Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Bonjour !

Alors comme ça tu viens visiter le navire ? Même si tu n’as fait que ton service militaire dans la marine, tu peux « embarquer » sur ce forum.

Si tu n'es pas inscrit, tu n’en vois qu'une petite partie.

Si tu es ancien marin et que tu as porté le bachi, viens nous rejoindre : toutes les coursives te seront alors ouvertes. Il te suffit, pour cela, de cliquer sur « S'enregistrer ».
Les renseignements demandés (en particulier ton matricule) devront être correctement complétés ; ils permettront de prévenir quelque intrusion pouvant nuire au bon fonctionnement du forum.
Découvres-tu ainsi un forum ? Crains-tu de ne pas savoir y vivre, t’y retrouver, échanger ?
Tout y est expliqué, commenté, illustré sobrement pour s'y sentir à l'aise. Et de plus tous, à bord, sont ici pour t’aider qu’ils soient copains anciens ou neuves connaissances.

Si tu es déjà membre, il te suffit de cliquer sur « Connexion ».
Amicalement,
Fanch 56

Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Anciens Cols Bleus et Pompons Rouges

Forum de discussions pour les anciens de la Marine Nationale

Rencontre du jeudi 27 Juin - Bistrot de la Torche à Plomeur (29120) - Voir les messages n°12 et 13 ...

Du haut de son sémaphore il veille !

[ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Avatar22 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Ruban11

RESTRICTION D’ACCÈS

Toute personne demandant son inscription sur le forum, et n'étant pas ancien de la Marine Nationale, se verra refuser l'accès, mais pourra contacter le forum. Les matricules devront être correctement inscrits pour ceux qui réunissent les conditions, ceci afin de pouvoir vérifier leur authenticité, et de protéger le forum de toutes intrusions pouvant nuire au bon fonctionnement. Les membres de la famille d'un marin ou les visiteurs intéressés pourront poster leurs questions dans le forum, visiteurs en cliquant sur le lien dudit forum.

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 1145454 messages dans 17981 sujets

Nous avons 7971 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Bruno Coutadeur

La page Facebook de secours d’A.C.B.

[ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Fb210

LIVRE D’OR


JE VOUS DEMANDE D'AVOIR LA GENTILLESSE DE NE PAS CRÉER DE DISCUSSIONS SUR LE LIVRE D'OR - MERCI
[ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Livreo10

Derniers sujets

» [Opérations de guerre] INDOCHINE - TOME 13
par 3eme ligne Hier à 23:51

» [ Divers frégates ] Les FREMM sans Nom sans Numero
par Franjacq Hier à 16:37

» [ Divers commandos ] Commando Marine béret vert
par david974 Hier à 10:28

» JEANNE D'ARC (PH) - VOLUME 5
par Joël Chandelier Hier à 10:24

» [Vieilles paperasses] Vieilles photos de marins - Tome 2
par armorique Hier à 10:16

» [Vie des ports] LE PORT DE LORIENT VOLUME 005
par takeo Hier à 8:48

» [Activité hors Marine des ports] LE CROISIC Port, Traict, Côte Sauvage...
par Jacques l'A Jeu 13 Juin 2024 - 21:21

» [ Blog visiteurs ] Historique 8F / 28F , Catalina et Privateer .
par Invité Jeu 13 Juin 2024 - 20:23

» ENSEIGNE DE VAISSEAU HENRY (AE) Tome 2
par loulou06000 Jeu 13 Juin 2024 - 19:03

» [Vie des ports] Port de La Seyne-sur-Mer (83)
par Nenesse Jeu 13 Juin 2024 - 19:02

» [LES PORTS MILITAIRES DE MÉTROPOLE] PORT DE TOULON - Opération Rade Propre du 10 au 14 juin 2024
par Nenesse Jeu 13 Juin 2024 - 18:58

» [Vie des ports] LE PORT DE CONCARNEAU - Volume 006
par Nenesse Jeu 13 Juin 2024 - 18:52

» [Vie des ports] PORT DE TOULON - VOLUME 004
par Jean-Marie41 Jeu 13 Juin 2024 - 18:29

» DIXMUDE (PHA)
par Le moelannais Jeu 13 Juin 2024 - 18:18

» [ Associations anciens Marins ] Les membres du MESMAT nouvel équipage de la FLORE
par Kohler Jean Marie(Hans) Jeu 13 Juin 2024 - 16:48

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC - Amicale des Marins du Pays d'Aix
par morbihannais Jeu 13 Juin 2024 - 13:22

» [ Recherches de camarades ] Recherche de camarades Frégate ASM Duguay Trouin 07/80 au 06/81
par Gaulué Jeu 13 Juin 2024 - 11:30

» [ Histoires et histoire ] Monuments aux morts originaux Français Tome 2
par Jean-Marie41 Mer 12 Juin 2024 - 17:46

» [Vie des ports] Port de Saint Nazaire
par Max Péron Mer 12 Juin 2024 - 10:38

» [ Blog visiteurs ] argonaute 78/82
par takeo Mar 11 Juin 2024 - 20:39

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LE PORT DES DÉCORATIONS
par MAGER Mar 11 Juin 2024 - 9:57

» [ Blog visiteurs ] Demande de renseignements en prévision de mon départ en retraite
par Christian DIGUE Lun 10 Juin 2024 - 18:10

» [VOS ESCALES ] Aux USA
par alain EGUERRE Lun 10 Juin 2024 - 17:32

» [ Associations anciens Marins ] AMMAC de Cernay (68) et des Vallées Thur-Doller
par Kohler Jean Marie(Hans) Lun 10 Juin 2024 - 16:59

» [ Aéronavale divers ] Quel est cet aéronef ?
par FORZANO Andre Lun 10 Juin 2024 - 16:48

» BSM LORIENT - KEROMAN
par bourgoin77 Lun 10 Juin 2024 - 11:15

» [ Campagne ] LA RÉUNION - TOME 003
par BEURET Dim 9 Juin 2024 - 17:27

» Exposition à voir sur la Marine
par douzef Dim 9 Juin 2024 - 11:50

» [ PORTE-AVION NUCLÉAIRE ] Charles de Gaulle Tome 4
par Jean-Marie41 Sam 8 Juin 2024 - 18:17

» [Vie des ports] PORT LA FORET
par Matelot Sam 8 Juin 2024 - 16:41

» [ Logos - Tapes - Insignes ] VOS TEE-SHIRTS ET VOS CASQUETTES SOUVENIRS MARINE"
par Roger Tanguy Ven 7 Juin 2024 - 22:35

» [Les différents armements dans la Marine] Pour changer, si l'on parlait canons...
par vikor Ven 7 Juin 2024 - 19:48

» VAR (BCR)
par Michel Roux Ven 7 Juin 2024 - 17:25

» BE PANTHERE et sa ville marraine : FOUESNANT
par jobic Ven 7 Juin 2024 - 16:45

» [ Histoire et histoires ] Le Mémorial Pegasus
par Jean-Léon Ven 7 Juin 2024 - 12:29

» [ Blog visiteurs ] Mon père Michel Paillet CFM Hourtin fin 1969
par Invité Jeu 6 Juin 2024 - 21:45

» [Les catastrophes dans la Marine] Juin 71 Anniversaire du Nauffrage de E.E SURCOUF
par Juannès Jeu 6 Juin 2024 - 1:09

» Les équipes de grottes en algérie
par JLG Mer 5 Juin 2024 - 19:47

» [ La S.N.S.M. ] SNSM OUISTREHAM
par Matelot Mer 5 Juin 2024 - 12:46

» [ Blog visiteurs ] Cherche à retracer la carrière militaire de mon grand-père, François FERS,
par medoc2 Mar 4 Juin 2024 - 20:05

» [Les Musées en rapport avec la Marine] Sous-Marin Flore
par JACQUES SOUVAY ou BILL Mar 4 Juin 2024 - 19:56

» [Les ports militaires de métropole] Port de BREST - TOME 3
par Matelot Mar 4 Juin 2024 - 17:55

» Jacques Chevallier A725 (Bâtiments ravitailleurs de forces - BRF)
par gegehella Mar 4 Juin 2024 - 15:21

