Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Du haut de son sémaphore il veille !

La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Avatar22 La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 1151015 messages dans 18051 sujets

Nous avons 7968 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Philippe Loison

La page Facebook de secours d’A.C.B.

La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Livreo10

Derniers sujets

» EDIC 9070
par gabriel Aujourd'hui à 15:50

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 05
par Jean Marc GERARD Aujourd'hui à 15:32

» [Campagnes] DAKAR
par PAUGAM herve Aujourd'hui à 14:02

» LE TERRIBLE (SNLE)
par comjipe Aujourd'hui à 13:59

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 005
par Hunault olivier Aujourd'hui à 13:59

» FOUDROYANT (SNLE)
par comjipe Aujourd'hui à 13:03

» CYCLAMEN (DC)
par RENARD-HACHIN Aujourd'hui à 9:53

» [VOS ESCALES ] Aux USA
par Max Péron Hier à 16:28

» [Vieilles paperasses] Nos papiers Marine... et rien que papiers marine.
par PAUGAM herve Hier à 14:45

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] C.I.N. BREST
par christian 84 Hier à 9:19

» [Vie des ports] PORT DE SAINT TROPEZ
par Le moelannais Hier à 6:23

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES FOURRIERS CHERBOURG
par AlainD59 Sam 13 Juil 2024 - 23:39

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT - TOME 2
par Jacques l'A Sam 13 Juil 2024 - 18:24

» TOURVILLE SNA
par david974 Sam 13 Juil 2024 - 11:30

» [Campagne] DIÉGO SUAREZ - TOME 018
par Jean-Léon Sam 13 Juil 2024 - 11:22

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES RUBANS LÉGENDÉS
par douzef Sam 13 Juil 2024 - 10:34

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST - TOME 3
par Nenesse Ven 12 Juil 2024 - 22:40

» [ Logos - Tapes - Insignes ] Insignes de spécialités dans la Marine
par PAUGAM herve Ven 12 Juil 2024 - 21:20

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par CHRISTIAN63 Ven 12 Juil 2024 - 17:36

» Léon Gauthier, 1er Bataillon de Fusiliers-Marins Commandos (1er BFMC) créé au printemps 1942 en Grande-Bretagne par la France libre (FNFL) et commandés par le capitaine de corvette Philippe Kieffer.
par CPM73 Ven 12 Juil 2024 - 14:33

» [Vieilles paperasses] Livret matricule
par lefrancois Ven 12 Juil 2024 - 12:02

» MANINI (RC)
par Jean-Marie41 Jeu 11 Juil 2024 - 18:01

» [Vie des ports] Port de Saint Nazaire
par Max Péron Jeu 11 Juil 2024 - 17:43

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par takeo Jeu 11 Juil 2024 - 11:34

» VAR (BCR)
par Patrick Fde florence Jeu 11 Juil 2024 - 10:02

» [ La S.N.S.M. ] St TROPEZ
par Le moelannais Jeu 11 Juil 2024 - 8:08

» [Les stations radio et télécommunications] La station de Kerlouan
par Max Péron Mer 10 Juil 2024 - 15:53

» [ PORTE-AVION NUCLÉAIRE ] Charles de Gaulle Tome 4
par Franjacq Mer 10 Juil 2024 - 15:17

» La Combattante (P735) - Patrouilleur Antilles Guyane (PAG)
par Yvon972 Mer 10 Juil 2024 - 14:32

» [ Associations anciens Marins ] Les membres du MESMAT nouvel équipage de la FLORE
par destrez Mar 9 Juil 2024 - 8:32

» [ Blog visiteurs ] Je cherche des traces de mon père André Wahiche
par Invité Lun 8 Juil 2024 - 21:59

» [ Blog visiteurs ] Contre torpilleur "Le Triomphant"
par BEBERT 49 Lun 8 Juil 2024 - 21:42

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 004
par Jean-Marie41 Lun 8 Juil 2024 - 18:39

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par HèmBé43 Lun 8 Juil 2024 - 6:59

» [Vie des ports] Port de La Seyne-sur-Mer (83)
par Le moelannais Dim 7 Juil 2024 - 20:16

» [ Blog visiteurs ] LE COURAGEUX
par Invité Dim 7 Juil 2024 - 19:49

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI - TOME 3
par Jean-Léon Dim 7 Juil 2024 - 18:40

» CDT BOURDAIS (AE) Tome 3
par Max Péron Dim 7 Juil 2024 - 16:14

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par Gibus1750 Dim 7 Juil 2024 - 14:23

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 3
par comjota Dim 7 Juil 2024 - 12:54

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par Chef maille Dim 7 Juil 2024 - 11:17

» [ Divers - Les classiques ] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
par CHRISTIAN63 Sam 6 Juil 2024 - 14:43

» [ Histoire et histoires ] La fin tragique du cargo LONGWY LE 4 Novembre 1917
par Joël Chandelier Sam 6 Juil 2024 - 13:32

» [ Divers frégates ] Les FREMM sans Nom sans Numero
par Noël Gauquelin Sam 6 Juil 2024 - 13:20

» FREMM Provence (D652)
par david974 Sam 6 Juil 2024 - 13:02

» FLOTTILLE 33 F
par jlchaillot Sam 6 Juil 2024 - 8:36

» [ Blog visiteurs ] Je suis possession (en partie) de la liste nominative de la promo Aero et machine et de la liste BS aéro Rochefort promo 59
par jlchaillot Sam 6 Juil 2024 - 8:19

» DIXMUDE (PHA)
par Le moelannais Jeu 4 Juil 2024 - 17:39

» [Campagnes] Fort-de-France
par Jacques l'A Jeu 4 Juil 2024 - 17:09

» [ Histoire et histoires ] Le Mémorial Pegasus
par Jean-Léon Jeu 4 Juil 2024 - 12:25

» FORBIN D620 (frégate)
par Christian DIGUE Jeu 4 Juil 2024 - 11:21

» [ Histoires et histoire ] Pierre Loti
par phirou Mer 3 Juil 2024 - 23:39

» [ Blog visiteurs ] Bâtiment hydrographique Laplace en Nouvelle Calédonie 1993
par Invité Mer 3 Juil 2024 - 21:31

» FLOTTILLE 36 F
par Christian DIGUE Mer 3 Juil 2024 - 19:31

» Flottille 35 F
par Christian DIGUE Mer 3 Juil 2024 - 19:27

» COMMANDANT BOUAN [AVISO]
par Christian DIGUE Mer 3 Juil 2024 - 19:18

» GARONNE BSAM (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain)
par Christian DIGUE Mer 3 Juil 2024 - 19:16

» [LES B.A.N.] HYERES
par Christian DIGUE Mer 3 Juil 2024 - 19:06

» Auguste Bénébig (P779) - Patrouilleur Outre-mer (POM)
par Christian DIGUE Mer 3 Juil 2024 - 18:52

» [ Recherches de camarades ] Recherche CAMPANA qui était avec moi à Mururoa en 1969.
par Laurent Mer 3 Juil 2024 - 14:53

» [Les différents armements dans la Marine] Pour changer, si l'on parlait canons...
par Nenesse Mar 2 Juil 2024 - 19:28

» CÉPHÉE (DC)
par Bidou79 Lun 1 Juil 2024 - 14:31

» FULMAR P740
par Chabot Dim 30 Juin 2024 - 21:57

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par pinçon michel Dim 30 Juin 2024 - 19:29

