 10 Mar 2019 - 20:53

» EURYDICE (SM)
par VERNEYGérard84 Dim 10 Mar 2019 - 13:39

DERNIERS SUJETS



[LES B.A.N.] AGADIR

Partagez
LEBRIS
LEBRIS
QM 2
QM 2

Age : 80
Commis équipage NON

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par LEBRIS le Mar 5 Mar 2019 - 14:32

J C point n'est besoin d'aller à l'èglise pour prier dieu
je crois q(en allant à laperle on rendait grace à notre crèateur
d'ailleur on en revenait soulagè comme de confesse
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par J-C Laffrat le Mer 13 Mar 2019 - 17:19

Bonjour les Gadiris,

Juste un petit message pour vous faire part du décès de mon vieux copain radio volant Didier Vidal, il s'est envolé pour l'éternité chez lui à Hyères le 10 mars dernier. Il n'était pas membre d'ACBPR.

Les anciens présents à Agadir entre 1958 à 1960 l'ont connu, d'abord à la 56S et ensuite sur les Lancaster SAR du SGACC qui faisaient le sauvetage. Il a vécu la nuit du séisme sans dommages matériels, mais fortement choqué comme beaucoup, il était logé avec sa famille dans l’extension X dans l'immeuble de la Marine de la Ville nouvelle,

Son manipulateur morse n'enverra plus son indicatif Delta Victor il est à présent passé en QRT là-haut, au pays des Silent Keys comme disent les radios, parti retrouver, Claude Adrien, Tom U Rossu et bien d'autres .. RIP vieux camarade

Voici une photo de lui devant un Lancaster SAR à ATAR en 1959 et une autre de lui à Hyères en 2017




Amitiés à tous

JCL




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
L.P.(Pedro)Rodriguez
L.P.(Pedro)Rodriguez
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 69
NON

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par L.P.(Pedro)Rodriguez le Mer 13 Mar 2019 - 17:26

C'est toujours triste, Jean-Claude, de voir partir un vieux camarade. Je compatis à ta douleur.



Un bon souvenir, c'est comme une bonne bouteille, il ne faut pas le boire seul.
-Jean-Louis FOURNIER-
Gérard Bodo
Gérard Bodo
MATELOT
MATELOT

Age : 75
NON

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par Gérard Bodo le Mer 13 Mar 2019 - 22:06

Et bien, tu lui rend un très bel hommage accompagné de ces deux clichés,
je partage ton émotion, car si je suis trop "jeune" pour avoir connu l'"Agadir" de votre époque, je connais bien celui d'aujourd'hui et je me suis intéressé à la présence française et particulièrement à la base aéronavale, ceci grace à vous tous "les anciens gadiris"
je penserais encore bien à vous car samedi, je m'envole pour trois semaines et je passerai devant la porte de la base maintenant marocanisée
amitié marine, Gérard



Kilo-Lima 56
CARRET
CARRET
MATELOT
MATELOT

Age : 81
Mécanicien équipage

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par CARRET le Mer 13 Mar 2019 - 22:42

Salut amical à vous tous , comme ça ... en passant .



Brand Robert
Brand Robert
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 86

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par Brand Robert le Jeu 14 Mar 2019 - 2:28

Bonsoir Jean-Claude, les ex-gadiris et a tous,
Bien triste nouvelle ce décès de Didier; condoléances a ses proches et amis. J'ai volé avec lui sur les Lancaster du SGACC.( Q- L- M- N et O ) et ceux de la 55 S pour les vols navigation "longues distances" avec les élèves navigateurs de la 56 S. Dans mes archives: (logs de navigation), je notais les noms des membres de l'équipage. en" furetant" bien je devrai retrouver. Mes carnets de vols "Aéro" ne donnant que le nom du chef de bord.
Robert Brand: un rescapé du séisme d'Agadir comme lui.
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par J-C Laffrat le Jeu 14 Mar 2019 - 15:27

Bonjour Robert et aux Gadiris et assimilés...

J'ai pas mal correspondu avec Didier Vidal, et j'ai retrouvé un message dans lequel il explique comment, avec sa famille il avait échappé à la mort le soir du séisme :

J'habitais juste en face de l'immeuble marine ou l'on voit les voitures écrasées par la corniche. Voir photo prise d'un Beechcraft où il a cerclé l"endroit où il habitait.