» LE VENDÉEN (ER)
par MFA44 Mar 4 Juin 2024 - 15:17

» [Les ports militaires de métropole] Port de LORIENT - TOME 2
par Matelot Mar 4 Juin 2024 - 13:15

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] TENUE DANS LA MARINE- TOME 05
par Joël Chandelier Lun 3 Juin 2024 - 20:01

» [ Recherches de camarades ] Service commissariat du CIN Saint-Mandrier 1971/1972
par Noël Gauquelin Lun 3 Juin 2024 - 17:31

» [ Histoires et histoire ] Pierre Loti
par VENDEEN69 Lun 3 Juin 2024 - 7:14

» [Votre passage au C.F.M.] Photos d'incorporation
par Matelot Sam 1 Juin 2024 - 18:29

» [Vie des ports] BREST Ports et rade - Volume 001
par DALIOLI Sam 1 Juin 2024 - 11:52

» [Les ports militaires de métropole] Port de Toulon - TOME 2
par david974 Sam 1 Juin 2024 - 11:49

» [Activité des ports hors Marine] LE PORT DE CHERBOURG
par lefrancois Sam 1 Juin 2024 - 10:49

» [ Recherches de camarades ] Recherche camarade Floltille 6F Nimes-Garons
par TORV Ven 31 Mai 2024 - 23:39

» FLORE (SM) - Tome 2
par Charly Ven 31 Mai 2024 - 23:07

» [ LES PORTS MILITAIRES DE METROPOLE] TOULON Inauguration du nouveau quai Milhaud 1
par lefrancois Ven 31 Mai 2024 - 14:25

» [VOS ESCALES ] Escale à Bandar Abbas
par Jean-Léon Ven 31 Mai 2024 - 11:47

» LA SPECIALITE DE MAÎTRE D'ARMES
par PatK Ven 31 Mai 2024 - 7:45

» [Les anciens avions de l'aéro] Le Bréguet Atlantic (BR 1150)
par takeo Jeu 30 Mai 2024 - 19:25

» [ Blog visiteurs ] POUGET Roger
par Yvo35 Jeu 30 Mai 2024 - 14:33

» [ Blog visiteurs ] Recherche renseignement sur : Matériel radio de l'Aéronavale
par Invité Mer 29 Mai 2024 - 14:31

» ÉCOLE D'INFIRMIERS
par Joël Chandelier Mer 29 Mai 2024 - 13:00

» [ Les Musées en rapport avec la Marine ] Musée de l'Aéronautique Navale de Rochefort
par Gibus1750 Mer 29 Mai 2024 - 9:19

» [ Blog visiteurs ] LORMEL RICHE: Garigliano / Commando
par gege83 Mar 28 Mai 2024 - 23:45

» FLOTTILLE 34 F
par Joël Chandelier Mar 28 Mai 2024 - 18:38

» CDT BOURDAIS (AE) Tome 3
par Max Péron Mar 28 Mai 2024 - 11:39

» [ Histoire et histoires ] La batterie de Merville
par Jean-Léon Mar 28 Mai 2024 - 10:47

» Frégate de défense et d'intervention (FDI) Amiral Ronarc'h (D660)
par alain EGUERRE Mar 28 Mai 2024 - 8:33

» [Les écoles de spécialités] ÉCOLE DES RADIOS LES BORMETTES - Tome 3
par frandel Lun 27 Mai 2024 - 16:26

» TARTU (EE)
par Jean-Léon Dim 26 Mai 2024 - 17:20

» [Les traditions dans la Marine] Les Villes Marraines
par Joël Chandelier Dim 26 Mai 2024 - 14:39

» L'ÉTOILE ET LA BELLE-POULE (BE)
par BOURGOT Sam 25 Mai 2024 - 18:24

» ÊTRE FIER D'ETRE FUSILIER MARIN.
par alain EGUERRE Sam 25 Mai 2024 - 18:07

» [ Vieilles paperasses ] Un ordre pour une "période"
par Joël Chandelier Sam 25 Mai 2024 - 14:59

» [LES TRADITIONS DANS LA MARINE] LES RUBANS LÉGENDÉS
par PASQUETTE ERIC Ven 24 Mai 2024 - 21:25

» VENDEMIAIRE (FS)
par TAZY Ven 24 Mai 2024 - 20:40

» [Vie des ports] LE PORT DE DOUARNENEZ
par Jacques l'A Ven 24 Mai 2024 - 16:01

» [ DIVERS LES NUCS ] SNA DUGUAY TROUIN
par david974 Ven 24 Mai 2024 - 15:55

» [ Blog visiteurs ] Ouvrir un compte
par VENDEEN69 Ven 24 Mai 2024 - 13:50

» [ Histoire et histoires ] CÉRÉMONIES DANS LE CADRE DU 80ÈME ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION EN INDRE ET LOIRE
par MARTIN Jean-Pierre Ven 24 Mai 2024 - 12:35

» DOUDART DE LAGREE (AE)
par JLG Ven 24 Mai 2024 - 9:44

» [Aéronavale divers] Une pensée pour les Crusaders
par BOURGOT Mer 22 Mai 2024 - 22:12

» [Vieilles paperasses] CARTES POSTALES (en rapport avec la Marine Nationale).
par Gérard Bodo Mer 22 Mai 2024 - 18:47

» [ Blog visiteurs ] Dossier école mousses Brest
par Invité Mer 22 Mai 2024 - 16:50

» [ Les traditions dans la Marine ] Les diplômes de la Ligne
par vikor Mer 22 Mai 2024 - 13:30

» [ Logos - Tapes - Insignes ] ÉCUSSONS ET INSIGNES - TOME 3
par Franjacq Mer 22 Mai 2024 - 8:19

» [Papeete] PAPEETE HIER ET AUJOURD'HUI - TOME 3
par loulou06000 Mar 21 Mai 2024 - 22:58

» [ Blog visiteurs ] Le lac Tchad Papeete 66/67
par Invité Mar 21 Mai 2024 - 13:49

» [Les batiments de ligne] DUNKERQUE - 1935 (Cuirassé)
par mataf57 Mar 21 Mai 2024 - 10:19

» [ La S.N.S.M. ] SNSM La Seyne/Saint Mandrier
par QUIQUEMELLE Mar 21 Mai 2024 - 1:26

» [Votre passage au C.F.M.] Vos chansons au C.F.M
par marienneau jean-michel Lun 20 Mai 2024 - 18:45

» VIEUX ET TRÈS VIEUX BÂTIMENTS
par PAUGAM herve Lun 20 Mai 2024 - 13:10

» [ LES CATASTROPHES DANS LA MARINE ] Incident de navigation aérienne 17 Mai 1932
par PAUGAM herve Lun 20 Mai 2024 - 12:49

» [ Histoires et histoire ] LE FORT DE MONTBAREY À BREST
par Yvo35 Lun 20 Mai 2024 - 12:37

» [ Histoire et histoires ] Port de CAEN-OUISTREHAM
par takeo Lun 20 Mai 2024 - 12:10

» [ FUSILIERS MARINS ] Et les maitres de chiens.
par PAUGAM herve Lun 20 Mai 2024 - 10:30

» [Les catastrophes dans la Marine] L'ABORDAGE DU SURCOUF
par maweb Lun 20 Mai 2024 - 8:46

» [ LES DESTROYERS D'ESCORTE EX US ] LE BERBÈRE
par rené-henri Dim 19 Mai 2024 - 18:12

» [ Blog visiteurs ] RECHERCHE IDENTITÉ
par Invité Dim 19 Mai 2024 - 12:15

» [ Recherches de camarades ] Recherches indexées
par andrem Dim 19 Mai 2024 - 7:27

DERNIERS SUJETS


[ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Liensamis

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Christian Suné
    Christian Suné
    QM 2
    QM 2

    Age : 78
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 MECANEQUI NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Christian Suné Mar 14 Nov 2023 - 12:39

    Bonjour Roger, passionnant, un grand merci à toi. J'apprends [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 746231 .
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 582735 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 580511 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 327396 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 315838 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 642994



    Dans la vie il faut être un peu fêlé, ça laisse passer la lumière (Michel Audiard)
    EE Vauquelin D628 - Dragueurs Côtiers MSC 60 : Renoncule M634, Mimosa M687, Acacia M638

    Matelot et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Mar 14 Nov 2023 - 14:02

    Pour répondre à TUR 2, comme on peut déjà le déceler dans le dernier post, et pour employer une expression bien connue chez nous, les marins français "sont embarqués comme lest" dans cette expédition. Après le tollé international, les Anglais ont été appelés à mettre la pédale douce sur leurs exactions envers les populations civiles. Avec l'arrivée des Français, c'est le calme plat, on n'entreprend plus aucune action d'envergure. A part descendre à terre pour faire de l'eau, les marins français n'auront guère de contact avec la côte finlandaise. On s'offre une "croisière" pour admirer les approches de St Petersbourg. Par contre, avec l'arrivée du corps expéditionnaire, là il va être question des Français, des soldats. Ils vont tenir le premier rôle.
    Mais pour l'instant, cap sur Cronstadt.



