Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 706693 messages dans 13968 sujets

Nous avons 14413 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est aublin

La page Facebook de secours d’A.C.B.

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI

Derniers sujets

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 8
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 17:27

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins
par douzef Aujourd'hui à 17:17

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par Joël Chandelier Aujourd'hui à 17:13

» LE BORDELAIS (ER)
par chardavoine Aujourd'hui à 16:50

» FRANCIS GARNIER (AVISO)
par navigateur Aujourd'hui à 16:07

» [ Blog visiteurs ] Ecole des Timoniers Cap Brun 1958
par navigateur Aujourd'hui à 15:51

» [HISTOIRE ET HISTOIRES] LES CIMETIÈRES MILITAIRES FRANCAIS
par JACQUES SOUVAY ou BILL Aujourd'hui à 14:30

» [Autre sujet Marine Nationale] Démantèlement, déconstruction des navires - TOME 2
par vandini Aujourd'hui à 14:12

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI
par larcher Aujourd'hui à 14:09

» [LES B.A.N.] AGADIR
par L.P.(Pedro)Rodriguez Aujourd'hui à 11:50

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] Mouvements de Bâtiments dans la rade de Toulon
par Bureaumachine busset Hier à 21:38

» LA CRÉOLE
par COLLEMANT Dominique Hier à 18:57

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST
par pinçon michel Hier à 18:37

» COMMANDANT RIVIERE (AE) - Tome 2
par DENZER Philippe Hier à 18:15

» [LES B.A.N.] Saint-Mandrier
par LENOIR Hier à 16:20

» [La musique dans la Marine] Bagad de Lann-Bihoué
par pogo Hier à 8:36

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 016
par Jean-Léon Hier à 0:41

» BOIS BELLEAU (PA) [Tome 2]
par Smpacha Jeu 16 Aoû 2018 - 22:33

» JULES VERNE (BA)
par DUFFOND Serge Jeu 16 Aoû 2018 - 22:14

» TARTU (EE)
par Jean-Léon Jeu 16 Aoû 2018 - 18:40

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarades Arromanches 06/73 à 04/74
par chauvin Jeu 16 Aoû 2018 - 15:52

» LCT L9098
par GYURISS Jeu 16 Aoû 2018 - 11:23

» Photos mission Balbuzard I, II et III sur le Clem en 92
par LEBRIS Jeu 16 Aoû 2018 - 9:48

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par Bureaumachine busset Jeu 16 Aoû 2018 - 7:55

» Cours CHEQUA 1981
par pldem806 Jeu 16 Aoû 2018 - 7:07

» [Histoire et histoires] Un monument en l'honneur d'un B17
par Joël Chandelier Mer 15 Aoû 2018 - 22:18

» L' ALSACIEN (ER)
par vandini Mer 15 Aoû 2018 - 22:15

» [LES B.A.N.] DAKAR BEL-AIR et OUAKAM
par PAUGAM herve Mer 15 Aoû 2018 - 21:31

» [Histoires et Histoire] Monuments aux morts originaux Français
par takeo Mer 15 Aoû 2018 - 21:11

» [ Recherches de camarades ] Recherche anciens mécaniciens et électriciens Porte-Avions ARROMANCHES du 02/02/73 au 31/01/74
par vandini Mer 15 Aoû 2018 - 19:19

» [ Logos - Tapes - Insignes ] INSIGNES
par larcher Mer 15 Aoû 2018 - 18:32

» LATOUCHE TREVILLE (FREGATE)
par J-L-14 Mer 15 Aoû 2018 - 18:31

» CDT BOURDAIS (AE)
par COLLEMANT Dominique Mer 15 Aoû 2018 - 17:23

» [Campagnes C.E.P.] FANGATAUFA
par Jean-Léon Mer 15 Aoû 2018 - 12:24

» Hommages à nos anciens plongeurs démineurs.
par pldem806 Mer 15 Aoû 2018 - 11:48

» [HISTOIRES ET HISTOIRE] [Sujet unique] Le Centenaire de la Grande Guerre
par morbihannais Mer 15 Aoû 2018 - 11:16

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par Michel Roux Mer 15 Aoû 2018 - 10:29

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Joël Chandelier Lun 13 Aoû 2018 - 20:04

» [ Blog visiteurs ] Recherche sur Georges Leygues et la Gloire
par centime44 Lun 13 Aoû 2018 - 19:35