Didier était une "belle plume" il a décrit parfaitement ce qu'était Agadir dans ce beau témoignage

Spoiler:
Agadir, côte d’Azur marocaine.

Juin 1955, après les quelques jours d’attente au 5ème dépôt des équipages de Toulon, nous prîmes le paquebot Lyautey de la compagnie Paquet, pour rejoindre le Maroc où mon affectation à Agadir, après deux ans d’Indochine, me comblait totalement.

Nous débarquâmes à Casablanca sous un soleil radieux et chaud. Mais il nous fallut attendre jusqu’au soir à la gare routière un autocar de la “ Grey Hound “ pour nous emmener jusqu’à Agadir. Le trajet s’effectuait généralement de nuit pour éviter les grosses chaleurs qui transformaient les véhicules en étuve. La climatisation n’existait pas encore.
Nous traversâmes Mazagan, Safi, Mogador, aujourd’hui Essaouira, sans avoir le temps de visiter et de toutes façons, il faisait nuit, mais seulement avec de brefs arrêts pour se dégourdir un peu les jambes. De jeunes marocains attendaient à chaque étape sur le parking pour nous vendre soit un sandwich de saucisson soit des fruits ou une bouteille de « Fanta », genre de soda fruité à l’orange. Au petit jour, les premiers rayons du soleil allongeaient les ombres des arbres, des rochers, des maisons, l’ocre des ksour en pisé se confondant avec le sol de cette terre aride du sud.
Nous touchions au terminus, mais cette arrivée par la route côtière après le cap Ghir me fit chaud au cœur en me rappelant un premier séjour quatre ans auparavant pour mon cours de radio volant.
En attendant de dénicher un appartement, nous nous installâmes, pour quelques jours, à l’hôtel du Souss, un établissement ancien mais propre situé au Talbordjt, le quartier arabe. Il donnait sur une esplanade où se tenait chaque matin le souk aux fruits et légumes. J’adorais ce pittoresque mélange de couleurs et d’odeurs d’épices. D’autres effluves montaient jusqu’aux fenêtres de notre chambre, celles des animaux, dromadaires, bourricots, poules, moutons, ainsi que le brouhaha des voix gutturales des marchands vantant leurs produits et se mélangeant aux cris des bêtes. Tout un grouillement de vie installée à même le sol de terre battue où s’étalaient ça et là des flaques de boue et des crottins d’âne disparaissant à moitié sous une multitude de mouches. Mon grand bonheur était de me promener dans ce marché bigarré et me fondre dans la foule disparate dont les hommes, portant le poignard, insigne des croyants ayant effectué le pèlerinage à la Mecque, inquiétaient fort Michelle qui ne connaissait pas encore les us et coutumes du pays.

Les chambres de l’hôtel, du plus pur style mauresque, entouraient un patio carrelé de mosaïque, plongé en permanence dans une demi pénombre donnant de la fraîcheur à l’ensemble. On y accédait par un couloir circulaire en surplomb. La patronne, une vieille parisienne des faubourgs, nous prit en sympathie et parfois, nous confectionnait sa spécialité, un calamar farci délicieux, qui avait l’avantage également de rompre la monotonie des casse-croûtes à la « vache qui rit » ou des restaurants bon marché, ma solde ne permettant pas un trois étoiles tous les jours.
Agadir, dont le nom signifie forteresse, en berbère, n’était autre qu’un petit paradis. A cause de sa situation privilégiée, elle fut au cours des siècles très convoitée par différentes populations, dont les Portugais, les Arabes et plus tard, les Allemands qui avaient des vues sur la région du Souss. Cette plaine qui s’étend à partir d’Inezgane jusqu’au pied de l’Atlas en suivant le cours de l’oued qui lui a donné son nom, est une des terres les plus fertile du pays. Un vrai jardin d’Eden, j’allais dire d’Allah. Agadir, Côte d’azur du Maroc, étale ses jardins maraîchers où poussent tous les légumes, les orangers, le blé et même des bananiers.

La ville d’origine fut la « kasbah », que Moulay Mohamed el Harrane fit construire en 1540 pour chasser les Portugais occupant la place à cette époque. Entourée de hauts murs pour se protéger du retour des portugais et autres envahisseurs, on y engrangeait les réserves de grains, la précieuse huile d’argan, des épices, des fruits secs, amandes de Tafraout, dattes, etc...