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, CPM73, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    QUIQUEMELLE
    QUIQUEMELLE
    MATELOT
    MATELOT

    Age : 68
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Equi NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par QUIQUEMELLE Mar 14 Nov 2023 - 19:58

    Message numéro 50, Roger tes publications sont de vrais documents historiques bien construits et documentés. Tu consacres beaucoup de temps à leur rédaction, il est naturel que nous te remercions. Il n'existe là, de ta part, aucune prétention mais un travail de grande qualité.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 642994


    Dernière édition par QUIQUEMELLE le Mar 14 Nov 2023 - 23:12, édité 1 fois (Raison : Orthographe)



    La mer, la mer, toujours recommencée...
    Paul Valéry (Le cimetière marin).
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 P1030012

    Matelot, alain EGUERRE et Roger Tanguy aiment ce message

    PAUGAM herve
    PAUGAM herve
    QM 1
    QM 1

    Age : 80
    Mécanicien équipage NON [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Monite10

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par PAUGAM herve Mar 14 Nov 2023 - 21:14

    Sur un texte aussi bien documenté , on ne peut mettre que "j'aime" !
    Pas de question à poser , on suit l'évolution avec grand intérêt [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 582735



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr11 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insig206
    Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
    (Pierre Dac)

    Matelot, alain EGUERRE, Roger Tanguy, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Mar 14 Nov 2023 - 22:49

    En route pour Cronstadt
    Le 22 juin, les escadres rangées sur trois colonnes prennent la direction de Cronstadt. En tête, le Lightning effectuent les sondages nécessaires pour éviter les écueils. Les feux sur la côte ont été éteints, les tours, les amers, abattus, les balises déplacées, aussi la progression se fait-elle avec précaution.
    Les voiliers sont remorqués par les vapeurs. Ainsi du côté français, l'Inflexible est remorqué par le Darien, l'Hercule par le Phlégéton, le Tage par le Souffleur, le Duguesclin par le steamer anglais Bulldog, le Trident par le Lucifer. L'Austerlitz, qui est un bateau mixte, ferme la marche.
    L’amiral Corry, avec neuf vaisseaux surveille la forteresse de Sveaborg, devant Helsinki. Il y a là quelques navires russes enfermés dans ce port. Il ne faudrait pas qu’ils surgissent dans le dos de l’escadre.
    Le 24 juin, l’escadre mouille devant l’île de Seskär à moins de 40 miles de Cronstadt. La population s’enfuit sur des bateaux surchargés. Quelques caboteurs imprudents viennent se jeter dans la gueule du loup. Ils sont capturés. On poursuit la route.
    Le 26 juin, à dix heures du matin, les vigies signalent une trentaine de bâtiments russes droit devant. Branlebas de combat. Mais on se rend vite compte que tous les vaisseaux russes sont à l'intérieur du port, à l'abri des batteries des forts. Le désormais indispensable Lightning, une fois de plus, se distingue en venant sonder à portée de canon des forteresses.
    Cronstadt est une île forteresse particulièrement bien défendue, au point que les Russes la considèrent comme imprenable. On y compte pas moins de 3.000 soldats et 10.000 matelots mais sa plus grande défense consiste dans le fait qu'il y a très peu d'eau à cet endroit. Les navires marchands qui vont de là jusqu'à Saint-Petersbourg ont besoin d'être allégés. Cela se fait au moyen de galiotes de 20 à 30 tonneaux. Les vaisseaux de ligne construits à St-Petersbourg sur les bords de la Néva, trouvent assez d’eau dans l'enceinte de la ville. Mais plus bas, il faut les soulever, ce qui se fait en y attachant des bâtiments plats construits en demi-lune, qu'on remplit d'eau qu'on vide ensuite pour les faire remonter et soulever ainsi le vaisseau de ligne. Pour se rendre à Saint-Pétersbourg, deux passages, l'un au nord, et l'autre au sud de l'île, apparaissent aux navigateurs. Celui du sud est le seul praticable mais il est étroit et ne permet le passage que d'un seul navire à la fois. Il est défendu par une série de forts. Leurs feux se croisent. Au total, avec les canons de la flotte, Cronstadt peut opposer plus de 3000 pièces à un assaillant.
    Parseval approche à portée des forts qui font feu à plusieurs reprises. Partout, il constate que la hauteur d'eau va en diminuant et qu'il n'y a pas assez d'eau pour permettre le passage. Il se rend au phare de Tolboukin, abandonné par les Russes. Du haut des 35 mètres du phare, il peut contempler les défenses de l'île et apercevoir, à la longue-vue, les campements d'un corps d'armée considérable.
    Les relevés de Sulivan confirment ce que l'on sait déjà, il n'y a pas assez de fonds pour une attaque par la mer avec de gros navires. Les amiraux décident de rester en vue de la forteresse et de la bloquer, sans la bombarder faute de mortiers et de navires spécialisés, d'autant qu'ils ont peur que les approvisionnements d’artillerie ne soient déjà pas suffisants.
    Tout l’été, qui cette année-là était merveilleux, les flottes restent devant Cronstadt et bientôt habituent tellement les Russes à leur présence qu’à Saint Petersbourg on considère que la meilleure promenade à faire était de se rendre à Oranieubaum ou plus à l’ouest, le long de la côte, pour admirer le merveilleux aspect que représente cette flotte puissante. Le sentiment de sécurité des Russes est telle que même le tsar Nicolas 1er vient à Pershoff pour s’y reposer.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Img_2087
    les escadres anglaise et française devant l'île forteresse de Cronstad. Les navires au centre sont russes. Ils barrent le passage à l'abri des canons des forteresses. Sur l'horizon on aperçoit les toits de St Petersbourg
    (cliche musée de la marine - collection RT)



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, Jean-Marie BONOMELLI, alain EGUERRE, PAUGAM herve, VENDEEN69, Noël Gauquelin, HèmBé43 et aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Mer 15 Nov 2023 - 18:11