» CFM BREST
par GRAFF Gérard Lun 13 Aoû 2018 - 18:43

» QUELQUES BATEAUX DE PÊCHE (sur nos côtes Françaises)
par LES BORMETTES Lun 13 Aoû 2018 - 17:37

» [Vie des ports] Les ports de la Réunion
par takeo Lun 13 Aoû 2018 - 14:32

» SUFFREN (FLM )
par framery Lun 13 Aoû 2018 - 13:20

» [Divers écoles de spécialité] L'école navale et le groupe des écoles du Poulmic
par Joël Chandelier Lun 13 Aoû 2018 - 13:13

» [ Blog visiteurs ] Dakar 1940
par Invité Lun 13 Aoû 2018 - 13:11

» MINERVE (SM)
par JACQUES SOUVAY ou BILL Lun 13 Aoû 2018 - 9:18

» [ Blog visiteurs ] Petit fils d'un ancien militaire ex rapatrié de Diego Suarez Madagascar en 1973 LCT 9062
par L.P.(Pedro)Rodriguez Dim 12 Aoû 2018 - 16:18

» LE GASCON (ER)
par J-L-14 Dim 12 Aoû 2018 - 13:42

» [ Recherches de camarades ] Recherche PM DELIGNE atelier 57mm du 1Colbert
par loulou06000 Dim 12 Aoû 2018 - 11:07

» ÉCOLE DE PLONGÉE DE LA MARINE
par Bureaumachine busset Dim 12 Aoû 2018 - 8:39

» [Associations anciens marins] FNOM
par framery Sam 11 Aoû 2018 - 10:12

» PÉGASE
par centime44 Ven 10 Aoû 2018 - 19:28

» MYTHO (CM)
par alsybar Ven 10 Aoû 2018 - 18:15

» [Le service de santé] Cimetière de la Marine à Rochefort
par COLLEMANT Dominique Jeu 9 Aoû 2018 - 23:30

» [Les traditions dans la Marine] Le port du sabre
par jobic Jeu 9 Aoû 2018 - 23:15

» BALNY (AE)
par facilelavie Jeu 9 Aoû 2018 - 19:07

» MARINE BORDEAUX
par Christian DIGUE Mer 8 Aoû 2018 - 22:42

» CHAMPLAIN (BATRAL)
par Jean-Léon Mer 8 Aoû 2018 - 19:44

» [Campagne C.E.P. - Papeete] État Major/CEP . Grd-Hotel et Taaoné
par LES BORMETTES Mer 8 Aoû 2018 - 17:50

» [Histoire et histoires] LES HISTOIRES DE BONNERUE
par BONNERUE Daniel Mer 8 Aoû 2018 - 17:50

» [Vie des Ports ] Port de La Rochelle
par COLLEMANT Dominique Lun 6 Aoû 2018 - 22:26

» [ École des Mousses ] 2ème Cie 67/68
par Patrice Biron Lun 6 Aoû 2018 - 11:02

» MARINE TOURANE
par d'HAILLECOURT JEAN CLAUDE Lun 6 Aoû 2018 - 8:43

» [ La S.N.S.M. ] SNSM : un nouveau Capitaine
par Nenesse Dim 5 Aoû 2018 - 17:24

» [Aéronavale divers] Hélico NH90
par jobic Dim 5 Aoû 2018 - 17:09

» MARSOUIN (SM)
par Marco-56 Dim 5 Aoû 2018 - 16:28

» [Divers écoles de spécialité] FISEFA ET FIFORA
par jackychon Sam 4 Aoû 2018 - 20:11

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Van de Zande Ven 3 Aoû 2018 - 19:05

» ARROMANCHES (PA)
par Max Péron Ven 3 Aoû 2018 - 18:17

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par L.P.(Pedro)Rodriguez Ven 3 Aoû 2018 - 11:34

» [Votre passage au CFM] Le CPER Hourtin
par Papynano Jeu 2 Aoû 2018 - 21:31

» Accident du Sous Marin FLORE
par le hetet O Jeu 2 Aoû 2018 - 20:25

» [ Blog visiteurs ] contacter l'ex Maître-principal GUICHOU (en 1980)
par Invité Jeu 2 Aoû 2018 - 18:48