» [ Histoire et histoires ] Et si nous participions à la sauvegarde du Maillé Brezé ?
par Charly Sam 29 Juin 2024 - 22:36

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par Laurent Sam 29 Juin 2024 - 21:16

» [ DIVERS LES NUCS ] SNA DUGUAY TROUIN
par Le moelannais Sam 29 Juin 2024 - 19:37

» Groupe Naval d'Assaut
par MARTIN Jean-Pierre Sam 29 Juin 2024 - 16:22

» [Les ports militaires de métropole] Port de Toulon - TOME 2
par JACQUES SOUVAY ou BILL Ven 28 Juin 2024 - 20:34

» LE PICARD (ER)
par Juston Ven 28 Juin 2024 - 19:05

» [ Divers navires amphibies ] Engin de débarquement amphibie standard EDAS
par Michel Roux Ven 28 Juin 2024 - 11:27

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC de Cernay (68) et des Vallées Thur-Doller
par Kohler Jean Marie(Hans) Jeu 27 Juin 2024 - 17:34

» SOMME (PR)
par pinçon michel Mer 26 Juin 2024 - 17:40

» [Votre passage au C.F.M.] MON ARRIVÉE À HOURTIN
par Juston Mar 25 Juin 2024 - 19:07

» DE GRASSE (CROISEUR)
par BOURGOT Mar 25 Juin 2024 - 18:59

» Jacques Chevallier A725 (Bâtiments ravitailleurs de forces - BRF)
par Michel Roux Mar 25 Juin 2024 - 11:42

» SÉMAPHORE - BARNEVILLE-CARTERET (MANCHE)
par Jean-Léon Lun 24 Juin 2024 - 12:56

» SUFFREN (FLM )
par Max Péron Lun 24 Juin 2024 - 12:02

» [Divers commandos] Nageurs de combats d'hier et aujourd'hui
par Jean-Paul Bargain Dim 23 Juin 2024 - 14:54

» RHÔNE (BSL)
par Michel Roux Dim 23 Juin 2024 - 11:43

» [Plongeurs démineurs] GISMER (Divisions des sous-marins et du bathyscaphe)
par Jean-Léon Sam 22 Juin 2024 - 23:33

» VICTOR SCHOELCHER (AE)
par Max Péron Sam 22 Juin 2024 - 15:19

» [ Les Musées en rapport avec la Marine ] Musée de l'Aéronautique Navale de Rochefort
par kermonnach Jeu 20 Juin 2024 - 20:20

» LE FRINGANT (EC)
par Matelot Jeu 20 Juin 2024 - 16:09

» [Les batiments auxiliaires] ASTROLABE (Patrouilleur et Navire Logistique Polaire)
par david974 Jeu 20 Juin 2024 - 11:15

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] PORT DE TOULON - Opération Rade Propre du 10 au 14 juin 2024
par Charly Mer 19 Juin 2024 - 22:21

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par Charly Mer 19 Juin 2024 - 21:20

» [ Logos - Tapes - Insignes ] VOS TEE-SHIRTS ET VOS CASQUETTES SOUVENIRS MARINE"
par Charly Mer 19 Juin 2024 - 21:12

» [ Marine à voile ] Vieux gréements
par Jacques l'A Mer 19 Juin 2024 - 18:14

» [Les écoles de spécialités] SMER, CER, CEAN ROCHEFORT
par david974 Mer 19 Juin 2024 - 17:17

» [ TOUS LES C.F.M. ET C.I.N. ] CFM HOURTIN VOLUME 5
par Dutertre Mer 19 Juin 2024 - 9:18

» LISERON (DM)
par lascar 12F Mar 18 Juin 2024 - 14:32

» [Vie des ports] Quelques bateaux de pêche (sur nos côtes Françaises)
par Jean-Léon Mar 18 Juin 2024 - 12:07

» GROUPE ÉCOLE DES MÉCANICIENS ( Tome 2 )
par CLAUDEL JEAN-PIERRE Mar 18 Juin 2024 - 11:50

» [Campagne] LES COMORES - TOME 001
par Le moelannais Lun 17 Juin 2024 - 20:20

» [ Recherches de camarades ] Recherche de camarades du E.E Tartu (D636) mission "Azur" de 77 à 78
par Mesnildrey Philippe Lun 17 Juin 2024 - 19:31

» LA SPECIALITE D'HYDROGRAPHE
par bt1954 Lun 17 Juin 2024 - 16:31

» [ La S.N.S.M. ] SNSM Trouville - Deauville
par Christian Suné Lun 17 Juin 2024 - 14:18

» MAURIENNE (BB - MURUROA)
par PICCOLO Dim 16 Juin 2024 - 21:43

DERNIERS SUJETS


La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Liensamis

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Jeu 24 Mai 2007 - 14:36

    Extraits de l'ouvrage "COMMANDOS-MARINE AU COMBAT" de mon ami René BAIL, je vous présente ci-après deux récits d'opérations au cours desquelles deux pachas de commandos sont tombés avec quelques-uns de leurs hommes. Il s'agit des LV SULPIS, pacha du commando "de Montfort" et le LV SCHEIDHAUER, pacha du commando "Jaubert" .


    Dernière édition par le Jeu 24 Mai 2007 - 15:13, édité 2 fois



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Jeu 24 Mai 2007 - 14:58

    La mort du lieutenant de vaisseau SULPIS, pacha du commando "de Montfort" en août 1959 :

    Départ en opération vers le djebel El Gaada

    Tout le monde paré et embarqué, les camions démarrent. Il fait encore sombre, mais quelques lueurs sur l'horizon d'alfa annoncent l'imminence du jour.

    Après une heure de route, les véhicules ralentissent et se présentent à l'entrée d'une piste où les attendent deux chars Sherman qui sont là pour l'ouverture de route. Les camions vont les secouer pendant une heure encore. Ils stoppent enfin et se disposent en ligne de front. Les hommes sautent à terre, se placent par groupes et commencent à progresser. Plus loin, le commandant Servent assigne aux commandants de commandos, Scheidhauer pour “Jaubert” et Sulpis pour “de Montfort”, la mission qui lui revient.

    La première journée est employée à marcher sans que les hommes sachent quel est exactement l'objectif recherché. L'Etat-Major a des raisons que la raison n'entend pas.

    Le lendemain ils partent un peu plus tard vers Bou Alam, où le convoi arrive vers midi. Ils trouvent un peu de réconfort au poste de la 22ème compagnie de Légion (2ème R.E.I.), où des bières fraîches prises au mess contribuent à leur remonter le moral.

    Ils repartent dans l'après-midi. Le commando “de Montfort” est en train d'escalader sous un soleil de plomb un petit djebel, lorsqu'un M.D. 315, bimoteur léger, les survole à basse altitude. Que se passe-t-il à ce moment là ? Toujours est-il qu'une roquette partie des plans de l'avion vient percuter le flanc du djebel qu'est en train de gravir “Montfort”. Explosion… fumée… mais pas de dégâts.
    - Avion de “Lara”, appelle le lieutenant de vaisseau Sulpis, avion de “Lara”… Qu'arrive-t-il ? Une de vos roquette a failli atteindre mes hommes !
    - “Lara” de “Foxtrot-Echo”… Regrettons, mais incident technique, sans doute mauvais contact, a dû déclencher mise à feu. Rentrons à la base.
    - Rigolos, grommelle “Tonton”, le maître Rives, nous aussi on a failli rentrer à notre base, mais les pieds devant ! Allez les bons petits, serrez !