    Retour à Barösund
    La température est lourde et l'air chargé d'humidité au fond du golfe. Le choléra sévit sur Cronstadt. A la fin du mois de juin des cas de choléra sont signalés à bord. Malgré les ordres les hommes d'équipage, rationnés en eau, boivent l'eau saumâtre en provenance de la côte. En juillet le mal continue de se répandre. Il est décidé de quitter ces parages malsains. La flotte revient à sa base de Barösound. Il est probable que c'est à cette occasion qu'on été inhumés les victimes du choléra sur l’île de Mäkiluoto où l’on peut voir encore aujourd’hui une grande sépulture commune où marins français et anglais ont été ensevelis ensembles. (photo message n° 2 )
    Malgré toutes les précautions prises pour entrer dans la baie de Barö Sound, le Duguesclin s'échoue. Les canots et chaloupes des autres navires sont envoyés lui porter assistance. Pour l'alléger, tout ce qui peut être déplacé est débarqué dans les canots. Il faut seize heures de travail avant que le Duguesclin ne flotte à nouveau. Il est pris en remorque par le Phlégéton jusqu'à Barösund. Cette fois, il s'en sort. Il n'aura pas cette chance quelques années plus tard. En effet, lors de ses premiers essais avec une machine à vapeur, le 14 décembre 1859, il s'échoue en rade de Brest. Le temps est mauvais, il neige même, la marée descend. Avant que la marée montante le remette à flot, il aura subi tant de dommages qu'il sera considéré comme perdu.
    Rassemblement dans les iles Aland
    Le 18 juillet la flotte alliée lève l'ancre en direction de l’archipel de Aland et précisément de la baie de Ledsun, choisie comme base pour la flotte en attendant l’arrivée du corps expéditionnaire qui, d’après les renseignements obtenus, avait quitté la France. Sur les îles voisines on rassemble le matériel nécessaire pour mener une attaque à partir de la terre. Le Lightning et l'Alban, les deux bateaux hydrographes, ainsi que le Driver et le Basilisk balisent le passage vers Ledsund.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzz_al10
    panorama des Îles Aland
    Le 21, l'amiral Napier demande à l'amiral Parseval s'il veut prendre en charge la surveillance de Sveaborg. Veut-il s’en débarrasser ? L'amiral Parseval décline l'offre car les troupes que l'on attend à Bomarsund, dit-il sont toutes françaises. Il préfère donc être avec elles. J’imagine qu’il se dit surtout que c’est ici qu’il va se passer l’action la plus importante de la campagne et il veut être là.
    L'amiral Chads reçoit l'ordre de faire route sur Bomarsund avec l'Edinburgh, le Hogue, le Blenheim, l'Ajax, l'Amphion et les deux navires hydrographes Lightning et Alban pour investir la rade.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzzcha10
    les vaisseaux sous le commandement du contre-amiral Chads chenalent en route pour Bomarsund. Le petit vapeur, le Lightning du captain Sulivan ouvre la marche
    (cliché musée de la marine - collection perso)
    Dans le même temps, l'amiral Plumridge doit se positionner dans le nord-ouest de Bomarsund pour intercepter tout secours à la forteresse pouvant arriver de cette direction. En se rendant à son poste le Leopard s'échoue. Il va rester neuf heures dans cette fâcheuse posture. L'Hecla et l'Odin pendant ce temps le protègent de toute attaque éventuelle venant du fort. Le captain Buckle qui vient porter assistance à l'amiral Plumridge, met son Valorous sur les rochers. Il réussit en s'en sortir au bout de deux heures. Peu de temps auparavant, il s'était déjà échoué près de Degerby, où il n'avait pu être sorti de ce mauvais pas qu'après quatre jours d'efforts. Les Français ne sont pas épargnés. Dans la soirée le Duperré, lui aussi, se met au sec. Les navires français et anglais envoient leurs chaloupes avec des ancres et des câbles. Le vaisseau est rapidement remis à flot. Le lendemain, 23, c'est le Zephyr qui s'échoue. Il faudra huit heures pour retrouver sa liberté de manœuvre.
    Malgré les mises en garde de Sulivan, trois chaloupes, une nuit de pleine lune, s'approchent de Bomarsund pour sonder et faire des relevés. Elles se font tirer dessus et doivent battre en retraite rapidement. Le captain Sulivan fait peindre ses chaloupes en bleu clair et habille ses hommes de la même couleur pour, deux nuits plus tard, alors que la lune est cachée par les nuages, se faufiler jusqu'au pied de la forteresse. Il débarque même sur l'île et fait des relevés pour le prochain débarquement.
    Alerté sur l’imminence de l’attaque, le tsar ordonne de prendre un certain nombre de canonnières et de bateaux à Helsinki et à Turku et de les conduire rapidement à Bomarsund afin de barrer le passage des îles et empêcher la flotte ennemie de pénétrer dans la baie de Lumpar. L'amiral Chads est à son poste, surveillant la route de Turku. Impuissants, les Russes doivent rebrousser chemin.
    On n'attend plus que l'arrivée du corps expéditionnaire et de l'artillerie de siège pour passer à l'action.


    Dernière édition par Roger Tanguy le Mer 15 Nov 2023 - 19:26, édité 1 fois (Raison : rajout d'une illustration)



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, Jean-Marie BONOMELLI, alain EGUERRE, TUR2, PAUGAM herve, HèmBé43, CPM73 et aiment ce message

    PAUGAM herve
    PAUGAM herve
    QM 1
    QM 1

    Age : 80
    Mécanicien équipage NON [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Monite10

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par PAUGAM herve Mer 15 Nov 2023 - 18:21

    Malin , le camouflage en bleu clair [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 582735



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr11 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insig206
    Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
    (Pierre Dac)

    Matelot et QUIQUEMELLE aiment ce message

    alain EGUERRE
    alain EGUERRE
    MAÎTRE
    MAÎTRE

    Age : 74
    Fourrier NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par alain EGUERRE Mer 15 Nov 2023 - 18:49

    Super, et en plus du suspense Roger
    Visiblement la navigation est difficile avec ces hauts fonds, le travail des navires hydrographes
    était primordiale, bravo à eux et surtout à Sulivan [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 582735
    Si j'ai bien compris, les gros navires devaient être allégés et soulevés pour aller jusqu'à Saint Pétersbourg !
    Ils font comment les popov de nos jours [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 595882



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr10 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insign45
    La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

    Matelot, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Jeu 16 Nov 2023 - 0:08

    Les activités maritimes restent un peu compliquées du côté de Saint Petersbourg. Les chenaux ont été creusés mais les tirants d'eau restent limités pour les gros navires. Les gros pétroliers sont chargés en rade. Des quais ont été aménagés à Cronstad près de la base navale mais les gros navires transocéaniques ne peuvent y accéder. Et puis l'hiver le fond du golfe est gelé. Certes il y a des brise-glaces mais c'est toujours une contrainte.
    La navigation en bordure des côtes, des îles, n'est effectivement pas sans risque. Le coin est mal pavé. J'en sais quelque chose. Je possédais un canot automobile, moteur hors bord. Chaque été, malgré ma vigilance, j'y laissais une hélice.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzzexc10
    Cet îlot désert est situé devant une île touristique très fréquentée. La communauté française appelait ce caillou l'île des Tanguy. C'est vrai que nous y étions souvent pour nous dorer la pilule, pas pressés de rentrer après une partie de pêche. Un jour de beau soleil, nous nous mettons dans le plus simple des appareils pour en profiter. Nous avons dû nous assoupir. Un moment je suis réveillé par un "cloc-cloc" régulier. Je me dresse sur mon séant. Non loin de nous deux kayaks sont tirés sur les rochers plats. Une extrémité est dans l'eau et est un peu remuée par le clapot. Mon "domaine" ne fait que quelques mètres de long, j'aperçois donc tout de suite les navigateurs, ou plus exactement deux navigatrices. Elles aussi se sont mises à l'aise sans façon. Hello, tu veux faire un tour en kayak, me propose l'une. Ouais. Tu restes bien en vue, tu ne vas pas te cacher derrière les roseaux, sont les dernières consignes de ma femme. [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 580511
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzzimg10
    Une vue de l'archipel de Aland.