Elle abritait aussi jusqu’à la catastrophe du 29 février 60, des artisans, bijoutiers, savetiers, menuisiers, dont les échoppes s’encastraient à l’intérieur des murs des remparts d’enceinte de plusieurs mètres d’épaisseur.
Peu à peu, avec moins d’agression extérieure, les maisons s’étalèrent au pied de la colline vers le quartier de Founti et de la mer où un port fut construit pour abriter les barques des pêcheurs de « tassergals », sorte de morue des côtes africaines.

La Kasbah offrait une promenade magnifique autour des remparts car de là haut, la vue porte très loin au-delà de la ville et du port, jusqu’à la plaine du Souss et des montagnes de l’Atlas. Un café maure installé en surplomb permettait de déguster de succulentes pâtisseries marocaines, gâteaux au miel ou cornes de gazelles, accompagnées d’un délicieux thé à la menthe bien fumant.

René Caillé, voyageur explorateur, y séjourna en 1829 lors de son périple africain.

Après Founti, un nouveau quartier arabe, le Talbordjt, sortit du sol sur la colline dominant la mer, à l’est de l’oued Tildi. Quelques européens y vivaient aussi, mélangés aux autochtones. Les Français y construisirent l’hôpital durant le protectorat. Avec la mise en valeur du territoire, de l’implantation de l’armée, de l’aéroport, de la douceur du climat, du port de pêche et en corollaire des sardineries, la ville se développa rapidement durant la période d’après la guerre 39/45, pour atteindre 30 000 habitants au moment du séisme. Arabes, juifs, berbères, européens, y vivaient en parfaite harmonie. Une ville heureuse ne connaît pas le racisme, ni la xénophobie, ni la haine. Les événements de l’indépendance nous le prouvèrent.

La ville européenne construite de petits immeubles et de villas style californien s’installa, elle, plus au sud, bordant le front de mer et la plage immense de sable fin. De larges avenues la traversaient, sans feux ni stop, les automobiles y étant encore peu nombreuses.
Les constructions, s’éparpillaient çà et là, séparées par des terrains vagues, sauf sur l’avenue Lucien Saint, qui traversait la ville de part en part, du nord au sud. Les quelques commerces n’offraient pas un grand moment de lèche vitrines et nos pas nous conduisaient plus volontiers vers le Talbordjt où des boutiques de toutes sortes étalant leurs produits à l’extérieur, animaient les rues étroites. Des odeurs de friture, de cuir, de tissus et d’épices, chatouillaient agréablement nos narines. C’est là que j’allais choisir les babouches en cuir de dromadaire que je portais à la maison et que j’ai pris l’habitude de porter, même aujourd’hui, tant que j’ai la possibilité de me réapprovisionner au Maroc ou au magasin de la grande mosquée de Paris.
Le séisme.

Le 22 février 60, vers midi, je lisais dans la salle d’alerte en attente d’un décollage, lorsque le sol bougea sous ma chaise. Un mouvement rapide et léger pendant trois à quatre secondes, qui aurait pu faire penser au passage d’un camion à proximité du bâtiment. Je me précipitai dehors, mais rien ne bougeait. Au contraire, un calme impressionnant régnait sur le parking où les Beechcraft et les Lancaster semblaient dormir sous la chaleur d’un soleil déjà très fort pour cette fin d’hiver. Dans la tour de contrôle qui surplombait le bâtiment, aucun signe de mouvement particulier.
Je revins à la salle d’alerte préparer mon équipement et me rendis aux appareils pour effectuer les essais radio avant vol. Mais cette secousse m’avait intrigué et perturbé mon travail de routine. Interrogés, très peu de mes camarades avaient ressenti ce frémissement, et l’affaire fut vite oubliée.

Une semaine plus tard, le 29, à peu près à la même heure, une seconde secousse plus importante fut cette fois, bien remarquée. Les vitres tremblèrent, des meubles se déplacèrent légèrement et des verres tintèrent dans les placards. Là, plus de doute, le sol avait bien bougé.