    Ils parviennent enfin au sommet. La journée se termine sans autre incident. Juste quelques rafales de F.M. tirées sur des fuyards, sans résultat. Les hommes vont dormir sur place, couchés dans l'alfa. Le lendemain matin c'est le retour sur Aflou. Encore une opération de routine, sans objectif précis et sans résultat, mais qui aurait pu avoir de désastreuses conséquences ; une dépense d'énergie inutile.

    Le 16 août à 4 heures 30, branle-bas ; ça recommence… Cette fois les ordres sont différents. Il faut préparer les sacs tyroliens en plus des sacs légers d'opération. On va donc aller plus loin et pour plusieurs jours.

    Le P.C., les commandos “Jaubert” et “de Montfort” sont dirigés vers le terrain d'aviation d'Aflou où des Nord-2501 du groupe “Anjou” les attendent. Ils vont transporter les deux unités vers le sud-ouest, jusqu'au terrain d'Aïn-Sefra. Ils y arrivent après environ une heure de vol. Sept appareils du même type convoient le GROUCO au complet.

    Sur le terrain se trouve déjà le P.C. de la 13ème D.I. Mobile du général Crépin. C'est le franchissement du barrage par une katiba rebelle qui a motivé le déplacement. Encerclée et matraquée par l'artillerie du 1/17 R.A., elle est localisée dans le djebel Bou Lehrfad. Après avoir été héliporté, le Groupement devra resserrer progressivement l'encerclement et provoquer le contact avec la katiba.

    A 11 heures, les commandos embarquent dans les camions en direction du P.C. du Groupement Sud Mobile du colonel Fonclar. Les G.M.C. démarrent alors qu'arrivent les paras du groupement de Géryville, les “Totems” !

    Le trajet dans les camions est très fatigant sur les pistes défoncées. Ils arrivent enfin au P.C. C'est un beau dimanche d'août ; il fait très chaud.

    Aussitôt le commandant Servent se dirige vers le P.C. du G.S.M. baptisé “Adoption”. Il y retrouve les colonels Fonclar et Bigeard. Ce dernier est venu de Saïda. Il y a aussi le capitaine Peretti, son adjoint aviation. Les missions sont définies aux commandos. “Montfort” sera héliporté le premier sur la côte 1328, puis progressera vers la crête suivante où ont été repérés les fells. Le P.C. sera ensuite héliporté sur le même point de la côte 1328 où, dans un premier temps, il stationnera. Le commando “Jaubert” rejoindra le P.C., puis se divisera : une section ira soutenir “de Montfort” pendant que l'autre progressera plus à droite vers la côte 1307.

    Des hélicoptères de l'armée de l'air et de la 32ème flottille de l'aéronavale se posent dans des tourbillons de poussière et un vacarme infernal, tandis que les batteries de 105 commencent à traiter la zone.

    Le tir d'artillerie va durer une vingtaine de minutes. Le commando “de Montfort” ayant reçu l'ordre d'embarquer, les hommes se dirigent vers les hélicoptères. Sitôt parés, ils décollent et se dirigent vers la D.Z. prévue. La rotation suivante emporte le P.C. Grouco. Dans un des habitacles, on remarque cette “grande gueule” de Poey d'Avant avec sa barbe à la François-Joseph (5), et plus loin dans un autre, Prim… des anciens déjà ; des “légendes”. Par cette chaleur, chaque hélico ne peut transporter que six hommes, sinon il “rame” trop du fait de la faible densité de l'air.

    Lorsque le P.C. Grouco prend pied sur la D.Z., les sections de “Montfort” ont déjà dévallé le versant intérieur de la côte 1328 et s'apprêtent à attaquer la pente de la suivante. A ce moment, le soleil cogne dur. Beaucoup plus à droite, les B-26 bombardent le djebel.

    Tandis que la ronde des hélicos continue, le P.C. installe ses positions avec ses postes de radio. Le second-maître Pelherbe dispose son groupe de protection. Dans un étrange gargouillis les échanges-radio commencent.

    Il est environ 16 heures 30 lorsque des coups de feu retentissent du côté où se situe “de Monfort”. Il y a un accrochage.

    Sur l'aile droite du dispositif, un peu plus haut que les autres, la section de l'E.V.2 Verhaerne va émerger sur une crête. Les hommes sont pris pour cibles par les rebelles. Le quartier-maître Blanc, surnommé “Pablo”, s'écroule… un flot de sang jaillit de sa gorge. Il est tombé face contre terre, sans un mot. Un camarade se précipite pour lui porter secours, le retourne ; “Pablo” est mort (6).

    Un autre homme, le quartier-maître Alessi, a été blessé. Verhaerne rejoint Bonbon, l'officier en second :
    - Deux gars touchés, dit-il : bilan un mort et un blessé.
    - Retourne, tu vas progresser et nous on va les contourner !

    Bonbon commence à manœuvrer. A cet instant tout se déchaîne. Ils sont un bon paquet de fells et tous ont ouvert le feu. Certains gars de “Montfort” ripostent mais ils sont interpellés : “Faites attention, Bon Dieu ! leur crie quelqu'un… C'est moi !” Il s'agit de Brissaud-Demayet qui, dès qu'il a vu les rebelles se replier, s'est levé et, suivi de quelques camarades, a foncé en tirant dans le tas. Personne ne les avait vu partir. Il rentrent maintenant au risque de se faire descendre par les copains.

    Bonbon appelle les deux Morvan : Roger, le maître fusilier-commando et Job, le quartier-maître. Après une rapide concertation, ils décident de foncer sur les positions ennemies. Couverts par les autres, les voilà lancés contre les fells. Ces derniers décanillent fissa, ce qui encourage nos deux lascars à les poursuivre, d'autant que “Jaubert” arrive sur l'arrière droite en direction de la crête, dans l'intention de les coincer.

    Un ordre du lieutenant de vaisseau Sulpis, le Pacha de “Montfort”, enjoint Bonbon de les faire tous revenir. Il souhaite faire appel à l'artillerie. C'est la déception parmi les “chasseurs” ; ils se sentent lésés. Bonbon se permet de demander la raison de cette décision au Pacha : “Je préfère ainsi, lui répond Sulpis, on ignore combien de fells il y a en face. S'ils s'enfuient, ils tomberont nécessairement sur la Légion. De toutes façons je veux éviter à tout prix de faire casser des gars. Peu importe si ce sont les légionnaires qui se les font ; c'est le résultat qui compte !”. Cela faisait plusieurs fois qu'il agissait de cette manière.

    Entre temps, “de Montfort” a descendu quatre fells, mais la situation n'est pas facile.

    Le P.C. “Adoption” décide un appui aérien d'abord, puis d'artillerie ensuite. Les B-26 arrivent sur les lieux. Il faut les voir piquer comme des dingues perpendiculairement à l'axe de progression de “Montfort” : roquettes, mitraillages en piqué, il y a de la précision chez ces pilotes. Quels champions ces “cochers” là !

    Le staffing terminé, les avions partis, c'est au tour de l'artillerie d'entrer en action. Le D.L.O. (7) est “branché” avec la direction de tir mais le poste cafouille. Un piper survole la zone. Il demande à faire l'appréciation de tir, ce qui lui est refusé !

    Un premier tir de réglage a lieu. Vu du P.C. “Laure”, la portée est bonne mais la direction est un peu à gauche de l'objectif. L'ordre de correction est donné par radio, mais la transmission est mauvaise car tout le monde parle en même temps.