» photo de l'avant et de coté du pétrollier PAPEENO[ Blog visiteurs ]
par GYURISS Jeu 2 Aoû 2018 - 18:24

» [ Blog visiteurs ] Insération photos sur mon compte
par centime44 Jeu 2 Aoû 2018 - 15:34

» MURUROA - FANGATAUFA VOLUME 3
par marsouin Mer 1 Aoû 2018 - 22:37

» AIGLE (CM)
par COLLEMANT Dominique Mer 1 Aoû 2018 - 22:34

» LE BOULONNAIS (ER)
par BONNERUE Daniel Mer 1 Aoû 2018 - 17:38

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Écussons
par foufou Mer 1 Aoû 2018 - 17:14

» CROIX DU SUD (DM)
par jobic Mer 1 Aoû 2018 - 15:58

» Officiers techniciens
par papiserge Mer 1 Aoû 2018 - 15:57

» [ Recherches de camarades ] Recherche ancien FNFL ?
par COLLEMANT Dominique Mar 31 Juil 2018 - 21:03

» [ Les stations radio et telecommunications ] Les stations radio naviter
par COLLEMANT Dominique Mar 31 Juil 2018 - 21:01

» [ Marine à voile ] Mon "boutre" marocain.
par ARNOULT Mar 31 Juil 2018 - 15:49

» [ Porte-Avions Nucléaire ] Charles De Gaulle Tome 3
par Michel Roux Mar 31 Juil 2018 - 11:01

» [ AFRIQUE DU NORD ] Harkis de la D.B.F.M.
par COLLEMANT Dominique Lun 30 Juil 2018 - 22:23

» QUARTIER MAITRE ANQUETIL (AVISO)
par pierrix Lun 30 Juil 2018 - 21:37

» DIRECTION DU PORT DE BREST
par douzef Lun 30 Juil 2018 - 12:46

» ADOUR - P603
par douzef Lun 30 Juil 2018 - 9:48

» LE VIGILANT (SNLE)
par framery Lun 30 Juil 2018 - 9:34

» [ Aéronavale divers ] FERIA DE L'AIR Aéroport de Nîmes
par Franjacq Lun 30 Juil 2018 - 8:19

» [ Recherches de camarades ] Reherche PM Chateau
par phirou Dim 29 Juil 2018 - 19:06

» [ Blog visiteurs ] arromanches 1950 1951
par Invité Dim 29 Juil 2018 - 18:44

» ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET (AVISO)
par marsouin Dim 29 Juil 2018 - 18:20

» [ Divers frégates ] Frégate (FREMM) Provence D652
par jobic Dim 29 Juil 2018 - 17:32

» BERRY (TRANSPORT-RAVITAILLEUR)
par Charly Dim 29 Juil 2018 - 8:59

» [Le service de santé] LES VISITES MÉDICALES DANS LA MARINE
par LES BORMETTES Sam 28 Juil 2018 - 19:39

» VAR (BCR)
par COLLEMANT Dominique Jeu 26 Juil 2018 - 21:23

» GISMER (Groupe d'Intervention Sous la Mer)
par Charly Jeu 26 Juil 2018 - 9:11

DERNIERS SUJETS


L'histoire du Commandant LE ROUX

Partagez
avatar
raymond
MATELOT
MATELOT

NON

L'histoire du Commandant LE ROUX

Message par raymond le Mer 1 Fév 2006 - 17:48

Remorqueur contre sous-marin.

LE VICTORIEUX COMBAT DE L’HIPPOPOTAME " CONTRE L' U C35, VERSION OFFICIELLE.


Spoiler:

Nous avons annoncé, dans le précédent numéro, la destruction, par "Le remorqueur Hippopotame", d'un sous-marin allemand.
Voici quelques détails complémentaires sur cet exploit accompli avec un bel entrain
"Le remorqueur Hippopotame", commandé par le premier maître timonier Le Roux, remorquait trois voiliers entre l’Angleterre et Brest, lorsqu'il fut attaqué par le sous-marin U C-35 qui le canonna à grande distance.
Larguant les remorques pour évoluer plus facilement et se rapprocher de l'ennemi, il riposta et son premier projectile atteignit l'avant du sous-marin : coup heureux entre tous dénotant une rare sûreté de coup d'oeil de la part du premier maître Le Roux, qui avait apprécié la distance sans télémètre.
De plus en plus précis, le tir continua, les coups au but se succédèrent, emportant les périscopes, démolissant le kiosque, défonçant le pont, arrachant les canons de leurs affûts, rasant le sous-marin comme un ponton.
Un dernier coup à la flottaison fit apiquer l'Allemand qui sombra bientôt entraînant dans ses remous la plus grande partie de son équipage.
On ne put recueillir que cinq hommes, au nombre desquels se trouvaient le commandant du sous-marin et un marin espagnol qu'il avait capturé quelques jours auparavant.
Ainsi finit l'U C-35, cité souvent dans les communiqués de l'ennemi, qui le considérait comme un champion de la guerre de course sous-marine et qu'il donnait en exemple à tous ses congénères pour stimuler leur zèle.
Après ce rapide et victorieux combat, l'hippopotame rentra à Brest, sans aucune avarie.
Les prisonniers furent internés et on hospitalisa le marin espagnol.
Quelques jours après, le brave remorqueur était de nouveau paré à reprendre la mer.
Avant qu'il appareillât, le vice-amiral Lacaze, commandant en chef, préfet du 2ème arrondissement maritime, vint à bord ; il remit des Croix de guerre à son valeureux équipage et fit donner lecture des citations.
Les premiers maîtres Le Roux et Caron et le quartier-maître Tanguy sont cités à l'ordre de l'armée avec les motifs suivants
"Premier maître timonier Le Roux, commandant le remorquer « Hippopotame »
Commandant de remorqueur modèle, d'une magnifique ardeur et bravoure, a su communiquer à son équipage l'esprit qui l'anime.
Attaqué, pendant qu'il remorquait deux voiliers, par un sous-marin plus puissamment armé que l' Hippopotame, n'a pas hésité à filer ses remorques pour courir sus à l'ennemi et l'a coulé au canon. après un court et brillant combat."
"Premier maître de manoeuvre Caron, chef de quart à bord de l'Hippopotame.
Par sa vaillance, sa manoeuvre habile et son sang-froid a permis à l'Hippopotame, son immédiate et foudroyante riposte."
"Quartier-maître fusilier Tanguy, chef de la pièce de 75 à l'avant de l'Hippopotame.
A toujours fait preuve de qualités militaires hors ligne, son coup d'oeil et son sang-froid parfaits sous le feu ont assuré la destruction du sous-marin ennemi."
En remettant les Croix de guerre à ces braves marins, l'amiral Lacaze a prononcé une brève allocution,
Mes amis, a-t-il dit, je n ai pas voulu vous laisser repartir sans vous féliciter du bel et glorieux exploit que cous avez accompli sous les ordres d'un chef modèle.
Les croix que je vous remets sont les plus belles qu'on puisse décerner, et vous avez le droit d'en être fiers.
Tout l'équipage de l’Hippopotame s'est montré en cette circonstance, par sa magnifique attitude et sa belle ardeur, digne des plus belles traditions de la marine française.
Je voudrais vous embrasser tous : je vous embrasse dans la personne de votre commandant, le brave Le Roux.
Au revoir et bonne chance l'Hippopotame.
Le vaillant petit remorqueur a repris son rude métier de protecteur du trafic maritime. de ce trafic dont la sécurité devient chaque jour plus grande, grâce à l'inlassable dévouement de nos patrouilleurs qui rivalisent de courage et d'endurance dans l accomplissement de cette niche aventureuse.
R. L.

VERSION EXACTE du Cdt LE ROUX

Les trois voaliers du commandant Le Roux
Officier des Équipages de Manoeuvre (en retraite)

C'était en 1916, alors que je commandais un remorqueur de 600 qu'avait un nom d'zoizeau, le Hippopotame qu'i s'appelait.
Toujours bien briqué, l'était joli comme à Brest.

Mon histoire commence au retour d'une 72 heures, où j'avais envoyé avec moi au pardon du Folgoét madame LEROUX, mon aîné quartier-maître fourrier et son femme qu'était en attente.

En montant la coupée, Job me tend un message.
Là, je dois dire un mot de Job, qu'était à bord comme qui dirait mon Second, et qui tient sa place dans la suite comme vous verrez par vous mêm'.
C'était un bled à moi dévoué et tout, mais qu'avait pas beaucoup fréquenté l'école et qui par surplus se laissait un peu aller sur le boire.
Mêm' qu'un soir l'était rentré de terre bourré à zéro et s'était affalé d'un bloc par le panneau de la cale avant.
Près de deux mois à l'hosto, l'était demeuré avec une jamb’ plus courte que les deux zottes, mais toujours solide au poste et hardi au travail.