Les commentaires allèrent bon train, mais sans inquiétude particulière. Simplement, un petit fait divers à raconter à la famille dans une prochaine lettre. La journée s’acheva comme d’habitude.
Avant le dîner, nous allâmes faire notre petite promenade avec les enfants dans la colline derrière la maison. J’aimais ce moment précieux où je retrouvais ma petite famille.
Juste au coucher du soleil, c’était la période du ramadan, le muezzin appela les fidèles à la prière de sa voix gutturale portant très loin dans l’air calme du soir. Aucun bruit ne la troublait, sauf parfois, le bêlement d’une petite chèvre encore dehors et qu’un petit berger poussait devant lui. Les ombres s’allongèrent sur le sol, il était temps de rentrer dîner.

En cette période, beaucoup de marocains étaient descendus des villages avoisinants pour célébrer en famille cette grande fête musulmane. L’activité des rues réduite dans la journée, ne s’animait qu ‘après la prière du soir. Il en montait de bonnes odeurs de cuisine. Les enfants se gavaient de beignets au miel pendant que les femmes préparaient les mets les plus fins réservés pour cette période sainte et seulement après que le soleil ne soit couché.
Les soirées se prolongeaient très tard pour les hommes, en longs palabres agrémentés de thé à la menthe, pendant que les femmes plus discrètes se retiraient dans un coin ou dans une autre pièce pour échanger les derniers potins, comme toutes les commères du monde.


Lundi 29 février 1960, 23 heures 47.

Le jour supplémentaire de cette année bissextile allait s’achever, lorsque dans un grondement monstrueux, inhumain, venant des entrailles de la terre, accompagné de secousses d’une violence inouïe, toute la maison craqua. Le sol allait et venait en secouant les murs, les meubles, notre lit. Les baies vitrées volèrent en éclats. Je me retrouvai jeté à terre sur le carrelage, incapable de me remettre debout. Je m’entendis hurler comme une bête, de terreur, comme je n’en avais jamais connu même aux pires moments des bombardements de la guerre. C’était l’effroi, cette peur qui vous glace le sang avec un sentiment d’impuissance devant une force énorme qui sort des entrailles de la terre.
Des gravats tombèrent du plafond et des murs. J’entendis un fracas de matériaux comme si un bulldozer entrait dans la maison pour tout casser. Ce cauchemar ne s’arrêterait donc jamais ? Pendant quarante cinq longues secondes, les secousses continuèrent leur mouvement de destruction et nous laissèrent anéantis, paniqués, incapables de penser, d’esquisser le moindre geste de protection. Le grondement et les secousses diminuèrent d’amplitude puis enfin cessèrent. J’avais été éjecté du lit et me retrouvais sur le sol. D’un coup, je réalisai la situation, le tremblement de la semaine passée, celui de midi, furent des avertissements que personne ne sut déchiffrer.
J’entendis Michelle me crier : « Les enfants ».

Je me levai d’un coup et cherchai l’interrupteur, me cognai dans des obstacles, trébuchai à chaque pas. La lumière ne marchait pas. Je réalisai que le courant devait être coupé. Dans quelle direction aller, j’étais perdu.
Finalement, je repérai la porte du couloir qui pendait de travers et tentai d’atteindre la chambre où dormaient Cathou et Robin qui pleuraient de peur. Le placard mural du couloir avait expulsé les vêtements, les étagères, les portes. Toutes les affaires encombraient le passage. Dans ma précipitation, je tombai, me redressai, entrai dans la salle de bain et compris mon erreur en sentant les odeurs de parfum dont les flacons devaient être brisés sur le sol.
J’arrivai enfin à la chambre des enfants, en pris un sous chaque bras et fis le chemin inverse pour sortir le plus rapidement de cette cage de béton.

Nous les installâmes dans la 2Cv garée dans le jardin, et seulement après cela, nous commençâmes à reprendre nos esprits et nos sens habituels. Je m’aperçus alors que depuis la secousse, des klaxons de voitures hurlaient lugubrement dans la nuit sans interruption, tout près de nous. Ils provenaient de plusieurs véhicules garés devant les immeubles marine dont la corniche supérieure s’étaient détachée, tombant sur eux écrasant les tôles et provoquant des courts circuits. Personne ne s’en préoccupait bien entendu plus soucieux d’évacuer rapidement les bâtiments éventrés.
Petit à petit nous constatâmes les dégâts, car du haut de notre colline nous pouvions apercevoir presque l’ensemble de la ville en contrebas, sur laquelle des lueurs d’incendies rougeoyaient à travers un immense nuage de poussière s’élevant des immeubles et maisons effondrées. De temps à autre, une explosion secouait l’air. Vraisemblablement, provenant de bouteilles de gaz dans les locaux en feu. Puis, des voix montèrent de ce fatras, des gens s’appelaient dans l’obscurité, cherchant un proche ou demandant de l’aide. Que faire ? Nous étions nous même désorientés, et les maisons autour de nous avaient l’air d’être debout. Il nous était impossible dans l’obscurité d’évaluer l’ampleur des dégâts en ville.