    Un ordre bref tombe… Tir d'efficacité ! Bien corrigée, la salve arrive chez les fells, assez loin devant “Montfort” ; la limite de sécurité est à trois cents mètres. Une deuxième salve arrive au but. Les rebelles ne doivent pas tellement apprécier !

    Puis chose étrange, le tir se décale en se rapprochant dangereusement de la position de “Montfort”. Au P.C. “Laure”, le commandant Servent interroge : “Que se passe-t-il ? Durand, on dirait que cela tire plus court. Signalez au P.C. "Adoption" !” Après consultation radio, Durand, l'officier de transmission du P.C. répond : “Il n'y a pas eu de correction depuis le début du tir. Je demande au D.L.O. commandant”.

    Une autre salve tombe juste devant “Montfort” ; la poussière masque ses positions. Brusquement, coupant toutes les autres liaisons, la voix angoissée du lieutenant de vaisseau Sulpis se fait entendre : “Laure de Lara… arrêtez le tir… je vous prie… Arr…” Un fracas résonne sur le channel, puis un cri déchirant durant un bref instant (8). Le grésillement de la tranmission cesse brusquement…

    Le commandant Servent interpelle aussitôt le P.C. “Adoption” :
    - “Soleil ”de “Laure” autorité… cessez le feu immédiatement. Vos obus tombent en plein sur “Lara” qui aurait vraisemblablement des dégâts !
    - Bien reçu de “Soleil” !…

    “Soleil” avait bien reçu… les commandos de “Montfort” également, mais des obus de 105 mm !…


    Dernière édition par le Jeu 24 Mai 2007 - 15:01, édité 1 fois



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Jeu 24 Mai 2007 - 15:00

    Mort du LV SULPIS (suite)

    Du côté du commando “de Montfort”, les gars abasourdis tentent de reprendre leurs esprits. Les coups qui viennent de leur tomber dessus ont causé des morts et des blessés. Le second-maître Quentel, en voulant faire replier son groupe, est fauché avec quelques-uns de ses hommes par la dernière salve !

    Pour les rebelles c'est une aubaine. Au début ils ont encaissé, mais maintenant ils reprennent du poil de la bête ; ils tirent de toutes leurs armes sur “Montfort”.

    L'E.V. Bonbon jaugeant du regard les pertes subies par les commandos de “Montfort”, prend le combiné radio :
    - “Laure” de “Lara”… Il y a des morts et des blessés. Le commandant est tué ! Répondez…”
    - “Lara” de “Laure”… donnez des précisions. Quel est l'état de vos pertes ?…
    - Nous demandons d'abord EVASAN d'urgence. Nous avons des blessés sous garrot et peu de moyens !…

    Mais les liaisons radio sont exécrables. Chaque fois que l'officier trans du P.C. essaie de parler, c'est le foutoir ! Pour l'E.V. Durand, impulsif et écœuré, c'en est trop. Il serre le micro et se met à gueuler sur le channel : “Que tout le monde la ferme !” Le commandant Servent parvient enfin à demander des hélicos pour les EVASAN. “Adoption” répond que pour le moment ils sont à l'arrêt. Le commandant perd son calme, les termes qu'il emploie deviennent plus vifs. Les hélicos vont arriver.

    Le jeune médecin du P.C. veut gagner les positions de “Montfort” pour soigner les gars, mais le trajet présenterait trop de risques. De déception, les larmes lui montent aux yeux.

    Les fells ayant constaté que “de Montfort” a subi des pertes et, temporairement, n'est plus opérationnel, ont eu le temps de concentrer leurs tirs. L'officier en second demande aux moins éprouvés de ses hommes de riposter. A côté de lui, le quartier-maître Rives, surnommé “Bourguiba” parce que sa famille est de Tunis et qu'il est aussi volubile que l'original. Tous les deux sont accroupis derrière les rochers : “Lieutenant… dit "Bourguiba", vous direz au revoir pour moi à Maman, je suis foutu !” C'est la minute de vérité, l'instant ou l'homme de vingt ans redevient un enfant. Bonbon ne constate pourtant aucune blessure apparente sur Rives. “Allons… lui répond-il, tu n'as rien, ou du moins rien de grave. Tu verras, cela ira bien.”

    Comme s'il se sentait mieux après ce diagnostic rassurant, “Bourguiba” entreprend de soutenir le moral de ses copains blessés, comme Szymysnik qui souffre d'une grave blessure à la cuisse. Enfin, le bruit de leurs moteurs puis la vue des hélicos qui surgissent entre deux crêtes remonte le moral des hommes.

    L'embarquement des blessés sera difficile. Le terrain est en forte déclivité. Mais les pilotes sont des virtuoses et le premier hélico va se poser “sur une patte”, l'autre restant dans le vide.

    Bonbon se précipite. Le chef de bord est le L.V. Ghesquière :
    - Déplacez-vous, sinon vous allez vous faire foutre en l'air par les fells. Nous allons convoyer les blessés plus bas !
    - Pas question, répond Ghesquière, on est là avec vous. Amenez vos blessés graves tout de suite.
    Bonbon se retourne vers le quartier-maître infirmier :
    - Muller… crie-t-il, les plus urgents quels sont-ils ?
    - J'arrive répond Muller, qui porte un pansement ensanglanté serré sur une cuisse.
    - Qu'est-ce que tu as ? lui demande Bonbon.
    - Oh !… C'est rien, ça va. Alors “Job” Morvan, t'as le genou sérieusement esquinté… Szymysnik, c'est grave à la cuisse.

    Muller parle très vite. Il semble pressé, il est vrai qu'on le serait à moins. Un hélico décolle, aussitôt touché de plusieurs projectiles. Un autre se pose qui amène le toubib de l'antenne chirurgicale. Soudain Muller défaille. Le médecin est saisi d'un préssentiment. Il a bien vu que l'artère fémorale a été touchée par un projectile ou un éclat. Le lieu ni le moment ne sont propices à une intervention en urgence et Muller a perdu beaucoup de sang ; trop.
    C'est pratiquement irrémédiable pour lui ; il n'en a plus pour longtemps.

    - Et “Bourguiba”, demande Bonbon.
    - Il est mort, lieutenant !, lui répond un quartier-maître. Il n'a plus rien dit, puis on a eu l'impression qu'il s'était endormi.
    Le quartier-maître Rives est là, appuyé contre la roche. Effectivement il semble dormir. Pourtant il n'a pas de blessure apparente. De quoi a-t-il pu mourir ? (9)

    Les hélicos étant partis avec les blessés et les morts, l'E.V. Bonbon compte ses effectifs. Des vingt-trois hommes dont il disposait, il n'en reste que dix valides !

    A part Blanc tué par les fells et, peut-être, Muller qui va mourir, l'artillerie du 1/17ème R.A. est responsable d'un lourd bilan :
    • Le lieutenant de vaisseau Sulpis, commandant de “Montfort”. Il devait passer le commandement du commando à la fin de cette campagne.
    • Le second-maître “Job” Quentel, un ancien d'Indochine avant de servir en Algérie.
    • Les quartier-maîtres Santia, Petitjean, Rives et Szymysnik.
    • En ce qui concerne les blessés, à part Alessi blessé par les fells, il faut mettre au compte du 1/17ème R.A. le maître Roger Morvan, les quartiers-maîtres “Job” Morvan, Liégeois, Planson et Sylvestre, les matelots Berthomier et Surel.