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, CPM73, KLETKE, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    alain EGUERRE
    alain EGUERRE
    MAÎTRE
    MAÎTRE

    Age : 74
    Fourrier NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par alain EGUERRE Jeu 16 Nov 2023 - 7:07

    Merci pour ta réponse sur la navigation actuelle dans cet endroit de la Baltique [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 582735



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr10 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insign45
    La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

    Matelot, PAUGAM herve, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Jeu 16 Nov 2023 - 10:47

    LE CORPS EXPEDITIONNAIRE
    Pour l’opération décidée contre Bomarsund, un corps expéditionnaire d’une dizaine de milliers d'hommes (auxquels il convient d'ajouter quelques cantinières en jupes et pantalons rouges) est constitué à Boulogne sous le commandement en chef du général Baraguey d’Hilliers, un ancien des campagnes napoléoniennes, blessé d'un coup de sabre sur la tête à Culm, en Prusse et qui, en 1813, a perdu la main gauche, emportée par un boulet à la bataille de Leipzig. Un de ses contemporains dit de lui : "allure, geste, ton et parole, tout est brusque en lui; général imposant, haute stature, magnifique au feu, les sacrifices d'hommes n'arrêtent pas Baraguey". Le camp de Boulogne, ou plutôt les camps établis sur les bords de la Manche, de part et d'autre de la ville, occupent un espace de cinq lieues de longueur. Ils forment quatre divisions distinctes Enguichée, Honvault, Wimereux et Ambleteuse. établies sur une ligne parallèle à la mer, à 200 mètres en arrière de la crête des falaises, et qui s'étend d'Ambleteuse à Honvault.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzz_ca11
    Spoiler:


    Dernière édition par Roger Tanguy le Jeu 16 Nov 2023 - 13:53, édité 1 fois (Raison : une p'tite faute)



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, HèmBé43, CPM73, lefrancois, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    HèmBé43
    HèmBé43
    MATELOT
    MATELOT

    Age : 80
    Mécanicien équipage NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par HèmBé43 Jeu 16 Nov 2023 - 12:52

    Ouais. Tu restes bien en vue, tu ne vas pas te cacher derrière les roseaux, sont les dernières consignes de ma femme.
    C'est pas qu'elle n'avait pas confiance... mais prudente tout de même. [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 580511



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insig221

    Matelot, PAUGAM herve, lefrancois, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Jeu 16 Nov 2023 - 23:13

    BOMARSUND - La forteresse
    La forteresse de Bomarsund, décrite dans les rapports des alliés comme "gigantesque" est en fait une très belle construction, mais pas si énorme et surtout inachevée (les travaux ne pouvant voir lieu que l'été ils n’avaient pas progressé vite). Les murs sont en briques, le revêtement extérieur est constitué de gros blocs de granit rose de forme octogonale, l’encadrement des ouvertures est en granit blanc. La façade, côté mer, est de forme semi-elliptique. Sur l’arrière, côté terre, une forme en U est reliée au reste de l’ouvrage par deux ailes. Le bâtiment, qui comprend deux étages de batteries casematées, est élégant et d’une grande beauté. Nulle autre forteresse conçue dans ce style n’est connue. Bomarsund est sans doute la dernière place forte au monde à avoir été construite en brique. Avant même la fin des travaux, elle était déjà totalement dépassée.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzzimg13
    Pour donner une couche de couleurs locales, la légende de la carte en VO (suédois et finnois)
    Bomarsunds Fästning. Förstörd av engelsk-franska flottan 1854.
    Englantilais-ranskalaisen laivaston vuonna 1854 tuhoama Bomarsundin linnoitu
    (forteresse de Bomarsund détruite par la flotte anglo-française en 1854)
    J'avais acheté cette carte sur le site de Bomarsund. Elle est de l'auteur suédois Sverré Scott
    Quatorze tours, hors du fort, défendant les accès terrestres et maritimes, reliées entre elles par des chemin d’artillerie protégés par des murailles, étaient prévues. Au moment des évènements seules trois tours sont achevées.
    La forteresse devait être armée par 5 000 hommes et 500 canons. Lors du siège, la garnison compte moins de 2 500 hommes, ne dispose que de 112 canons dont 46 répartis entre les trois tours, et 66 pour la forteresse. Les autres gisent sans affût dans la cour. En comparaison, le Duke of Wellington aligne 131 canons, un équipage de plus de 2000 hommes.
    La forteresse est placée sous le commandement du colonel d'artillerie Bodisco que le tsar vient de nommer général après que la forteresse ait repoussé l’attaque du captain Hall. Il est assisté par le lieutenant-colonel Furuhjelm, du bataillon de fusiliers Finlandais qui avait été détaché de Turku lorsque la menace d'une attaque s'était précisée. Ce dernier a également été fait colonel après l’attaque.
    Cette forteresse n’était pas totalement inconnue des Français. En effet, deux ans auparavant, Monsieur Leauzon-Leduc, un "émissaire spécial" de Napoléon III qui parcourait l’Europe l’avait visitée. De passage à Stockholm, il avait fait la connaissance du général Bodisco, frère du colonel Bodisco, (connu des Russes sous le nom de Bodski) commandant de Bomarsund. Monsieur Leauzon-Leduc se rendant à Saint Petersbourg par la route postale qui traversait les îles Åland, le général avait invité l’agent de l’empereur à aller saluer son frère et l’avait prévenu de sa visite. Monsieur Leauzon-Leduc avait répondu volontiers à l’invitation et n’avait pas manqué de faire un rapport détaillé à l’empereur de ce qu’il avait observé.
    Dans le voisinage de la forteresse une nouvelle communauté commença à se développer. On y construisit des logements pour les officiers, des habitations pour les civils employés au fort, puis une école, une poste, une pharmacie même… Un village était né, le premier des îles Åland. On l’appela Skarpans. Avant l’attaque, le commandant de la forteresse fit évacuer le village et ordonna de l’incendier. Ainsi fut fait. De Skarpans aujourd’hui il ne reste rien





    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, Jean-Marie BONOMELLI, framery, alain EGUERRE, TUR2, PAUGAM herve, VENDEEN69 et aiment ce message

    alain EGUERRE
    alain EGUERRE
    MAÎTRE
    MAÎTRE

    Age : 74
    Fourrier NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par alain EGUERRE Ven 17 Nov 2023 - 8:47

    On suit avec intérêt Roger [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 580511



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr10 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insign45
    La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

    Matelot, PAUGAM herve, Roger Tanguy, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Ven 17 Nov 2023 - 11:03

    Prélude à l’attaque
    Le chenal qui mène à la forteresse est protégé par les batteries des Russes. Mais le captain Sulivan se dépense sans compter pour trouver un autre chenal suffisamment profond pour permettre le passage des plus gros navires de la flotte. Lorsqu'il pense avoir trouvé un qui convienne, il propose à l'amiral Napier de le laisser y faire passer les vaisseaux de ligne. Mais il se heurte au scepticisme du commandant en chef. Le lendemain l'amiral Parseval lui demande de prendre un de ses vaisseaux avec les commandants de plusieurs autres navires français à bord pour leur montrer le chenal. L'amiral français est sans doute plus sensible que son homologue anglais aux travaux hydrographiques, ayant lui-même assisté l'ingénieur hydrographe Beautemps-Baupré dans la reconnaissance hydrographique des côtes de Bretagne. Ce fut un agréable voyage, raconte Sulivan, j'avais démontré la sûreté du chenal en y faisant faire l'aller et retour au vapeur à hélice français en moins de deux heures. Sulivan organise également, à bord de son Lightning, de telles expéditions pour les masters of the fleet des bâtiments anglais. Les journaux anglais en rendent compte, écrivant que tous les pilotes de la flotte des navires avaient pris place à bord du Lightning, avaient fait un excellent travail de relèvement. Ils avaient découvert des chenaux permettant d'accéder à Bomarsund. Jamais le nom de Sulivan n'est mentionné. Sulivan est très amer et le fait savoir dans sa correspondance à l'amiral Beaufort. Par contre il dit le plus grand bien des officiers français qui viennent à son bord, ou à qui il rend visite sur leur bâtiment, des gens intelligents qui écoutent, prennent des notes, font des dessins de ce qu'ils voient. D'ailleurs, les Français demandent que fera-t-on de cet homme qui n'arrête jamais quand il rentrera en Angleterre, à quelle dignité sera-t-il élevé, quelle récompense lui décernera-t-on ? Si l'amiral Napier ne semble pas mesurer à sa juste mesure le dévouement et la qualité de son hydrographe, l'amiral Parseval, lui, le tient en la plus haute estime et l'assure qu'il fera demander pour lui la Légion d'Honneur.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzz_su10
    Bartholomew Sulivan en tenue d'amiral
    Le nom, à cette époque (amiral) de Sulivan est suivi de KCB ce qui signifie Knigh Commander of the Bath, distinction dans l'ordre du Bain. Quelqu'un semble avoir fini par reconnaitre ses mérites. Le nom de l'ordre rappelle que, au moyen-âge, la cérémonie d'adoubement du chevalier comportait un bain rituel et symbolique. Il fallait être membre du Commonwealth pour entrer dans cet ordre, jusqu'à récemment où la reine Elisabeth a décerné des titres de grand croix honoraire à des personnalités étrangères et notamment à un certain Nicolas Sarközy en 2008
    Un chenal a donc été balisé, par les soins du captain Sulivan, avec des bouées de chaque côté, jusqu’à 600 mètres du fort. Sous la conduite du Lightning, la flotte emprunte les petits chenaux entre les îles et se positionne dans la baie de Lumpar, face à la forteresse de Bomarsund.
    25 navires ont pris position dans la baie. Les pilotes locaux avaient assuré que la profondeur de la baie de Lumpar ne dépassait pas 22 pieds. Elle était tellement bondée de roches qu'une frégate ne pourrait venir à portée de fusil de la forteresse. Dans l'entrée de la passe, au mieux, seul un petit vapeur pourrait passer. Or, comme l'écrira plus tard le capitaine Chatelain (Russe malgré son nom), commandant l'une des tours de Bomarsund (nous reparlerons de lui), nous avions devant les yeux, non pas une frégate, mais toute une escadre.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzzimg14
    Les eaux "mal pavées" de l'archipel