La famille Favre vint nous rejoindre avec les enfants que j’installai aussi dans la 2Cv transformée en dortoir.
La nuit étant fraîche, je décidai de retourner dans la maison chercher quelques vêtements et couvertures. Avec prudence, j’avançai dans les pièces et par chance retrouvai une lampe de poche qui fonctionnait. La lumière me fis entrevoir un désordre indescriptible. Le canapé-lit sur lequel nous dormions se retrouvait au milieu du séjour, ce qui nous évita certainement d’être blessé par des portions de cloison formant un tas à l’emplacement où était notre tête.
Des objets jonchaient le sol mélangés aux débris des vitres. Dans la cuisine, une odeur de vinasse montait des 10 litres de vin rentrés la veille, maintenant répandus et mélangés à tout le contenu du placard, sucre, sel, pâtes, riz etc... En tournant vers le couloir, je compris mon erreur d’aiguillage de la nuit en voyant les portes de la penderie arrachées de leur dormant coincées en travers du couloir formant une sorte de labyrinthe qui m’entraîna dans la salle de bain.

Tout ce spectacle de désolation était à pleurer, mais je n’avais pas le temps ni le désir de m’attarder à ranger. Je m’activai, la peur au ventre d’une nouvelle secousse, à trier quelques vêtements que j’empilai dans un sac ou une valise, je ne me souviens plus, et filai à l’extérieur vers la sécurité de la voûte céleste.
Vers trois heures du matin, une voiture monta la route vers nous. Chacun se précipita aux informations. Un officier marinier de service à la base venait prendre des nouvelles de sa famille. Il avait dû traverser un parcours de destruction et de mort qu’il nous rapporta en quelques phrases. Les immeubles effondrés obstruant certains passages, des hommes cherchant dans les décombres, qui un parent, qui un ami. Impensable !
La base située à sept kilomètres de la ville, assez loin de l’épicentre, demeurait intacte et opérationnelle. Nous décidâmes avec Lucien Favre de regagner ce havre, puisqu’il n’était plus question de rentrer dans nos maisons, d’autant plus que de petites secousses telluriques continuaient de faire bouger le sol sous nos pieds.

Au fur et à mesure de notre progression, le récit de notre camarade s’avéra la triste réalité. Après maints détours pour trouver un passage, nous arrivâmes à la base où déjà de nombreux rescapés envahissaient les allées, pèle mêle, civils, militaires, femmes et enfants, marocains et français. Des marins canalisaient tant bien que mal ce flot hétéroclite vers un hangar où des lits “ picots “ dépliés à la hâte leur étaient offerts, ainsi que des boissons chaudes réconfortantes. Pour ma part, j’installai nos deux familles, pour y passer le restant de la nuit, dans un baraquement demi-tonneau en tôle, servant de magasin matériel, me paraissant le plus sûr des abris en cas de nouveau séisme.



Mardi 1er mars.

Vers sept heures, nous fûmes réveillés par les ronflements des turbopropulseurs d’avions gros porteurs C 130 américains venus des bases de Nouasseur et de Port Lyautey apportant du matériel de sauvetage et des tentes pour les sans abri. La cafétéria du mess, venant d’ouvrir nous permit de faire un ravitaillement en café, pain et confiture, qui nous remis les esprits en ordre pour envisager un avenir immédiat pas très réjouissant.

Lucien et moi, nous nous présentâmes à nos services respectifs afin de nous signaler en vie mais aussi pour nous rendre utile dans ces moments difficiles. Lucien fut désigné pour faire le tri des blessés et des morts. Il participa également au déblaiement. Sale besogne s’il en est. Il eut le triste privilège de retrouver la famille Devaux, nos amis, lui, sa femme et leur bébé, tous les trois ensevelis sous les décombres de l’immeuble Bella vista. Nous leur avions donné quelques mois auparavant un petit chien magnifique de Tao notre chienne berger. Il est mort en leur compagnie.