    Pour renforcer “Montfort”, le commandant Servent (“Laure”) utilise la 1ère de “Jaubert” avec à sa tête l'enseigne de vaisseau Fossat. Lors du déplacement pour rejoindre leurs camarades, Montjaux, Capiomont et Fleury capturent trois rebelles avec leur armement. Parmi eux un déserteur des “bérets bleus” qui s'exprime très bien en français. En cours de route il propose aux commandos de les conduire à l'endroit où ils ont planqué la M.G. Elle les gênait dans leur fuite.

    En fouillant les prisonniers, ils ont la surprise de découvrir une somme de 14 millions de francs (anciens) au fond d'une musette. Le porteur du magot déclare ignorer ce que contenait la musette.

    Fossat décide d'aller avec son groupe récupérer la M.G. Sur leur chemin, passant dans un fond d'oued, ils découvrent plusieurs cadavres de fells qui se sont fait straffer par l'aviation. Ils ont été visiblement surpris alors qu'ils se déplaçaient en file indienne.

    Au cours de leur progression, les bérets verts rencontrent les “Totems”, les paras du Groupement de Géryville. Le lieutenant qui commande ces derniers s'oppose à ce qu'ils aillent plus loin, prétextant la présence de tireurs isolés. Fossat passe outre. S'ils rencontrent des tireurs ce sera sans doute pour eux l'occasion d'augmenter le bilan.

    Les gars de “Jaubert” parviennent sans autres difficultés à l'endroit où a été cachée la mitrailleuse. Elle est toujours là, jetée sous les lauriers-roses. Ils s'en saisissent. Sur leur route de retour, ils croisent à nouveau les paras. Le lieutenant apercevant la M.G. demande qu'elle lui soit remise, arguant que ce secteur étant le sien elle lui revient sans conteste :
    - Vous êtes passés à l'endroit où j'opère, cette M.G. est à moi. Rendez-la nous !
    - Et pourquoi donc ?… demande Fossat
    - Cela fait plusieurs heures que nous sommes ici.
    Fossat coupe court et, entraînant ses hommes, il fait un “bras d'honneur” au lieutenant (10) qui reste médusé. Lorsqu'il reprend ses esprits, les commandos sont déjà loin.

    La nuit tombe. Le P.C. du Grouco décide de changer de position. Des rebelles vont encore être tués durant la nuit par “Jaubert” et “de Montfort”. Mais, comble de malchance, des Tirailleurs Sénégalais qui se trouvent en bouclage, vont tirer des rafales d'armes automatiques sur les positions de “Montfort”.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Jeu 24 Mai 2007 - 15:01

    Mort du LV SULPIS (suite et fin) :

    Un autre incident est à relever du côté du P.C. “Laure”. Un rebelle qui tentait de franchir le bouclage, débouche juste devant un factionnaire. Ce dernier, croyant voir un camarade revenant de satisfaire un besoin naturel dans la nature, ne réalise qu'en voyant le fell faire un bond en arrière. Il tire, mais trop tard. N'empêche que le fell a dû éprouver une sacrée frousse !

    D'après le trafic radio, du côté des paras ça brasse de l'air. Un capitaine demande une EVASAN pour un de ses “gus” qui a une vilaine blessure à la cuisse. Il spécifie que le blessé ne peut passer la nuit sur le piton. La réponse de “Soleil” est qu'il n'y a plus d'hélicoptère ! Ce n'est pas du goût de l'officier para. Il s'emporte et gueule par radio à tous ceux qui sont en mesure de l'entendre, que s'il le faut il fera évacuer son blessé à dos d'homme, quitte à ce que son commando décroche de sa position !… Bien entendu ce type de langage, propre aux capitaines de grandes compagnies, irrite la susceptibilité et déplait souverainement aux planteurs de petits drapeaux ; c'est généralement nuisible au bon déroulement de carrière. Il faudra que ce soit Bigeard qui envoie une Alouette pour remplir cette mission. Bien qu'ayant rencontré de sérieuses difficultés, le pilote parviendra à récupérer le blessé.

    Le 19 août 1959, ont lieu les obsèques des hommes tués au cours de l'opération. Les rescapés du commando “de Montfort” et tous leurs camarades ont été ramenés vers l'arrière. La veillée funèbre est assurée en grande partie par les artilleurs.

    La cérémonie, qui se déroule dans la cour de la redoute d'Aïn-Sefra, P.C. du 2ème R.E.I., est émouvante. Elle a lieu en présence de l'amiral Querville, du général Crépin qui commandait l'opération, des autorités civiles et d'une partie de la belle-famille du lieutenant de vaisseau Sulpis venue d'Oran.

    Les hommes du commando “de Montfort” sont alignés. Les visages marqués par la fatigue et la peine n'ont plus d'âge. Burnichon, “la Burniche”, porte le coussin sur lequel sont disposées les décorations. L'amiral Querville épingle ces dernières sur chaque drapeau recouvrant les cercueils. Fait troublant, le lieutenant de vaisseau Sulpis ne reçoit pas le grade supérieur de la Légion d'Honneur habituellement attribué à titre posthume dans de telles circonstances. D'autres ont été, sont ou seront décorés pour des comportements pourtant bien moins glorieux…

    Cette fois encore, la sonnerie aux morts allait briser les dernières résistances. On vit chez ces “durs à cuire”, les joues tannées par le soleil, les yeux s'embuer de larmes ; ils rendaient un dernier hommage à leurs copains, leurs frères d'arme.

    De l'autre côté de la cour d'honneur, près de la stèle qui représente un grand fer-à-cheval, l'ancien insigne du 2ème R.E.I., se tient dans un respectueux garde-à-vous le sergent-chef légionnaire Rosenkrantz. C'est lui qui a en charge de régler toutes les cérémonie funèbres. Il aura malheureusement encore plusieurs occasions de rendre les derniers hommages aux commandos-marine.

    Il ne faut cependant pas oublier les filles du B.M.C. qui, lors de chacunes de ces pénibles circonstances, offrent de magnifiques gerbes de fleurs.

    Sur un signe de Rosenkrantz, les cercueils sont hissés dans les camions. Ils vont prendre la direction de la gare de laquelle le train va les conduire à Oran. Les corps y seront provisoirements inhumés dans le cimetière du petit lac. Ils rallieront ensuite la France pour reposer souvent dans le modeste carré d'un petit cimetière de province. Certains y trouveront l'oubli…

    Le soir même, après avoir été relevés par des tirailleurs, les commandos rentrent à Aïn Sefra.

    Le 20 août, le Groupement reprend la route vers Aflou. Au Kreider ils retrouvent les paras qui rallient Géryville ; ceux-ci sont en train de distribuer des bonbons aux gosses du patelin. Que ne ferait-on pas au nom de la France ?

    Le lendemain, le lieutenant de vaisseau le Deuff prend le commandement du commando “de Montfort”.

    Carte du Sud-Oranais montrant les villes et villages cités dans le texte. L'opération avait lieu dans le djebel Amour :

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Montsdesksourdjebelamouxk6


    Dernière édition par le Jeu 24 Mai 2007 - 15:58, édité 2 fois



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Jeu 24 Mai 2007 - 15:06

    Mort du lieutenant de vaisseau SCHEIDHAUER, pache du commando "Jaubert" en octobre 1960 :

    La mort d’un pacha

    Énervée, pressée, rageuse, la rafale a craqué, zébrant la terre de panaches de poussière. Au bruit, à la cadence, les commandos ont reconnu la M.G. 42, une mitrailleuse légère allemande à la précision mortelle.