    Dernière édition par Roger Tanguy le Ven 17 Nov 2023 - 18:05, édité 1 fois



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, framery, alain EGUERRE, TUR2, PAUGAM herve, HèmBé43, CPM73 et aiment ce message

    lefrancois
    lefrancois
    MAÎTRE PRINCIPAL
    MAÎTRE PRINCIPAL

    Age : 77
    Fourrier NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par lefrancois Ven 17 Nov 2023 - 15:40

    Il semblerait que l'attaque soit imminente!



    Lors d'une période de déficit, le commis déclara en cuisine :
    Vu la longueur des frites, pas de beefsteak ce midi !

    Un Fourrier (anonyme), auteur du bilan comptable
    .

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, CPM73 et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Sam 18 Nov 2023 - 18:08

    Le 30 juillet, les troupes sont là. Il manque encore l'artillerie de siège qui doit arriver à bord de deux navires français. Elle ne saurait tarder.
    Le mardi 1er août, les amiraux Napier et Parseval, le général Baraguey-d’Hilliers (les trois "commandants-en-chef"), quatre généraux français, le général anglais Jones et tout leurs états-majors, embarquent sur la Reine Hortense, le yacht impérial pour reconnaître les défenses de Bomarsund.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzzimg15
    le général Baraguey d’Hilliers, accompagnés des amiraux, reconnaît la position de Bomarsund à bord du yacht impérial Reine Hortense. On aperçoit les tours, en arrière plan sur les collines. (cliché musée de la marine - collection RT)
    Le Lightning, comme à l'habitude, montre le chemin. Lorsque l'on atteint Bomarsund, le captain Sulivan monte à bord du yacht, ainsi que l'amiral Chads. On s’aperçoit rapidement que le tirant d'eau de la Reine Hortense ne lui permet pas de s'approcher de la côte. Toutes les autorités passent à bord du Lightning. Avec les colonels, commandants et autres capitaines qui avaient déjà pris passage à bord, le pont du petit vapeur est noir de monde du grand mât à la barre. Sulivan qui a fréquenté les lieux de jour comme de nuit est le meilleur des guides possibles et offre à ses invités une visite détaillée de Bomarsund. Alors que le captain Sulivan est en grande conversation avec le général en chef, près du grand mât, où se trouvent également six généraux, trois amiraux et quelques colonels, d'un petit fortin, part un coup de canon. Le projectile touche l'eau, fait une quinzaine de ricochets et termine sa course à 150 mètres du bateau. Le général demande à Sulivan quel est le fort le plus proche du bateau. Ce dernier répond qu'il s'agit de la tour qui est sur la colline. Il n'a pas fini sa phrase qu'un éclair suivi d'une énorme déflagration indique qu'un canon du petit fort en question vient de tirer. Sulivan suit le boulet des yeux pour voir de combien sera trop courte sa course. A sa grande surprise, le boulet passe très près au-dessus de leur tête, sous le grand mât, et tombe à une cinquantaine de mètres plus loin. Les russes avaient certainement utilisé un canon d'un calibre inhabituel vu le bruit qu'il avait fait. Jamais, depuis que les alliés sont là, un canon n'avait tiré si loin. Sulivan n'attend pas une seconde de plus pour s'éloigner de quelques centaines de mètres, hors de portée du canon. C'est absolument miraculeux, dit-il, que le boulet soit passé au-dessus de nous. S'il avait été un peu plus bas, il serait tombé au milieu de tous ces Grands Hommes, faisant des dégâts effroyables parmi eux, et tout cela aurait été entièrement de ma faute pour m'être approché si près sans la moindre nécessité. Sur le chemin du retour l'amiral vient vers lui et lui demande s'il ne peut pas passer un peu plus loin. Sulivan lui montre les rochers tout à côté, et répond qu'il est préférable de risquer de se faire tirer dessus plutôt que d'avoir la certitude de s'échouer là. D'ailleurs, rajoute-il, les boulets ne nous atteindront pas. Lorsque le navire passe devant le fortin, celui-ci lui tire dessus, mais, effectivement les boulets s'écrasent dans l'eau, n'approchant pas à moins de 100 mètres du bateau.
    A suivre : le débarquement des troupes françaises.



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, VENDEEN69, CPM73, lefrancois, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Dim 19 Nov 2023 - 19:00

    Le débarquement
    Le 5 août les derniers navires arrivent avec l'artillerie de siège, le matériel, les chevaux. Le 8 août, au lever du jour, le Duperré et l'Edinburgh bombardent les rives boisées bordant la plage de débarquement pour y débusquer les ennemis éventuels. Dès que le feu cesse, les troupes sont conduites à terre. Il n’y a pas d’appontement, pas suffisamment de fond pour que les navires s’approchent plus. Marsouins et bigors s’entassent dans les chaloupes. Il avait été convenu que la France fournirait un corps expéditionnaire de 6.000 hommes, ils sont en réalité près de 10.000. On se rappelle qu’un îlien qui avait travaillé dans le fort avait dit à Sulivan que la garnison russe était forte seulement d’environ 2200 hommes. En réalité, on verra qu’elle est même moins importante que ça. Les soldats sont débarqués à la pointe de Tranvik avec 50 chevaux pour aider à traîner les canons et mortiers. Dans le même temps, débarquent à Hülta, dans le nord de Bomarsund, 700 marins et troupes de marine anglais, 70 sapeurs anglais et 2000 autres soldats des troupes de marine français. Un autre groupe est débarqué à l'est, près du village de Högbolstad.
    Toutes les troupes sont mises à terre "sans qu’un seul homme se soit mouillé les pieds". Les soldats de la garnison russe, nettement inférieurs en nombre, n’ont pas de réels moyens de s’opposer au débarquement.
    Après le débarquement, toutes les troupes convergent vers Finby où est installé le Quartier Général.
    L'Amphion détruit une petite batterie de six canons à l'extérieur de fort. Les Russes doivent se replier dans la forteresse. L'amiral Napier hisse sa marque sur le Bulldog et vient au devant de Bomarsund. Il teste la portée de ses canons sur une tour. Ce faisant, il s'échoue. L'Amphion et le Vulture viennent lui porter assistance. Il leur faut quatre heures pour lui redonner sa liberté de manœuvre.
    Karl Bomansson, archiviste en chef des archives nationales finlandaises et historien a l'opportunité de visiter le camp français. Il décrit le camp à ses collègues de l'université d'Helsinki avec des propos très enthousiastes.
    Il a aussi l'occasion de rencontrer l'amiral Napier qu'il présente comme "un vieil homme à l'allure plaisante, au caractère agréable. Son visage est épais et même rond comme la pleine lune. Pour le reste il est de taille moyenne, bien bâti, avec des épaules larges. Il se déplace avec une démarche particulièrement chaloupée peu ordinaire même chez un marin. Ses lèvres sont animées d'un mouvement permanent comme s'il se parlait à lui-même. Il ne pouvait pas marcher beaucoup car il avait le souffle court. Dès qu'on le voit, on se dit que cet homme est un excentrique ".
    Il est curieux de voir que toutes sortes de personnages qui, non seulement gravitent autour des membres de l'expédition, mais se mêlent aux combattants : cet archiviste finlandais, mais aussi les propriétaires de yachts privés tels le Pet du révérend Hughes, de Cambridge, le Foam de lord Dufferin, le Vesta de lord Newborough, le Gondola de lord Lichfield, l'Esmeralda, le schooner de Mr. Campbell qui ont, de surcroît, obtenu la "bénédiction" du tsar pour leur croisière en Baltique, sous réserve qu'ils ne se livrent pas à l'espionnage au profit de la flotte anglaise. On y rencontre aussi, plus normalement, des journalistes, ou des artistes peintres renommés tels le français Morel-Patio ou l'anglais Brierley, ou d'autres moins connus, mais aussi, plus étonnamment, des touristes venus en paquebots de Suède !
    Le révérend Robert Hughes, dans son journal de bord, relate ainsi son arrivée aux îles Aland : "le  Pet arrive à l'entrée du chenal. Une fière frégate française monte la garde. Nous hissons nos couleurs pour la saluer. La frégate, à son tour hisse son pavillon pour répondre à notre salut. C'est un grand honneur pour le petit Pet. Seul bémol, Ned, notre matelot, à moitié endormi, a hissé notre pavillon à l'envers. Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons au milieu de la flotte. Au point de vue peinture et astiquage, les Français, je dois le confesser, l'emportent en tout sur nous. Les hommes mettent un coup à bichonner, laver, astiquer. Les gréements grouillent de matelots qui, comme des singes en folie grimpent et descendent à toute vitesse, certains, les pieds en l'air se livrent à des cabrioles et autres bouffonneries".
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Img_2088
    La rade de Bomarsund. Les navires bombardent la forteresse. Au premier plan, le Pet, le yacht privé du révérend Robert Hugues. (dessin de Morel-Patio)