Le message était ainsi titulé :

"Commandant Hippopotame convoqué lundi dize heures à la Peu.Meu., 3ème bureau".

A l'heure dite, capelé dans mon uniforme de sortie, j'me présente au capitaine qui rentre de suite dans le vif du sujet :

"Voilà Le Roux, y a une mission importante pour vous. Demain vous appareillerez pour l'Angleterre chercher trois voaliers et les escorter jusqu'à Brest pour les protéger des sousmarins. Bonne chance".

De retour à bord, j'ordonne à Job :
"Prépare tout pour l'appareillage et manque pas de faire le plein de pinard".
Ça, j'avais ajouté pour rigoler vu que ç'aurait pas été dans son tempérament de l'oublier.
"Où c'est-y qu'on va ?" qu'i demande.
"T'occupes, c'est secret". Dam', je voulais pas qu'il risque d'aller trop causer dans un débit du Plateau où y en a qu'ont les oreilles longues et la langue rapide à marcher.


Au matin du jour après, sitôt le Mângain laissé par babeau et pris le Four, en avant et en route en gros cap au noroît.

Jusqu'à Portemouth rien à signaler, mais sitôt accosté après une fine manoeuffe, c'est là que le cirque a commencé.
Avec Job évidemment qu'était mon remplaçant réglementaire si je tombais faib'e et le timonier, un parisien qu'avait de l'instruction, on se rend dans un H.M.S. baraque où y avait à attendre un officier anglais avec de drôles de galons sur les manches et un tour de bitte par dessus, Routing qu'i s'appelait je me souviens, et les trois
commandants des trois voaliers.
Après les salutations, le British nous a amenés devant un mur où qu'était peinte une grande carte marquée "Channel", mais que j'ai tout de suite reconnue pour la Manche.
Là, i' s'met à causer, causer, en promenant une baguette de points en points marqués de lettres majuscules.
J'ai compris à vue que c'était les routes où qu'il voulait qu'on passe pour éviter les supposés sous-marins qu'étaient pointés avec des petits cabillots touches.
Le timonier qui écoutait avec des airs supérieurs traduisait, par ci par là, d'un n' t, de longues phrases, ce qui m'a fait douter de son savoir à interprétait si bien qu'il disait.
Enfin, après avoir montré Brest au bout de sa gaffe, l'officier British demande si on a bien compris.
Job, l'air éveillé d'une vieille au sortir de l'eau, me dit en faisant passer sa chique d'un bord à Pote, et en breton :
"j'ai rien beillesé, et toi ?"
Je lui réponds en breton :
"Te casse pas la tête, mon pays, on passera ou on passera pas où ce distingué veut. A la mer, on se dé..." et je me retourne vers les trois commandants des trois voaliers pour leur donner en français mes instructions détaillées
"Appareillage à midi. Cap sur Ouessant vent permettant et rester en groupe".

Dans l'après-midi, le convoa était ainsi formé : quand y faisait du calme, le remorqueur devant avait du vent dans la cale, les voaliers derrière ; quand y avait bonne brise, les voaliers me regagnaient et j'étais à la traîne derrière. Ce qui fait que l'un dans l'aut'e on naviguait comme prévu de conserve.

Après la soupe et avant de regagner ma bannette je marque, comme c'est réglementaire, mes ordres pour la nuit sur le journal de bord :

'Conserver bon cap et bonne vitesse. Faire de temps en temps des zigs et des zags pour tromper le sous-marin. Bien veiller le sous-marin et me prévenir en cas d'imprévu".

A minuit, je monte pour la relèfe de quart, et Job me dit
'Tout va bien, on a vu passer le sous-marin par bâbord.

- Gast alors, pourquoi que tu m'as pas prévenu ?

- Dam, qu'i me dit l'air offusqué, le sous-marin c'était prévu et t'avais marqué de te réveiller seulement en cas d'imprévu".

J'avais un pare-à-virer qui me brûlait la main, mais je n'ai pas voulu brusquer Job et pour l'avenir j'ai complété mes ordres en ajoutant
"Me réveiller en cas de quoi que ce soit".