    Les dix hommes ont aussitôt plongé, cherchant l’abri des petits rochers mauves, à mi-pente du mamelon qu’ils avaient commencé à escalader. Il est trois heures de l’après-midi, ce 26 octobre 1960. “Ça commence bien !”, grogne le second maître Desprez en essayant de hisser ses yeux au-dessus de son abri. Il n’est pas encore inquiet et pourtant la situation n’est guère réconfortante. Ils sont seulement dix, face à un groupe important, si l’on en juge par la densité du feu qui converge sur eux. Et pas même dix combattants, puisqu’il s’agit du groupe de commandement de “Lampiste” (“Jaubert”) qui comprend, outre Scheidhauer le pacha, cinq fusiliers-commandos, deux radios et un infirmier.

    En alerte depuis la veille, “Jaubert” a été appelé en début d’après-midi à la rescousse de deux sections du 8ème R.I.Ma qui étaient tombées dans une embuscade. Une toute petite embuscade à en croire l’officier d’État-Major, porteur des ordres :
    - Ils sont douze ou treize seulement....
    - On mettra le paquet, promet Scheidhauer.
    Toussotement gêné de l’émissaire :
    - N’y allez pas trop fort, nous redoutons que les rebelles n’aient capturé huit marsouins(1).
    Desprez ricane :
    - À treize, ils se sont “farcis” huit gus de la Colo... ça me paraît pas très clair, comme histoire.

    À quatorze heures, les hélicoptères ont embarqué le premier élément de “Jaubert” : la 2ème section et le PC. En face de la D.Z., au bout d’un glacis long d’un kilomètre, commençaient les premiers contreforts du Bou Lherfad, un djebel aussi pelé que ses voisins, mais qui étage ses gradins en marches gigantesques, vers l’ouest. Très vite, Scheidhauer a pris sa décision :
    - Barret, ne traînez pas sur le glacis. Débordez largement par la gauche. Moi, j’irai droit devant. Il se peut que nous soyons rapidement accrochés, dans ce cas, vos deux groupes nettoieront le sommet en attendant les renforts.
    C’est pendant la progression du groupe PC que la MG s’est dévoilée, juste en face.
    - Appelle la 2, ordonne Scheidhauer à Desprez. Demande-leur comment ça se passe chez eux. Ensuite, contacte “Soleil”, signale-lui que nous sommes accrochés et donne notre position.
    Mais, sur la face qu’elle était en train de gravir, la 2ème est elle aussi prise à partie par une forte résistance :
    - Tâchez de faire mouvement sur moi, ordonne le pacha.
    Barret essaie de décrocher, puis de foncer parallèlement à la montagne pour constituer avec le PC une sorte de hérisson. Il ne peut y arriver. Dès qu’il avance, d’autres armes se dévoilent et prennent son cheminement en enfilade. À force de ténacité, Barret parvient bien à franchir un oued à sec, mais il est cloué au sol avant d’avoir atteint la berge du second.
    - Quel est l’idiot qui a dit que les fells n’étaient que treize ? grogne le second maître Chenier. Il y a au moins quatre armes automatiques....

    Derrière ses rochers, le “Pacha” suit minute par minute la progression de sa 2ème section. Il s’aperçoit très vite que jamais la liaison ne pourra être réalisée : ils sont trop faibles en effectifs et en armement. La seule solution consiste à tenir sur place en attendant les renforts.
    - Commandant, dit Desprez, on devrait se déplacer vers l’amas de rochers, au-dessus ; ce sera une meilleure position défensive : ici, nous sommes trop vulnérables.
    Le “Pacha” opine :
    - Les fells sont à dix mètres au-dessus. Prends avec toi Luc et Picard avec leurs P.M. Vous foncerez en tête tandis que je ferai l’appui-feu avec le lance-grenades...
    Ils vont s’élancer. La radio grésille :
    - Ici Lampiste 2. Venons d’arriver...

    Le “Pacha” soupire. Il y a maintenant près d’une heure et demie qu’ils sont ainsi, coincés sur leur terrain. L’arrivée de son adjoint Hamel avec le complément de “Jaubert”, la 1ère section et la 3ème va peut-être apporter un peu de répit.
    - Faites mouvement par la droite, ordonne Scheidhauer. Essayez de prendre les rebelles à revers : ici, nous sommes en plein dans leur dispositif.
    Pendant ce temps, Desprez a distribué les missions. À l’abri d’un rocher, Sénéchal a mis son lance-grenades en batterie :
    - Luc, Picard, quand Sénéchal aura largué sa cinquième grenade, on fonce en tirant et en hurlant. Vu ?

    Posément, Sénéchal commence à expédier ses VB. À ses côtés, Ossola et le “Pacha” ajustent des cibles mouvantes, à quelques mètres devant. En retrait, prêts à bondir, Desprez et ses deux voltigeurs comptent les départ : deux, trois...

    Ossola jette un coup d’œil sur sa droite. Il voit soudain Scheidhauer qui sursaute puis s’écroule, sur le rocher devant lui :
    - Chef, chef ! hurle-t-il à l’adresse de Desprez, le “Pacha” vient de tomber.
    Desprez se précipite, attrape le corps inerte de Scheidhauer, le tire à l’abri, tandis que Luc et Picard, dressés, arrosent les rochers pour couvrir la manœuvre.

    Lentement, avec des gestes très doux, Desprez a déposé le corps du “Pacha” au pied d’un bloc de calcaire. Il est assez vieux soldat pour comprendre au premier coup d’œil qu’il n’y a rien à faire. La balle, entrée au milieu du front, est ressortie en défonçant le crâne. Desprez reste une seconde anéanti, autant par la brutalité de cette catastrophe que par les responsabilités qui viennent de fondre sur lui.

    D’abord rendre compte par radio. En revenant vers son poste, il aperçoit Sénéchal qui, mâchoire crispée, œil fixe, continue à expédier ses grenades :
    - C’est bien, petit, continue.
    Et Sénéchal, sans sourire :
    - Je tire parce que j’ai drôlement peur...
    - T’en fais pas, on s’en sortira.
    Il n’y a rien d’autre à dire. Desprez le sait bien, même s’il ignore surtout comment “on” s’en sortira. Ils ne sont plus que quatre aptes au combat et doivent penser à économiser les munitions :
    - Les autres vont arriver ?
    - Oui, répond Desprez. Le tout est de tenir assez longtemps pour les accueillir.
    Mais les fells ont dû comprendre qu’il y avait du flottement chez leurs adversaires. Ils se jettent hors de leurs emplacement et bondissent en criant :
    - À l’assaut, prenez leurs armes !

    Desprez était peut-être inquiet. Il est immédiatement rassuré. Les gars ne flanchent pas. D’un côté, Luc et Picard alignent posément au P.M. les ennemis les plus aventureux tandis que Sénéchal, impavide, poursuit son tir de VB. À ses côtés, Ossola qui a récupéré la carabine du “Pacha” effectue des cartons à courte distance. Pas un n’a bronché et c’est pourtant une épreuve difficile à supporter que de tenir face à une meute déchaînée qui semble jaillir de partout à la fois.