Il fallut rassurer nos familles qui avaient dû entendre à la radio les informations sur ce drame. Par l’intermédiaire des transmissions de la marine, nous pûmes envoyer une liste des rescapés qui fut retransmise sur les ondes de la radiodiffusion française. Nous sûmes plus tard que les messages avaient été reçus, soit par l’intermédiaire de voisins ou de parents les ayant entendus.

En fin de journée, je m’échappai pour retrouver ma petite famille. Tout allait bien apparemment, les enfants jouaient avec ceux des Favre, Christine et Dominique. Peut être un peu plus grognon que d’habitude.

Une note affichée au bureau d’information nous annonça qu’une évacuation possible des familles pourrait avoir lieu le lendemain par des avions de l’escadrille 31 S de liaison ministérielle de la marine au Bourget. Je m’empressai d’inscrire Michelle et les enfants, Lucien en fit autant pour sa famille. Dans cette perspective, nous retournâmes aux appartements chercher des vêtements et affaires personnelles pour ce voyage sans retour.

Par la même occasion, nous fîmes un tour de la ville pour voir ce qu’il en restait. A partir du quartier industriel où se regroupaient les sardineries et la plupart des industries ou dépôts, l’horreur commença. D’Agadir, il ne restait rien que maisons détruites, lézardées ou en bloc entier penché comme la tour de Pise. Passant devant l’immeuble Barault, je vis notre ancien studio effondré. Plus loin, sur la place du marché, c’est avec une peur rétrospective que je reconnus l’emplacement de l’immeuble Lali, dont il ne subsistait qu’un tas de gravats de trois ou quatre mètres de haut débordant sur la rue. Notre ancienne propriétaire, Madame Fromentin, qui y avait un appartement, se trouvait encore sous les décombres, mais je ne l’appris que plus tard à Hyères où j’eus la surprise de la retrouver. Elle resta ensevelie blessée aux jambes, plusieurs heures avant d’être extirpée de sa fâcheuse posture.

Je poussai jusqu’au Talbordjt en faisant un détour par le front de mer, où du magnifique hôtel SAADA, plein des premiers touristes étrangers, on n’apercevait plus que l’enseigne de toit trônant sur les dalles de béton des quatre étages empilés les uns sur les autres. Des équipes de marins fouillaient les décombres un peu partout en ville, renforcées par les équipages des navires de guerre français en exercice près des côtes marocaines qui s’étaient détournés pour la circonstance.
Arrivé devant le quartier arabe, je dus reculer, dans l’impossibilité de poursuivre en voiture. Le Talbordjt n’existait plus ! Seuls des tas de pierres sur lesquelles des marocains fouillaient à mains nues pour déblayer et retrouver leurs morts. Les constructions de pierres liées à la chaux et au sable s’étaient écroulées comme des châteaux de cartes ensevelissant leurs habitants en pleine festivité du Ramadan.

On évaluera plus tard à plus de 15 000 le nombre des victimes en majorité musulmanes et juives de ce quartier.
Je ne suis pas monté jusqu’à la Kasbah, mais je sus que les recherches de survivants quasiment impossibles, s’arrêtèrent très vite et le nivelage des ruines fut ordonné, servant de sépulture aux victimes. On peut encore voir la forteresse ainsi aujourd’hui. Seuls les remparts subsistent avec les stigmates du séisme dans ses pierres.
Après avoir récupéré dans la maison, le maximum de vêtements nécessaires et quelques objets personnels, je rentrai à la base avec dans les yeux la vision d’apocalypse de toutes les misères de cette ville heureuse, belle et maintenant martyre.

Nos familles embarquèrent le lendemain dans un avion de l’Aéronavale, pour la France où ils atterrirent au Bourget accueillis, en ce qui concerne Michelle et les enfants, par ma sœur Gisèle.
Mon affectation ne se terminant qu’en juillet suivant, je me retrouvai célibataire pour quelques mois. Ne voulant plus coucher dans des immeubles en dur, tout le monde logea dans des tentes de l’armée pour trente poilus. Les soirées se traînaient interminables en parties de pétanque et de cartes ou de lecture. En avril et en juin, les autorités organisèrent des vols vers la France qui nous permirent de faire des visites furtives à la famille. Je profitais de l’un d’eux pour rapatrier à bord d’un Lancaster notre chienne Tao dont je ne savais que faire à la base. Elle était devenue agressive et avait mordu un officier qui passait trop près d’elle. La menace d’être abattue planait sur elle, il était temps de la faire partir. Elle retrouva son caractère doux en faisant de grandes promenades en compagnie des enfants qu’elle adorait et qui le lui rendaient bien.