J'étais à peine recouché qu'une gueulante sort du porte-voix de ma chambre .
"commandant, il est là de retour".
J'enfile mes bottes (à la mer je couchais tout habillé sauf mes bottes) et je monte.
"Où c'est qu'il est ?"
Je cherche, je cherche, mais d'un bord comme de lote, pas plus de sous-marin que d'beurre.
Alors j'ajoute à mes ordres pour que ce soit bien clair une fois pour toutes
"OBSERVATION IMPORTANTE : quoi que ce soit c'est tout
mais c'est pas rien"
et je souligne.

Après le jus du matin et un coup de lambic pour décrasser, je monte sur le pont et cherche à repérer mes yaks et trouve plus que deux, mém' en comptant à nouveau...
Alors je pense, faut faire de suite un P.V., sinon çui-ci on va me l'apostiller sur mon sac. Et après réflexion en moi-mém' je note sur le journal :

"P.V. de perte : un voalier a disparu sans raison valab’e et malgré bonne surveillance. II n'y a pas lieu à imputation".

Dans la journée on continue à faire route à bonne allure sans péripéties avec les deux de reliquat et à la nuit, je note sur le journal de bord

"Mêmes consignes que la veille, sauf escorter deux voaliers au lieu de trois".

Je dormais que sur un oeil, comme il se doit quand on a de la responsabilité, que j'entends, "y en a un qui s'est envoyé en l'air". Je monte en chaussons sur la passerelle, sans mettre mes bottes pour faire vite, et je vois un grand feu sur l'eau à une bonne distance par le travers.
"Çà, dit Job d'un air rusé, du coup c'est pas rien ?
Arme le canon, que je réponds, j'ai idée que le sous-marin doit pas être loin et qu'on va causer avec.

A droite toute, je dis à l'homme de barre, gouverne sur l'incendie.
Je siffle la machine et gueule (à cause du bruit)
"Pousser la chauffe."

Enfin, "Tout le monde à son poste et à ouvrir l'oeil ; la doub'e à celui qui voit quelque chose".

Celui qui l'a gagnée la doub'e et bien gagnée, c'est Zef, un marin-pécheur dans le civil, pas très militaire mais doué pour la vue,
malgré qu'à l'observer de face son oeil droit regardait à gauche et le gauche à droite.

"Patron, qu'il a crié, vot'béluga, il émerche deux quarts bâbord".

Je pointe mes jumelles louches et c'était vrai, je perçois une ombre noire qui se détachait à peine du voalier en flamme.

"Là, que je dis au canon, envoyez-lui une ration pour lui apprendre à viffre.

- Mais, dit Job, c'est qu'y a pas d'obus, sont tous en soute.

- Dégourdi, fais vite pour en chercher un."

Job fut long à remonter et i'm dit pour s'excuser

"On trouvait pas la clé, c'est Fanch qui l'avait donnée à Loïc, le magasinier qu'il l'avait planquée dans son pantalon-du dimanche".

Pendant ces retardements, le sous-marin se rapprochait
avec un air de mine de rien du dernier voalier et je gouvernais
cap dessus pour lui couper la route.

"Qu'est-ce que t'attends, Job pour tirer ?

- Vous avez pas dit de charger, commandant.
- Charge donc en vitesse.
- A poste, qu'i m'dit

- Tu tires oui ou ...

- Vous avez pas dit feu, commandant.

- Feu, nom de Dié."

Boum, le coup part et je pointe mes jumelles louches dans la direction ad hoc ; mais d'abord, je vois rien, rapport à la fumée, ensuite je perçois une cherbe à droite du sous-marin et un pei derrière.

"Vise deux doigts plus à gauche et une idée plus près.

- Mais, dit Job, c'est que la munition est épuisée, vous avez dit de chercher un obus et on a monté qu'un.

- Teso guinaouec, je lui dis - que c'est une injure pas traduisible en société - va chercher cor'un aut'e.
RUBRIQUE
ADMINISTRATIVE

Enfin deuxième boum, et même après la fumée, je vois plus rien là où le sous-marin était avant., De deux choses l'une je me dis en moi mêm', ou c'est qu'il 'a plongé ou c'est qu'on a fait but, et je continue la route avant demi.