    L’assaut est brisé. Les rebelles refluent en désordre et Desprez expédie, par radio, message sur message. S’il espérait être rapidement secouru, force lui est de déchanter, il est livré à lui-même. Cependant une voix l'interpelle et le rassure ; celle du lieutenant de vaisseau Rouget, le chef de bord du barlut-canon, avec son accent roulant de Carcassonne.

    À deux cents mètres en contrebas, Barret et sa 2ème section n’arrivent toujours pas à percer le rideau des armes adverses. La 1ère et la 3ème, pour leur part, sont également au contact et luttent pied à pied pour conquérir des bandes de terrain dérisoires.
    - Ici “Barlut-canon”, je vais vous appuyer. Préparez-vous à décrocher en emmenant le blessé et les armes...

    Desprez est tout seul, avec sa petite équipe. Il sait que le repli dans de telles conditions, en pleine sous le feu ennemi est une opération extrêmement périlleuse. Peut-être avec l’appui de l’hélicoptère d’assaut y arrivera-t-il ? Espoir déçu. Tiré du sol, le “barlut-canon” dit céder le terrain :
    - Le tireur est gravement blessé, obligé de rentrer à la base.

    Desprez lance des imprécations au ciel. Tout se ligue contre lui. Trente secondes plus tard, le Piper, l’avion d’observation, abandonne à son tour la partie : le pilote est blessé. C'est le navigateur qui, tant bien que mal, va poser l'appareil dans la plaine d'alfa. En bout de course, il terminera sur le nez. Le pilote mourra de ses blessures.

    La chasse prend la relève. Au premier passage, le T-6, leader de la patrouille, signale qu’il est touché. Il rallie sa base. L'autre appareil est indemne, mais jugeant inutile d'insister, le pilote rentre aussi.
    - La poisse, soupire Desprez.
    Il y a maintenant quatre heures qu’il tient, seul ou presque, sous une avalanche de balles.
    - Les gars, dit-il à ses commandos, il n’y a pas d’autre issue que de tenter le décrochage avec nos propres moyens..
    - Et les canons de 37 des automitrailleuses ?, demande Luc qui a vu dans le lointain, les AML de la Légion.
    - Impossible de les faire intervenir : le secteur redoute que l’on n’atteigne les huit prisonniers du 8ème R.I.Ma.

    Les voltigeurs commencent à se préparer, tandis qu’Ossola et May, faute de brancard, empoignent le corps du “Pacha” pour le descendre.
    - Et Sénéchal ? Je ne le vois plus...
    Le tireur au VB est là, la tête penchée sur le côté. Près de lui, sa musette contenant les grenades à fusil. Vide. Il a consciencieusement épuisé toute sa réserve. Et puis il est mort, discrètement, la tempe trouée d’une balle. Alors, Desprez se penche, prend le corps du jeune commando sous les épaules, le hisse sur son dos. Luc et Picard se lèvent et freinent une tentative de débordement des fells, alléchés par leur proie.

    Ossola et May, gênés par le poids du corps, dévalent tant bien que mal. De temps à autre, ils le posent à terre et sont obligés de faire le coup de feu. Les radios ne sont pas épargnés non plus. Ils ont dégainé leurs pistolets et ripostent aux tirs des éclaireurs embusqués sur leur passage. Il faudra vingt minutes à Desprez pour sortir de l’enfer.

    Personne n’est venu à son secours.

    De partout maintenant arrivent les renforts. Ce qui était qualifié de “petite embuscade” tourne à la bataille rangée. La Légion a dépêché sur place deux de ses meilleures compagnies, tandis que les commandos de chasse de la zone sont héliportés sur les lieux de l’accrochage. Dans le soir qui tombe arrivent d’autres bérets verts. “Penfentenyo” a tenu à participer à la bagarre pour venger le “Pacha” de “Jaubert”, Scheidhauer.

    Desprez ne voit rien, n’entend rien. Il a ramené son groupe auprès du PC. Indifférent en apparence, il a assisté à l’embarquement du “Pacha” à bord de l’hélicoptère sanitaire. Il est brisé, vidé, anéanti. Comme s’il avait été dépouillé de son âme.

    C’est d’ailleurs l’âme du commando “Jaubert” qui, ce 26 octobre, semble avoir déserté le commando. Les hommes réagissent comme des automates, ressort cassé.
    - Tout ce que nous entreprenions, disent-ils, c’était pour “Jaubert” et pour le commandant. Et le “Pacha” est mort.

    La rumeur va s'étendre en code : “Lampiste est mort”.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Jeu 24 Mai 2007 - 15:09

    Les commandos tués en Algerie

    Commando “de Montfort” :
    Van Hyl, S.M.
    Melanno, matelot
    Hulchatoff, matelot
    Di Pasquale, Q.M.
    Brunet, Q.M.
    Sulpis, L.V.
    Quentel, S.M.
    Santia, Q.M.
    Petitjean, Q.M.
    Muller, Q.M.
    Ferré, Q.M.
    Blanc, Q.M.
    Rives, Q.M.
    Szymysnik, Q.M
    Calvarin, Q.M.
    Benachour, S.M.
    Le Bon, Q.M.
    Sochard, Maître
    Percepied, E.V.2
    Houlot, Q.M.
    Perissin, Q.M.
    Coat, Q.M.
    Cremeret, matelot,
    Mahaut, matelot

    Commando “Trepel” :
    Poline, E.V.
    Le Ridant, matelot
    Le Paih, Q.M.
    Morand, matelot
    Dervieux, Q.M.
    Philippe, matelot
    Boussange, Q.M.
    Seguin, S.M.
    Bervas, Q.M.
    Tarfaya, Q.M.

    Commando “de Penfentenyo” :
    Anger, S.M.
    Milin, matelot
    Ruby, Q.M.
    Sygloski, Q.M.
    Dupré, matelot
    Genay, matelot
    Luton, matelot
    Blanc, Q.M.
    Blanc, Q.M.

    Commando “Jaubert” :
    Darras, P.M.
    Fave, Q.M.
    Chaudron, Aspt.
    Spérandio, Q.M.
    Scheidhauer, L.V.
    Le Pottier, Q.M.
    Sénéchal, matelot
    Monnet, Q.M.
    Recher, Q.M.
    Robelin, Q.M.

    P.C. Groupement :
    Mode, Q.M.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    JACQUET
    JACQUET
    QM 2
    QM 2

    Age : 85
    Mécanicien équipage La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Aero10

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par JACQUET Jeu 24 Mai 2007 - 22:48

    Un tres beau livre des operations en Algérie "Djebel Amour Djebel Amer" du Contre Amiral Michel HEGER



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign25
    JACQUET Émile

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECANEQUILa mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Aero1010La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Plonge10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Plong_11

    Anonymous
    TATAYO
    Invité

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par TATAYO Jeu 24 Mai 2007 - 23:00

    MERCI POR LA LECTURE
    † LE CALVEZ
    † LE CALVEZ
    MAÎTRE PRINCIPAL
    MAÎTRE PRINCIPAL

    Age : 79
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Radio NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par † LE CALVEZ Jeu 24 Mai 2007 - 23:39

    Excellents tous ces récits! Merci

    3eme ligne
    3eme ligne
    MAÎTRE PRINCIPAL
    MAÎTRE PRINCIPAL

    Age : 77
    Radio NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par 3eme ligne Ven 25 Mai 2007 - 0:36

    Merci pour cet extrait, je revois tous les copains et les noms que tu mets sont parlants, les gars étaient fiers des noms de leurs cours de BE (Sulpis, Percepied, Petitjean, et les autres).