Début juillet, je chargeai la 2Cv jusqu’à ras bord et pris la route du Nord, Casablanca, Port Lyautey, aujourd’hui Kénitra, où je fis une escale chez mon ami Carpentier, le rescapé de Dien Ben Phu qui faisait partie de mon équipage, puis Tanger la blanche, pour embarquer sur le ferry vers Gibraltar. Je traversai l’Espagne en touriste, au rythme de ma Gélinotte (la 2cv), c’est à dire à la vitesse moyenne de 60 à l’heure. Mais elle m’amena à bon port pour ce trajet de 8 jours et 3000 kms, au bout duquel je retrouvais ma famille.

Je suis revenu à Agadir, que le roi avait promis de reconstruire plus belle qu’avant, mais ce n’est plus le petit paradis que je connus jusqu’au 29 février 1960 à 23 heures 47. Il est devenu aujourd’hui, une usine à touristes qui ne connaîtront jamais le charme exotique de l’hôtel du Sous au Talbordjt, près du souk aux légumes !

Amitiés à tous

JCL




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
TECTAM
TECTAM
LIEUTENANT DE VAISSEAU
LIEUTENANT DE VAISSEAU

Age : 68
Gendarmerie Maritime NON

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par TECTAM le Jeu 14 Mar 2019 - 16:50

Bonjour les Gadiris.
Merci Jean-Claude de nous faire partager ce magnifique témoignage du regretté Didier VIDAL.
Jean-Claude, il me semble avoir vu sur le site d'AGADIR 1960 que tu te trouvais à DAKAR le 1er Mars 1960.
Aux alentours de 07 heures 00 ce 1er mars, j'ai débarqué en compagnie de ma mère et mes deux soeurs du super-constellation de la compagnie AIR FRANCE en provenance du Bourget et je me rappelle encore des premières paroles de mon père, qui était venu nous accueillir. " IL Y A EU UN TREMBLEMENT DE TERRE A AGADIR, LORSQUE VOUS PASSIEZ AU-DESSUS. "
Nous avions quitté AGADIR en Juillet 1959.
CARRET
CARRET
MATELOT
MATELOT

Age : 81
Mécanicien équipage

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par CARRET le Jeu 14 Mar 2019 - 17:24

Magnifique récit , presqu'un livre....Hommage à Didier . Merci Jean Claude .



L.P.(Pedro)Rodriguez
L.P.(Pedro)Rodriguez
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 69
NON

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par L.P.(Pedro)Rodriguez le Jeu 14 Mar 2019 - 18:34

Merci Jean-Claude, un récit qui fait remonter nombre de souvenirs. En 60, nous étions déjà en métropole depuis août 59 mais mes parents avaient beaucoup d'amis qui étaient encore là bas donc c'était la course aux infos, radio, journaux et courrier dans une triste ambiance. Beau texte de Didier Vidal.



Un bon souvenir, c'est comme une bonne bouteille, il ne faut pas le boire seul.
-Jean-Louis FOURNIER-
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par J-C Laffrat le Jeu 14 Mar 2019 - 19:06

A vos réactions je vois que j'ai bien fait de partager ce que m'avait transmis Didier, il dépeint parfaitement Agadir d'avant 1960, comme il dit si bien "Côte d'Azur marocaine" car ça l'était vraiment. Tous les anciens que nous sommes le savent bien, Port-Lyautey et Khouribga étaient loin derrière comme affectations.

Pour Tectam, quelle coïncidence d'avoir survolé les côtes marocaines au moment du séisme, je pense que les pilotes du Constellation ont du le savoir car les appels de détresse ont été lancés cette nuit là. Mon épouse et ma fille de 6 mois étaient arrivées elles aussi à Yof par le Constell régulier d'Air France fin décembre 1959 un peu avant toi. Comme je l'ai écrit sur Agadir 1960 nous l'avons appris par la radio dans la nuit et étions bouleversés.