    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, VENDEEN69, Noël Gauquelin, CPM73, lefrancois et aiment ce message

    PAUGAM herve
    PAUGAM herve
    QM 1
    QM 1

    Age : 80
    Mécanicien équipage NON [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Monite10

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par PAUGAM herve Dim 19 Nov 2023 - 22:22

    C'était vraiment une autre manière de la bataille navale [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 595882



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr11 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insig206
    Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche ... et réciproquement
    (Pierre Dac)

    Matelot, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Lun 20 Nov 2023 - 16:38

    Les travaux d'approche
    Mais revenons aux opérations.
    Dans l’après-midi la jonction est faite entre troupes débarquées au sud et au nord. La forteresse est encerclée.
    La journée du 9 est employée aux reconnaissances rapprochées, sous le feu de l’ennemi. Un débarcadère, plus proche de la forteresse, est aménagée. C’est plus pratique pour la mise à terre du matériel de siège.
    Le grand fort principal comprend deux étages de batteries casematées, présentant 72 embrasures de canon. Trois fortes tours détachées, comportant également deux étages casematés armés de canons, couvrent une distance de 800 ou 900 mètres. Deux d’entre elles sont sur l’île principale, sises sur le roc, dans un terrain granitique très tourmenté aux sommets dénudés. La première est plantée sur la colline de Notvik, la seconde sur celle de Bränklint. La troisième se trouve sur l’île de Prästö, à l’extrémité d’un éperon rocheux, en vis à vis de celle de Notvik.
    Après avoir incendié le village et les habitations isolées, les Russes se sont délibérément retranchés derrière leurs remparts.
    Les travaux d’approche sont amorcés selon les procédés de l’époque. L’artillerie et le Génie disposent de 95000 sacs de terre. Sous la direction du général Niel (aide de camp de l’empereur), commandant le Génie, et du lieutenant-colonel d’artillerie de Rochebouët qui ont reconnu les points sur lesquels les batteries devaient être installées, l’aménagement d’une première batterie est entrepris par les Français face à la tour de Branklint qui apparaît comme la clé du dispositif. Cette tour prise, il sera plus facile d'approcher l'arrière du fort principal, bien moins défendu.
    Les Anglais prennent pour objectif la tour de Notvik. Ne disposant pas d'artillerie de campagne, ils débarquent des canons de marine de leurs bâtiments. 150 hommes, pieds nus pour la plupart (les bottes étant en rupture de stock) les tirent sur des traîneaux construits à bord à cet effet, et les hissent sur la colline. Ils sont encouragés, au départ, par la musique du bord.
    Le roc ne permettant pas de creuser des tranchées, des cheminements et épaulements ont dû être réalisés en gabions (sortes de paniers sans fond qui, remplis de terre ou de branchages, servent à couvrir les sapeurs et à former des parapets), fascines (fagots de menus branchages qui servent à combler les fossés) et sacs de terre, au prix d’efforts harassant (les sacs de terre devaient être remplis à distance puis transportés en traversant un terrain arrosé par la mitraille). La tour couvre les assaillants de son feu et les opérations d’approche sont si délicates qu’elles se solderont par 12 blessés ou tués. Les tirailleurs français, derrière chaque arbre, chaque roche, répondent avec tant de précision que les hommes sortis de la place sont bientôt obligés d’y chercher refuge.
    L’assaut
    Le 10 août au matin, le Bulldog, sur lequel l'amiral Napier a hissé sa flamme, tire un coup de canon, donnant le signal de l'ouverture du feu pour les pièces d'artillerie.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zzimg_18



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, CPM73, KLETKE, lefrancois, Christian Suné et aiment ce message

    KLETKE
    KLETKE
    QM 2
    QM 2

    Age : 68
    Fusilier équipage NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par KLETKE Lun 20 Nov 2023 - 16:48

    Vivement la suite Roger!!

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, CPM73, Roger Tanguy, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Lun 20 Nov 2023 - 22:15