    Et puis, Fossat et Bonbon, 2 vraies figures d'officiers qui ne s'embarassaient pas des ronds de jambes, et que probablement d'aucuns dans les anciens ont connus.

    Bonbon a commandé le Duperré en 75, à cette époque là il jouait encore au rugby avec l'équipe de son rafiot.

    Tout comme Bench Fossat alors nageur à Hubert qui aimait bien se coltiner à plus costaud que lui.

    Hommage à ces anciens.


    Dernière édition par le Jeu 6 Sep 2007 - 11:37, édité 1 fois



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanreconnaissance La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign33

    "Give blood, play rugby !"

    BONNERUE Daniel
    BONNERUE Daniel
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE
    SECOND MAITRE 1ère CLASSE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. MECAN NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BONNERUE Daniel Sam 26 Mai 2007 - 11:25

    les Contre-amiraux (2S) GOUVA (qui commandait "de Penfentenyo" en 1957) et BONBON (imperméable clair) à Lorient en mai 2006 pour le cinquantenaire de la DBFM.

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Lesca2sgouvabonbonlm5



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Drapea10La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Logo_a11

    † Yvon LELIEVRE
    † Yvon LELIEVRE
    PREMIER MAÎTRE
    PREMIER MAÎTRE

    Age : 87
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Piloteaero La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Aero10

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par † Yvon LELIEVRE Sam 26 Mai 2007 - 11:31

    Récits poignants !!



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign37
    éric : fils de Yvon............................... Maist Machine La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Blason14La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Blason14La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Blason15

    BERTRAND Robert
    BERTRAND Robert
    QM 1
    QM 1

    Age : 81
    Fusilier équipage NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BERTRAND Robert Ven 17 Aoû 2007 - 0:29




    Daniel, photos des hommes qui sont morts pour rien dans cette tragédie militaire.

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. 2_pach10


    Dernière édition par le Sam 1 Sep 2007 - 20:01, édité 1 fois



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10 La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insig319
    La mémoire est la sentinelle de l'esprit.

    BERTRAND Robert
    BERTRAND Robert
    QM 1
    QM 1

    Age : 81
    Fusilier équipage NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BERTRAND Robert Ven 31 Aoû 2007 - 17:35

    La cour de la Redoute du 2e R.E.I., à Aïn Sefra cérémonie émouvante pour l’enterrement des tués de Montfort, le 19 août 1959.

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Montfo10



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10 La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insig319
    La mémoire est la sentinelle de l'esprit.

    BERTRAND Robert
    BERTRAND Robert
    QM 1
    QM 1

    Age : 81
    Fusilier équipage NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BERTRAND Robert Dim 2 Sep 2007 - 15:53

    Photo prise le 30 avril 2007 Camerone à Aubagne la fête de la Légion Etrangère.

    Quartier-maître Jean-Claude ALESSI 48 ans après sera promu dans ordre de la Médaille Militaire au titre AFN, suivant bulletin d’information A.F.M.C. de Toulon.

    A participer à l’opération dans le djebel Bou Lehrfad le 16 août 1959 (voir récit) il sera le seul blessé par les fells.


    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Jc_ale10



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10 La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insig319
    La mémoire est la sentinelle de l'esprit.

    Anonymous
    BARREAU
    Invité

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BARREAU Dim 2 Sep 2007 - 17:42

    Comment peut on écrire " morts pour rien " pour des hommes morts aux Champs d' Honneur.
    J' ai eu la chance de revenir, heureusement pour moi, car même dans la tombe je me serais relevé pour effacer un tel épitaphe.
    Mes frères de combat mort aux Champs d' Honneur sont morts pour l' idée qu' ils ce faisaient de la France, pour servir dans l' Honneur pour la Patrie et la Discipline les Valeur de la Marine.
    Peut être suis-je passéiste, rétrograde, mais fier d' avoir servi mon pays.
    Ce sera peut être mon seul message, mais je ne pouvait pas laisser passer de tels écrits.
    Ceci n' est pas pour polémiquer, mais pour me soulager puisque 45 ans après, je ne peux pas encore raconter ma guerre.
    Barreau Michel ex Affameur.
    Je remercie tous ceux qui m' on soutenu, mais je ne pense pas, pour le moment, revenir.
    Je vous lis tous les jours.
    † SEGALEN Georges
    † SEGALEN Georges
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Age : 64
    Mécanicien équipage NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par † SEGALEN Georges Dim 2 Sep 2007 - 18:05

    Bonjour BARREAU Michel,
    bien que tu sois inscrit depuis octobre 2006, je te souhaite la bienvenue,
    toutefois, il serait bien de passer par le BSI afin de faire tes mouvements et nous en dire un peu plus sur toi et ta carrière.

    La porte du BSI est ici :

    http://ancienscolbleus.forumactif.com/BSI-FAITES-VOS-MOUVEMENTS-D-EMBARQUEMENT-f19/EMBARQUEMENTS-SEPTEMBRE-2007-t6190.htm

    Mais peut-être n'y passeras-tu pas avec ce que tu dis :

    mais je ne pense pas, pour le moment, revenir.
    Je vous lis tous les jours.


    Dernière édition par le Dim 2 Sep 2007 - 19:46, édité 1 fois



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. 013 Je reste Chouf à vie dans le cœur.

    BERTRAND Robert
    BERTRAND Robert
    QM 1
    QM 1

    Age : 81
    Fusilier équipage NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par BERTRAND Robert Dim 2 Sep 2007 - 19:30

    Bonjour, Barreau Michel je vois que vous êtes toujours aussi affameur il faut arrêter de balancer du fiel.
    Lire le récit en entier une ou deux fois, et ne pas regarder que le texte des photos pour faire des conclusions hâtives…

    A BON ENTENDEUR SALUT



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanr10 La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insig319
    La mémoire est la sentinelle de l'esprit.

    le rital
    le rital
    QM 2
    QM 2

    Age : 72
    Fusilier NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par le rital Lun 3 Sep 2007 - 8:10

    Un très émouvant récit sur cette période, merci et hommage à ces valeureux hommes.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insig220

    FUSILIERS
    FUSILIERS
    QUARTIER-MAÎTRE CS
    QUARTIER-MAÎTRE CS

    Age : 54
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Fusequi NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par FUSILIERS Lun 10 Sep 2007 - 9:36

    tacaud,
    Je pense que tu fait erreur, j' ai connu MR FOSSAT en réserve, il était capdeveau.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign82

    FUSILIERS
    FUSILIERS
    QUARTIER-MAÎTRE CS
    QUARTIER-MAÎTRE CS

    Age : 54
    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Fusequi NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par FUSILIERS Mer 12 Sep 2007 - 12:06

    tacaud, je dois me tromper mais tu a raison c'est un grand bonhomme.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign82

    3eme ligne
    3eme ligne
    MAÎTRE PRINCIPAL
    MAÎTRE PRINCIPAL

    Age : 77
    Radio NON

    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Empty Re: La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos..

    Message par 3eme ligne Mar 18 Sep 2007 - 0:43

    C'est bien Bench, qui a été CSI sur le Colbert.

    Cela me plairait bien de le revoir avant qu'on soit trop vieux ou gâteux, et qu'on ne se reconnaisse plus.



    La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Rubanreconnaissance La mort en Algérie de deux "pachas" de commandos.. Insign33

    "Give blood, play rugby !"


      La date/heure actuelle est Lun 15 Juil 2024 - 16:20