Dix ans après en 1969 nous sommes retournés en vacances chez un copain civil, ancien mécano moteur à la 11F Hellcat sur l'Arromanches au moment de Dien Bien Phu. Présent à la 56S Agadir en 1959 Il était revenu s'installer comme civil, reconverti (facilement) dans les moteurs de hors bord Johnson et Evinrude. Pour le bon côté des choses; on avait loué des bagnoles et fait un tour à Tafraout par les pistes ... Pour le mauvais côté avec mon épouse avait été consternés de voir la disparition complète du Talbordjt complètement envahi de végétation ... jamais reconstruit car c'est une véritable sépulture des milliers de cadavres sont enfouis dessous ...Quant au quartier de Founti près du Port, là où nous nous étions mariés en 1951 .... plus rien de rien .... plus de constructions juste un quai.

En 1969 l'aéroport d'Agadir était encore le terrain de Ben Sergao notre ancienne BAN .... posés en début d'après midi au QFU 290 face à la mer à cause du vent dominant journalier, comme au bon vieux temps ..... Et on faisait escale à Casablanca ....


La Baie d'Agadir vue de la route de la Kasbah en 1969, le front ne mer n'avait pas encore changé

En route vers Tafraout , au milieu en bleu Claude Lamort ex mécano moteur, à sa gauche JC







«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
Serge BAVOUX
Serge BAVOUX
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 90
Mécanicien

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par Serge BAVOUX le Jeu 14 Mar 2019 - 19:54

Il me semble avoir rencontré Vidal, mais où quand. Claude Lamort, nous avons fait le BS à Rochefort en 1956.





Salut et fraternité !
J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par J-C Laffrat le Ven 15 Mar 2019 - 0:48

Pour la curiosité uniquement, deux photos du terrain d'Agadir en 1949 .... Arrivé en décembre, aucun risque de trouver sur le forum quelqu'un de plus ancien sur la base avant moi, donc aucun risque de contradiction .....

A la mi 1949 deux formations étaient présentes sur la BAN ,la 6F avec une dizaine de MB 175 et la 22S avec trois Catalina.

Sur ces deux photos bien nettes (prises le même jour) vous verrez les principaux bâtiments et installations de la BAN telles qu'elles étaient alors. Ce que vous avez connu par la suite n'était pas construit, à vous de voir quoi ...et où .La Base nord était toujours la Base Aérienne et c'est l'armée de l'Air qui contrôlait le terrain, les derniers Mosquito du Groupe Lorraine ont quitté Agadir en septembre pour Rabat-Salé. Vous pouvez agrandir, il y a de la définition

Ça s'appelle un remue-méninges ou remue-neurones comme on veut....




Et en bonus gratuit un Mosquito ....qui prend son envol devant deux Catalina de la 22S




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière
J.Revert
J.Revert
QM 2
QM 2

Age : 74
Commis équipage NON

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par J.Revert le Ven 15 Mar 2019 - 12:46

Bonjour Jean Claude, même si je ne suis pas concerné, je jette toujours un œil sur ce sujet car les oreilles de mes jeunes années ont encore en mémoire les récits de mon frère.
Ces deux photos sont dans mes albums, donc même sans son autorisation, je peux les présenter.
Agadir 1951:


Certains reconnaîtrons une porte par laquelle ils sont passés (mais il y a longtemps..!)
Datée 1956.

J-C Laffrat
J-C Laffrat
PREMIER MAÎTRE
PREMIER MAÎTRE

Age : 92
Radio

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par J-C Laffrat le Ven 15 Mar 2019 - 14:18

Bonjours Jack,

Là bien franchement sur la première devant un SO-95 je n'aurai pas reconnu ton frangin, pas plus sur la seconde d'ailleurs ... il s'était laissé pousser les moustaches ? De plus je ne savais pas qu'il était BS ....il a l'air content de lui ....

J'espère que TVB pour toi , de mon côté ça pourrait aller mieux ...Mais ainsi va la vie ....

Amitiés

JC




«Plus on se plaint de pertes de mémoire, moins il y a de probabilité de souffrir d’une maladie de la mémoire.»
Professeur Bruno Dubois, directeur IMMA à la Pitié-Salpétrière

Contenu sponsorisé

Re: [LES B.A.N.] AGADIR

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 25 Mar 2019 - 20:17