    Avant d’accompagner le corps expéditionnaire dans l’action, intéressons nous un instant à une mésaventure survenue à une frégate anglaise.
    La Penelope s'échoue
    La frégate à aubes britannique Penelope est commandée par le captain Caffin. Le matin du 10 août, elle traverse la baie de Lumparn, pilotée par sir Biddlecombe, le master of fleet du navire amiral. Selon Napier, elle devait passer entre les îles de Prestö et Toftö pour surveiller le passage. Caffin, lui, prétend qu'il avait pour ordre de venir mouiller face à la 11ème embrasure du fort principal. Quoi qu'il en soit, la Penelope s'approche du fort sans que celui-ci ne réagisse. Elle vient de plus en plus près. Soudain le fort tire un boulet qui s'écrase dans l'eau. Le tir est trop court. Un autre suit, toujours trop court. La portée du canon ne semble pas suffisante. Enhardie, la frégate poursuit son chemin, à petite vitesse, s'approchant encore plus. Un troisième boulet siffle entre les mâts. Le captain Caffin ordonne de changer la direction du navire. Trop tard, 11 heures 30, la Penelope s'échoue sur une roche. Les Russes se réjouissent de leur ruse. Ils ont là, maintenant une cible de choix. Le tir suivant traverse les deux caissons des roues à aubes. La forteresse tire à boulets rouges. Les boulets rouges sont les ancêtres des bombes incendiaires. Les boulets en fonte sont rougis au feu avant d'être enfournés dans la gueule du canon et tirés très vite. En plus de leur effet de destruction classique, de par leur séjour dans la fournaise, ces boulets ont une capacité incendiaire à une époque où les bateaux sont en bois. Les forts en bord de mer étaient équipés de fours pour chauffer au rouge les projectiles. Cette méthode, dévastatrice pour l'assailli, était aussi très dangereuse pour celui qui effectuait la manœuvre. Les boulets, dans un premier temps, tombent autour de la Penelope, sans grand effet. Pour s'alléger, elle jette d'abord par-dessus bord ses boulets et obus, puis ses canons, 240 brasses de chaîne. Sans succès. Les canons de la forteresse tonnent. 21 coups atteignent leur but. Plusieurs brèches sont faites dans sa coque. La colère gronde à bord. Qu'attend l'amiral pour ordonner à un gros navire de bombarder le fort ? Le Gladiator et le Pigmy, qui se trouvaient à l'autre bout du chenal, viennent lui porter assistance. Le Duperré et le Trident envoient leurs baleinières. Le captain Sulivan et son collègue hydrographe Evans, qui se trouvaient à proximité, dans un canot, viennent le long du bord et, avec un aviron, et un plomb de sonde, mesurent les fonds autour du navire échoué. Sulivan indique la route au Gladiator et à l'Hecla qui viennent se mettre à couple de la Penelope. L'Hecla est touché à son tour et des éclats de bois sont projetés en l'air. Le marquis de Dufferin se trouve à bord de la Penelope. On peut se demander ce que fait là ce civil. Il raconte ce qui se passe autour de lui et décrit notamment avec complaisance, et détails crus, le "spectacle" des marins tués par les boulets. L'accident le plus surprenant, dit-il, est celui qui est arrivé à un malheureux officier français venu apporter un message, et qui était debout dans une chaloupe le long de la Penelope. Un boulet de canon est arrivé tout droit au ras du pont inférieur et a emporté sa tête (ce pourrait être un homme du Dupérré). Notre lord, toutefois, ne s'intéresse pas qu'aux morts. Ce qui m'a le plus plu dans cette affaire, rajoute-il, est la conduite courageuse d'un petit midshipman, quasiment encore un enfant, âgé peut-être de treize ou quatorze ans. Au bout d'un instant, au plus fort du feu, je me suis porté vers lui, et comme il ne semblait pas plus occupé que moi, je porte mon doigt à ma casquette et prends la liberté de lui dire que c'était une belle journée. Ce à quoi, il me répond poliment, qu'effectivement ça l'est. Enhardi par sa courtoisie, je m'aventure à lui demander depuis combien de temps il est dans la marine. "Cela fait six semaines que j'ai quitté ma mère, mais je ne vais pas aller pleurer derrière le gaillard arrière". C'est une parole que l'on aurait pu trouver dans la bouche d'un illustre héros. Peu après, néanmoins, un homme est tué juste à côté de lui. Le pauvre garçon s'évanouit et est porté un peu plus loin. Enfin, le Bulldog et le Valorous bombardent les canons du fort. 15 heures 15, la Penelope flotte, elle est prise en remorque par l'Hecla. Elle est sortie de son mauvais pas. Sans l'intervention des autres navires, elle aurait été détruite. Elle compte deux marins tués et trois blessés tandis que l'Hécla a trois blessés.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zz_pzo10
    La frégate anglaise Penelope échouée. Touchée par les canons du fort elle est obligée de bénéficier de l’assistance d’autres navires pour rester à flot. (cliché musée de la marine - collection RT)



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, VENDEEN69, CPM73, lefrancois, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Matelot
    Matelot
    QM 2
    QM 2

    Age : 81
    Canonnier pointeur équipage NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Matelot Mar 21 Nov 2023 - 9:20

    Elle s'en tire à bon compte La Penelope . Merci pour ses récits ROGER [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 582735



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 10_ans14

    alain EGUERRE, PAUGAM herve, KLETKE, Christian Suné et QUIQUEMELLE aiment ce message

    Roger Tanguy
    Roger Tanguy
    MAJOR
    MAJOR

    Age : 76
    Secrétaire NON Interprète

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par Roger Tanguy Mar 21 Nov 2023 - 11:47

    Réduction de la tour sud – Brânklint
    Une protection de 5 000 sacs de terre a été installée autour de la tour à l’abri de laquelle les Français ont installé leurs batteries. Cette tour, dite tour C, est défendue par 3 officiers et 140 hommes sous le commandement du capitaine Tesch. La tour est sur deux étages et comprend 16 casemates. Elle dispose d’une dizaine de canons. Certaines casemates de l’étage inférieur ne possèdent pas de canon. Leurs embrasures sont murées à la hâte, une petite ouverture étant maintenue pour l’usage des carabines et armes de poing. La tour est encerclée par un dense cordon de fusiliers. Une première batterie de 4 pièces de 16 et de 4 mortiers entre en action à 3 heures du matin .
    L’assaut se fait dans un violent échange de coups de feu. Les Français utilisent le redoutable fusil Minié, conçu peu de temps auparavant (1849) par le capitaine Minié de l'armée française. Ce fusil à canon rayé a une très bonne précision jusqu'à 550 m mais la balle, rayée elle aussi, peut encore à 1 km, traverser un soldat et son sac à dos, selon les utilisateurs, et tuer celui qui se trouve derrière. Les balles, de gros calibre, provoquent des blessures effroyables. Les tireurs d'élites du régiment de fusiliers finlandais sont rapidement délogés des lucarnes dans le toit où ils sont postés.
    Une très sérieuse faute de construction apparaît aux défenseurs : une ventilation extrêmement déficiente. La tour est tellement envahie par la fumée de poudre de canon que la garnison est aux bords de l’asphyxie. Certaines casemates doivent être évacuées.
    Côté français la cadence des mortiers ne faiblit pas. La casemate contenant la poudre à canon est sérieusement menacée. Le capitaine Tesch décide de hisser le drapeau blanc et demande deux heures de trêve. Le général Niel lui accorde une heure qu’il met à profit pour se rendre personnellement au fort prendre des instructions auprès du général Bodisco. Ce dernier lui ordonne de continuer le combat. Les officiers français, croyant que la tour se rendait, viennent au pied de la fortification discuter avec les assiégés. Au retour, du capitaine Tesch, les conversations continuent. Le capitaine se voit obligé de demander "à ces gentlemen d’avoir l’amabilité de se retirer, le combat allant reprendre immédiatement ".
    La précision des tirs des chasseurs de Vincennes, qui visent les canonniers dans les casemates, causent des ravages. La cadence de tir et la précision, de ces armes va faire l’objet d'une grande curiosité par la suite. Le bruit devient infernal. A l’aube du 14 août, la tour ne répond pas aux tirs des Français. Quelques hommes déterminés y pénètrent. Les Russes ont profité de la nuit pour s’échapper. Pourtant, il y a là encore 32 soldats russes et leur capitaine. Il se rendent. Alors qu’un chasseur s’avance, le capitaine Tesch, d'un geste de son épée le menace. Le chasseur le blesse à coup de baïonnette. Au moment où le soldat va vider son arme sur lui, le capitaine lui tend son épée. L'un des officiers français intervient pour recevoir l'épée. Après trois jours de combat, la tour capitule. Le capitaine Tesch est conduit à bord du navire-hôpital Belleisle pour recevoir des soins. Son épouse est transportée auprès de lui. Chevaleresques nos soldats. Des obus ont éclaté à l'intérieur de la tour. Il y a au moins 15 tués. Une odeur putride flotte dans la tour.
    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Zz_tou10
    Les Français montent à l'assaut de la tour. On aperçoit, en arrière plan, les deux autres tours. Les artilleurs sont protégés par les gabions, longs "paniers" cylindriques verticaux remplis de terre. (cliché musée de la marine - collection RT)






    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanreconnaissance
    La Marine ce n'est pas un métier, c'est une Aventure

    Matelot, alain EGUERRE, PAUGAM herve, CPM73, KLETKE et QUIQUEMELLE aiment ce message

    alain EGUERRE
    alain EGUERRE
    MAÎTRE
    MAÎTRE

    Age : 74
    Fourrier NON

    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Empty Re: [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855

    Message par alain EGUERRE Mar 21 Nov 2023 - 11:58

    Roger a écrit:Au retour, du capitaine Tesch, les conversations continuent. Le capitaine se voit obligé de demander "à ces gentlemen d’avoir l’amabilité de se retirer, le combat allant reprendre immédiatement ".
    Comme en ce moment en Pal..tine [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 595882



    [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Rubanr10 [ Histoires et histoire ] Expéditions maritimes en Baltique 1854-1855 - Page 3 Insign45
    La photo, reflet de ma curiosité, du coin de la rue au bout du monde.

    Matelot et KLETKE aiment ce message


      La date/heure actuelle est Sam 15 Juin 2024 - 9:19