En se rapprochant, on a distingué des points noirs sur l'eau qu'on aurait dit des petites bêtes qui surnageaient. Arrivée à toucher, on s'est bien rendu compte que c'était des tètes d'allemands, tout rasés qu'ils étaient.
Avec des boutts, la gaffe et une chatte, on a repêché douze, juste ce qu'il fallait, m'a dit Job, pour qu'ils ne nous foutent pas tous à la patouille car douze qu'on est à bord, ç'aurait pas été prudent qu'on embarque davantage.

La douzaine de chiens mouillés on leur a donné, par fraternité des gens de mer, du vin chaud et rassemblé à coucher dans le poste avant..

Avec le seul voalier rescapé, qu'avait repêché l'équipage de lote qu'avait brûlé, on est rentré en grande rade et aussitôt amarré en Penfeld, j'ai été rend'compte

"Un seul voalier qu'on a ramené avec deux équipaches, un qu'a été torpillé, un ote qu'i s'est pointé disparu et on a coulé un sous-marin".

Le chef d'état-major n'était pas content rapport à la perte, et il a marmoné

"Coulé un sous-marin, coulé un sous-marin, tous les mêmes, c'est vite dit ; avez-vous vu la tache d'huile ?"

Çà, on pouvait pas dire honnêtement, j'avais pas la souvenance d'une tache d'huile et je suis rentré à bord me concerter avec Job et lui dire que si on n'avait pas vu de tache d'huile, on n'avait pas coulé de sous-marin.
Tout rouch' qu'il est devenu et avalé sa chique.


"d'l'huile y en avait pas, mais les douze rationnaires qui sont en bas et qui foutent la cambuse à cul, c'est-y pas des preuves ça ?"

Alors, une idée à lui, on leur a capelé des effets de l'habillement et rassemblés en douce devant le Peu-Meu.
Tellement bien alignés qu'ils étaient qu'on a bien vu qu'c'était pas des marins français et acceptés comme pièces à conviction.

L'Amiral, un grand sec, pas causant à l'ordinaire, était bien content et m'a dit :

"Le Roux, vot'histoire, c'est toute une Odyssée et je vais vous proposer pour la croix de guerre".

Il m'a invité à son déjeuner avec la Préfete et tout.
C'était bien honnête, mêm' qu'y avait du vin rouch' à discrétion.
avatar
decosseal
QM 1
QM 1

Age : 65
NON

felicitation

Message par decosseal le Mar 21 Fév 2006 - 16:11

bravo, belle histoire
j'ai encore mal aux abdos :D
j'ai vraiment imaginé l'histoire avec l'accent du pays
merci
j'ai envie de dire bis
avatar
Invité
Invité

Re: L'histoire du Commandant LE ROUX

Message par Invité le Jeu 23 Fév 2006 - 18:56

Inimaginable et si bien raconté, je me suis marré comme une baleine, par anachronisme à la situation!

Un "anti-héro" qui met tous les Rambo par terre!!!

Et il y en a eu! heureusement!

Jakez
avatar
smmorse
MAÎTRE PRINCIPAL
MAÎTRE PRINCIPAL

Age : 72
Électromécanicien de propulsion NON

Re: L'histoire du Commandant LE ROUX

Message par smmorse le Jeu 23 Mar 2006 - 10:46

J'ai lu cette épopée avec un peu de retard....Mais chapeau! Comme quoi il ne faut pas sortir de l'école de guerre...
Je m'imagine le Job, respectueux des ordres mais de précision.




avatar
jym
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE
SECOND MAÎTRE 2ème CLASSE

Résident à l'étranger : Belgique
Age : 62
NON

Re: L'histoire du Commandant LE ROUX

Message par jym le Jeu 23 Mar 2006 - 12:52

Superbe histoire, l'officielle, grandiose et de propagande et la vraie naturelle et sur le vif, je trouve la seconde meilleure surtout que les comptes rendus officiels non jamais l'accent. Encore merci. :D
avatar
René03
MAJOR
MAJOR

Age : 73
NON

Re: L'histoire du Commandant LE ROUX

Message par René03 le Jeu 23 Mar 2006 - 15:10

Superbe cette histoire et félicitation au vaillant équipage
(heureusement que le commandant du sous marin à voulu économiser une torpille)
pour la seconde histoire ne me faites pas trop rire, ce midi j'ai mangé les fayots de Balisson. :drunken:




    La date/heure actuelle est Sam 18 Aoû 2018 - 18:14